L’IMPERSONNEL  Questions/Réponses - Partie 4 - page 2

Question : lors de son ultime rencontre et tentation de M?ra, Siddhartha a touché le sol en disant : « La terre est mon témoin ». Que signifiait-il par ce geste et ces mots ?

En ce monde, s’il n’y a pas de témoin, en votre terre – le sol de cette terre comme votre corps qui est issu de la terre, je vous le rappelle –, quoi que vous en disiez et quoi que vous en pensiez, quelles que soient vos origines ou lignées stellaires, le corps appartient à la terre, il retournera à la terre, ou au feu si vous préférez le brûler. Cela veut dire que tout ce qui est Éveil, que tout ce qui est Libération ou Réalisation, dans une terminologie différente et en particulier bouddhiste, veut dire que ce qui ne s’imprime pas dans la chair est une illusion totale. Tant qu’il n’y a pas d’incarnation de la Lumière au plus profond de votre chair, et pas seulement de votre âme ou de votre Esprit, il ne peut y avoir d’état de Bouddha.

La Bouddhéité consiste à transmuter l’ensemble de votre matière, et pas seulement votre conscience. Là est l’enseignement, en particulier reproduit dans ce qui fut nommé les sutras du Diamant, bien plus tard après le passage du Bouddha.

Tant que le pur Esprit n’a pas touché, fécondé et transmuté votre matière et votre personne, vous êtes soumis à la dualité, vous êtes soumis à la causalité. L’Esprit doit féconder la chair, quel que soit le devenir de cette chair, afin que la conscience soit effectivement et concrètement libérée, aussi bien de ladite chair que de l’âme, afin d’être un Esprit libre. Tant qu’il n’y a pas d’incarnation de la Lumière et de l’Esprit en chacune des parcelles de ce corps de chair, vous ne pouvez rendre témoignage de la Vérité. C’est ceci qu’a voulu signifier le Bouddha, de la même façon que c’est ceci qu’a signifié le Christ sur la croix.

Voici la réponse du silence.

Silence… …

Questionnons.

Nous n’avons plus de questions, nous vous remercions.

Demeurons ensemble en le silence de la Grâce, en communion et en disparition.

Je me donne à chacun de toi, comme chacun de toi se donne à moi, dans la même Grâce, dans la même évidence. En le même temps comme en tout temps, je suis là, comme tu es là.

Oublie ta forme comme oublie toute forme. Toi, le non-né, celui qui ne meurt jamais, entends-toi au plus profond de toi, en l’intime de ton cœur, en l’intime de la Vérité, là où il n’y a plus de mots, là où il n’y a plus de Présence, là où il n’y a plus de conscience, là où il n’y a plus rien à percevoir ou à ressentir ou à être. Dépassant ainsi la notion d’être et de non-être, en la Liberté tu es.

En quelque forme que tu sois, en quelque âge que tu aies, en quelque état que tu sois, éveillé ou endormi, libéré ou prisonnier, de toi-même ou des circonstances, écoute. Écoute et entends ce néant.

Là est ce que tu es, là est ce que chacun de toi est, en moi comme en lui.

Reconnais-toi, au-delà de toute connaissance ou de tout scénario.

Sois la Vie, et non pas une vie au sein d’une forme.

Sois le Vrai, et non pas une vérité parcellaire.

Sans conditions et sans restrictions, cela est là. Accueille le don de la Grâce et réveille-toi, car en définitive tu n’as jamais dormi.

Sois présent et sois absent.

Oublie tout, afin de comprendre et de vivre que tu es le Tout.

Oublie-toi et oublie-moi. Oublie chacun, non pas pour t’en détourner mais bien pour le faire tien, au-delà de toute possession et de toute restriction.

Entends. Entends et vois. Pose-toi avec moi.

Écoute.

Silence…

Laisse le Feu de l’Amour transfigurer ce qui fait écran.

Silence…

Place-toi en ton Temple. Porte ta conscience là où elle ne peut être, là où elle disparaît. Là où l’Amour ne peut connaître son contraire, son opposé ou ses limites.

Silence…

Là, là tu y es, aux portes de l’indicible. N’aie crainte, aucun seuil et aucune porte n’est en réalité et en définitive présente. Il n’y a que cela, et tout cela.

Silence…

Tu y es. Il n’y a pas de déplacement, il n’y a pas de mouvement, et pourtant tout y est.

Silence…

Antérieur à toute forme, je te parle. Quels que soient mes mots, ils t’invitent à aller au-delà, à les traverser et à les déposer. N’en garde que l’essence, qui est ton essence.

Silence…

En fait, il n’y a qu’une question qui doit être incessante, non pas pour en chercher la réponse mais pour que celle-ci arrive d’elle-même une fois que tu auras épuisé toutes les histoires, tous les scénarios et toutes les suppositions : qui suis-je, qui es-tu ?

Alors, par fulgurance ou par étapes, tu dévoiles en toi le superflu de toute histoire, de toute vie et de tout scénario, comme de toute dimension, non pas parce que cela n’existe pas mais parce que tu es bien plus que toutes les dimensions réunies.

Tu n’es pas une parcelle de la Vérité, tu n’es pas une forme, tu n’es pas une histoire, tu n’es pas un but ni une quête.

Qui es-tu ?

Découvre-toi.

Silence…

Ne nomme rien, ne classifie rien, ne juge pas. Aime et sois libre.

Goûte le nectar de ton éternité.

Transfigure-toi toi-même.

Enlève les habits de la conscience, mets-toi à nu, ne cache rien. Ne rejette ni n’accepte rien.

Silence…

Là, il n’y a ni toi ni moi. Là où il n’y a personne et en même temps toute vie et toute personne.

Silence…

Émerge de toi-même, enfante-toi. En la loi de l’Un qui ne connaît pas de loi autre que celle qui est, et qui est Amour.

Silence…

M’entends-tu ? Et t’entends-tu dans le silence ?

Silence…

En le même temps de l’éternel présent, déploie et reploie ce qui est et ce qui n’est pas. Entre l’être et le non-être, il n’y a pas à choisir, il n’y a pas de distance ni de séparation. Tout est Un.

Vis-le. Il n’y a pas de freins, il n’y a pas d’obstacles.

Silence…

Ici et maintenant.

Silence…

Tu es prêt. Il n’y a pas de meilleur moment qu’ici et maintenant.

Pose-toi, là où le temps ne décide de rien, là où le corps ne peut t’empêcher ou te restreindre.

Silence…

En ce silence, si plein et si vide, tu ne fais plus de différence entre le plein et le vide. Où est le plein ? Où est le vide ?

Repose-toi.

Silence…

N’attends rien et n’espère rien, ni de toi ni de moi, sois simplement là, présent et absent à la fois. Là est ton vrai, là est le Vrai. Nourris-toi de cela car là est le festin du roi qui te rassasiera à jamais de toute quête.

Silence…

Aime-moi comme je t’aime. Aime et chéris chacun comme toi-même, et comme la forme que tu aimes le plus ; ne vois plus de différence et ne fais pas de différence, car en l’Esprit il n’y en a pas. Seule la forme et ta personne perçoit une différence, change ton regard.

En regardant chacun, tu te vois toi-même.

Silence…

En cette Paix, tu es convié à l’Éternité, à l’Infini.

Je ne te laisse pas mais retrouve-moi, en toi, en la nature, en tout autre, d’ici ou d’ailleurs. Il n’y a rien d’autre à regarder car tout autre regard t’éloigne de cela.

Silence…

Je me retire en le silence de ton cœur, là où je ne suis jamais absent, là où je suis toi comme tu es moi.

Silence…

Reste ainsi tout le temps qu’il t’est nécessaire avant de sortir du non-temps.

Silence…

Je bénis à nouveau ta Présence et ton Absence, car l’Amour est bénédiction, car l’Amour est Lumière.

Reviens à toi au fur et à mesure que je rentre en toi en totalité.

Aime-toi, car en t’aimant tu aimeras chacun de manière égale et totale, au-delà de toute condition, de toute limite, et surtout de toute forme et de toute histoire.

Laisse-moi sourire en toi.

Silence…

Je suis là, je suis partout, comme tu l’es.

Demeure en la Paix et je me tais maintenant.

Après m’avoir écouté, après m’avoir lu, prends un petit temps pour rester en toi, dans la nature ou dans ton lit, ou avec un autre de toi, peu importe.

Je t’aime, je t’aime, je t’aime.

Je me tais, je reste là et je te dis à très vite, pour de nouveaux mots, pour une nouvelle ronde et pour un nouveau silence.

Je te dis à toujours.

 

www.aventureceleste.com

 
 
       
Compteur
de visite

 
 


Nisargadatta Maharaj

Bidi

L'Absolu est la source et le fondement de l'Amour
 
   


Si vous souhaitez soutenir mon travail, vous pouvez me faire un don en cliquant sur le lien ci dessous.
Grâce

     

Eau Elfique
ou
Eau Christique


 
En savoir plus...e
      



LA CONSCIENCE NU EST L'ENSEMBLE DES CONSCIENCES.

C'est lors de cette Résurrection que cette Conscience Nu apparaît.

ELLE EST ÉVIDENCE ET VÉRITÉ

L'important n'est pas la compréhension mais le vécu.

C'EST L'ABANDON TOTAL A LA LUMIÈRE

BIDI