L’IMPERSONNEL
PARTIE 6


QUESTIONS/RÉPONSES
JUILLET 2016

 

Béni soit l’Éternel et l’éternité de ta Présence. Toi qui m’écoutes, toi qui es là ou toi qui est là-bas, je viens à nouveau te bénir et te révéler à toi-même, si tu l’acceptes. Alors je te laisse exprimer, parler et questionner, afin de t’éclairer de ton propre intérieur et de ta propre vérité. Permets-moi de bénir ta Présence, permets-moi de t’aimer au-delà de ton nom et au-delà de ta forme, en ton temple d’Éternité, en ta radiance d’Amour, en ta paix et en ta félicité. Reçois, reçois et donne dans le même don et dans le même échange la grâce de la vie en l’Amour et en l’Un. Ensemble en communion, ensemble en unité et ensemble en vérité.

Questionnons.
Question : par qui a été créé le monde des elfes et des dragons ? Est-ce par Marie ?

De la même façon qu’au sein de cette terre ont existé et existent encore, en certains endroits, des peuples intraterrestres n’étant pas humanoïdes, Marie, créatrice de mondes, a ensemencé ce monde mais celui-ci était déjà occupé, bien avant son ensemencement, par des formes non-humaines et libres. Le peuple des elfes, le peuple des dragons et les peuples élémentaux de manière générale, évoluent librement entre l’Absolu et leur forme de 5D. Ils n’ont pas besoin d’être créés car ils sont créés de toute éternité depuis la Source en tant qu’Esprits. La création dont il vous a été fait état concernant cette terre, correspond bien plus au mélange d’ADN présent en cette dimension carbonée qu’à toute autre forme de création évoluant spontanément, se créant, se dé-créant et se recréant en fonction des influx cosmiques, en fonction des nécessités dimensionnelles en ce monde. Ces peuples n’ont pas été créés au sens où Marie vous a créés, en déposant en vous ni votre âme ni votre Esprit mais bien la forme nécessaire à votre manifestation en ces mondes dimensionnels denses et lourds. Il n’y a donc pas autre chose que l’Incréé et la Source première à l’origine des peuples élémentaux, consciences extériorisées et libres se manifestant selon les dimensions arpentées et vécues et ce, en toute liberté. Il n’existe pas donc d’élément initial, comme un mélange d’ADN, comme cela est le cas au sein des mondes carbonés. Je vous rappelle que les peuples élémentaux ne sont pas dans votre dimension, et ne sont donc pas des peuples de chair mais des peuples subtils, n’ayant rien à faire avec l’enfermement ni même avec la forme humaine. Néanmoins vous êtes et nous sommes, de partout, frères et sœurs de la même Source, frères et sœurs de la même impulsion de vie en l’Amour et en la Liberté. Seules les formes dites carbonées, libres, ont besoin de généticiens, de créateurs, car à proprement parler, la création des dimensions et la création des mondes, comme de la conscience, ne résultent, en définitive, que de l’interaction des éléments en leur proportion respective, se conjuguant en l’Éther pour recréer une forme donnée, en un espace donné et en un temps donné. Il n’y a donc pas de possibilité de superposition entre la forme humaine et les formes de la nature. Il y a bien sûr la même filiation, mais cette filiation n’est pas une filiation de chair mais une filiation d’Esprit et de Liberté.     Les peuples de la nature n’ont pas besoin d’âme, n’ont pas besoin de polarité. Ils sont purs Esprits logés en une forme libre, dont les fonctions sont simplement d’expérimenter les plans dimensionnels, excepté bien sûr en ce monde où leur rôle, comme je l’ai spécifié et l’ont spécifié eux-mêmes, ces élémentaux interviennent dans les processus permettant d’achever le cycle d’enfermement actuel que vous vivez. Au-delà des mondes carbonés, il n’y a pas besoin de matière au sens où vous l’entendez, il n’y a pas besoin d’ADN tel que vous l’entendez, il y a simplement besoin de l’information-Lumière codant et générant la forme en quelque dimension que ce soit. Il n’y a pas de prédation, il n’y a pas besoin de se nourrir d’autre chose, pour ces élémentaires, que de Lumière et de l’énergie distribuée par les végétaux, par les lieux, par les vortex et par ce qui est présent naturellement dans votre environnement carboné de la Terre. Il n’y a donc pas de maître d’œuvre, il y a juste conformation particulière d’une conscience illimitée en une forme pseudo-limitée, qui est fonction uniquement d’une fonction ou d’un plaisir d’expérimenter la Vie, sans limites et sans conditions. Voici la réponse du silence.

Silence…

Questionnons.
Question : en 1984, lors d’un stage chamanique, un son très aigu venant de la gauche a traversé l’espace jusqu’à mon oreille. Une vibration au niveau du premier chakra a alors débuté, provoquant un état de jouissance extrême qui s’est propagé à tout le corps. La perception du corps avait disparu, j’étais l’univers, confondu à lui, en extase. C’était à peine supportable tant c’était puissant. J’ai senti que continuer me ferait mourir, j’en garde une sensation indélébile. Cela a-t-il un rapport avec les processus en cours ?

Bien-aimé, tu décris à la perfection ce qu’il t’est arrivé et qui correspond point pour point à ce qui se déroule en vous depuis de nombreuses années, et je dirais même depuis de nombreuses dizaines d’années pour d’autres parmi vous. Toutefois, et ainsi que tu le dis, il y a eu la peur de mourir. Ceci suffit en général à mettre fin à l’expérience et ne confère pas un état permanent et définitif de ce qui a été vécu au moment de cette expérience. Tu as perçu la descente de l’Esprit, descendant directement en ton âme et jusqu’à ton corps physique, mais la peur de la mort ou la peur de mourir suffit à faire cesser l'expérience. Il n’y a donc pas eu, si ce n’est le souvenir et la réminiscence, et la marque laissée au sein de tes structures éphémères, de disparition à proprement parler ou de révélation, si tu préfères, de l’Absolu, mais tu as touché à cette occasion l’Ultime Présence et la Demeure de Paix Suprême, qui est la dernière strate de la conscience avant son annihilation. La peur de mourir, la peur de perdre son corps, suffit, en ce genre d’expérience, à te ramener au sein des mondes denses, et t’empêchant de retrouver ce qui a été vécu à ce moment-là. Le danger étant de travailler sur ce souvenir indélébile, et de tenter de le revivre aujourd’hui ce qui, comme tu l’as constaté, ne peut pas se reproduire à l’identité exacte de ce qui a été vécu voilà longtemps. Le danger de toute expérience est de vous tenir à l’expérience, qui devient passé et qui ne concerne plus votre présent. La marque indélébile devient la certitude de ce que tu es en conscience et au-delà de la conscience mais aujourd’hui toutefois ne suffit pas à être libéré, si ce n’est au moment collectif de l’humanité. Il n’y a donc pas eu, à ce moment-là, abandon total à la Lumière ni sacrifice de la personne. Toutefois, et je le répète, cela suffit à assurer ta libération ainsi que ton Ascension. Il vous faut différencier de plus en plus clairement en vous la différence entre l’expérience, certes utile, et l’état permanent de la conscience qui n’a plus rien à voir avec quelque expérience, fût-elle la plus intense, la plus extraordinaire et la plus magnifique. Il faut ramener cela au sein de la conscience ordinaire, non pas en tant que souvenir ni même en tant que reproduction de l’expérience mais bien plus par le sacrifice de la personne, mettant fin à tout sens d’être une identité, le remplaçant par l’Amour, la Paix et la Liberté. Voici la réponse du silence.   

Silence…

Questionnons.
Question : depuis plusieurs mois, j’ai du mucus résistant à tout protocole de cristaux et traitement homéopathique, qui se transforme en salive très épaisse. Elle se dépose sur le palais et la langue et me réveille la nuit avec la sensation d’étouffer car je n’arrive pas à déglutir. Qu’en est-il ?

Bien-aimée, au travers de ce que tu exprimes, tu as toi-même l’éclairage. Cela veut dire simplement qu’il n’y a pas à rechercher d’explication mais bien à accepter que ton corps ne peut plus intégrer les informations liées aux remèdes homéopathiques, ou encore aux cristaux. Ton corps t’invite par là-même à changer de posture, à laisser tomber outils et béquilles, et instruments de vibrations, afin de t’identifier à toi-même en ce que tu es en ton éternité où, je te le rappelle, toutes les vibrations des univers et des multivers sont déjà présentes en toi. Les manifestations de ton corps t’invitent donc à te tourner vers toi-même, et exclusivement vers toi-même, afin de ne plus dépendre d’un quelconque remède, d’une quelconque vibration extérieure à toi-même. Ceci est la demande de l’Intelligence de la Lumière au travers de ton corps. Il n’y a pas d’autre explication que celle-ci. Même si au sein de la personne tu peux toujours trouver une cause, cela n’est pas important. L’important est de te retourner en toi-même, vers toi-même, afin de laisser œuvrer l’Intelligence pure de la Lumière et non pas un codage vibratoire, fût-il le plus lumineux, mais apporté par l’extérieur. Ainsi donc l’Intelligence de la Lumière et l’intelligence de ton corps te demandent ainsi de te tourner vers ton centre et de ne plus dépendre d’aucune aide extérieure. Il ne s’agit pas ni d’un blocage ni d’une anomalie mais bien d’un appel de ton corps, de ton âme et de l’Esprit, te permettant de te positionner différemment, et surtout de trouver l’Autonomie et la Liberté. Certains d’entre vous en ce moment ont besoin, encore, de vibrations extérieures, de consciences extérieures, d’une histoire quelle qu’elle soit, et d’autre parmi vous, même ne le sachant pas, doivent trouver en eux la nudité de leur propre conscience, la vérité de leur être profond ainsi que l’Esprit, afin de ne plus dépendre de quelque chose d’extérieur à soi, ou en tout cas conçu comme extérieur à soi. Voici la réponse de la Lumière.

Silence…

Questionnons.
Question : depuis quelque temps, un déclic s’est produit en moi, avec la Joie qui m’entraîne à jouer sans enjeu ni projection, dans l’instant présent. Pouvez-vous nous inviter à rester immobiles ? Est-ce des postures opposées ou complémentaires pour accueillir l’Absolu ?

Je ne suis pas sûr d’avoir saisi, tout en ayant parfaitement entendu ce que tu as dit. Alors répète la question.

Question : depuis quelque temps, un déclic s’est produit en moi, avec la Joie qui m’entraîne à jouer sans enjeu ni projection, dans l’instant présent. Pouvez-vous nous inviter à rester immobiles…

Je ne sais pas ce que ça veut dire de « pouvoir nous inviter à rester immobiles ». Qu’est-ce que cela signifie dans le cadre d’une question ?

Question : la personne qui a posé la question n’est pas ici. Elle demande ensuite si le fait de jouer, d’avoir la joie en permanence, est contraire ou complémentaire à l’accueil de l’Absolu ?

La Joie et la Paix, le jeu sans enjeu est lié directement à l’Infinie Présence, au Soi, mais en aucun cas à l’Absolu. L’Absolu n’a pas à être accueilli, il a à être révélé en soi. L’Absolu est l’extinction de la conscience, où il n’y a ni jeu, ni projection, ni spontanéité, où il y a simplement évidence de vivre ce que l’on est. Bien sûr, la traduction et la manifestation au sein de votre dimension peut être protéiforme. Chacun, selon l’histoire de la personne, traduira cela en mots, en attitudes, liées non plus à ses croyances mais simplement à ses habitudes et je dirais, à la conformation de son cerveau comme de ses corps subtils. La spontanéité, le fait de vivre ce qui est décrit dans cette question, n’est pas un témoin de l’Absolu mais un témoignage rendu au Soi et à l’Infinie Présence, ce qui, je le rappelle, est déjà amplement suffisant pour vivre la Liberté le moment venu. L’Absolu ne peut pas être accueilli au même titre que la Lumière. Je dirais même que c’est exactement l’inverse : il s’agit d’une restitution de la Lumière, étant donné que l’Absolu est antérieur à la Lumière. Il n’y a donc plus besoin, en le Libéré Vivant, même si ces manifestations sont présentes, ni de Lumière, ni d’ombre, ni de bien, ni de mal, ni de projection en quelque jeu que ce soit ou en quelque dimension que ce soit. Il faut donc bien différencier ce qui est de l’ordre de la conscience en manifestation, libérée, de ce qui est la a-conscience. Le Libéré Vivant est spontané, lui aussi, il peut jouer le jeu de la manifestation mais ne se pose pas la question de ce que cela est, car il est au-delà de tout jeu, au-delà de toute danse comme de toute manifestation. Il demeure le plus souvent, quelle que soit son activité et sa projection extérieure, à la limite, si je peux m’exprimer ainsi, entre le Cœur du Cœur ou l’Infinie Présence, ou l’Ultime Présence, la Demeure de Paix Suprême et sa propre disparition. Ainsi donc en aucun cas le Soi, même stabilisé, en aucun cas la spontanéité et la joie sans objet, ne peut être autre chose que ce qu’il est, c’est-à-dire une manifestation de la conscience qui n’est plus enfermée, mais il y a toujours une conscience puisqu’il y a manifestation. Le Libéré peut vivre exactement la même chose puisqu’il suit l’Intelligence de la Lumière, les lignes de moindre résistances, qu’il accueille la Vie, puisqu’il est lui-même la Vie. Il ne se pose pas la question de savoir s’il est Absolu, il joue tous les jeux que la Vie lui présente, en cette forme comme en toute forme. Voici la réponse du silence.

Silence…

Questionnons.
Question : j’ai fait ce rêve : je suis dans une pièce où un être de polarité masculine accompagne une femme à chanter avec son cœur. Il lui propose de s’exercer, ainsi qu’à ma mère, présente, qui refuse et s’éloigne. J’ai envie de vivre cette expérience et sollicite cet être. Il me dit d’écouter mon cœur et de parler avec mon cœur. J’y arrive et je ne me vois pas vivre l’étape du réveil, je suis déjà réveillée. Pouvez-vous m’éclairer ?

Bien-aimé, je t’invite déjà à revoir ton vocabulaire. Pourquoi veux-tu que ceci soit un rêve ? N’oublie pas les capacités de délocalisation et de multilocalisation de la conscience au sein des Mondes Libres. Ceci est rendu possible aujourd’hui par la superposition de votre corps éphémère et du corps d’Éternité. Tu as donc eu, lors de ce qui n’est pas un rêve mais bien un transport de ta conscience au sein d’une autre réalité, tout aussi réelle et irréelle que ta propre personne et que ce monde sur lequel tu es posé. Il existe des mécanismes de la conscience, et donc de la projection de la conscience en ce monde comme en tout monde, qui s’ouvrent à vous. Bien évidemment il ne s’agit pas de rêves, même si cela peut en avoir l’aspect puisque survenant au moment où vous dormez ou au moment où vous êtes en tout cas au repos, le plus souvent étendus. Ce genre de manifestation, comme d’autres manifestations, où tu passes de ce que tu appelles le rêve à l’éveil, signifie justement que ceci n’est pas lié à ton réveil, comme pour le matin, et donc ce n’est pas un rêve mais bien un des aspects de la conscience multifocale et multinodale se manifestant librement, d’ores et déjà, pour toi comme pour nombre de frères et de sœurs humains incarnés au sein de leur propre multidimensionnalité. Ce sont, si tu préfères, des boucles temporelles ou d’ultra-temporalité te conduisant à expérimenter différentes consciences qui ne sont rien d’autre que la tienne elle-même, le long de, je dirais, de lignes de temps parallèles existant de façon synchrone à la réalité que je qualifierais d’habituelle, incarnée en ce monde. Ne voyez pas, au travers de ces délocalisations de conscience ou de voyages en ultra-temporalité, des choses à expliquer ou à comprendre mais simplement des expériences de la conscience à vivre et à laisser s’écouler librement. Même à ça vous ne pouvez vous raccrocher, même à ça vous ne pouvez être le propriétaire de ces expériences de la conscience multifocale ou multinodale. Elles aussi, ces expériences, ne font que passer et trépasseront de la même façon lors du moment collectif. Il n’y a rien où s’attacher, il n’y a rien où se poser, il y a juste à traverser ce que l’Intelligence de la Vie et de ta propre conscience te fait vivre en ces moments-là. La répétition de ces expériences, en leurs différentes formes, est pour chacun l’occasion de voir ce à quoi vous tenez, et ce à quoi vous acceptez : le sacrifice et le don. L’ensemble des expériences, et même les rencontres au sein des peuples élémentaires, ne sont pas là par curiosité, ne sont pas là pour vous donner des éléments de vie de ces peuples, mais bien plus pour vous permettre de traverser cela et d’arriver enfin au vécu que tout cela se déroule en vous, en votre éternité, mais ne dépend pas de vous en ce monde. C’est ainsi que se produit la plus exacte des superpositions entre l’éphémère et l’Éternel. Quelle que soit la forme que prenne l’expérience, que cela soit en rêve, que cela soit en conscience délocalisée ou multilocalisée, ne vous y attardez pas, ne vous y attardez plus, contentez-vous simplement de traverser cela avec grâce, avec élégance, avec légèreté et en paix, sans chercher à vous saisir de l’une quelconque de ces expériences, car elle n’est pas là pour vous apporter quelque chose mais simplement pour vous rendre à vous-mêmes. Alors traversez cela de la même façon que vous traversez vos occupations quotidiennes, en laissant librement l’Intelligence de la Vie et de la Lumière permettre d’établir en vous la permanence de l’état de Grâce. Toute recherche survenant à ces moments-là ou ultérieurement, toute recherche de sens, d’explication, d’identification, vous éloigne dorénavant de ce que vous êtes. Il faut, quelles que soient les circonstances – aussi bien de la conscience ordinaire que de la supraconscience manifestable à vous en ce moment –, dépasser tout cela, le transcender. N’observez que la Paix et que la Joie qui découlent de ces expériences quand vous acceptez de les lâcher sans vous y intéresser, parce qu’elle est déjà passée au moment où tu en sors. Tout ce qui est passé, même le plus transcendant, n’est aujourd’hui, et deviendra chaque jour un peu plus, de votre temps qui s’écoule, un obstacle de plus en plus puissant à votre liberté, tout au moins jusqu’au moment collectif. L’ensemble de ces expériences traduisent simplement la mise en adéquation de l’Éternel et de l’éphémère, au travers de différentes formes, de différentes expériences, de différents niveaux dimensionnels ou vibratoires, mais vous n’êtes rien de tout cela. Là est l’apprentissage, là est la compréhension véritable de ce qu’il vous arrive. Il n’y a pas d’histoire à chercher, il n’y a pas de causalité à rechercher, il n’y a pas d’explications qui tiennent la route par rapport à ce que vous êtes : sans forme, sans histoire, sans mémoire, sans passé et sans futur. À ce moment-là vous impulserez naturellement, si cela est nécessaire pour vous, le processus de dissolution de l’âme, laissant s’établir la vacuité où aucune forme, aucune histoire, aucun scénario, même le plus extraordinaire, n’est nécessaire. Le temps des histoires est maintenant terminé et révolu, le temps des expériences aussi. Il est temps de vivre la rencontre – avec vous-mêmes –, même si cela passe encore par ces histoires multifocales ou multinodales, même si cela passe encore par la rencontre avec les peuples de la nature, ou avec l’un des Anciens, l’une des Étoiles ou quelque membre que ce soit de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres. Tout ceci ne représente que des prétextes pour vous tourner vers vous-mêmes et vous établir sans effort en la vacuité de la Demeure de Paix Suprême, en la Joie sans objet, en la Joie sans support, et surtout en la Joie sans histoire et sans scénario. Saisissez cela et lâchez tout, alors vous serez libres instantanément. C’est à cela que je vous invite et que je vous ai invités, depuis déjà un mois. Voici la réponse du silence.

Silence…

Questionnons.
Question : en ces temps réduits, des cristaux comme la fluorine rhomboïdale  ou la tanzanite se révèlent pour nous aider à vivre notre éternité. La pierre de l’Absolu va-t-elle se révéler bientôt ?

Bien-aimé, chaque cristal en lui-même, quel qu’il soit, le plus vil à vos yeux comme le plus rare à vos yeux, est porteur de l’Absolu. Sa géométrie, sa forme, sa composition, sa couleur, ne sont que des manifestations de l’Absolu. Toutefois il existe un cristal dont la résonance à l’Absolu est certainement la plus évidente et la plus proche, il s’agit du cristal bleu de Sirius, apporté par les Élohim et caché en des grottes en Amérique Latine. Ce cristal n’est rien d’autre qu’une copie, si je peux dire conforme, du noyau cristallin de de la Terre  et de la vibration de Sirius. Ainsi donc, un certain nombre de cristaux, le plus souvent de couleur bleue, peuvent vous fournir une aide jusqu’au seuil de l’Absolu en vous. Cela est utilisé de différentes façons, et d’ailleurs préconisé par l’Archange Anaël ou par certains intervenants lors de certains travaux. La pierre la plus répandue est bien évidemment le saphir bleu, pierre qui rapporte et renvoie à l’Esprit, et donc aussi à l’Absolu. La forme hexagonale, ainsi que la forme nommée rhomboédrique, sont les formes archétypielles vous permettant de sortir du temps de manière de plus en plus aisée, c’est-à-dire de vous retrouver au cœur du Soi, au cœur de l’Infinie Présence, au Cœur du Cœur. Pour certains d’entre vous cela peut être une aide, pour d’autres non, c’est à vous de tester, à vous d’essayer. Le bleu vous renvoyant non seulement au cristal bleu de Sirius mais aussi à ce qui fut appelé, par le bien-aimé Jean, l’Œuvre au Bleu ou la fusion des Éthers. Tous les cristaux dont la couleur est bleue, tous les cristaux en forme de dodécaèdre, et quel que soit ce dodécaèdre, vous renvoient à l’Êtreté, à votre cœur, par résonance vibrale et par possibilité d’accueil de cette vibration, de cette forme qui se rapproche le plus de la structure d’Éternité, non pas de votre corps d’Êtreté mais avant tout déploiement de toute forme existant au sein de ce qui fut nommé le tétrakihexaèdre. Il vous est donc possible soit d’avoir – et cela, la question en a été posée – une forme de rejet des cristaux, à ce moment-là il y a une invitation à franchir le seuil, ou au contraire à bénéficier encore de l’influx de ces codages de Lumière au travers de divers cristaux, comme en d’autres moyens d’ailleurs mais en ce qui concerne les cristaux, il existe un certain nombre de cristaux à privilégier. Ceux-ci n’ont pas à être nécessairement agencés selon un protocole précis mais simplement à rentrer en contact avec votre éphémère, en quelque point de ce corps. Parmi celles-ci, il y a bien sûr le saphir bleu, le quartz Aqua Aura, la tanzanite, l’alexandrite, la célestite, le lapis lazuli et tant d’autres encore se rapprochant du violet, comme par exemple la tourmaline nommée indigolite. Comme vous le constatez peut-être pour certains d’entre vous qui utilisent les cristaux depuis un certain temps, l’agencement des cristaux selon un ordre précis sur le corps ou autour de vous devient de moins en moins indispensable. Le codage vibratoire d’un cristal en son essence pénètre d’emblée directement votre conscience, sans nécessairement passer ni par l’énergie ni par la vibration. Votre conscience est donc a priori suffisamment expansée pour se reconnaître en la vibration que vous rencontrez en un cristal donné, surtout, je le répète, pour les cristaux bleus. Il en existe bien sûr une infinité d’autres, à vous de les découvrir. Je ne peux malheureusement pas tous les nommer mais le saphir bleu en est, je dirais, le chef de file, au même titre que des pierres plus rares contenant ce qui est nommé « terres rares » ou minéraux métalliques, même si ces minéraux sont en quantité relativement peu abondante au sein d’un cristal donné. Un atome de ce minéral dans la structure d’un cristal suffit à contacter votre conscience. D’un autre côté, je vous ai parlé aussi des systèmes cristallins hexagonaux ou rhomboédriques qui peuvent avoir aussi une utilité pour vous permettre de sortir de toute histoire, de tout scénario et aussi du temps, c’est-à-dire de vous placer en l’Ici et Maintenant, Hic et Nunc, indépendamment de votre personne. Voici la réponse du silence.

Silence…

Questionnons.
Question : lors de son ultime rencontre et tentation de M?ra, Siddhartha a touché le sol en disant : « La terre est mon témoin ». Que signifiait-il par ce geste et ces mots ?

En ce monde, s’il n’y a pas de témoin, en votre terre – le sol de cette terre comme votre corps qui est issu de la terre, je vous le rappelle –, quoi que vous en disiez et quoi que vous en pensiez,


quelles que soient vos origines ou lignées stellaires, le corps appartient à la terre, il retournera à la terre, ou au feu si vous préférez le brûler. Cela veut dire que tout ce qui est Éveil, que tout ce qui est Libération ou Réalisation, dans une terminologie différente et en particulier bouddhiste, veut dire que ce qui ne s’imprime pas dans la chair est une illusion totale. Tant qu’il n’y a pas d’incarnation de la Lumière au plus profond de votre chair, et pas seulement de votre âme ou de votre Esprit, il ne peut y avoir d’état de Bouddha. La Bouddhéité consiste à transmuter l’ensemble de votre matière, et pas seulement votre conscience. Là est l’enseignement, en particulier reproduit dans ce qui fut nommé les sutras du Diamant, bien plus tard après le passage du Bouddha. Tant que le pur Esprit n’a pas touché, fécondé et transmuté votre matière et votre personne, vous êtes soumis à la dualité, vous êtes soumis à la causalité. L’Esprit doit féconder la chair, quel que soit le devenir de cette chair, afin que la conscience soit effectivement et concrètement libérée, aussi bien de ladite chair que de l’âme, afin d’être un Esprit libre. Tant qu’il n’y a pas d’incarnation de la Lumière et de l’Esprit en chacune des parcelles de ce corps de chair, vous ne pouvez rendre témoignage de la Vérité. C’est ceci qu’a voulu signifier le Bouddha, de la même façon que c’est ceci qu’a signifié le Christ sur la croix. Voici la réponse du silence.

Silence…

Questionnons.
Question : nous n’avons plus de questions, nous vous remercions.

Demeurons ensemble en le silence de la Grâce, en communion et en disparition. Je me donne à chacun de toi, comme chacun de toi se donne à moi, dans la même Grâce, dans la même évidence. En le même temps comme en tout temps, je suis là, comme tu es là. Oublie ta forme comme oublie toute forme. Toi, le non-né, celui qui ne meurt jamais, entends-toi au plus profond de toi, en l’intime de ton cœur, en l’intime de la Vérité, là où il n’y a plus de mots, là où il n’y a plus de Présence, là où il n’y a plus de conscience, là où il n’y a plus rien à percevoir ou à ressentir ou à être. Dépassant ainsi la notion d’être et de non-être, en la Liberté tu es. En quelque forme que tu sois, en quelque âge que tu aies, en quelque état que tu sois, éveillé ou endormi, libéré ou prisonnier, de toi-même ou des circonstances, écoute. Écoute et entends ce néant.

Là est ce que tu es, là est ce que chacun de toi est, en moi comme en lui. Reconnais-toi, au-delà de toute connaissance ou de tout scénario. Sois la Vie, et non pas une vie au sein d’une forme. Sois le Vrai, et non pas une vérité parcellaire. Sans conditions et sans restrictions, cela est là. Accueille le don de la Grâce et réveille-toi, car en définitive tu n’as jamais dormi. Sois présent et sois absent. Oublie tout, afin de comprendre et de vivre que tu es le Tout. Oublie-toi et oublie-moi. Oublie chacun, non pas pour t’en détourner mais bien pour le faire tien, au-delà de toute possession et de toute restriction. Entends. Entends et vois. Pose-toi avec moi. Écoute.

Silence…

Laisse le Feu de l’Amour transfigurer ce qui fait écran.

Silence…

Place-toi en ton Temple. Porte ta conscience là où elle ne peut être, là où elle disparaît. Là où l’Amour ne peut connaître son contraire, son opposé ou ses limites.

Silence…

Là, là tu y es, aux portes de l’indicible. N’aie crainte, aucun seuil et aucune porte n’est en réalité et en définitive présente. Il n’y a que cela, et tout cela.

Silence…  

Tu y es. Il n’y a pas de déplacement, il n’y a pas de mouvement, et pourtant tout y est.

Silence…

Antérieur à toute forme, je te parle. Quels que soient mes mots, ils t’invitent à aller au-delà, à les traverser et à les déposer. N’en garde que l’essence, qui est ton essence.

Silence…

En fait, il n’y a qu’une question qui doit être incessante, non pas pour en chercher la réponse mais pour que celle-ci arrive d’elle-même une fois que tu auras épuisé toutes les histoires, tous les scénarios et toutes les suppositions : qui suis-je, qui es-tu ? Alors, par fulgurance ou par étapes, tu dévoiles en toi le superflu de toute histoire, de toute vie et de tout scénario, comme de toute dimension, non pas parce que cela n’existe pas mais parce que tu es bien plus que toutes les dimensions réunies. Tu n’es pas une parcelle de la Vérité, tu n’es pas une forme, tu n’es pas une histoire, tu n’es pas un but ni une quête. Qui es-tu ? Découvre-toi.

Silence…

Ne nomme rien, ne classifie rien, ne juge pas. Aime et sois libre. Goûte le nectar de ton éternité. Transfigure-toi toi-même. Enlève les habits de la conscience, mets-toi à nu, ne cache rien. Ne rejette ni n’accepte rien.

Silence…

Là, il n’y a ni toi ni moi. Là où il n’y a personne et en même temps toute vie et toute personne.

Silence…

Émerge de toi-même, enfante-toi. En la loi de l’Un qui ne connaît pas de loi autre que celle qui est, et qui est Amour.

Silence…

M’entends-tu ? Et t’entends-tu dans le silence ?

Silence… En le même temps de l’éternel présent, déploie et reploie ce qui est et ce qui n’est pas. Entre l’être et le non-être, il n’y a pas à choisir, il n’y a pas de distance ni de séparation. Tout est Un. Vis-le. Il n’y a pas de freins, il n’y a pas d’obstacles.

Silence…

Ici et maintenant.

… Silence…

Tu es prêt. Il n’y a pas de meilleur moment qu’ici et maintenant. Pose-toi, là où le temps ne décide de rien, là où le corps ne peut t’empêcher ou te restreindre.

Silence…

En ce silence, si plein et si vide, tu ne fais plus de différence entre le plein et le vide. Où est le plein ? Où est le vide ? Repose-toi.

Silence…

N’attends rien et n’espère rien, ni de toi ni de moi, sois simplement là, présent et absent à la fois. Là est ton vrai, là est le Vrai. Nourris-toi de cela car là est le festin du roi qui te rassasiera à jamais de toute quête.

Silence…

Aime-moi comme je t’aime. Aime et chéris chacun comme toi-même, et comme la forme que tu aimes le plus ; ne vois plus de différence et ne fais pas de différence, car en l’Esprit il n’y en a pas. Seule la forme et ta personne perçoit une différence, change ton regard. En regardant chacun, tu te vois toi-même.

Silence…

En cette Paix, tu es convié à l’Éternité, à l’Infini.

Je ne te laisse pas mais retrouve-moi, en toi, en la nature, en tout autre, d’ici ou d’ailleurs. Il n’y a rien d’autre à regarder car tout autre regard t’éloigne de cela.

Silence…

Je me retire en le silence de ton cœur, là où je ne suis jamais absent, là où je suis toi comme tu es moi.

Silence…

Reste ainsi tout le temps qu’il t’est nécessaire avant de sortir du non-temps.

Silence…

Je bénis à nouveau ta Présence et ton Absence, car l’Amour est bénédiction, car l’Amour est Lumière. Reviens à toi au fur et à mesure que je rentre en toi en totalité. Aime-toi, car en t’aimant tu aimeras chacun de manière égale et totale, au-delà de toute condition, de toute limite, et surtout de toute forme et de toute histoire. Laisse-moi sourire en toi.

Silence…

Je suis là, je suis partout, comme tu l’es. Demeure en la Paix et je me tais maintenant. Après m’avoir écouté, après m’avoir lu, prends un petit temps pour rester en toi, dans la nature ou dans ton lit, ou avec un autre de toi, peu importe. Je t’aime, je t’aime, je t’aime. Je me tais, je reste là et je te dis à très vite, pour de nouveaux mots, pour une nouvelle ronde et pour un nouveau silence. Je te dis à toujours.


 

 

www.aventureceleste.com

 
Afficher la suite de cette page



 
25 septembre 2017

Compteur de visite
 
             
 

Prière à soi même en le Coeur du Coeur donnée par Marie
le 28 mai 2017


Je te salue, Marie qui est grâce.

Tu es bénie comme toutes les femmes,

Et Jésus le fruit de ton cœur nous bénit.

Sainte marie, Cœur de la Source,

Prions ensemble maintenant et toujours en l’Éternité.

 
 

Eau Elfique
ou
Eau Christique

Eau de 5ème dimensions éEn savoir plus...e
 


Vous appréciez mon site et vous voulez  soutenir mon travail,
vous pouvez m'aider  en me faisant un don libre par Chèque ou avec PayPal ou en achetant une de mes créations.
Avec tout mon Amour...
Merci !


 
 
      

Le Salut d'Orion

Ces gestes constituent un signe de reconnaissance des  forces de la Lumière.

Comme l'a précisé ORIONIS : "le salut des 24 Vieillards, appelé Salut d'Orion, vous permettra, au sein de cette Assemblée, comme au sein de toute Assemblée, de vous reconnaître et de vous reconnecter les uns aux autres... Ce salut n'est physiologiquement réalisable que par les êtres appartenant à la Lumière Authentique".

1. Tendre le bras gauche devant soi, la main formant un angle droit avec le bras.

2. Ramener cette main sur le Coeur.

3. Tendre le bras droit devant soi, la main formant un angle droit avec le bras.

4. Ramener la main droite sur le Coeur, par dessus l'autre main.

  
 


Quand vous voyez la Lumière,
c'est une vision.
Quand vous sentez que la Lumière
descend en vous,
c'est une expérience,
Quand la Lumière s'établit en vous
et vous apporte l'illumination
et la connaissance, c'est une réalisation
Sri Aurobindo
 
        

 

 


 

 
Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors servez-vous en!