Extrait d'Abba 1 : est-on privilégié ?
6 décembre 2018

 

Extrait de Abba 1
6 décembre 2018

Question : Je sens un privilège très grand de pouvoir vivre cet évènement, vu que nous sommes accompagnés de toute la représentation de la confédération intergalactique. Et donc, je me demande maintenant, pourquoi ce lieu et pourquoi nous avons été choisis pour vivre cet évènement ?

Abba : Bien-aimée, il n’y a pas de pourquoi ni de comment, il y a juste l’intelligence de la Lumière à l’œuvre. Il n’y a pas de justification ou d’explication, il y a juste ce qui est. Tout le reste ne dépend pas d’une décision personnelle, ni de la mienne, ni de la tienne, ni de quiconque. C’est cela, l’intelligence de la Lumière.

Il n’y avait au départ aucune intention, si ce n’est la spontanéité qui s’est créée d’elle-même et qui a permis cela.

Mais je te rappelle que cet évènement est vécu de la même façon, que cela soit ici comme partout. Je te le redis, vous êtes de plus en plus nombreux à venir rejoindre Abba, au sein de la Jérusalem céleste.

Et en cela, c’est vous, chacun de vous, qui fait l’honneur, et que j’honore, de sa présence. Car dès l’instant où la Jérusalem céleste, quelle que soit la vision que vous en avez, il y a une seule réalité, au-delà du décor, c’est simplement de venir résonner en esprit et en vérité, en le cœur du cœur d’Abba, qui n’est rien d’autre que votre cœur du cœur. Ceci donc signe la proximité de la liberté collective et de l’Agapè collective.

Ce que vous vivez, en vérité, ne se déroule pas. Parce c’est inscrit au-delà du temps et de l’espace, même si cela semble et vous semble se dérouler selon une certaine séquence. Peu importe. Si vous le vivez, c’est que c’est déjà là, et que ça a toujours été là. Mais que l’Intelligence de la Lumière, par votre abandon et votre accueil, permet cela.

Dès l’instant où, en vérité, où vous voyez la conscience pour ce qu’elle est, vous traversez tous les plans, toutes les visions, comme tous les mondes, sans pour autant les voir, mais ce que vous êtes en vérité le reconnaît instantanément, mettant fin à tout doute, mettant fin à toute quête, mettant fin à toute recherche de date, à toute appréhension sur quelque devenir que ce soit.

L’Amour vous libère vraiment, cet Amour que vous ne connaissez pas, mais que vous ne pouvez qu’être, qui est notre essence et notre nature.

Voilà quelques mois, j’avais énoncé, que nous refermions le livre de la création. Il reste maintenant à voir qu’il n’y a jamais eu de livre, et le vivre, complétant ainsi la liberté, là où rien ne peut manquer. Et en cela, vous êtes réellement complets et totalement vrais. Tout le reste ne fait que passer.

Alors ne cherchez pas à attribuer à quelque cœur que ce soit, un rôle de maître, un rôle de père ou de mère, ou n’importe quel rôle. Parce que la seule vérité que je puisse énoncer par rapport à cela, c’est que tu es Abba.

Abba n’est pas une forme. Abba a accompagné la création, mais ne l’a jamais créée. Il l’a accompagnée, comme vous-mêmes l’avez accompagnée, jusqu’à ce point d’évidence, aujourd’hui sur la Terre, où le rêve et le songe de la création s’achèvent, dans un grand éclat de rire. Un rire qui n’est pas de la moquerie, mais un rire spontané de celui qui enfin se retrouve en totalité, au-delà de toute forme, de toute évolution et, je dirais même, de toute transcendance.

Parce que la véritable transcendance est au cœur de l’humain et que l’ensemble de la confédération intergalactique, comme de toutes les consciences qui se présentent à vous sur le plan subtil, en définitive, ne sont là que pour célébrer avec vous la fin du rêve de la création, qui n’a, en fait, jamais commencé, qui n’a jamais été créée et qui n’a jamais été détruite. Cela fut un rêve, qui s’est achevé, certes, sur cette Terre, en une forme de souffrance et de cauchemar, et qui en définitive n’a qu’une seule issue : la Béatitude. Celle où tu ne dépends plus de rien. Et c’est maintenant.

Alors bien sûr, comme vous le voyez sur l’écran de ce monde, la progression de la Lumière consume tout ce qui était caché, en le révélant. Cela fut appelé l’apocalypse, qui vient de se terminer et qui maintenant est appelée l’apothéose. Vous êtes l’apothéose. Tout le reste va s’effacer, effectivement, comme un rêve qui s’éloigne au fur et à mesure que vous êtes actifs après votre réveil, en ce monde, chaque matin.

C’est en ce sens que vous ne pourrez qu’en rire et en sourire, d’avoir oublié que ce que vous êtes a toujours été là, malgré les apparences et la souffrance.
 

INDEX

Aventure Céleste Accueil


 
 



Créer un site
Créer un site