Entre tien et mien de Bidi.

Bidi intervient en réponse à des questions afin de nous accompagner à vivre l'Absolu, l'Ultime.


BIDI 29 juin 2012 - 3
BIDI 29 juin 2012 - 2
BIDI 29 juin 2012 - 1
BIDI 3 juin 2012 - 2
BIDI 3 juin 2012 - 1
BIDI 17 mai 2012
BIDI 16 mai 2012 - 2
BIDI 16 mai 2012 -1
BIDI 12 mai 2012
BIDI 8 mai 2012
BIDI 7 mai 2012

BIDI 13 avril 2012 - 3
BIDI 13 avril 2012 - 2
BIDI 13 avril 2012 - 1
BIDI 9 avril 2012
BIDI  8 avril 2012 - 2
BIDI 8 avril 2012 - 1
BIDI 29 mars 2012


BIDI - 3

En écoute 3ème partie CLIQUEZ ICI

29 juin 2012

Question : Quelles possibilités m'aiguilleraient et me permettraient de basculer et d'accéder à l'Absolu ?
Il y a des mots dont l'agencement montre une interrogation au sein de l'interrogation. Es-tu sûre de ta question ? Que signifie « la possibilité » et « aiguiller » ? Encore une fois, la notion d'aiguiller signifie un besoin de comprendre, un besoin de saisir, un besoin de s'approprier. Alors que l'Absolu, en aucun cas, ne peut-être défini, ni même perçu, tant que tu te situes au sein du connu, tant que tu persistes à vouloir le comprendre, le saisir. Le préalable appelé « Abandon du Soi » n'est réalisable que par la réfutation. Il t'appartient donc de cesser de vouloir comprendre, de cesser de vouloir t'approprier. L'Absolu, en aucun cas, ne peut être un objectif, ni une finalité et encore moins quelque chose que l'on peut percevoir, ressentir ou expérimenter. Il n'y a que la réfutation de tout ce qui est connu (que cela soit ce corps, comme l'ensemble des corps dits subtils) qui permettra, dans un premier temps, de rompre l'habitude de l'identification à tout ce qui constitue la vie, au sein de ce monde. Être rien, ici, comme je l'ai dit, permet d'être Absolu. Alors, bien sûr, un certain nombre de Piliers, un certain nombre d'éléments (qui vous ont été communiqués) sont des éléments préparatoires à l'Absolu. Mais, en aucun cas, l'Absolu ne peut être saisi à travers une compréhension intellectuelle. Quand cet état s'installe, au-delà de tout état, quand il se révèle et se dévoile, instantanément, cela est une perception au-delà de tout percept, cela est un état au-delà de tout état, qui vous installe en-dehors de l'illusion. Non pas en tant que croyance mais en tant que Vérité Absolue, vécue de manière permanente, vous permettant de vous extraire de tout ce qui fait l'éphémère et l'illusoire. Il n'existe donc aucun élément pouvant t'aiguiller, aucune possibilité te permettant de te diriger vers quoi que ce soit. Seul, le principe de réfutation et l'enquête sur ce que n'est pas l'Absolu te permettra, à un moment donné, de rompre le cercle vicieux du mental, ainsi que de l'ensemble des croyances, ainsi que de l'ensemble des identifications participant à l'éphémère. Il n'y a pas d'autre moyen, il n'y a pas de technique, il n'y a pas d'autre approche possible concernant l'Absolu. La réfutation consistant à rejeter (sans nier et sans renier), consistant à voir tout ce qui n'est pas Infini, tout ce qui est éphémère, permet une approche directe, si je peux m'exprimer ainsi, de l'Absolu. Vous ne pouvez, en aucun cas, aiguiller quoi que ce soit. Vous ne pouvez élaborer aucune stratégie, aucune autre possibilité. Aucune Vibration ne peut vous conduire à être Absolu. C'est justement dans la réfutation de tout ce qui est vécu (concernant aussi bien le je, que le Soi) que l'Absolu se déploie et se dévoile. Bien sûr, l'Onde de Vie, le Manteau Bleu de la Grâce, participent à ce travail. L'ensemble des éléments inscrits au sein de la survie de la personnalité elle-même (comme la peur de la perte de cette personnalité, la peur de la mort) sont des éléments qui peuvent être transfigurés par l'Onde de Vie elle-même. Facilitant, en quelque sorte, la disparition de l'ego et la transcendance de l'ego, la disparition du Soi et la transcendance du Soi. Permettant de dévoiler ce qui a toujours été là. Vous ne pouvez vous en saisir par un quelconque processus mental, par un quelconque processus Vibratoire, par une quelconque expérience. La réfutation est le principe et le fondement même de l'Advaïta Vedânta permettant, si vous le souhaitez, de vous établir dans ce que vous Êtes, de toute éternité, au-delà de toute vie, au-delà de toute matière et au-delà de toute Dimension. Vous ne pouvez vous en saisir, vous ne pouvez l'approcher autrement que par la réfutation, autrement qu'en profitant de l'influence de l'Onde de Vie, du Manteau Bleu de la Grâce et du dépassement et de la transcendance du je et du Soi. Les Piliers qui ont été communiqués (voilà déjà longtemps) concernant l'Humilité, la Simplicité, la Transparence, la Voie de l'Enfance, sont des possibilités. Mais ces possibilité ne donnent pas accès, si je puis dire, directement, à l'Absolu, mais établissent les bases, les fondations, qui permettent d'asseoir, en quelque sorte, l'abandon du je et l'abandon du Soi.

Question : Pouvez-vous m'éclairer sur mes résistances à lâcher ma personnalité ?
Une partie de la réponse que je te ferai est donc issue de la question précédente. Je n'y reviendrai pas. L'attachement de la personnalité à elle-même est inhérent au principe de survie. La personnalité, pour exister, doit se croire éternelle, ce que, bien évidemment, elle n'est jamais puisque la personnalité apparaît et disparaît entre la naissance et la mort. Rien ne subsiste de la personnalité une fois que le sac de nourriture n'est plus et est rendu à la Terre. Ce qui persiste (et encore, pour vous, cela est une croyance, le plus souvent) est l'âme et l'Esprit. Mais l'âme et l'Esprit ne sont pas l'Absolu. Ils sont contenus dans l'Absolu. Les résistances de la personnalité, au-delà de toute notion psychologique, sont liées même à la présence de la projection de la conscience au sein de ce monde. Ainsi, il n'y a pas de spécificité individuelle, même s'il existe des programmations au sein de la personnalité, fonction de ta propre histoire, de ta propre mémoire. Au-delà de cela, il y a des archétypes, des fondements, des fondamentaux qui, chez tout être humain incarné, sont, par le principe de préservation de l'espèce, en quelque sorte, les garants et les garde-fous de la non-disparition de la personnalité avant un terme échu (que celui-ci soit la mort naturelle, une mort accidentelle, ou quoi que ce soit d'autre mettant fin à l'existence de la personnalité et donc, à la projection de la conscience dans son enfermement au sein de ce sac de nourriture). Ainsi donc, je ne peux te donner d'élément personnel concernant ce qui est commun à l'ensemble de l'humanité incarnée. Je te renvoie donc à ce qui a pu être dit, de différentes façons, concernant ce que vous nommez les 2 premiers chakras, où sont inscrits les principes de survie, les principes de survivance, ainsi que les principes d'illusion permettant de maintenir un semblant de cohérence au sein de ce qui est nommé la personnalité. Il n'y a donc pas de réponse qui te soit personnelle.

Que l'on soit au niveau du je, que l'on soit au niveau du Soi, que l'on soit au sein de la Présence Infinie ou de l'Infinie Présence, le mécanisme, si l'on peut dire, reste le même : il n'y a que dans le dépassement de la peur de la mort, de la peur de sa propre disparition, que l'Absolu apparaît comme quelque chose qui est là, de toute éternité. La projection de la conscience doit donc, le temps de ce qui n'est pas un passage mais bien une Transfiguration, cesser d'exister. C'est cette peur-là qui doit être vaincue. Non pas dans le sens d'un combat, non pas dans le sens d'une explication, mais bien dans un face à face. Au sein de l'Occident, ceci a été la rencontre avec le « Gardien du Seuil », vous permettant de vivre vos propres Ténèbres, votre propre Dissolution. Ceci est inscrit, encore une fois, dans le principe de préservation même du corps. Il ne peut exister d'élément, à proprement parler, psychologique, puisque nous sommes ici, directement, dans quelque chose qui est inscrit dans le sac de nourriture lui-même. Le sac de nourriture est persuadé, lui aussi, d'être immortel, alors que, bien évidemment, vous savez que cela est faux, du moins sur la surface de cette Terre. Il y a un moment où vous apparaissez. Il y a un moment où vous disparaissez. Ce qui apparaît et ce qui disparaît concerne exclusivement l'éphémère. Sous-tendu à cette apparition et cette disparition, il existe ce qui est nommé un observateur ou conscience du « je suis », Réalisant le Soi. Au-delà du « je suis », il y a le non-être. Le non-être est la cessation de toute projection de conscience au sein de ce monde, comme au sein de toute Dimension. Être Absolu définit des nouveaux cadres qui sont constitués par l'absence de cadre et l'absence de limite. Il n'y a plus de localisation, il n'y a plus d'enfermement, il n'y a plus de possibilité d'être limité, en aucune manière. La conscience peut se projeter, comme ne plus se projeter. La réintégration au sein de La Source, la pulsation (si l'on peut l'appeler ainsi, bien que cela ne corresponde à rien qui vous soit connu) de l'Absolu, est une émanation d'Amour, se contemplant elle-même. C'est ce que nous sommes tous : Amour se contemplant lui-même. Projection de l'Amour au sein de différentes strates Vibratoires, au sein de différentes fréquences, au sein de différentes expériences. Tant qu'il existe, au sein de la conscience (que cela soit du je ou du Soi), le besoin d'expérimenter, le besoin de se projeter, l'Absolu ne peut apparaître, alors qu'il est déjà là. Il faut donc qu'il y ait, en quelque sorte, une extinction totale de la conscience. Que cela soit la conscience fragmentaire de la personnalité, que cela soit la conscience élargie ou la Supra conscience du Soi, tout ceci doit cesser, comme si le temps s'arrêtait, comme si l'espace n'existait plus, afin que la conscience, elle-même, arrête de s'observer, arrête de se voir et arrête d'être vue, elle-même, dans quelque Dimension que ce soit. Ceci, réalisé, transforme totalement votre vie, ici comme ailleurs, parce qu'à ce moment-là, vous n'êtes plus (tout en étant dans l'Absolu) dans une forme, limité par cette forme, en aucune manière. Votre conscience, en quelque sorte, même dans ses projections, n'est plus limitée à ce corps, à cette Dimension, ou à toute autre conscience existante. Vous êtes vraiment, à ce moment-là, Absolu, dans la réalité, non pas de l'expérience mais, de ce que vous Êtes, de toute éternité. Je résumerai cela en disant que le seul obstacle à Être Absolu est la peur. Tant qu'existe en vous la moindre peur (concernant ce corps, concernant cette âme, concernant cet Esprit, concernant votre devenir, concernant vos attaches, vos croyances), l'Absolu ne peut aucunement être ce que vous Êtes et que pourtant vous Êtes, de toute éternité. Parce que la peur est une projection de conscience, au sein de la limitation, au sein de la peur de sa propre disparition ou auto-dissolution. Le même mécanisme se retrouve dans les mécanismes d'approche de la mort où, dès l'instant où vous savez que vous allez mourir, pour une raison précise, survient, au sein de la conscience, le refus. Ce refus est caractéristique de la conscience de la personnalité. Au sein même de la conscience du Soi, même si cette période de refus semble beaucoup plus légère, elle existe, néanmoins. Le refus n'est que le reflet et la conséquence de la peur.

La personnalité est construite sur le manque de Lumière, sur la falsification, sur l'amputation. De cette falsification, de cette amputation, résulte ce qui est nommé la peur. La peur n'est qu'un sentiment d'incomplétude faisant que, toute sa vie, la personnalité va chercher à se rassurer en essayant de créer des circonstances qui lui semblent éternelles et qui, bien évidemment, ne le seront jamais (que cela soit à travers une affection, que cela soit à travers un travail, que cela soit à travers une descendance) puisque, de toute façon, le jour où vous quittez ce monde, ce monde-là n'existe plus, pour vous. Bien sûr, il existe des moyens (limités) de contact entre ce côté-ci de la vie et l'autre côté de la vie appelé la mort. Mais l'un comme l'autre ne sont que des amputations de ce que vous Êtes, en Vérité. Il existe, au sein de la personnalité (et ceci est commun à tout humain), le besoin d'être rassuré, le besoin de trouver une stabilité au sein d'un monde où rien de tout cela ne peut exister, de par l'existence même du principe d'amputation et de falsification, ainsi que d'enfermement.

Question : bien que sentant en moi les manifestations de l'Onde de Vie, je me demande pourquoi je suis encore tellement accrochée à mon je.
L'Onde de Vie, comme je l'ai dit, est un élément facilitant, venant transfigurer les peurs inscrites au niveau des 2 chakras inférieurs correspondant au corps physique et au corps, que vous nommez, éthérique. Mais ceci ne suffit pas à faire disparaître le je et ce que tu nommes « être accroché au je ». Il existe un principe d'abandon du Soi, situé à la perte totale de la personnalité, correspondant au passage entre le 3ème chakra et le chakra du Cœur. Ceci a été nommé Crucifixion et Résurrection. Il existe, à ce niveau, ce qui est appelé une « Porte Étroite ». C'est le moment où vous devez, en quelque sorte, vous prouver (à vous-même) que vous n'êtes attaché à rien de ce monde, à rien de ce qui est éphémère. Vous devez être libre de toute croyance. Vous devez être libre de tout attachement. Vous devez être libre de tout connu. C'est à ce niveau que va agir la réfutation. Encore une fois, concernant cette question, ce n'est pas une problématique personnelle, mais bien une problématique collective, liée à l'enfermement, à l'amputation et à l'isolement de ce monde. L'ensemble des connaissances (même les plus élaborées) ne sont qu'ignorance. Parce qu'aucune des connaissances, quelles qu'elles soient (astrologiques, qu'elles soient spirituelles, qu'elles soient religieuses), ne peuvent vous donner accès à la Vérité mais, simplement, à des croyances auxquelles vous adhérez, ou pas. Aucune croyance (même la plus élaborée) ne peut changer quoi que ce soit à votre statut. Si vous remarquez : au sein de tous les modèles religieux, au sein de tous les modèles de société de la Terre, quelle que soit l'adhésion à une religion donnée ou à une autre, vous avez des êtres qui ont réussi à s'Abandonner, en totalité, à accepter leur propre disparition. Quelle que soit la religion de départ, l'on peut dire que vous devez, tous, passer par la même Porte Étroite. C'est le moment où il faut se défaire de l'ensemble des croyances, de l'ensemble des certitudes. C'est à cette condition que l'Inconnu peut être révélé et que l'Absolu est réalisé, au sens de la Libération. Tant que vous vous appuyez sur une croyance, tant que vous vous appuyez sur une connaissance, quelle qu'elle soit, vous êtes dans l'ignorance la plus totale. Ce que vous appelez connaissance (au sens humain) n'est qu'ignorance. Si vous acceptez cette ignorance, alors vous pénétrez la connaissance, parce que vous Êtes la connaissance. Étant la connaissance, étant Amour et Lumière, vous ne pouvez, en aucun cas, au travers d'une quelconque projection, appréhender cela. Il n'y a qu'en vous débarrassant de tout ce qui est connu (par l'enquête et la réfutation), que vous arrivez à cela.

Je précise (pour les interventions futures) que je vous demanderai, dorénavant, de lire attentivement ce que j'ai déjà dit. Parce que beaucoup des questions que vous posez ont déjà eu leur réponse, surtout quand il s'agit de réponses qui sont collectives et qui ne concernent en rien votre personnalité et en rien votre individualité. Le principe de l'enquête, le principe de la réfutation est universel. Il ne dépend d'aucune croyance, d'aucun karma, d'aucune religion, d'aucun pays. J'ai exprimé, dès le début de ma venue, que j'essaierai (le plus possible) de sortir de tout contexte de société, de toute notion historique. Je m'applique à cela et cela est fondamental. Les temps que vous vivez, comme vous le savez, sont particuliers. Ils appellent de vous une notion de dépouillement, de ne pas adhérer à quoi que ce soit qui n'est pas vécu. Et il convient même de dépasser ce qui est vécu, une fois que cela a été vécu, c'est-à-dire dépasser l'expérience elle-même par le principe de réfutation. Bien sûr, l'ego et la personnalité vont toujours vous dire que cela ne sert à rien. Et c'est logique. Et c'est normal. Mais vous n'avez, strictement, aucun autre moyen que de réaliser cela par l'enquête, par la réfutation. Il n'y a pas d'autre moyen de se libérer du connu. Le processus Vibratoire concerne la conscience (cela vous le savez aussi) puisque la conscience est Vibration. Selon la gamme où s'exprime cette Vibration elle est soit connue et alors vous êtes dans la conscience du je. Soit les Vibrations apparaissent dans le corps (quels que soient les points de pénétration) et beaucoup vous ont été donnés : chakras, Portes, Étoiles, Kundalini, Onde de Vie. Cette pénétration va induire un élargissement de la conscience appelant cela : l'Éveil, la Réalisation, l'Accès à la supra-conscience. Mais même ceci n'est pas Absolu. L'Absolu est bien plus large (si je peux exprimer ainsi) que tout ce qui peut être perçu, que tout ce qui peut être ressenti. Cela est bien plus vaste que la conscience. C'est une délocalisation totale de votre conscience qui n'est plus assujettie aux lois de ce monde, tout en maintenant la forme, tout en maintenant vos vies.

Mais le principe de la réfutation (qui peut vous sembler, au niveau de l'ego, comme un exercice simpliste ou un exercice mental) est le mécanisme le plus simple, visant à shunter toutes les strates intermédiaires de l'oignon, vous permettant d'avoir la vision globale, au-delà de tout ce qui peut être vu et au-delà de toute conscience. Il faut concevoir (et vivre) que la conscience s'exprime sur une palette de Vibrations : celle de la personnalité, celle du Soi et celle de la Présence Ultime et Infinie. Que l'Absolu englobe tout cela, présent sur ce monde, présent dans les Dimensions, englobant l'ensemble de tout cela et même La Source.

Quand les Archanges vous ont dit qu'Ils étaient à l'Intérieur de vous, cela n'est pas une vue de l'esprit, cela n'est pas une projection, mais bien la stricte Vérité de l'Absolu que vous Êtes. Vous devez accepter de mourir à vous-même, afin de renaître. Encore une fois, il n'y a pas de passage entre le Soi et l'Absolu, il n'y a pas de passage entre le je et l'Absolu. Il y a, effectivement, une Porte Étroite qui est, elle aussi, en quelque sorte, des fondations, des éléments d'appui, au même titre que l'Onde de Vie. Mais faut-il encore que vous acceptiez de vous perdre et de disparaître. Chose que ne peut accepter aucunement le je et le Soi. Mais c'est un passage que je qualifierais d'obligé. Il n'y en a pas d'autre. Et ce passage (le mot n'est pas indiqué parce que ce n'est pas un passage), c'est justement l'Abandon de tout ce qui est éphémère, de tout ce qui est connu, qui vous ouvre, si l'on peut dire, cet accès à l'Inconnu, qui n'est pas un accès. La meilleure expression que nous ayons trouvée est, effectivement, cette notion de point de vue ou de regard. D'où regardez-vous ? Êtes-vous sur scène en train de jouer ? Êtes-vous dans la salle en train de regarder le spectacle ? Ou êtes-vous en-dehors du théâtre ? Tant que vous jouez, vous ne pouvez être en dehors. Mais quand vous êtes en dehors, vous prenez conscience, si l'on peut dire, à travers la projection de la conscience elle-même, qu'il existe un spectateur ou observateur et qu'il existe un acteur. Mais vous n'êtes identifié, de manière formelle, ni à l'acteur, ni à l'observateur, ni à quoi que ce soit comme élément existant dans le théâtre. Vous êtes l'ensemble de tout ce qui est perçu, comme de tout ce qui n'est pas perçu.

Question : qu'en est-il de la colère et de l'énervement qui traversent encore ce corps et cette personnalité ?
Qu'entends-tu par « qu'en est-il » ? Souhaites-tu une explication logique et rationnelle du pourquoi cela existe ? En quoi cela concerne t-il l'Absolu? Ceci est typiquement le genre de connaissance qui ne t'est d'aucune utilité, aussi bien pour le Soi que pour l'Absolu. Les lois de l'action / réaction ne concernent que ce sac de nourriture et ce sac de pensées. Tant que tu es en réaction par rapport à cela, tant que tu es en besoin de compréhension de cela, tu restes enfermée dans ce qui, justement, te dérange. Il y a, là aussi, cette notion d'identification à ce corps, à ces pensées et à cette vie. La colère, dans ton cas, résulte effectivement de l'enfermement. L'enfermement se manifeste par la colère, le plus souvent. Mais la colère ne résout rien, comme la peur, l'un et l'autre, dont les directions sont opposées au niveau de la conscience : la colère élève, la peur abaisse. Mais, dans un cas comme dans l'autre, ni la colère, ni la peur, ne permettent d'échapper à la condition de la conscience fragmentaire. Ainsi donc, ton regard qui se porte, au travers de cette question, sur le besoin de comprendre, ou d'expliquer, ou de donner du sens à ce qui traverse ce corps et cette personnalité, ne te sera d'aucun secours, concernant le Soi comme l'Absolu. Tant qu'il existe un besoin de compréhension, tu te situes toi-même, au sein de la conscience, dans l'action / réaction. Aucune action, ni aucune réaction, ne peut rompre le cercle vicieux. Parce qu'à ce moment-là, tu restes au sein de l'acteur, tu restes sur la scène de théâtre, et tu ne sais même pas qu'il existe un théâtre. Tu es tellement investie dans le rôle de l'acteur que cela est, pour toi, la seule réalité. Même si tu sais, quelque part, qu'il y a autre chose, tu n'en as ni la perception, ni la conscience, ni la possibilité d'en sortir, tant que ton point de vue n'a pas changé.

Tu peux obtenir toutes les réponses, et l'exemple de la science, telle que vous la connaissez, aujourd'hui, sur Terre, vous en donne la magnifique illustration : vous connaissez le fonctionnement de l'atome, vous connaissez le fonctionnement de la cellule, et alors ? Est-ce que cela donne la réponse à : qui suis-je ? Tant que tu es identifiée à des cellules, cela peut suffire. Tant que tu es identifiée à ta psychologie humaine, cela peut suffire. Mais cela ne nourrira jamais autre chose que l'action / réaction. Tu maintiendras, de façon longue, durable, l'éphémère, à travers une succession d'éphémères, parfois de plus en plus douloureux, parfois légers, mais qui, en définitive et en résultante, ne changent absolument rien à ta condition et à ton enfermement. Comprendre comment fonctionne la prison, ne permet pas de sortir de la prison. Comprendre tous les actes de toutes les pièces de théâtre, ne permet pas de sortir du théâtre, ne permet même pas d'identifier le théâtre. D'autant plus que la conscience, qui est limitée par le principe d'amputation, d'isolement, et d'enfermement, va, en quelque sorte, au fur et à mesure des incarnations et des expériences, se satisfaire de cette limitation, le plus souvent. Te donnant à vivre, au sein de cette frustration (car c'en est une), des éléments pacifiant, à travers ce qui est nommé la profession, à travers ce qui est nommé l'affection, à travers ce qui est nommé le social. Mais jamais une profession, jamais une relation, jamais une société, ne pourra répondre, à ta place, à ce que tu Es. Il n'y a que ta propre enquête, au-delà de toute connaissance, au-delà de toute adhésion à un rite ou à un dogme, qui te permettra de retrouver le fil de la Liberté.

La colère, comme la peur, ne sont que les conséquences de la perte de ce que vous Êtes, apparente. Cette perte n'est liée qu'à votre point de vue. Ce point de vue qui, je vous le rappelle, est lié aussi bien à l'éducation, qu'aux dogmes, qu'aux religions, qu'à la société, qu'à tout ce à quoi vous avez adhéré sans en faire l'expérience, sans en avoir la validation Intérieure. Tout ce que vous acceptez comme règle établie, sans l'avoir éprouvé par l'expérience ou le vécu, ne fait que renforcer l'enfermement, de manière systématique. La colère est une émotion. Toute émotion est inscrite dans l'action / réaction, aucune émotion ne peut échapper à cette règle : c'est même la définition d'une émotion. C'est pour cela qu'au sein de certains systèmes traditionnels, éprouvés (que cela soit en Orient comme en Occident), il a été fait une large place à tout ce qui est émotionnel, à tout ce qui est mental, comme élément freinant, ou rajoutant des voiles à l'enfermement et à l'isolement. Aucune émotion n'est libératrice. Aucune activité mentale ne peut vous libérer. Aucun dogme et aucune croyance ne peut vous libérer. Il faut, encore une fois, là, ici, aussi, vous affranchir de toute croyance, vous affranchir de toute certitude, et aller vers cet Inconnu, en vous débarrassant de tout ce qui est connu. Alors, bien sûr, pour l'ego, cela est un drame. Et pour le Soi, cela est aussi un drame. Parce qu'il y a, effectivement, un Passage du je au Soi, de la conscience fragmentaire à la Conscience élargie, qui a été conquis, si l'on peut dire ainsi. Alors qu'il ne peut y avoir de conquête de ce que vous Êtes, en Vérité, c'est-à-dire Absolu.

Question : il y a une partie de moi qui ne comprend pas réellement ce qu'est la réfutation, pourquoi ce blocage ?
Qui a dit que tu devais comprendre la réfutation ? Tu dois l'appliquer. Est-ce que tu comprends comment tu marches ? Est-ce que tu sais quels sont les muscles qui sont mis en œuvre, quels sont les nerfs qui sont mis en œuvre ? Et pourtant, tu marches. Tant qu'il y a volonté de comprendre, tu ne peux avancer, tu restes sur place, immobile dans l'ego. La réfutation n'a pas à être comprise, elle a à être pratiquée. Cela est bien au-delà d'une croyance et d'une explication. Réfuter consiste à affirmer que rien de ce qui est limité, que rien de ce qui est connu, ne peut être la Vérité. Rien de plus et rien de moins. Si tu commences à rentrer dans le besoin de comprendre, réfléchis : qui veut comprendre, si ce n'est le je ? Parce que comprendre, c'est prendre. Or là, il s'agit de restituer, c'est exactement l'inverse. Tout ce que vous appelez connaissance n'est qu'ignorance. Tout ce que vous appelez compréhension est un obstacle, parce que la compréhension fait appel à quoi ? Au mental. Or, justement, l'élément le plus freinant est le mental. Donc, nourrir le mental, à travers une logique, une raison, une explication, t'enferme encore plus dans l'action / réaction. Ne cherche pas à comprendre. Comme je l'ai dit à d'autres reprises, moins tu comprendras, plus tu y arriveras. Parce que, en définitive, c'est toujours l'ego qui veut comprendre, qui veut s'approprier, qui a besoin d'une logique qui lui est propre. Tant qu'il y a cela, tu retardes l'enquête. Cela est suggéré par l'ego, bien évidemment, parce que cette réfutation et cette enquête, le mental sait pertinemment que cela signe son arrêt de mort, et cela, il n'en veut pas. Donc, ne donne pas de poids à ce genre d'interrogation, débarrasse-t'en, au plus vite. Réfuter n'est pas comprendre, justement, c'est exactement l'inverse. C'est une gymnastique, tu peux l'appeler mentale, si tu veux, bien que cela aille largement au-delà de cela. Mais cette enquête et cette réfutation est, très précisément, ce qui va rompre le cercle vicieux. Ce genre de question, pour tout Frère et Sœur, ne fait que traduire l'activité du mental qui, de par lui-même, ne cherche qu'une chose : comprendre et prendre. Or, nous ne sommes pas dans ce processus. La réfutation n'a pas à être comprise, elle a à être appliquée. De la même façon que l'enquête a à être menée, elle n'a pas à être expliquée. Le mental, à travers la question que tu poses, essaye de complexifier ce qui est simple. Ne plus nourrir le mental, c'est réfuter tout ce qui vient de lui, tout ce qui est inscrit dans l'éphémère.

Question : après avoir pratiqué la réfutation, je n'y arrive plus. En fait, vivre le Soi ou l'Absolu, je m'en fiche. Je m'abandonne à la vie, à l'instant présent. Est-ce la personnalité qui refuse de lâcher, ou bien est-ce un réel Abandon ?
Il n'y a que toi qui peux avoir la réponse. Celui qui est Absolu le sait instantanément, il ne peut exister aucun doute, aucune interrogation. Cela est bien au-delà de la personnalité, cela est bien au-delà de la certitude et de l'expérience. Une fois l'enquête menée, une fois la réfutation conduite, s'il n'y a plus rien à réfuter, que veux-tu réfuter ? Au-delà de la conscience, ce que tu Es, une fois la réfutation et l'enquête menées, te laisse Être ce que tu Es. Si donc la réfutation et l'enquête ont été menées, et accomplies, tu Es Absolu. Mais à condition que tu le saches toi-même. Aucune réponse ne peut être apportée de l'extérieur. Seul toi sais ce que tu Es, au-delà de la conscience. Il vous a été dit qu'au sein du Soi, et de l'instant présent (de la vie, comme tu dis), la vie se déroule selon des lois, liées au Je Suis, nommées Action de Grâce. Là où se manifeste l'Unité, la Fluidité, la facilité. Au sein de cette facilité, aucune activité mentale, aucune activité émotionnelle, aucun stress, aucun évènement de la vie, ne peut altérer ce que tu Es. Et là, tu sais, pertinemment, que tu Es Absolu. Quelle que soit ta vie, tu es conscient que tu n'es pas seulement cela, mais que tu Es bien plus que cela. La vie se manifeste alors sans résistance, sans opposition, sans contrainte, sans mental qui te domine, et sans émotion qui te domine. Mais tant qu'il existe le sens d'une question à l'Intérieur de toi, bien sûr, l'Absolu ne peut être ce que tu Es. L'Abandon du Soi, comme l'Abandon à la Lumière, se réalise et te donne à vivre l'absence d'interrogation. Si ta vie, alors, se déroule ainsi, dans la plus grande des facilités, cela est un témoin.

Mais, encore une fois, celui qui est Absolu le sait. Non pas comme une possibilité, non pas comme quelque chose dont il se doute, mais bien comme une évidence de chaque minute, de chaque nuit, de chaque souffle. Parce qu'à ce moment-là, tu n'es plus enfermé dans un corps, tu n'es plus enfermé dans une société, tu n'es plus enfermé dans un monde, tu Es Amour. Et cela est vécu pleinement, au-delà de toute Vibration, au-delà de tout évènement, au-delà de tout traumatisme, comme de toute Joie. Cette Permanence, cette Immanence, est la réalité qui est vécue en l'Absolu. La forme, cet Absolu avec forme, cette forme, ne peut être aucunement un facteur limitant, contrairement à ce qui est vécu dans le je ou dans le Soi. Et cela est vécu clairement, de manière authentique. De la même façon que tu peux marcher, tu sais que tu marches sans avoir besoin de porter ta conscience sur la marche. Il en est de même pour Absolu, pour cet Ultime.

Une fois que l'enquête et la réfutation ont été menées, il y a, effectivement, un instant donné où celle-ci ne peut plus être poursuivie. Il n'y a que toi qui peux savoir si tout a été accompli, à ce niveau-là. L'Absolu n'a pas de question : il Est. Et il est indépendant de la forme, même dans l'Absolu avec forme. Il est indépendant de ce que vit ce corps. Il est indépendant de toute notion de mémoire ou d'histoire. Il n'existe aucune contingence, aucune limite. La conscience est, à la fois, ce corps, comme dans toute autre projection, comme dans l'absence de projection.
 

BIDI - 2

29 juin 2012

Question : dans ce contexte, que veut dire l'Absolu, comment le vivre ?
Voilà l'exemple typique (et je n'ai rien contre toi) de quelqu'un qui n'a rien lu de ce que j'ai dit. On ne peut rien dire de l'Absolu. Ce n'est pas un contexte, ni un concept. On ne peut rien (absolument rien) dire sur l'Absolu puisque, justement, il est Inconnu. Donc, vouloir en faire une approche de compréhension intellectuelle, mentale ou imagée, ne veut rien dire. C'est le mental qui pose cette question. Le mental ne peut approcher, ni même se douter, de quoi que ce soit concernant l'Absolu. Le principe même de l'Absolu est, justement, de réfuter tout ce qui est connu. Rien ne peut être expliqué (donné) sur l'Absolu. Vouloir en faire une compréhension ne veut rien dire. De la même façon, il n'existe aucun moyen à te donner (à t'expliquer) concernant comment vivre l'Absolu parce que le comment implique, nécessairement, une compréhension (un mécanisme intellectuel de préhension, d'approche), ce qui est impossible. Je t'engage, donc, à relire tout ce que j'ai pu dire et, même, dans mon texte d'introduction. Toute volonté de compréhension de l'Absolu est vouée à l'échec puisqu'il vous est Inconnu. L'Absolu ne peut être exprimé en mots parce que c'est ce que vous Êtes. Donc, vouloir vivre ce que tu Es, est un non sens puisque tu l'Es, de toute Éternité. Le mental pose ce genre de question parce qu'il est persuadé qu'il va pouvoir s'approprier l'Absolu et le vivre. Mais, justement, c'est dans l'absence de compréhension, dans la disparition de l'interrogation du mental lui-même, dans la disparition de la compréhension (ou de la logique qui est, aussi, la disparition de la personne elle-même), que l'Absolu Est. Je ne peux donc apporter aucune réponse à ta question. Il serait présomptueux de croire (ou d'espérer) qu'une définition de ce qu'est l'Absolu est possible. De la même façon qu'il n'existe aucune technique, aucun moyen, de vivre l'Absolu, en posant ce genre de question. Il n'y a qu'en réfutant tout ce qui est connu (c'est-à-dire : tu n'es pas ce corps, tu n'es pas ces pensées, tu n'es pas cette vie, tu n'es pas ce monde), en laissant faire ce qui est à faire sur ce monde, que l'Absolu Est. Aucune émotion, aucune image, aucun symbole, aucun imaginaire, aucun rêve, aucune projection, ne t'est d'une quelconque utilité pour être Absolu. Bien au contraire. Débarrasse-toi de tout ça. Ce n'est que quand tu es débarrassée de tout ce qui recouvre ce que tu Es (c'est-à-dire l'Absolu) que l'Absolu Est. L'Absolu est Inconnu. C'est ce que je disais au début.

Imaginons (et cela est facile) que tu me dises que tu ne sais pas ce qu'est l'air. Mais, tu vis dans l'air. Toute proportion gardée, c'est exactement le même principe. Tant que tu en fais une projection (de l'Absolu), jamais il ne pourra être pour toi. Et, pourtant, il est là. Le regard extérieur, la compréhension, la projection dans un système de connaissances (quel qu'il soit), ne peut te donner cet accès. Il n'existe, tout simplement, pas. Il n'y a que quand tout ce qui est lié à ta personne, à ton « Je », à ton Soi, n'existe plus, s'est tu, que l'Absolu est là. Tout mot que je pourrais te donner de l'Absolu ne ferait que t'en éloigner. Il n'y que dans les moments où le « Je » disparaît, où le Soi disparaît, en totalité (cela a été appelé l'Abandon du Soi), c'est le moment où tu te libères, totalement, de tout ce qui t'est connu (de tous tes conditionnements, de tous tes réflexes, de toutes tes croyances, de toutes tes Illusions, en ce corps, en cette vie, et en cette conscience, n'existent plus) que l'Absolu Est. Pas avant. Donc, comment peux-tu imaginer te servir de ta propre conscience, de ta propre intelligence, de ta propre compréhension, pour être Absolu ? C'est impossible. Tant que cette démarche existe (que vous la nommiez psychologique, spirituelle ou autre), vous vous escroquez vous-mêmes. Tant que vous jouez le jeu de la conscience, vous ne pouvez être Absolu puisque l'Absolu est, justement, tout sauf une conscience, tout sauf une compréhension, tout sauf ce qui peut vous être connu. Il n'y a donc aucun moyen, aucune possibilité, de répondre, aussi, à ce genre de question. Je t'invite, donc, à relire attentivement, déjà, les réponses que j'ai pu donner. L'Absolu est déjà là. C'est la conscience qui, justement, met fin à l'Absolu. L'Absolu est a-conscience. L'Absolu n'est même pas supra-conscience. La supra-conscience pourrait être le stade pré-ultime. Mais, l'Absolu n'est pas un stade, ni une étape. C'est au-delà de toute possibilité de la conscience. Tu voudrais faire, de quelque chose qui est Illimité, un limité que tu puisses te saisir. Mais il n'y a rien à saisir. Au contraire. Il te faut te dessaisir de tout, sans aucune exception, vivre ce chaos, cette mort, ce dépassement de toutes les peurs, non pas par une action quelconque mais, bien, par l'observation de tout ce qui doit mourir parce qu'éphémère. Passer par les Portes de la Dissolution. Ce qui vous a été appelé l'Onde de Vie, qui arrive à certains lieux du corps illusoire et vous fait exploser à la figure, le chaos, le déni, la volonté de laisser perdurer le Soi, par orgueil spirituel, par peur de la mort, par peur tout court. C'est cela qui doit être vu. Quand cela est vu, l'Absolu n'est plus un problème, n'est pas une quête, n'est pas quelque chose à trouver. Le point de vue change et vous réalisez que l'Absolu a toujours été là. Mais, tant que vous êtes localisés dans un corps, dans un Soi, dans une histoire, dans un attachement (quel qu'il soit), vous ne pouvez être Absolu. Et, pourtant, c'est déjà ce que vous Êtes. Mais l'ego vous en empêche. Le Soi aussi. Il vous faut accepter de mourir. Cela a été nommé la Crucifixion, la Résurrection. Il faut tout perdre, pour être Tout. Tant que tu tiens à quoi que ce soit (à ta conscience, à ce corps, au Soi, à tes chakras, à ta Kundalini, que sais-je encore), tu t'escroques toi-même. Tu te limites toi-même. Tu restes dans le connu. Tu restes dans le possible, dans le circonscrit et, à aucun moment, le point de vue ne change. Le regard est le même, habillé d'autres Voiles, d'autres illusions. Tu ne peux connaître ce que tu Es. Tu ne peux que l'?tre. Connaître fait appel à la conscience. C'est la cessation de la conscience (dans une localisation, dans un espace et dans un temps, dans une histoire et dans un corps, dans un mental, comme dans une Âme ou comme dans un Esprit) qui Réalise. Tant qu'il reste quoi que ce soit de ce que je viens de décrire, l'Absolu te demeure éloigné et, pourtant, c'est ce que tu Es, au-delà de toute histoire, de tout corps. L'ego n'existe que par le manque lié à l'éphémère. L'Absolu met fin au cloisonnement, met fin à la localisation, met fin à toute Illusion, à toute croyance, à tout Soi, à tout « Je ». Pour autant, le sac de nourriture demeure. Mais, tu n'es plus identifiée à cela. Non pas en tant que croyance mais, bien, par l'expérience directe. Or, cette expérience directe ne peut se vivre tant qu'il existe la moindre identification à quoi que ce soit, c'est-à-dire tant qu'existe la moindre projection. Or, la conscience est projection, dans le « Je » comme dans le Soi.

La conscience est mouvement (que ce mouvement soit fragmentaire, dans le « Je », comme beaucoup plus vaste) donnant accès à un Illimité du Soi, appelé, pompeusement, Éveil. Mais, si vous êtes là, c'est que vous êtes, déjà, Éveillés. Il n'y a rien à Réaliser qui ne soit déjà Réalisé. C'est l'ego qui croit cela, le Soi qui croit cela. C'est le pire des pièges parce que cela vous amène à maintenir des projections constantes, à vous croire Infini, dans une recherche infinie. L'Absolu n'est pas cela. C'est, justement, l'arrêt de toute projection, de toute conscience, de toute localisation, de tout temps et de tout espace et de toute Dimension. Est-ce que ça veut dire, pour autant, que tout ce que je viens d'énumérer, disparaît ? Voir l'oignon, dans sa totalité, avec ses premières pelures, est-ce que ça veut dire que le noyau de l'oignon, au centre, n'est plus ? C'est un changement de regard. Mais l'ego ne l'acceptera jamais. Et le Soi, encore moins. Parce qu'autant le « Je » tient au « Je », de la même façon, le Soi tient au Soi. Mais, tant que vous tenez quoi que ce soit, vous n'êtes pas Libres.

Alors, bien sûr, l'ego va vous susurrer que vous êtes incarnés. Le Soi va vous susurrer que vous avez une évolution spirituelle. Le « Je » va vous dire que vous avez des obligations. Le Soi va vous dire que vous avez une responsabilité spirituelle. Mais, tout cela est connu et archi connu, et ne concerne en rien l'Absolu. Il vous faut passer de l'autre côté, tout en sachant qu'il n'existe aucun point de passage, excepté par la mort de tout ce que je viens de nommer. Ce n'est pas un voyage : c'est l'arrêt du voyage. Croire qu'il y a un voyage vous éloigne de l'Absolu. Tant que vous courez après une Kundalini, tant que vous courez après un chakra, tant que vous courez après quoi que ce soit, vous vous leurrez. C'est la peur qui vous fait croire que vous avez quelque chose à chercher et à trouver. Tant que la peur est là, vous demeurez dans le « Je » et dans le Soi, dans la peur pour ce corps, dans la peur pour une évolution spirituelle, pour un karma qui n'existe pas. Vous demeurez dans les strates inférieures. Votre point de vue ne peut changer. Tout ce qui se déroule dans le « Je », tout ce qui se déroule dans le Soi est, bien évidemment, inscrit dans l'Absolu mais ce n'est pas l'Absolu parce que tout cela vous est connu ou connaissable. Il vous faut renaître, vierge et neuf. Ce n'est pas parce qu'il n'y a plus de programme, ce n'est pas parce qu'il n'y a plus de système, que tout a disparu. C'est un problème de configuration, de regard et de point de vue. Tant que vous n'avez pas tout lâché, tout abandonné, l'Absolu n'est pas là pour vous, alors qu'il est toujours là. Vous aurez beau tout abandonner, dans la chair, vous mettre dans une montagne, méditer pendant des milliers d'années, cela n'y changera rien. Vous croirez arriver quelque part et vous ne saisirez pas qu'il n'y a nulle part où arriver. Vous continuerez à entretenir et à créer des scènes de théâtre, des pièces nouvelles, à construire d'autres théâtres et à prendre ceci pour la réalité, pour le réel, pour la seule vérité. Vous n'y êtes pas. Il vous faut lâcher tout. Cela s'appelle l'Abandon du Soi. Rappelez-vous que l'Absolu ne peut être, aucunement, un objectif final. C'est l'Ultime. Ce n'est pas une étape. Ce n'est pas une recherche. C'est, justement, la cessation de tout cela.

Question : par la réfutation et le changement de point de vue, l'angoisse se fait moins présente, voire n'apparaît plus. Parallèlement à cela, le mental se dilue. Mais, l'ego se manifeste, encore, par moments, de façon aigüe. Je réfute également mais suis surprise que certains sentiments soient encore là. L'Onde est présente. Je suis un peu perdue avec tous ces états. Pouvez-vous m'éclairer ?
Mais, tu es déjà éclairée. Que veux-tu comme éclairage supplémentaire ? Dès l'instant où la conduite de la réfutation te donne à vivre ces changements, que veux-tu de plus ? Peut-être n'es-tu pas encore suffisamment assez perdue. Quand tu seras totalement perdue, enfin, tu seras trouvée. Accepte de perdre, totalement, tout repère, tout espace, tous ces états qui changent. Observe-les et réfute-les aussi. Ce que tu conduis (et mènes) est la bonne solution. Tu t'éclaires toi-même. Continue. Je n'ai jamais dit que cela allait se réaliser en un mois ou deux mois. Certains le vivent instantanément. D'autres vont mettre (en terme linéaire) plusieurs mois. Quelle est l'importance, en définitive, puisque, comme vous l'ont dit nombre d'Intervenants, vous êtes, tous, Libérés ? Donc, la Libération est pour tous. Mais, il est différent de vivre la Libération à partir du « Je », à partir du Soi, ou à partir de l'Absolu. Parce que les implications ne sont pas les mêmes : celui qui est attaché souffre, celui qui est Libéré ne souffre pas. Celui qui a des croyances souffre et souffrira. Celui qui n'a aucune croyance, celui qui est renaît dans le vierge, ne peut souffrir. Il ne peut exister de lutte.

Quand vous êtes Absolu (je le répète), vous passez du « Je » au Soi, et du Soi à l'Absolu, comme de l'Absolu au Soi, et du Soi au « Je », sans aucun problème, à volonté. Mais, tant que vous n'êtes pas Absolu, vous ne pouvez passer de l'un à l'autre. C'est pour cela qu'il faut abandonner le « Je », le Soi. Faire face à sa propre mort, afin de laisser l'Illusion disparaître, sans y disparaître soi-même. Donc, tu es déjà éclairée. Que souhaites-tu de plus, comme éclairage ? Ce que tu as énoncé traduit que la réfutation (en votre terminologie incarnée) fonctionne. Le témoin en est l'Onde de Vie, bien au-delà de ce qui est nommé la Kundalini, les chakras et le Supramental. Que veux-tu de plus ? Laisse disparaître tout le reste. Ne cherche pas à être éclairée plus que ce que donne l'éclairage de ce que tu vis. Tout y est. Pourquoi vouloir plus ? Il n'y a rien à chercher. Il n'y a rien à vouloir. Il y a, juste, à abandonner, totalement, le Soi. Et la réfutation est la seule voie possible. Alors, poursuis. Tu y es. Bien sûr, il est logique, dans le « Je » et dans le Soi, que le mental soit présent. La pacification des émotions, la diminution des angoisses et du mental, vous conduit à vivre la Présence et l'Infinie Présence. Dès cet instant là, si vous acceptez de mourir à toute localisation, à tout lien, à toute attache, vous renaissez, Libres et Libérés. Vous êtes, donc, Libérés vivants. Vous êtes le Jnani, le Mukti. Et là, tout devient extrêmement clair. Tout est éclairé. Il ne peut persister aucune zone d'ombre.

Question : depuis quelque temps, au crépuscule, des peurs m'envahissent. Comment dépasser cet état et accepter et accueillir qui je suis ?
Ce genre de question concerne la personne, la personnalité, l'individualité. Quel rapport avec l'Absolu ? Je ne suis pas là pour répondre à cela parce que je te renverrais à la personne. Et mon but n'est pas de vous renvoyer à la personnalité, ni de répondre aux bobos de ce sac de nourriture ou de ce sac de pensées. Donc, je ne réponds pas.

Question : la conscience s'est identifiée, récemment, à des mémoires d'individualité avec une souffrance notable durant plusieurs jours. La réfutation et la transcendance n'ont pu, ponctuellement, s'effectuer. Pourquoi ?
Parce qu'il faut renforcer ta position d'observateur. Je te rappelle que c'est la position de l'observateur qui te fait sortir du rôle de l'acteur (quels que soient les moyens employés), sur le chemin de la réfutation et de la Libération (qui n'est pas un chemin). Souvent, les résistances s'expriment. Si je peux employer ce mot, le challenge, à ce moment là, est de voir, de plus en plus clairement (d'accepter, en le réfutant, de plus en plus clairement), ses angoisses et ses manifestations. À un moment donné, tu pourras dire que tu y es. C'est-à-dire que tu te seras suffisamment distancié de cette souffrance. Toute souffrance est faite pour être transcendée. La transcendance n'est pas la suppression de la souffrance par un moyen quelconque (chimique, énergétique, psychologique ou autre). Elle est, simplement, la vision la plus claire et la plus lucide de la souffrance, où qu'elle soit, afin de permettre une non identification. La réfutation est, effectivement, le moyen. Mais, là aussi, cela ne marche pas instantanément. Parfois oui. Parfois non. Parfois, il faut un peu plus de temps. Plus cela vous semble ardu (par la non réponse à la non réfutation), plus vous êtes proches de l'Infinie Présence. Alors, ne cherche pas pourquoi, ne cherche pas comment. Mais, continue à réfuter. Et, nécessairement, cette souffrance s'éloignera. Dès l'instant où tu ne donnes plus prise (sans rejeter, encore une fois), dès l'instant où il n'y a plus d'accroche dans la Conscience (pour la souffrance comme pour un attachement, c'est le même principe), alors, l'attachement ou la souffrance n'est plus. Là, est la Liberté. Là, est la Libération.

Bien sûr, il y a souvent une tendance à dire : « ça ne marche pas », dès l'instant où vous estimez qu'un temps suffisamment long y a été consacré. Mais, si cela est toujours présent, c'est que le temps consacré n'est pas suffisamment long. C'est une injonction à continuer. Il n'existe aucune souffrance qui résiste à la réfutation. Par contre, il existe beaucoup de souffrances qui vont résister à la réaction : qu'elle soit chimique (par un anti douleur), qu'elle soit psychologique (par un médicament psychique, à visée psychique), ou toute autre technique. Mais je pourrais dire la même chose par rapport à la question à laquelle je n'ai pas répondu, par rapport à la peur, c'est la même chose : si vous voulez comprendre les mécanismes de la peur, comme de la souffrance, vous ne sortirez jamais de l'action / réaction. Vous maintenez, vous nourrissez, la Dualité. La réfutation ne peut, en aucun cas, nourrir la Dualité parce que cela va créer une rupture d'équilibre dans le mental et donc, dans le cerveau. C'est cette rupture d'équilibre, dans le cerveau et dans le mental (comme cela est obtenu lors d'une expérience de mort imminente, où encore lors de certaines expériences hors du corps ou mystiques), que se réalise la Libération. C'est aussi simple que cela.

Bien sûr, quand il y souffrance ou peur, la première chose qui vient à la conscience, c'est de trouver un remède pour faire cesser la peur ou la souffrance. L'erreur est là, et elle est fondamentale : la réfutation ne va pas agir contre, alors que la logique de l'incarnation voudrait que l'on agisse contre. La réfutation est un accompagnement et non pas une lutte. L'accompagnement va toujours vers les lignes de moindre résistance. La réfutation va, dans ce cas (comme dans la question à laquelle je n'ai pas répondu), être, très exactement, ce qui va être un agent de transcendance concourant à la Libération. Tant que vous voulez lutter contre, tant que vous voulez expliquer peurs, souffrances (c'est la même chose), vous vous trompez. Parce que vous induisez, dans ce sac de nourriture, dans ce sac de pensées, une répétition au sein de l'éphémère qui est sans fin, jusqu'à la fin de l'éphémère, et vous ne vous en apercevez même pas. Par contre, la réfutation, même si elle ne semble pas donner de résultats, est réellement, le seul moyen qui va vous faire passer de l'acteur qui souffre (ou qui a peur) à celui qui observe et, en définitive, à aller au-delà de l'observateur. Donc, je t'engage à continuer. Cette réponse est conjointe à celle concernant la peur, à laquelle je n'ai pas répondu parce que la formulation n'est pas la même. Et je vous engage à relire les deux formulations des deux questions qui, pourtant, pourraient se ressembler mais qui, pourtant, tout oppose. Parce que le point de vue de la première question n'est pas le point de vue de la deuxième question à laquelle j'ai répondu. Toute la différence est là.

Question : quel est le pire obstacle à renverser pour moi pour fusionner, comme je l'ai fait une fois sans le rechercher, c'est-à-dire pour renouveler l'expérience à volonté ?
Mais, aucune expérience à volonté ne te fera vivre l'Absolu. Il faut cesser toute expérience. D'ailleurs, l'expérience spontanée qui a été vécue ne se reproduit pas parce qu'il y a un obstacle et il est de taille : c'est toi-même. Toute expérience se voit appropriée par le « Je » ou par le Soi et, tant qu'il y a une appropriation d'une expérience (fût-elle la plus merveilleuse), et bien, il n'y a pas Absolu. Ceci est une constante. Est-ce que quelqu'un qui a fait une expérience aux portes de la mort renouvelle cette expérience à volonté ? Eh bien non. Pourquoi ? Parce qu'il y a un attachement au souvenir de l'expérience. Cet attachement au souvenir de l'expérience suffit à bloquer l'expérience future et suffit à bloquer l'Absolu. Aucune personne ayant vécu une expérience de mort imminente ne peut accéder à cet état Absolu. Parce qu'il y a un attachement. Tout attachement à une expérience (quelle qu'elle soit, la plus authentique et la plus profonde), est un obstacle majeur à l'Absolu. Celui qui n'a jamais vécu d'expérience accède plus facilement à l'Absolu parce qu'il est vierge. C'est le même principe que pour le Soi : celui qui tient à son Soi ne veut pas lâcher le Soi. Celui qui est marqué par une expérience mystique, quelle qu'elle soit, ne veut pas la lâcher. Saisis bien donc que le seul obstacle c'est toi-même. Oublie-toi. Oublie cette expérience. Réfute-les et tu seras Absolu. La difficulté vient de l'attachement, encore une fois. Et plus l'expérience est profonde, et plus elle est belle, plus elle est vivante, plus elle est un obstacle au sein de ce que vous êtes, aujourd'hui. Rappelez-vous : il n'y a pas de progression entre le Soi et l'Absolu. Il n'y a pas de passage entre le Soi et l'Absolu. Le Soi est l'orgueil spirituel, par excellence, de celui qui se croit arrivé, de celui qui veut rester enfermé, qui refuse de s'Abandonner et qui pourtant clame le besoin de Liberté. Celui qui dit cela est perclus de peurs et de souffrances. Aucune expérience ne doit être reproduite. L'Absolu est la cessation de toute expérience. Mais, une fois que l'Absolu est révélé, toutes les expériences deviennent possibles, mais pas avant. C'est cela qu'il faut saisir. Donc réfute toutes tes expériences, même celle-ci et tu verras. Le propre de l'être humain, c'est de s'attacher à tout ce qui lui tombe sous la main ou sous les yeux. Et si, en plus, c'est une expérience mystique inhabituelle, cela va suffire à l'enraciner dans l'expérience passée et à l'empêcher d'être Libre et donc de vivre sa propre Libération. Ce n'est pas un paradoxe puisque l'Absolu n'est pas une progression depuis le Soi. C'est la rupture du Soi. Voilà pourquoi la réfutation est fondamentale et majeure. Tant que vous n'avez pas réfuté même vos accès au corps d'Êtreté, tant que vous n'avez pas réfuté même votre accès au Soleil, tant que vous n'avez pas réfuté même votre propre Dissolution, vous ne pouvez être Libéré. Or, justement, le Soi va croire, à l'inverse, qu'il est nécessaire de maintenir vivace l'expérience passée, de par son intensité. Il va se remémorer l'expérience, va la faire tourner en boucle (dans le mental, dans le Soi) et va s'en éloigner, encore plus, de cette Libération. L'Éveil, pompeusement ainsi nommé, n'est pas la Libération. La Réalisation n'est qu'une escroquerie qui vous maintient dans l'illusion. C'est comme ça que sont nées les illusions spirituelles (ce que vous appelez le New Age ou les enseignements Lucifériens) qui vous font miroiter quelque chose qui n'est pas vrai et qui est un obstacle majeur à la Liberté et à la Libération parce que vous restez figés dans l'expérience passée, dans la vision du 3ème Œil, dans des potentiels énergétiques et Vibratoires. Alors que même cela doit être réfuté. Sinon, vous maintenez le Soi. Vous êtes gargarisés de l'Éveil, gargarisés de votre auto Réalisation qui n'est, en fait, que le reflet de votre auto suffisance. Même cela doit être réfuté. Et il est plus facile de réfuter la vie ordinaire, pour une personne dans le « Je » qui n'a jamais vécu le Soi, que de réfuter le Soi pour celui qui est installé dans le Soi et l'orgueil spirituel. Je vous rappelle que vous êtes tous Libérés mais que les conditions et les circonstances de cette Libération ne sont pas les mêmes. Que le devenir de votre propre Libération n'est pas le même. Donc, l'obstacle, c'est toi.

Question : j'ai toujours beaucoup de difficultés à m'intérioriser correctement lors des alignements ou des méditations. Soit je m'endors, soit je finis par me laisser emporter par des pensées, soit je suis incapable de rester durant le temps préconisé. J'en déduis donc que j'ai des résistances importantes mais je ne les ai pas identifiées.
Oublie d'abord tes suppositions et tes projections parce que le fait de dormir est excellent. Parce que l'endormissement correspond à l'extinction de la conscience, bien au-delà de Turiya, et donc cela est un signe fort que l'Alignement, comme tu le dis, a une efficacité. L'endormissement est le moment où il y a occultation de la conscience comme de la supra-conscience. Dans ces moments là, l'Absolu se dévoile, même si tu n'en as pas la conscience. La résistance se situe, elle, dans les moments où tu ne tiens pas en place et dans les moments où les pensées t'envahissent. Profite de ces moments là, où l'Alignement te donne à vivre cela, pour réfuter ces pensées, sans lutter contre, mais en te désengageant, en te désidentifiant de ces pensées. Il n'y a donc pas à agir, il n'y a donc pas à laisser faire, mais bien à profiter de cette opportunité qui t'est offerte, pour réfuter, durant ces moment là. Ce que vous nommez « Alignement » est la conjonction, dorénavant, de la supra-conscience et de l'Onde, en résonnance avec l'Absolu. Profite donc de ces instants et de ces moments pour mettre en œuvre la réfutation ou alors pour dormir. Le résultat sera le même. La façon dont tu exprimes la question montre que le mental aimerait bien s'emparer des expériences d'Alignement. L'endormissement est la meilleure des façons pour que le mental ne puisse s'en accaparer. Persiste donc dans cela, et réfute tant que tu ne dors pas. Tu constateras alors, très vite, quelque chose qui se passe et qui te conduit à un mécanisme de Soi (appelé Infinie Présence) qui est, en quelque sorte, prémices à l'Absolu ou, en tout cas, facilitation de l'Absolu.

Question : depuis quelques semaines, j'ai l'impression que ce qui constituait mon activité professionnelle s'embrase sous mes yeux et que plus rien n'a de sens. Je sais qu'il n'y a rien à faire, rien à arrêter mais cela engendre chez moi, soit un mécanisme d'action / réaction, soit une sensation de dépression, de vide. Dans les deux cas, je suis ni dans la joie ni dans la paix. Comment fluidifier ce processus et sortir de l'illusion ?
La façon que tu as de présenter : tu me fais un descriptif qui correspond à la sortie de l'illusion et ensuite, tu me demandes comment sortir de l'illusion, alors que c'est ce que tu es en train de vivre. Que veux-tu de plus ? Le fait de perdre les repères, le fait de ne plus trouver d'attachement à qui que ce soit ou à quoi que ce soit est bien la preuve de la Libération en cours et donc à la cessation de l'illusion. Que veux-tu apporter de plus à cela ? Parce que ce qui est vécu là, est le processus de l'Infinie Présence qui vous conduit à l'Absolu et à la fin de l'illusion de ce monde. Remercie donc pour ce que tu vis et ne change rien. Sois l'observateur de ce qui se déroule parce que ce qui t'est donné à voir, c'est justement la fin de tes propres illusions, de tes propres attachements. C'est le deuil ou le choc. C'est ce que vous vivez, tous, en ce moment, à des degrés divers. Donc, pourquoi voulez-vous bloquer cela ? C'est totalement naturel. Il n'y a rien à améliorer. Il y a juste à voir ce qui se déroule. Quoi que vous ayez l'impression de perdre, qui que vous ayez l'impression de perdre, remerciez, parce que là se trouvent votre Libération et votre Liberté. Quoi que vous pensiez, quelle que soit la souffrance, quelle que soit la dépression. Rappelez-vous que ce qui s'exprime, par la dépression, par la souffrance, par l'ennui, n'est que le reflet de l'agonie de l'ego et du Soi. Donc pourquoi voulez-vous apporter un remède et empêcher ce qui vous libère ? Changez de regard, là aussi. Remerciez. Ce qui vous semble terrible et difficile, aujourd'hui, n'est destiné qu'à vous montrer les derniers attachements à l'œuvre. C'est ce qui vous libère. Que cela soit le travail, que cela soit un proche. Ce que vous vivez est la Liberté, même si cela vous apparaît, au sein de la conscience, comme l'inverse. Mais, bien sûr que, pour la conscience, c'est l'inverse. La conscience ne veut pas disparaître, que ce soit la conscience du je ou la conscience du Soi. Les circonstances de vos vies vous amènent à vivre cela et c'est, très exactement, ce qu'il vous faut. Alors pourquoi vouloir remédier à votre propre Libération ? Si vous acceptez cela, vous verrez, par vous-mêmes, que ce qui vous semblait, la veille, une souffrance énorme, n'est que votre Libération, rien de plus. Vous n'êtes plus dans les temps de la contemplation du Soi et de la Joie. Vous êtes dans la Libération des derniers attachements, des dernières illusions. Même si cela vous semble difficile, c'est difficile pour qui et pour quoi ? Regardez cela. Soyez l'observateur, dans un premier temps. Réfutez cela et vous serez Libérés. Vous n'avez pas à résister. Vous n'avez pas à vous opposer, sinon vous maintiendrez ou rétablirez une dualité dont vous ne voulez plus. Ce n'est pas une humeur maussade ou une dépression profonde qui doit vous empêcher d'Être. Je dirais même que c'est un signe excellent qui traduit parfaitement la Libération en cours. Que voulez-vous de plus ? Vous n'êtes plus dans des étapes d'accès au Soi, de réalisation du Soi. Ce qui se déroule est l'Ascension de la Terre, la Libération finale de toutes les illusions. Quand le monde disparaît, à quoi vous rattachez-vous, si ce n'est à ce que vous Êtes ? C'est une opportunité et un cadeau, une grande grâce. Et vous vivez cela à l'envers. Je l'ai dit : moins vous comprenez, plus cela vous semble dur, plus cela sera facile. Ce ne sont que l'expression des résistances de l'ego et du Soi. Mais si ça vous touche, c'est que cela doit l'être. Vous n'êtes pas ce qui souffre, vous n'êtes pas la dépression. Ce qui se détache de vous, vous Libère. Il n'y a aucune exception à cette règle. Quoi qu'il se détache de vous, même si vous n'en percevez pas l'utilité, même si vous n'en vivez qu'un état extrêmement désagréable, allez au-delà de cela. Ne portez pas de jugement sur ce que vous vivez parce que tout ce que vous vivez, aujourd'hui, n'est que la résultante de votre Libération. Vous devriez être heureux : vous sortez du théâtre, il n'y a plus de théâtre. Et plus ce que vous nommez les jours, vont passer, les semaines, vont passer, plus cela va être évident. Vous ne pouvez revenir en arrière. Ce qui est mort, est mort. Ce qui naît, naît. Il n'y a que les attachements à ce qui est mort qui créent la souffrance. Et ce qui meurt n'est pas une perte, encore une fois, c'est une Libération. Changez de regard. C'est plutôt si vous ne vivez rien, ou si vous étiez dans la joie permanente, que vous devriez vous inquiéter. Je vous renvoie, pour cela, à ce qu'a dit l'un des Anciens, voilà quelque temps, longtemps même, concernant le choc de l'humanité. Qu'est-ce que vous croyez que vous vivez ? Votre choc personnel. Le choc de l'ego. Le choc du Soi. Cela va être de plus en plus évident mais vous n'êtes pas cela. Vous n'avez aucun moyen (intellectuel, mental, de clairvoyance, d'intuition ou de prémonition) qui vous donne les moyens d'accepter ce que vous vivez. Vous devez en passer par là. Mais, encore une fois, ce n'est pas une épreuve, c'est une Liberté. Je crois que le Commandeur des Anciens vous a répété pendant des années : la chenille devient papillon. Mais la chenille doit laisser la place au papillon. Sinon, comment voulez-vous être, à la fois, une chenille et un papillon ? Changez de point de vue. Ne gardez pas le point de vue de la chenille mais le point de vue du papillon. Ne trouvez pas de stratagème en disant : je suis incarné, j'ai des obligations. Ça ne tient pas. Si vous acceptez ce qui se passe, vous continuerez à faire ce qui est à faire, jusqu'à l'ultime moment, mais vous, vous serez Libérés avant. Alors que voulez-vous ? C'est comme si vous disiez : « je veux bien mourir mais je veux pas que mon cœur s'arrête », « je veux bien mourir mais je veux bien rester là où je suis ». Vous savez très bien que c'est impossible.

Question : l'Absolu s'est dévoilé pendant un moment de méditation et de tranquillité mais quand les activités de la vie ont repris, le voile s'est replacé. L'attente et la volonté de vivre à nouveau cet état font obstacle à ce dévoilement. Comment agir sur ces obstacles ?
Le dévoilement ne survient qu'une fois. Ça ne peut pas être revoilé parce que le voile est consumé. Il n'y a pas de passage entre le Soi et l'Absolu. Mais une fois l'Absolu établi, le passage est possible dans les deux sens à volonté. Ce qui veut dire que ce qui a été vécu est une Dissolution au sein de l'Infinie Présence. Et c'est d'ailleurs la différence avec l'état Absolu (qui n'est pas un état) parce que quand l'Absolu est touché, vécu, réalisé, conscientisé, dévoilé, il ne peut plus se revoiler ou disparaître. C'était donc un préalable mais, comme tu l'as remarqué, et le dis, le désir d'agir et de reproduire l'expérience t'éloigne de ce qui a été vécu. Réfute aussi cela. Ne le recherche pas. Ne le demande pas mais réfute le et tu verras. Il est clair que la réalisation de la Présence Ultime ou de l'Infinie Présence présente, si je peux dire, des similitudes troublantes avec l'Absolu. La différence réside justement dans ce passage ou ce non passage à volonté. S'il n'y a pas de possibilité de revivre spontanément cela, dès les yeux fermés, ce n'était donc pas Absolu mais bien l'ultime état appelé Infinie Présence. Donc il faut réfuter et non pas désirer. Et surtout ne pas agir. Le comportement à adopter est donc strictement à l'opposé de ce que tu cherches à faire. Quand l'Absolu est là, vous passez, à volonté, sans difficulté, sans méditation, de l'Absolu au Soi, du Soi au je, du je au Soi et du Soi à l'Absolu. Le fait que cela ne se reproduise pas signe que cela ne s'est pas encore produit.

 

BIDI - 1

29 juin 2012

Question : je suis au service de mes parents alors que la demande ne vient pas d'eux. Cela ne me procure pas de joie. Avant, j'exprimais ma créativité dans la danse, le chant, les activités manuelles, maintenant plus rien. Qu'est-ce qui se passe en moi pour que j'agisse comme ça ?
Et bien, tu te mets toi-même dans la situation de laquelle tu te plains. Donc, la réponse est, bien évidemment, en toi, et uniquement en toi, puisque cette contrainte t'est imposée par toi-même et, comme tu le dis, par aucun élément extérieur. Le cadre de ce que j'ai à dire ne se place pas dans une analyse de ta sphère psychique parce que cette sphère psychique ne concerne que ta vie éphémère et ne correspond aucunement à l'Absolu. La question que tu me poses est donc de trouver une issue ou une explication à quelque chose qui, de toute façon, est éphémère. Il ne peut exister de réponse parce que toute réponse (même la plus adéquate, même la plus juste, même la plus efficace) ne fera que te maintenir dans un autre éphémère. Et tant que tu envisageras ta vie au sein de l'éphémère, au sein d'une satisfaction (même dans la créativité), tu resteras limitée et tu resteras soumise à l'alternance de l'éphémère, c'est à dire les moments de passage de la joie à la non-joie. Ceci est le propre de tout ce qui est éphémère. La seule façon d'être stable, la seule façon de ne pas être conditionnée par tes actions et tes réactions (heureuses ou malheureuses) est de comprendre que tu n'es pas ce sac de nourriture, que tu es encore moins ce sac de pensées, que tu es encore moins cette vie que tu vis.
Tant que tu cherches une réponse à cela, tu te places d'office, de toi-même, selon le principe de l'action / réaction ou, si tu préfères, du bien et du mal, de ce qui te fait du bien ou de ce qui te fait du mal. Quel que soit le bien que tu trouves, l'éphémère n'apportera jamais une satisfaction permanente. Le propre de l'éphémère sera toujours de te faire osciller d'un extrême à un autre. Et l'être humain passe sa vie, au sein de l'éphémère, à voguer de peines en joies, à rechercher la joie. Le but de nos entretiens n'est pas de procurer un bien-être, ni un mal-être, mais de te montrer la situation telle que tu la vis, telle que tu l'as acceptée, et telle que tu l'as identifiée. Tant que tu es identifiée à tout ce que tu m'as dit (créativité, assistance, bien-être ou mal-être), tu ne peux en sortir car, dans un cas comme dans l'autre, tu maintiens une dépendance, tu maintiens un enfermement et une incapacité à en sortir. Ainsi est le propre de tout être humain confronté à cette vie, à cet éphémère, à cette action / réaction. Vous passez votre temps à chercher à améliorer votre ordinaire. Vous cherchez, en permanence, à obéir à des contingences sociales, morales, affectives ou de créativité ou d'aisance matérielle ou spirituelle. Mais aucune aisance matérielle, aucune aisance spirituelle, ne te permettra de sortir de ce cercle vicieux. La seule façon de procéder est de saisir que tu n'es ni ce corps, ni ces pensées, ni cette vie. Tant que tu es identifiée à ce que tu m'as décrit, tu tourneras en rond. Il n'existe aucun moyen, aucun outil, aucune technique qui t'apportera la durabilité et, encore moins, l'Absolu et l'Éternel.
Il te faut, toi aussi, te distancier. Se distancier ne veut pas dire capituler ou abandonner une obligation mais changer d'emplacement de ta propre Conscience car, quel est ce « je » qui a besoin de créativité, quel est ce « je » qui a besoin de se sortir d'une situation où il s'est mis lui-même, si ce n'est l'ego. L'ego passe son temps, au sein de l'éphémère, à aller du bien au mal, de l'action à la réaction, de trouver, au sein de l'endroit où il est enfermé, une justification et une solution. Aucune justification, aucune solution, ne te sera d'un quelconque secours, tant que toi-même ne te places pas en dehors de celui qui croit agir, de celui qui croit être, de celui qui croit avoir à exprimer une satisfaction, une créativité ou quoique ce soit d'autre parce que tout cela appartient à quelque chose qui est, par essence, et par nature éphémère. Or, ton essence et ta nature est à l'opposé de ce à quoi tu te soumets. C'est donc un changement radical de point de vue : c'est la seule solution. Tant que tu trouveras, au sein même de l'éphémère, une source de satisfaction, une source d'insatisfaction, tu lutteras, en permanence, tu t'épuiseras. Parce que rien de cela ne peut être stable, rien de cela ne peut être Éternel et encore moins Absolu. Tant que l'être humain s'enferme dans ses Illusions (et ce monde est une illusion), tant que tu crois qu'il y a à résoudre quelque chose au sein même de cette personne, tu ne laisses pas ce sac de nourriture vivre sa vie, tu ne laisses pas ce sac de pensées vivre sa vie. Tu n'es pas cela. Il faut adopter un changement radical de point de vue. Cela s'appelle la réfutation et je te renvoie à tout ce que j'ai dit. La question que tu poses est totalement hors sujet et ne peut, en aucun cas, t'apporter, dans ma réponse, une solution. Parce que tout solution qui correspond à ton interrogation et ta demande ne ferait que te renvoyer, encore plus, dans l'éphémère. C'est toi-même qui t'installe dans l'éphémère de souffrance et de joie. Quel que soit cet éphémère, tu sais pertinemment qu'une joie ne peut durer, de la même façon qu'une tristesse ne peut durer. Parce que, même la tristesse ou la joie la plus longue, se trouve confrontée à la barrière de la fin de ce sac de nourriture et de pensées. Tant que tu agis comme cela, tant que tu réagis comme cela, tu ne peux trouver la paix. Et c'est normal. La question que tu poses concerne uniquement ta personne et ta personnalité et, en aucun cas, l'Absolu.
Il n'y a pas d'alternative à l'Absolu. Si tu veux être en paix, au-delà de l'éphémère, il te faut voir beaucoup plus grand, sortir des méandres des actions / réactions de ta vie, de toute recherche qui appelle une solution à une problématique. Tant que tu adoptes cela, tu es prisonnière de toi-même, dans ton illusion, dans ton éphémère. Je ne peux donc que t'engager à aller au-delà de la recherche de solution concernant cet éphémère. Tant que tu passes ta vie à chercher une amélioration, tant que tu passes ta vie à chercher une aisance, quelle qu'elle soit, un bien-être, tu ne peux pas Être. Tant qu'il existe un mal-être, tu sais pertinemment que tu ne peux pas Être. Mais il en est exactement de même pour le bien-être. Parce que, bien-être comme mal-être, ne s'expriment qu'au sein de l'éphémère, dans ce qui bouge, ce qui n'est pas immuable et éternel. Et tant que tu réfléchis ainsi, tu te soumets toi-même au fonctionnement de l'éphémère, c'est-à-dire à ce sac. Veux-tu rester un sac alors que ta nature et ton essence est absolue et est bien plus large que ce que tu crois, que ce que tu vis, que ce que tu expérimentes ? Il te faut dépasser cette dualité. Aucune solution apportée à ta problématique ne te permettra d'être complète car tu demeureras incomplète tant que toi-même te places, toi-même, dans l'incomplétude. Si tu saisis cela, si tu adhères à cela, sans fuir quoi que ce soit, alors, tout t'apparaîtra clairement. Mais tant que tu ne seras pas dans ce point de vue, tu resteras troublée et dans le trouble. Il n'existe aucune solution au sein de l'éphémère, de l'expérience de ta vie (comme de toute vie). L'ego va se satisfaire de dire qu'il paie un karma. Mais le karma n'existe pas, sauf pour la personne, pas pour ce que tu Es. Et tu n'Es pas une personne. Tu n'Es même pas un individu. Sors de ce jeu. Aller au-delà, ce n'est pas seulement dépasser une situation, encore moins y apporter une solution : c'est voir clairement les choses. Tant que tu es identifiée à quoi que ce soit de ce que tu vis (de ce corps, de ces pensées) aucune solution ne peut être durable et efficace. Ce ne sont que des pansements qui te font tourner en boucle, comme toute vie qui n'accepte pas de faire l'expérience du Je Suis. Mais qui dit Je ? Qui dit Suis ? Tant qu'il y a une appropriation, au sein de l'éphémère, tu ne trouveras jamais la Paix définitive. À toi de savoir ce que tu veux. Répondre à un problème est faire face, à nouveau, à un autre problème, dans la même sphère ou dans une autre sphère. Ainsi va la vie de l'être humain qui s'enferme lui-même, toujours plus, dans cette suite, sans fin, d'actions / réactions éphémères. Tant que tu te crois éphémère, tu es soumis aux lois de l'éphémère où est inscrit la souffrance. Et tu adhères à la souffrance, de la même façon que tu adhères à la joie. Quel est ton but ? Que veux-tu ? Si c'est trouver une solution à un problème, il ne faut pas s'adresser à moi. La seule solution que je puisse donner c'est de te dire que tu n'Es pas ce que tu crois. Tu n'Es pas ce que tu vis, quoi que tu vives, quoi que tu aies vécu. Ce qui a été vécu, ce qui est vécu, ne concerne pas ce que tu Es. C'est l'illusion qui te fait croire ça, le point de vue, si tu préfères. Tant que tu ne sors pas de ce point de vue, personne ne peut strictement rien pour toi. Tu es victime de tes croyances. Tu es victime de ta propre vie, de tes Illusions et cela est sans fin, au sein de l'éphémère. Seule la mort y met fin (la mort de ce sac). Va bien au-delà de tout cela, sans renier pour autant ce que tu vis de difficile mais tu n'es pas ce que tu vis : toute la problématique est là et nulle part ailleurs.

Question : Je souhaite appliquer trois conseils : rester tranquille, changer de point de vue, réfuter le connu. Quels sont les blocages qui m'empêchent de réaliser cela ?
Mais parce que tu considères que c'est à réaliser. Il n'y a rien à réaliser. Le seul obstacle est toi-même, dans le fonctionnement de l'éphémère au sein du mental et des pensées. Tant que tu es dans ta personne, tant que tu es identifiée (là aussi), tout ce que tu réclames ne peut apparaître, parce que c'est déjà là et c'est déjà Réalisé. Tant que tu crois qu'il y a un chemin, une étape, un temps nécessaire, des épreuves ou des marches à gravir, tu t'éloignes d'autant plus de ce que tu recherches parce qu'il n'y a rien à rechercher. Il y a juste à Être cela parce que tu Es cela. C'est toujours la personne, le mental ou le corps qui va te dévier de cela. Ce n'est pas quelque chose à rechercher, ce n'est pas un effort à fournir. Cela est déjà là. Cela a toujours été là. C'est toi qui en es sortie. L'Amour est partout. Tu ne peux pas chercher ce que tu Es parce que tu Es Amour. Donc ce que tu proposes (de rester tranquille, de trouver la Paix), mais c'est déjà là. Tu Es tranquille. Tu Es la Paix. Changer de point de vue, c'est accepter cela. Tant qu'il existe le moindre interstice pour la croyance en toi-même, tu ne peux dépasser l'éphémère. L'Absolu est déjà là, il n'a pas à être cherché et encore moins à être trouvé. C'est comme si tu me disais : « je veux trouver l'air ». Mais tu es dans l'air. Comprends-tu cela ? Tu ne peux chercher ce que tu Es et encore moins trouver ce que tu Es. Il n'y a que la réfutation de tout ce qui est connu, tout ce qui te concerne, qui peut aboutir. Mais cet aboutissement n'est pas inscrit dans un temps lointain ou dans un espace séparé de ce que tu Es, ni dans un au-delà, ni dans une croyance quelconque, ni dans une religion, ni dans une technique, ni dans un exercice. Passe par le stade, d'abord, de l'observateur. Quand tu réponds : « Je Suis », qui observe ? qui regarde ? qui est derrière ce qui se joue ? Tu es encore en train de jouer à la scène de théâtre. Il faut donc se placer, déjà, dans le fauteuil qui observe la scène et non pas jouer la scène et après, là aussi, sortir du théâtre. Cela n'arrêtera pas la scène (elle continuera à se dérouler, ce corps continuera à vivre) mais tu ne seras plus affectée, ni indisposée, ni altérée par quoique ce soit qui se déroule sur la scène parce que tu ne regarderas plus cette scène. Tu ne seras plus assise à regarder le spectacle, tu sortiras du théâtre et tu constateras alors, par toi-même, qu'il n'y a jamais eu de théâtre. Seul l'endroit où tu te places détermine les conditions auxquelles tu adhères (les lois physiques) mais, en aucun cas, la physique ne peut suivre la métaphysique. Il n'y a pas d'effort à fournir parce que, tant que tu considères qu'il y a un effort, tu te places, là aussi, à l'intérieur du théâtre, sur la scène, tu joues et tu adhères à quelque chose mais la scène de théâtre s'arrête toujours un jour. Le théâtre disparaîtra, de toute façon, dès l'instant où ce sac de nourriture ne sera plus. C'est le jeu du mental, le jeu de l'ego (de la personne elle-même), auquel tu adhères, qui t'empêche de voir clair. C'est comme si il y avait des œillères qui te montrent uniquement ce qu'il y a devant toi et qui t'empêchent donc de sortir de ce qui est devant, non pas seulement pour voir ce qui est sur les côtés et derrière mais pour bien saisir qu'il n'y a rien à voir. L'Être est au-delà du voir. L'Absolu n'est pas un voir. Il Est ce que tu Es, en Essence, en Éternité, quelles que soient les circonstances vécues par ce corps. Comme je l'ai dit : tu n'es ni la scène de théâtre, ni l'acteur, ni le spectateur, ni le théâtre. Tant que tu n'as pas répondu à cette question, tant que tu n'as pas eu le point de vue exact de cela, et bien, ce que tu recherches ne peut être obtenu. Le point de vue où tu te places est celui de la personne, celui de ta vie, mais, pour toi comme pour chacun, tant que tu te définis par rapport à ta vie, cela ne concerne que la personne, que l'éphémère mais pas ce que tu Es.
Tant que vous croyez qu'il y a à gravir, tant que vous croyez qu'il y a une progression, tant que vous croyez qu'il y a une recherche qui est sans fin, vous vous trompez vous-même : tout est déjà là. C'est votre point de vue qui a mis la distance avec la Vérité. La Vérité ne connaît aucune distance, aucun temps, aucun espace. Quand je dis : « changez de point de vue », cela ne concerne pas, bien sûr, seulement, la vision. Mais, bien au-delà même de la perspective, c'est la Conscience elle-même qui doit démasquer le jeu de l'illusion. Et, si je peux m'exprimer ainsi, en amont de cette conscience, qu'est-ce qu'il y a ? Il y a ce que j'ai appelé a-conscience. Tant que tu n'es pas dissoute, tant que tu n'es pas morte à toi-même, à tes propres illusions, tu peux continuer à chercher longtemps la Paix.
Quand nous disons de rester tranquille, c'est un engagement à vous faire changer de point de vue. Tant que tu es identifiée à tes petits je, à tes petits besoins, à tes petites satisfactions, ou à tes grands besoins et tes grandes satisfactions, tu ne peux trouver la Paix, tu ne peux être tranquille. C'est pour cela que j'ai dit (et que je répète) : vous n'avez pas d'autre alternative que la réfutation du connu parce que l'Inconnu ne peut être connu puisqu'il est ce que vous Êtes. Le point de vue doit s'y installer, c'est-à-dire sortir du théâtre. Tant que tu n'as pas fait l'expérience de cela, tu es persuadée d'être ce corps. Regarde (par exemple) tes Frères et Sœurs, nos Frères et Sœurs qui vivent l'expérience de sortie du corps ou l'expérience de mort, ils savent qu'ils ne sont pas ce corps, même s'ils rentrent dedans. Par contre, ils savent pertinemment que c'est un sac de nourriture qui est mort, même si c'est appelé la vie. Le monde n'existe pas. Tout ce qui est vu ne peut exister, c'est une Illusion. Tant que tu n'acceptes pas ce point de vue, il n'y a pas de solution, parce que cette solution, même possiblement existante, ne s'inscrira que dans le cadre de l'action / réaction, dans l'éphémère même de l'Illusion.

Question : Lors d'un précédent entretien vous m'avez dit : laisse ce corps tranquille, il n'a pas besoin de toi pour vivre, qu'ai-je à entendre aujourd'hui ?
As-tu laissé ce corps vivre ? Vous êtes, en permanence, en résistance. Ces résistances s'expriment par des souffrances, dans le sac de nourriture ou dans le sac de pensées. Tant qu'il y a souffrance, quelle qu'elle soit, vous êtes à l'intérieur de cette illusion. Celui qui laisse vivre son corps (quelle que soit l'atteinte de ce corps, ou quelle que soit la Paix de ce corps) n'est aucunement concerné puisque, tu l'admettras, tu n'Es pas ce corps. Quand tu meurs ou quand tu dors, qu'est-ce qu'il reste de toi ? Au-delà du rêve ou du cauchemar, où es-tu, à ce moment-là ? Que devient le monde ? Existe-t-il, ou pas ? Que deviennent tes proches, ta famille, tes enfants, ton métier ? Sont-ils présents, dans ta Conscience, quand tu dors ? Toute la problématique est là. Laisser ce corps tranquille, ne veut pas dire le négliger ou l'abandonner mais ne plus résister parce que, dès l'instant où vous ne résistez plus, où vous ne vous opposez plus, l'action / réaction ne peut plus s'enclencher : le point de vue change, la Paix s'installe, la tranquillité est là. Alors, à cet instant, tu découvres autre chose que le Je Suis, tu découvres que tu Es Absolu et que cette forme, cette vie, se vit mais ne te concerne pas. Alors, bien sûr, l'ego va s'emparer de ce que j'ai dit (si tu le comprends à ce niveau là) pour dire : « ah mais, j'ai des obligations ». Mais les obligations, elles se remplissent d'elles-mêmes. Je parle pas des obligations, quelles qu'elles soient, mais de ta Conscience : où est-elle ? Et au-delà de la Conscience, il y a quelque chose, au-delà de l'observateur, qui a toujours été là, qui n'a jamais bougé, qui a toujours été tranquille, qui a toujours été en Paix. C'est ce point de vue là, où il faut Être. Tant que cela n'est pas, l'éphémère poursuit sa course, en altérant ou en améliorant ta vie et en te faisant croire que tu y es soumis, d'une façon ou d'une autre. Alors, bien sûr, l'ego va croire qu'il va falloir rechercher une connaissance spirituelle, psychologique, une connaissance de demain. Tant que tu es dans cela, tu n'es pas ici et maintenant, tu es dans la projection et la projection maintient l'illusion. Aucune satisfaction ne peut être durable, dans la projection, parce que même si tu avais toutes les aisances (matérielles et spirituelles), même si tu connaissais tous les mystères de l'Univers, qu'est-ce que cela changerait ? Absolument rien, si ce n'est la satisfaction de l'ego de croire qu'il va maîtriser l'avenir, sa situation familiale, sociale, financière, affective.
Tant que tu joues sur la scène de théâtre, tu ne peux pas avoir le point de vue de celui qui Est Absolu, déjà, et pour qui le théâtre n'a pas besoin de lui. C'est le jeu des interactions dans les corps illusoires (même subtiles) qui maintient lui-même l'Illusion. Quand nous vous disons qu'il n'y a rien à faire, qu'il n'y a pas de chemin, qu'il n'y a pas d'évolution, bien sûr que, pour l'ego, il y en a et ça sera toujours une involution parce que c'est sans fin au sein de l'éphémère. Mais ce sans-fin de l'éphémère ne débouche jamais sur l'Absolu parce que la succession des causes est infinie. Nourris ce sac, contente-le mais tu n'es pas cela. Contente-toi de l'observer, de le regarder et après, détourne ton regard. Alors, bien sûr, l'ego va te faire croire que c'est la mort, l'ego va te faire croire que c'est la fin. Oui, c'est sa fin. Mais ce n'est pas ta fin, au contraire. Le changement de regard, de point de vue, est une Conscience plus vaste, et même cette Conscience plus vaste est éphémère parce que sinon (si cela était Absolu) tu serais en permanence dans le même état, sans fluctuation, sans mouvement (ce qui n'est, bien sûr, jamais le cas).
Tant qu'il y a recherche de Lumière et d'Amour, cela signifie que tu mets une distance avec la Lumière et l'Amour et c'est donc une projection. Tu crois qu'il y a quelque chose à chercher, à améliorer parce qu'on te l'a dit mais est-ce que tu peux te le prouver à toi-même ? Où est la preuve ? Il n'en existe aucune. C'est une supercherie, c'est une escroquerie. Accepte cela, non pas comme une croyance mais en le vivant, et l'élargissement de la conscience deviendra supra-conscience et puis a-conscience. C'est le moment où tu dors. C'est le moment où tu sais que tu Es et, pourtant, où n'existent aucun corps, aucune pensée, aucune émotion, aucune interaction, où tu n'es inscrite dans aucune réalité éphémère. L'Absolu se dévoile, à ce moment-là. Mais s'il se dévoile, bien sûr, cela veut dire qu'il a toujours été là, il n'est pas ailleurs, il n'est pas demain. Il faut sortir du théâtre mais qu'est-ce qui doit sortir du théâtre ? Pas ce corps, pas cette vie, mais ce que tu Es. Tu Es Amour mais tant que tu considères que cet Amour est à l'extérieur, tu en fais une projection, un désir et tu mets une distance et tu crois que demain sera meilleur et tu restes piégée par le temps, par l'espace, par la localisation au sein d'un corps. Tant que tu es localisée, tu es piégée. Tant que tu crois qu'il y a recherche, tu es piégée. Tant que tu es avide de connaissance, tu es piégée parce qu'en réalité, tu connais ce que tu Es, puisque le sens même de ce mot c'est naître avec (d'ailleurs, tu ne peux pas naître sans. Réfléchis). L'essence de ton Être, l'Essence de ce que tu Es, est Amour, est Absolu. Découvrir le Tout, si tu préfères, c'est ne plus être rien, ici, non pas comme un déni de la vie mais bien comme un changement de point de vue : cela s'appelle aussi l'Humilité et la Simplicité. C'est saisir et voir que tu n'es rien de ce monde, que tu n'es pas de ce monde, que tu n'es pas sur ce monde. Il n'y a pas de monde. Il n'y a pas de personne. Il n'y a que des croyances, il n'y a que des projections, que des illusions qui se maintiennent et s'entretiennent d'elles-mêmes, dans le cadre de l'éphémère, au sein de l'action / réaction, du bien et du mal. Ce que tu Es, ne peut ni naître, ni mourir. Ce que tu Es ne peut être affecté par quoi que ce soit de ce monde. Ce qui est affecté, c'est l'éphémère et, tant que tu es identifiée à l'éphémère, tu es affectée et donc tu souffres, d'une manière ou d'une autre. Il n'est pas question de mettre un pansement ou un anti-douleur là où tu souffres. Il faut changer de point de vue, qui va te montrer que, quand l'Absolu se dévoile, la souffrance n'existe pas. C'est le sac de nourriture, c'est la chimie de ce corps, qui crée la souffrance, c'est ce monde. Quand tu dors, est-ce que tu souffres, même d'une maladie, même d'un trouble affectif, même le plus violent quand tu es éveillée ? L'énigme est là : qu'est-ce que tu Es quand tu dors ? Qu'est-ce que tu Es quand tu meurs ? Qu'est-ce que tu Étais avant de naître ? Et je ne parle pas en terme d'avenir ou de passé, mais bien de l'essence de ce que tu Es.

Question : Les enseignements nous invitent à se libérer du connu, de vivre l'instant présent tel qu'il est et pas comme on voudrait qu'il soit. Cela suffit-il pour devenir l'Amour de la Lumière Éternelle dans cette vie ?
Si tu étais capable de changer le point de vue (de ne plus être ce corps, de ne plus être cet instant qui se déroule, cette suite logique d'événements), ne serait-ce que ce que tu pourrais nommer un milliardième de seconde, bien sûr que cela suffirait. Tout le problème est lié à la localisation de la Conscience, portée sur ce corps, sur ces pensées, sur cette vie que tu vis mais, comme je l'ai dit, tu n'es pas cette vie que tu vis, aucunement. La vie est là, indépendamment de toi, indépendamment du monde. Vivre cela, c'est être Absolu, ce n'est plus une croyance, c'est l'absence de localisation, c'est l'absence d'identification, c'est ne plus jouer le jeu de l'action / réaction mais faire tout (absolument tout) ce que la vie propose avec la même équanimité, la même Simplicité et la même Humilité parce que, au sein de l'Absolu que tu Es, l'Absolu ne peut être affecté, ni par la maladie, ni par la perte, ni par la manque, ni par la plénitude, puisque l'Absolu est Infini Éternel. Ce que n'est pas ce corps, ce que n'est pas cette personne, ce que ne sont pas tes relations, ce que ne sont pas tes enfants, ni tes parents, ni ce à quoi tu es attaché.
Ce à quoi tu es attaché, te perd et te perdra. Tant qu'il y a attachement, il y a localisation à ce corps, à ce mari, à cette femme, à cet enfant, à cette maison. Tant que tu n'es pas libre, comment veux-tu revendiquer la Liberté ? Comment crois-tu pouvoir être libre en étant attaché à quoi que ce soit. Qu'est-ce que la Liberté ? Tant que tu es dans ce sac de nourriture, es-tu Libre ? Sais-tu qui tu Es ? Qui Étais-tu avant de naître ? Tant que tu n'as pas cette réponse, cela ne te sert à rien. Toutes les autres réponses sont caduques et tu tournes, et nous tournons tous, tant que l'Absolu n'est pas révélé. Tant que nous adhérons au connu (d'une manière comme d'une autre), nous sommes piégés, enfermés et enfermant les autres dans nos certitudes, dans nos attachements, dans nos désirs, dans nos incomplétudes, parce que tout cela est éphémère et ne dure que le temps de ce sac de nourriture. Ce qui est important c'est ce qui est dedans (ce que tu Es) mais tu n'Es pas le Temple, tu Es ce qui est dans le Temple. Le Sacré n'est pas le corps, même si le corps est sacré. Le Sacré est ce qui est invisible, le Sacré est ce qui est Éternel et Absolu. Il n'a que faire du temps qui passe, il n'a que faire de la vie et de la mort, il n'a que faire de tes plaisirs, il n'a que faire de ce que tu crois posséder, parce qu'au sein de ce monde, tout ce que tu possèdes (sans aucune exception) te possèdera. Tant que tu ne t'es pas donné, en totalité, l'Absolu ne peut être ta Vérité parce qu'à ce moment-là, tu es piégé par toi-même. Ne recherche pas, à l'extérieur, un coupable ou une cause parce que tant que joues à cela, tu n'es pas ce que tu Es et tu crois t'en approcher mais tu ne t'en approcheras jamais.
Aucun élément de ce monde, aucune personne de ce monde, aucune localisation au sein de ce monde, aucun Amour de ce monde, ne peut t'apporter ce que tu Es parce que tout ce qui est vu, projeté, toute possession, est une illusion. Alors ne demande pas la Liberté, si tu n'es pas libre. Vous jouez un jeu qui n'existe pas ailleurs que dans la projection. Celui qui sort de son corps, sait qu'il n'est pas ce corps. Celui qui sort de ses pensées, sait qu'il n'est pas ses pensées et celui qui sort de la Conscience, sait qu'il n'est pas la Conscience. Ce n'est pas des croyances puisque vous pouvez le vivre. Il n'y a aucun obstacle de ce monde, il n'y a aucun karma. Les seules restrictions sont vos propres croyances, rien d'autre. Plus que jamais, il faut être lucide. Cette lucidité, c'est un point de vue qui n'a plus rien à voir avec le point de vue de celui qui est localisé dans un corps, dans une vie, dans une profession. l'Amour est Libre, l'Amour est Absolu parce que c'est ce que vous Êtes. Mais pas l'amour humain projeté dans une affection, quelle qu'elle soit, parce que toutes vos affections ne font que traduire vos propres vides et vos propres incompétences à être Absolu parce qu'il n'y a rien à remplir, sauf pour l'éphémère. L'essence est Amour : ce que vous Êtes, ce que nous Sommes tous. Si nous sommes cela, alors il n'y a rien à chercher, il n'y a pas d'idéal, il n'y a rien à idéaliser, il n'y a rien à croire. Il vous faut, bien au contraire, décroître, accepter de n'être rien, ici, dans la conscience que vous vivez et, instantanément, vous Êtes le Tout, Absolu. Si la moindre parcelle d'éphémère demeure (dans vos attachements, dans vos possessions, dans le besoin de contraindre le monde, de vous y opposer, d'y agir ou de réagir) vous vous inscrivez, de vous-même, dans la souffrance, dans l'éphémère et dans le manque. Or, vous Êtes la plénitude de l'Amour. Vous Êtes Absolu. Les limites et les barrières ne viennent que de vos projections, fussent-elles les plus heureuses. Tant que vous projetez, vous ne pouvez être Absolu. Tant que vous cherchez, vous ne pouvez trouver. Tout ce que vous croyez trouver ne fait que vous éloigner parce que ce que vous trouvez vous inscrit dans une localisation sur ce monde, dans ce monde, et tout cela est éphémère. Le monde disparaît dès que vous dormez. Rendez-vous compte : vous courez après des chimères, vous cherchez une satisfaction immédiate ou programmée, vous vous attribuez des rôles, des professions, des fonctions. Mais vous n'êtes rien de tout cela. Vous Êtes Absolu, Amour.

Question : depuis un certain temps, en toute circonstance qui, autrefois, générait des émotions en tout genre, l'absence d'émotion me laisse un peu perplexe. Est-ce un petit pas vers l'Absolu que je dois être ?
Il n'y a pas de pas vers l'Absolu. Toutefois, quand les émotions se tarissent, dans un premier temps, cela peut te donner à penser qu'il y a un désintérêt ou quelque chose de bizarre ou d'inhabituel. Cela est effectivement un pas vers le Soi qui, effectivement, peut sembler te rapprocher de l'Absolu, qui est déjà là. Le désinvestissement de la localisation de ce sac de nourriture, comme des sacs de pensées, effectivement, se traduit par la raréfaction et la disparition des émotions, parce que l'émotion est ce qui met en mouvement. Or l'Absolu n'est pas le mouvement : il est l'absence de mouvement puisque non participation à ce monde en mouvement. L'éphémère est mouvement. L'Absolu est non mouvement, car ce qui est le Tout ne peut être en mouvement. Les parties du Tout peuvent être en mouvement. Ainsi donc, quand les émotions se tarissent, même si cela peut apparaître comme bizarre, c'est très bien. Parce que cela est la preuve indiscutable que tu ne participes plus aux mouvements de l'éphémère. Encore une fois, ce n'est pas un désintérêt ou un désengagement mais, bien plus, un point de vue qui change. C'est un grand pas du point de vue. Le point de vue s'élargit, tu n'es plus sur la scène du théâtre, tu es encore celui qui peut observer mais qui ne vit pas ce qui se vit sur la scène. Alors, cela est inhabituel. Cela peut se traduire, dans un premier temps, comme un sentiment d'étrangeté, mais c'est normal. Cela traduit le processus de désengagement de l'illusion de l'éphémère, de l'ensemble des sacs éphémères. Dès cet instant, l'observateur se révèle, ce qui te donne à saisir que tu es toujours là, malgré qu'il n'y ait plus d'émotion. Qu'est-ce qui est là ? Qu'est-ce qui regarde ? Qu'est-ce qui observe, si ce n'est ce que tu Es, en Vérité, en Absolu ? Ce n'est donc pas un pas vers l'Absolu mais, bien plutôt, un pas du point de vue. Au lieu d'être au pied de la montagne et d'avoir une vision limitée par les arbres, tu t'es éloignée de la montagne et tu vois la hauteur et le sommet de la montagne. C'est une étape. Il reste maintenant à saisir qu'il n'y a pas d'étapes. Rappelez-vous les pelures d'oignons : les vérités sont des couches empilées. La vérité de la première couche ne connaît rien des couches qui sont au-dessus. Mais la couche la plus extrême contient toutes les autres couches, même si elle ne les voit pas, même si elle ne les sent pas. Ainsi évolue la Conscience au sein de la Supra Conscience nommée Turiya. Et vient, après, l'équivalence du sommeil, c'est-à-dire la non conscience (bien au-delà du Samadhi) qui donne à vivre Absolu. Du point de vue limité c'est un pas, mais du point de vue de l'Absolu, cela ne change rien puisque cela a toujours été là. En résumé, plus vous pénétrez la supra-conscience, plus vous dormez, moins ce monde a de poids sur vous. Et, comme je le disais, vous savez tous que si vous arrivez à dormir, quel que soit le problème, il n'existe plus. Ou alors, il n'y a pas sommeil : il y a cauchemar ou rêve.
Ni l'émotion, ni les pensées, ni le sac de nourriture, ni la connaissance, ni la spiritualité ne sont d'une quelconque utilité pour être Absolu. Ce sont des pièges qui vous maintiennent dans l'illusion de l'éphémère. Rien de ce que vous Êtes n'est éphémère. Les jeux de rôle changent en permanence. Vous changez de métier comme de chaîne de télé, comme de regard, comme de profession. Mais tout cela est éphémère parce que, justement, cela change. L'Absolu n'a jamais changé et ne changera jamais ce que vous Êtes. Alors, bien sûr, si vous avez envie de jouer, alors, jouez. Rappelez-vous : l'Absolu n'est pas une quête, n'est encore moins une étape. C'est un Ultime. C'est le moment où tout le connu s'efface. Ce n'est pas la mort, même si l'ego vous le dit, même si le mental va sécréter de la chimie de peur. Parce que le sac de nourriture, comme les émotions, comme les pensées, ont la fâcheuse tendance à vous faire croire qu'ils sont vrais. Et vous y êtes identifié, vous y avez adhéré, d'une manière ou d'une autre. Il n'est pas important de connaître les manières qui ont conduit à cela, ça n'a aucune espèce d'importance. Tant que vous êtes intéressés à l'action / réaction, l'Action de grâce ne peut être votre Demeure, parce que vous avez placé votre Demeure dans ce sac, dans ces pensées, dans cette vie. Alors, vous allez vous nourrir de pincées de Lumière, vous allez créer l'évolution, vous allez créer l'amélioration, la recherche. Mais, c'est des foutaises. Ça n'a aucune existence, ça n'existe pas ailleurs que dans les projections, ailleurs que dans l'illusion. La seule question essentielle, c'est : « qu'est-ce que vous Êtes ? ». Et ce « vous Êtes » n'a rien à voir avec ce que vous croyez être. Quoi que vous viviez, c'est éphémère. Même la chose la plus parfaite disparaîtra totalement avec ce corps. Alors, bien sûr, vous avez adhéré au karma. Mais le karma ne concerne pas ce que vous Êtes, il concerne un autre éphémère qui n'existe plus, encore moins que l'autre : les vies passées. Il vous faut choisir : Absolu ou éphémère. Mais n'espérez pas trouver un contentement durable dans l'éphémère. Même le Soi n'est pas stable. Il est facile de décrire l'expérience du Soi, de la non séparativité, de l'Amour Infini. Mais est-ce que cela est Absolu ? Non, assurément. Parce que ce que vous pouvez exprimer, avec des mots, de vos propres expériences, de vos propres mémoires, disparaîtront à la disparition de ce sac. Est-ce cela que vous Êtes ? Que cherchez-vous et pourquoi le cherchez-vous ? Que cherchez-vous à combler, à rassurer, si ce n'est le vide de ce corps et de ces pensées qui ne sont que des projections, des coquilles vides. Et pourtant, vous êtes dedans : donc, vous ne pouvez en sortir. C'est simplement le point de vue qui change. À partir de ce moment-là, tout ira très vite pour vous. Le principe de la réfutation du connu vous conduit, si l'on peut dire, à être Absolu. Mais, encore une fois, réfuter n'est pas rejeter : c'est être conscient. Laissez ce corps faire ce qu'il a à faire, laissez ce corps élever vos enfants, laissez ce corps aller travailler. Vous n'êtes rien de tout cela. Faites-le mais n'y investissez absolument rien, sinon vous nourrissez l'ego, vous nourrissez l'éphémère. Vous appelez ça la satisfaction et le bien-être. Mais aucune satisfaction et aucun bien-être n'est Absolu, parce qu'inscrit dans l'éphémère.

Question : l'Onde de Vie a commencé de monter et s'est arrêtée. Pouvez-vous m'orienter pour que j'émerge de ce chaos ?
Il faut passer par le chaos. Tant que tu n'es pas morte, tu ne peux pas trouver ce que tu Es. Pourquoi refuser le chaos ? Il est là, tu n'Es pas cela. Ne fais rien, ne lutte pas contre : regarde-le. Est-ce que tu Es cela ? Cela prouve que tu es identifiée à ce chaos, mais tu n'Es pas ce chaos. Le chaos concerne l'éphémère, quels que soient les mots que nous y mettons. Le chaos ne traduit que le chaos de l'ego, le chaos du corps, le chaos des pensées. Mais remercie le chaos, observe-le et, si tu es lucide et le vois, tu sais très bien que tu n'Es pas cela. Et si tu penses l'être et le vivre, c'est que tu y es encore, quelque part, attaché. Parce que l'être humain croit être attaché à sa famille, à ses enfants. Mais vous êtes tout autant attachés à vos souffrances, même si vous dites (et surtout, si vous dites) : « je ne veux pas souffrir ». Rappelle-toi : tu n'as pas à lutter contre le chaos. Il n'y a pas de solution à y apporter. Regarde-le, observe-le et tu constateras que tu n'Es rien de cela. À ce moment-là, la souffrance lâchera prise, le chaos se dissoudra de lui-même, non pas par une quelconque action, non pas par l'application d'un pansement. Sois lucide. Tu l'as dit : tu es lucide mais, quelque part encore, il y a une adhésion à ces projections. Alors, bien sûr, on pourrait te dire que c'est lié à ce que tu as vécu dans le passé mais ça n'a aucune espèce d'importance. Observe, dans l'instant. Ne cherche pas des causes, qui peuvent être vraies à un niveau de l'oignon mais pas ailleurs, et surtout pas dans l'Absolu. Regarde le chaos. Est-ce que tu Es cela ? De manière définitive, non. C'est impossible. Observe lucidement et dégage-toi de cela, non pas en luttant contre, non pas en y apportant une solution (parce que tu le renforcerais). Mais simplement parce que tu as exprimé cette lucidité, tu en as la capacité réelle. Est-ce que le chaos est là quand tu dors ? Bien sûr que non. Et quand tu te réveilles, il est toujours là. Où était-il pendant que tu n'étais pas là ? Réfléchis. C'est très simple. Ce n'est pas une énigme ou une charade. Qu'as-tu peur de lâcher si ce n'est ta pauvre petite personne éphémère ? Aucune perfection éternelle ne peut être obtenue dans l'éphémère. Tu peux en avoir l'illusion, de la même façon que tu peux transformer un visage par un maquillage, ou donner à voir, par des vêtements : attirer l'attention et le regard ailleurs que sur la Vérité, afin de ne pas voir ce qui est né. C'est le même principe : désengage-toi, réfute. Aucun chaos ne peut atteindre ce que tu Es, quel que soit le degré de souffrance, quel que soit le degré de lucidité. Tout cela n'est qu'une scène de théâtre. Tu as déjà la chance de l'observer, d'en être lucide, comme tu dis. Alors, va plus loin. Il suffit de ne pas s'inscrire dans ce chaos, il suffit de ne pas lutter contre mais, simplement et objectivement, de le regarder. Si tu fais cela, alors, si je peux dire, c'est gagné. Tout problème vient, en définitive, de la peur : la peur de perdre ce corps, la peur de souffrir, la peur de l'abandon. Mais tu ne peux pas abandonner ce que tu Es, de toute Éternité. Tu Es Absolu. Le chaos est un lessivage de l'éphémère. Reste tranquille, laisse agir, mais tu n'Es rien de cela. Accepte-le. Vois-le. C'est très simple. Mais si ta lucidité t'amène à vouloir agir ou vouloir réagir, alors tu t'inscris, de toi-même, dans quelque chose qui va durer dans l'éphémère. Alors que si tu fais la tentative d'appliquer ce que j'ai dit, extrêmement vite, ta lucidité deviendra encore plus claire. Tu ne pourras être altérée par ce chaos qui ne te concerne aucunement. Dans ce genre de question que tu poses, là aussi, il y a des étapes, non pas vers l'Absolu, mais des étapes de lucidité qui doivent être franchies, les unes après les autres, non pas en luttant, non pas en s'opposant, mais bien en regardant, pas seulement la situation, pas seulement le chaos, mais bien toi-même, au-delà de ces souffrances, au-delà même de ce chaos.
Alors à cet instant, il y aura un instant, décelable entre tous, où quelque chose bascule. Tu passes de l'éphémère, si l'on peut dire, à l'Absolu, bien qu'il n'y ait pas de passage, ni basculement, ni retournement. Mais ceci, la Conscience le perçoit clairement. Mais, là aussi, tu n'es pas ce qui s'aperçoit clairement de cela. Là aussi, il faut aller au-delà. Faire cela, observer cela, c'est ne plus donner de poids au chaos, ne plus donner d'attention à l'éphémère, aux croyances, aux suppositions, mais bien s'approcher de l'Infinie Présence. Et là, l'Absolu est quasiment là, pour toi. La recherche de perfection, comme la culpabilité que tu exprimes, ne sont que des peurs. Mais tu n'as pas à lutter contre ces peurs, il y a juste à les regarder (comme pour le chaos), de voir que cela est relié, que cela fonctionne en synergie au sein de l'éphémère, mais ne peut, en aucun cas, toucher ou altérer ce que tu Es, en Vérité. Accepte donc ton immortalité. Tu n'es ni ce corps ni ce que tu as vécu ni tes activités. Tu es le chaos et c'est dans ce chaos personnel, individuel (qui est une mort mythique et mystique), que l'Absolu est là. Ce moment de crainte, qui te fait croire à la fin, n'est, en fait, que l'ouverture au Vrai, c'est-à-dire à l'Absolu. Bien sûr le corps, bien sûr les pensées, vont tout faire pour t'éviter de penser ainsi.

Question : suis-je prête à accepter le point de basculement vers l'Absolu ?
Ta question ne veut pas dire grand-chose. Qui pose la question ? Ce n'est pas de la voyance, encore moins une autorité extérieure qui va te dire : "c'est bien" ou "c'est pas bien". Il n'y a pas à être prêt à quelque chose qui a toujours été là. Tu n'as pas un costume à mettre pour aller te marier. Il faut accepter d'être dépouillé, totalement nu, dans le chaos, dans l'Abandon le plus total. C'est plutôt moi qui te demande : "es-tu prête ?" Parce que toi seule a la réponse. Comment peux-tu projeter une réponse à attendre de l'extérieur ? Qu'est-ce qui te fait penser ou croire cela, si ce n'est tes propres indécisions, tes propres doutes ? Toute réponse est en toi. Il n'y a pas de meilleur moment que l'instant présent. Il n'y a pas de distance, il n'y a pas de recherche, il n'y a pas de vêtements à mettre, il n'y a pas à être prêt. C'est la perspective du point de vue de la personnalité qui va te faire croire qu'il faut être prêt ou pas prêt. Se tenir prêt, ou ne pas se tenir prêt : mais ça ne veut rien dire. Il n'y a d'ailleurs rien à dire. Que cherches-tu à te dire à toi-même ? Que veux-tu masquer ? Surtout ne rien croire. Il n'y a pas à être prêt ou à ne pas être prêt à quelque chose qui a toujours été là. C'est le point de vue de la personnalité qui, toujours, à travers les mots que tu emploies, montre même que tu attends quelque chose ou que tu espères ou redoutes quelque chose. Mais c'est le même principe : espérer, redouter, ou autre, n'est que la projection de tes propres incertitudes Intérieures. Et de quel Intérieur parles-tu ? Et de quel intérieur je parle ? Celui du Soi, il faut Abandonner le Soi pour être Absolu, parce que l'Absolu est déjà là, il englobe le Soi, il est le Non Soi, le Non Je, le Non Être, le Non Paraître. Il est le Para Brahman, c'est-à-dire le Tout au-delà du Tout, l'Absolu Ultime, Amour. Comment pourrais-tu être prête à ce que tu Es, déjà ? La notion de préparation met une distance, une séparation, même. Il n'y a rien à préparer. Il n'y a pas à être prêt ou ne pas être prêt, parce qu'adopter cela c'est te renvoyer à une certaine forme de linéarité, à l'éphémère, à l'incomplétude. C'est une projection, là aussi. Ce n'est pas un mariage, tu n'as rien à rencontrer d'autre que ce que tu es déjà. Seul l'ego croit cela et échafaude des hypothèses là-dessus.

Question : Qu'est-il opportun que j'entende de votre part ?
La première réponse est : "rien du tout". La deuxième réponse est : "qu'attends-tu, qu'espères-tu entendre ?" Aucune connaissance venant de ce que je pourrais te dire, de ce que tu Es, ne te permettra de l'Être et encore moins de le devenir. Il faut faire le Silence. Ce Silence n'est pas une contrainte qui dit : "j'arrête de penser, j'arrête de bouger". Mais c'est le Silence de l'observateur. Qui pense ? Qui parle ? Qui vit ? Qui a ce prénom que tu portes ? Si tout cela s'arrête, alors, je peux te dire l'opportun qui est d'arrêter tout cela. L'Absolu, encore une fois, n'est pas une étape, ni dans un dire (quel qu'il soit) puisque l'Absolu se révèle, justement, dès l'instant où il y a Abandon du Soi ou Abandon du Je, sans souffrance, sans vouloir fuir quoi que ce soit. Mais bien, vraiment, le moment où le Silence se fait et où rien ne se dit, où plus rien n'est opportun. C'est le moment de la Dissolution, appelé précédemment le chaos, dans la question précédente. Vivre le chaos, c'est oser aussi s'Abandonner, ne plus dépendre du Je et du Soi, devenir, réellement, indépendant et Libre, quelles que soient les circonstances de ta vie. Aucun enfant, aucune règle sociale, aucune atteinte de ce corps ne peut altérer cela. En définitive, et là aussi, le "rester tranquille" prend tout son sens. Comme je l'ai dit, à de nombreuses reprises, celui qui regarde la scène de théâtre ne peut pas se mettre debout et gêner les autres spectateurs. Il est dans un fauteuil, il observe. Il est captif, lui aussi. Mais le fait d'être captif de l'observateur débouche sur la non Conscience ou a-conscience. Mais cela est déjà là. Il n'existe nulle distance, nul temps, nul attachement qui puisse freiner ou brider l'Absolu, puisque l'Absolu contient tout cela.

Question : comment faire pour ne plus intervenir dans la vie courante ?
Mais justement, il n'y a rien à faire et tout se fera. Vous avez tendance à considérer, les uns et les autres, que quand on vous dit de laisser faire, de rester tranquille, vous allez rester assis sur un fauteuil et attendre. Vous n'avez rien compris mais c'est très bien parce que, justement il n'y a rien à comprendre. Réfuter n'est pas renier : c'est simplement le point de vue qui change. L'action se déroulera toujours, le faire aura lieu, mais la Conscience ne fera pas. Vous observerez ce qui se fait. C'est le point de vue qui change. Et vous percevez, et vous maintenez, une vision limitée. Quand je vous dis que ce monde n'existe pas, est-ce que ça veut dire que tu vas sortir de ce monde dès que tu fermes les yeux, ou dès que tu te mets dans un fauteuil ? Mais bien sûr que non. Il ne faut pas nier ce que vit ce sac de nourriture : il faut ne pas s'y impliquer. C'est cela, rester tranquille. Ça ne veut pas dire devenir un légume, ça veut dire faire et intervenir, mais tu n'es ni ce qui fait ni ce qui intervient. C'est un problème de positionnement. Cela est répété à de nombreuses reprises. Quand on vous dit de ne rien faire, ça ne veut pas dire de rester à ne rien faire, assis quelque part, ou au lit. Bien sûr que non. Faites ce qui est à faire, répondez à vos obligations, qu'elles soient légères ou lourdes, mais vous n'êtes rien de cela. C'est l'ego qui s'empare de cela, dans ta question. C'est l'ego qui se dit : "mais comment je peux arrêter de faire, mes enfants, mes obligations, ma famille ?". Personne ne t'a demandé d'arrêter quoi que ce soit. C'est un changement de point de vue. Tu n'es pas ce qui fait, tu n'es pas ce qui intervient. C'est l'ego qui, spontanément, veut limiter selon ce qu'il perçoit, bien sûr, et qui te fait croire que cela n'est pas possible. Est-ce que celui qui sort de son corps arrête de vivre ? Non, il est bien plus vivant que quand il agit. De la même façon (et je le répète), il n'y a rien à rejeter. Réfuter n'est pas rejeter : c'est changer de regard, changer de point de vue. Bien sûr, ce que je dis pour l'ego est incompréhensible, parce que l'ego ne voit pas et il a raison. Comment il pourrait faire, sans rien faire ? Si j'ai pris l'exemple, à de nombreuses reprises, de la scène de théâtre, ce n'est pas par hasard. Je vais reprendre un autre exemple : celui de la corde. Tu rentres dans une pièce mal éclairée, tes yeux voient une corde, mais comme c'est mal éclairé tu es persuadé que c'est un serpent et tu as peur et tu allumes la lumière et tu t'aperçois que ce n'est qu'une corde. C'est exactement le même principe. Autrement dit, dans votre langage courant, vous prenez des vessies pour des lanternes. Il n'y a pas de serpent et pourtant tu y as cru. Mais le fait de changer d'éclairage te fait te rendre compte de ta méprise.
C'est le même principe pour votre vie : personne ne vous a jamais demandé de ne pas intervenir, de ne pas agir. Au contraire, ce sac de nourriture doit vivre ce qu'il a à vivre, léger ou lourd. Mais ne vous impliquez pas, parce que ce n'est pas vous. C'est le point de vue qui change, ce n'est pas l'action. Mais la personnalité, bien sûr, ne va pas comprendre cela. La meilleure façon d'y arriver, je l'ai expliqué, c'est la réfutation. Réfuter ne veut pas dire ne rien faire, c'est se tenir tranquille, c'est laisser se faire. Ce Faire n'a pas besoin de ce que tu Es. C'est toute la différence. Le point de vue, l'éclairage, le regard : y a pas de serpent, c'est une corde, c'est une croyance et après, seulement après, il n'y a pas plus de serpent que de corde. Mais ce n'est pas parce que tu vas dire qu'il n'y a pas de serpent et pas de corde, que cela va être vrai. C'est comme les couches de l'oignon, c'est pareil. Est-ce que la couche de l'oignon qui est la plus proche du centre, connaît la vie de l'enveloppe de l'oignon ? Non. C'est pareil pour toi. Est-ce que le fait d'être Absolu fait disparaître quoi que ce soit de ce qui est à l'intérieur de l'oignon ? Bien sûr que non. Mais la logique de l'ego est de te faire croire que oui. D'où cette question. L'Absolu n'est pas celui qui reste dans une grotte. L'Absolu peut effectuer n'importe quoi, au sein d'une forme, mais il sait qu'il n'est pas cette forme et, pour autant, il fait. C'est un changement de point de vue, pas d'action. Ce n'est pas passer de l'action à l'inaction, ce n'est pas stopper toutes les interactions, ce n'est pas tuer père et mère ou enfant. C'est un autre regard, une conscience élargie. C'est passer de celui qui est acteur de sa vie, à celui qui regarde. C'est l'observateur : là, c'est le Je Suis. Et après, l'observateur disparaît, lui aussi : il n'y a plus de localisation au sein d'un corps, au sein d'une histoire. Mais qui a dit que l'histoire devait s'arrêter ? Personne, sauf ton ego.

 


B
IDI - 2

3 juin 2012

Question : du fait que j'ai pratiqué la méditation au troisième œil pendant des années, est-ce que la question luciférienne est réglée chez moi car j'ai la Vibration au troisième œil qui persiste par moments ?
Je te répondrai simplement : ne te pose pas ce genre de question. Qui est Lucifer ? Qui est le diable ? Qui est Dieu ? Des obstacles sur la route, rien de plus. N'accorde aucun crédit à toutes ces croyances, même si elles ont un support véritable, sur ce monde. Tu n'es pas ce monde. Poser cette question, c'est retomber dans la Dualité et la peur du bien et du mal. Quelles que soient les Vibrations, les Vibrations concernent la Conscience puisque la Conscience est Vibration. Mais pas l'Absolu, qui n'est ni Conscience, ni Vibration. Dans l'Absolu, il n'y a pas les yeux, ni troisième œil, ni quatrième œil. Il y a le Centre, le Cœur, l'Amour et rien d'autre. Et aucun obstacle (fût-il le diable ou Lucifer ou autre) ne peut t'empêcher d'être ce que tu Es, de toute Éternité. Seul le poids des croyances et du sac des pensées est un obstacle et il n'y a que toi qui peux arrêter de le nourrir. Aucune montagne ne peut arrêter l'Amour. Aucun monde ne peut arrêter l'Amour. Aucune force ne peut arrêter l'Amour. Ils peuvent simplement donner l'illusion d'arrêter. C'est à cette illusion d'arrêter l'Amour que l'être humain croit. Mais si tu vas au-delà de la croyance et de la Vibration, cela n'a aucun poids, aucune consistance et aucune Vérité. Allège-toi.

Question : quand ma conscience sent qu'elle se dilue dans le vide, dans l'infini, elle prend peur et se rétracte, stoppant ainsi sa dilution. Que dois-je réfuter pour dépasser ce cap ?
À ce cap-là, il n'y a plus rien à réfuter. Il y a juste à continuer à être un observateur, jusqu'au moment où l'observateur, lui-même, qui observe la rétractation, disparaîtra, lui aussi. Dans ce cap, comme tu le nommes, le cap de la réfutation est dépassé. Il y a juste encore quelqu'un qui observe le théâtre, qui a conscience qu'il y a un théâtre mais qui va bientôt sortir. Il n'y a rien à faire pour sortir, juste rester là, rester tranquille, jouer encore le jeu de l'observateur, jusqu'au moment où l'observateur lui-même disparaîtra, tout seul. Ne plus rien faire, ne plus rien être. Laisser Être et laisser faire. Ce sont les maîtres mots. Car dès l'instant, à ce cap-là, où tu acceptes de ne plus rien diriger, de ne plus rien observer, l'observateur disparaît de lui-même, dès l'instant où tu suggères qu'il n'y a rien à observer. Et donc, ne fais rien. Ce cap est logique. Il précède la Dissolution. Nous rejoignons une question précédente concernant le sentiment d'être une autre personne, ou plus de personne du tout, ce qui est encore mieux. Cela était appelé, par certains des mystiques, en occident, la Nuit noire de l'âme. Mais il y a encore un observateur, qui constate. Alors borne-toi à constater ce qui se déroule et accepte de ne plus le constater, non plus, sans réfuter. Et là, tu vas t'apercevoir que la Dissolution de la conscience se fait et il n'y aura plus de rétraction.

La rétraction est le fait de l'observateur lui-même. Vous savez, en physique que vous nommez quantique de pointe, que l'observateur modifie ce qui est observé, bien sûr. Donc tant qu'il y a observateur, il y a modification. L'observateur doit disparaître de lui-même. Il suffit simplement de ne plus s'intéresser à lui, ni à la rétraction. Et tout cela va disparaître. Mais c'est une phase normale. Parce que la rétraction est l'amener au Centre qui est le centre de tous les centres et de toutes les périphéries. À ce moment-là seulement, toutes les périphéries, sans aucune limite, se révèlent. C'est la perte totale du sens d'une identité quelconque, d'une personne quelconque, d'une histoire quelconque, d'une émotion quelconque, d'un sac quelconque, de nourriture comme de pensées. Je dirais que, peut-être, le plus dur, dans ce cap-là, comme tu l'as nommé, c'est d'accepter de ne plus rien faire, de ne plus rien être, de ne plus observer non plus mais sans agir, parce que s'il y a une action, il y a une tension et cette tension éloigne du Centre. Oublie-toi et disparaît. Et tu disparaîtras, c'est inéluctable. Et ce n'est pas inscrit dans un temps ou dans un espace mais c'est inscrit dans l'Éternité, parce que tu es l'Éternité. La rétraction de l'âme, puis de l'Esprit, sont les ultimes soubresauts de l'individu. Observe-les et laisse disparaître l'observation, sans le vouloir, sans le décider. Observe, en quelque sorte, la disparition de l'observateur. Et là, il n'y aura plus rien du tout à observer : tu seras établi Absolu. D'ailleurs, dans ces instants-là où tu parles d'ultime cap, même s'il y a rétraction de l'âme ou de l'Esprit, l'observateur perçoit clairement que s'installe quelque chose de beaucoup plus vaste que lui-même. C'est justement ce qui est derrière l'observateur : Toi.

Question : malgré votre façon tonitruante de scander vos réponses aux questions, intention et attention soutenues, après quelques minutes, le sommeil gagne et même le son de votre voix disparaît, en lecture, en écoute seule ou en couplant les deux. Le mieux est-il de laisser-faire ?
En totalité, parce que moins tu comprends, plus tu y es. Et plus tu t'endors, plus tu y es, si tant est qu'il puisse y avoir un plus. Parce que ce qui veut écouter et ce qui veut comprendre, sans entendre, c'est quoi ? L'ego ou le Soi. Si l'ego et le Soi s'éteignent, c'est-à-dire si la conscience s'éteint, que reste-t-il ? L'Absolu. À un moment donné (qui ne dépend pas d'un temps futur mais bien de l'endroit où tu te places) eh bien, l'Absolu sera établi dans ce que tu es. Il n'y a donc, effectivement, rien à entreprendre, rien à faire, et rien à ne pas faire. Juste, là aussi, laisser se dérouler ce qui se déroule. Cela prouve que nous avons franchi, dans cet entretien, largement, la barrière de l'écoute, la barrière de la compréhension, pour pénétrer de plain pied dans ce que j'appellerais l'entente. Cet entretien devient déjà un entre-nous. Tu acceptes de ne plus rien tenir, tu ne le comprends pas, mais tu le vis. C'est donc la Vérité, au-delà de l'expérience. Ce n'est donc pas la bonne voie ou le bon chemin mais la bonne attitude et le bon emplacement pour regarder. C'est donc le bon point de vue. Celui qui est juste parce qu'il échappe au sac de pensées, de la même façon que tu échappes au sac de nourriture et à la conscience elle-même. Tu rentres dans l'entente, figurée, comme propre. L'entente du son de l'Absolu, de la Demeure de Paix suprême. C'est très exactement cela : ce que tu Es. Je dirais : ne bouge plus, ne fais plus rien, ne sois plus rien. Alors, la Transparence est là : tu n'arrêtes plus rien, tu n'es plus dans le paraître et tu disparais, totalement. Alors, là, émerge ce que tu Es : cela.

Question : j'ai l'impression d'être ramenée tout le temps, à l'insu de mon plein gré, dans les vieux schémas action / réaction, la personnalité et l'ego omniprésents. J'ai donc l'impression de ne pas réussir à Être. Comment en sortir ?
Il n'existe aucun espace de résolution là où se situe ce que tu vis. Tu constates, comme tu le dis, l'action / réaction, le jeu de l'ego, le jeu de la duplicité, de la Dualité. Tu ne peux pas te servir du levier situé au même niveau pour t'en extraire, parce que ce dont tu voudrais t'extraire va le renforcer. C'est inéluctable. Parce que la conscience, située à ce niveau, ne t'est d'aucun secours pour sortir de ce niveau parce que toute solution apportée au même niveau ne sera qu'éphémère et transitoire. Parce que tout cela appartient au monde de l'illusion. Tu crois encore être une personne qui se débat. Tu crois encore être dans un monde qui existe. Ton point de vue est inséré dans la réalité que tu vis, qui n'est pas la Vérité. Cette réalité-là ne peut être d'aucun secours, elle est utile pour agir dans l'action / réaction. Si tu te casses un bras, tu peux faire toutes les prières du monde, il restera cassé : il faut plâtrer. Cela ne peut fonctionner ainsi pour sortir du jeu de l'ego et de la personnalité. Tu ne peux rien plâtrer, à ce niveau-là. Cela ne serait qu'un emplâtre éphémère. La solution est donc ailleurs. Ne la remets pas dans le même temps de l'illusion, de l'action / réaction mais sors de cet espace enfermant de la personnalité. Là aussi, il y a un défaut de point de vue, majeur, qui n'est plus du narcissisme mais une complaisance. Une complaisance à l'éphémère, une complaisance à l'ego qui veut résoudre un problème alors qu'il n'en a aucun des moyens. Il faut donc accepter de ne pas vouloir résoudre quoi que ce soit, mais de sortir de cette linéarité. Place-toi ailleurs. Non simplement en changeant de point de vue mais en acceptant que tu n'es pas tout ce qui se joue. Tu es encore sur la scène de théâtre, à vouloir ceci et vouloir cela. Tu veux mettre un emplâtre. Change de point de vue. Elève-toi. Je ne te parle même pas d'Abandonner le Soi mais de t'Abandonner à la Lumière. Es-tu plus intelligente que la Lumière, que tu es ? Est-ce que ton ego est supérieur à la Lumière ? Est-ce que ton ego croit qu'il est le maître de ta vie ? Si oui, alors continue à souffrir, sinon, élève-toi.

Ne laisse pas l'ego diriger. Laisse la Lumière rentrer. C'est cela, l'Abandon à la Lumière, qui te permettra d'aller vers le Soi, avant de réaliser l'Abandon du Soi. Mais si tu es courageuse, sois directement ce que tu Es : oublie tout cela, ne donne pas de poids, de prise à ce qui t'ennuie. Je n'ai pas dit, par là, qu'il faut fuir ce qui t'ennuie mais élève-toi, devient plus légère, là aussi. Ne reste pas engluée dans l'opposition et la contradiction, dans l'action / réaction, parce que toute action entraîne une réaction, et toute réaction entraîne une autre action. Et cela ne peut jamais se finir, contrairement à l'escroquerie spirituelle qui veut vous faire croire que le Karma va résoudre quoi que ce soit. Il n'y a pas de Karma. Le Karma ne concerne que la personne, pas le Soi et encore moins l'Absolu, si je peux m'exprimer ainsi. Donc, tu te soumets, toi-même, à l'action / réaction, en réagissant. Et plus tu réagis, plus il y a d'autres actions qui apparaissent et plus cela t'enchaîne, alors que tu cherches la Liberté. Il est donc question de sortir de l'action / réaction. Place-toi sous l'action de grâce, c'est-à-dire laisse la Lumière faire. Laisse la Lumière s'occuper de tout. Tant que, toi, tu veux t'occuper de quelque chose, cela échouera, c'est inéluctable. À qui fais-tu confiance ? À ton ego ou à la Lumière ? Où places-tu ton intérêt : dans l'ego ou dans la Lumière ? C'est ta responsabilité. Tu ne peux pas maintenir l'action / réaction et demander à ce que l'action / réaction cesse. Sois logique.

Elève-toi au-dessus de l'action / réaction et tu constateras, par toi-même, que la réaction n'est plus la tienne, de même que l'action n'est plus la tienne. Et que, vraiment, à ce moment-là, c'est la Lumière qui agit et non plus toi. Il n'est pas question, non plus, de demander à la Lumière d'agir, parce que ça, c'est encore de l'ego qui veut mettre la Lumière là où il veut, mais non pas là où il faut. Comment peux-tu savoir ce qu'il faut, puisque, irrémédiablement, tout t'entraîne dans l'action / réaction permanente et incessante. Il n'y a aucune satisfaction et aucun apaisement là-dedans. C'est bien au-delà de la notion de confiance. C'est vraiment l'Abandon. Il faut que tu te donnes, toi-même, à la Lumière. Et la Lumière se donnera à toi. Mais tu ne peux pas demander à la Lumière ce que tu veux, parce que ce que tu veux n'est pas ce que veut la Lumière. Tu n'as aucun moyen de savoir s'il y a une adéquation entre les deux et, le plus souvent, il y a une totale inadéquation. Parce que ce que demande l'être humain est toujours formulé depuis l'ego, et toute demande formulée depuis l'ego ne fait que renforcer l'ego, la personne, l'action / réaction. Si tu t'Abandonnes à la Lumière, tu n'as rien à lui demander. Cela t'extraira de la scène de théâtre et tu t'installeras confortablement dans le fauteuil qui regarde le théâtre. C'est une étape.

Il faut rendre conscient le fait que demander est systématiquement inscrit dans l'ordre de la personnalité. Par contre, demander à la Lumière, suffit. Il n'est pas utile de demander à la Lumière de faire ceci ou cela. Croyez-vous qu'elle ait besoin de vos conseils, de vos arguments, de vos limites, ou de vos croyances ? Vous êtes Lumière. Mais s'il y a demande de Lumière (autre que la demande de Lumière, sans adjectif derrière), eh bien c'est l'ego qui s'exprime. Et la Lumière ne répond jamais à l'ego, contrairement à ce que vous croyez ou contrairement à ce qu'ont voulu vous faire croire les religions. S'en remettre à Lumière, c'est se démettre de l'ego : c'est l'un ou l'autre. En aucun cas, cela ne peut être les deux. C'est cela qu'il faut saisir. Rappelle-toi : le monde n'existe pas. Tout ce qui se projette sur l'écran de ta conscience (le monde, l'ennemi, comme l'amour) n'est que le reflet de ton être Intérieur, le reflet de tes propres désirs inscrits dans la personnalité. S'il n'y a plus de personnalité agissante, il n'y a plus de désir et la Lumière œuvre. Et tu deviens ce que tu Es : Lumière. Rien ne peut t'atteindre. Seul l'ego est atteint et il le sera tout le temps, parce que l'ego est bâti sur la peur et le manque. Ce que tu Es n'est pas l'ego, ni la peur, ni le manque, mais est Amour, Lumière et Absolu. Il n'existe aucune solution à la souffrance, dans l'illusion. Il n'existe aucune solution à la souffrance, dans la personnalité.

Le Soi va représenter un succédané de Paix, mettant fin à la souffrance ou, en tout cas, à la perception de son illusion. L'Absolu met fin à la perception, elle-même, de la souffrance. Je pourrais dire autrement que, en l'Absolu, même s'il y a souffrance du sac de nourriture, la souffrance ne fait plus souffrir. Et c'est le but. Tant qu'il y a ego, il y a attraction à la souffrance. Tant qu'il y a Soi, il y a pansement. Mais vient un moment, un espace, où tout cela ne peut plus se jouer, où tout cela s'éteint, parce que cela n'est plus alimenté ni par l'ego, ni par le monde, ni par l'action / réaction. Vous savez tous que, quand une souffrance est extrême (que cela soit une perte ou une douleur, ou tout évènement extrêmement traumatisant pour l'ego), que se passe-t-il, le plus souvent ? Il y a un sentiment d'irréalité, une sortie de l'espace-temps linéaire : tout semble se dérouler au ralenti parce que la conscience n'est plus dans l'ego mais elle s'est extraite, de manière temporaire, de l'ego, et même du Soi. C'est, là aussi, un autre aperçu de l'Absolu. Ces expériences ont été décrites partout. Si tu réalises cela, tu constateras que toute ta vie, sur cette illusion, ne pourra plus être affectée par la moindre souffrance. Mais pour cela, il faut lâcher, il faut accepter de lâcher. Qui est le maître à bord ? Et à bord de quoi ?

Question : est-ce que vivre l'Onde de l'Éther, c'est vivre la Lumière Vibrale et l'Onde de vie, en même temps ?
Vivre la Lumière Vibrale et l'Onde de vie, en même temps, c'est l'Absolu, qui débouche sur la non Vibration, sur la non conscience, sur la Demeure de Paix suprême. C'est le moment où il n'y a plus de pensée, d'émotion, d'affliction, ni même de Joie, mais un état de tranquillité totale, sans même avoir besoin de quitter ce sac de nourriture ou ce sac de pensées. Parce qu'il y a une désidentification totale, réelle et aboutie, de ce sac de nourriture et de ce sac de pensées. C'est cela l'Absolu.

Question : la vie me montre, actuellement, de manière physique, que les vannes sont fermées, qu'il y a une difficulté à démarrer, alors que la Fluidité a toujours été présente auparavant. Je n'arrive pas à en saisir la profondeur.
La Fluidité de l'Unité est le reflet et la manifestation de l'établissement du Soi. Quand les vannes sont fermées, quand la Vibration se fait plus discrète ou absente, quand la Fluidité disparaît, sans pour autant être remplacée par des résistances mais simplement, comme tu l'as dit, par l'arrêt des vannes qui sont fermées : un flux, qui était là, n'est plus là, c'est très bon signe. C'est la rétraction de l'âme et de l'Esprit, qui conduit à l'Absolu. Il y a juste à Abandonner, totalement, le Soi. Ce qui te permettra de comprendre que ce que tu nommes ta vie, n'est qu'une illusion. C'est en arrêtant de nourrir l'illusion, même par la suspension de la Fluidité de l'Unité, que vient la Demeure de Paix suprême. Si tant est que je puisse employer le mot venir, parce qu'il n'y a pas de continuité. Ce que tu vis, comme une question précédente, est exactement la même chose : tu tiens un bon cap. Si tu t'Abandonnes totalement à cela, l'Absolu est là et tu Es Cela. Ne t'interroge plus sur le sens de ce que tu vis, de ce que vit ta vie mais interroge-toi sur l'Essence de ce qui se passe. Tu sors du Soi dans le non Soi qui, lui, ne s'oppose pas au Soi. Et se déroule l'Absolu. Ne cherche pas à rétablir quoi que ce soit du passé mais installe-toi, de manière plus lucide, dans ce que ce que tu nommes ta vie, te donne à éprouver. C'est la preuve que l'Absolu est là. L'Absolu ne peut être que dans l'Abandon du Soi. C'est très exactement le rôle que tu joues : observer et témoigner de cela. Ne cherche rien à rétablir mais, bien plutôt, à t'établir dans ce qui Est, de toute Éternité. Dès cet instant, tu ne te poseras plus la question de la Fluidité, parce que cela sera évident. Tout ne sera plus simplement Fluide et facile mais tu seras bien en dehors de tout cela, laissant alors ta vie se dérouler, sans y interférer, dans ce que tu Es. Ainsi meurt l'illusoire, ainsi meurt l'éphémère, avant son heure, laissant place à l'espace de l'Absolu. Vous êtes de plus en plus nombreux (et vous le serez de plus en plus) à être, en quelque sorte, confrontés à cela. Chose à laquelle l'ego va vouloir vous rattacher, en vous faisant croire que c'est absurde. Ne l'écoutez pas. Si, pour lui, c'est absurde, c'est très bien.

Question : pourquoi ai-je l'impression d'être en attente, comme s'il me manquait quelque chose pour passer, pour basculer, dans l'Inconnu, l'Absolu ?
J'attire ton attention sur le fait que cette question est un contre sens. Parce que, si tu as l'impression qu'il manque quelque chose pour basculer dans l'Inconnu et l'Absolu, aucun élément de ce qui t'est connu (ou connaissable) ne peut te permettre d'aller à l'Absolu. Et il ne peut rien manquer à l'Absolu, ni au limité. Il existe, simplement (et ceci d'une manière générale, qui ne t'est pas spécifique), ce qui a été nommé (dans des questions précédentes) : l'Ultime Rétraction, soit de l'Âme, soit de l'Esprit, qui refusent de rendre les armes et de capituler. Donc, tu n'as pas à chercher ce qu'il manque car il ne manque rien. Tu n'as pas à éprouver une impression d'attente (parce que l'attente te place dans le temps ou dans la recherche) mais accepter que cela est ainsi c'est-à-dire : être, de plus en plus, l'observateur de cela, sans te poser de questions, sans rien réfuter (là où tu es) et attendre, patiemment (sans rien attendre parce qu'il disparaîtra de lui-même), que l'observateur se dissolve. Donc, ne te pose plus la question du pourquoi, ni de quoi que ce soit qui pourrait manquer mais, simplement, laisse se dérouler cette attente. Mais tu n'es pas ce qui attend. Tu es ce qui observe. C'est profondément différent. Dès cet instant, le contre sens posé disparaîtra de lui-même. Parce que tu ne chercheras pas un sens ou une réponse mais, bien, tu constateras, par toi-même, ce qui se déroule. Et ce qui se déroule n'appelle, ni question, ni interrogation mais, simplement, une lucidité, là aussi.

Observer, aller au-delà de l'observation, c'est, déjà, accepter de dépasser celui qui expérimente et qui observe. C'est, déjà, en quelque sorte, aller débusquer, sans le chercher, ce qui est derrière tout ce qui se joue. Si tu acceptes cela (de rester tranquille, de ne rien chercher : ni réponse, ni manque), alors, tout va venir. Il n'y a même pas à changer de point de vue. Il y a juste à observer ce point de vue et laisser faire. Là aussi, nous rejoignons ce dernier cap de l'Abandon du Soi. L'Abandon du Soi (comme l'Abandon à la Lumière) n'est pas une action de la volonté, ni une décision de l'ego mais bien ce que j'appellerais une capitulation de l'ego et une capitulation du Soi où aucune action n'est nécessaire, où aucune décision n'est indispensable. Simplement, observer ce qui mettra fin, assurément (de là où tu es), à l'observateur lui-même.

Tu constateras, d'ailleurs, que dès que le pourquoi cesse, dès que l'attente cesse, tout est là. Cela se passe, toujours, ainsi. Il avait été dit (par certains Anciens) que l'attente et l'espérance n'étaient pas la même chose. Je vous dis, quant à moi, que l'attente et l'espérance doivent cesser, maintenant, l'un comme l'autre. Parce qu'il n'y a plus de temps, dans tous les sens du terme. Le Temps est accompli, les Temps sont achevés, donc, vous sortez du temps pour rentrer dans l'espace. Et ne cherchez pas, non plus, de vaisseaux. C'est vous, le Vaisseau. Même si, bien sûr, il existe des circonstances précises et particulières où ce que vous nommez vaisseaux exogènes doivent intervenir, mais cela ne vous concerne pas. Occupez-vous de votre Vaisseau. Parce que vous Êtes un Vaisseau. C'est cela qui se passe.

Question : à l'origine, plus mental que dans le corps, parfois, le désir sexuel m'emporte. Alors, avec mon choix de l'Absolu et tout ça, je suis dérouté.
Tu ne peux pas souhaiter l'Absolu puisque tu l'Es. Rappelle-toi : l'Absolu contient tout, même l'illusion. Pourquoi veux-tu exclure quoi que ce soit de l'Absolu ? Tu présentes les choses comme si c'était l'un ou l'autre. Qui a dit cela, si ce n'est ta propre tête ? Au nom de quoi ? Laisse ce corps vivre ce qu'il a à vivre ou alors, coupe ce qui dépasse. Mais cela ne fera pas disparaître quoi que ce soit. C'est toi-même qui te coupes de toi-même, en mettant une opposition là où il n'y en a pas, une contradiction là où il n'y en a pas. Ce que vit ce corps, ce que vit ce mental, ne concerne pas ce que tu Es. Sois ce que tu Es, au-delà du Soi et, après, tu regarderas ce qui se passe, dans ce corps comme dans ce mental. Mais ne fais pas à l'inverse : c'est mettre la charrue avant les bœufs.

Tu ne peux pas te préoccuper de l'Absolu. Ce n'est pas une quête. Ce n'est pas une Réalisation. C'est une Libération. Mais de poser la question de la Libération fait ressurgir ce dont tu croyais être libéré. Mais qui a dit qu'il fallait être libéré de ce corps pour vivre la Libération ? Tu n'es pas ce corps. Tu n'es pas, non plus, ce qui dépasse. Il n'y a aucune antinomie (ou aucune contradiction) si ce n'est en toi. Est-ce que l'Absolu m'a empêché d'avoir des enfants ? Nous ne sommes pas dans une religion castratrice. Fais ce que la vie te demande. Ce corps te demande des choses. Ce mental te demande des choses. Es-tu cela ? Es-tu identifié à cela ? Tant que tu donnes du poids à une contradiction, tant que tu attribues, au désir, des vertus opposées à l'Absolu, tu maintiens, toi-même, ta propre Dualité. Laisse l'Absolu être ce que tu Es, et je dirais : le reste suivra. Mets les bœufs et la charrue suivra. Dans l'autre sens, cela ne fonctionne pas.

Il n'y a pas de Passage de l'ego (ou du Soi) à l'Absolu. Par contre, dès que l'Absolu est ce que tu Es, les Passages se font sans interruption et sans discontinuité. Mais ne mets pas la charrue avant les bœufs : laisse l'ordre des choses s'établir d'elle-même. Sinon, tu peux créer n'importe quelle croyance : que si tu portes la moustache, tu ne peux pas être Absolu, pourquoi pas. Mais cela reste dans le domaine des croyances. Il n'y a aucune vérité, là-dessous, même pas relative. C'est juste des suppositions. Laisse s'établir ce que tu Es (Absolu) et le reste, tu verras par toi-même (mais pas du point de vue de l'ego ou du Soi). Parce qu'il ne faut pas confondre le désir et le besoin, le désir et le manque. L'expression d'un désir du corps, d'un désir du mental, est l'Absolu. Ce n'est pas contradictoire (ni opposé) mais il y a un ordre : la charrue ou les bœufs. Change, là aussi, de position. N'émets pas de jugement. N'émets pas de supposition. Parce que l'ego va te proposer des obstacles. Pour toi, cela peut être ce que tu nommes le désir sexuel et, d'ailleurs, il arrive à te faire croire que parce qu'il y a un désir, l'Absolu ne peut être présent (ce qui est, bien évidemment, absolument faux). Tu te laisses prendre au piège de ton propre ego qui te soumet une équation avec une impossibilité. Sois Absolu et, après, tu verras ce qui se passe. Cela n'aura plus aucune espèce d'importance.

Question : depuis mon enfance, j'ai vécu plusieurs deuils de personnes pour qui j'avais beaucoup d'affection et je n'éprouvais aucune émotion. C'était tranquille en moi. Il y a 3 semaines, ma grande sœur m'a annoncé qu'elle avait un très grave cancer et, 4 jours après, un autre gros problème arrive. Depuis, j'éprouve, presque en permanence, des sentiments de tristesse, impuissance, peur, trahison. Je ne suis absolument pas arrivée à réfuter. Comme si tout ce que je croyais intégré avait disparu. Pouvez-vous m'aider dans cette étape ?
La vie de l'ego te présentera plusieurs fois le même plat. Et les plats seront de plus en plus difficiles à digérer. Ce qui croyait être dépassé, un beau jour, n'est plus dépassé. Ça, c'est la vision de l'ego, dans la linéarité de l'ego. Qu'est-ce que cela implique ? De ne plus se placer dans l'ego. Parce que, là, ce qui se manifeste (comme tu l'as dit), c'est la culpabilité, le syndrome du sauveteur qui ne peut plus sauver, qui se trouve pieds et poings liés. Parce qu'il vit une injustice et, donc, une tristesse. Ce n'est pas uniquement la perte qui est envisagée mais, bien, cela. Cela signifie qu'il y avait, bien caché, dans le Soi, des restes d'ego à type de responsabilité, à type de sauveteur. L'Absolu n'a que faire de cela.

Ce que tu nommes épreuves, au sein du Soi, est, en fait, un escalier (ou un boulevard) qui t'est ouvert pour te débarrasser de tout cela. Rappelle-toi : c'est toujours une question de point de vue, même sans parler de l'Absolu. Ce que tu pourrais appeler une perte, dans un premier temps, se retrouve (dans un autre temps) un gain inestimable, à un autre niveau. Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle naissance. Quel point de vue adoptes-tu : celui de l'ego (qui te rappelle à l'ordre), celui du Soi ? Ou décides-tu de lâcher les 2, au-delà de toute notion d'affliction ou de paix ? Parce que la Demeure de Paix Suprême n'est pas la tranquillité du Soi. C'est cela que vient te rappeler ce que tu nommes ta vie. Cela t'amène à éclaircir et à mettre en lumière certains liens, certaines attaches, dans la notion de famille. Parce que ce que ta sœur (ou toi) appelle la mort, son Absolu l'appelle la Liberté. Là aussi, où te places-tu : es-tu contente pour cette Âme et cet Esprit qui retrouvent l'Absolu très bientôt, ou souffres-tu d'une perte ou d'une responsabilité, d'une culpabilité ? La question est seulement là. C'est à cela que te soumet ta vie, ton ego qui était tapi à l'ombre du Soi. Relever le défi n'est pas devenir puissant par rapport à un évènement, n'est pas le nier, mais l'intégrer. Parce que tout évènement de la vie (que tu puisses me décrire, quel qu'il soit) n'appartient qu'à l'illusion. Donc, tu te replaces, de toi-même, dans l'illusion, te montrant, par là même, ce à quoi tu es attachée. Tu ne peux être attachée et Libérée. C'est l'un ou l'autre. Et ces évènements te mettent face à cela. Restes-tu attachée ou pas ? Vas au-delà des évènements, au-delà des affects, au-delà des chocs. Poses-toi la question de la signification, profonde et réelle. Tu es attachée ? Ou tu es Libérée ? C'est l'un ou l'autre. L'ego choisira, toujours, l'attachement, la culpabilité. L'Absolu est Liberté. À toi de voir.

Demander de l'aide montre, aussi, la culpabilité. Comment pourrais-je apporter de l'aide à ce qui n'existe pas : ta personne. Quel poids donnes-tu à ta personne, à tes attachements ? Il faut disjoncter, en totalité, tous les circuits, même le plus gros. C'est l'un ou l'autre. Et, plus que jamais (pour toi comme pour tous), cela pourra être de moins en moins l'un et l'autre. Les Temps sont finis. L'heure de l'Espace est venue. L'Absolu est là. C'est ce que vous ?tes : de tout temps, de tout espace et de toute Éternité. Alors, c'est l'un ou l'autre. Vous ne pouvez emmener vos peines. Vous ne pouvez emmener vos attachements. Vous ne pouvez emmener vos souffrances. Vous ne pouvez emmener ce qui dépasse. Est-ce que vous comprenez ?

Question : depuis de nombreuses années, je lis et médite afin de vivre autre chose que ma conscience ordinaire, afin de vivre l'Amour. Je n'ai pas dépassé l'étape de la Vibration. D'un côté, tout va bien car je n'ai aucune crainte sur mon devenir. D'un autre côté, être un Libéré Vivant, éventuellement, serait une chose extraordinaire. Quels sont, en moi, les blocages ou l'attitude à être ?
Eh bien, c'est très simple : arrête de lire et arrête de méditer. C'est devenu, maintenant, tes obstacles les plus importants. Parce que, à travers le lire et à travers la méditation, dans ton cas, il y a une volonté. Tant qu'il existe la moindre volonté d'être un Libéré, tu ne seras pas Libéré parce que tu l'es déjà. Donc, tu ne peux pas vouloir quelque chose que tu es déjà. Tu veux vivre l'Amour mais tu es l'Amour. Donc, tu mets, toi-même, une distance avec ce que tu Es. Il est des fois où il faut accepter qu'il y a eu trop de temps passé à lire, à méditer, à prier, à avoir des exercices spirituels. Si rien ne se produit, au bout de tant de temps, posez-vous la question de l'utilité.

Aujourd'hui, dans ce monde, vous avez des êtres qui réalisent ce qu'ils Sont et qui sont Libérés Vivants, instantanément, sans jamais s'être posé la question d'une méditation ou d'une lecture. Pourquoi ? Parce qu'ils se sont installés dans la Transparence. Ils n'ont rien arrêté. Ils ont accepté de disparaître. Or, toi, tu ne veux pas disparaître : tu veux apparaître. Saisis-tu toute la différence ? Tu exprimes une quête. Tu exprimes une recherche. Tu exprimes un manque de perfection. Donc, tu exprimes un doute sur ce que tu Es. Et, tant que ce doute est présent, l'ego prend le dessus. Arrête tout et pose-toi, et cela sera possible parce qu'à ce moment là, toute volonté disparaîtra. Bien sûr, je ne dirai pas ça à celui qui n'a jamais rien cherché parce qu'il s'est pas suffisamment échauffé à chercher dans un coin, dans quelque chose qui n'a pas de coin. Mais, toi, tu as suffisamment cherché. Donc, c'est très simple : il reste juste à le faire accepter à ton ego. Si la Vibration est là, il n'y a rien d'autre à faire : vis la Vibration, vis le Son, vis la Respiration. Aide-toi, si tu veux, de ce que te propose ton sac de nourriture et c'est tout. Laisse le sac de pensées tranquille : s'y trouvent (à l'intérieur) les désirs, les besoins, les manques, la spiritualité (qui est, comme je l'ai déjà dit, la plus grande des escroqueries : tu es déjà spirituel). Le problème n'est pas le spirituel à trouver ou à chercher, c'est l'opacité du matériel. Si tu laisses tranquille l'opacité du matériel, il deviendra Transparent. Par contre, si tu l'agites, il deviendra de plus en plus opaque et lourd.

Accepte de renoncer à tout ce que tu as acquis. Redonne tout. Je ne parle pas de ce que tu as dans tes poches, bien sûr : je parle de tout ce que tu as acquis à travers tes lectures et ta méditation. Ou, si tu préfères, redeviens un enfant vierge de toute connaissance. La connaissance n'est qu'ignorance. La connaissance est un éloignement de la Vérité. Cela vous a été expliqué pendant de nombreuses années, que cela soit par des Archanges, par des Anciens. Toute connaissance est une illusion. Elle vous donne l'impression de posséder mais c'est vous qui êtes possédés. La connaissance vous possède et elle vous dépossède de l'Absolu. La seule vraie Connaissance, c'est l'Absolu : elle fait de vous un Libéré Vivant. Tu peux, absolument, tout lire sur l'Amour et vivre toutes les méditations les plus abouties, à quoi cela t'avance-t-il maintenant ? À plus rien. Parce que tous les paliers nécessaires ont été franchis. Il te reste juste à abandonner tout cela. Parce que rien de cela ne t'appartient et rien de cela n'est la Vérité. Accepte d'être nu. Accepte ton ignorance de l'Absolu et tu vivras l'Absolu. C'est ce que tu Es.

Question : de plus en plus, je me sens en Communion avec la nature. Néanmoins, des pensées dispersantes et des attitudes de séduction demeurent, ce qui m'éloigne de cela. Dans ces moments là, je me recentre. Que faire d'autre ?
Qu'existe-t-il après la Communion ? Cela vous a été expliqué (pas par moi) : la Fusion et la Dissolution. Tu te plais dans la Communion (qui est une forme de séduction) et tu entretiens la séduction parce qu'il y a une jouissance et, après, une autre jouissance se fait jour, un autre désir se fait jour. Parce qu'il faut aller au-delà de la Communion, au-delà de la jouissance. Pour cela, il faut Fusionner. Pour cela, il faut accepter de se laisser Dissoudre, par la nature, par le Double, par le CHRIST, par ce que tu veux. Es-tu prêt ? Il n'y a pas de blocages, excepté toi-même.La Communion, avec qui que ce soit, est une approche de l'Extase. Mais, ce n'est pas l'Extase. Ce n'est pas la Béatitude. Ce n'est pas la Demeure de Paix Suprême. La preuve : tu en sors. Il est sous-entendu (par ce que tu vis et par ce qui se manifeste) que tu n'oses aller au-delà de la Communion. Tu ne t'Abandonnes pas. Tu veux continuer à contrôler et à diriger : voilà où est l'obstacle.

Ce que te propose la nature n'est pas seulement une Communion, tout comme le Double, tout comme le Soleil, tout comme ce que vous nommez MARIE, ou CHRIST, ou d'autres. Il faut aller vers cela. C'est toi qui décides. Ne cherche pas des prétextes ou des alibis dans ce qui ne serait pas résolu. C'est simplement ta conscience qui n'a pas encore décidé de s'annihiler (de s'oublier, même), par soif d'expériences et d'expérimentations. Mais tu en es libre : ne conçois aucune culpabilité là-dedans. Mais tu ne peux pas désirer une chose et tenir à une autre chose. Comme pour l'une des questions précédentes : vois, clairement. Ne cherche pas quelque chose qui serait caché ou qui t'empêcherait de. Mais c'est simplement ton aptitude à la Communion avec la nature, qui a été une étape importante, et qui, aujourd'hui, est un obstacle. Vas plus loin. Ose.

Il n'y a jamais autre chose que le Soi, même, et l'Absolu. Si ce monde est illusion, tout ce qu'il vous présente est illusion, même s'il existe, en son sein, des éléments (comme la nature, un Double, un être spirituel) avec lequel vous avez à dépasser la Communion et la Fusion afin de vivre (ou préparer) la Dissolution ou la Délocalisation ou la Multilocalisation, c'est-à-dire retrouver la Liberté. La Communion n'est pas, totalement, la Liberté. Elle est une mise en route vers la Liberté mais elle n'accomplit, jamais, la Liberté. Elle est une préparation. Il faut vous appuyer dessus, si vous en avez besoin mais ne restez pas figés là-dessus.

Question : j'aspire à l'Absolu en vivant l'Abandon du Soi, que je reconnais, depuis peu de temps, éphémère. Mais on ne peut Abandonner le Soi sans y être préalablement établi. Pouvez-vous préciser ce qui permet l'établissement avéré dans le Soi, car on ne peut Abandonner un état d'être dans lequel on n'est pas encore installé en permanence ?
Entendons-nous bien : l'Absolu ne peut être une aspiration. L'Absolu ne peut être, aucunement, une finalité. C'est un Ultime. Ce n'est pas un état qui découle d'un autre état. Simplement, pour ceux qui ont réalisé le Soi, il faut Abandonner le Soi, Réaliser le « je suis », pour, finalement, découvrir le non-Être. Mais ce n'est pas d'une logique successive. Il est tout à fait possible, et cela a été le cas pour beaucoup de Frères et de Sœurs, par tout temps, de passer directement du je à l'Absolu. Ce Passage n'en n'est pas un. C'est, simplement, la rupture du je, par une circonstance particulière (traumatisante, ou autre) qui permet la Libération. Vouloir aspirer à l'Absolu n'est pas une technique : on ne peut aspirer à Être Absolu. Cela ne peut être ni une demande, ni une volonté, ni un aboutissement. Nous avons, en ce qui me concerne et pour d'autres Anciens qui vous ont parlé, insisté sur le principe de la Réfutation. En quoi faudrait-il qu'un état soit abouti pour laisser la place à un autre état (qui n'est, d'ailleurs, pas un état) ? Il n'y a pas de logique successive. Il y a vérité relative, construite, et déconstruite ensuite : l'aspect en couches d'oignon. Mais vous pouvez très bien vous passer des couches de l'oignon, pour découvrir qu'il n'y a rien : ni couches, ni oignon. Ne faites pas de l'Absolu un principe de Réalisation, ce qu'il n'est pas. Il n'y a que dès l'instant où ce qui vous est connu, est réfuté, que l'Inconnu s'établit. Cela ne veut pas dire, pour autant, que vous deviez parcourir l'ensemble du connu, ou découvrir, dans ce connu, ce qui ne vous est pas encore connu : cela serait sans fin. Votre conscience (qu'elle soit du je ou du Soi) doit s'adresser à ce qui tombe sous le sens, et ce qui est évident dans vos manifestations mêmes de la conscience, c'est-à-dire ce qui est déjà construit. Ne cherchez pas, maintenant, à rajouter d'autres constructions. Sinon, vous allez penser, comme tu le fais, qu'il faut achever quelque chose, pour aller ailleurs, ce qui n'a jamais été dit.

Quel que soit l'étage de la conscience, et l'état de ta conscience, fragmentaire ou Unifiée, cela ne fait aucune différence. Je dirais même que, plus le temps de cette Terre s'écoule, plus il sera facile à celui qui n'a aucune démarche spirituelle, aucune recherche (spirituelle ou de sens), de vivre l'Absolu, plus qu'à celui qui s'est construit un Soi solide. Parce que l'Absolu, c'est l'Abandon du Soi, comme l'Abandon du je. Ceci est bien au-delà de l'Abandon à la Lumière ayant permis de réaliser le Soi, pour ceux qui l'ont réalisé. La Libération n'a que faire des états antérieurs. Dans l'exemple que j'ai pris (l'un des exemples que j'ai pris), il y a une échelle dont les barreaux apparaissent au fur et à mesure. Donc vous croyez gravir une échelle, pour aller quelque part mais vous n'allez nulle part. J'ai insisté, longuement, sur cette notion de regard et de point de vue. Ce point de vue et ce regard n'ont rien à voir avec les yeux : c'est un éclairage de la Conscience elle-même, un éclairage de l'observateur. En quoi un observateur aurait besoin d'achever une maison, pour comprendre que cette maison ne sert à rien ? Il n'a jamais été dit qu'il y avait une succession d'états permettant d'aboutir, en quelque sorte, à l'Absolu. L'Absolu n'est pas une finalité : c'est la Vérité Absolue. Si cela ne vous convient pas, restez dans le Soi. Je n'ai jamais présenté l'Absolu en tant que finalité. Si vous en faites une finalité, vous en faites une aspiration ou une recherche. Contentez-vous, alors, de laisser l'Onde de Vie vous parcourir, sans rien chercher, sans rien attendre, sans rien demander. Parce que s'il y a attente, s'il y a demande, s'il y a recherche, cela ne peut aboutir. Seule ce que j'ai appelé la réfutation permet d'aboutir à l'Absolu, mais ce n'est pas un aboutissement. Ce n'est que quand vous avez éliminé les couches illusoires et d'illusions qui vous sont perceptibles, que l'Absolu se dévoile. Il a toujours été là. Comprenez bien que c'est votre vision et votre point de vue qui en est responsable, quant à son éloignement : l'Absolu n'a jamais bougé, il est toujours au centre. C'est vous qui êtes sortis du centre. Vous n'êtes ni responsable, ni coupable : il n'y a ni responsable, ni coupable. Il y a juste un regard différent. Il y a juste à reconnaitre votre ignorance. Il y a juste à réfuter ce qui est éphémère et qui vous est perceptible. La première des choses qui vous est perceptible n'est pas au bout du monde : c'est votre corps. La deuxième chose qui vous est perceptible : c'est votre mental. Le troisième élément qui vous est perceptible : ce sont vos attachements. Vous avez déjà du travail, qui n'est pas un travail, mais une enquête. Menez l'enquête sur ce qui vous est perceptible. Il ne vous est pas demandé un discours de théologie pour savoir si le CHRIST a été crucifié à tel endroit, ou à tel autre endroit : cela ne vous apportera strictement rien, si ce n'est nourrir le mental, nourrir les croyances, nourrir les idées. Vous n'êtes pas une croyance, vous n'êtes pas une idée, quelle qu'elle soit.

Il n'y a donc pas d'aspiration possible à l'Absolu. Le concevoir ainsi, c'est sans éloigner encore plus. L'Absolu ne sera jamais un état. Rappelez-vous : il n'y a pas de passage possible depuis un point d'appui connu, vers l'Inconnu. Tous les points connus ne sont pas des points de passage, mais des obstacles et des résistances. Vous n'avez pas à lutter contre. Vous avez juste à voir et à reconnaître ces résistances et ces obstacles, non pas pour en comprendre le sens ou l'origine, mais le sens premier, c'est-à-dire : des éléments limitant et altérant ce que vous Êtes, en Vérité. C'est de ce point de vue-là (si l'on peut dire) qu'il vous faut (si l'on peut dire) partir, ou démarrer, ce qui ne peut être en aucun cas une quête, mais bien, comme je l'ai nommée, une enquête. Cette enquête n'est pas un jeu mental, mais est un Jeu Divin, qui va permette de sidérer, ou de faire disjoncter, les bases de fonctionnement de la personnalité et du Soi. Là, est le seul objectif. Tout le reste (aspiration, désir) ne serait que projection. L'Absolu ne peut, en aucun cas, être une projection, un objectif ou un but. C'est en ce sens que je l'ai nommé Ultime. Mais cet Ultime n'est pas la conséquence de ce qui est avant, puisque cet Ultime contient tout le reste. C'est un ensemble, contenant un sous-ensemble, une multitude de sous-ensembles. Aucun des sous-ensembles connus ne conduit à l'ensemble, c'est impossible. La connaissance des parties ne vous donnera jamais la Connaissance du global et de la Totalité. Cela ne fonctionne pas selon un principe arithmétique.

Question : qu'est-ce qui m'empêche de percevoir le Canal Marial ?
Toi-même. Tu ne t'es pas effacée. Ne t'étant pas donnée, le Double et son Canal ne peut t'apparaître. Le sacrifice du Soi, ou Abandon du Soi (Crucifixion et Résurrection, si vous préférez cette terminologie) ne peut se réaliser tant qu'il existe une velléité, de la personne ou du Soi. Le Canal Marial est présent chez tout être humain. Sa conscientisation, si je peux m'exprimer ainsi, n'est possible que dès l'instant où la conscience n'est plus focalisée, dans le je ou dans le Soi. Le seul obstacle, c'est toi-même, dans ce que tu crois être, plutôt que de ce que tu Es. De la même façon qu'il vous a été explicité certains des mécanismes de l'Onde de Vie, il en est de même pour le Canal Marial. L'apparition de l'Onde de Vie, le déploiement de l'Onde de Vie, n'a que faire du je, n'a que faire du Soi. Il n'y a que, justement, lorsque le je et le Soi s'effacent, que le Canal Marial est constitué. C'est-à-dire qu'il vous faut disparaître en tant que personne, disparaître en tant qu'individu, devenir Transparent, en totalité : ne rien arrêter, ne rien retenir, ne rien réfréner, et ne manifester aucune volonté, sont les conditions indispensables à l'apparition consciente, à la conscience, du Canal Marial. Il a été dit qu'au moment opportun, le Canal Marial serait présent sur l'ensemble de la Terre. Le fait qu'il ne soit pas présent maintenant, au-delà de ce que j'ai expliqué, est aussi signifiant pour vous que le fait de saisir que votre temps n'est pas encore venu. Même si le Temps de la Terre est venu, et fini, vous n'êtes pas tous, je dirais, synchrones et syntonisés sur le même temps. N'en concevez ni culpabilité, ni dépit, ni impatience, ni attente, car c'est la meilleure façon de retarder cela. Quand nous vous disons de ne rien faire et de laisser faire, c'est la stricte Vérité, en ce qui concerne l'Absolu (pas en ce qui concerne le Soi, ni le je).

L'Absolu (et ce langage est métaphorique) ne survient, alors qu'il est déjà là, que dès l'instant où tout jeu de conscience, quelle qu'elle soit, cesse. Tant qu'il existe la moindre volonté, il existe une forme de tension, non satisfaisante, vers un objectif. L'Absolu n'est pas un objectif : il est déjà là. Ce n'est que votre regard qui doit changer. Mais ce changement n'est pas un travail, ni une ascèse, ni quoi que ce soit : c'est un déplacement de l'observateur, qui disparaît. Comment voulez-vous que l'observateur disparaisse, si vous observez en permanence ? Les prémices sont, avant tout : la Dissolution et la Multi-localisation, et la Fusion avec le Double. Au-delà de cela, qui n'a pas, non plus, à être recherché (la Communion peut être recherchée, la Fusion peut être recherchée), la Dissolution s'établit d'elle-même. La rechercher, la fige, et l'empêche. Parce que la Dissolution, comme l'Onde de Vie, ne naîtront, de manière perceptible, que quand vous serez prêts. Mais pour être prêt, il n'y a rien à faire, justement. Redevenez comme un Enfant : Simple, Humble, et Transparent, et Spontané. Ces Quatre éléments, ou Quatre Piliers, qui vous ont été donnés, sont la clé (ndr : les interventions lors desquelles ces 4 Piliers ont été présentés sont indiquées dans «Les 4 Piliers du Cœur » - rubrique « Protocoles à pratiquer » de notre site). Comment voulez-vous être Spontané, quand vous recherchez quelque chose ? Comment voulez-vous être Transparent, tant que vous n'êtes pas effacé ? Tant que vous interceptez une pensée, tant que vous interceptez un désir, tant que vous interceptez une observation extérieure, vous vous éloignez. De même que la connaissance éloigne de l'Absolu, aucune connaissance de tous les mystères des Univers ne vous rendra Libre : elle vous asservira. Mais si votre soif d'expériences est telle, alors, vivez vos expériences, ne vous occupez pas de l'Absolu. Encore une fois, l'enquête n'est pas une quête. La connaissance, telle que vous l'appliquez dans ce monde incarné, est ignorance. Si vous vous affranchissez de cela, l'Absolu est là. Il n'y a pas d'autre alternative, il n'y a pas d'autre possibilité. Vous ne pouvez appliquer les principes du Soi, à l'Absolu. Justement, c'est exactement l'opposé.

Question : l'Absolu est un état que le mental ne peut comprendre, et je tourne en rond. Quels sont les obstacles qui m'empêchent d'être dans l'état d'Absolu ?
Ton mental. Tu as la réponse dans l'énoncé même de ta question. Qu'est-ce qui tourne en rond, si ce n'est le mental ? Tu énonces la réponse, et tu poses la question après. Si tu saisis cela, tu ne peux que voir que c'est ton mental lui-même, qui tourne en rond. Toi, tu ne peux pas tourner en rond, puisque tu es au centre, et tu Es Absolu. Ce qui tourne, c'est le mental, avec une force centrifuge. Et plus tu tournes, plus tu t'éloignes. Il suffit d'arrêter de tourner en rond, de rester immobile, et tranquille. Tant qu'il y a questionnement, il y a erreur. Et je répondrais, comme précédemment, le seul obstacle, c'est toi-même, te renvoyant par là-même aux quatre fondamentaux, ou Quatre Piliers, nommés : Humilité, Simplicité, Transparence, Spontanéité (ndr : ou Enfance). Si tu appliques cela, tu ne peux pas tourner en rond. Ce qui tourne en rond, c'est le je, avant tout, et le Soi, dans une certaine mesure, bien que plus proche du centre. Parce que tu cherches l'Absolu : tu ne peux le chercher, il Est déjà là. Je ne te demande pas de comprendre, ni d'analyser, parce qu'au moment où tu saisiras, tu verras mes mots comme une évidence, mais de là où tu es, tu ne peux les comprendre. Il faut accepter de changer de place, de point de vue, de regard, sans se poser de questions. Les questions concernent la réfutation, l'enquête. Mais je te répète que la réponse est préalable à la question que tu as posée, et tu l'as donnée toi-même. L'Absolu, le centre, l'Ultime, se dévoilent, dès l'instant où tout le reste, sans aucune exception, est lâché. Le fait même de tourner en rond montre que tu n'as pas lâché, puisque tu tournes. Tu n'es pas immobile, tu n'es même pas dans la place de l'observateur, tu es encore en train de jouer la scène de théâtre. Pose-toi, repose-toi, ne tourne plus. Tout est là et a toujours été là.

Question : Je vis en ce moment un paradoxe avec la sensation de n'être ni là ni ailleurs, mais d'être nulle part. En fait, je ne sais pas où se situe la Conscience. Que se passe-t-il ?
Justement, il ne se passe rien, et c'est très bien et ce n'est pas un paradoxe : c'est une évidence. Si la Conscience n'est pas ici, n'est pas ailleurs, c'est qu'elle n'est nulle part. N'étant nulle part, elle est à la fois partout et absente. Quelle meilleure approche peut-il exister de l'Ultime ? Il reste juste à dépasser, là aussi, le témoin de cela. C'est, justement, au moment où la Conscience n'est plus localisée à ce corps, à ce Soi, que la Conscience semble se dissoudre, n'être ni ici et ailleurs, nulle part et partout, que l'Absolu est là. Encore une fois, ce n'est pas un paradoxe, c'est une évidence. Tu reconnais ainsi, par toi-même, ton ignorance quant à l'emplacement même de ta Conscience. Ce n'est pas l'opacité, c'est la Transparence. La Conscience ne s'appuie plus sur un corps, elle ne s'appuie pas sur un autre espace, sur un autre temps, et pourtant, on peut dire qu'elle est délocalisée. Ceci accompagne, ou précède, ou suit, la Dissolution. Ne soit pas troublée par ta propre Transparence. Tu dois t'apercevoir que, dans cet état de non conscience ou de conscience délocalisée, tu ne peux plus apprécier une densité. Tu es donc en légèreté. Ce que tu appelles paradoxe n'est que l'inconfort de ce qui n'est pas encore établi de manière ferme. Je t'invite donc, là aussi, à te reposer. Laisse faire ce qui se vit. C'est, en quelque sorte, les prémices de la délocalisation et de la multilocalisation. Il reste juste, non pas à réfuter cela, mais à l'accepter, en totalité, sans t'y investir, sans t'y attacher. Ainsi que tu le constates, ne l'explique pas, mais vis le. Abandonner le Soi, c'est se donner à cela. Si tu te donnes à cela, alors l'Absolu est là. Ceci te donne une approche de ce que j'ai appelé l'Absolu sans forme mais comme ta forme est encore là, le paradoxe est là. Mais ce qui te semble encore paradoxe, dans ce que je viens d'énoncer, deviendra, lui aussi, évidence.

Question : Pourriez-vous développer sur : vivre la permanence de l'instant présent ?
L'instant présent participe du Soi. Vivre la permanence de l'Instant Présent, c'est être installé dans le Soi, dans le miroitement spirituel de sa propre Lumière projetée sur l'écran de la Conscience. Vivre la permanence de l'instant présent c'est jouir du Soi, jouir des Samadhis, mais ce n'est pas Absolu. Beaucoup de Frères et de Sœurs se complaisent là dedans, et c'est parfait, parce que jamais il ne faut juger quelque démarche que ce soit. Mais vivre cela ne débouchera jamais sur l'Absolu et encore moins sur la Libération. Il est réalisé un état, et d'ailleurs cela s'appelle l'Éveil ou la Réalisation. Et après, qu'y a-t-il, après ? Une fois que le sac de nourriture est parti, une fois que le sac de pensées n'existe plus ? Que reste-t-il de vivre la permanence de l'instant présent ? Rien du tout. Donc, c'est illusoire et éphémère, même si c'est gratifiant pour l'ego, pour le bien-être. Vivre la permanence de l'instant présent, c'est accepter l'éphémère. Un éphémère plus beau, plus joli que l'éphémère du je, mais cela reste un éphémère, même permanent. Quelle est cette permanence ? Elle est inscrite entre la naissance et la mort, au plus large. Mais avant, mais après, où est la permanence ? Où est l'instant présent ? Réalises-tu qu'il y a, derrière cette expression, la satisfaction d'un ego spirituel et un empêchement d'aller au-delà. Cette immobilité n'est pas le centre, cette permanence n'est pas permanente, puisqu'elle est limitée par la naissance et la mort. Ce que tu Es, n'est pas limité, ni par la naissance, ni par la mort. Il est très difficile, pour celui qui vit la permanence de l'instant présent, de se Libérer de cela. C'est ce miroitement du Soi, ce miroitement de la Lumière, qui a été appelé l'illusion et qui conduit à tous les excès, à tous les enfermements. C'est rester spectateur d'un état, observateur d'un état. C'est jouir de l'éphémère, en le prenant pour l'Éternel, même si cela est très satisfaisant. Le « je suis », affirmation de la Présence, n'est qu'une escroquerie, pourtant indispensable pour beaucoup. Réaliser le « je suis » n'est pas être Libéré, mais être encore plus enfermé. Mais libre à vous d'affirmer le « je suis » et d'en rester là parce que, pour beaucoup, cela est un but et une aspiration, une finalité, un ensemble qui est un sous-ensemble et qui est considéré comme un ensemble, pourtant. Ce n'est pas le centre, même si le scintillement et le miroitement de la Lumière peut combler. Le but n'est pas d'être comblé. La finalité (si tant est que je puisse employer ce mot) n'est pas d'être comblé, puisque la perfection est déjà là, depuis toujours : c'est ce que tu Es. S'installer Ici et Maintenant, dans l'instant présent, réalise le Soi, l'état de miroitement où la Lumière est vue. Mais, si la Lumière est vue, c'est encore qu'elle est projetée. L'Absolu n'est pas cela. Mais vous devez accepter, comme je l'accepte, sans aucune problématique, que, pour beaucoup, ceci soit un objectif et une finalité.

BIDI - 1

3 juin 2012

Question : Comment lâcher l'attente et la recherche de l'Absolu ?
Il a été dit que l'Absolu ne peut être cherché car, comment chercher ce que tu Es déjà ? Toute recherche, tout supposé chemin, pratiqué ou recherché, toute recherche dans un passé, dans quoi que soit d'autre que ce je suis, ici et maintenant, ne peut que t'éloigner de l'Absolu. L'Absolu ne peut être connu. Il fait partie de l'inconnu. Donc, il te faut réfuter tout ce qui est connu. Passe ton temps, non pas à chercher l'Absolu (tu ne le peux) mais passe ton temps à réfuter ce qui t'est connu. À un moment donné (et ce moment donné est très proche parce que ce que je propose est très simple) le cerveau, la personnalité, l'ego, et même l'individualité, ne peut tenir, au-delà d'un certain temps, par rapport à la réfutation.

Le sens du je apparaît avant trois ans. C'est le moment où apparaît la distance entre le sujet et l'objet. C'est le moment où la Conscience prend conscience d'elle-même et se distancie par rapport à tout ce qui peut être senti, ressenti, vu, perçu, établissant, en quelque sorte, une limite et une barrière entre toi et le monde. C'est cette distance et cette barrière qui créent la personne, qui créent l'individu. Si tu acceptes cela, il suffit simplement d'accepter qu'il n'y a rien à chercher, rien à rechercher, rien à attendre mais, simplement, poser un regard lucide sur tout ce qui est éphémère. Tu Étais, avant d'être dans ce corps. Tu Étais, avant que le monde existe. Et tu Seras, une fois que le monde aura disparu. Mais que Seras-tu ? Ce n'est pas une projection dans le futur, encore moins dans le passé, mais bien l'établissement de la Conscience au-delà de la Conscience. La Conscience est expérience : elle se nourrit de l'expérimentation. Jusqu'à un certain point, tu crois être celui ou celle qui expérimente. Tu t'identifies à la scène, tu t'identifies au théâtre, tu penses qu'il y a un chemin et tu le parcours parce que tu le crées. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la pensée est créatrice. Mais d'où vient la pensée ? Est-ce qu'elle était préalable à l'existence de ce sac de nourriture ? En as-tu le souvenir ? Que se passe-t-il quand tu médites ? Que se passe-t-il lors d'expériences mystiques ? Même la plus invraisemblable, la plus extraordinaire. Eh bien, c'est simple : il y a toujours quelque chose qui regarde. Et ce quelque chose qui regarde n'est pas affecté par l'expérience, ni par la Conscience elle-même. Celui qui observe n'est pas une personne, n'est pas toi, dans le sens d'une individualité mais est bien plus vaste et bien plus illimité que ce que tu pourrais imaginer, concevoir ou penser. Dès l'instant où tu observes tes propres pensées, la façon dont elles naissent (c'est le principe même de la méditation) tu vas pouvoir, dans un premier temps, sortir de la linéarité. Non pas pour échapper à quoi que ce soit ou à qui que ce soit, parce que je te rappelle que l'Absolu englobe aussi l'Illusion. Tout ce qui est éphémère est illusoire. Ce qui est permanent est infini et indéfini. Observe le fini. L'Absolu observe l'éphémère. L'éphémère est contenu dans l'Absolu. Rien ne peut être en dehors de l'Absolu.

Le problème, c'est que la Conscience se place toujours dans un relatif, dans quelque chose de limité, de fragmenté, où il y a le sens d'une possession, où il y a le sens d'une attribution, d'un rôle, d'une fonction, d'une appartenance à quoi que ce soit. Que cela soit le corps, que cela soit la famille, que cela soit un objet ou même, pour ceux qui réalisent le Soi, le sentiment d'être la Terre entière et les Consciences qui y sont contenues. Cela n'est pas l'Absolu mais est contenu dans l'Absolu. Or, tu es Absolu. Rien de limité ne peut être ce que tu Es. Il y a donc d'abord, dans une forme de logique, à établir un « je suis » parce que le Soi ne peut se bâtir et se construire qu'en opposition ou en confrontation au non Soi. Il en est de même pour le je qui se construit et s'élabore dès trois ans, à partir du non je : c'est la distance sujet / objet. L'Absolu te dit : « tu n'es ni le sujet ni l'objet. Tu n'es même pas la relation entre le sujet et l'objet. » Et cela l'est, de tout Éternité, parce que la perfection n'est jamais éphémère. Et tu es parfaite. Seule la vision de la construction du je et, pour ceux qui sont en cheminement spirituel, la construction du Soi, ne sont que des éloignements de la Vérité. Toutes les vérités que tu découvres, toutes les vérités que tu établis comme valables, dans ta vie, sont, un jour ou l'autre, balayées. Tu es dans un corps. Ce corps va disparaître, c'est inéluctable. Cette Terre disparaîtra, le Soleil disparaîtra, l'Univers disparaîtra. Vos scientifiques vous le disent. Que deviendras-tu, à ce moment là ? Alors bien sûr, tant que tu es dans le je, et que tu joues le jeu, cela n'a aucune importance parce que l'échelle, dite de temps, échappe totalement à ta compréhension comme à tout concept. Le sens même de l'identité d'une personne, d'un individu, du Soi, n'est qu'un concept. L'être humain incarné a pour habitude de définir. Il définit à partir d'une forme limitée (objet ou sujet) mais tout cela est éphémère. Le plus difficile (et qui est à la fois le plus simple), c'est d'accepter, une bonne fois pour toutes, qu'il n'y a rien à rechercher, rien à chercher et que le chemin n'existe que si tu considères qu'il y a un chemin, que si tu considères qu'il y a une montagne à gravir ou à descendre, c'est la même chose. Qu'est-ce qui gravit la montagne ou qu'est-ce qui la descend ? La notion d'effort est connue dans ce monde. Tout est un effort. Il faut gagner sa vie. Ce que je te propose, ce n'est pas de ne plus la gagner mais de comprendre, afin d'intégrer, de dépasser, de transcender et, en quelque sorte, de rompre les amarres au fini. Non pas en t'en détournant (ce qui serait, encore une fois, une erreur) mais bien de te positionner ailleurs que dans ce qui est connu. Pour cela, il n'y a pas d'autre solution que d'accepter le principe même de ce qui doit être réfuté. Sortir de l'enfermement, c'est dépasser toutes les limites, non pas dans une espèce de désordre mais, bien plus, dépasser l'ordre et le désordre. C'est s'établir au-delà de l'ordre et du désordre, comme au-delà du bien et du mal. Au-delà de la dualité. Au-delà de l'Unité. C'est ne plus jouer aucun rôle mais accepter de vivre quoi que te propose ce monde. Il n'est pas question de se détourner de ce corps puisque tu y es dedans. Mais tu n'es pas ce corps. Ce n'est pas un déni du corps, ni un déni de la vie mais, bien plus, la transcendance, la transfiguration et la résurrection de la vraie Vie : celle qui n'est pas finie et qui d'ailleurs, n'a jamais commencé. Ce qui gêne, c'est le témoin. Ce qui gêne, c'est le Soi. Ce qui gêne, c'est de croire qu'il y a un chemin, de croire qu'il y a une vérité à trouver.

Le monde est une projection. Une projection de quoi ? De la pensée et de la Conscience. Tu n'es ni la pensée, ni la Conscience, ni l'agent qui a projeté la Conscience ou la pensée. Tu es au-delà de tout ça. Comme je le disais : ce n'est pas une recherche, ce n'est pas un temps parce que dès l'instant où tu considères qu'il y a du temps à consacrer à, tu restes dans le fini. Et l'Absolu ne peut être là, pour toi. Tu t'es détournée, en quelque sorte de l'Absolu. L'Absolu est au-delà de la Joie parce que la Joie est la contemplation du Soi, mettant fin à une certaine forme de souffrance, effectivement, mais qui ne répond jamais à la question de qui tu Es, parce que le Soi, lui-même, n'est qu'une projection au niveau d'une densité différente de celle que vous connaissez dans le je, mais qui reste inscrite dans le je. Où veux-tu être inscrite ? La seule angoisse de l'humain, c'est la disparition. Vous ne pouvez disparaître. Ce sac de nourriture disparaît. Ce monde disparaît. L'univers disparaîtra. Les concepts et les pensées disparaîtront. Mais ce qui a sous-tendu cela ne disparaîtra jamais parce qu'il n'est jamais apparu, justement. Donc, regarde, sans chercher. Change simplement le regard. Qu'est-ce qui n'est jamais apparu ? Qu'est-ce qui n'a jamais disparu ? Qu'est-ce qui sous-tend toutes les expériences, sans participer à l'expérience ? Ce n'est ni le témoin, ni l'observateur. C'est quelque chose qui est en amont, si je peux m'exprimer ainsi. C'est ce que tu Es, non pas dans le je suis, mais dans la négation même du je suis. Rappelle toi que mes mots ne sont pas destinés à être entendus par tout le monde, parce qu'ils fâchent. Ils fâchent avec le fini et se fâcher avec le fini, est parfois préjudiciable. Tant que tu considères que tu n'as pas fini de mener tes expériences (qui ne t'appartiennent pas plus que ton corps), alors, bien sûr, le Soi se gargarise de l'éveil de la Kundalini, de ses voyages, de ses rêves, de sa Paix, de sa Joie. Mais même cela fluctue car qui peut dire, même au sein du Soi, qu'il passe l'Éternité dans le Soi ? Réfléchis : que devient le Soi, une fois que ce corps n'est plus là ? Que devient la Conscience, une fois que ce corps n'est plus là ? Où étais-tu avant d'être dans ce corps ? Étais-tu dans un autre corps ? Et même si cela est le cas, s'il y a apparemment une solution de continuité entre un autre corps et ce corps, où étais-tu entre les deux ? En as-tu la claire vision, le clair sentiment ? Sais-tu ce qui est au-delà de l'Essence ? Tant qu'il y a recherche, vous n'êtes pas installés dans le bon regard ou dans le bon point de vue, parce que la recherche s'inscrit dans le temps et, comme vous l'ont dit beaucoup d'enseignants, le temps n'existe pas. C'est bien joli. Si le temps n'existait pas, ce corps n'existerait pas. Tout simplement. Cette Conscience n'existerait pas. Cette présence n'existerait pas. Seul demeurerait Absolu, cet Ultime. Mais cet Ultime, encore une fois, n'est pas une quête. C'est une Vérité qui ne dépend d'aucune expérience, d'aucun corps, d'aucun concept, d'aucune Conscience.

La Conscience est liée à l'expérience et à la projection, quelle que soit la Conscience. Le seul moment où vous n'avez pas conscience est celui où vous dormez, et pourtant, vous vous réveillez le matin en ayant, comme je l'ai déjà dit, le sentiment d'être le même. Parce qu'il y a quoi ? La mémoire de la veille, la mémoire d'une histoire limitée à cette vie, ou (pour les chercheurs spirituels) à toutes vos vies. Mais quelle importance ? Ce qui était hier, n'est pas ce que vous êtes aujourd'hui. Et ce que vous Êtes, réellement, n'a rien à voir avec le temps. Le temps est une création artificielle, quel que soit le temps. Ailleurs, le temps, c'est de l'espace dépourvu de temps mais vous n'êtes, non plus, aucun espace. Vous ne dépendez pas de l'espace / temps. Ce qui dépend de l'espace / temps est une personne. Vous n'êtes pas une personne. C'est un jeu. Tant que vous resterez une personne, vous alternerez plaisir et déplaisir, souffrance et joie. Dès qu'il y a émotion, il y a temps, il y a réaction. Tant qu'il y a concept, tant qu'il y a pensée, il y a temps. Le temps est l'Illusion qui vous fait croire à un chemin et qui vous perd sur un chemin, qui vous donne des satisfactions, qui nourrit l'Illusion et l'espoir ou le désespoir mais vous n'êtes ni espoir ni désespoir. Vous êtes ce qui a été appelé la Demeure de Paix Suprême, cette Béatitude Absolue qui existe dès que vous n'êtes plus une personne ni un individu. Or, le paradoxe, c'est que la personne, comme tu l'exprimes, ou l'individu, si tu es dans le Soi, passe son temps à revendiquer une recherche de ce qui est déjà là. Quand tu auras saisi qu'il n'y a rien à chercher, qu'il n'y a rien à rechercher, qu'il n'y a aucun chemin, le chemin s'arrêtera de lui-même, la quête s'arrêtera d'elle-même. Tu sortiras de l'espoir et du désespoir. Tu ne seras plus affectée par la vie de ce corps, par la vie de ces pensées, de ces concepts. Et pourtant cela ne disparaîtra pas, parce que cela a un terme mais l'ego va te faire croire que si tu envisages ce point de vue, tu mets un terme à ta vie, ce qui est faux. L'ego est très malin pour t'éviter de penser ainsi, parce qu'il sait que si tu réalises ce genre de pensées, cette réfutation, il va disparaître. Le sac de nourriture, que tu es, occupera toujours un espace et un temps donnés, mais tu ne seras plus cette personne ni cette identité. À ce moment là (qui ne dépend pas d'un temps mais d'un point de vue), sortez de cette notion linéaire de temps. Il n'y a pas d'attente, c'est déjà là. Accepter cela, c'est déjà s'extraire du jeu de la personne ou de l'individu. Je le répète, encore, pour toi : l'attente correspond au temps, le chemin correspond au temps. L'ego va trouver tous les prétextes pour te dire que la vie est éternelle mais sais-tu ce qu'est la Vie ? Où est la Vie ? Est-ce qu'elle est dans l'éphémère, dans ce qui est périssable, ou dans ce qui soutient absolument tout ?

Si j'insiste autant sur le point de vue, c'est que le point de vue vous fait sortir du temps. Et la seule façon de sortir du temps, c'est de rentrer dans l'espace, non pas pour occuper l'espace ou les espaces, non pas, uniquement, pour établir des Communions ou des Fusions ou même des Dissolutions mais, bien plus, pour vous extraire vous-mêmes de votre propre Conscience, ce que j'ai nommé a-conscience. La Conscience a tellement peur de ne plus exister qu'elle se bâtit des chimères dans le je, comme dans le Soi. L'incomplétude du je ou du Soi, vous complait à rechercher cette complétude alors qu'elle a toujours été là. Simplement la complétude, vous l'installez dans le temps d'une vie ou de plusieurs vies ou dans des concepts et des pensées qui s'étalent aussi dans le temps. Et vous maintenez ainsi, de façon indéfinie, l'expérience. L'expérience n'est pas l'Absolu. Justement, c'est la cessation de l'expérience, de toute Illusion. La demeure de Paix suprême est le témoin de l'Absolu, dans la forme. La forme n'est plus affectée, ni par les concepts, ni par les pensées, ni par les expériences. Elle va là où elle doit aller. La vie se déroule comme elle doit se dérouler, dans la plus grande des facilités, même avec une maladie très grave, même sans manger, même sans argent ou même dans la richesse et le bonheur. Cela ne change rien. Qu'est-ce qui a changé ? Le point de vue. Changer de point de vue : il n'y a pas d'autre alternative. Maintenant, il faut saisir aussi que la culpabilité ne sert à rien. Si tu considères que les expériences sont bonnes pour toi, alors tu as l'éternité de ton temps pour les réaliser. Ne considère jamais l'Ultime comme un objectif car ce n'est pas un objectif. C'est une Réalité Absolue qui est déjà là. C'est cela qui est, en quelque sorte, le nœud du problème. La Conscience est liée au linéaire et au temps. Vous n'êtes pas liés à la Conscience et encore moins au temps. Poursuivons.

Question : Comment vivre la paix et la joie ?
Je te répondrai : pourquoi vivre la paix et la joie ? Déjà, dans la question, tu signifies que la paix et la joie ne sont pas là. La Demeure de Paix Suprême n'a que faire des paix et des joies éphémères. Même la joie du Soi ne tient pas. Elle ne tient que par le souvenir de l'expérience ou que par la répétition du Soi installé dans le Samadhi, en tant qu'expérience. Tu dois d'abord définir ce que tu veux parce que, quand tu dis : « comment vivre la paix et la joie ou être en paix et en joie ? », qui demande cela, si ce n'est la personnalité qui veut être apaisée mais surtout, se maintenir, continuer à exister ? Qu'est-ce qui fait que la personnalité a besoin de se maintenir et d'exister ? C'est, bien sûr, la peur. Mais tant que la peur est là, quelle qu'elle soit, aucune paix, aucune joie, ne peut te conduire à la Demeure de Paix Suprême. La peur est inscrite dans la mémoire, dans l'histoire et dans les expériences, parce que le sac de nourriture n'existe que par la peur. Sans peur, il ne serait même pas apparu. Il n'aurait donc pas besoin de disparaître. Chercher la paix et la joie, c'est chercher un médicament spirituel, non chimique mais un médicament. C'est déjà savoir que quelque chose ne va pas. C'est vouloir apporter une solution. Il n'y a pas de solution. Il n'y a pas de problème, non plus. Tout dépend du regard. La paix, la joie, est quelque chose que vous voulez conquérir parce que vous considérez que c'est extérieur à ce que vous êtes, parce que tout cela est issu du principe de manque, du principe de peur. Justement, la peur et le manque sont la caractéristique de l'éphémère, de tout ce qui est duel. L'équilibre de la dualité ne pourra jamais atteindre la Demeure de Paix Suprême parce que cet équilibre est instable. Il oscille, que cela soit dans le je ou dans le Soi.

Seul l'Absolu, que tu Es, de toute éternité, te permettra de dépasser ce « comment » ou ce « pourquoi ». Là aussi, le point de vue est primordial, parce que tant que tu réfléchis, tant que tu fais des efforts, tant que tu crois progresser, tu restes et demeures au sein de la personnalité et, en aucun cas, dans la Demeure de Paix suprême. Il faut changer de Demeure. Ce corps est là et si tu le supprimes, il reviendra. Donc il n'y a rien à fuir, il n'y a rien à rejeter, ou à adopter. Il y a juste à changer ton regard. Parce que tout regard adopté par la personnalité ou le Soi n'est que le résultat d'une projection, d'un concept, d'une pensée, d'une idée ou de quoi que ce soit d'autre. Si tu veux vivre la Liberté, plutôt que la paix ou la joie, alors libère toi parce que tu l'Es déjà. La Conscience, je te le rappelle, est une projection, à l'extérieur. Tu bâtis le Soi, comme le je, à travers la négation de ce qui n'est pas toi, de ce qui n'est pas le Soi. Tu définis, pour cela, un certain nombre de critères ou d'idéaux. Et tu cherches. Alors, bien sûr, il est plus facile d'être dans le Soi que dans le je, parce que dans le Soi, la paix et la joie sont plus souvent fréquents, voire de plus en plus fréquents, en intensité, en temps, en espace et en Conscience. Mais cela ne sera jamais la Demeure de Paix Suprême parce que tu es tributaire de ce que toi-même a créé comme concept, comme idée, comme pensée, comme objectif. Dès l'instant où tu acceptes qu'il n'y a ni comment, ni pourquoi, et donc aucun objectif, la vraie Paix peut commencer à apparaître à ton regard parce que la vraie Paix ne dépend d'aucune circonstance extérieure, ni même Intérieure. Cette paix là, appelée Demeure de Paix Suprême est ce qu'est l'Absolu, ne dépendant d'aucune condition, d'aucune idée, d'aucun concept et surtout d'aucune projection. Accepter cela, c'est le vivre. Mais n'y mets pas, derrière, la notion d'objectif. N'y mets pas, derrière, une attente. En résumé, n'y mets aucun temps parce que l'ego, comme le Soi, vont essayer de te piéger dans le temps, un temps plus ou moins large, plus ou moins élargi, mais toujours un temps.

Remplace le temps par l'espace. C'est-à-dire : ne cherche pas à te localiser ailleurs, pas plus que tu ne cherches à te localiser, dans ce corps, dans ces idées, dans ces concepts ou dans ces pensées. À ce moment là, le besoin d'expérience se taira. L'observateur sera lui-même vu. Et tu es, très exactement, ce qui se tient derrière l'observateur qui, lui, n'a jamais expérimenté quoi que ce soit. C'est le sommeil, c'est la Dissolution. C'est les moments, que vous avez tous connus, le matin au réveil : qui suis-je et où suis-je ? Quand vous vous réveillez comme ça, plutôt que de penser à vos angoisses, à votre mari, à votre femme, qu'est-ce qui se passe ? Vous êtes, très précisément, un milliardième de seconde, une seconde, dans la Demeure de Paix Suprême. Rappelez-vous que c'est toujours la Conscience qui cherche la preuve, qui cherche l'expérience, qui cherche le temps. Dès l'instant où tu saisis cela, tu ne te poses plus la question de la paix et de la joie. Mais, pour cela, il te faut t'extraire de toutes les identifications : « je suis un homme », « je suis une femme », « j'ai tel âge », « j'ai tel travail », « j'occupe telle fonction ». Vous n'êtes rien de tout cela. Je n'ai pas dit que cela n'existait pas. Bien au contraire : cela existe. Mais es-tu ce qui existe ou Es-tu autre chose? Si tu veux la paix et la joie, ne sois rien de tout cela. Extrais-toi, toi-même. Pour cela, la personne doit disparaître, non pas disparaître par une fin de vie qui ne serait, encore une fois qu'un spectacle dérisoire mais bien, de s'extraire de toute Conscience, de toute expérience, de tout folklore, de tout spectacle. Si tu arrivais à faire cela, au-delà de quelques milliardièmes de secondes ou secondes, tu n'aurais plus aucun problème de paix ou de joie ou de corps ou de Conscience. La Vie se déroulerait sans intervention de l'ego ou du Soi. Tu attendrais paisiblement, en faisant ce qui est à faire, ce que la Vie te donne à faire, sur ce monde, mais tu ne serais plus affectée par quoi que ce soit. Là est la Liberté.

Alors bien sûr, il y en a, parmi vous, qui ont fait des expériences hors de ce corps, hors de ce temps, hors de cette Dimension, mais cela ne reste que des expériences. L'Absolu est au-delà de toute expérience. Mais si tu as soif d'expériences, alors, tu les vivras. Si tu as soif d'incarnation, alors, tu les vivras jusqu'à plus soif. L'être humain incarné a toujours soif parce qu'il est construit sur la peur et sur le manque. Si, un jour, tu n'as plus soif, cela veut dire qu'il n'y a plus de peur et plus de manque, qu'il n'y a plus de recherche de paix et de joie parce que tu seras devenue ce que tu Es, de toute éternité : la Demeure de Paix suprême. Mais tant que tu es attachée à toi, à ce que tu crois être toi (ce corps, cette personne, ces idées, ces concepts, cette recherche, ce spectacle), tu participes au spectacle, d'une manière comme d'une autre, en tant qu'acteur, ou celui qui regarde, mais tu n'es pas sortie de l'Illusion. Et le comble, c'est que l'ego, comme le Soi, sont persuadés qu'ils vont pouvoir continuer à être cet éphémère parce que, finalement, l'ego et le Soi voudraient que l'éphémère dure. Mais l'éphémère ne deviendra jamais Absolu. C'est une Illusion. En ce sens, rechercher l'Absolu ne veut rien dire. Rechercher la paix et la joie est une projection de la Conscience et ne veut rien dire, pour l'Absolu.

L'Absolu, c'est juste le moment où tout point devient le centre et il n'y a pas de centre à chercher parce que tout est centre. Et il n'y a rien à projeter, quand tout est centre, parce que chaque centre produit les caractéristiques de tout autre centre (supposé, projeté ou imaginé). Tu n'es pas le point de vue de la personne, aussi bien dans ses joies que dans ses souffrances. Celui qui est Absolu peut manifester quelque chose dans ce sac (et même quelque chose de manifesté, de très douloureux) et pourtant, il n'est pas cela. Et s'il le sait, alors, quelle que soit la souffrance, il ne peut en être affecté ou altéré. Là, est la vraie Paix. Là, est la vraie Joie. Bien au-delà de la contemplation de la Lumière parce que tant que vous contemplez ou que vous regardez, vous mettez une distance. Quand je dis : « changez de regard » ou plutôt « changez de point de vue », cela vous amène à vous extraire de tout regard et donc à ne plus regarder. Parce que la seule façon de tout voir, c'est d'être au centre. Or, le centre ne bouge jamais. Il est partout. L'immobilité, comme le sommeil, participe à l'établissement de ce que j'ai nommé a-conscience. Alors que la recherche d'un idéal, d'un mari, d'une femme, d'un travail, d'un au-delà, vous éloignent. C'est le paradoxe. Vous croyez avancer mais vous reculez tant que vous n'avez pas compris que vous n'avez jamais bougé. Vous passez de l'un à l'autre et vos humeurs fluctuent dans le même sens, et vos pensées fluctuent dans le même sens. C'est comme quand vous dites : vous cherchez l'Amour. Mais vous Êtes l'Amour. Vous ne pouvez chercher l'Absolu, parce que vous l'Êtes. Vous ne pouvez chercher l'Amour, parce que vous l'Êtes. Vous ne pouvez chercher la Lumière, parce que vous l'Êtes.

C'est cette notion même de recherche qui, à un moment donné, dans votre recherche temporelle, doit cesser. On peut dire que ce monde n'existe que parce que des multitudes de Consciences s'y sont projetées. Quand vous dormez, comme je l'ai dit, le monde disparaît. Vous ne vous posez pas la question de savoir s'il va réapparaître demain. D'ailleurs, en avez-vous la certitude ? Il n'existe, comme vous le savez, aucune certitude, sur ce monde, si ce n'est la mort de ce sac. Ne vous posez pas la question du devenir de ce sac, ni des lois de ce sac mais, vraiment, pourquoi et qui Êtes-vous, en sachant que vous ne trouverez aucune réponse dans ce qui vous est donné à percevoir, à sentir et à ressentir parce que vous Êtes au-delà de tout ça. Mais tant que votre Conscience est tournée vers une projection d'un idéal (même le plus élevé, même le plus Amour), cela demeure toujours, et demeurera toujours, une projection qui vous éloigne de la Demeure de Paix Suprême. Acceptez ce postulat. Faites-en la Vérité parce qu'il n'y en a pas d'autre. Rappelez-vous : l'éphémère est bâti sur les peurs et les manques. Si vous cherchez à combler les peurs et les manques, vous maintenez l'éphémère, dans cette vie ou dans d'autres vies. Êtes-vous vraiment cela ? Maintenant, si vous êtes vraiment cela, alors continuez. À vous de décider : l'éphémère ou l'Absolu ? La Demeure de Paix Suprême ou la joie du Soi ? Se contempler soi-même le nombril ou le cœur, ou arrêter la contemplation, afin d'être ce que vous Êtes au-delà de tout temps ? À vous de définir. À vous de décider. Aucun élément extérieur ne peut décider à votre place : aucune paix projetée, aucune joie projetée, aucun amour projeté, aucun éphémère. Le comble de l'éphémère est de vous faire croire que vous pouvez trouver l'Infini dans l'éphémère. C'est faux. La meilleure façon de trouver la Paix et la Joie éternelles, c'est de s'oublier soi-même. C'est ce qui se passe quand tu dors, normalement.

Question : Comment puis-je réfuter la peur de ne pas savoir formuler et poser une question ?
La question est une interrogation : toute question, celle que tu peux me poser ou à n'importe qui. Quand tu te poses la question de savoir si il pleut, tu regardes à la fenêtre ou tu vas voir le ciel. Le problème est que si tu te poses une question de l'Absolu, tu ne peux avoir de réponse. Le principe est : « tu es ce que tu cherches ». Que veut dire la peur, encore une fois ? La peur n'est que le manque, poussé à l'extrême. Et toutes les peurs (comme je l'ai dit) prennent naissance dans le mythe de la mort. Il est très facile de dire que le cycle de la vie et de la mort fait partie de la vie. Auquel cas je te réponds : où es-tu quand tu es morte puisque tu n'es plus en vie, tel que tu l'as défini. La conscience de ce corps, du je, comme du Soi, disparaît. Est-ce que, toi, tu vas disparaître ? Oui. La peur est là. La peur de poser une question (ou de ne pas savoir la poser) n'est destinée qu'à te donner encore plus peur. Tant que tu mets une identité (ou une non-identité) sur la peur, tu considères que la peur est ta vie. Peu importe de savoir si la peur vient de ceci ou de cela, puisque, en définitive, toute peur n'est liée et n'est justifiée que par l'éphémère. Quand tu dors, sans rêve et sans cauchemar, as-tu peur ? Qu'est-ce qui a peur ? Tant que tu nourris la peur (de ne pas savoir, de vivre quoi que ce soit de désagréable), tu ne peux être Absolu (qui est déjà là). On peut même dire que l'être n'est soutenu que par la peur. Parce que l'être qui est soutenu par l'Amour, par ce qu'il Est, est Absolu. Là aussi (et encore une fois), ce qui fait défaut, c'est le manque et la peur. Le manque et la peur inscrits dans le limité. Ça veut dire quoi ? Que tu es identifiée à ton savoir, à ta personne. Tu es donc attachée à l'éphémère. Là, vient la peur. Là, est l'origine initiale et finale de la peur. Or, la seule chose à laquelle tu ne puisses être attachée, c'est ce que tu Es, en Vérité. C'est l'attachement à la personne (qui n'est pas ce que tu Es) qui initialise la peur et l'entretient.

La peur est une sécrétion du corps et vos savants le savent : il y a des hormones de la peur, comme il y a des hormones de la joie. Mais est-ce que tu es une sécrétion de ce corps ? Non. Tu y es simplement identifiée. Pourquoi ? À cause de la peur. La peur engendre la peur. Il n'y a aucun moyen d'en sortir. Tu peux y mettre le baume (apaisant) du Soi. Tu peux y mettre le baume (apaisant) du sommeil ou de la chimie, pour lutter contre l'excès ou l'insuffisance, dans ce corps. Mais tu n'es ni l'excès, ni l'insuffisance, de l'un comme de l'autre. Imagine (car c'est la Vérité) que la peur est sécrétée par le corps. La peur a une odeur, d'ailleurs : il y a de la chimie, là-dedans. Mais est-ce que tu es cette chimie ? Non. Simplement, ta conscience s'y est identifiée. Et tu vas me répondre que, quand tu vis la peur, tu as peur. Ou quand tu vis la fatigue, tu es fatiguée. Ou quand tu vis la mort, tu vis la mort. Mais tu ne peux pas mourir. C'est ce corps qui meurt. Tant que vous avez peur de la mort, vous avez peur de vivre. Tant que vous avez peur de vivre, vous avez peur de la mort. Parce que vous ne savez pas ce qu'il y a après l'éphémère. Mais vous ne pouvez le savoir, en aucune manière, en aucune expérience, même de rencontre avec la Lumière. Cela ne peut vous faire que des beaux souvenirs, des baumes apaisants sur la souffrance et la peur, remplaçant la sécrétion de la peur par la sécrétion de la paix ou de la joie. Mais la Demeure de Paix Suprême n'est pas inscrite dans la chimie. C'est le regard qui change. Celui qui a peur a inscrit sa croyance dans l'éphémère, quelle que soit cette peur, quel que soit l'éphémère qui est vécu. Vous ne pouvez trouver aucun contentement définitif en dehors de ce que vous Êtes, vraiment. Parce que toutes les joies, toutes les peines, ne durent qu'un temps. Tous les êtres humains le savent. Même des grands êtres qui ont vécu la Demeure de Paix Suprême (et vivant donc l'Absolu, dans la forme) sont passés par ces étapes, parce que cela fait partie de l'Illusion de ce monde.

Tu ne peux pas démontrer l'Illusion de ce monde. Tu ne peux pas démontrer l'Illusion de ce corps, parce que, si on le tape, il a mal, et la conscience le vit. Tu ne peux que le réfuter. Réfuter n'est pas démontrer. Réfuter n'est pas s'opposer et encore moins (comme je l'ai déjà dit) dénier. C'est changer de regard, de point de vue. Vous n'êtes ni ce qui souffre, ni ce qui est content, ni le Soi, ni le je. Si vous acceptez cela, vous le vivez. Aucune peur ne peut émerger. Et même si elle émerge, elle n'a aucune prise. Mais tant que vous luttez, tant que vous vous opposez à quoi que ce soit, dans l'Illusion, vous maintenez l'Illusion. Quand vous dormez, l'Illusion n'existe plus. C'est bien là qu'est le problème. La peur est un aiguillon qui te maintient dans l'Illusion. Parce que, pour celui qui est dans l'illusion, l'illusion fait moins peur que l'Absolu. D'ailleurs, pour lui, l'Absolu n'existe pas. Ou alors, il l'envisage dans un temps futur, comme un effort à fournir, quelque chose qui est loin, dans le temps comme dans l'espace. Cela ne fait que signer l'attachement formel au sac de nourriture ou au sac de pensées. C'est la même chose, même si tu ne le vois pas. Celui qui a dit : « je pense donc je suis » ne peut pénétrer le non-être, ne peut abandonner le « je suis ». Il peut que le peaufiner et le construire. Mais plus il le peaufinera et plus il le construira, plus il s'enfermera, lui-même, dans son propre isolement, dans sa propre peur, dans ses propres garde-fous, dans ses propres limites. Tant qu'il y a limite, tant qu'il y a garde-fou, il n'y a pas Liberté. Et pourtant vous revendiquez tous la liberté. Mais vous avez peur de la Liberté, parce que c'est ce que vous Êtes. Seule la conscience vous empêche de le voir. Ce n'est pas quelque chose à conscientiser, mais c'est quelque chose à faire cesser. C'est exactement l'inverse de ce que veut vous faire croire la personne que vous croyez être (ce sac de nourriture, ce sac de pensées).

Rappelez-vous : aucun sac, même le plus parfait, n'est Absolu. Parce qu'un sac, c'est une limite entre ce qui est dedans et ce qui est dehors. Donc, tant que vous considérez que vous êtes un sac, cela veut dire que vous considérez qu'il y a un dehors et un dedans. Et tant que vous considérez cela, la peur est là. C'est une sécrétion du sac. Vous n'êtes pas le sac. Vous n'êtes pas, non plus, ce qui constitue le sac. Vous n'êtes pas, non plus, tous les sacs. L'Absolu ne connaît pas la limite. Il n'y a donc pas de sac. Mais laisse tranquille ce sac, ne t'occupe pas de lui, laisse le vivre ce qu'il a à vivre, que cela soit dans le travail, dans l'amour ou dans quoi que ce soit. Et tu t'apercevras que, si tu le laisses vivre, tout seul, ta vie deviendra merveilleuse et l'Absolu sera là. C'est justement l'implication de la personne elle-même (ou du Soi lui-même) qui enferme le sac et qui rend ce sac peureux. Tout ce que vous appelez le contrôle, la maîtrise, est l'absence de Liberté. C'est une contrainte. Alors, vous allez vous défendre en disant que vous êtes incarnés et qu'il faut établir des règles. Mais les règles sont bonnes pour le sac, pour les pensées, pour la morale, mais pas pour ce que vous Êtes. Sauf si tu considères que t'es quelque chose de moral. Tu n'es pas plus la morale que la peur. Tu n'es pas plus cette vie qui se vit, que cette mort qui se vit, que cette naissance qui s'est vécue. C'est un concours de circonstances. Que tu l'appelles karmique ou évolutive, c'est faux. Sors de tout ce qui t'encombre et tu verras que la peur n'existe pas ailleurs que dans ce qui t'encombrait. Le sac n'est pas coupable (ni de nourriture ni de pensées). Il est là et un point c'est tout. Mais toi, tu n'Es pas là. Découvre où tu Es (en dehors du temps) et tu verras que ce sac de nourriture et de pensées se portera à merveille. Quoi qu'il vive ou ne vive pas. Tant que tu restes tributaire des affects, des peurs, des pertes ou des gains, c'est la même chose. C'est illusoire.

L'être humain, d'une manière générale, veut mettre de l'Éternité dans l'éphémère. Mais c'est faux. C'est l'éphémère qui est dans l'Éternité. L'Absolu contient l'éphémère. Mais aucun éphémère ne peut contenir l'Absolu. C'est des mathématiques élémentaires. Tu ne peux pas être le centre et la périphérie. Tu ne peux pas être le mouvement et immobile. Sauf si tu deviens le centre et que tu translates ce centre partout, puisque c'est le même centre. Quand je vous disais (ou quand l'on vous disait, surtout maintenant) de rester tranquille, ça ne veut pas dire de rester assis dans un coin et de ne rien faire. C'est de rester tranquille dans les pensées, de ne pas donner de poids et de prise, ni à la peur, ni aux expériences, ni à quoi que ce soit. Vous voulez être la Demeure de Paix Suprême que vous Êtes déjà et vous faites tout pour vous en éloigner. La Demeure de Paix Suprême n'a que faire de ce que vous faites ou de ce vous croyez être. Elle est déjà ce que vous Êtes. Vous Êtes cela. Vous Êtes le centre. Vous n'êtes pas le centre du monde : sans ça, c'est le je. Vous n'êtes pas plus le centre du cœur : sans ça, c'est le Soi. Mais vous Êtes tous les centres, pas seulement ces deux-là. Qu'est-ce qui vous limite ? Le sac. Mais vous n'êtes pas ce sac, ni des idées, ni des pensées, ni de nourriture. Acceptez cela parce que c'est la Vérité. Ce n'est pas une croyance, c'est justement la fin de toutes les croyances. Arrêtez de croire. Quand tu me dis : « j'ai peur », montre-moi ta peur. Es-tu capable de me la montrer ? Quand tu dis : « je suis ce corps », je vois ce corps, mais prouve-moi que tu es ce corps. C'est une croyance, une expérience, mais ce n'est pas la Vérité. Si tu t'affranchis de ces poids-là, même si cela te semble absurde (mais, bien sûr, que l'ego va trouver cela absurde et le Soi aussi), mais si tu vas dans ce que tu nommes absurde, tu te découvriras Absolue. Parce que rappelle-toi que, pour le connu (pour la personne comme pour l'individu), l'Absolu est absurde. Mais, bien évidemment, de ce point de vue là, oui. Retourne le point de vue et tu vivras ce que tu Es.

Question : Du jour au lendemain, la vie que je menais et qui était celle que j'avais toujours souhaitée, m'est apparue vide de sens, comme si c'était la vie d'une autre. Aujourd'hui je ne me reconnais plus, ni dans les choix que j'ai faits, ni dans ceux qui se présentent à moi. Que faire ?
Justement : ne rien faire. Il n'y a aucune solution à apporter, puisque tu as trouvé la solution. Si je peux m'exprimer ainsi, tu es à cheval entre le jeu du Soi et l'Absolu. Bien sûr, comme tu le sais, il n'y a pas de passage, ni du je, ni du Soi, vers l'Absolu. Mais être Absolu, c'est quand le je et le Soi sont absurdes. C'est exactement ce que tu vis. Donc je te félicite et tu dois te féliciter. Cela prouve, simplement, que le je ne veut plus jouer. Cela prouve que le Soi, qui était l'objet de toutes tes attentions, lui aussi, se dissout. Surtout, ne demande rien. Ne projette rien. Tu es sur la bonne voie, celle qui te dit qu'il n'y a pas de voie. N'écoute d'ailleurs aucune voix, même la mienne. Parce que tu y es. Va aux limites de ce qui te semble justement absurde. L'Absolu est là. Ce qui se passe (et ce que tu vis) a été appelé la dissolution de l'âme (ou la consumation de l'âme) qui n'est plus tournée vers l'Illusion, ni vers l'expérience, mais qui remonte vers l'Esprit. Vous avez celle qui était une grande dame, qui vous en a parlé (Ma Ananda Moyi) à de nombreuses reprises. Il n'y a pas d'autre façon de disparaître et de s'annihiler. La disparition n'est pas la mort. Disparaître, c'est sortir du paraître. C'est enfin être clair, ne plus rien arrêter, ne plus rien désirer. Ce n'est pas la mort du désir, ce n'est pas le désintérêt, mais c'est la Vérité. C'est l'endroit en dehors du temps (le centre comme tous les centres) où se trouvent tous les contentements. Alors, bien sûr, du point de vue de ce qui est limité, cela peut te sembler troublant, désespérant, vide. Mais si tu vas au bout, c'est plein, c'est l'Absolu, c'est cela. Il y a juste, là aussi, la perception de l'observateur qui observe que tout ce qui faisait ta vie, n'existe plus.

Mais comme je l'ai dit : tu n'es pas ta vie, inscrite entre la naissance et la mort. Il faut bien mettre fin à ce qui est connu, à tout ce qui est connu, pour enfin être, au-delà du je suis, dans la non-conscience que j'ai appelée a-conscience, qui n'est pas l'inconscience. Donc, surtout, ne fais rien, ne change rien. Reste tranquille. Parce qu'à force d'observer ce néant (comme tu l'observes), l'Absolu est là. Il n'y a rien de plus simple. Dès que cela vous semble compliqué, c'est le je qui intervient, la petite personne, le sac. Reste là où tu es et laisse se dérouler ce qui se déroule. Si tu acceptes cela, sans t'impliquer, sans indifférence, sans désir de quoi que ce soit, et si tu fais même cesser le jeu de l'observateur, tu sortiras du théâtre. C'est la seule condition possible pour vivre et Être la Demeure de Paix Suprême, ici comme partout. Tu auras vécu tes Ténèbres, que pourtant tu appelais tes Lumières qui sont parties. N'oublie pas que tu es inversée, sur ce monde : que ce que vous appelez le vide, est plein et que ce que vous appelez la matière, est vide. Vos savants le savent. Toi, tu as la chance de le vivre. Alors, surtout, ne cherche pas à savoir, parce que le savoir est une projection. Ce que tu vis mettra fin à l'expérience et donc à la conscience limitée. Aucun doute n'est possible là-dessus. Et si vous vous interrogez vous-mêmes, les uns les autres, vous vous apercevrez que c'est le cas pour beaucoup d'entre vous, qui avez œuvré pour le Soi.

Là aussi, de plus en plus, ce qu'il y a à saisir ce n'est pas un savoir, ni une compréhension, ni une expérience, ni le je, ni le Soi mais, simplement : changez de point de vue. Acceptez l'apparente absurdité de la chose pour découvrir le vrai sens, c'est-à-dire l'Essence (et non pas les sens, en deux mots). Il n'y a aucun sens. Les sens vous trompent. Seule l'Essence (en un mot) est la solution. Et tant qu'il y a sens, il n'y a pas Essence. Tant que vous voulez donner du sens, une logique, à votre vie, à vos expériences, à votre Soi, vous n'êtes pas prêts de lâcher, vous vous accrochez à l'éphémère. Donc ce que tu vis (ou plutôt ce que tu ne vis pas) est très exactement cela : ce que tu Es. Alors, bien sûr, la personnalité, le Soi doivent faire le deuil, parce que c'est une mise à mort de l'éphémère. Et cela peut faire peur ou, en tout cas, interroger. Si tu dépasses la peur ou l'interrogation, tu constateras, très vite, que tu Es la Demeure de Paix Suprême. C'est là. Tu Es cela. Encore une fois, ne cherche pas à comprendre, maintenant. Tu auras tout le temps pour réfléchir et tu comprendras alors qu'il n'y a rien à réfléchir. Il y a juste à laisser fléchir ce qui se meurt, ne plus le nourrir, ne pas chercher à savoir. Alors, dit de façon poétique, on vous dira : « redeviens comme un enfant ». Mais un enfant, c'est encore un sac. Va au-delà de l'enfant, avant le sac. Tu y Es.

Question : Une fragilité me fait passer du rire, de la légèreté, à la lourdeur, aux pensées obsessionnelles continues, sans même le conscientiser. Alors je suis incapable d'aimer et d'être aimée, de me centrer et même de réfuter. Comment sortir de cet enfer ?
Mais, l'enfer, c'est toi, dans ce que tu crois être. Il n'y a pas d'autre enfer. Réfléchis. Aimer ou être aimée, c'est déjà considérer qu'il y a un manque puisque tu Es Amour. Projeter l'amour, c'est s'éloigner d'Être Amour. Parce que celui qui Est Amour, absolument, n'a pas besoin de décider d'aimer ou de rechercher à aimer, ni même à être aimé. Puisque c'est son Essence. Il y a, derrière ta question, la culpabilité. L'éphémère oscille : tu ne peux trouver d'équilibre, en aucune manière, de façon durable, au sein de l'éphémère. Le problème, c'est le narcissisme parce que, fondamentalement, cet enfer que tu décris est lié à ton propre narcissisme, le besoin de ramener à soi, dans le je. C'est le centre du nombril. C'est chercher des causes à la souffrance, aux oscillations, aux humeurs. Mais, en faisant ainsi, tu maintiens l'Illusion de ne te pas croire digne d'aimer ou d'être aimée. Mais tu n'as pas à être digne (ou indigne) puisque tu Es Amour. Tant que tu cherches l'amour dans l'acte d'aimer, dans le besoin d'aimer (ou le besoin d'être aimée) tu ne fais que renier ta propre nature. Tous les êtres humains revendiquent d'agir au minimum, une fois dans leur vie, par amour, quelle que soit l'expression de cet amour (sexuel, filial, passionnel, spirituel). Tant que tu cherches, il y a manque. Si tu ne cherches pas, le manque n'est plus. Chercher l'amour, c'est comme demander à une pomme de chercher un pépin. Mais le pépin est dedans. Tu ne peux chercher dans un extérieur, une satisfaction intérieure, si ce n'est à rester et à demeurer dans la Dualité et dans l'alternance plaisir / déplaisir, dans quelque amour que ce soit (sexuel, passionnel, filial). Tout cela ne sont que des amours humains qui ne reflètent que le manque d'amour de ce que vous Êtes, réellement. Parce que votre regard n'est pas bon. Tout cela vient des croyances, de toutes les croyances, quelles qu'elles soient, de toutes les mémoires (les vôtres comme celles des autres), quelles qu'elles soient.

Mais vous n'êtes pas un être de mémoire ou de croyance. Vous Êtes Absolu. Vous Êtes Amour. Comment est-ce que ce qui est illusoire (Maya) pourrait apporter une quelconque satisfaction qui soit durable ? Parce que même la satisfaction la plus durable s'éteindra avec ta propre mort, de ce corps de nourriture. L'ego se croit, en permanence, immortel. Dans tous les amours qui existent, il les veut infinis et éternels, par-delà la mort. Mais aucun amour, vécu ici, n'est l'Amour. Tout amour (même le plus désintéressé, même le plus spirituel) n'est que la traduction du manque de reconnaissance de ce que vous Êtes : Amour. Comme la peur, comme le narcissisme, comme l'enfer, qui ne sont que des non-reconnaissances de votre nature, de votre Essence. Vous mettez du poids là où il n'existait aucun poids. L'Amour n'est pas une responsabilité. L'Amour n'a pas à être justifié et n'est pas justifiable. Il n'a pas à être cherché ou recherché. Il n'y a même pas à se poser la question de sa manifestation, ou de son absence, ou de sa présence. Parce que c'est ce que vous Êtes. C'est l'ego qui voudrait Être Amour. Mais il ne pourra jamais l'Être puisque l'ego est construit sur le manque d'Amour, sur la peur. Donc, tu ne peux rester dans le nombrilisme et revendiquer l'Amour.

Le seul véritable Amour est celui où vous disparaissez, en tant que personne, en tant qu'individu, en tant que conscience, en tant que recherche. Si vous pouviez arrêter tout cela, d'un coup de baguette, et rester tranquilles, vous constateriez instantanément (comme je l'ai déjà dit) que vous n'êtes ni l'acteur, ni la scène de théâtre, ni le spectateur, ni le théâtre. Vous jouez à l'un de ces rôles et vous y croyez tellement, alors que vous savez, pertinemment, que tout rôle a une fin, comme ce sac. Alors on peut parler de l'âme, de l'Esprit. Montrez-les moi. La seule vérité est l'Amour, Demeure de Paix Suprême, Absolue, Éternelle, non-éphémère, non-je, non-Soi. Tant qu'il y a revendication sur la personne, cela veut dire, simplement, que vous êtes installé dans la personne. S'il n'y a pas de personne, la personne ne peut avoir le moindre problème. C'est impossible. En prenant un autre exemple : c'est comme si tu me disais : « je ne veux plus être au rez-de-chaussée, mais je veux être au 4ème étage de l'immeuble», mais que tu persistes à rester au rez-de-chaussée, sans vouloir déménager au 4ème. L'expression que vous pourriez employer c'est : vouloir l'un et l'autre. Vous ne pouvez vouloir, à la fois, l'éphémère et Être Absolu. Rappelez-vous : l'éphémère ne peut contenir l'Absolu. L'Absolu contient l'éphémère. C'est tellement simple que jamais l'ego ne l'acceptera, que jamais le Soi n'acceptera, non plus. Parce qu'ils tiennent à vous faire passer l'éphémère pour Éternel. Ainsi, même si cela est dur à entendre, pour la personne : tu n'es pas cette personne. Mais tant que tu restes dans la personne, tu restes dans le narcissisme, qui est souffrance ou, au mieux, alternance souffrance et satisfaction. Or, toute satisfaction appelle à sa reproduction (dans tous les sens du terme, reproduction) : en toi, par les peurs qui reviennent et qui tournent, que même par le besoin de se reproduire, pour espérer se retrouver dans une continuité éphémère. Toute la personne est inscrite dans ce besoin de reproduction. Tout ce sac de nourriture ne peut exister que par ce principe de reproduction. C'est justement de cela qu'il faut prendre conscience et s'extraire. Et après, se débarrasser, aussi, de la conscience qui l'a perçu. Parce que plus vous creusez (en espérant trouver la Lumière) et plus vous vous enfoncez dans les Ténèbres. Je pourrais appeler ça de la psychologie de sac. Et c'est la Vérité.

Cherchez sans chercher. Arrêtez-vous et vous avancerez. Il faut se débarrasser de tout ce qui arrive dans la conscience. Alors j'imagine bien que la personne enfermée va vouloir se débarrasser de ce qui fait souffrir. Mais elle n'arrive pas à comprendre comment elle doit aussi se débarrasser de ce qui met en joie. Ça ne veut pas dire sortir d'une relation mais c'est, là aussi, changer de point de vue. Quand je m'adresse comme cela à vous, la personne peut comprendre (à tort) qu'il faut s'éloigner d'une profession, d'un mari, d'une femme, d'une relation. Mais je n'ai jamais dit cela. C'est ce que vous entendez, au niveau de la personne. Et vous l'entendrez toujours ainsi, tant que vous êtes installés dans la personne. Acceptez de ne plus être personne et vous verrez. Mais dès l'instant où vous entreprenez une action pour ne plus être personne, en supprimant ceci ou cela, vous n'avez rien saisi. Parce que je ne m'adresse pas nécessairement à la partie qui entend mes mots, dans un premier temps. Et c'est pour cela que je vous dis, à chaque fois, de prendre le temps pour comprendre. Si tu ne comprends rien, maintenant, c'est tant mieux, parce que je m'adresse à ce qui est au-delà de la compréhension. Je ne m'adresse pas à la personne qui écoute, mais à celle qui entend.


BIDI

21 mai 2012

Question : réfuter et dire : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains car tout est accompli », facilite la Dissolution ?
Depuis quand le Père a des mains ? Depuis quand as-tu quelque chose à remettre, à qui que ce soit ? Au travers de la prononciation de cette phrase, tu t'éloignes de ta propre Dissolution au sein de l'Absolu puisque tu considères qu'il existe un Père (où qu'il soit situé). Tu entretiens donc le Soi. L'Abandon du Soi n'est pas remettre, quoi que ce soit, au Père mais s'en remettre à autre chose (au-delà de toute forme, de toute appellation et de toute définition). Il n'y a rien à faire : rester tranquille, paisible. Tout se déroule, sans aucune intention, sans aucune prière, parce que la prière considère qu'il y a quelque chose d'extérieur. C'est le principe même et le fondement de toutes les religions qui vous ont amenés à créer, à conceptualiser, quelque chose d'inaccessible. Le Père : c'est la Source. La Source n'est pas l'Absolu. Maintenant, tu fais comme tu veux.

Question : c'est l'Archange ANAËL qui nous avait dit de dire cette phrase au moment ultime.
Pour vivre le Soi, pour établir le Soi, mais pas le non-Soi. Pour créer une identification, appelée Communion. Mais la Communion n'est pas la Dissolution. Fusionner, n'est pas être fondu. Il y a une différence. L'appel même que tu crées, crée une demande et un manque. L'Absolu ne peut être aucun manque.

Question : Vous avez dit : « rien ne peut durer de ce qui est inscrit dans le temps de ce monde sauf, ce qui ne bouge pas, qui est immobile ». Et cela se révèlera donc seulement par la réfutation et l'interrogatoire du « Qui suis-je ?
Trouve-moi une chose qui ne bouge pas, en ce monde qui tourne autour de quelque chose d'autre. C'est une vue de l'esprit. Le Centre ne peut être dans ce monde. Il est partout mais au-delà du Tout. Le temps, c'est l'espace. Dès que tu es sorti du temps, l'illusion, c'est faire croire qu'il y a un temps séparé d'un espace, et un espace séparé d'un temps, créant la distance. Ça n'existe pas. Le Centre n'est aucun temps. Ou alors, il est tous les temps, mais dans l'espace (qui est le temps). La séparation du temps et de l'espace participe à l'illusion. Quand tu es Absolu, le temps n'existe pas. Il est l'espace et, dans cet espace où tu n'as plus de personnes, où tu n'es plus une personne, où tu n'es pas un individu, et où tu n'es plus un individu : tu es le Centre, l'Absolu. Et là, t'est donné à percevoir (au-delà de toute perception puisque tu es fondu dedans), le bleu-nuit et les milliards d'étoiles. Là, tu ne bouges pas. Et tu es nulle part et partout. Tu ne peux être limité à quelque temps ou quelque espace. Seul l'ego entretient le temps parce ce que ce qui bouge, ce qui est éphémère, est inscrit dans le temps, toujours (que cela soit ce sac de nourriture, tes pensées, tes affections, quelles qu'elles soient).

Question : est-il souhaitable de passer par la Fusion avec mon Père et la Dissolution en lui-même pour devenir Un, et seulement après ceci, envisager l'Absolu mais?
Envisager l'Absolu ne permet pas d'être Absolu. Il n'y a que dès que tu lâches tout ce que tu crois être (et même le Soi) que tu pénètres dans la non-conscience (ou a-conscience). Les mécanismes de Dissolution est, avant tout, l'Abandon du Soi, l'Abandon du Je Suis. Dès cet instant, apparaît un Double. Quel qu'il soit, ne le personnifie pas (même s'il est personnifié) parce que la rencontre permet l'Absolu. Si tu étais capable de fusionner avec un brin d'herbe, tu vivrais exactement la même chose. Mais, pour des raisons de commodité, tu choisis, en général, un dieu (quel qu'il soit), un moule ou un autre Être. En fait, tu ne le choisis pas : il est celui qui apparaît à ta propre résonance, comme une image en miroir. Tant que tu n'as pas réalisé le Soi (si c'était le cas), il est préférable de choisir une image. Mais vient un moment où l'image, elle-même, doit se fondre (comme tu te fonds). Il n'y a pas besoin d'entité, ni de toi, d'ailleurs. Il faut sortir de la vision qui ramène tout, à soi. La pensée est ainsi faite (le mental aussi) que vous avez besoin de vous voir. Mais tant que vous croyez vous voir, au travers de quelque chose d'extérieur à vous, vous ne vous voyez pas. Et pour cause : il ne faut rien ramener à soi, il faut donner le Soi. Tant qu'il existe une expérience, tant qu'il existe une soif d'expérience, tant qu'il existe une contemplation du Soi, du Je Suis, l'Absolu n'est pas dévoilé. Mais, pour beaucoup, cela est très difficile. Donc, dans ces cas-là, reste dans le Soi. Mais, de toute façon, tiens-toi tranquille. Car qui joue le jeu de vouloir jouer quelque chose ? Sois le spectateur, si tu ne peux sortir du théâtre. Mais ne sois pas celui qui joue le rôle. Oublie-toi, totalement. Quoi que te dise ton ego (que c'est le néant, que c'est affreux), ce n'est pas vrai.

Question : si dans le Soi, il y a encore des modèles, des croyances, faut-il faire une introspection afin de les débusquer lorsqu'ils se cachent dans l'inconscient, afin de les réfuter ?
Ou attendre qu'ils apparaissent au cours du vécu ?La réfutation ne doit pas concerner ce que tu cherches. Si tu cherches, dans le Moi, ce qui est inconscient, qu'est-ce qui se passe ? Tu lui donnes un poids, une vérité, qui n'existe pas. Ce qui affleure, ce qui remonte, comme pensée, doit être réfuté mais ne va pas chercher ce qui n'apparaît pas. Sinon, tu retombes du Soi au Je, tu entretiens la personnalité. Aucune action sur la personnalité ne permet de sortir de la personnalité. C'est l'ego qui croit ça. La réfutation, c'est s'intéresser à ce qui se manifeste dans le Soi ou, éventuellement, dans le je mais c'est pas la peine de rentrer dans le je. Sinon, tu lui accordes du crédit, tu le revalorises, tu joues le jeu de la dualité, en considérant que tu es une ombre. Mais tu n'es pas l'ombre de toi-même : tu es Lumière et Amour. Rien d'autre. Tout ce qui apparaît dans la conscience est une ombre. Pourquoi aller réveiller ce qui dort et qui n'existe pas ? Pour le rendre conscient ? Et maintenir le je ?

Question : mes activités, mon travail, sont incompatibles avec le dévoilement de l'Absolu si cela nourrit la dualité, l'illusion voire l'enfermement ?
Te rends-tu compte le nombre de je que tu as prononcés (mon travail, mon activité) ? Qui t'a dit de quitter quoi que ce soit ? Qui te demande cela ? Commence déjà par supprimer les je et les me. Tu t'es identifiée. Au-delà du corps, tu t'identifies à tes actions, à ta vie. Tu ne peux pas mettre fin à ta vie, puisque tu n'es pas ta vie. Ce n'est pas non plus en supprimant ce qui est apparent, de cette façon, que tu vas élaguer, que tu vas trouver quoi que ce soit. Je t'invite à réécouter ta question pour voir combien de fois il y a ma vie, moi, mon, je. Il n'y a que ça. Réfute cela et ne t'en occupe pas. Tu n'es pas ce qui se déroule. Laisse vivre la vie qui se vit. Laisse le travail se faire. Tu n'es pas le travail qui se fait. C'est ça que je dis. Je n'ai pas dit qu'il fallait quitter quoi que ce soit .Il n'y a aucun obstacle à l'Absolu, si ce n'est toi-même.

Question : Pourriez-vous nous parler du langage et du silence, dans leur lien avec l'Absolu ?
Le langage est le propre de ce sac de nourriture. La conscience est une sécrétion de ce sac, telle que vous la nommez. Même le je Suis : qu'est ce qu'il devient quand ce sac n'est plus là ? Crois-tu que tu vas pouvoir claironner : « Je Suis », de l'autre côté, sans corps ? C'est une illusion. Ensuite, le silence et le langage. Qu'est-ce que c'est que le langage ? L'espace entre deux silences. Il n'y a pas de silence. Il y a juste le fait de rester tranquille parce que, qui peut dire qu'il est dans le silence ? Tu peux faire le silence des mots. Tu peux faire le silence des sens. Mais le corps est toujours là et tu es toujours dedans. Cela est juste une première phase de l'introspection, qui va te faire vivre le Soi ou une approche du Soi. L'Absolu n'a que faire du langage. Il n'a que faire du silence. Parce que même le Je Suis est un son. Un son primordial, celui qui apparaît aussi en Absolu, dans ce bleu foncé et ces étoiles (qui n'en sont pas). Bien sûr que tu peux travailler sur le Soi, le renforcer, par la méditation, par le silence. Mais tous ceux-là ne sont que des jeux. Le langage est un obstacle. Le plus important est de rester tranquille. Si tu t'oublies toi-même, l'Absolu est là : sans rien chercher, sans rien demander, sans chercher de zones d'Ombre, sans chercher une Fusion (elle se produit d'elle-même). Laisse ce corps vivre sa vie. Laisse le parler, si il veut. Laisse-le faire le silence, si il veut. Mais tu n'es ni le langage, ni le silence. Cela appartient à l'illusion. Le langage est créé par le sac de nourriture : c'est un interface de la conscience. Le silence aussi.

Question : une expansion du vide, une paix, une extase, permet à l'Absolu de se dévoiler si on s'efface complètement de cet état ?
Oui. Dès l'instant où tu considères que tu n'es pas l'expérience que tu vis, dès l'instant où tu réfutes cette expérience (sans vouloir t'en extraire mais en le constatant), alors, l'Absolu est là. Et tu ne pourras plus parler d'une expérience. L'expérience appartient toujours au Soi, ou à la Présence, ou au Je Suis. Parce que s'il n'y avait pas d'observateur qui vit l'expérience, que resterait-il comme expérience ? Aucune. C'est le Soi qui joue de lui-même et avec lui-même. C'est très séduisant parce que la conscience n'est qu'une expérience. Et plus les expériences apparaissent, plus la conscience s'en nourrit. Comment veux-tu, dans ce cas-là, parvenir à être ce que tu Es ? Il y a des expériences que tu ne peux pas reproduire. Et d'ailleurs, ce genre d'expérience survient toujours à l'improviste, sans vous prévenir, sans ça vous ne la vivriez pas, par peur. Là aussi, ne t'extrais de rien. Réfute-la, en restant tranquille. En quelque sorte, laisse venir et tu constateras qu'il y a quelque chose qui est derrière l'observateur, derrière celui qui dit : « je vis une expérience et une extase ». Là, tu es sur la bonne voie parce que tu restes tranquille. Si tu acceptes que ce n'est pas toi qui vis l'expérience (mais le Soi), alors, l'Absolu est là.

Question : L'une de vos interventions m'est apparue limpide. Mais j'ai cru comprendre que l'Absolu se révélait à nous, seulement quand on ne comprenait plus rien. Qu'en est-il ?
Le jour où tu comprendras que tu ne peux rien comprendre, l'Absolu sera là. Va au-delà de ce qui est compris parce que comprendre, c'est prendre, c'est s'approprier, c'est justifier, c'est expliquer. L'Absolu ne peut être, ni compris, ni justifié, ni expliqué. Et ce n'est pas une expérience. Saisis (comme dans la question précédente) qu'il y a toujours une conscience qui observe. Va au-delà de l'observateur. Tu n'es pas celui qui regarde la pièce, ni même le fauteuil où il est assis. Il faut sortir du théâtre, pour comprendre qu'il n'y a pas de théâtre. Mais le fait de sortir n'est pas une action : c'est une immobilité totale où tu es le Centre, de partout. C'est le moyeu de la roue. Ce que je dis n'est pas fait pour être compris. Justement. Quand cela apparaît comme limpide, ce n'est plus le cerveau. Parfois, c'est le Soi. C'est l'immédiateté de ce que tu saisis qui crée le sens, mais va au-delà du sens. Va au-delà de ce qui est compris. Accepte que de ce coté-ci (là où tu es), tu es ignorance et que toute connaissance est ignorance. Lâche tes connaissances et là, à ce moment-là, tu considéreras (parce que c'est la Vérité la plus totale) que tu es ignorante. Parce que je pourrais te demander : dis-moi qui tu Es ? Qu'est-ce que tu aurais à répondre ? Quoi que tu comprennes, l'Absolu est immobile (qu'il soit dans cette forme (éphémère) ou qu'il ne soit plus nulle part. Il n'y a plus d'expérience, ni de compréhension. C'est un état, au-delà de tout état. Dès que tu comprends quelque chose, tu as l'impression que cela t'apparaît comme clair et que tu le connais. Et donc, tu ne peux connaître que ce qui est extérieur à toi. Il faut aussi dépasser cela. L'Absolu n'est pas une compréhension, bien au contraire. Ce n'est pas non plus une expérience. Ce n'est pas non plus un état. C'est l'Ultime.

Question : j'ai vécu la Fusion avec la nature. Le reste autour était juste un décor. Puis, le Voile de l'illusion s'est déchiré et est apparue la blancheur de la Lumière. Qu'était-ce ?
Cela s'appelle l'infinie Présence. C'est le moment (comme tu le dis) où le Voile se déchire. C'est, en quelque sorte (si je peux m'exprimer de cette façon), l'antichambre de l'Absolu. Simplement, ce fût (comme tu le dis) une expérience. Pour le Soi, c'est une étape. Elle est respectable. La chose à réaliser, ce n'est pas commémorer, se rappeler, cette expérience mais, là aussi, observer, au-delà de l'expérience et de la mémoire de l'expérience. Qui es-tu ? Pose-toi la question : que suis-je ? Est-ce que je suis l'observateur qui a vu ce Voile de l'illusion qui s'est déchiré ? Est-ce que je suis la Lumière que j'ai vue ? Tu ne peux pas voir ce que tu Es, en aucune manière, quand l'expérience peut se reproduire. Si elle se reproduit (et elle se reproduira), va au-delà de ce que tu observes. C'est la seule façon de faire disparaître l'observateur. Comme tu le dis : c'est un décor. Mais va au-delà du décor aussi. C'est une phase préalable. Ce que je veux dire par là : oublie cette expérience, elle a déjà eu son effet. Elle aura encore plus d'effet. Rappelle-toi : tu n'es jamais les expériences que tu vis, même si la conscience est avide de ces expériences (et si possible lumineuses et pas sombres). Je t'engage donc, à dépasser l'expérience.

Question : la mémoire qui se liquéfie est une aide pour dépasser le jeu du mental ou c'est un jeu, une récupération de l'ego ?
Non. L'ego a besoin de la mémoire. Regarde l'enfant qui est vierge. Il n'est pas affecté par une quelconque mémoire, du moins très jeune. La mémoire est liée au temps et à sa séparation d'avec l'espace. As-tu la mémoire de ce que tu étais avant ? La mémoire ne t'est d'aucun secours. Alors, réjouis-toi. Tu verras que si ta mémoire disparaît, il reste quoi ? L'Absolu. La mémoire appartient à ce monde. Elle fait partie de l'expérience. Ce n'est pas la Vie. Donc, réjouis-toi.

Question : je ne ressens plus les états de Béatitude qui m'aidaient à vivre. Dois-je renoncer à ces états, pour être dans l'Absolu ? J'ai l'impression de perdre le contact avec ce que je nommais le Divin. Cela veut-il dire que je dois réfuter cet état-là, peut être le Soi ?
Si tu l'as réfuté (ou que tu ne l'aies pas réfuté), tu constates qu'il n'est plus là. Tu dis toi-même que c'était une aide, pour supporter. Mais l'Absolu n'a besoin d'aucune aide, ni d'être supporté par quoi que ce soit. Parce que c'est ce que tu Es. L'Absolu est Béatitude mais il n'aide à rien supporter parce que c'est ta nature d'être la Béatitude. Et non pas de vivre l'expérience de la Béatitude. Donc, bien sûr, que cela doit disparaître de l'expérience pour que cela devienne, réellement, ce que tu Es. Je l'ai dit : la Vibration, le Samadhi, les sorties du corps, tout cela représente quoi ? Le Soi, l'a-conscience. Aller au-delà de la conscience : c'est ne plus avoir conscience, ni mémoire, ni Vibration, ni rien. Quand cela arrive, soit tu te désoles (et c'est le Soi qui se désole), soit tu acquiesces et là, tout se déploiera, pour toi, sans effort. Cela prouvera, en quelque sorte, que tu as renoncé. Il y a, réellement, un Abandon du Soi. Tu as construit le Je Suis. Tu as vécu le Je Suis. Il est temps de dépasser cela. C'est ce qui se produit. Alors, accueille. Et tu n'auras plus besoin de supporter la vie. La Vie se déroulera. Tu seras ici (dans ce corps) mais, aussi, partout ailleurs. Tu ne seras plus affectée par la répétition de ce genre d'expérience ou sa disparition. Tu ne dois pas te nourrir de la Lumière mais Être la Lumière. C'est ce que tu Es. Alors, l'ego va s'inventer des ombres, des projections, des expériences. Il appelle ça le Divin. Mais, quand cela disparaît, tu es mûre.

Question : Que sont les Leilas du Seigneur ?
C'est un jeu. C'est la scène de théâtre. La vie est jeu. Alors, parfois, vous avez des rôles de comédien, des fois des rôles de bourreau, des fois des rôles de victime. Des fois vous êtes heureux, des fois vous êtes malheureux. Mais ce sont ces jeux, justement, qui entretiennent la conscience et le Je Suis ou l'Ego. Les Leilas du Seigneur : c'est aller au-delà, c'est-à-dire, déjà, reconnaître, ce qui se passe. C'est considérer que le monde n'est pas plus réel que toi. C'est le décor qui est là, qui permet à la conscience de se manifester. Parce que, sans manifestation, il n'y aurait pas de conscience (quelle que soit cette manifestation). Parce que la manifestation est toujours une expression et une projection, à l'extérieur (quel que soit cet extérieur). Alors, ce sont des jeux. La conscience joue à s'observer. L'Absolu n'est pas conscient.

Question : ignorer ses pensées est une manière de donner, encore, du poids à son mental ?
Absolument pas.

Question : qu'est-ce que je n'aurais pas identifié, qui nourrirait mon je et que j'aurais à connaître aujourd'hui ?
Si quelque chose n'est pas là, si ta conscience ne le vit pas, pourquoi veux-tu que je te réponde de manière précise sur ton inconscient ? Tu veux que je nourrisse quoi ? Pose-toi la question : qu'es-tu encore en train de regarder, si ce n'est ton propre nombril ? Il ne faut pas jouer avec les peurs. Il n'y a rien à creuser parce que tu creuses un trou : tu tombes dedans. C'est, en quelque sorte, logique. Ne va pas chercher ce qui ne te demande rien.

Question : comment rester calme, immobile et tranquille ?
Reste tranquille. Que veux-tu que je te dise d'autre ? Parce que si je te donne quelque chose à faire (un conseil), tu seras encore moins tranquille. Tu poursuis un objectif qui ne peut exister. Sors de toi-même. Là aussi, ne te regarde pas le nombril et ce corps qui a besoin de bouger. Il exprime une peur. Alors veux-tu savoir quelle est cette peur ? Cela ne sert à rien, si ce n'est à renforcer l'ego. Oublie-toi, toi aussi. Tu participes au mouvement, parce que tu es identifiée au mouvement. Tant que tu crois que tu es le mouvement de ce corps qui bouge sans arrêt ou de ces pensées qui sortent, comment veux-tu rester tranquille ? Et si tu veux t'opposer à cela, pose-toi la question : qui s'oppose ? Toujours le je. L'Absolu ne s'oppose à rien : il Est, au-delà de l'Être. C'est le non-être, le non-Soi. Donc, aucune technique du Soi ou du je ne peut solutionner ce que tu me demandes. C'est toi qui dois changer de point de vue. C'est toi qui dois te déplacer du mouvement. Parce que si je rajoute un autre mouvement : que se passe t il ? L'Absolu est encore moins là. Donc, je ne peux pas te nourrir.

Question : Vivre la Dissolution, Fusion, Dissolution avec sa Monade, correspond à réaliser la Dissolution du Soi ? Ceci réalisé, n'est-ce pas alors vivre les conditions idéales de l'Absolu ?
Il n'existe aucune condition à l'Absolu. L'Absolu n'est pas une étape, ni une réalisation. Toutefois, le Soleil, un brin d'herbe, peut te permettre de réaliser cela plus facilement, pourquoi ? Parce que la conscience n'est plus tributaire de ce sac de nourriture. Elle se conçoit, elle-même, existante en dehors de ce sac, c'est le " Je Suis ", le Soi. Maintenant, l'erreur serait de croire qu'il y a des conditions, des préalables : il y en a aucune. Tu cherches, à travers des concepts (donc à travers le mental) parce que tu as besoin de poser des concepts et de t'appuyer dessus. Cela, ça fera toujours partie de l'expérience. Dès que tu cherches, tu es déjà dans l'erreur, parce qu'il n'y a rien à chercher. Chercher, c'est sortir d'être tranquille, c'est rejouer le jeu de l'expérience. Or toute expérience doit cesser. Donc même ce qui est nommé Monade ou Double ou brin d'herbe, il arrive à toi quand tu es prêt. Ce n'est pas toi qui va vers lui, sans ça, c'est un désir, c'est encore une expérience. Ne t'occupe pas non plus de cela, arrête de poser des concepts ou des conditions. Tu ne peux pas t'en sortir avec la réflexion, c'est impossible : toute réflexion est un miroir du je ou du Soi, rien de plus.

Question : Doit-on se réjouir quand on ne vit aucune expérience ?
Oui, et même quand tu dors.

Question : je suis déjà sortie du théâtre mais pour trouver un 2ème décor. Que s'est-il passé ?
Ne te réjouis pas : remplacer un théâtre par un autre théâtre ne sert à rien. C'est encore une expérience, comme tu le dis toi-même. Donc, il faut cesser les expériences. Bien sûr, elles se produisent parce que la conscience n'est qu'expériences, quelles qu'elles soient. Remplacer un théâtre par un autre théâtre, ne sert à rien. Il est un instant où tous ces jeux doivent cesser. C'est l'avidité qui crée l'expérience. Tu constateras que c'est le moment où il n'y a plus aucune avidité, aucune attente, aucun désir, que tout arrive. Mais pas une expérience. L'Absolu ne se nourrit d'aucune expérience. Il les contient, ce n'est pas la même chose. Il faut chasser l'avidité, le désir. Encore une fois, reste tranquille, ne te fatigue pas à sortir d'un théâtre pour rentrer dans un autre théâtre. Qu'il soit plus joli ou moins joli, ne change rien. Toute expérience est de l'ordre de l'avidité ou du désir. Conscient ou inconscient : ça n'a aucune importance. Le désir n'est toujours que l'expression, soit de ce sac de nourriture, soit de l'âme, mais cela ne reste qu'un désir. Dès l'instant où il n'y a plus aucun désir, l'Absolu est là, parce que c'est ce que tu Es. Tu n'Es pas un désir et encore moins une expérience. Il n'y a que quand tu acceptes de tout lâcher : l'Abandon du Soi. Mais tant que le Soi vit des expériences, même s'il se rapproche ou donne l'impression de se rapprocher, l'Absolu n'est pas là. En tout cas, toi, tu n'es pas là. L'Absolu, il a toujours été là.

Question : ceci n'était pas lié à une volonté d'expérimenter mais s'est produit spontanément quand je suis entrée dans le son.
Et après ? L'expérience, même qui ne t'intéresse pas, n'est qu'une projection au sein de ta conscience. Le son débouche sur l'Absolu, sinon il débouche sur une expérience. Dépasse l'expérience. Et ne me dis pas que tu ne l'as pas voulu, parce que rien ne se produit si tu ne désires rien. Le mot avidité est juste parce que s'il y a expérience, il y a désir. Ou alors, l'expérience doit être, justement, la perte de tout repère, et non pas un autre repère. Il n'y a pas de mouvement dans l'Absolu. Toute expérience ne surgit pas de nulle part, elle est construite quelque part. Que tu voies des éléphants roses ou un théâtre, ne change rien : c'est toujours une projection. Il n'y a que quand le décor disparaît totalement, que le Soi disparaît aussi, pas avant.

Question : Quand on a saisi qu'il faut rester tranquille, il n'y a donc plus de questions à poser ?
Es-tu Absolu ?
Non. Je n'en sais rien. Oui, certainement.
Qu'est-ce qui bouge, dans ces réponses, si ce n'est l'ego ? J'ai déjà répondu à une question, longuement, sur quelqu'un qui n'avait pas de question. La question n'existe pas plus que la réponse et pourtant ce n'est pas un jeu.

Question : Comment tout lâcher et s'Abandonner à la Simplicité ?
En reconnaissant ce que tu Es : Absolu. Il n'y a rien à lâcher. Qui pose la question, si ce n'est l'ego. Qui croit qu'il doit lâcher quelque chose ? Rester tranquille, c'est ne rien lâcher : c'est réfuter. Tant que tu cherches quoi que ce soit à lâcher, c'est que tu considères, bien sûr, qu'il y a quelque chose à lâcher. Que veux-tu lâcher, puisque tu l'Es déjà, lâché ?

Question : Pourriez-vous revenir sur la notion d'Absolu inclusif et la nécessité de ne pas nier l'illusion ?
Concevoir que tu es une illusion, parce que éphémère, ne fait pas pour autant disparaître l'éphémère : il disparaîtra de lui-même. Tu n'as pas besoin de mettre fin à ce corps : il est programmé pour disparaître. C'est changer de point de vue, tout simplement. Changer de point de vue, exprime la Vérité et la Réalité. Tant que tu t'attribues ce corps, ces pensées, cette vie, tu es dans le point de vue de ce corps, de cette vie, de cette pensée ou dans cette expérience. Mais tu n'es ni l'expérience, ni le corps, ni la pensée parce que tout cela passe. Accepte simplement cela, tu n'as aucun moyen d'agir sur l'illusion parce que, dès l'instant où plusieurs consciences existent, elles créent une illusion commune que vous appelez le monde. Vis ce que tu as à vivre, avec enthousiasme, avec passion, si tu veux, mais ne soit pas cela. Il n'y a rien d'incompatible dans ce que je dis, sauf pour l'ego. Tu n'Es pas ce corps, pas plus que tu n'Es ce Monde. Il n'existe que parce que tu t'y es insérée. Qui est responsable de cette insertion ? Tes parents ? Ta conscience ? Qui ? Si tu arrives à voir, sans voir, au-delà de tout cela, donc en changeant de point de vue (je ne te demande pas de croire à ce que je dis, mais de placer ta conscience au bon endroit), alors le décor disparaîtra, la Lumière sera là. Et à une étape dite Ultime, tu réaliseras que tu es cela et que l'illusion est comprise dans cela. Ce n'est que le jeu de la conscience. L'Absolu ne peut se voir lui-même. C'est ce que tu Es.

Question : Si on ne rencontre pas l'Absolu de notre vivant, que se passe t-il après ?
La conscience existe encore et donc elle se projettera.

Question : vous avez précisé que le silence est une question. Pouvez-vous y répondre ?
Oui. Les mots qui, aujourd'hui, peuvent vous sembler dépourvus de sens, le point de vue, le regard. Et surtout " restez tranquille " : tout est contenu là-dedans. L'Absolu est Cela.

Question : poser sa conscience au bon endroit est la poser au niveau de l'Absolu ?
Non, jette-la. Poser la conscience est une attention. Éventuellement, tu peux te servir du son. Tu t'appuies sur le Je Suis, mais ce n'est pas le Je Suis, c'est le non Soi. Changer de regard, ce n'est pas poser la conscience quelque part, justement. C'est ne plus la poser, ne plus expérimenter. En quelque sorte, rentrer dans le silence de la conscience. Le point de vue changera de lui-même, sans avoir besoin de poser quoi que ce soit.

Question : Faut-il laisser le son nous pénétrer ?
Mais, tu Es le Son. SI tu considères qu'un son te pénètre, tu envisages le son, extérieur à toi. Donc, le point de vue et le regard n'est pas bon.

Question : est-ce normal d'avoir l'impression que mon corps ne m'appartient pas ?
Mais comment voudrais-tu que ton corps t'appartienne ?

Question : quand on a l'impression de ne plus exister, est-ce une expérience de l'Absolu ?
Tu as la réponse toi-même : c'est une expérience. L'Absolu n'est pas une expérience. Ça commence à rentrer. Vous y êtes. Vous y avez toujours été. Saisissez et lâchez tout. Il n'y a rien à lâcher.

Question : quand on ressent ...
Qui sent ?

Question : ... une présence à gauche, comment vivre cette résonance ?
Mais elle est là, puisque tu la sens. Dans ce face à face (qui est un côte à côte), qu'est-ce qui va se passer ? L'Absolu. Dès l'instant où tu n'es plus toi, et que tu Es ce qui est à coté de toi, dans ce face à face, tu réalises qu'il n'y a personne en face et personne à côté puisque ni l'un ni l'autre ne sont vrais. C'est, justement, ces conditions-là qui réalisent, pour vous, ce que vous Êtes. C'est une découverte et non pas une expérience parce que, quand cela Est, à un moment, tu sens. Après, tu ressens. Et après, tu Vibres. Et après, tu Fusionnes. Et après, il y a l'Absolu. Mais ce n'est pas un après, ça a toujours été là. Simplement, ta conscience ne s'est pas suffisamment déplacée et quand elle se sera suffisamment déplacée, elle disparaîtra. Tout cela vous a été expliqué par les Archanges, les Anciens, les Étoiles. Je vous dis la même chose. L'Absolu ne connaît pas la distance. En quelque sorte, le face à face du Soi au Double, vient mettre fin à la distance. Ce n'est pas une expérience.

Question : Et si on a vécu une expérience de Fusion avec le Double mais qui est partielle ?
C'est comme un examen, il y a des partiels, est-ce que tu comprends ?
Non.
Tant mieux.

Question : Devenir le Son et le tremblement, en même temps, est-ce juste ?
D'un certain point de vue, on peut dire que tu décolles. Donc, reste tranquille. Mais cela est juste. C'est la Présence Infinie. Il faut aller au-delà, mais c'est bien.

Nous n'avons pas d'autres questionnements, nous vous remercions.
Alors, taisons-nous. Cela fut un bonheur pour BIDI. Et un bonheur pour vous, même si vous ne le comprenez pas. BIDI vous salue et je vous dis à une autre fois.


B
IDI

17 mai 2012

Question : J'ai du mal à rester centrée, des pensées, des souvenirs affluent, partent dans tous les sens sans que ce soit des questions. Cela vide le mental, le nourrit ? Comment s'en sortir ?
L'ensemble de ce qui t'est soumis, qui apparaît sous l'œil de ta conscience (quel que soit l'endroit où est située celle-ci), te donne à voir ce que tu appelles, toi-même, « partir dans tous les sens », t'empêchant d'être centrée. Il n'y a pas de porte de sortie mais une porte d'entrée. Vouloir sortir de tes propres pensées est aussi stupide que de vouloir sortir dedans : tu ne peux que rentrer dedans. C'est-à-dire accepter d'observer ce qui se déroule et le réfuter. Regarder ne veut pas dire acquiescer. Cela va te donner les rouages et mécanismes de ce que tu appelles « ce qui part dans tous les sens », te donnant à voir, alors, pourquoi tu pars dans tous les sens. Qu'est ce que cela traduit, non pas au niveau d'une origine mais bien dans ce que tu dis ? Pourquoi es-tu décentrée aussi facilement ? Qu'est-ce qui te déstabilise et te fait perdre ton centre ? Où se situe la cause profonde, non pas les causes, non pas dans ton histoire ou dans ton historique, mais bien dans l'instant présent ? Qu'est-ce qui se passe, à ce moment là ? Pourquoi es-tu dérangée ? En quoi ces pensées, qui ne te concernent pas, te dérangent-elles ? Cela signifie, bien sûr, qu'il y a une incapacité à se mettre en distance et à réfuter tes propres pensées, traduisant, là aussi, un principe d'identification à ce qui passe, ce qui n'est pas immuable, ce qui n'est pas éternel. Tu es, en quelque sorte, distraite par ce qui est passager, par ce qui ne concerne que la personnalité et son déroulement au sein de cette matière. Tu en oublies que tu n'es pas cela. Il y a donc un sens de l'implication exagéré dans l'affectif, dans les relations, dans ce qui est vu, dans ces pensées qui se déroulent. Tu es donc ballotée par tes propres émotions et par tes propres pensées, parce que tu leur donnes du poids, de la consistance et que tu es persuadée qu'elles viennent de toi. Il est une chose d'accepter que tu n'es pas tes pensées de manière conceptuelle, ce n'est pas pour autant que les pensées vont disparaître. Simplement place toi dans l'observateur qui n'est pas ces pensées mais qui voit ces pensées se dérouler. Ce ne sont pas les tiennes. Il y a donc un principe d'identification te donnant l'impression et à ta conscience d'être dans tous les sens, c'est-à-dire que les pensées t'emmènent ailleurs que dans ton centre, tu le dis toi-même. Ce qui signifie, sans chercher plus loin, que tu te laisses séduire par tes propres pensées et quand celles-ci te conviennent, tu es centrée ou tu as l'illusion d'être centrée parce que les pensées correspondent à quelque chose qui te rassure. Aucune pensée ne peut établir l'Absolu. Aucune pensée ne peut te rassurer, de manière durable, que tu partes dans tous les sens ou que tu aies l'impression qu'elles sont agréables. Les pensées n'ont à être ni agréables ni désagréables. Elles ne font que passer. Et comme toute chose, elles passeront. Ceci est éphémère. Tu donnes du poids à l'éphémère puisque cela t'altère. Tu n'es donc pas placée au bon endroit pour les voir et les réfuter. Toutefois le fait que cela soit accentué en ce moment est très exactement ce que tu as à dépasser et à transcender, dans la réfutation.

Dès qu'une pensée agit sur ton affect, sur une décision, tu n'es pas maître de toi-même puisque c'est la pensée qui décide pour toi. Réfléchit : qui décide ? En définitive, c'est toujours la raison, c'est toujours l'intellect, dont certains se gargarisent. La problématique vient que les pensées (chez ceux qui sont, comme vous dites, en démarche spirituelle) peuvent prendre la couleur, l'impression d'une intuition (comme par exemple les impulsions de l'âme ou les impulsions éthérées) mais ce sont toujours des pensées qui t'amènent à penser et à conceptualiser la notion de ce qui est bon pour toi et de ce qui est mauvais pour toi. Tant que tu penses ainsi et que tu acceptes ce mécanisme de pensée, tu n'es pas Libre : tu es soumise à tes propres pensées, c'est-à-dire au discernement et à l'intuition qui t'empêchent de voir l'Unité et, encore plus, l'Absolu. L'Absolu n'est ni bien ni mal, il n'a que faire de ce référentiel. L'Absolu n'a que faire du Soi, il n'a que faire de l'intuition et des charismes parce que tout cela relève d'une projection, d'une manifestation extérieure à ce qui est éternel, à quelque chose qui se manifeste et qui vient gêner ou faciliter quoi ? Le je ou le Soi. L'Absolu se dévoile parce que les circonstances de la Terre ne sont plus les mêmes. Si, en toi, cela réactive et ravive les pensées, cela veut dire que, dans ton histoire, tu as accordé trop de place au raisonnement, trop de place aux affects, au regard de l'autre, aux pensées de l'autre. Cela, aussi, t'empêche de rejoindre ton centre parce que, dans le centre, il y a toute la force, il y a tout ce qui est nécessaire. C'est un espace et un temps, sans espace et sans temps, où le choix n'a plus de raison d'être, où la raison n'a plus de raison d'être. La raison va être appliquée dans les secteurs où la raison est nécessaire et seulement où c'est nécessaire : s'asseoir à la bonne place pour conduire un véhicule et pas derrière, ça, c'est de la raison.

Mais dès l'instant où, dans l'affect, dès l'instant où, dans les relations, quelles qu'elles soient, tu laisses passer la raison devant, tu te perds. Parce que, comme je l'ai dit hier, il y a toujours une chance sur deux de te tromper. Et c'est très exactement ce qui arrive parce que les pensées ne sont issues, en définitive, que de la peur, que des mécanismes de survie, de maintien de l'artificialité de l'ego, de la personne. Heureux celui qui n'a plus de pensée perturbante. Heureux celui qui ne croit plus à ses propres pensées parce qu'il est Libre. Tant que tu adhères à tes pensées, agréables comme désagréables, tu n'es pas Libre parce que tu es persuadée que c'est toi qui pense. Ce qui pense, c'est l'acteur, c'est la marionnette, ce n'est pas celui qui tire les fils et encore moins celui qui est au-dessus des fils. Aucune pensée ne confère la Liberté, même la plus éclairée. La Liberté n'est pas de ce côté-ci du voile, elle n'est pas dans une quelconque raison, dans une quelconque explication et, encore moins, dans une compréhension mais dans le simple fait d'accepter de voir, sans juger, honnêtement, ce qui se déroule. Et ce sont des pensées qui se déroulent. Bien sûr, elles sont inscrites dans ton histoire, dans ta raison, mais tu n'es ni ton histoire, ni ta raison. Le domaine de l'esprit, le domaine de l'Absolu, n'a que faire des pensées puisque, dans l'Absolu, il n'existe nulle pensée. Dans le Samadhi, il n'existe qu'une seule pensée : l'auto contemplation de la Lumière. Le but de la méditation n'est pas de viser à supprimer les pensées parce que tant que le sac de nourriture est là, il y aura toujours pensée. Sauf si le passage a été créé : alors, tu peux te réfugier dans l'Absolu ou dans le Samadhi. Là, il n'y a plus de pensée. Mais vouloir résoudre le mécanisme de la pensée à l'endroit où il est né ne veut rien dire. Vouloir s'appuyer sur la méditation, sur la Vibration, pour faire cesser les pensées, est, de la même façon, aléatoire : parfois cela marche, parfois cela ne marche pas et vous le constatez dans les Alignements, dans les méditations. Tant qu'il subsiste une pensée qui dérange (j'entends par dérangeant : qui est sur le devant de la scène), vous n'êtes pas vous.

Vous ne pouvez combattre les pensées parce que vous les renforcez. Vous ne pouvez vous opposer aux pensées, elles ne sont pas du même monde que vous. La seule porte d'entrée consiste à ne plus accepter le dictat des pensées. Et la première étape est de saisir et de vivre que les pensées ne font que surgir sur l'écran de la conscience. Même si vous avez l'impression d'appliquer un ensemble de certitudes mathématiques, ce ne sont que des croyances abstraites qui trouvent, certes, des applications dans ce monde : il y a une logique mais cette logique là n'a rien à voir avec l'Absolu et n'a rien à voir non plus avec l'Unité. Est-ce que le mystique qui vole dans les airs a appris les lois mathématiques, physiques, qui permettent de voler, à un avion ? Qu'est ce qui est prédominant, en vous, en toi ? Le besoin d'expliquer, le besoin de comprendre, la peur, le fait d'être envahi ? Ce que je dis pour les pensées est de la même nature que ce que je viens d'exprimer pour le vol du mystique. Et puis, à moment donné, le mystique s'aperçoit qu'il n'a pas besoin de voler. Il est total et entier, ici même, dans ce sac. Il n'y a rien à quoi échapper. Le sac de nourriture et les pensées s'échapperont elles-mêmes lors de la mort. Aucune pensée ne survit ailleurs que dans la mémoire commune. Même les plus grands des penseurs, au travers de leurs écrits, ne donnent qu'à vivre des éléments irréels, auxquels on adhère, comme pour une loi mathématique ou une loi physique qui est sensée expliquer un mécanisme de fonctionnement. Mais je vous rappelle que ces mécanismes de fonctionnement ne sont valables qu'ici mais pas dans l'Absolu. Cela rejoint, très précisément, cette phrase : là où vous mettez votre attention, là où vous mettez votre conscience, se localise la Vibration et est le reflet de ce que vous êtes, ici, dans ce monde, mais ne permet à l'Absolu de se dévoiler à vous. L'ego va bâtir toutes les stratégies nécessaires à sa survivance. Les pensées en sont certainement l'un des mécanismes le plus puissant parce que la pensée surgit de nulle part, s'appuie, de toute façon, sur des concepts et des affects, sur ce qui a été construit auparavant. Or c'est justement cela qu'il faut voir et déconstruire, non pas par une action de la volonté mais en acceptant de le voir. Le voir vous met en distance, de la même façon que vous ne pouvez pas voir l'Absolu. Et si vous vouliez le voir, vous le mettriez encore plus à distance et en distance.

Le mécanisme des pensées allant dans tous les sens vous applique simplement à vous recentrer parce que c'est au centre que tu concrétiseras la vision de ce que sont ces pensées comme n'étant pas les tiennes. Mais si tu restes soumise à l'agitation, si tu restes soumise au fait que cela part dans tous les sens, tu participes, comme tu l'as dit, à ce décentrage. Etant décentrée, tu n'as aucun moyen d'action sur la pensée. Et d'ailleurs, si tu voulais agir sur la pensée, elle se renforcerait jusqu'à devenir obsessionnelle : ceci est très connu. La réfutation, là aussi, permet, à la fois, d'identifier ce que sont les pensées, d'où elles naissent, et où elles disparaissent, facilitant, en quelque sorte, la non identification puisqu'aussi bien dans le Samadhi que dans la présence qu'en Absolu, cela n'existe pas. L'important là aussi est d'être lucide, de regarder clairement. Si tu saisis vraiment que tout ce qui passe n'est pas éternel, tu saisiras que les pensées sont au premier plan, bien plus que les émotions. Toute pensée concernant l'identité que tu as, ou portes, même si elle te semble venir de nulle part, d'où veux-tu qu'elle vienne, à part ce corps de nourriture que tu n'es pas ? Tout est un problème d'attention et d'intention. Si tu acceptes d'observer les pensées passer, se dérouler, et si toi-même ne bouge pas, tu vas les voir pour ce qu'elles sont : des éléments perturbateurs qui viennent troubler la surface de ta conscience, te faisant jouer de la raison ou de la déraison. Ce qui ne change rien au sens profond qui est simplement de te dérouter de ton centre, t'amenant à chercher une porte de sortie illusoire, à travers nombre de techniques visant à faire taire le mental. Mais aucune technique ne peut faire taire le mental parce qu'il ne se tait jamais, excepté en l'Absolu. Tu es, à la fois, le problème et la solution. Etre affectée par ses propres pensées, quelle qu'en soit la teneur, t'amène inexorablement à t'éloigner de ton centre, à t'éloigner de ce que tu Es, et encore plus, à t'éloigner du non Soi. Regardez le monde. Combien préfère aller faire les magasins et acheter des vêtements plutôt que de méditer mais le résultat est le même : dans un cas, comme dans l'autre, vous créez un désir et un besoin.

Il vous faut dépasser le désir et le besoin. La pensée s'inscrit dans cette dynamique de désir et de besoin, de compréhension, d'explication, de décision et de choix. Ainsi, cette agitation que tu vis est une invitation à dépasser tout cela, à laisser se dérouler, sans intervenir, ce qui se déroule. Alors, bien sûr, celui qui reste dans l'ego et la personnalité va me dire que ce n'est pas vrai, qu'il est obligé de contrôler sa vie, sa spiritualité, de maintenir ses cadres, ses limites, ses enfermements. Du point de vue de l'ego, de ce qui est limité, c'est tout à fait juste. Et cela devient totalement faux dans le Soi et, je dirais, même, opposé, quand tu es Absolu. Aucune pensée ne peut être d'aucune action sur ce que tu vis intérieurement, excepté te décentrer. Mais jamais cela peut t'apporter quoi que ce soit (quoi que tu voies, quoi que tu penses). Ceux qui sont installés dans la pensée ne peuvent pas entendre les mots que je viens de prononcer parce qu'ils sont situés exactement à l'opposé de ce que j'ai dit. Pose-toi donc la question : sais-tu ce que tu veux Être ? Sais-tu où tu vas ? Sais-tu où tu te situes ? Tant que cela existe, tu ne peux pas trouver ni être absolu. C'est pour cela que la Lucidité, la Transparence et l'éclairage, sont indispensables. L'exemple que j'ai pris hier, reste valable : vous rentrez dans une salle où il y a, au sol, une corde enroulée. Mais il fait sombre : pour vous, c'est un serpent. Vous avez peur, jusqu'au moment où vous comprenez que c'est une corde. Vous riez. Au-delà, il y a le fait qu'il n'y ait ni serpent, ni corde, ni Lumière. Vous vous dirigez, aujourd'hui (pour ceux qui ne l'ont pas encore touché), vers cet Absolu ou vers cette Présence. L'un comme l'autre doit vous procurer, préalablement (par les Vibrations ou par l'Abandon du Soi) un état incarné, détaché totalement du fruit de ses actions, sans aucune projection dans le futur, sans aucune réminiscence du passé. Si vous êtes capables de rester vides de tout cela, de toutes les informations, alors il n'y a qu'un seul pas à franchir, vous en êtes très proches, quoi que vous susurre l'ego, à l'oreille, quelles que soient tes pensées.

Question : que dois-je lâcher et comment puis-je lâcher pour que l'Onde de Vie naisse en moi ?
Absolument tout. Ne rien retenir. Lâche tout. Tant que tu tiendras quelque chose, cela ne marchera pas. Il faut arrêter de se regarder le nombril. Il faut aussi arrêter de regarder quoi que ce soit. Il faut, là, par exemple, être pleinement présent dans le Soi et ne rien désirer ou ne rien demander. Ne rien attendre. Rester là, simplement. Si tu es capable de faire cela quelques minutes, l'Onde de Vie t'apparaîtra mais personne ne peut faire cela à ta place. Pose-toi la question de savoir si tu es capable de tout arrêter, quoi que te susurre l'ego : « je vais mourir », « je vais perdre le contrôle », « je vais devenir fou ». L'ego a beaucoup de solutions de rechange pour te dissuader de rester tranquille. Pose-toi quelque part et là, ne demande rien, ne fais rien, laisse venir à toi sans barrière et sans peur. Parce que dans cet état, c'est là, où tu seras le plus juste, le plus proche, afin que ce qui n'est pas de ce monde naisse en toi. Auparavant, l'être humain n'est qu'un fatras et un ensemble de croyances s'harmonisant plus ou moins bien les unes avec les autres. Tu n'Es pas cela. Il faut, comme je l'ai dit hier, sortir du point de vue de la personne : elle n'existe pas. Il y a, à ce niveau, la nécessité, de plus en plus pressante, te demandant de te tenir tranquille, immobile. Tu passeras par l'observateur et, à un moment donné, repérable entre tous, par toi-même, tu saisiras que ce moment est juste. Et dès l'instant où le moment est juste, l'Onde de Vie est là. Elle n'a jamais cessé d'être là. C'est ton conscient, tes peurs et tes doutes qui l'ont empêché d'être totalement consciente au sein de la personnalité. Voilà ce qui est à réaliser : c'est une non réalisation, une non action.

Question : Uriel m'a fait pénétrer, par les portes Attraction et Unité, de la Lumière, pour faciliter la perception du Cœur. Qu'est-ce, la perception du Cœur ? A-t-elle un lien avec la réfutation ?
La perception du Cœur est, avant tout, comme son nom le dit, une perception qui est installée dans la région de la poitrine. Différentes perceptions, différents vécus, aboutissant, en quelque sorte, selon une gradation, à la présence et au mélange de ce qui est dénommé le supra mental et l'Onde de Vie. Frémissement, cette Vibration, et puis ce tremblement ou ce Feu du Cœur aimant, a une action sur la conscience puisque la Vibration est la conscience du je, du Soi et, en tout cas, elle s'inscrit dans ce sac de nourriture. Dans un premier temps, se placer dans la Vibration ou dans le Cœur n'est pas une vue de l'esprit mais un acte conscient, de la conscience elle-même, destiné et visant à te faire sortir de l'illusion de la personne. Après, vient le vide ou le néant : la Vibration n'est plus là. La conscience est installée dans le Cœur et elle est, en quelque sorte, mûre à s'abandonner elle-même. Et là, l'Onde de Vie naît. Elle est toujours née, de toute éternité, mais du fait de la cessation des activités basses du Cœur (le mental), la place est libre pour autre chose. L'Unité, comme l'Absolu, ne peuvent s'établir, si l'on peut dire, tant qu'il existe une interrogation, une activité du mental. C'est en ce sens que les réunions que vous menez à 19 heures ont pour objet de vous saturer de Vibrations et de vous amener à votre responsabilité, à votre vraie Liberté. Saisis que c'est exactement cela que réalise l'Archange Uriel, nommé Ange de la Présence et Archange du Retournement. Cela procurera une capacité, plus grande, à être à l'écoute et à dépasser ce qui se présente dans l'œil de la conscience. Quand cela s'est produit, la réfutation est automatique parce qu'il y en a le vécu.

Question : J'avais la certitude intérieure que j'étais capable d'accepter sereinement le départ d'un être proche. Aujourd'hui, ma mère est en train de mourir et très souvent la tristesse me submerge. Pourquoi reste-t-il toute cette souffrance en moi ?
Pourquoi ne t'autorises-tu pas à vivre ce deuil, à vivre cette perte et en le vivant comme une perte ? Parce que, pour l'illusion, c'est une perte. Ce sac de nourriture, qui fut ta mère, va disparaître et toi tu restes. Il y a un manque de quelque chose. Pourquoi empêcherais-tu cela de se manifester ? Réfuter n'est pas empêcher une manifestation. Se croire fort, parce que l'on vit des expériences de Soi (ou du Soi) est très, très vite rattrapé par ce genre de perte, par ce genre de disparition. Qu'est-ce que cela montre, sans aucune culpabilité ? C'est que le Soi n'est pas Éternel. Seul l'Absolu est Éternel. Si tu es affectée, accepte de regarder. Tu n'es pas à critiquer. Tu n'es pas à replacer, quelque part, mais, simplement, être lucide que la mort te renvoie à ta propre mort et donc t'appelle à envisager, de manière brutale : qu'est-ce que la mort ? Comment envisages-tu ta propre mort ? Si tu acceptes que ce qui meurt n'est pas toi mais, juste, ce sac de nourriture et sa conscience, ta mère n'a représenté qu'une projection synchrone de toi-même (elle dans son corps) et la traduction d'un certain nombre d'affects qui, dès le départ, sont éphémères et ne sont pas reconnus comme tels. Il y a donc une dépendance, un attachement, une souffrance, qui est liée à la perte. Cela t'appelle, simplement, à vivre l'expérience. Á voir cela. Le Soi ne peut jamais dépasser la mort (dans tous les sens du terme). Seul l'Absolu fait cela. Parce que la vie et la mort sont intimement liées, dans l'illusion. Dans l'Absolu, il n'y a ni vie, ni mort. Tant que vous n'êtes pas capables d'aimer sans la présence de celui qui est aimé, quel est cet amour ? Pour quelle raison y aurait-il un manque pour celui qui est Amour ? De qui que ce soit ou de quoi que ce soit. Les liens familiaux disent bien ce qu'ils veulent dire : ce sont des liens. Ces liens vous rassurent, parce qu'ils créent un sentiment de pérennité, parce qu'une mère se pérennise dans son enfant qui, à son tour, se pérennise, elle-même, dans un autre enfant. Alors que l'ensemble ne représente que des projections. Est-ce que ta souffrance va durer au-delà d'un temps ? Est-ce qu'elle sera la même dans 6 mois ? Parfois oui, parfois non. C'est la rupture, le sentiment de perte, qui déclenche cela. Parce que qu'est-ce qui croit qui a perdu quelque chose, si ce n'est l'ego ? Si tu changes de regard, tu verras que ce que tu Es ne souffre pas. Pour un moment transitoire, tu es sortie du fauteuil et tu es rentrée dans le rôle de l'acteur et de l'interaction avec un autre acteur. Cette interaction ne veut rien dire, parce que celui que tu as aimé, en tant que mère, ailleurs, est un être qui a été ton bourreau. Donc tu es influencée et marquée par l'instant, l'instant du lien (ici, appelé création ou procréation). Il y a nécessairement cette perte et la peur de la perte, qui est inscrite en toi. Parce que celui qui sait ce qu'est la mort ne peut être affecté par la mort d'un proche. Au contraire, si il pense au mort, il devrait être content et heureux, parce qu'il est sorti de l'Illusion, alors que, toi, tu y restes. Où mettez-vous l'amour ? Le mettez-vous dans le lien et dans la dépendance ? Ou alors, le mettez-vous dans le fait qu'un être soit Libéré de la limitation, de l'enfermement, de l'ignorance ? Ça prouve, aussi, que tu te places de ton point de vue, mais pas du point de vue de celui qui part, non pas dans sa souffrance, mais dans sa Libération à venir.

Vous envisagez la mort comme une perte. Mais la mort est tout sauf une perte. Je pourrais vous répondre que la vie est une perte, ici. Oui, parce que vous perdez l'Absolu. Là, est la vraie perte. Tant que vous considérez que la perte de votre corps, d'un lien, quel qu'il soit, vous affecte, cela signe la personnalité, ou le Soi. Celui qui est, réellement, en Absolu, sait très bien que la mort est une naissance. La vraie naissance. Pas celle qui vous conduit à vous projeter dans ce corps dans lequel vous habitez. Vous êtes inversés, parce que ce monde est inversé. Et vous souffrez de l'inversion quand celle-ci disparaît. Accepte la souffrance. Vis-la. Mais comprends-en le sens, l'attachement, qui est derrière. Tant que tu es soumis à ce genre de réaction, accepte de le voir, mais vois plus loin que cela, parce que cela traduit autre chose que la simple perte affective de celle qui t'a nourrie et mise au monde. C'est bien plus que cela. Alors que, dans d'autres pays, la mort est une fête, il y a un tel culte de la personnalité et de l'éphémère, dans ce monde, que vous fêtez les naissances. Vous vous réjouissez, quand une âme est enfermée à nouveau. Vous le voulez, même, en tant que mère (enfermer des âmes), parce que vous êtes seuls. Si vous allez au bout de cette logique, vous verrez apparaître, clairement, les manques, le besoin de se remplir d'illusions. L'instinct de reproduction, qui appelle à la vie, n'est qu'un appel à la mort. Vous êtes Éternels et vous êtes Amour. Pourquoi travestir l'Amour dans une quelconque naissance ? Ou la perte d'un amour dans une quelconque mort ? Conceptualisez et vivez que ce n'est qu'un point de vue et une position et que, de cette position, là où vous êtes, découle la souffrance ou la non souffrance. La souffrance n'existe pas. Quand tu meurs, est-ce que tu emportes ta souffrance ? Est-ce que celui qui a souffert, au moment de sa mort, est capable d'emporter sa souffrance, comme ses joies, d'ailleurs ? Tant que vous vous placerez, vous-même, dans l'éphémère, quel que soit cet éphémère (un enfant ou un parent, dans ce corps qui est le vôtre), vous souffrirez, parce que l'éphémère est souffrance. Il n'est pas question de renier la souffrance mais de voir, clairement, ce qui se déroule. Veux-tu simplement que tes Samadhis et ta Joie soient des alternances avec la souffrance ? Ou veux-tu ne plus être tributaire de toute souffrance ? La souffrance n'est jamais inéluctable. Elle n'est qu'en résonance avec un point de vue. N'oublie pas que la souffrance, avant tout, est un processus chimique, que cette souffrance soit physique ou psychologique. La conscience joue à souffrir. L'Absolu ne peut souffrir. Même si ce corps est touché. Et je parle d'expérience. D'ailleurs, l'expression même, quand vous dites : «je suis malade», «j'ai un cancer», «j'ai un deuil», qui est-ce qui a un deuil, qui est-ce qui a un cancer ? Ce corps. Pas vous. Mais vous êtes tellement attachés à votre personne que vous ne voyez rien d'autre que votre personne.

Posez-vous la question de pourquoi vous êtes attachés à l'éphémère, alors que vous savez qu'il est éphémère et que l'éphémère est souffrance, nécessairement. Demandez à un bébé, s'il en avait le souvenir, s'il est heureux d'être là. Il est heureux où ? Dans le ventre. Mais pas quand il sort. Demandez à un mort, qui est mort (mais pas avant qu'il meure, mais après) : est-ce qu'il est content ? Donc, vous projetez, sans arrêt, vos cadres de références, par rapport à votre manque. Réfléchissez. S'il n'y avait pas de place pour le manque, en vous, pourquoi manifester une quelconque souffrance pour celui qui est Libéré ? En fait, votre point de vue est égoïste. Vous manquez d'amour et donc, vous manquez de respect pour celui qui est dans l'Amour, puisqu'il part, ou qu'il est parti. Et vous aimez celui qui arrive. Du point de vue de la personne et de la logique humaine, familiale et sociale, c'est parfait. Du point de vue de l'Absolu, c'est tordu. C'est complètement à l'envers. Et c'est la Vérité. Qu'est-ce que vous exprimez quand le manque de l'autre vous prend ? Le manque de vous-même, simplement, puisque l'autre est vous. Alors, c'est bien beau de parler d'amour et de dire que tout est Un et d'en faire l'expérience. Et vient une séparation ou une perte. Qu'est-ce que vous manifestez ? La souffrance. La Joie est envolée. Pourquoi ? Toujours pareil : à cause du manque. Et le manque s'inscrit comme une subdivision de la peur. Parce que, ici, sur ce monde où vous êtes, vous êtes séparés, divisés et vous êtes seuls. Parce que la personnalité vit cela. Est-ce que l'Absolu est seul ? C'est impossible de réfléchir comme cela. L'Absolu n'est ni seul ni entouré. Il est Tout. Dans le Tout, il n'y a pas de manque. C'est vous qui êtes en manque. Et vous cherchez partout, ailleurs : par la spiritualité, par la psychologie, par cette quête effrénée de vous-même et vous oubliez que tout est déjà là. Et vous maintenez le spectacle. Le théâtre, il est éternel. Vous rejouez les mêmes actes, les mêmes scénarios, les mêmes souffrances, de vie en vie. Est-ce que vous êtes cela ? Est-ce que vous êtes cet éphémère, qui se reproduit sans arrêt avec les mêmes manques, les mêmes souffrances, les mêmes terreurs. C'est cela votre point de vue ? Réfléchissez. Vous n'êtes pas la souffrance. Ça ne veut pas dire ignorer la souffrance, mais ne pas être identifié. Elle est là. Qu'est-ce qu'elle montre ? Il n'y a pas de porte de sortie, là non plus, excepté l'Absolu ou la mort. Mais vous ne pouvez réfuter la vie ou mettre fin à la vie, parce que l'Absolu contient aussi cette vie, inversée. L'Absolu n'est pas exclu de la vie, même ici. C'est impossible. Voilà ce que dit la perte d'un être cher. Quelle que soit cette perte, il faut aller au-delà. Parce que la souffrance n'exprimera, en définitive, que, toujours et exclusivement, la personnalité et ses manques, ses frustrations, même à travers ce qui est nommé un lien d'amour. Ce n'est pas la Liberté. Osez aller de l'autre coté, là où est l'Éternité, là où est la vraie Liberté et la vraie Joie, le Rire, au-delà de toutes les circonstances de cette vie, de ce corps. Á vous de savoir ce que vous voulez : maintenir la souffrance ou être Absolu ?


B
IDI - 2

16 mai 2012

Question : Je ne suis pas encore parvenu à extraire ma conscience du sommeil de rêve. Elle reste emprisonnée dans des vécus de ma personnalité. Que dois-je vivre ou comment m'y prendre ?
Qui travaille pendant que tu rêves ? Quand tu dors, sais-tu que tu dors ? Il te faudrait, pour cela, rester lucide. Poursuivre la dissolution est, justement, demeurer lucide, ne plus être dans le rêve (ce que certains appelle Turiya) qui n'est pas l'Absolu. Du point de l'Absolu (si tant est que je puisse parler ainsi) l'état de veille ou de rêve ne change rien. Ils sont des illusions, l'un comme l'autre. Ta vie passe, ton corps passe, le rêve passe, ce n'est donc pas éternel et aucunement lié au je suis. Turiya (ou le je suis, la Présence) est une étape. C'est ce qui est construit au-delà de la personnalité et qui doit s'effacer, par déconstruction ou plutôt dissolution, au moment opportun. Si ta conscience, ainsi que tu le vis, est piégée dans cette réalité, cela signifie simplement que le moment, dans le sens linéaire, n'est pas venu. Dans ce qui t'a été dit (de poursuivre un travail de dissolution), est-ce qu'il t'a été donné une échéance ? Non. La conscience va vivre, dans ton cas, ce qui est à vivre, pour elle, avant de disparaître. L'attachement, de ce que tu es, à certains modèles de croyance, t'enferme aussi sûrement que le reste. As-tu connu le Christ ? L'as-tu vu ou est-ce juste une croyance ? Je pourrais te parler de Krishna ou de Bouddha : les ai-je rencontrés autrement que par leurs écrits, autrement que par leurs croyances, autrement que par des religions ou au travers d'un idéal, d'une histoire ? Il te faut, même, tuer cela. Non pas de manière active, parce qu'il n'y a rien à faire disparaître, mais simplement réfuter, là aussi. Aller au-delà de cela. Tant que tu adhères à quoi que ce soit d'autre que l'Absolu, l'Absolu est fermé pour toi parce que la croyance t'en éloigne. Le Christ est Turiya. Il est un modèle mais, comme cela a été dit (même par Bouddha) : à un moment donné, tu dois tuer le modèle. Le seul obstacle est là.

Il y a, à travers l'adhésion à une croyance, un idéal à poursuivre. Cet idéal à poursuivre t'inscrit dans un temps et le temps semble long. Supprime l'idéal, il n'y aura plus de temps. Supprime la croyance, tu n'auras plus besoin de temps. C'est les croyances qui empêchent la dissolution, fût-il ton modèle le plus idéal, fût-il rencontré en rêve, fût-il rencontré de manière mystique. Parce que ceux qui le rencontrent, réellement, de manière mystique, n'ont qu'un objectif : fusionner, se Marier avec lui (ou avec elle, si c'est une autre entité). De là, naît la dissolution. Comme vous l'ont dit les Anciens : Communion, Fusion et Dissolution, dans cet ordre là, au sein de Turiya. Donc tu ne peux pas considérer un modèle comme extérieur à toi. Tant qu'il est considéré comme un idéal extérieur, un modèle à acquérir, tu entretiens la Communion, tu empêches la Fusion et encore plus la Dissolution. Voilà l'obstacle. Oublie tout : tous les modèles, tous les cadres, toutes les croyances. C'est la seule façon de vivre la Dissolution. Ou alors fusionne avec le Christ, ou alors fusionne avec ton Père, ou alors fusionne avec ta Sœur, mais fusionne avec quelque chose afin que cela n'ait plus d'existence extérieure à ce que tu es. Là, tu vivras la Dissolution, mais pas avant parce qu'il y a persistance de l'idée de quelque chose d'extérieur, qui a une existence autonome, à l'extérieur de toi. Mais comme l'ont dit, même les Archanges : le monde est en toi. Les Archanges sont en toi, je suis en toi, parce que tu es absolu. Tant que tu mets une distance dans un rôle ou une fonction, extérieurs à toi (dans le Christ, dans ton Père, dans ta Sœur ou dans qui tu veux), il y a une distance et donc il ne peut exister la moindre Dissolution. Il ne peut exister que la persistance d'un niveau. L'Absolu n'est pas un niveau. C'est simple, là aussi. Tant qu'il y a projection en un idéal, religieux ou autre, vous ne pouvez être vous-même, même avec ce qui vous a été nommé le Double. Le Double n'est pas fait pour être vu, il est fait pour se Dissoudre. C'est une aide à l'Absolu mais ce n'est pas une finalité parce que les deux sont les mêmes. Ne projette rien à l'extérieur. Ce que tu Es n'a pas à être projeté : c'est déjà en toi (même le Christ, même ton Père). Il n'y a rien d'extérieur à ce que tu Es. Ce qui est extérieur est une simple projection de la conscience, un rêve, au même titre que l'état de veille. Si tu acceptes cela, la Dissolution est acquise parce qu'elle a toujours été là. C'est simplement ton regard, ta façon de voir, ton point de vue, issu de tes croyances ou de tes affects. Il n'y a rien d'autre que cela. C'est le seul obstacle.

Question : Je vis des états chaotiques. La réfutation me permet de prendre une distance mais le mental, les émotions et la volonté sont toujours très présents. Comment demander l'aide des Etoiles, des Anciens ou des Archanges sans en faire des sauveurs extérieurs ? Comment être en Communion avec eux sans que ce soit une projection de mon mental ?
Il faut d'abord que tu acceptes qu'il n'y a pas de personnalité, qu'il n'y a rien d'extérieur. Qu'est-ce qui a besoin d'aide si ce n'est, comme tu l'as dit, la personnalité qui a besoin d'un sauveur ? Mais à partir du moment où il n'y a pas de personnalité, qui y aurait-il à sauver ? Qui y aurait-il à aider ? Change de vision puisque tout est déjà en toi, absolument tout. Là aussi, n'imagine pas quoi que ce soit d'extérieur à toi créant une distance, encore plus grande, entre ce que tu Es et ce qui se projette. Le chaos est un très bon signe parce que le chaos signe une réorganisation, au-delà de tout ordre, dans la Liberté. L'apparence de la personnalité passe par sa propre mort. La Lumière Dissout la personnalité, qui n'a aucune existence. Ne donne pas poids à ce qui n'existe pas. Tu n'es ni ton mental, ni cette personnalité. Tu les crois. Là, est le problème. En tant que témoin de la réfutation, tu saisis parfaitement d'où viennent les plaintes. Comment ces plaintes peuvent-elles être agissantes, même en les voyant, si tu ne leur donnes pas ton accord ? Et cet accord vient de l'incapacité temporaire à ne pas être cela. Il y a une culpabilité. Quelle est cette culpabilité ? Celle du mal faire, celle du mal être, attribuée à des causes extérieures, à une causalité, à des évènements survenus. Parce qu'au travers de cela, s'exprime quoi ? Le sentiment (je dis bien sentiment parce que ce n'est pas vrai) de solitude. Le besoin de complétude. La recherche, à l'extérieur, d'une complétude, pour mettre fin à une solitude qui n'existe pas. C'est la personnalité qui t'emmène, à travers ses déboires, à croire que tu es seule. Les affects et les sentiments qui remontent, regardés pour ce qu'ils sont : quelque chose qui passe et qui n'est pas toi. Ne confonds pas la réfutation avec le fait de ne pas les voir. Réfuter conduit à voir les choses et les éléments, tels qu'ils sont, mais pas à ne plus les voir. Observe patiemment que, souvent, tu te sers de la réfutation, justement, pour ne pas voir. Si tu acceptes cela, la personnalité aura moins de poids, le mental encore moins. C'est le mental qui te fait croire qu'il y a solitude, qu'il y a isolement, qu'il faut chercher à l'extérieur. Même le Double est en toi, sans cela comment pourrait-il exister dans le Christ ou dans quoi que ce soit d'autre ? Il n'y a que l'Absolu. Ne te laisse pas décourager par ce que te dicte le mental, par ce qu'il te fait croire. Il voudrait que tu sois cette personnalité qui souffre, qui manque, qui est isolée. Ce n'est pas vrai.

L'abondance a toujours été là, tout a toujours été là. Ne crois pas ce que te disent tes affects et tes sentiments. Ne t'en détourne pas mais accepte de les voir : ils sont là mais ce n'est pas toi. Réfuter, n'est pas les dénier. Tu n'es rien de ce qui passe. Tu peux être sûre et certaine que quand quelque chose passe (comme une humeur ou un sentiment) cela n'est pas toi mais c'est secrété par ce sac de nourriture, ou par ta propre histoire, par tes propres blessures. Mais tes blessures ne sont pas les tiennes, même si elles te sont propres. Elles s'inscrivent dans autre chose que ce que tu Es, dans, justement, cette personnalité, dans, justement, ce mental. Si tu te tiens tranquille, sans demander une aide, sans projeter une aide, sans imaginer que quoi que ce soit ne peut venir de l'extérieur, que quoi que ce soit puisse venir de l'extérieur, si tu te penches sur ce que tu Es, sur l'Intérieur, tu vas t'apercevoir que toutes tes ressources sont là et ne dépendent ni du poids d'une blessure (réelle ou supposée), ni d'un quelconque manque, ni d'une quelconque aide extérieure. Comprends et saisis que, déjà, tout est en toi, sans aucune exception. Tu n'es pas remplie de souffrance, de sentiments et d'affects. Tu n'es remplie par rien d'autre que ce que tu Es : Absolu. Tu es la source de toi-même. Il n'y a pas d'amour extérieur. Sois Amour. Ne te pose pas la question de ton passé, de tes blessures, de tes manques : ils n'existent pas. Et l'aide est déjà là parce qu'elle n'a pas à venir : elle est déjà installée. Laisse se dérouler ce qui déroule. Laisse se dérouler. Tu n'es pas ce qui se déroule. Reste au centre, sans demander et sans projeter, sans va et vient, immobile, là où, pour l'instant, tout te semble vide et tu verras que ce n'est qu'un regard de l'ego parce qu'en réalité, c'est là qu'est l'Absolu : le plein. Mais, pour cela, accepte de voir ces sentiments, ces impressions, ces émotions, ce sentiment de vide. Vois-les mais ne les reconnaît pas : ils ne t'appartiennent pas. C'est très simple mais, bien sûr, la personnalité ne veut pas du simple. Elle envisage des prières, des demandes, des supplications parce qu'elle a peur d'être insignifiante. Et elle l'est. Donc elle n'a pas à avoir peur de ce qu'elle Est. Tu n'es pas insignifiante. Tout ce que tu Es est signifiant, au-delà de tout sens et de toute signification de ce monde. Tu es l'éternité.

Question : l'expérience et le choix de vie que l'on fait peut nous amener vers l'Absolu même si nous ne sommes pas ce que l'on fait ?
Non. L'Absolu ne dépend d'aucun choix, d'aucune vie, d'aucune réalité de ce monde. L'Absolu est le même, que cela soit sur la croix du Christ, que dans l'enfant qui meurt de faim, que dans le vieillard qui meurt de vieillesse, ou que celui qui meurt d'une balle. Il n'y a aucune différence. Croire qu'il y a des circonstances de cette personnalité, précises (de cheminement spirituel ou autre) qui favorisent l'accomplissement, si tenté que l'on puisse parler ainsi, l'établissement, de l'Absolu, est une erreur. Croire que parce qu'on va être à l'abri de tous les besoins (affectif, financier, moral, familial, social) va suffire à être Absolu est une dramatique erreur. L'Absolu ne dépend d'aucune condition de ce monde. C'est un leurre. Il n'y a que la personnalité qui peut être satisfaite dans le fait de ne manquer de rien, d'argent, d'affect. L'Absolu n'a que faire de tout cela. Il n'y a aucun âge, aucune condition, aucun karma, aucune situation, qui s'oppose à l'Absolu, si ce n'est vous-mêmes, au travers de justifications, d'alibis (qui ne tiennent pas), d'histoires spirituelles (qui ne tiennent pas), de peurs cachées, d'évidences cachées. Il n'y a pas de chemin vers l'Absolu, aucun. Il n'y a aucun moyen de s'approcher de l'Absolu par une quelconque circonstance de vie. Le Soi peut vous donner l'apparence mais même l'Abandon du Soi est nécessaire et indispensable. Je dirais même qu'à la limite, il serait beaucoup plus facile pour celui qui n'a pas de résistance. C'est-à-dire, celui dont le corps s'en va, dont les possessions s'en vont, a plus de chance de dévoiler l'Absolu. Il y a certains pays où des êtres ont tout abandonné et n'ont jamais rien trouvé. Il y a des pays où des êtres n'ont jamais rien demandé et pourtant ils sont Absolu. Ne voyez pas cela comme une progression. Ne vois pas cela comme quelque chose qui facilite ou évite. Ce n'est pas vrai. Seul le mental peut croire cela : qu'il y a de circonstances favorisantes. C'est faux. Seul l'Abandon du Soi, le changement de regard et de perspective, le non attachement, réalisent la Vérité de l'Absolu, qui a toujours été là. Croire qu'il y a une distance, crée la distance. Croire qu'il y a un chemin, crée un chemin. Croire qu'il y a indignité, vous rend indignes. Supposer que cela est loin, le rend loin. C'est pourtant, là aussi, extrêmement simple : ne supposez rien, n'acceptez rien. Laissez toute la place. Disparaissez. Tant que vous croyez exister à travers un attachement, une recherche, un affect, vous vous éloignez de l'Absolu. Lui, il a toujours été là, il n'a jamais bougé : c'est vous qui avez bougé. C'est vous qui vous êtes éloignés, dans cette personnalité, dans l'illusion, dans le soi.

Quand nous vous disons de rester tranquilles et de ne rien faire, occupez-vous de votre personnalité, si vous voulez (à l'améliorer, à la pacifier), mais vous n'êtes pas cela. Vivez le Samadhi, si cela vous fait plaisir, mais vous n'êtes pas cela non plus. Au travers de mes mots, j'espère que vous saisissez un peu plus ce qu'est la réfutation : ni ceci, ni cela. Qu'est ce qui vous empêche de pratiquer ? Qu'est ce qui vous empêche de mettre en œuvre ? Qu'est ce qui vous faire croire que c'est un jeu mental ? Qu'est ce qui vous dit que c'est stupide ? Posez-vous la question. Si ce n'est votre propre ego, votre propre mental, qui va vous dire, à tout bout de champ, que « ce n'est pas vrai », que « ça n'existe pas », que « ce n'est pas possible », que « c'est trop simple, trop facile ». Réfutez et vous verrez. Réalisez votre enquête mais ne cherchez pas l'action / réaction de ce monde : elle est sans fin. Ne cherchez pas de cause, en définitive à ce qui n'a jamais eu de cause. Il n'y a pas de début. Il n'y a pas de fin. C'est une illusion totale. Vous êtes Éternels, Éternité. Éternels : toujours présents. Tout le reste n'est que des accessoires, des pirouettes, des spectacles et des escroqueries. Voulez-vous jouer à être un escroc ou voulez vous être Vrais et Transparents ? Voulez-vous être une Joie qui ne disparaît jamais, une béatitude qui n'est pas fonction des circonstances, de vos amours ou de vos désamours, de votre argent ou de ne pas votre argent, d'un toit ou pas de toit ? Vous n'avez rien besoin de prévoir parce que votre vie se déroulera de la meilleure des façons, sans aucun obstacle, dans l'Absolu. Là est la seule cause des souffrances apparentes, des manques apparents, des blessures apparentes, des maladies. Il n'y en a pas d'autre. Si vous laissiez ce sac de nourriture évoluer pour lui-même, en l'entretenant, sans vous poser de question, il irait très bien. De la naissance à la mort, il vivrait ce qu'il a à vivre. C'est parce que vous êtes identifiés à lui qu'il est malade, qu'il est mal et souffrant, autrement, il n'a aucune raison valable d'être altéré. Essayez cela : réfutez ce corps et vous verrez qu'il ira parfaitement bien. Parce que l'ego va vous faire croire que réfuter, c'est renier, c'est rejeter : c'est faux. C'est ce que vous dit votre mental, sans arrêt. Il n'y a que ça qui vous empêche de pratiquer la réfutation, ou alors de vous la faire envisager sous un côté narquois : « tout est illusion ». Et de rire mais pas du vrai rire, de celui de l'illusion qui se moque. Il n'y a pas d'autre obstacle que vous-même. L'Absolu n'a pas besoin de vous. Il est ce que vous Êtes. Saisissez cela. Tout le problème n'est qu'une question de placement, de point de vue, comme je l'ai dit : c'est une erreur de point de vue, une erreur de vision. C'est une vision qui est sujette à votre histoire, à vos affects, à vos émotions, à votre mental, à tout ce qui est illusoire. Dépassez cette vision. Vous n'êtes pas ce qui voit. Il n'y a rien à voir, à ce niveau. Si vous faites silence de tout ça, vous constaterez, avec stupéfaction, que l'Absolu est déjà là. Il n'a pas à apparaître, excepté pour la personnalité qui s'en va. Là, est là Dissolution. Là, est la facilité. C'est sortir de la complexité. Sortir de la difficulté. Sortir de la connaissance, la fausse, celle qui dépend d'un acquis, d'une croyance, d'une réflexion, d'une supposition. L'Absolu est connaissance. Elle fait de vous un Libéré. Pas la connaissance de la personnalité, qui ne vous libèrera jamais, qui vous enfermera, de plus en plus, dans l'action / réaction, dans la souffrance, dans la douleur. Soyez Libres. Osez être Libres. Qu'est-ce qui vous en empêche ? Bien sûr, il y a des règles et des lois qui s'appliquent à ce monde mais vous n'Êtes pas cela. Vous êtes l'Absolue félicité de la Lumière Éternelle de l'Amour. Rien de plus et rien de moins. C'est juste que vous avez cru à votre personnalité, à votre rôle, à cette vie, à son début et à cette fin.

Question : Ayant fait l'expérience de l'Onde de Vie, pouvez-vous me dire s'il y a beaucoup de pelures d'oignon à enlever pour arriver à l'Absolu ?
Mais si tu enlèves toutes les pelures et toutes les couches de l'oignon, qu'est-ce qui reste ? Rien. Il n'y a rien à enlever. Il y a juste à voir, à réfuter. Réfuter n'est rien enlever. C'est accepter. L'Absolu est inclusif, en totalité. Il n'exclut rien mais, simplement, l'illusion est vue pour ce qu'elle est : une illusion. Si l'Onde de Vie est là, ne t'occupe de rien, ne fais rien, reste tranquille, surtout ne t'occupe de rien. Tu seras toujours beaucoup plus maladroite que l'Onde de Vie. Tu seras même ridicule par rapport à l'action de l'Onde de vie. Devient simplement cette Onde de Vie, c'est tout. Ne cherche rien d'autre. Ne te pose pas la question d'autre chose. Réfute ce qui arrive et tu verras, par toi-même, que plus rien n'arrive. C'est la Libération. C'est la Liberté. Il n'y a rien à imaginer travailler. Il y a simplement à accepter ce qui se manifeste, ce qui émerge, ce qui sort. Mais ne va pas chercher par toi-même, sans ça, tu entretiens la dualité et tu détournes l'Onde de Vie. Croire qu'il y a quelque chose à purifier, quelque chose à se débarrasser, est une illusion, là aussi. Accepter cela, c'est ne plus être la personnalité : c'est laisser œuvrer l'Onde de Vie, en totalité. C'est ne pas être affecté, c'est ne pas croire qu'il y a un travail, c'est ne pas imaginer ou supposer qu'il y a des couches d'Ombre. C'est dépasser toutes ces notions de croire qu'il y a une pacification à réaliser, qu'il y a un travail à mener, qu'il y a une purification de l'ego ou un allègement de l'ego ou du Soi. C'est sortir de tous ces jeux stériles, toutes ces escroqueries spirituelles, justement. Vous êtes Libérés parce que l'Onde de Vie a été Libérée. Ne vous préoccupez plus de toutes ces ombres, elles n'existent pas. Ne leur donnez pas plus de poids et de consistance. Changez de regard. Il n'y a rien de bien, rien de mal, il n'y a que l'Absolu, Lumière, Amour, Vérité. Tout le reste ne sont que des fantasmes morbides. À vous de décider. Vous croyez-vous ce sac de nourriture ? Vous croyez-vous ces blessures ? Vous croyez-vous cette histoire ? Vous croyez-vous ces souffrances, ces pertes, ces manques ou êtes-vous réellement absolus ? Montrez- le. Prouvez- le. Mais le prouver n'est pas une action, encore moins une démonstration, parce que c'est ce que vous Êtes, tous. N'adhérez plus à vos propres poids : ils n'existent pas. Il n'y a pas d'autre solution, il n'y a pas d'autre Vérité, à part l'ultime. Et si vous avez soif d'expériences, alors menez vos expériences, dans le Soi ou dans la personne, à vous de voir, au-delà simplement du désir, au-delà même du besoin. Restez-vous dans l'apparence et le manque ou rendez-vous dans ce que vous Êtes, cette plénitude absolue, là où il ne peut exister aucune peur et aucun manque ? À vous de voir.

Question : Vous irez là où vous porte votre Vibration, ne faites rien et restez tranquilles, sont des indications que je reçois sur le moment avec une certaine compréhension et qui deviennent de plus en plus confuses. Le doute et la confusion se manifestent invariablement. Comment le je fait le sabotage ?
Parce que tu lui donnes du crédit. Tu le laisses jouer. Tu l'autorises à jouer. Tu l'autorises à s'interroger. Tu l'autorises à douter. Est-ce que tu Es cela ? Quelle confusion ? Dans les phrases que tu as énoncées, c'est très simple. Tu iras là où te porte ta Vibration. Ta Vibration te porte donc à t'établir dans quelque chose. Il y a donc un déplacement, que vous avez nommé Ascension. L'Absolu n'est pas Vibration. Ça veut dire que vous n'irez nulle part puisque vous y Êtes déjà. La confusion vient de là. Pour le je, il n'y a pas de problème : il disparaît totalement dans ce qui est là. Cela ne change rien que la disparition du je soit le fait de la mort du sac de nourriture ou de la mort du monde : c'est la même chose. Si vous y voyez une différence, c'est que vous êtes insérés dans ce monde et que vous êtes attachés à ce monde qui est projection et maya, illusion. Sans ça, cela ne doit vous poser aucune problème, aucune recherche, aucune appréhension pour quiconque. Ce qui se pose problème et qui a une appréhension, c'est l'ego, qui doute, qui n'existe que par le monde, que par la projection dans l'illusion. La Vibration, c'est la certitude d'aller où elle vous porte, dans le Soi, dans ce qui est nommé des Dimensions, des planètes, des systèmes. Celui qui dépasse la Vibration est Absolu, ici-même, dans cette forme. Il n'y a pas de principe d'incarnation qui tienne et qui soit limitant, sauf pour celui qui est dans l'ego et qui y croit. La confusion vient de là. C'est le mental qui crée la confusion. Dès l'instant où tu cherches à comprendre des phrases comme celles-ci, sans les vivre, bien sûr que cela reste mental. Il ne sert à rien de les lire, si ce n'est pas vécu. Vous n'en trouverez aucune satisfaction. De même, j'encourage ceux qui voudront me lire ou m'écouter, ailleurs qu'ici, qu'ils arrêtent tout de suite car cela ne sert à rien, pour leur ego, pour leur mental, pour leur Soi. Seul l'Absolu m'intéresse. Si l'Absolu ne vous intéresse pas, alors passez votre chemin. Restez Libres de croire ou d'être ce que vous voulez mais si mes paroles vous dérangent, si ma voix vous dérange, alors, vous êtes en bonne voie. Si vous ne comprenez rien, alors, c'est parfait. Si tous vos repères volent en éclat, c'est plus que parfait : le fruit est mûr. Mais ne vous fatiguez pas à lire ou écouter ce qui vous dérange, à moins que le masochisme soit une partie de votre personnalité. Ce que je dis n'intéresse pas tout le monde, bien sûr, et encore moins ceux qui sont encore soumis à l'escroquerie spirituelle ou aux dogmes de la personnalité ou au miroitement du Soi. Je ne m'adresse qu'à ceux qui acceptent de ne plus rien comprendre parce que ce que je dis ne peut être que vécu. Comprendre ne sert à rien.

Question : S'il ne sert à rien de se poser davantage de questions, alors dites-moi exactement ce que je dois entendre.
Pourquoi voudrais-tu entendre quelque chose ? Je n'ai jamais dit d'entendre, j'ai dit d'écouter. L'entendre vient après. Tu sous-entends, par là, qu'il te manque quelque chose que tu n'aurais pas entendu. La seule chose que tu ne peux entendre, c'est toi-même. Tu peux t'entendre parler, mais as-tu entendu ce que tu Es ? Ou crois-tu Être ce que tu apparais, dans cette forme, dans ce corps, dans cette vie ? Il n'y a rien à entendre, de même qu'il n'y a rien à attendre, ni à comprendre. L'Être se passe de toute compréhension, de toute attente. La seule chose à entendre, éventuellement, est le Son, ce Son primordial, qui traduit, en quelque sorte, dans ta Conscience, au-delà de l'Unité, le retour au sein de l'Absolu que tu Es, de toute Éternité. En cela, il ne faut plus écouter quoi que te dise ta tête, quoi que te dise une autorité extérieure, fût-elle la mienne, qui n'a pas plus d'autorité, que la tienne, sur toi. Il faut réapprendre à écouter, et pour cela, il ne faut rien entendre, ni ne se fier à autre chose qu'au Silence, et au Son Ultime, traduisant, en toi, ce qui se révèle et se dévoile et qui, en fait, a toujours été là. Je n'ai donc rien à te faire entendre, car même ce que je te dis, même ce que je te dis à toi, est simplement destiné à te tourner vers Toi, et absolument rien d'autre. Tant qu'il existe une volonté de comprendre ou d'entendre quoi que ce soit, cela démontre simplement que l'Attention et la Conscience est tournée vers l'extérieur, essayant d'y trouver quelque chose à entendre et à comprendre. Celui qui comprend est toujours celui qui est éphémère. Celui qui veut comprendre est toujours ce qui est encore plus éphémère. Ce que tu Es n'est pas une compréhension.

Ce que tu Es, est, de toute éternité, dès l'instant où tu conçois et perçois, au-delà de toute conception et de toute perception, de manière médiate, de manière instinctive (dans le sens le plus élevé), ce que tu Es. Tu n'as donc rien à entendre. Il y a juste à Être, au-delà de l'Être, au-delà de la volonté, au-delà de tes sens, au-delà des Vibrations qui te sont perceptibles, au-delà de toute attente. Dès l'instant où tu deviens capable de faire ce Silence de tout ce qui n'est pas ce Son, alors, à ce moment-là, la Vérité éclate au-delà de toute vérité parcellaire et fragmentaire. Le témoin de cela (mais non pas le témoin de toi-même) est simplement une manifestation, au-delà de toute manifestation, dont rien ne peut être dit, dont la Béatitude et l'Extase est l'approche : reflet et témoin incomplet, signant le retour à ton Éternité, à ton Immortalité, à ton origine avant La Source. Dès cet instant, il n'y a plus rien à entendre, il n'y a plus rien à comprendre et encore moins à attendre, parce que tu es arrivé d'où tu n'es jamais parti : tu es sorti, définitivement, de la Maya. Ce que te donne le Maya à vivre, à expérimenter, se fait sans l'intervention de ce que tu es devenu : le Non-être. La Conscience ne peut être effleurée par quoi que ce soit, se traduisant, dès cet instant, par la non conscience et le non-Être. Maintenant, toutefois, un corps illusoire, un esprit illusoire, te donnant simplement à témoigner de ce non-être, par la présence de Ce corps, par la présence de ces pensées qui ne sont pas ce que tu es, mais un reflet. Etant reflété, tu donnes à voir, tu donnes à percevoir (à ceux qui ne le sont pas, révélés, à cet instant) une image. Cette image devient comme transparente, ne pouvant, en quelque sorte, être saisie ni appréhendée par celui qui regarde au travers des sens communs, donnant un sentiment d'étrangeté. Et au-delà de cela, débouchant sur une interrogation, sur un refus ou, en tout cas, par la perte d'un équilibre précaire, pour celui qui est installé dans la personnalité ou dans le Soi. À ce moment-là, le travail (qui se fait sans travail), l'alchimie qui se réalise, est engagée, indépendamment de toute volonté, de cette apparence que tu donnes à voir, de ce témoignage que tu donnes, simplement par irradiation du non-être au sein de ce monde, de cette illusion. Ainsi donc, dès cet instant tu peux vivre l'Absolu, tout en maintenant cette forme. Le seul intérêt, si tant est que l'on puisse parler ainsi, est de donner à voir à celui qui ne l'est pas (au travers de la gêne, au travers de l'Amour, au travers d'un changement d'équilibre, quel qu'il soit), la possibilité de se poser la question, même en niant de ce que tu es devenu dans le Non-être. Dès cet instant, l'Absolu permet à celui qui est Non Absolu, installé dans l'éphémère, d'être dérangé, dans tous les sens du terme, œuvrant en lui de manière silencieuse, de par le refus, de par l'Amour ou de par tout autre chose, l'amenant à translater sa Conscience ailleurs, à se poser la question, même, de qui est Conscient, de qui observe et de qui refuse ce qui est montré, donné, à voir.

Il n'y a donc rien à entendre, mais c'est le principe même de l'écoute qui permet de connecter, de manière silencieuse et invisible, au-delà de toute Vibration, de communiquer, en quelque sorte, des éléments de l'incommunicable. La meilleure façon d'écouter cela, et peut-être d'entendre, c'est de faire le Silence de tous les sens, de tout désir, de toute compréhension, de tout Être. Ce qui est à retenir, et ce qui est le plus important, c'est justement ce qui est dérangé. Celui qui est dérangé a plus de chance de communiquer avec l'Absolu. Cette communication n'est pas une communication, ni une relation : c'est une interrogation et surtout le fait d'être dérangé. Il n'y a pas d'autre façon que de bouger les certitudes illusoires de l'ego. Il n'y a pas d'autre façon que de réfuter, au départ, l'Absolu lui-même, pour voir que, finalement, à travers la réfutation des autres éléments, ne peut rester justement que ce qui a été réfuté dès le début. L'Absolu n'est ni perception, ni Vibration, ni concept. Il n'est rien de ce qui est connu. Face à l'inconnu, quelle est la réaction de celui qui croit se connaître, dans le je ou dans le Soi ? C'est le refus, c'est la négation même de ce qui lui est présenté, donné à écouter. De ce principe de non compréhension et d'interrogation découle toute la suite. L'Absolu ne peut être conceptualisé, en aucune manière, il ne peut être approché, en aucune manière, par ce qui est connu, par l'intelligence, par les sens, par la Vibration ou par n'importe quoi d'autre. C'est donc, justement, cet aspect dérangeant qui déplace un équilibre précaire, qui va permettre, le plus souvent, de réaliser cet Absolu qui a toujours été, qui est toujours et qui sera toujours. Quoi que devienne ce monde, quoi que devienne ce Corps, quoi que devienne cette pensée. Là est la seule Vérité. Elle est l'Ultime Vérité, Absolue, Totale.

Question : Je ressens que l'Onde de Vie a reflué en moi. Cela s'est accompagné d'une diminution de la distance que j'avais par rapport à l'hyper activité du mental et aux émotions. Ai-je quelque chose à réfuter ou à chercher en moi ?
Qu'est-ce qui peut refluer ? Je n'ai pas compris le sens de ce mot. Un flux ne peut pas refluer, en ce qui concerne cela. Un reflux signifie un mouvement inverse. Ce qui est monté ne peut redescendre ou alors ce n'est pas monté. Cela ne s'appelle pas un reflux. Dès l'instant où, le mental, le je, ou même le Soi, porte sa conscience (celle du je ou celle du Soi) sur l'Onde de Vie et désire quoi que ce soit, celle-ci s'arrête. Tu ne peux posséder l'Onde de Vie, tu ne peux la désirer, sinon, il n'y a pas de reflux, il y a un arrêt, parce qu'à ce moment-là, ce qui a voulu s'accaparer, s'approprier, l'Onde de Vie, n'est rien d'autre que la personnalité. L'Onde de Vie évolue : elle monte, sans aucune intervention de la personne. L'intervention de la personne la fait cesser. Les peurs et les doutes la font cesser. Le désir ne peut la faire réapparaître et re-monter. Là est le sens des mots qui ont été employés : rester tranquille et ne rien faire. Parce que toute action sur l'Onde de Vie qui nait aux pieds du Gourou (c'est-à-dire tes propres pieds, le Sat-Gourou) se traduit, pour toi et l'Onde de Vie, comme un désir de s'accaparer, de s'approprier. Toute appropriation, quelle qu'elle soit, ne fait que faire disparaître l'Onde de Vie. De la même façon qu'il existe des barrages, tout ce qui est doute, tout ce qui est peur, tout ce qui est peur de perdre le je, se traduit par l'arrêt de l'Onde de Vie. Aucune culpabilité, aucune responsabilité à manifester : simplement, là aussi, en être conscient, en être lucide, l'accepter même et l'Onde de Vie renaîtra et remontera. Elle ne peut pas refluer parce que sa nature est de monter et non de redescendre. Il ne peut exister de reflux, il existe simplement un défaut d'alimentation qui se produit dès l'instant où le je intervient.

L'Onde de vie n'est pas un je, encore moins une mascarade. C'est l'Ultime. C'est rétablir ce qui avait été perdu : l'Absolu. Il faut donc faire cesser toute notion de quête, toute notion de chemin, toute notion de quelque chose à acquérir ou à posséder. C'est cela qu'il faut faire disparaître du conscient, aussi bien dans le je que dans le Soi. L'Onde de Vie ne nécessite aucune attention. Vous pouvez faciliter mais non désirer. Vous pouvez permettre mais non demander. La demande ou le désir ne fait que traduire une volonté de l'ego. Ce qui doit se taire, disparaître du devant de la scène, c'est l'acteur. Il n'y a pas d'acteur. À un moment donné, même le spectateur devient gênant parce que le spectateur va troubler ce qui se déroule. Et ce qui se déroule, dont l'Onde de Vie est le témoin, c'est la disparition de la personne, la disparition de l'Individu. L'Absolu prend toute la place, bien sûr, au niveau de l'ego ou de la personne. Cela n'est pas ce sentiment qui effleure, mais bien un sentiment de disparition. Ce qui est intolérable pour celui qui est attaché à sa forme, à son mental, à sa perception. Le flux renaîtra parce que c'est inexorable, au moment où vous n'aurez plus de je, au moment où vous ne pourrez plus manifester quoi que ce soit de ce sac de nourriture, parce qu'il n'existera plus, parce que le monde n'existera plus pour la conscience. Donc, ne te pose pas la question de pourquoi cela s'est arrêté, parce que cela va aussi mettre encore plus de distance à l'Onde de Vie et à ton Absolu. Tu peux aussi agir, non pas sur l'Absolu et sur l'Onde de Vie, mais, directement, sur les doutes et les peurs. Cela ne veut pas dire chercher pourquoi il y a ce doute, pourquoi il y a cette peur, parce que le pourquoi s'inscrit dans ton histoire, dans l'adhésion à ton histoire. Il faut simplement regarder, avec objectivité, en face, accepter qu'il y a doute et peur, accepter que tu n'es ni ce doute ni cette peur ni cette personne. C'est le principe de l'enquête et de la réfutation. À ce moment-là, tu n'as pas à te poser la question de l'Onde de Vie, puisque elle a toujours été là. Elle ne s'interrompt pas, sauf pour la conscience, la conscience qui a empêché ta propre Libération.

La conscience est, en définitive, même au sein du je Suis ou du je Suis Un, l'élément freinant parce que dans le je Suis, il y a encore une identité, il y a encore un individu, même si celui-ci n'est plus séparé, mais il n'est pas intégré. Si tu acceptes cela, ce n'est pas la peine d'aller chercher la cause de cette peur, de ce doute, mais bien de regarder cela et de l'accepter pour le transcender, parce que le je lui-même, dans sa totalité, même s'il affirme l'inverse, n'est que construit par la peur. Dès l'instant où tu ne cherches pas de cause, dès l'instant où tu ne cherches pas d'explication, et encore moins de compréhension, simplement d'être l'observateur ou le témoin, cela suffit à l'identification, à la reconnaissance de cette peur, de ce doute. Dès cet instant là, tu ne tournes plus ta conscience, ton je, vers l'Onde de Vie et celle-ci renaît. Comme il vous a été dit, il n'y a strictement rien à faire pour l'Onde de vie. Il y a à faire au niveau de ce qui fait, c'est-à-dire ce corps, ces pensées. Mais la finalité ne doit pas être l'Onde de Vie, sans ça, elle ne naîtra jamais ou ne renaîtra jamais. L'Onde de Vie n'a pas besoin du je ni du Soi, parce que l'Onde de Vie s'élance et traverse le corps, dès l'instant où il n'existe nulle résistance à l'Absolu. Tu ne peux rien faire pour cela tant que le je est présent, tant que le Soi est présent, parce que le je comme le Soi ont toujours voulu contrôler et maîtriser, ce qui est impossible pour l'Onde de Vie. Il y a là un changement d'attitude, un changement de regard, un changement de conscience, qui ne peut être ni conçu ni accepté par le je ou par le Soi. Si tu intègres cela, si tu l'acceptes, alors l'Onde de Vie renaîtra, mais pas avant. Ce qui s'est éloigné, ce n'est pas l'Onde de Vie, c'est toi. Saisis cela, et tout ira bien, parce que tout est bien. La distance n'existera plus pour le je, parce que le je s'effacera de lui-même. Ne le nourris pas, ne nourris pas les doutes et les peurs, reconnais-les, simplement. Le je a toujours tendance à considérer que les peurs et les doutes font partie de ce qu'il est, mais tu n'es pas ce je, tu n'es pas ce doute et ces peurs. Tu n'es rien de ce qui passe et te traverse. Reste tranquille.

Question : La Joie, le jeu, les couleurs, résonnances de mon Enfant Divin, me permettent d'accueillir les expériences en douceur, avec le Cœur. Mais une résistance physique signale un blocage, une mémoire en rapport avec mon divorce. Qu'ai-je à réfuter ?
Mais l'expression même : « mémoire », « mon divorce », prouve que tu es identifiée à cela. Qui a divorcé si ce n'est le Je ? Est-ce que ce qui se tient immobile, divorce un jour de quoi que ce soit ? La souffrance exprimée n'est que le reflet de l'ego, de cette fameuse mémoire qui te montre et te démontre que, quelles que soient les joies de l'Enfant Intérieur, tu demeures, là aussi, viscéralement attachée à ton histoire. C'est cela qui crée la souffrance. La justification de l'Enfant Intérieur, des couleurs, de la Joie et du jeu, est altérée par quoi ? Tu le dis toi-même : parce que tu as donné une consistance à ce qui est éphémère, et donc ainsi, se cristallise, dans ce sac de nourriture, ce que tu lui a attribué : le poids d'une mémoire. Mais la mémoire n'existe que dans le je. Tu es encore tributaire d'une histoire parce que ton corps le manifeste. Et si ton corps manifeste quoi que ce soit, c'est que tu participes à ce jeu. Ce qui est resté en travers de la gorge, ce qui fait croire qu'il y a une histoire et une mémoire qui vient altérer ce que tu Es, de toute Éternité, n'est que l'adhésion à ta propre histoire, à ton propre je, à ton propre Soi. Ton corps te montre que tu lui es attaché, viscéralement, sans ça, jamais il n'aurait manifesté la moindre douleur, la moindre souffrance, où alors, cette souffrance quelle qu'elle soit, ne pourrait être vécue comme une souffrance. L'attention et la puissance que tu donnes à ce que tu as vécu (et que tu appelles mémoire qui viendrait briser, soi-disant, l'Enfant Intérieur), n'existe pas. L'Absolu n'est pas l'Enfant Intérieur : il est la Spontanéité, la Transparence. La Spontanéité ne peut être altérée par une quelconque histoire ou une quelconque mémoire. C'est la personnalité qui joue ce jeu, toujours. On peut dire que tu as laissé se manifester quelque chose qui, justement, te permet de comprendre, parce que tu le vois et tu le vis, que l'Enfant Intérieur est bloqué par ce divorce. Et d'ailleurs, tu as dit : « mon divorce ». Saisis-tu ? Tu te rends toi-même tributaire des circonstances extérieures qui ont plus de poids que l'Absolu. Tu as fixé, en quelque sorte, une souffrance. Tu t'es identifiée à ce divorce, au lieu d'y voir autre chose, qui est la Liberté. Il y a du ressentiment, et donc, le corps le dit. Bien sûr, il y a un fautif : le divorce. Bien sûr, il y a un autre fautif : la mémoire. Mais que viennent faire le divorce et la mémoire dans l'Absolu ? L'Enfant Intérieur est-il aussi fragile que cela pour être altéré par une histoire ou une mémoire ? Tant que cela existe, d'une manière comme d'une autre, que tu le veuilles ou pas, cela traduit clairement l'attachement. Vois-le, mais ne mets pas la cause sur, parce qu'il n'y a pas d'autre cause que toi-même, il n'y a pas d'ennemi extérieur à part toi-même. Comment est-ce que celui qui n'existe pas et celle qui n'existe pas, qui ont partagé le même rêve, la même illusion, peuvent souffrir de l'illusion, elle-même, quand elle s'arrête ? Quel est le regard que tu portes dessus ? Le manque et le vide ? Ou la Liberté ? Tout ce qui arrive à cette vie, que tu Vis, a un sens, mais pas un sens au niveau psychologique. Ne t'arrêtes pas à cela. Pas dans le sens d'une mémoire qui cristallise.

Mais même ce que tu appelles épreuve ou souffrance n'a qu'une seule finalité : vaincre les résistances, quelles qu'elles soient. La souffrance n'est jamais une punition. Elle ne vient jamais de l'extérieur, que de Soi. Dès l'instant où tu acceptes et que tu vois cela, de la façon juste, sans jugement, ni de toi, ni de l'autre, il n'y a aucune raison pour que le corps cristallise, il n'y a aucune raison pour que ce qui affecte ce corps, t'affecte. Sinon tu es attachée à ce corps. Que fais-tu de ce qui est nommé l'Amour, de ce qui est nommé le Pardon, de la Grâce, par rapport à toi-même ? Que ne t'es-tu pas pardonné ? Quels culpabilité et ressentiment exprimes-tu et pourquoi ? Non pas dans l'histoire, non pas dans la mémoire, non pas dans une explication, mais bien, réellement, dans ce que tu Es, dans ce qui est troublé et qui t'empêche d'être Libre. Si tu saisis cela, alors tu verras clair, sans justifier la perte d'un Enfant Intérieur ou d'une Spontanéité ou des couleurs, parce que ça, ce sont des prétextes de la personnalité qui préfère être dans l'Enfant Intérieur et dans les couleurs, dans le jeu, plutôt qu'Absolu. Maintenant, si tu considères que tu es cette histoire et cette mémoire, alors oublie ce que j'ai dit et agis dans l'Action / Réaction qui vous est connue, psychologique, énergétique. Mais vous ne ferez qu'entretenir le sac de nourriture, d'une façon comme d'une autre, jusqu'à sa fin. Vous le nourrirez jusqu'à plus soif et il souffrira. Tout ce que vous voulez éviter, se renforcera. La mémoire vous affectera, l'histoire vous affectera parce que vous y résistez. Ce qui est à réfuter, c'est, très exactement, que tu n'es ni ton divorce, ni cette souffrance dans ce corps. Qu'est-ce qui la perçoit ? Qu'est-ce qui la ressent, en toi ? Toute la problématique est là. Le Cœur de l'Être, la Présence ou l'Absolu, ne peut être affecté. Ce qui est affecté, sera toujours le je. La justification de l'Enfant Intérieur ne tient pas.

Question : Il y a quelques années, j'ai perdu toutes ambitions et plaisirs dans ce monde, suite à un divorce et des pertes financières, choses que j'ai combattues comme étant négatives. Maintenant, mon point de vue change.
Où est la question ? Ceci est une affirmation et un constat, c'est très bien. Ce que tu as perdu, t'a Libéré. Tu en as conscience, aujourd'hui. Toute souffrance, toute perte, n'est destinée qu'à vous montrer vos propres insuffisances, vos propres manques, ce qui est perdu en vous et non pas ce que vous avez perdu à l'extérieur. Parce que ce que vous avez perdu à l'extérieur n'est que le reflet de ce à quoi vous étiez attachés, ce que vous désiriez posséder. La perte vous met, en quelque sorte, à nu, vous montre vos propres limites, vos propres cadres, vos propres enfermements. L'ambition peut parfois être nécessaire, mais si elle n'est pas nécessaire pour toi, elle sera cassée. Il n'y a pas de punition ni de karma là dedans. Il y a juste la Vérité. De quoi as-tu besoin ? Pourquoi veux-tu te prouver la Vérité de ce qui Est ? Seul est vrai ce que tu vis, là, de suite. Pas ce que tu as vécu. Pas ce que tu souffres ou a souffert. Tu n'es pas le résultat de ton passé, aucunement. Seule la persistance du je est inscrite dans ce passé qui se manifeste dans ce présent. Il faut sortir de la linéarité. Aimer, c'est cela. Ce n'est pas posséder une femme ou un mari. Il n'y a rien à posséder et si ce que vous croyez posséder était retiré, là aussi il n'y a pas de fautif : il y a juste des mouvements de vie, des illusions qui s'entrechoquent et qui, de toute façon, auraient fini au moment de la fin de ce sac de nourriture. Tu n'emportes pas tes regrets. Tu n'emportes pas tes joies. Tu n'emportes aucune mémoire. Tu n'emportes que ce que tu as trouvé, c'est-à-dire si tu t'Es trouvé. Le je se considère, comme toujours, immortel. Bien évidemment, c'est faux. Seul est immortel, ce que tu Es. Ne regarde pas derrière. Installe-toi dans le Non-je, dans le Non-Soi. Si tu es capable d'arrêter, dans un temps très court, la référence au passé, à l'histoire, à ton histoire et, voire même, de dépasser la causalité que je t'ai exprimé, tu découvres quoi ? Tu laisse se découvrir l'Absolu. Cette forme ne te concerne plus, tu y es pourtant inscrit. Ce monde ne te concerne plus, et pourtant tu y agis et réagis. La perte de quoi que ce soit ne fait que montrer la fragilité de la vie et de ce je. Cela te montre simplement que rien n'est éternel sur ce monde, sauf toi. Rien ne peut durer de ce qui est inscrit dans le temps de ce monde, sauf ce qui ne bouge pas, ce qui est immobile. Tout le reste ne sont que des expériences qui ne changent rien à la Vérité, qui ne change rien au centre, en ce que tu Es. Si tu vois clairement cela, alors il n'y a plus de problème, ni maintenant, ni hier, ni demain, ni lorsque ce sac de nourriture aura disparu.

Question : Après avoir observé, puis réfuté les sensations et Vibrations du corps et les pensées, je m'installe dans mon Temple cardiaque pour y trouver la paix et vivre l'état de Présence, qui satisfait le Soi. J'ai réfuté cet état, le Soi, pour que le non Soi, l'Absolu, se révèle à moi, mais cela sans succès. Que dois-je réfuter d'autre pour que le Soi lâche prise ?
Dans ce que tu exprimes, il y a encore un observateur qui veut observer le non Soi. Il n'y a pas de dissolution. Ce qu'il y a à observer, c'est dépasser la Vibration elle-même. Cela est rendu possible par l'Onde de Vie, sans ton intervention. Pour cela, ne porte ta conscience nulle part, parce que dès l'instant où tu portes ta conscience sur une région de toi, de ce corps, qui te fait éprouver, ressentir la paix et la Présence, il faut, là aussi, délocaliser la conscience. Non pas comme une volonté d'aller ailleurs, mais ne plus être tributaire d'une quelconque localisation de la conscience, elle-même, dans ce corps. Il faut, en quelque sorte, t'oublier toi-même. La présence est certainement l'état de l'expérience qui est, si je peux m'exprimer ainsi, au plus proche de l'Absolu. Dans l'Absolu, la conscience n'est plus. Il n'y a plus de place pour l'observateur, ni pour le corps, et encore moins pour la Vibration Supramentale. Cela passe par la Dissolution ou, si tu préfères, la disparition de l'observateur. Il n'y a donc pas d'autre chose supplémentaire à réfuter. Une fois que la réfutation a été effectuée, que tu as réalisé ton enquête, surtout ne désire rien, ne fais rien, ne considère pas que le Soi (ou la Présence, même) va te conduire au non Soi. Ce n'est pas une suite logique, ni une autre étape. Il faut, en quelque sorte, faire un sacrifice symbolique qui se réalise de lui-même, dès l'instant où la conscience n'est plus portée sur quoi que ce soit. Le Soi va appeler ça le vide ou la vacuité ou le néant. Il faut, en quelque sorte, attendre, après la réfutation et l'enquête, qu'il y ait (en quelque sorte, et c'est imagé) ce pincement au cœur. Et là, pendant cette expérience particulière, réfuter. Mais non pas réfuter comme l'observateur de ce qui a été vécu, à un moment donné ou à un autre. Tu ne peux pas te servir d'une expérience, qui date d'hier ou d'un autre temps, qui a été réalisée, pour réfuter. Il faut que cette réfutation se produise dans l'instant même de Présence mais pas en dehors parce que si tu réalises cette réfutation en dehors du moment où il est vécu, cela ne sert strictement à rien parce que le Soi n'est pas le je, le Soi n'est pas dépendant d'une histoire ou d'une mémoire, puisqu'il se définit, justement, comme l'installation dans l'Ici et Maintenant, dans le présent. Mais l'Absolu n'est pas le présent, surtout si ce présent est passé et remonte à hier.

La réfutation ne peut se produire, dans ce cas précis, qu'au moment où est vécu la Présence, et pas en dehors. Si tu saisis le mécanisme, dans l'instant où se manifeste la Présence et le présent (dans la Vibration, dans la perception de ce qui est nommé les Couronnes du Cœur, même dans la Vibration, dans le Feu du Cœur, ou ce qui vous a été décrit, récemment, en tant que tremblement et frissonnement), c'est à ce moment là que peut se vivre la Dissolution. Mais non pas comme un passage d'un état à un autre, mais bien dans la désidentification, même, de cela. Et cela est naturel. Il faut se servir, si je peux dire, de ces moments là, au moment où ils sont vécus. C'est la différence de stratégie de l'enquête et de la réfutation, selon que celle-ci est menée dans le je ou dans le Soi. Il n'y a pas à rechercher, ni à exprimer, ni manifester, le moindre effort parce que c'est, justement, l'absence d'effort qui permet à l'Absolu de se révéler. Il n'y a pas d'autre exercice, pour le Soi, que celui là. Une fois que tu as vécu le je suis, à de multiples reprises, il faut aussi réfuter cela en extrayant simplement ta conscience du je suis, sans placer la conscience ailleurs : elle se dissoudra d'elle-même. Et cela te fera connaître, au retour dans la forme, l'évidence, la béatitude, l'extase et le rire. Ne te projette pas, non plus, dans des idées sur le non Soi. Rappelle-toi qu'il ne peut être approché, ni connu. La disparition de tout ce qui n'est pas lui ne peut que le laisser, lui, présent et se manifester, lui, dès cet instant et après. Tu pourras passer du Soi au non Soi avec encore plus de facilité que du Soi au je ou du je au Soi. Parce que, dès que ce mécanisme est initialisé, la possibilité de passage, aussi bien de l'ultime au Soi que du Soi au je, devient évidence. Ne considère pas le non Soi comme un aboutissement du Soi parce qu'il est tout, sauf cela. Si tu fais ainsi, tout cela te semblera, et sera vécu de manière évidente, sans difficulté.

Question : Comment passer facilement de l'état d'homosexualité à l'hétérosexualité ?
Quelle importance cela revêt-il et quelle importance cela a-t-il, réellement ? Pourquoi y attaches-tu tant d'importance ? Quelle est la gêne qui est exprimée ? L'intérêt n'est pas cela, parce que s'il y a intérêt, ici, cela concerne exclusivement, quoi ? L'amour personnel entre deux êtres, entre deux consciences. L'Absolu n'a rien à voir avec cela. Cela concerne l'âme ou, si tu préfères, le complexe inférieur qui est soumis au désir, au besoin, à l'amour qu'exprime le corps, qu'exprime l'âme. Cela concerne le je. Ni le Soi, ni l'Absolu, parce que le Soi n'est pas perturbé par les choix du corps ou de l'âme. Si le Soi Est, si le je Suis Est, aucune interrogation de ce genre ne peut naître parce que le Soi n'a que faire du complexe inférieur, quelque soit le désir exprimé ou la quête exprimée : il n'est pas concerné. La sexualité ne concerne que cette Dimension, quelque soit ce qui en est retiré ou trouvé, en terme de plaisir ou d'amour. Cela ne représente aucun intérêt, et n'a aucune action sur le Soi. Simplement, quand le Soi se réalise, quand tu es réalisé, la sphère dite sexuelle ou amoureuse peut se manifester, ou disparaître, ou, aussi, se transformer. Mais ce n'est plus une priorité, ce n'est plus une vitalité et, encore moins, une essentialité. Le Soi n'est pas une affaire de sexe, ni d'amour, au niveau de l'âme. Quant à l'Absolu, celui qui est Absolu ne peut être perturbé, ni dans un sens ni dans l'autre, par ce qui se déroule dans le complexe inférieur : il n'a que faire de cela. Ce n'est pas un rejet, ce n'est pas un déni de la vitalité, mais c'est bien une transformation de la vitalité. Parce qu'à ce moment-là, et seulement à ce moment-là, ce qui est appelé le sexe ou les organes génitaux ne sert plus à la génitalité : ils alimentent le Cœur. Le Feu Vital n'est plus simplement une vitalité, mais un Feu Transmuté par ce que l'Onde de Vie a profondément changé les choses. Même s'il y a Extase, même s'il y a jouissance. Le sexe n'a rien à voir là dedans, même si ça passe par cet endroit. Cela rejoint le Cœur, non pas le cœur imagé mais le Cœur Vibral. Et l'Absolu est au-delà de ça. Donc, ne te pose pas cette question. Pose-toi la question essentielle, le reste suivra, ou ne suivra pas, sans aucune incidence sur quoi que ce soit. Tout simplement, parce qu'aussi bien dans le Soi que dans l'Absolu, même avec une forme, tout cela ne représente réellement que ce que c'est : la quête de ce qui manque, homme ou femme. Mais il ne manque rien. C'est la séparation qui a créé le manque et cette recherche de vitalité. En Êtreté, comme dans l'Absolu, tout est Jouissance, tout est sexualité, sans aucun des tabous que vous connaissez et sans pratiquer quoi que ce soit. C'est superflu. Le Soi, l'Absolu, va transcender et faire disparaître tout ce qui est lié à l'animalité, qui était justement la non connexion au Soi, à l'Absolu. Dans ce cas-là, dans le Soi comme dans l'Absolu, il n'y a plus de notion de sexe, parce que même ce qui était prévu comme être du sexe n'est qu'une élévation du Feu Intérieur vers le Cœur, dont l'Absolu n'a que faire.

Question : Il m'arrive parfois d'avoir l'impression d'être comme un bébé, flottant seul dans l'immensité, sans conscience, sans repère, sans rien, tout en sachant du fond de mon être que l'Absolu est là. N'est-ce pas contradictoire ?
Non, puisque l'Absolu que tu Es, est présent et manifesté aussi dans une forme. Il y a un Absolu avec forme et un Absolu sans forme. Cette forme, c'est ce sac de nourriture et sa conscience. L'Absolu ne sera pas perturbé par la disparition de ce corps et de la Conscience de ce corps. C'est cela qui est réalisé : il n'y a aucune contradiction. Il n'y a rien à rajouter par rapport à cela : c'est très simple. Le Soi va se servir d'images, comme le bébé, comme le rien, mais ce n'est que la traduction de l'Absolu quand il n'est plus et que retourne l'Être au Soi, ou en Êtreté. À ce moment-là, tu réalises ce qui est appelé les Leelas du Seigneur. Ce sont des jeux. Il y a une jouissance réelle de vivre cela, ensuite d'en témoigner et de l'observer, mais c'est tout. Cela te démontre qu'une fois que l'Inconnu devient ta Demeure, à ce moment-là, tu peux passer de l'un à l'autre, et de l'autre à l'un, sans difficulté. C'est ça qui te créé la contradiction. Mais tu deviens capable d'identifier l'Absolu et le Soi et la Présence, sans aucune difficulté. Mais c'est cela même qui crée le sentiment de contradiction, qui n'existe pas.


B
IDI - 1

16 mai 2012

Question : Je suis accompagnée, à l'extérieur et à l'intérieur de moi, par celui qui a été mon compagnon, et je ne sais plus qui est moi et qui est lui. Je ne sais plus qui pense, qui parle et qui agit. Comme un corps ici pour deux, et autre chose ailleurs. En fait, ce n'est plus ni moi, ni lui mais simplement la vie qui coule.
Ceci est une première ébauche mais ce n'est pas finalisé. La façon dont tu l'exprimes (qui pense, lui ou toi ?) veut dire qu'il y en a deux qui pensent au lieu d'un. Il y a une étape. C'est celle que tu vis mais ne t'arrête pas ici. Parce que, pour l'instant, il y a encore une identité : celui qui était, pour toi, ce qu'il fut et qui est, aujourd'hui, autre chose, à travers ce que tu Es, à travers ce je qui n'est plus le je mais le Soi. Effectivement, la vie coule. Mais, au-delà de cela, ce que tu vis est un prémice. C'est une approche. Mais même cela, il faut aller au-delà. Ne t'arrête pas sur ce chemin, parce qu'il n'y a pas de chemin. Il n'y a pas lui. Il n'y a pas toi. Il y a la poursuite, à travers cela, de quelque chose qui n'est pas Absolu mais qui est romantique. Le romantisme n'est pas l'Absolu parce qu'il maintient l'illusion d'être deux. Il n'y a pas de deux. Ce à quoi t'invite celui, ce qui fut ton compagnon, est, aujourd'hui, à l'Absolu. Il te le dit dans ce qu'il te le dit : il n'est plus celui que tu as connu. Donc il y a à aller au-delà. À travers l'impulsion qui se meut en toi, il faut aller au-delà. Et pour aller au-delà, il faut que le regard ne se porte plus du tout sur quelque chose d'extérieur qui n'a pas plus d'existence que le deux qui est en toi. La Fusion est un mécanisme où il n'y a plus de deux. Il n'y a pas donc pas à savoir : qui pense ou qui ne pense pas, ou est-ce que les deux pensent ? Va au-delà de la pensée. Va au-delà des explications. Va au-delà de ce qui est donné. Celui qui fut ce qu'il était pour toi, ne peut pas te brusquer. Personne ne peut te brusquer. Il y a eu approche. L'approche est réalisée. Après cette approche, cela fait partie aussi du connu et, dans ce connu, il y a une histoire : celle qui a été vécue mais qui n'est plus celle qui est à vivre. Pour cela, il faut donc aussi faire taire cela. C'est dans ce sens que la vie coule, oui, comme tu le dis. Mais arrête la vie, non pas en arrêtant ta vie. Laisse vivre ce qui est à vivre. Ne réfléchis pas. Ne pose pas de questions. Contente-toi d'être dans ce qui coule et qui va s'arrêter parce que la vraie Vie ne coule pas. C'est l'Onde de Vie qui coule. Le contact déclenche le sentiment d'être en Fusion mais tant qu'il y a un je, le tien ou le sien, vous n'êtes pas ce qu'il Est, aujourd'hui. C'est à toi de (si je peux m'exprimer ainsi) monter. Mais cette montée n'est pas une montée. C'est, là aussi, un Abandon, où il n'y a plus toi, il n'y a plus lui. S'il est à vivre cet Absolu, à travers de ce qui se réalise en toi, par lui et par toi, il te faut dépasser « lui » et « toi ». Parce que il y a, nécessairement, dans ta mémoire qui est encore présente, une forme de nostalgie, une forme de perte. Ce qui a remplacé la perte doit mettre fin à la perte. Au-delà de l'identité, la tienne comme la sienne. Il te parle d'ailleurs de ce qu'il approche. C'est cela, en quelque sorte, cet Ultime. Il te le propose. Il te le suggère dans ce que tu reçois mais il n'a pas à être entraîné. De même que tu n'as pas à être entraînée dans quelque chose qui est inscrit dans le temps et l'éphémère d'une vie, la tienne comme la sienne. La sienne a été vécue, la tienne se vit. Mais vous n'êtes, ni l'un ni l'autre, ce qui a été vécu et ce qui se vit. Alors ne tiens pas compte d'une utilité, au sens humain, parce que ce que tu pourras apporter, toi, Fondue en lui, et lui, Fondu en toi, au-delà de toute identité, au-delà de toute individualité, dépasse largement ce à quoi tu t'adonnes à l'heure actuelle. Ce n'est pas en maintenant cela que se déroulera ce pour quoi il est là. Bien sûr, rappelle-toi ce que je viens de te dire : il ne peut violer une quelconque Liberté qui est imprescriptible. Lui, il sait. Lui, il Vit. Toi, non.

Le principe de l'identification était une approche mais il faut dépasser, à travers cette réunion ou cette union, ce principe même d'identification. Alors, dès l'instant où tu reconnais que tu ne sais pas qui pense (mais, par là même, tu reconnais que tu cherches à savoir qui pense), dès l'instant où tu donnes poids à une quelconque interrogation, tu t'éloignes de l'instant que tu dois vivre qui est au-delà de toute interrogation. L'interrogation est devenue (et était) une certitude mais ne doit pas devenir une incertitude. Sinon, tu ne peux, à aucun moment, réaliser (si je peux dire) ce qui est prévu, qui est Absolu. L'Ultime ne peut apparaître que si tout sens d'identité, d'individualité, même au travers de cette relation, disparaît, parce que la relation elle-même fait appel à la dualité. Tu ne peux entrer en relation avec ce que tu Es. Tu ne peux que l'Être. Il te suggère de l'Être, cela tu le sais. Alors ne cède pas aux sirènes du passé. Il n'existe pas. Ne cède pas aux sirènes de ceux qui veulent t'apparaître comme une fonction ou une justification de quoi que ce soit de ce monde. Néanmoins, tu sais, au fond de toi, que se déroule quelque chose. Ce quelque chose qui se déroule n'a pas besoin de toi, ni de lui, ni de vous, mais c'est encore autre chose. Si tu acceptes cela, alors, à ce moment-là, l'Abandon du Soi sera réalisé et tu pourras vivre, réellement, non pas le je suis, non pas là où il est, non pas là où tu es, mais rentrer dans le non je suis, le non être et le non conscience. Quels sont tes objectifs, le tien ? Le sien n'est pas le même que le tien. Il ne doit pas y avoir, simplement, une superposition mais un dépassement de l'objectif. Ce n'est que ainsi, que l'un et l'autre pourra conduire ce qu'il Est, au-delà de tout être, à la source même de l'Être, au-delà même de la conscience.

Ainsi donc, rentre plus à l'Intérieur, de toi, comme de lui, sans résonance extérieure. Tant qu'il y a une utilité recherchée ou souhaitée, concernant ce monde (tu es encore de ce monde, tu es encore limitée, il t'appelle à l'Illimité et tu le sais), aucune influence ne doit exercer quoi que ce soit. Vis ce que tu Es, non pas ce que tu as été, non pas ce que tu voudrais. La meilleure façon de te rendre service, et d'Être, c'est, justement, de dépasser cela. Non pas pour quelque chose de personnel, ou une identité personnelle de quiconque, mais bien, comme tu le dis, pour la Vie. À toi de décider. À toi d'accepter ce qui est donné, ce qui est vu et ce qui, en finalité, doit être totalement dépassé par l'Abandon du Soi, du tien comme du sien. Mais pour lui, c'est plus facile. Là où il est, il n'y a pas la discrimination en résonance avec les liens et les attachements et avec le corps, avec l'histoire, avec le passé. Tout cela n'a plus cours. C'est une chance inestimable. À toi de voir : où te places-tu ? Mais ne te place pas par rapport à ce qui t'est connu, par rapport à ce qui t'entoure mais, uniquement, par rapport à toi, en toi, au-delà de toi. Rejoins l'Unité où rien ne peut interférer, quels que soient les liens, quels que soient les affects, quels que soient les attachements. Rien de cela n'existe. Ne te laisse pas emmener en dehors de toi, par toi ou par un autre. Vis ce qui se vit, sans rien chercher d'autre. Je dirais même que le simple contact, au-delà de la relation, si tu fais silence (s'il n'y a plus de questions, s'il n'y a plus d'interrogations sur le sens de qui pense, sur le sens de qui est), alors tout est vu, sans aucune difficulté, sans aucune question, sans aucune réponse, sans aucun doute. Regarde-toi, au-delà de ce qui coule : où sont les doutes, quels sont tes doutes, pourquoi ? Non pas pour en trouver une réponse à l'extérieur. Transcende le doute. Transforme le doute et laisse-le de côté. Rappelle-toi que beaucoup d'Anciens t'ont dit : l'Intelligence de la Lumière, l'Intelligence de la Vie, l'Intelligence de l'Onde de Vie. Pourquoi veux-tu te substituer à elle ? Où est le besoin d'existence ? Où est le besoin de maintenir ce qui doit être lâché, en totalité ? Je ne t'invite pas à cesser tout contact, bien au contraire, mais à rentrer dans l'intimité du contact, dans le sens du contact et non pas dans une quelconque traduction, applicable à ce monde, qui n'existe pas. Tu es dans le réel de ce qui existe. Pourquoi veux-tu ramener cela dans l'irréel ? Laisse faire. Laisse Être. Beaucoup plus. Il n'y a pas de relation. Il n'y a pas de communication. Il y a bien plus. Ne reste pas dans le romantisme. Ne reste pas dans le souvenir. Tous deux n'appartiennent qu'à ce monde. Et ce monde passera, de la même façon que tu passeras. Quelle importance ? Ne reste pas figée. Comme tu le dis : laisse couler mais n'observe pas ce qui coule. Dès cet instant-là, cela sera. Et tu vivras, en totalité, ce qui est à vivre. C'est à cela qu'il t'appelle, au-delà de lui-même. Quand tu parles de compagnon, tu évoques deux. Il n'y a plus deux. Ici même, comme ailleurs (que cela soit au travers de ce que tu nommes lui ou toi), il y a autre chose. Oublie le besoin de persister. Oublie le besoin d'être, que cela soit dans une histoire, dans un souvenir ou dans un contact. L'étape dont je t'avais parlé est, effectivement, accomplie mais ce n'est pas pour ça que tout est accompli. Pose-toi sincèrement la question : à quoi cela sert-il ? Pour ce que tu souhaites ou pour ce qui est ? Détermine-toi dans la Liberté.

Question : Le matin, au réveil, le corps que j'habite aime rester allongé pendant des heures, immobile, paisible et tranquille. Cet état correspond-il à ce que vous qualifiez de méditation ?
Quand est-ce que j'aurais nommé la méditation comme étant ceci ou cela ? Pourquoi est-ce que j'aurais une définition de la méditation ? Que veux-tu entendre sur la méditation ? Quel est le but de la méditation, si tant est que cela soit une méditation ? Est-ce que c'est une complaisance envers toi-même ? Qu'as-tu besoin d'oublier ? Est-ce que, dans cet état, il y a une satisfaction et qu'est-ce qui est satisfait ? De ne pas avoir à affronter le monde, l'Illusion ? Ou est-ce que, à cet instant, il y a, au-delà de la méditation, au-delà du paisible, l'installation de quelque chose qui a toujours été là ? La seule vraie question est là. Non pas de savoir si ceci est une médiation ou un Samadhi. Parce que, que cela soit méditation ou que cela soit un Samadhi, il faut, là aussi, aller au-delà de cela. Que veut ton corps ? Est-ce lui qui veut se reposer ou est-ce ton esprit qui met ce corps au repos, dans le but de vivre quelque chose, de manifester quelque chose ? Alors, que cela vienne du corps, que cela vienne d'une méditation, que cela vienne d'un état de Présence, quelle importance ? Il te faut dépasser cela. Si ton corps le demande, accepte-le. Si tes pensées ou ton esprit te le demande, là aussi, accepte-le. Mais saisis bien que tu n'Es rien de tout cela. Ce n'est pas parce que le corps vit une disposition d'esprit particulière, ou parce que l'esprit induit quelque chose de particulier, dans le corps, que tu dois maintenir l'Illusion de ce corps et de cet esprit. Se complaire dans un état, même des plus agréables, n'est pas suffisant. Et, parfois, cela peut même être un obstacle, non pas de le vivre mais de s'y identifier. Ne sois pas cela. Cela ne veut pas dire que tu dois te lever parce que cela ne changera rien au point de vue. Tu auras le même regard. Saisis bien que le mental va te faire croire que si tu accordes ce repos, ou que si le corps te demande ce repos, tu vas t'approcher de l'Absolu. C'est faux. Tant que tu crois cela, c'est l'Illusion d'un déroulement du temps. Parce que le temps dont tu parles est le matin au réveil. Tu aurais pu me parler d'un autre temps, à midi ou le soir, mais c'est encore un temps. Donc ce n'est pas réel parce que c'est éphémère. Ce n'est pas la répétition de l'expérience (qu'elle soit demandée par le corps, ou par la pensée, ou par le Samadhi, lui-même, qui s'installe) qui va résoudre le problème. Parce que, justement, le problème est le corps, et cet esprit. Ils interagissent l'un sur l'autre, en permanence. Ce n'est pas la Paix. Ce n'est pas le Samadhi. Ce n'est pas le fait d'être tranquille ainsi qui dévoile ce que tu Es, au-delà de l'être, mais bien, justement, la non identification et encore moins la justification de cela. Peu importe que cela soit une méditation. Peu importe que cela soit une maladie. Peu importe que cela soit suggéré par le mental ou par la conscience elle-même. Ne t'attarde pas à cela. Si c'est à vivre, vis-le. Mais tu n'Es pas ce qui vit cela. Tu Es au-delà. Accepte de le voir ainsi. Il n'y a aucune finalité possible, par rapport à cela.

Ce n'est pas la répétition dans le temps, dans les journées, dans l'heure, qui va changer quoi que ce soit. Parce que, dès que tu sors de là, que se passe t-il ? Il se passe que d'autres choses se passent. Ces autres choses se passant, là aussi, ne font que passer et t'inscrivent dans l'éphémère. C'est le regard qui doit changer. Ce n'est pas l'expérience. Aucune expérience n'est valide parce que toute expérience n'a qu'un temps, ne dure qu'un moment, comme pour la question précédente. Ne restez pas figés sur l'expérience, quel que soit le plaisir, quel que soit le Samadhi, quel que soit ce qui est perçu, ou non perçu. Il faut aller largement au-delà. Parce que c'est derrière cela que se trouve la Vérité : celle qui ne bouge pas, qui ne change pas. Vis ce qui est à vivre. Ne te pose pas la question de savoir si c'est une méditation, si tu es tranquille ou pas. Il n'y a aucune culpabilité à faire ou à ne pas faire. Va au-delà de l'observateur. Va au-delà de ce qui se vit dans l'éphémère. Accepte de le vivre mais ne te contente pas de cela. Accepte d'en voir le coté éphémère, en tant qu'expérience. L'Absolu ne sera jamais une expérience. Il n'y aura jamais de préalable à l'Absolu. Il n'y aura jamais de préparation à l'Absolu. C'est quelque chose qui bouge afin de trouver l'immobilité. Donc cela ne peut être favorisé par une quelconque expérience, par un quelconque état, contact, relation ou autre. Si tu abandonnes tout cela, tu verras que tout est très simple, tout est facile. Comme vous dites, tout est évident, mais à condition de supprimer les évidences qui vous semblent normales, mais qui ne sont que des expériences. L'évidence dont je vous parle est l'évidence de l'Absolu, qui ne dépend d'aucun temps, d'aucun moment, d'aucun instant, d'aucune expérience, d'aucune justification, quelle qu'elle soit. Comme je l'ai dit dans nos derniers entretiens, nous sommes tous Un, au-delà de l'Unité, dans l'Amour. Parce que nous sommes Amour mais nous sommes au-delà de l'amour manifesté et créé, ici, au-delà de l'expérience d'amour. Accepte de vivre les moments les plus beaux comme les moments les plus hideux de ce monde, que te propose ta vie, dans le même état, qui n'est pas un état. Parce que tant que tu es gratifiée, ou tant que tu es coupable, c'est le même principe qui s'exprime. Ne cherche ni culpabilité, ni gratification. C'est à cette condition, à ces deux conditions, que tu sortiras de toute expérience, de tout état, de toute conscience mais, encore une fois, tu es Libre. Ta Liberté est totale. Mais tant que la Liberté est liée à des conditions, est-ce vraiment la Liberté ? Si tu dépends d'un horaire, si tu dépends d'une personne (qui n'a pas plus de réalité que ce que tu es) comment espères-tu pouvoir t'établir dans ce que tu Es, au-delà de la conscience, dans cet Ultime, cet Absolu ? Bien sûr que vous vivez tous des expériences. Elles vous été décrites (en long, en large et en travers) par les Anciens et les Étoiles et les Archanges. Ce sont des étapes. Ce sont des moments. Ce sont des vérités relatives qui s'expriment, justement, en fonction de l'état de la conscience : fragmentée, séparée, divisée ou Unifiée. Alors, bien sûr, il est plus agréable d'être en conscience Unifiée que fragmentée. Mais ne te fie pas à ce qui est agréable, et encore moins à ce qui est désagréable. Parce que ce sont des qualificatifs d'un état mais tu n'es aucun de ces états, aucunement. Accepte de voir la Vérité, afin d'Être la Vérité. Non pas celle qui dépend d'une expérience, d'une circonstance, ou d'un temps, mais celle qui Est, de tout temps, qui englobe toutes les expériences, agréables comme désagréables, toutes les illusions, sans aucune exception. Et là, tu verras ce que tu ne peux voir.

Question : ma vie, aujourd'hui, fait que je suis peu active et que je ne me sens pas impliquée dans le monde. Cette non implication est-elle une forme de déni, une façon de se mettre en retrait, un manque d'ancrage ou dois-je réfuter en bloc toute considération sur la forme que prend ma vie sur ce monde car de toute façon cela ne relève pas de l'Absolu ?
Tu as la réponse dans les dernières lignes. Tu dis toi-même : « ma vie », « aujourd'hui », « mon corps ». Tu sais très bien que tu n'Es rien de tout cela. Alors, quoi que fasse ce corps (action ou non action), qu'elle importance pour ce que tu Es, au-delà de l'Être ? Tu maintiens toi-même le rôle d'observateur, l'auto-contemplation de soi-même. Il y a un amour de soi qui ne peut pas déboucher sur le non Soi. Tu Es Amour. Donc tant qu'il y a amour de soi, tu n'es pas Amour. Tu projettes et tu t'identifies à ta projection. Tu entretiens l'Illusion toi-même, parce qu'après avoir été active, tu essaies l'inactivité. Et tu t'aperçois que, là aussi, actif comme inactif, cela ne change rien. L'observateur est toujours là. Tu t'identifies, soit à ce corps, soit à ce qui se déroule. Et ce qui se déroule ne fait que passer, comme ta vie, comme ton corps. Tout cela doit être balayé. Non pas comme un rejet. Non pas comme le fait de renier cette vie, ce corps, cet aujourd'hui. Mais d'être au-delà de ce corps, de cette vie et de cet aujourd'hui, qui, comme je te l'ai dit, tous trois, passent et passeront. L'observateur existe encore. Tu es en train de te demander (pour poursuivre ce que j'ai dit au dernier entretien) de savoir si tu es la corde ou le serpent, de savoir si tu es le contenu ou le contenant. Mais tu n'es rien de tout cela. Et pourtant tu es cela. Mais ne reste pas cela. L'auto-contemplation dans l'ego, comme dans le Soi, actif ou inactif, ne mène à rien. Et tu le sais. C'est un cul de sac. Il n'y a pas d'issue. Tout ceci sont des expériences qui, dans un premier temps, favorisent l'observateur. Mais, quelque part, dans l'Absolu, il n'y a aucun observateur. Il n'y a qu'un jeu de la conscience elle-même et, pour l'instant, tu participes au jeu de la conscience. Quelle que soit ta vie, tu n'es pas cette vie. Alors, vis ce qui est à vivre. Vis ce que tu as choisi. Là aussi, il n'y a à rechercher nulle gratification, et nulle satisfaction, nulle culpabilité. Parce que la pensée sera toujours duelle même quand elle se prétend Unitaire. Parce que la pensée est discriminante, toujours. Dépasse la pensée. Dépasse l'observateur, de la même façon. Dépasse le corps. Ne les rejette pas mais vois-les pour ce qu'ils sont : des obstacles. On ne supprime pas un obstacle. On le contourne, en quelque sorte. On ne le nie pas, on ne le casse pas. Là aussi, c'est ton regard et ton point de vue, attachés à ce corps, à cette vie qui se déroule, qui est une projection de la conscience. Tu n'es aucune de tes projections. En quelque sorte, redéfinis ton point de vue. Ne l'inscris pas dans un temps. Ne l'inscris pas dans un espace. Encore moins dans un corps.

Ta conscience est dans ce corps mais tu n'es ni le corps, ni la conscience qui est dans ce corps, ni en dehors de ce corps. Parce que tout cela évoque et manifeste, encore, une dualité. Autrement dit, ne t'intéresse pas à cela, ni dans un sens, ni dans l'autre. Parce que dès que tu t'y intéresses, il y a soit une culpabilité, soit une gratification. Mais ni l'un, ni l'autre ne sont la Vérité. Parce qu'elles découlent, justement, d'une circonstance. Et ce que tu Es ne dépend d'aucune circonstance, fût-elle ce corps ou cette expérience. Effectivement, sors de tout ce qui t'est connu, à travers ce corps, à travers son action ou son inaction. Cela revient, en fait, à accepter de ne plus chercher. De saisir qu'il n'y a rien à chercher. Qui cherche ? Et surtout qui trouve ? Et enfin qui trouve quoi ? Encore l'expérience. Encore l'éphémère. Encore les limites. Encore le connu. Laisse-toi porter. Cela ne veut pas dire rester au lit ou être inactif. Se laisser porter peut se réaliser en étant extrêmement actif. Parce que tu sais, à ce moment-là, que ce n'est pas toi qui agis. Sors du trouble de l'identification. Tu n'es pas le trouble, pas plus que la récompense, pas plus que la culpabilité. Tout cela représente des jeux. Ces jeux qui sont programmés par le je ou par le Soi. Parce que sans je, sans Soi, il y a le non Soi. Et tout le reste découlera. Bien sûr que tu peux jouer à participer, te donnant l'illusion d'être maître et de contrôler. Tant que tu crois contrôler, ou être le Maître, l'Absolu est masqué, pour toi. Il faut dépasser la sagesse. Ce que tu as exprimé, traduit, quelque part, un attachement à l'éphémère, à ta vie, à ce corps. L'attachement, lui-même, crée la dépendance à l'éphémère et donc à l'expérience. Et c'est sans fin. Pose clairement ce qui, pour toi, est valide. Et, comme tu l'as dit à la fin de ta question, la réponse y est contenue, parce que tu le sais, profondément et intimement. Et pourtant il y a quelque chose en toi qui veut exprimer et manifester l'inverse. Pourquoi ? De quoi doutes-tu encore ? De quoi as-tu peur ? Qu'est-ce qui freine ? C'est tout. Regarde, sans culpabilité, sans jugement. Parce que ce qui apparaît dans le cadre de ta vision (celle de ta conscience), favorise l'intégration, le dépassement, la transcendance, même, d'une conscience vers une non Conscience. Et ne vois pas ce « vers » comme un déplacement. Ce n'est pas, non plus, comme je l'ai dit, une exclusion mais une inclusion. Veux-tu Être ce qui inclut ou ce qui exclut ? Expérience ou Absolu ? Connu ou Inconnu ? Actif ou inactif ? L'actif dont je parle n'est pas l'action. L'inactif n'est pas non plus le non action. C'est au-delà.

Question : Malgré une intuition et une aspiration profonde à l'Absolu, des comportements qui plombent et éloignent de l'Absolu apparaissent fréquemment. Pourquoi ?
Parce que dès l'instant où tu as l'intuition de l'Absolu, dès l'instant où tu aspires à l'Absolu, que va faire l'ego ? Bien sûr, il va te le faire miroiter comme un désir inaccessible, il va t'en éloigner. L'Absolu n'est ni lié à une intuition, ni à une aspiration. Il te faut réfuter tout ce qui est de l'ordre de la conscience éphémère. Tu ne peux pas poursuivre le but de l'Absolu. Sans ça, il s'éloigne, de la même façon que quand tu le réfutes ou quand tu le dénies. L'Absolu n'est pas concerné par toi. Il n'est pas concerné par ton aspiration, par ton intuition. Il te faut poser les armes, arrêter de chercher, t'Abandonner toi-même. L'Absolu ne sera jamais une quête, jamais une recherche, jamais une intuition, jamais une aspiration. Il ne peut jamais être révélé, à ta conscience, tant que la conscience est là. Alors, bien sûr, tu as beau jeu de parler de ta conscience qui en a l'intuition. Mais, comme tu l'as remarqué, cela ne change rien. De la même façon que tant que tu en vis l'aspiration. La puissance de l'aspiration, à être cela, n'est pas la même chez tout être humain. Certains êtres (et ils sont rares) ont pu avoir une telle tension vers cela. Mais la tension n'est pas l'aspiration. Le point de vue n'est pas le même. Donc, cesse de chercher, cesse d'être aspiré, cesse d'en avoir l'intuition. Contente-toi, simplement, d'Être cet Absolu. Tant qu'il y a intuition et aspiration, c'est une projection, là aussi, de ta conscience, vers un but. Et ce but est inscrit dans le temps et, comme tout ce qui est inscrit dans le temps, cela n'est pas réel, parce que ça change et cela déclenche, en toi, quelque chose que tu expérimentes, bien sûr, par le jeu de la conscience. Cela s'appelle la frustration. Et plus tu as l'intuition, plus tu es frustré. Et cela va t'éloigner, toujours plus, de ce qui Est déjà là.

L'Absolu n'est pas une conquête, ce n'est pas une expérience, ce n'est pas un état. C'est cet Ultime, qui se dévoile dès l'instant où tu acceptes, au-delà de tout temps, qu'il n'y a pas d'aspiration, qu'il n'y a pas d'intuition, par rapport à cela. Il te faut capituler parce que l'aspiration et l'intuition n'est que le reflet de la conscience, du Soi ou de la personne, rien de plus. Tout Est déjà là, en toi, parce que c'est ta nature, c'est ce que tu Es. Donc, il ne peut exister d'aspiration ou une quelconque intuition parce que cela reste le mental ou un désir, ce qui est pire. Il n'y a rien à désirer, puisque c'est déjà là. Le mental t'emmène à l'inverse de ton aspiration et de ton intuition. Et plus celles-ci vont grandir, plus le mental va t'en éloigner, te conduisant à vivre des choses désagréables qui ne sont que le reflet de la frustration. Dans ton cas, il n'y a pas de doute ni de peur mais, simplement, la frustration. Si tu acceptes de voir cela, tu comprendras la vanité de l'intuition et de l'aspiration qui te conduit exactement à l'opposé de ce que tu veux, parce que l'Absolu n'est pas une volonté, ni un vouloir. Alors, laisse tomber tout vouloir. Si tu acceptes de t'Abandonner, tu verras que l'Absolu est déjà là : c'est ce que tu Es. Tu n'es pas plus tes frustrations que ton aspiration et, encore moins, ton intuition. Une intuition juste ne sert que dans ce monde (pour faire des bons choix, par exemple). Mais l'Absolu n'est pas un choix. Il n'est pas de ce monde. Qu'espères-tu y trouver ? Tu ne peux y trouver que la frustration, de plus en plus grande. Aucun être ne peut te conduire à ce que tu Es déjà, si ce n'est celui qui veut t'éloigner de ce que tu Es. Deviens conscient qu'il n'y a qu'un seul maître et deviens conscient, après, que ce maître est ridicule, parce qu'il s'érige en celui qui sait, en celui qui a l'intuition, en celui qui aspire à. Saisis cela. Et ce n'est pas un effort à faire. Ce n'est pas un travail. Ce n'est pas une ascèse. C'est très simple. La frustration te conduit à la complexité. Et ce qui est complexe n'est pas Absolu. La complexité appartient à la conscience et à son déploiement, de monde en monde, de Dimension en Dimension. Va au-delà. Fais cesser tous ces jeux. N'aspire plus à rien. N'intuite plus rien. Fais taire cela, en l'oubliant (non pas en t'opposant), et tu verras que c'est déjà là, depuis toujours, avant même que toi existe ici.

Ton toi, ton Soi, s'est identifié à cette quête, à cette intuition, à cette aspiration et donc, tu mets toi-même une distance qui n'existe pas, tu mets un temps qui n'existe pas, un espace qui n'existe pas. Tu le crées toi-même. Vois-le, sans culpabilité, sans faux semblant. Et dès cet instant, tu le vivras. Dis-toi que c'est simple. S'il devait rester une seule intuition avant qu'elle disparaisse, c'est celle-ci : c'est simple. Et remplace l'aspiration (si tu en es capable) par la tension. Et si la tension ne peut se faire, alors, Abandonne-toi. Si, dans l'instant, tu es capable de te dire, en Vérité : « qu'à cela ne tienne », il n'y aura plus rien à tenir, plus rien à chercher, plus rien à espérer, plus rien avec quoi être en accord ou en désaccord. L'Absolu y Est. Tu y Es. Rappelle-toi que, pour l'ego et le mental, le dernier pas paraît affreusement difficile, parce qu'il y a la perte, parce qu'il y a l'Abandon. Tu te sens Abandonné, seul ? C'est un très bon signe. Un meilleur signe que l'intuition et l'aspiration. Mais ne t'y attache pas non plus, laisse passer tout cela.

Question : Pourquoi est-il si difficile de rester dans cette liberté infinie qui parfois s'exprime à travers moi ?
Qu'est-ce qui dit que c'est difficile ? La réponse est dans le deuxième terme de la question. Parce que ce qui s'exprime, à travers toi, veut bien dire que tu es traversée par quelque chose et que, là aussi, tu te places en observateur et donc en distance, toi-même. Et réaliser cette distance crée ce qui accentue, pour toi, cette notion de difficulté, parce que tu veux rester extérieur et observateur. Donc c'est difficile : tu observes ce qui se passe mais tu ne deviens pas ce qui se passe qui, lui, est Absolu. Il n'y a rien de difficile. Il n'y a que toi qui soit difficile dans ce que tu n'es pas. Alors, par moments, les résistances tombent. Et quand les résistances tombent, tu parles de liberté infinie. Mais qui observe cette liberté infinie ? Qui ressent cette liberté infinie ? Justement, ce qui empêche qu'elle soit la Vérité Absolue. Il n'y a que toi et toi-même. Si toi, observe cette liberté infinie, si tu la ressens, tu n'es pas Libre. L'expérience qui est vécue (parce que si cela passe, cela reste une expérience) ne peut pas, bien sûr, te rendre Libre parce que tu es Libre, déjà. Tu Es, déjà, cela. C'est simplement celui qui observe, qui en fait une expérience, et non pas une réalité du Réel, et non pas l'Absolu. Il y a, quelque part, une distance qui demeure. Qui met la distance ? Est-ce que c'est l'Absolu ? Ou toi ? Qui empêche l'installation, le dévoilement, si ce n'est l'observateur, qui se complait dans son observation en en faisant quelque chose d'extérieur, en en faisant une expérience, un état qui passe. Et il y a toujours, caché derrière cela, la volonté de se percevoir. Or, qu'est-ce qui se perçoit ou perçoit, si ce n'est la conscience. Il n'y a donc pas de non-conscience. Tu restes établie dans le «je suis». C'est précisément cela. L'observateur est présent. Parfois, il y a le témoin. Mais c'est le même principe : il y a une distance, il y a une expérience, il y a un état, mais il n'y a pas pérennité.

Va au-delà de ce que tu vois, au-delà de ce que tu crois. Ne reste pas figée. C'est l'Absolu qui est immobile (pas toi), dans ce qui bouge ou dans ce qui est figé. Toute expérience peut sembler bonne à réaliser et à vivre mais il est un instant où toutes les expériences doivent être transcendées afin, justement, de ne plus être simplement une expérience, simplement un état qui passe. Tu Es Éternelle. Tu Es Absolue. Alors, Libère-toi, parce que tu es déjà Libérée. Et si tu acceptes cela, tu comprendras que parler de Liberté infinie ne veut rien dire. Tu n'es réellement Libre que si tu acceptes que tu es déjà Libérée. Á ce moment-là, tu saisiras qu'y a ni infini, ni fini. Il ne reste que l'indéfini et l'indéfinissable. L'Absolu l'est ainsi : aucune définition ne peut contenir ou expliquer l'Absolu. Il n'y a qu'en te montrant là où il n'y a pas de logique réelle (mais juste une logique apparente) que je peux te donner à saisir la Vérité Absolue (et non pas relative). Parce que le fait même de parler de Liberté infinie, qui ne dure pas, te montre surtout que tu es enfermée. Ne culpabilise pas. Vois-le simplement, parce que c'est simple. Il n'y a aucune difficulté, excepté celle créée par le mental. Quand tu dors, peux-tu dire que tu es en liberté infinie ? Non : tu disparais. L'Absolu est là, parce que le monde a disparu. Ce n'est pas simplement une différence de nuance ou de compréhension. C'est le regard limité ou illimité, un regard fini ou infini. Mais, là aussi, le vrai regard n'est ni fini, ni infini : il est Absolu. Il ne peut établir de distinction, de différence, de séparation. Cela, tu l'Es. Vois, simplement. Parce que la Simplicité est la Porte de la Transparence et surtout de la Spontanéité, celle qui surgit dès que le mental n'a plus de référence, ni de référent. Favorise cela.

Question : Depuis que j'écoute vos entretiens, je suis de plus en plus dans l'acceptation de ce que me propose la vie, ce qui me permet d'éviter le processus action/réaction, mais j'oublie souvent d'appliquer la technique de réfutation.
Il n'y a pas de chemin. La réfutation n'est pas une technique. C'est une conduite qui fait changer le regard, qui disjoncte le mental (comme je l'ai dit). C'est déjà très bien de ne pas manifester l'action/réaction. Ce que tu constates et les mots que tu emploies te montrent que tu es l'observateur. Tu n'es plus sur la scène de théâtre, mais tu es encore installé dans le fauteuil qui regarde. La seule façon de se lever du fauteuil, de sortir du théâtre, pour voir que le théâtre n'existe pas, c'est la réfutation. Sors de la constatation, comme tu es sorti de l'action/réaction. Installe-toi au-delà de la constatation, parce que constater c'est mettre une distance, aussi. C'est maintenir, en quelque sorte, le plaisir de l'observateur, de celui qui regarde la pièce de théâtre. Tu es sorti du personnage et donc la vie se déroule, les différents actes de la pièce se jouent. Si tu constates, c'est que tu observes. Il te reste à réfuter, même ce rôle-là, même cette fonction-là. Parce que tant qu'il y aura une fonction, il y a persistance de l'éphémère. Profite de la paix qui peut découler de l'absence d'action/réaction pour ne pas te satisfaire de cela, ni d'en être insatisfait mais, simplement, de le réfuter. Pourquoi est-ce qu'il y a oubli de réfuter ? Parce que, simplement, le mental te contrôle, le tien. Et, pour lui, il y a danger, parce que tu ne joues plus la pièce de théâtre, tu la regardes. Pour lui, c'est une situation périlleuse, dangereuse. C'est là qu'il faut conduire la réfutation. Bien sûr, tu oublies. Tu n'es pas celui qui oublie. C'est le mental qui te fait oublier, parce qu'il se satisfait de cette observation, de l'état témoin, du Soi, si tu préfères. Dans le Soi, il y a encore des modèles (le Christ ou qui tu veux). Dépasse le modèle. Rejette toutes les croyances, sans aucune exception. Réfute-les. Il reste encore des croyances et ce sont tes croyances qui s'opposent, pas toi. L'opposition conduit à la constatation. La constatation conduit au témoin, mais le témoin ne conduit pas à l'Absolu. La réfutation permet à l'Absolu de se manifester, dans cette forme, dans cette conscience. C'est le moment où il n'y a plus, non plus, de spectateur, il n'y a même plus de théâtre. Voilà à quoi je te convie.

Question : Comment être dans la Grâce et l'Amour pour accueillir ce nouvel être qui se développe dans mon corps physique, laisser œuvrer l'Onde de Vie, être lucide des changements en cours, sans me laisser déborder par les liens d'attachement mère-enfant ?
C'est très simple : ne te pose plus ce genre de question parce que toutes ces questions te renforcent dans l'Illusion. La Grâce n'a pas besoin de toi, de même que les attachements. Tu n'es rien de tout ce que tu vis. Tu Es ce qui se vit : l'Onde de Vie. Aucun lien ne peut te rassurer. L'attachement appartient à ce corps, dans la relation mère-enfant. C'est inscrit dans le sac de nourriture. Tu es soumis à ce sac de nourriture, à ses programmations, à ses engrammes. C'est ton cerveau, mais c'est pas toi. De ta conscience, sort une autre conscience, qui s'est formée à l'insu de ton corps, à partir de ton corps. Et tu t'en crois propriétaire ou responsable. Tout au plus, peux-tu dire que ce qui t'appartient, c'est un autre sac de nourriture qui sort de toi, que tu as créé. Mais tu n'as pas créé la conscience qui est dedans. Elle ne t'appartient pas, en aucune manière. Sans ça, tu maintiens l'illusion de la chair de la chair. La Grâce n'a que faire de cette chair, parce que la Grâce Est. Elle n'est pas portée par la chair, même si elle s'exprime au travers de la chair. Ce n'est pas la même chose, ce n'est pas la même relation, ce n'est pas le même regard. Accepte simplement que cela se déroule, même si c'est toi qui l'a créé, au départ. Est-ce que c'est toi qui fabrique cela ? Cela se fabrique tout seul parce que c'est l'intelligence qu'il y a dans le sac de nourriture qui est prévue pour cela : se reproduire. Mais toi, as-tu besoin de te reproduire ? Qu'est-ce que tu reproduis ? Il y a toujours, dans la naissance d'une chair, à partir d'une chair, un ensemble d'histoires, un ensemble de projections qui créent des attachements, à travers des idéaux ou des peurs, c'est la même chose. Profite de cette expérience (parce que, là aussi, elle est éphémère, elle dure 9 mois) pour voir ce que c'est, ce que cela vient éveiller en toi, combler en toi, ou faire peur en toi, parce que tu n'es pas cela. Tu Es l'Amour et tu crées l'Amour. Est-ce que cet Amour t'appartient pour autant, en sachant que l'Amour est Libre et rend Libre ? Sinon cela demeure humain et, donc, éphémère. Ce que tu vis est, en quelque sorte, un défi ou, si tu préfères, une expérience. Là aussi, ne reste pas figée sur cette expérience et sur ce qu'elle induit comme attachement à la chair. Considère cela, effectivement, comme une Grâce ou un Don. Mais ne t'arrête pas là-dessus.

Je te rappelle que, pour l'Onde de Vie, comme pour la Grâce, il y a justement rien à faire. Ce n'est plus une question de faire, ni une question d'être, mais bien une question de non-être. C'est la vision limitée qui te donne l'impossibilité de connaître cette Conscience qui, pourtant, est en toi (où était-elle avant ?), qui crée l'attachement, qui crée la responsabilité et la dépendance. Aime ce que tu crées, ce que tu Es, mais d'un Amour qui est au-delà d'une projection, fût-elle une création de ta chair. Rends-toi compte de ces liens, que nous appelons, tous, incarnés, avant d'être Absolus : «amour». Parce que nous n'en connaissons pas d'autre expression, jusqu'au moment où l'Absolu est là. Tu en prends conscience, au-delà de la conscience. Et là, tout est simple. Parce que tu n'es pas ce corps. Alors, comment pourrais-tu te projeter dans ce corps, qui a été créé à partir de ce corps ? Cela est valable aussi pour les pensées. Cela est valable pour tous les attachements. Aucun attachement ne conduit à la Liberté. Aucune Liberté ne conduit à l'attachement. Sinon, ce n'est pas de l'Amour, c'est une faiblesse. L'Amour est force. Alors, simplifie, parce que cela est déjà simple. Comme dans une réponse précédente : c'est tellement simple que cela paraît, pour l'ego, absurde. Rappelle-toi qu'il y a le regard à changer. Pas ce corps, qui vit ce qui est à vivre, qui a été souhaité ou pas. Là aussi, ne rentre pas seulement dans la question et la réponse. Je dirais même : rentre en dissidence par rapport à cela. Il faudrait en arriver à conclure que ce qui se déroule dans ta chair est, quelque part, une reproduction, plus ou moins conforme à tes projections, à tes attentes et à tes désirs et aussi, bien sûr, aux projections, aux attentes et aux désirs de celui qui est là. Mais rien de plus. La Liberté est là et met fin à tout attachement, ce qui n'empêche pas (bien au contraire) le lien de Liberté de l'Amour (que vous nommez Vibral) et même de l'Absolu. Je dirais même que cela peut être, en quelque sorte, des conditions propices de par (comme tu le dis) la Grâce et l'euphorie qui est sécrétée par ce corps de nourriture, durant cet état qui n'est rien d'autre que l'instinct de préservation (visant, simplement, à ce qui est nommé l'amour filial ou maternel ne débouche pas, en quelque sorte, à la disparition de l'espèce humaine). Rien de plus et rien de moins. Ne sois pas dupe de ce marché de dupes. Cela n'empêche pas d'aimer, mais ce n'est plus le même amour. Il n'y a plus d'attachement, si tu vois cela. Il y a Liberté.

Question : depuis que j'ai retrouvé la Conscience de qui je suis et que je me suis abandonnée à l'Intelligence de la Lumière, tout est simple et fluide et le petit « je » prend de moins en moins de place. Est-ce cela la Transparence ?
Le fait de constater (le fait de porter un constat) prouve l'existence de l'observateur qui a remplacé le je ou l'acteur. Bien sûr, ce constat ne suffit pas. Il faut, là aussi, si tel est ce que tu souhaites (non pas en tant que aspiration ou volonté), accepter de laisser tomber cela. La vie, alors, se déroulera, non plus seulement sous l'action de l'Intelligence de la Lumière mais, bien plus, dans l'Absolu. Cette forme ne sera plus limitée à cette conscience, à ce je qui s'en va ou à ce Soi qui s'installe mais elle les englobera dans quelque chose qui est, si l'on peut dire, bien plus vaste et bien plus grand (si tant est que l'on puisse parler de grandeur). C'est à toi de voir si tu veux terminer la fragmentation et donc être Transparente.

Tant qu'il existe un Soi, il existe un miroir qui te montre ce qui est à voir. La Transparence est l'absence de miroir puisque la Transparence consiste à laisser traverser, en totalité. L'installation de la Transparence et de la spontanéité déborde largement le Soi ou la Fluidité. La Transparence est un état où rien n'est arrêté, même pas l'état dans lequel on est (qui n'est plus un état). Là est l'Absolu. Je dirais que le Soi donne la Clarté et la Précision parce que la scène de théâtre est éclairée. Mais je te rappelle qu'il n'y a ni théâtre, ni scène. C'est donc toi qui dois voir si tu demeures au sein de la Clarté ou si autre chose se révèle à toi, bien au-delà de l'Intelligence de la Lumière mais dans ce qui permet de dévoiler ce qui a toujours été là, au-delà de la Clarté. L'Absolu est ainsi.

Mais, dans ta question et dans ton constat, il y a une installation de la Conscience dans ce Soi. Il ne peut y avoir de perception de la non Conscience. Tu es donc installée dans la Joie (dans la persistance du Soi), illusoire, elle aussi. Il faut sortir de la contemplation. Alors, la Transparence arrive parce qu'il n'y a plus rien à regarder, ni rien à être, excepté Absolu. Mais c'est à toi de voir ce qui se manifeste. La Transparence, couplée aux autres Piliers de ce qui a été nommé les Piliers du Cœur (avec l'Intégrité, l'Enfance, l'Humilité et la Simplicité), est la caractéristique du Soi. La Transparence va au-delà puisque rien n'est arrêté, rien n'est défini, rien n'est identifié. Il n'y a plus de Soi. Il n'y a plus de je. Il n'y a pas un je qui s'éloigne et un Soi qui s'installe. Mais, libre à toi (parce que c'est ta liberté) de continuer à constater et à s'installer dans le constat ou alors de dépasser, si l'on peut dire, le constat. Là est la Transparence mais pas avant, même si la Transparence fait partie de la définition même de ce qui vous a été nommé les 4 Piliers.

Transparaître, c'est aller au-delà du paraître et au-delà de l'être. ?tre Transparent, c'est ne plus exister, ne plus interférer, ne plus inférer, ne plus être. Mais, encore une fois, tu es libre. Mais tu es libre de quoi ? Simplement de ce que tu as décidé, de ce que tu as établi. Mais ce n'est pas la vraie Liberté. C'est des libertés éphémères parce qu'elles disparaîtront quand ton corps de nourriture disparaîtra, quand tes pensées disparaîtront. Alors, à ce moment là, que vas-tu devenir ? Que vas-tu être ? Préfères-tu attendre d'y être pour te poser la question (alors que tu ne pourras plus te poser de question) ou veux-tu avoir la réponse maintenant ? C'est toi qui décides. C'est toi qui as la clé. Parce qu'il n'y a pas de clé. Il n'y a pas de porte. Tout dépend de où tu te places. Tout dépend de là où tu es (ou n'es pas).

Mais je remercie pour ton constat. Mais je suis obligé de dire que tout cela te rend Transparente mais n'est pas la Transparence. Sois consciente de cela. Parce que la Transparence totale ne peut exister, ni dans le je, ni dans le Soi. Elle n'est Vérité que quand tu es sortie de tout ce qui est éphémère. L'Absolu est Transparence totale. Parce que plus aucun miroir n'existe. Plus aucun sens du je ou du Soi n'existe. Tout est installé dans le non être, dans la non conscience. Mais le résultat est le même. Que veux-tu voir subsister ? Et qu'est-ce qui peut subsister ? Qu'est-ce qui est de l'ordre du relatif et de l'ordre de l'Absolu ? Qu'est-ce qui continue ? Qu'est-ce qui s'arrête ?

Constater est, peut-être, l'un des derniers barreaux de l'échelle. Mais tu es libre de considérer que c'est la finalité et te complaire dans cela. L'Absolu a tout son temps puisqu'il est hors du temps. Pas toi, dans ce à quoi tu es identifiée, dans tes constats, dans le Soi. À toi de voir si tu veux te poser ces questions ou les ignorer. À toi de savoir si ce que tu vis est connaissance ou ignorance. Par rapport à quoi ? Et en quoi ? Est-ce que cela te satisfait (et te satisfera demain), quel que soit ce que tu observes, quel que soit ce que tu constates ? Bien sûr, le Soi, comparé au je, est infiniment plus Transparent. Le je est opaque. Le Soi est Transparence, non totale mais Transparence. À toi de voir. Ta situation dépend de toi-même. Mais, prends garde à ne pas projeter de qualificatifs sur ce qui est sans qualificatif : ce qui est le cas de l'Absolu.

Question : bien ancrée dans la matérialité, le Soi me paraît inaccessible. L'Absolu n'est même pas conceptualisable, concevable. J'éprouve, en ce moment (à la lecture de vos enseignements), un sentiment de découragement et, même, de rejet. Qu'est-ce qui, dans la personnalité, s'oppose et comment le dépasser ?
Tu l'as dit toi-même : ta matérialité, le fait de vouloir conceptualiser ce qui ne peut être conceptualisé. Donc, bien sûr que la matérialité et la personnalité vont rejeter. Tu ne peux pas conserver le point de vue de la personnalité et accepter cela. Si tu affirmais cela, cela serait faux. Ce que tu dis est juste. Tu n'es pas prête à lâcher ce que tu crois être. Tu es, viscéralement, attachée à ta personne. Et donc, étant attachée, pour quelle raison voudrais-tu accéder à quelque chose qui te libèrerait ? Aucun concept, aucune idée, aucune joie, ne peut sortir de là. Ne cherche pas à conceptualiser, ni, encore moins, à accepter. Parce que tu ne peux pas l'accepter. Il te faut, d'abord, sortir de l'enfer : c'est-à-dire de ton enfermement : de te croire ce corps, de vouloir posséder quoi que ce soit. Tu ne possèdes même pas ton corps car tu n'es pas lui. Quand tu accepteras que ce corps n'est qu'un enfermement (une illusion, une apparence), alors tu pourras te poser la question du concept ou de l'idée.

Mais, d'ores et déjà, je te dis que l'Absolu n'est ni un concept, ni une idée, ni appréhendable. Parce que tu es limitée dans ta vision, dans ta perception. Parce que tu t'appuies sur le corps et sur la matérialité même : une transformation de la matérialité, de la personnalité. Il n'y a pas de continuité. Il n'y a pas de possibilité et encore moins de concept et tout autant moins de percept. Il n'y a donc pas de solution envisageable, ni même souhaitable. Il te faut rejeter, encore plus, parce que le rejet signifie que tu ne comprends pas. Et moins tu comprendras, plus tu seras Libre. C'est justement le fait de croire comprendre ce corps (ses actions, ta vie) qui t'enferme dans le limité, parce que tu as peur. L'Amour n'est pas la peur. Tu auras beau aimé ton corps, il ne te permettra pas de dépasser le corps. Tu as beau essayer d'aimer la personnalité, de la transformer en quelque chose de meilleur. Mais ce n'est pas toi qui agis ainsi, dans ton Éternité. C'est parce que tu es identifiée, à l'excès, au limité.

Mais ton corps est limité dans le temps et dans l'espace (dans cette durée). Il n'a pas besoin de toi pour exister : il existe ailleurs. Le meilleur service que tu puisses lui rendre, c'est de le laisser évoluer seul (sans interférer) et tu constateras, alors, qu'aucune manifestation physique ne peut apparaître. C'est toi-même qui crée tes propres manifestations physiques. Il n'y a pas de karma. Il n'y a pas de cause, excepté toi-même. C'est ça que tu refuses de voir en face. Donc, tu vas chercher ailleurs : dans un hier, dans une cause. Et tu maintiens, ainsi, dans les cadres de ce corps, l'action / réaction. Et tu crois que tu vas pouvoir te débarrasser de cette action / réaction en comprenant la réaction à l'action. Mais d'où est venue la première action, si ce n'était déjà une réaction ? Tu es, déjà, enfermée et tu t'enfermes encore plus.

Aimer, c'est être Libre. Ce n'est pas s'enfermer. C'est ouvrir ce qui est fermé. C'est ne plus accepter d'être fermé ou enfermé. Il n'y a aucune solution tant que tu es dans la prison, même si tu mets des beaux rideaux, même si tu changes le mobilier, même si tu changes de pensées, même si tu comprends. Je t'invite à ne plus comprendre. Je t'invite à laisser toute forme de connaissance de ce qui existe dans ce monde. Parce que, sinon, tu vas renforcer les résistances. Tu vas renforcer la souffrance alors que tu crois t'en libérer. Sors de la prison, d'abord. Vois la prison. Il n'y a pas de clé cachée à l'intérieur de la prison. C'est toi qui donne corps à la prison, par la volonté de comprendre, par la volonté de saisir ce qui n'appartient qu'à cette prison elle-même. L'Amour n'est pas là. Il est un étage au-dessus (si je peux m'exprimer ainsi). L'Amour n'est pas dans la prison.

Tant que tu vises une perfection de ce corps, de cette personne, tu es dans l'illusion, dans quelque chose qui passera. La seule satisfaction durable est Éternelle : elle est Absolu. Elle est éphémère dans le Soi. Tant que tu crois et espère qu'en améliorant quoi que ce soit de ce corps, de ses pensées, ou d'accepter un concept (qui n'est pas conceptualisable) ou d'admettre une idée (dont tu ne peux avoir idée), tu te leurres toi-même. Alors, bien sûr que tu rejettes ce que je dis et tu ne peux que le rejeter. Mais pose-toi la question de qui rejette : bien évidemment, ce qui est limité, ce qui refuse de voir les limites et les cadres tomber parce qu'il y a un attachement viscéral à la matérialité dans ce qu'elle a de plus solide apparence, de plus permanente apparence. Mais tout cela ne sont que des apparences. Si tu regardes, objectivement, ton sac de nourriture périra. Que vas-tu devenir, à ce moment là ? Comment vas-tu envisager la matière ? Quelle matière quand il n'y a plus de matière (pas celle que tu connais) ?

C'est comme si tu voulais élever un immeuble très élevé sur un sol parfaitement instable (que tu crois stable). Tu crois que tu peux renforcer le sol, changer le sol, mais c'est faux. Si l'hypothèse de départ est fausse, tu ne bâtiras que sur des sables mouvants et l'immeuble s'enfoncera. Il n'y a rien à construire. Il y a tout à déconstruire, par la réfutation. Mais la matérialité s'y refuse, comme le mental parce qu'il n'y a que le mental pour te faire croire à la matérialité. Il n'y a rien de valide, là-dedans. Ce ne sont que des idées, que des concepts faux. Pourquoi adhères-tu à des concepts et des idées qui sont fausses ? Là est la cause de la souffrance et du maintien de l'illusion. Si tu entends ce que je te dis, alors le rejet sera encore plus fort. Mais je peux t'affirmer que le rejet et la violence sont la bonne voie, tant que tu es dans la prison. Ce n'est pas en pacifiant ce qui est illusoire, ce n'est pas en rassurant ce qui est illusoire, ce n'est pas en ornant la prison, que tu vas sortir de prison. Tu améliores le cadre mais tu ne supprimes pas le cadre. La Liberté est ailleurs. Comment peux-tu prétendre être Libre, ou être mieux, dans ce qui est éphémère, dans ce qui est enfermé, dans ce qui est limité ? Ne vois-tu pas, par toi-même, les oscillations qui vont d'un mur à l'autre, d'une interrogation à une autre ? Tu n'es pas cela : tu es la Liberté, tu es Amour. Tout le reste n'a aucune consistance. Et surtout pas la matérialité. Ce sont les sables mouvants les pires. Élève ton regard. Élève-toi et tu verras que l'immeuble se construit indépendamment de tout ce que tu décides.

Abandonne cette peur, ce besoin de contrôler ou de se sécuriser dans la matérialité. Ça n'a aucun sens. Ce n'est que poids. Ce n'est que densité. Il y a une peur de ce qui est élevé. En définitive, tu cherches la Liberté mais tu as peur de la Liberté. Tu voudrais que la Liberté se trouve dans la matière : oublie cela. Essaie de voir autrement. L'amour de la matière n'est pas l'Amour puisque la matière est Amour, déjà. Elle n'a pas besoin de ton amour. L'Illusion est Amour. Mais elle n'a pas besoin de toi : c'est un rêve, une projection, une illusion. Tu veux donner du poids à ce qui a déjà trop de poids. Qui t'oblige à agir ainsi ? Qu'est-ce qui, en toi, s'oppose à ta Libération qui est déjà là ? Continue à rejeter, continue à refuser : ça crée des forces de friction dans la Dualité, dans l'action / réaction. Alors, la prison brûlera. Celui qui arrive au bout d'un cul de sac fait nécessairement demi-tour pour s'apercevoir qu'il n'y a pas de cul de sac ni de route. Mais il faut avoir créé la route et le cul de sac, avant, pour réaliser que cela n'est rien. L'Absolu n'est ni concept, ni idée, ni quoi que ce soit mais il les inclut. Il n'y a pas d'exclusion : c'est toi qui t'exclus de l'Absolu. Il a toujours été là. En voulant en avoir une idée, en voulant le conceptualiser, tu veux l'enfermer dans l'Illusion. L'Absolu laisse libre l'illusion : il l'inclut. Ce n'est pas tout à fait la même chose. Ce n'est pas le même mouvement. Ce n'est pas la même immobilité. Vois-tu ce que je veux dire ? Et ne me réponds pas. Reste en toi (dans tes certitudes) et regarde ce que je t'ai dit après. Relis-le et tu seras bien obligée de conclure et de voir où se trouve l'absurde et l'absurdité. Tu n'es pas cela. Tu n'es ni absurde, ni absurdité. Et encore moins matière. Encore moins physique. Pourquoi vouloir croire à ce qui n'est pas vrai ? Pourquoi en faire une vérité qui n'a aucun sens, aucune logique ? D'où cela vient ? D'où cela t'est venu ? C'est très simple : tu revendiques être attachée à ce qui te fait le plus peur : l'incarnation. Il y a donc une non incarnation, contrairement à ce que tu définis. Et le corps se manifeste pour te montrer ta non incarnation : là est l'enfermement. Nulle part ailleurs. Parce qu'à force de vouloir voir les choses telles qu'elles sont, tu ne vois qu'une apparence, que ce que te donne à voir ton mental (et tes concepts et tes idées). Abandonne les idées et les concepts : tu verras qu'il n'y a pas de prison si ce n'est celle que tu as construite.

Question : j'ai l'impression que toutes les questions que je peux formuler sont stupides. Néanmoins, j'ai tendance à dire « oui mais ». Pourquoi ?
C'est l'aspect discursif en toi : l'installation, au niveau de la discrimination, de ton propre cerveau habilité à toujours répondre « oui mais », oui et non, oui ou non (c'est le même principe). Il y a ce qui est bon. Il y a ce qui est mauvais. Pour toi ou pour l'autre ? Il y a ce qui est vrai et ce qui est faux. Et, pour toi, cela a valeur d'Absolu. Mais l'Absolu est de considérer que rien n'est vrai et rien n'est faux. Tout dépend du point de vue.

Et le mot que tu as employé : tu as une impression. Mais comment veux-tu faire d'une impression, la Vérité ? Une impression, c'est quelque chose qui passe. Tes impressions changent en fonction d'un tas de facteurs qui ne t'appartiennent pas et qui t'appartiennent. Le « oui mais » n'est que l'expression de la Dualité de la personnalité. Parce que la personnalité a toujours peur de se tromper. Et elle a raison : elle se trompe toujours. D'où le « oui mais » ou le « non mais » (ça change rien). Cela sera toujours comme ça, au sein de la personnalité. C'est le spectateur qui commence à comprendre (et à vivre) qu'il y a un spectateur, ou un observateur. Il est sorti de l'acteur. Mais, en étant observateur, il veut quand même changer l'acteur, changer l'éclairage. De là vient le « oui mais » : de l'intellect. De ce qui passe son temps à discriminer, à sérier, en bien et en mal, en vrai ou faux, créant ainsi (et entretenant) la Dualité, en permanence. C'est une habitude de fonctionnement. Rien de plus. Souvent forgée par l'éducation, l'enseignement et le milieu familial. Rien de plus.

Le « oui mais » ne conduit nulle part, de même que le « non mais ». Parce que tu ne peux t'emparer de ce qui est vrai ou de ce qui est faux, sauf dans les lois de ce monde : si tu laisses tomber un caillou, il tombe. Il ne va pas s'envoler : c'est vrai. Le caillou n'existe pas : c'est vrai. Où te places-tu ? Donc, le caillou ne tombe pas. C'est faux. Accepte que tout point de vue (que tout « oui mais », que tout « non mais », « oui », « non ») n'est applicable qu'au sein de la réalité de ce monde qui n'a aucune substance, aucune essence, si ce n'est celle qui l'anime. Où veux-tu Être ? Et d'ailleurs, où Es-tu ?

L'impression rejoint l'intuition. Elle renvoie à une échelle de valeur, à un jugement de valeur (en bien et en mal) et conduira, toujours, à expérimenter le « oui mais » ou le « non mais ». Ça veut dire que quand tu fais deux pas en avant, tu en fais un en arrière. Et finalement, tu ne bouges pas. Mais pas de l'immobilité de l'Absolu. Que ça soit un en avant et deux en arrière ne change rien). Il y a tergiversation. Tergiversation qui veut dire : hésitation, absence de certitude et donc oscillation, entretien de l'illusion par l'interrogation du mental, de l'intellect. C'est à toi de voir s'il t'est possible de déposer les armes parce que l'Absolu n'est pas un combat. C'est, justement, le moment où tu déposes les armes : l'intellect, la connaissance intellectuelle, les croyances. Parce que les croyances sont des armes de destruction de l'Absolu (qui ne peut être détruit). Oublie tes impressions. Ne cherche pas à te saisir mais, plutôt, à être saisi par la Vérité. Pour cela, il faut que tu fasses taire toutes tes vérités, tous tes acquis, toutes tes connaissances, toutes tes croyances, sans aucune exception.

Tu ne peux être rempli de la Vérité Absolue tant qu'existent, en toi, des tergiversations (des hésitations), tant que ton mental te fait croire que tu es rempli de connaissances qui viennent s'entrechoquer, se contredire. Il n'y a pas de synthèse possible. Tu peux toujours rester à analyser mais jamais l'analyse te conduira à une synthèse, dans ce cas là, et encore moins à une intégration. Tu seras, toujours, divisé et fragmenté, conscient des différentes parties qui t'animent (sans aucune possibilité de communiquer entre elles, sauf par moments), parce que tu as assimilé la construction de ton Corps d'?treté à un assemblage de briques. Mais ces briques ne s'emboîtent pas les unes avec les autres. Là aussi, c'est très simple : accepte de voir ce que tu as construit. Accepte de voir tes propres raisonnements. Parce que la raison te conduira, toujours, au « non mais » ou au « oui mais » et à des impressions, vagues ou fortes mais qui n'en demeurent que des impressions, voire des intuitions. Aucune certitude ne peut émerger de là. Aucune Vérité ne peut émerger de là. Parce que tout est relatif. Mais tu n'es pas relatif.

Il est toujours séduisant, pour la personnalité et pour le Soi, de crier sur les toits qu'il y a le libre arbitre. Le libre arbitre ne découle que de la confusion entre diverses croyances, diverses expériences, diverses impressions. Le libre arbitre te fait croire que tu es libre. Mais tu n'es pas Libre tant qu'il y a « oui mais ». Tant qu'il y a « oui mais », c'est que, quelque part, en toi, existe quelque chose qui croit (ou qui pense) qu'il peut se tromper. D'ailleurs, le mental se trompe toujours. Et dans des choix : toujours dans 50 % des cas (c'est statistique). Dans tout choix, tu as la possibilité de te tromper une fois sur deux. Pour ne plus avoir le choix, pour ne plus manifester le « oui mais », il faut s'installer dans la Liberté, dans l'Action de Grâce. Parce qu'à ce moment là, ce n'est plus ton mental qui décide ce qui est vrai ou faux, ce qui est juste ou pas juste, mais c'est bien la Lumière, elle-même (cette Grâce elle-même), qui œuvre. Tant que tu crois œuvrer, tu restes dans le libre arbitre et donc dans le « oui mais », dans l'impression. De là ne peut sortir aucune certitude. Et d'ailleurs, c'est logique parce que tout cela est incertain et improbable. Déplace-toi. Reviens là où il n'y a plus aucune probabilité, aucune possibilité d'erreur, de « oui mais », de supposition. Place-toi en ce que tu Es et non pas en ce que tu crois. Et laisse venir. Non pas l'impression mais la Liberté. Tout le reste découlera de là. Sans ton intervention, sans libre arbitre, mais dans la Liberté. Le libre arbitre t'accorde la possibilité de te tromper (ce qui est séduisant pour l'esprit), en sachant qu'il se trompe, toujours, une fois sur deux. La Vraie Liberté, celle de l'Action de Grâce, ne peut laisser aucune place à l'erreur. Parce que c'est au-delà de l'expérience, au-delà de la Dualité, au-delà du choix.

BIDI

12 mai 2012

Eh bien, BIDI est avec vous pour échanger, entre nous. Je vous salue, et je vous remercie de votre Présence, de vos questions. Nous pouvons commencer.

Question : vous avez dit, il y a quelques jours : réfute ce « je », cette personne que tu crois être. Pas de fausse humilité, pas de fausse simplicité. Pourriez-vous développer ?
Eh bien, c'est très simple. Le « je » aussi, le moi, si tu préfères, a souvent tendance à se minimiser, c'est ce que j'appelle la fausse Humilité. Parce que ce n'est pas en minimisant le moi que tu vas trouver le Soi, et encore moins l'Absolu. Il existe, en effet, une propension, dans l'humain incarné, à vouloir jouer le jeu de l'Humilité. Et pour cela, il va s'effacer, dans ses relations, il va donner l'apparence d'être Simple. Son ego va être mis derrière lui. Mais c'est l'ego lui-même qui se met derrière lui. Il n'y a aucune possibilité de passer de l'ego à l'Absolu (éventuellement au Soi). Donc, que l'ego soit, comme vous dites, positif ou négatif, ne change rien au problème : c'est toujours de l'ego. Ainsi donc, quand tu joues à t'effacer, qu'est-ce qui s'efface, si ce n'est l'ego ? Toujours lui. J'appelle ainsi la fausse Simplicité et la fausse Humilité, de celui qui va se présenter d'une certaine façon : il ne met pas l'ego devant, mais c'est toujours l'ego. L'ego a beau jeu de te faire croire que si il est gentil, que si il est serviable, que si il est aimant, cela suffit à te contenter (toi, ce que tu Es). Eh bien, il n'y a rien de plus faux. Être Simple ne correspond pas à un comportement. Être Simple, c'est être simple d'esprit, comme un enfant. Et non pas dans des stratégies de l'ego, appelé négatif, qui va s'effacer en croyant laisser exister l'Amour. Cela est à revoir. Clairement et Simplement. L'ego a à sa disposition énormément de stratégies. Ton mental va te proposer une stratégie. Si, quelque part, tu t'aperçois que c'est un leurre, que va-t-il te proposer ? Une autre stratégie. Et vous passez vos vies à jouer des stratégies. Vous n'êtes plus dans l'immédiateté, vous êtes dans un rôle, dans un jugement de valeur de vous-même. Ce qui, bien évidemment, est tout, sauf Simple. Et bien loin de la Simplicité. La Simplicité est celle de l'enfant, celui qui est spontané, immédiat et Présent. La personnalité est innombrable dans ses masques, dans ses présentations. Mais saisis que ce ne sont que des rôles : aucun n'est meilleur que l'autre. Au sein de l'Absolu, le bourreau des cœurs est la même chose que celui qui n'a pas de cœur. Et la même chose que celui qui met le cœur en avant, dans la personne. C'est le même jeu. Même si vous l'appelez autrement, c'est toujours une scène de théâtre. C'est cela qu'il faut comprendre. C'est cela qu'il faut voir, c'est cela qu'il faut débusquer, et non pas jouer un rôle plus plaisant, pour toi ou pour les autres. Quel que soit le spectacle, ça demeure un spectacle. Que cela soit le spectacle (du gourou habillé avec sa robe de couleur, ou de la religieuse qui s'efface), cela ne change rien : c'est un spectacle. Il faut aller au-delà du spectacle.

Question : la réfutation, comme l'Abandon à la Lumière sont des finalités qui n'en sont pas ?
C'est exact, tu peux le dire comme ça, là où tu es. Mais attention que cette affirmation ne te rende pas immobile au sein de l'ego et t'empêche de réaliser ce qui est à réaliser, au sein même de l'ego. Saisissez bien que la réfutation agit sur l'ego, sur l'illusion. Elle fait taire l'illusion, parce que le mental n'a plus de prise. Attention que le mental ne te dise pas que, finalement, il n'y a pas de finalité, et n'entraîne que tu sois obligé de laisser tomber parce ta raison a pris le dessus. Les mots employés, dans vos questions comme dans mes réponses, doivent être dépassés. La présentation de la réfutation est un exercice qui va vous conduire à observer, à regarder, et ne pas vous fier seulement à votre raison ou à vos croyances mais, bien évidemment, à aller au-delà. C'est comme quand l'humain parle d'amour. L'amour humain est une projection, en permanence, parce qu'il est conditionné (aux sens, aux regards, aux croyances). Le seul Amour véritable, c'est celui qui est lui-même, qui ne sait pas pourquoi il Aime, parce que cela est sa nature, découverte et révélée. Tant que l'amour est tributaire d'un lien du sang, d'un lien charnel, d'un lien, quel qu'il soit sur cette Terre, ce n'est pas l'Amour, c'est l'illusion de l'amour. Les Anciens vous ont dit, pendant des années : l'Amour est Vibration, la Conscience est Vibration. Tout le monde, sur cette Terre, dit : « j'aime ». Mais est-ce que pour autant, il sent le Soi ? C'est la personnalité qui aime une autre personnalité, parce qu'elle s'y retrouve et s'y complait. L'Amour jaillit, tel une Source spontanée, dès l'instant où le « je suis » est Réalisé, dès l'instant où la Présence est là. Et ce n'est pas dirigé vers quelqu'un, c'est une émanation naturelle de ce que tu Es qui te conduit, dès l'instant où même cela n'est plus observé, à l'Absolu. Qui n'est pas une finalité, exactement. Parce que c'est très exactement ce que tu Es. Seul l'endroit où tu t'es placé, n'est pas bon. Alors, attention que le mental ne s'empare pas de cette notion de finalité ou de non finalité. Sans ça, cela va reproduire la même chose que pour l'amour. Il faut être vigilant. Mais cette vigilance n'est pas mentale : c'est une vigilance de la conscience qui vous installe dans le Présent, dans le « je suis ». Et une fois le « je suis» Réalisé, il faudra dépasser le « je suis ». Ou alors, atterrir directement dans l'Absolu que vous Êtes, de toute Éternité. Mais c'est pas vous qui décidez. Par contre, au niveau de la personnalité, c'est vous qui décidez : de pratiquer la réfutation, de voir clairement les choses, telles qu'elles sont, et non pas telles que vous voulez qu'elles soient, ou telles que vous croyez qu'elles sont. C'est profondément différent. Quand le Soi se découvre, ce que vous nommez les chakras s'activent. Vous percevez la Vibration, et bien sûr, vous baignez dans la Vibration. Parce que c'est tellement nouveau, tellement agréable, et tellement différent. Mais vous savez très bien que la Vibration est conditionnée (à vos méditations, à vos humeurs, aux cycles de la lune, du soleil), donc c'est éphémère aussi. Il faut aller au delà de la Joie. Tout ça, ce sont des expériences. Bien évidemment, qui ouvrent la Conscience, mais je te rappelle que l'Absolu n'est pas la Conscience. Rien ne peut être dit de l'Absolu. Tu ne peux que témoigner, ici-même, dans cette forme, de ce qui se passe, et qui est donc aussi éphémère. Parce qu'il y a une joie et un bonheur à communiquer ce qui est vécu. Mais ce n'est qu'un reflet, la Vérité ne peut pas être connue de cette façon. Par contre, le témoignage peut être rendu. Parce que ce témoignage rendu, tel que je le fais, va vous permettre de vous poser les bonnes questions, et de réaliser ce court-circuit du mental. L'Absolu n'est pas une finalité. Parce que si tu parles de finalité, bien évidemment, cela veut dire qu'il y a une route et un chemin, et donc du temps. Tant que tu considères qu'il y a une finalité, tant que tu considères qu'il te faut du temps, bien sûr, ce n'est pas Réel : l'Absolu n'est pas dans le temps. C'est tout cela qu'il faut réaliser. C'est la Vérité. Le mental a horreur qu'on lui dise que rien n'existe de ce qu'il propose : c'est la pire des solutions pour lui. Rappelez-vous : la méditation met le mental au repos, elle vous donne à voir les pensées. Mais qui est capable d'arrêter les pensées ? Seul celui qui est Absolu. Sinon, les pensées sont toujours là. Elles sont tapies, prêtes à surgir, dès que vous avez une contrariété, dès que vous entendez du bruit, dès qu'on vous touche, dès que les lois de l'incarnation vous rattrapent, dans le corps ou dans le mental. L'Absolu n'a que faire de tout cela. Il n'est ni dedans, ni dehors, il est partout.

Question : la réfutation doit-elle être permanente, active, à longueur de journée, pour toute pensée qui se présente ?
Le but de la réfutation n'est pas d'être permanente. Il est de te mettre en distance, en observateur, en témoin. Quand ce corps mange, tu n'Es pas ce corps : c'est un véhicule que tu nourris. Le problème de la conscience humaine (peu importe les raisons), c'est qu'elle est persuadée qu'elle ne peut pas sortir de ce corps. Qu'elle y est piégée, même si elle s'y plaît. C'est comme si tu me disais que tu conduis ta voiture et que, le soir, tu ne peux pas en sortir quand tu vas te coucher : tu es devenu la voiture. La réfutation n'est pas la disparition. Le corps, il sera toujours là, tant qu'il est vivant. Quand il mourra, tu seras toujours Vivant. Avant que le corps n'apparaisse, tu étais Vivant, mais tu n'en as pas le souvenir. Qui Étais-tu ? La réfutation va te conduire à réaliser ce que tu Es, et non plus ce que tu crois. Ce n'est pas la peine de dire, par exemple, quand tu manges des haricots, et que les haricots pénètrent ton corps, que le haricot est une illusion, parce que, pour le corps, il est une vérité : c'est ce qui lui permet d'exister. Mais tu n'Es pas ce qui existe. La réfutation doit sortir, je dirais, comme un mécanisme salutaire et spontané. Non pas dans le fait de manger des haricots mais, par exemple, d'affirmer que tu n'Es pas la voiture. Donc, cela concerne les choses, quand même, où il y a un principe d'identification, que cela soit à ce corps ou à ce mental. Cela concerne, effectivement, plus les pensées, les mécanismes habituels. Rappelez-vous que c'est votre conscience qui a perdu son Unité, qui a perdu l'Absolu, dans sa non-disparition, et qui donne présence et pesanteur à ce monde. Mais pour autant, dans les composantes de ce monde, certaines sont multidimensionnelles. Vous, non. Les Anciens, les Étoiles, vous ont dit que vous n'Êtes pas attaché. Mais ne confondez pas le détachement avec la négation : ce n'est pas parce que la réfutation est une négation, qu'il faut être en négation de la vie, quelle qu'elle soit. Sans ça, l'ego va s'en emparer. Et vous risquez d'arriver au résultat opposé : la dépression. Parce que vous n'y arrivez pas, parce que l'ego va vous dire qu'il faut y arriver. L'exemple que j'ai donné, concernant le théâtre, est le plus parlant. L'exemple de la corde, aussi, est important, qui est prise pour un serpent, jusqu'à ce que la lumière éclaire la corde, et donc la peur disparaît (ndr : exemple cité dans l'intervention d'O.M. AÏVANHOV du 6 mai 2012) : ne pas confondre le contenant et le contenu. Quand tu as un récipient, qui est rempli d'air, scellé, et que ce récipient se casse, est-ce que l'air disparaît ? Non. Le contenu demeure, mais il n'est plus contenu, il n'est plus limité. De la même façon, quand vous parlez d'un bijou en or, qui a une forme, qu'est-ce qui est important pour vous ? Bien sûr, c'est la forme du bijou. Ce qui est important (si l'on peut dire) pour l'Absolu, c'est la réalisation, pour toi, que l'or est toujours là. Et que ce n'est pas parce qu'il a pris une forme donnée, que l'or n'existe plus. Vous êtes, viscéralement, chevillés à ce corps. Vous êtes, viscéralement, chevillés à ce mental. Mais ni le corps, ni le mental, ne vous sont d'une quelconque utilité, pour l'Absolu. Il n'est pas question de brûler le corps. Par contre, on peut brûler le mental. Ce qui sera, après, d'autant plus facile pour vivre le fait que, réellement, tu n'Es pas ce sac de nourriture.

Question : quand on réfute et que le mental semble répondre « je ne suis rien », que faire ?
Le mental te ment. Il est tout sauf rien. Mais il veut te faire croire qu'il n'est rien, pour que tu te détournes de lui. C'est le principe, aussi, de la fausse Humilité, comme précédemment, ou de la fausse Simplicité. Ce qui est rien, en définitive : c'est tout le complexe éphémère contenu dans le sac de nourriture, et le sac de nourriture lui aussi. C'est changer de point de vue, qu'il faut. La réfutation est le moyen de changer de point de vue, en totalité. Ce n'est pas en niant le corps, ou en le tuant, que tu vas être Absolu. L'Absolu contient le corps, mais il sait qu'il est illusion. L'Absolu ne peut pas être en dehors de quoi que ce soit. Simplement, il existe, dans le mental comme dans le corps, des éléments qui empêchent de voir l'Absolu. Et donc, si tu déplaces ton point de vue, comme dans l'exemple du théâtre, tout se passera bien. La réfutation, comme je l'ai dit, doit vous remplir de Paix. Elle doit remplir ce sac de nourriture de Joie. Et à un moment, tout va disparaître. Il te semblera être une conscience Libérée de tout. Et si tu abandonnes cette conscience même, alors, l'Absolu est donné à voir, et à Vivre. Pas avant. Tant que vous donnez vous-même le moindre poids, tant que vous accordez la moindre conscience, à ce sac, à ce que vous croyez être, vous, vous n'avez pas changé de point de vue, vous êtes encore en train de jouer sur la scène, ou être l'observateur de la scène. Vous croyez qu'il existe encore un théâtre. Changez de point de vue. Acceptez de ne plus être saisis et enfermés, par le spectacle, par le fauteuil, par le théâtre lui-même. Et vous verrez la Vérité. C'est très Simple. La Simplicité, elle est là.

Question : c'est quoi, le non-Être ?
Mais le non-Être, c'est quoi ? Est-ce que je peux te parler de l'Absolu ? C'est le premier principe que j'ai énoncé : rien ne peut être dit sur le non-Être. Rien ne peut être dit sur l'Absolu. Tu ne peux que rendre témoignage quand tu y es, là où il n'y a rien à Être. Tant que tu cherches à comprendre, il s'éloigne. Tu ne peux pas comprendre ce que tu Es. Abandonne cette idée stupide : cela t'éloigne de ce que tu Es. Il faut bannir le mot compréhension : ça veut dire « prendre avec », mais tu ne peux pas te prendre toi-même. Tu regardes là où il ne faut pas, et tu laisses ta tête regarder ailleurs. Est-ce que tu peux te voir sans un miroir ? Tu ne peux que t'imaginer, dans un schéma corporel, que tu appelles le sac de nourriture, avec ton histoire, avec ce corps. Mais sincèrement, est-ce que tu peux te voir sans miroir ? C'est impossible : tu ne peux pas voir ce que tu es. Le point de vue n'est pas bon. Donc, vouloir apprivoiser le non-Être, en expliquant le non-Être, ne veut rien dire. C'est impossible. Puisque, par définition, comprendre, c'est faire jouer la conscience, que cela soit dans le Soi ou dans le « je ». Mais l'Absolu est a-conscient. Il ne peut rien saisir, puisqu'il est Tout. Il est immuable, il a toujours été là. Toi, tu bouges tout le temps. Tant que tu crois connaître quelque chose, tu es ignorante. Accepte de ne rien connaître. Accepte de ne rien comprendre. D'ailleurs, cela vous a été appelé, par l'une des Étoiles, la Voie de l'Enfance (ndr : THÉRÈSE DE LISIEUX). Est-ce que l'enfant se soucie d'expliquer pourquoi le soleil se lève ? Et s'il se lève à l'ouest, ou ailleurs ? Est-ce qu'il a besoin de savoir ce que savent les adultes ? Sortir de l'enfant, ce n'est pas devenir un adulte, c'est devenir un arriéré, dans tous les sens de ce terme. Comprendre est adaptable à ce monde, et vous sert à évoluer dans ce monde. Mais évoluer dans ce monde, c'est déjà ne pas être dans l'Absolu. C'est ça qu'il faut comprendre, sans comprendre. Et ce n'est pas une compréhension. Ça ne peut pas, non plus, être une expérience, comme pour le Soi. C'est un état au-delà de tout état, c'est l'Ultime, dont rien ne peut être dit. Tu peux juste rendre témoignage de ses effets, mais tu ne peux pas rendre témoignage de ce dont tu n'es pas conscient dans l'a-conscient. Et d'ailleurs, aucun ego ne s'amuserait à parler de l'Absolu, parce que pour lui, ça ne voudrait rien dire. Aucun ego ne peut témoigner de l'Absolu qu'il n'est pas. Il peut témoigner du Soi. Il peut écrire des milliers de livres sur le Soi, sur la Réalisation, sur l'Éveil. Mais l'Éveil et la Réalisation ne te feront jamais sortir du théâtre. Tout au plus, ça fournira des éléments de gratification, dans ce monde. Et des expériences de Joie, des expériences de Paix. L'Absolu n'est ni Joie, ni Paix, il n'est pas concerné par cela. Donc, je ne peux rien te dire sur le non-Être.

Question : pourquoi ce monde Illusoire, dans lequel nous vivons, nous semble exister ?
Parce que tu existes dedans : tu as projeté ta conscience dans quelque chose qui a été projeté. C'est un rêve, ou un cauchemar. Ça veut dire que, si tu vois comme ça, c'est que tu es partie prenante et totalement inséré dans l'Illusion. Est-ce que quelqu'un qui est mort peut se soucier ou donner du poids à ce qu'il était avant ? Est-ce qu'il peut emporter sa maison, sa femme, ses enfants, son argent ? Réponds objectivement à cette question. Eh bien, c'est le même principe entre l'Absolu et le Soi. Quand tu dors, le monde n'existe pas. Tu n'es pas conscient du monde, tu n'es pas conscient de tes enfants, de ta femme : tu dors. Te poses-tu la question à ce moment-là ? Tu devrais. Si tu cognes ce sac de nourriture, il a mal, il souffre. Et tu dis : « j'ai mal ». Ça veut dire quoi ? Que tu existes dans ce corps : il prend ta conscience. Ta conscience s'exprime et s'imprime dedans. Peux-tu te voir ? Tu peux voir tes mains, tes pieds, mais peux-tu voir, à part le bout de ton nez, sans miroir ? Peux-tu voir derrière toi, sans miroir, sans te retourner ? Il y a donc une polarité (un axe, si tu préfères). Tout cela n'existe pas : c'est un rêve. Et quand tu rêves, tu sais très bien que le rêve est plus réel que le Réel, dans certains cas. Mais le réel de ce monde, n'est pas la Vérité. Le Réel est ce qui est immuable, sans mouvement, au centre, ce qui sous-tend tout le reste. Pose-toi la question, pour résoudre l'énigme, au-delà de ce qui se passe durant tes nuits : quelle est ta finalité, dans ce monde ? Quelle est ta finalité, en tant que sac de nourriture, et de conscience attachée à ce sac ? Est-ce que tu peux me dire, toi aussi, qui tu Étais avant ? En as-tu le souvenir, la mémoire, le vécu ? Ce n'est pas possible. Et là, cela te semble solide ? Non : c'est bâti sur du vent. Mais je rajouterai : à toi de voir. Si tu penses que ce que tu vis est réel (parce qu'il y a souffrance ou parce qu'il y a Joie), alors, ne t'intéresse pas à l'Absolu, contente-toi du Soi. La plupart des humains qui cherchent le Soi ne cherchent qu'une amélioration de leurs conditions dans la personnalité. Un mieux-être, un bien-être. Alors que l'Absolu, c'est le non-Être. Le bien-être et le mieux-être n'ont rien à voir avec le non-Être. De même que ça n'a rien à voir avec le mal-être. Avec quel que soit le qualificatif de l'être. Quel que soit ce que tu éprouves, dans les moments de satisfaction, de plaisir, de déplaisir, de souffrance. Cela te semble réel, parce que tu y as accordé un poids, parce qu'il y a des règles, des limites, des cadres. Tributaires de ce monde, exclusivement sur ce monde. Est-ce que quand tu es mort, tu paies tes impôts ? Est-ce que tu te lèves le matin, est-ce que tu te couches le soir ? Est-ce que tu manges ? Qu'est-ce qui disparaît, qu'est-ce qui demeure ? Qu'est-ce qui se réincarne, a priori, si ce n'est le « je » des complexes inférieurs ? Dans une forme différente, dans un mental différent, dans une expérience différente, dans des rapports au monde différents. Mais finalement, ça ne fait aucune différence : c'est la même chose, c'est de l'Illusion. Mais réjouis-toi, parce que, quoi que tu fasses, quoi que tu sois ou ne sois pas, tu iras là où te portes tes propres illusions. Mais en définitive, l'Absolu demeure : c'est ce que tu Es. Mais rappelez-vous, il n'y a aucune solution possible pour passer de ce qui est connu à ce qui est Inconnu, dans ce sens-là.

Question : Est-ce que l'on peut voir la vie que nous avons comme une grande farce ?
Eh bien, je répondrais que ça dépend avec quoi elle est farcie. Certains vivent un drame et celui qui vit un drame le vit vraiment, puisqu' il y est identifié. Quand tu perds un être cher, tu souffres. Du moins, il existe, au sein de cette illusion, le sentiment de souffrir. Qu'est ce qui souffre ? Ce n'est pas toi, bien sûr : donc tu ne vis pas une farce. Quelle que soit la façon dont c'est farci, c'est juste une impression. Cette farce n'est pas risible. Ce qui est risible, c'est le rire. Celui qui existe au-delà de toute existence, ici, dans le Non Être ou dans le Soi. Tu auras beau te dire que c'est une farce, est-ce que, pour autant, tu sors de la farce ? La farce doit se dérouler tant que ce sac de nourriture tient debout. Tu en es d'accord. C'est pour ça qu'il faut changer de point de vue. Qu'est ce que tu vas devenir, si tu es identifié à ce sac de nourriture ? Qu'est ce que tu deviens si tu penses que tu es tes sentiments ? Qu'est ce que tu deviens, si toi, qui es Éternel, adhères à quelque chose qui est éphémère ? Là, est la souffrance. Là, est l'illusion d'être séparé, d'être divisé. Et bien sûr, plus on aime quelque chose ou quelqu'un, si il vient à disparaître, on souffre. Mais quel est ce type d'amour qui souffre ? C'est l'attachement, seulement l'attachement, qui est responsable de la souffrance. Si tu n'es attaché à rien, même pas au fruit de tes actions, et que tu laisses tes actions se faire, si tu fais (comme je disais) ce que te donnes la vie à faire, sans t'y attacher, tu pourras dire que c'est une farce. Mais tu constateras très vite que si ton point de vue a changé (c'est-à-dire si tu t'es abandonné à la Lumière, si tu abandonnes le Soi), tout sera extrêmement facile, parce que, quoi qu'il arrive, rien ne pourra te déstabiliser. Si tu es déstabilisé, c'est que tu existes et que tu es partie prenante de la farce, de la scène de théâtre, comme je la nommais. Alors, que la scène de théâtre te remplisse de contentement ou de souffrance ne change rien, fondamentalement, même si l'ego va te dire qu'il est préférable d'être contenté que de souffrir : c'est logique, puisque l'ego ramène tout à lui. Et s'il ne peut pas ramener à lui, il souffre. Et si ce qu'il a aimé, dans le limité ou la chair de sa chair, disparaît, ou son travail, il peut plus ramener à lui ce qui disparaît. En quelque sorte, le plus simple, c'est déjà de disparaître à soi même. Non pas en mettant fin à quoi que ce soit, mais, encore une fois, en changeant de point de vue, de vision, si tu préfères. D'être lucide, totalement lucide. Si tu deviens lucide, aucune farce ne pourra ébranler quoi que ce soit. Et là, ça pourra être risible pour toi, parce que, toi, n'es plus inséré dans l'attachement, parce que, toi, n'est plus inséré dans une recherche illusoire de quoi que ce soit. C'est de cette façon que l'on arrête d'être le spectateur de la scène de théâtre et qu'on laisse la scène de théâtre se dérouler, pour le spectateur et pour le théâtre. Et toi, tu n'es plus le théâtre. Est ce que ça veut dire que le théâtre a disparu ? Non. C'est le point de vue. Tu étais une conscience enfermée : l'acteur. Tu deviens une conscience libérée : l'observateur ou le spectateur. Et puis après, ton point de vue n'est plus le même. Qu'est ce que tu constates ? Que la scène de théâtre ne te concerne pas. Que l'observateur ne te concerne pas. Que le théâtre ne te concerne pas. Parce que tu es ce qui a permis le spectacle, le spectateur, et le théâtre lui-même. Il n'y a rien d'autre que l'Absolu. Même l'autre, aimé ou détesté, n'est qu'une projection sur ta propre scène. Alors, vous imaginez quand vous êtes plusieurs à regarder le théâtre ou à jouer les scènes. Bien sûr que, mutuellement, vous renforcez l'illusion que c'est réel parce que vous jouez les interactions, vous jouez les rôles. Il faut découvrir qu'il y a des spectateurs. Il faut découvrir qu'il y a un théâtre et il faut découvrir, mettre à jour, qu'il n'y a pas plus de théâtre qu'autre chose. Mais ne tue pas le théâtre, ni l'acteur, ni le spectateur, sinon, tu leur donnes une existence. Saisis-tu la différence ? Tu ne peux pas tuer ce qui n'existe pas. C'est un rêve. Comme tu dis, c'est une farce. Tu es ailleurs. Tu es ce qui a permis la farce. Mais, en aucun cas, tu n'es la farce.

Question : Il a été question de l'étape ultime du Soi qui serait la Présence. Qu'en est-il par rapport à cette image de scène de théâtre ?
La Présence serait celui qui a pris conscience de l'acteur, du spectateur, du fauteuil et du théâtre mais il n'est pas encore sorti du théâtre, donc, il ne peut pas voir que le théâtre n'existe pas. Saisissez bien quand je dis « voir », c'est bien au-delà du voir.

Question : vous m'avez dit de me placer dans l'Éternité et dans la Vérité. Mais je constate qu'il y a des oublis, des habitudes qui empêchent de vivre ça.
C'est faux. Tu n'es pas tes habitudes. Tu te laves tous les matins. Tu manges tous les midis. Tu vois les mêmes personnes, le plus souvent, toute ta vie. C'est des habitudes. C'est ton point de vue qui ne va pas. Tu te places dans l'habitude. Il n'y a rien qui puisse empêcher, bloquer, figer, ce que tu Es et ce que tu n'es pas. Aucune habitude, quelle qu'elle soit, n'est un prétexte valable. C'est la personnalité qui croit ça et qui te suggère que ce sont les habitudes qui t'empêchent d'être ce que tu n'es pas. C'est faux. C'est à récuser. Une habitude ne sera jamais éternelle, même si elle se reproduit. L'habitude crée une accoutumance à la personnalité mais, en aucun cas, ne gêne l'Absolu. Ce que tu dis illustre ce que vous dites, pour beaucoup. Vous voulez travailler sur la personnalité. Vous voulez travailler sur ce que vous connaissez. Il n'y a pas à travailler sur ce que vous connaissez. Il y a juste à le voir pour ce que c'est. Il y a juste à se rendre compte, pas à comprendre. Il y a juste à saisir que vous n'êtes rien de tout cela. Ce n'est pas votre vie qui doit changer. Ce ne sont pas vos habitudes. C'est vous. Mais vous n'êtes pas vos habitudes. Quand je dis vous ou toi, je m'adresse à l'Absolu. Vous êtes identifié à ce que vous faites. Vous êtes identifiés à ce que vous fait la vie. Aucune identification ne vous sera d'aucun secours. Je m'adresse à vous depuis l'Absolu. Si cela ne vous concerne pas, fermez vos oreilles. Mais si cela vous concerne, ouvrez grand votre Cœur. Quand je fus incarné, au sens ou vous l'êtes, j'en avais des habitudes. Beaucoup. Je dirais même plus, l'habitude agréable ou désagréable ne peut gêner ce que tu Es, encore moins que l'événement imprévu, parce que l'habitude est très connue et ce qui est très connu se passe de ta conscience. Quand tu conduis ta voiture, est-ce que tu penses à appuyer sur une pédale, ou est-ce que ça se fait tout seul ? Raison de plus. Une habitude te libère, le plus souvent. Ce n'est pas pour cela qu'il faut prendre des mauvaises habitudes, sans cela vous allez souffrir. Ce corps va souffrir. Mais rappelle-toi qu'une habitude, le plus souvent, détourne ta conscience de ce qui est vécu dans l'habitude et, en quelque sorte, libère ta conscience pour autre chose. Celui qui n'a pas d'habitude dépense beaucoup plus d'énergie, de vitalité, que celui qui a des habitudes. Donc, ne vous plaignez pas de vos habitudes. Ne vous plaignez de rien. Faites ce que la vie vous demande. Mais vous n'êtes pas ce qui faites. Là aussi, c'est un stratagème de l'ego, qui va vous faire croire que parce que vous avez un conjoint qui est méchant, un enfant qui est terrible, des impôts à payer, que vous n'avez pas l'esprit tranquille et que cela vous éloigne. Ça vous éloigne du Soi mais pas de l'Absolu. Il ne s'est jamais éloigné.

Question : en français, réfuter signifie repousser une idée en prouvant sa fausseté. C'est une définition qui s'applique à la réfutation telle que vous la présentez ?
En totalité. Sers-toi de la logique de la personnalité. Par exemple, quand tu dis : « le soleil se lève » parce que tu le vois se lever, qu'est-ce qui observe le soleil se lever. Si c'est toi, où tu es ? Celui qui est à l'opposé de la Terre, lui, le voit se coucher ou absent. Qui dit vrai ? C'est éphémère. Y a rien de plus éphémère qu'un jour ou qu'une nuit. Il faut réfuter ce qui est éphémère. Pas la vie. Parce que tout ce qui change ne peut être réel. Le Réel ne peut changer. C'est pour ça que l'habitude peut être, en quelque sorte, une approche ou, en tout cas, tu es plus proche, de ce que tu es, de ce que tu n'es pas dans l'habitude, qui te concerne. Le soleil a l'habitude de se lever. Sais-tu s'il va se lever demain ? Par probabilité, tu vas répondre : oui. Mais qu'est-ce que la probabilité, dans l'Absolu ? Une incertitude. L'Absolu ne peut être que certitude. Regardez dans nos échanges, entre nous, aujourd'hui. C'est toujours la personnalité qui cherche à diriger parce qu'elle veut se saisir, elle veut comprendre, elle veut assimiler. Vous n'êtes pas le contenant. Vous n'êtes pas une forme précise. Vous êtes le contenu (dans mes exemples précédents : l'air). Dans l'exemple de l'or : vous n'êtes pas le bijou, vous êtes l'or : ça fait une sacré différence. Des l'instant où vous qualifiez un objet, vous perdez le sens même de l'essence. Vous rentrez dans une forme, une définition, une caractérisation. Tout ce qui a forme, tout ce qui est caractérisé, tout ce qui est identifié, n'est pas réel.

Question : Dans un échange entre deux humains que faut-il réfuter pour que la relation à l'autre n'implique aucune distance ?
Il faut réfuter l'humain. Il faut réfuter la relation. Il faut réfuter la distance. Tout dépend de ce que tu recherches. Si tu me parles en disant que tu cherches l'harmonie dans cette relation, cela ne correspond aucunement à l'Absolu. L'Absolu n'a que faire d'une relation. L'Absolu, en définitive, n'a que faire de votre forme humaine mais il permet cette forme. Il permet tout. Il n'exclut rien. Tu ne peux établir de relation au sein de l'Absolu parce que rien n'est séparé. Rien ne peut être en relation. La relation, au sens humain, comme au sens ou vous le vivez, peut être, vous conduit à vivre l'absence de séparation. Tout ce qui a été nommé, par les Anciens, la Communion, la Fusion, la Dissolution, tout cela ce sont des expériences qui peuvent favoriser le changement de point de vue. L'Absolu est très simple mais il vous demande le sacrifice ultime. Si vous n'êtes pas prêts, restez dans le Soi, parce qu'il n'y a pas à être prêts. Il n'y a pas de distance. Il n'y a pas de temps. Il n'y a pas de monde. Donc comment une relation pourrait exister dans quelque chose qui n'existe pas. Réalisez cela et seulement après, vivez la relation parce que vous ne serez pas impliqué. Et tout ce qui n'implique pas, permet une meilleure Réalisation, parce que vous ne définissez pas la relation par rapport à votre expérience passée, par rapport à vos désirs, quels qu'ils soient. Aucune relation ne peut vous permettre d'être Absolus. Aucune communion ne peut vous permettre d'être Absolus. Améliorer ceci ou cela, favoriser ceci ou cela ne concerne pas l'Absolu, ne concerne pas ce que tu Es, même si tu y crois.

Question : Quand il est dit « Restez tranquille » cela fait référence à un état de méditation ?
Certainement pas.
Question : ou à un état ou l'on est tout simplement tranquille, voire léthargique ?
Ni l'un ni l'autre. Restez tranquille, c'est ne pas interférer dans ce qui se déroule. Encore une fois, c'est changer le point de vue. Aucune méditation ne conduit à l'Absolu. La terreur de la mort peut y conduire plus facilement. La souffrance extrême peut y conduire beaucoup plus facilement que la paix de la méditation. La méditation est, en quelque sorte, une farce, elle aussi. Tout dépend de votre objectif. Pour le Soi, c'est parfait. Pour le Je, c'est parfait aussi, parce que celui qui médite va être plus calme, il va voir plus clair dans la vie qu'il vit. Mais est ce que ton but est de voir clairement ce que tu vis dans ta vie ? Ou de laisser vivre ta vie se vivre et d'être ce que tu Es ? Ce n'est pas du tout la même chose. Rester tranquille, ce n'est ni être léthargique, ni être actif, c'est laisser se faire ce qui se fait, parce que tu n'es pas ce qui se fait. Tu crois que c'est toi qui le fais. Tu crois que c'est toi qui décides, de divorcer, de te marier, ou de mener n'importe quelle action. Mais tu n'es rien de tout cela. Prends conscience qu'à travers ta question, comme toutes les questions, il n'y a que la persistance de celui qui croit pouvoir acquérir quelque chose, dépasser quelque chose. L'Absolu n'est ni une acquisition, ni un dépassement, ce n'est même pas une transcendance. Regardez et voyez tout ce que vous connaissez. L'Absolu n'y est pas. Il l'inclut, bien sûr. Mais ça vous inclut dans l'illusion, et non pas dans l'Absolu. Il faut vous exclure, mais s'exclure, n'est pas se retirer de la vie, bien au contraire : c'est s'exclure de toutes les croyances éphémères. C'est, ne pas être impliqué, mais faire. L'Absolu se révèle de cette façon à vous. Mais tant que vous croyez, d'une façon comme d'une autre, que vous avez à avancer, que vous avez à vous améliorer, tant que vous croyez que vous êtes tributaires d'un quelconque facteur d'évolution, d'une quelconque amélioration, d'un quelconque temps ou d'un quelconque espace, vous vous leurrez vous-même. En fait, c'est l'ego qui vous leurre. Et il vous emmènera toujours dans des culs de sac, dans des impasses, dans des zones de plus en plus sombres. C'est cela, qu'il faut voir.

Question : Est-ce que l'accueil, l'acquiescement, manifestent l'Absolu ?
Qu'est ce que tu veux accueillir ? À quoi veux-tu acquiescer ? Tu peux accueillir la Lumière. Tu peux accueillir le Christ. Tu peux accueillir ton mari ou ta femme. Mais tu ne peux pas accueillir l'Absolu. Tu ne peux pas accueillir ce que tu Es. Tu ne peux pas acquiescer à ce que tu Es, puisque cela Est. Dans le sens de ta question, il y a toujours la notion de posséder. On ne possède pas l'Absolu. On ne va pas vers lui. On ne le découvre pas. Il se découvre dès l'instant où tu as chassé tout le reste. Déjà, même le fait de penser que tu peux accueillir l'Absolu considère que tu es un récipient, un contenant. Tu n'es pas un contenant. Tu es Absolu. Donc, comment peux-tu acquiescer ou accueillir ce que tu Es déjà ?

Question : s'il convient de réfuter la peur, doit-on réfuter toutes les émotions ?
Qu'est ce qu'une émotion ? Ça passe. Tout ce qui passe, passera. Ce n'est pas l'Absolu. Surtout l'émotion parce que l'émotion tend à vous identifier à ce que vous vivez. Quand vous dites : « je suis en colère » ou « je suis triste », bien sûr qu'il y a une identification. Mais, là aussi, vous ne pouvez pas dire que vous n'éprouvez pas une émotion qui se manifeste. Et le temps que tu la réfutes, l'émotion sera déjà passée. Une émotion ne peut pas durer, même s'il y a un fond de colère, même s'il y a un fond de tristesse, mais à ce moment là, ce n'est plus de la tristesse / émotion. Tu n'es pas plus ta joie que tes peurs, tes plaisirs que tes peurs. Regarde passer les émotions. Elles ne sont pas toi. Elles n'obéissent qu'à ce qui a déjà été construit. C'est une réaction à quelque chose. Tu n'es ni l'action, ni la réaction, ni le faire. Rester tranquille, c'est aussi cela. Ce n'est pas s'allonger et attendre la fin de quelque chose. J'en reviens à la même chose : c'est le point de vue qui change. Où êtes-vous ? Que regardez-vous ? Que faites-vous ? Qui est ce qui regarde ? Qui est ce qui fait ?

Question : La réfutation et la crucifixion, est-ce la même chose ?
La crucifixion, ça fait mal. La réfutation ne fait pas mal. La crucifixion implique la mort et la résurrection. La réfutation ne fait mourir que ce qui est illusoire, dans les croyances, mais ne fait pas disparaître le sac de nourriture, jusqu'à preuve du contraire. Ne rajoute pas des clous à ce qui est douloureux : ce corps. Sur le plan symbolique ou historique, la Crucifixion est suivie, pour le Christ, d'une Résurrection dans un corps différent, un Corps de Gloire. L'Absolu n'est pas cela. L'Absolu ne se soucie d'aucun corps, fût-il le Corps de Gloire. Cela ne le concerne pas.

Question : l'incarnation est la seule chose qu'on ne peut pas réfuter ?
Tu ne peux pas réfuter ce qui est sur ce monde. Encore une fois, la réfutation ne permet que de changer le point de vue. C'est un mouvement qui te conduit à être immobile. Réfute tout ce qui est éphémère. Sans aucune exception. Mais si la réfutation que tu pratiques te conduit à quitter quoique que ce soit ou qui que ce soit, ce n'est pas de la réfutation. La réfutation est logique. Elle n'est pas faite pour souffrir. Elle n'est pas faite pour autre chose que vous sortir des illusions, des attachements. Ce n'est pas parce que tu réfutes l'incarnation qu'elle va disparaître. Elle disparaîtra bien toute seule, sans que tu t'en occupes. Ne vous posez de questions sur la façon de réfuter. L'objectif de la réfutation est un jeu qui laisse place libre à ce que tu Es, au « Je suis », aussi et au non ?tre, ensuite, si tu en es d'accord, pour réfuter le soi. Il n'y a rien d'obligatoire. Ce n'est pas un objectif. Mais le vécu prouve que si vous rencontrez un être Libéré, il ne peut vous montrer l'Absolu. Il ne peut vous Libérer. Mais ce qu'il vous dit (vos questions et les réponses) facilite ce que vous ?tes, facilite le non ?tre. Je ne m'adresse pas à tous ceux qui me lisent ou qui m'écoutent. Peu d'entre vous peuvent m'écouter et m'entendre parce que beaucoup tiennent à leur ego. Beaucoup tiennent à leur Réalisation, à leur Éveil. Tant que vous tenez quoi que ce soit, vous n'êtes pas Absolu. L'Absolu ne tient rien : il soutient. Mais ce n'est pas vous qui soutenez. L'Absolu soutient absolument tout. Soutenir n'est pas tenir. Justement : c'est être en dessous, inapparent, invisible, à ce qui tient. C'est bien au-delà de la cause. Je dirais que c'est ce qui sous-tend la cause : au-delà de l'apparence, au-delà de la logique, au-delà de l'explication ou de la compréhension. Dans ce monde, vous ne pouvez qu'analyser que ce qui est de ce monde (que cela soit par la science, par les sens, par l'expérience). Rappelez-vous : l'Absolu n'est pas une expérience. Ce n'est pas, non plus, un état puisque c'est un non état. Tant que vous vous posez, à vous-mêmes, une question (je ne parle pas de nos échanges mais tant qu'en vous-mêmes existe une question, une seule), vous n'êtes pas Absolu. L'Absolu n'est ni dans la question, ni dans la réponse (celle que vous vous posez à vous-mêmes ou les réponses que vous apportez à vous-mêmes). Là aussi, c'est un point de vue qui est hors de ce monde, hors de sa causalité. Ce que vous considérez comme être la vie (votre existence, le fait d'exister), c'est déjà être en dehors. L'Absolu n'est ni dehors, ni dedans : il est partout. Il soutient tout. Vous ne pouvez le voir en tant qu'Absolu mais vous pouvez, tout à fait, voir ce qui est non Absolu. Il n'y a pas de jeu de mots là dedans. C'est l'évidence même.

Question : d'où vient mon impulsion de ne plus me réincarner, de me fondre dans la Source ?
Mais qui se réincarne ? Quand tu dis : « je me réincarne », c'est faux. Parce que tu parles nécessairement du « Je ». Le « Je » ne se réincarne jamais : il est éphémère. Il ne te suit même pas de vie en vie. C'est la personnalité qui se transforme et qui joue des jeux et des rôles. Affirmer que le « Je » ne veux plus se réincarner est présomptueux. Tu n'as rien à vouloir. Tout vouloir est issu de la personnalité où toute Impulsion vient de l'Âme mais pas de l'Absolu. L'Absolu n'a pas d'Impulsion. Donc, tant que tu exprimes un mouvement (une volonté, un désir), tu n'es pas dans le présent. Si tu t'installes dans le présent (et la Présence), il ne peut y avoir de désir. Dans le « Je suis », déjà, il est vécu que la réincarnation n'existe pas. Elle concerne que des « Je » successifs. L'Absolu n'est pas concerné (l'?treté, non plus) par la réincarnation. Exprimer un désir ne suffit pas à le voir se réaliser. Cela vous le sauriez, déjà, dans ce monde. Alors, comment peux-tu imaginer, dans un autre monde (ou un autre état), que cela soit possible ? Est-ce que tu penses que tu vas emporter ton désir ou ton Impulsion quand le corps aura disparu ? C'est faux. Tu n'emportes rien. Tu n'emportes que des regrets qui ne seront jamais comblés. Il faut chasser le désir, rester tranquille, là aussi, parce que tout ce que tu désires est, nécessairement, considéré et vécu comme extérieur à toi et donc, comme une quête, comme une recherche. Et, en plus, que tu reportes dans quelque chose que tu ne connais pas. Donc, tu projettes, déjà, sur l'Inconnu, ton connu. Cela ne peut pas marcher ainsi. C'est impossible. Je dirais même que c'est l'inverse. Abandonne le connu et l'Inconnu sera là. Il n'y a rien à vouloir parce que ce qui veut est lié au principe même de la projection car considéré comme manquant, dans le « Je » comme dans le Soi. Le manque ne concerne pas l'Absolu. Le désir encore moins. Continuons. Ne considérez pas que vous dites des bêtises parce que le fait de le dire les supprime.

Question : lorsque vous avez évoqué l'accueil et l'acquiescement, j'ai senti des frémissements dans la nuque, le dos et le bassin. Qu'est-ce que c'est ?
C'est le Double. Renonce à toi-même et tu verras. Les questions et les réponses ne sont pas des questions et des réponses. Simplement, nous nettoyons le connu. Nous l'enlevons. Et quand le connu n'est plus, qu'est-ce qu'il y a ? L'Inconnu. Laisse, là aussi, se vivre ce qui se vit. Ne cherche pas à l'expliquer, ni à le comprendre. Vis-le. Dès que tu expliques (ou comprends), tu ne le vis plus : tu sors du vécu. Il faut sortir du vécu mais pas par l'explication, pas par la compréhension : par le laisser faire. Tu n'es pas concerné. Seul le Soi est concerné. Pas l'Absolu.

Question : Quand CHRIST a dit « je suis la Voie, la Vérité et la Vie », est-ce que cela revenait à dire « je suis Absolu » ?
Non. « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie » peut te conduire à l'Absolu. Sans t'y conduire. « Moi et le Père sommes Un », est l'Absolu. Lui (et le Double), il est Absolu. La SOURCE est Absolue et est incluse dans l'Absolu. Mais la SOURCE n'est pas l'Absolu. Tant qu'il y a une voie (quelle qu'elle soit), vous sous-entendez un chemin, une amélioration. Cela conduit au Soi mais certainement pas à l'Absolu. La Vérité, oui (en tant que « moi et le Père sommes Un »). La Vie, oui, mais la Vie Éternelle, celle qui ne connaît pas la mort (pas cette vie). Il voulait vous montrer que rien ne peut mettre fin à la Vérité et à la Vie. Et surtout pas la mort, sinon, ce n'est pas la Vérité, ce n'est pas la Vie. Le CHRIST est un moule, un modèle, non pas qu'il faut suivre mais qu'il faut intégrer. Ce n'est pas la même chose. C'est une Conscience qui peut faire dire : « moi et le Père sommes Un : Absolu ». Le CHRIST vous a présenté un modèle (ou un moule) idéal pour ce monde. Il vous l'avait dit : vous ne pouvez pas suivre un moule ou un idéal. Vous l'incarnez ou pas. L'Absolu n'est aucun modèle, aucun moule. Il est bien au-delà de tout ça.

Question : une oreille qui siffle, en vous entendant, a-t-il une signification particulière ?
Oui, mais vis-le. Je ne vais pas te faire sortir du sifflement en te disant pourquoi. Absorbe. Si je t'explique, tu sors. Si je ne t'explique pas, tu vis la Vie. L'un des Anciens vous a parlé du Son, au-delà de tout son, qui est le témoin (ou le traducteur) de l'Absolu. Je n'en dirais pas plus. Vis le Son. N'observe pas le Son. Dépasse-le, en quelque sorte. Là aussi, comme tout à l'heure, dépasse ce qui arrive dans ton dos. Rappelez-vous que dès que vous voulez une explication sur le connu (quelle qu'elle soit), c'est l'Ego qui s'exprime. Même le Soi n'a pas besoin d'explication : il Est. C'est comme si le « Je suis » demandait pourquoi il était et pourquoi il est. Saisissez bien : qui pose la question ? Qui a besoin d'explications sur ce qui est vécu, plutôt que de le vivre ? Si tu te fonds dans le Son, tu deviens le Son. Il n'y a plus de distance. Mais si tu poses une question sur le Son (sur le sens du Son), tu t'éloignes.

Question : GEMMA GALGANI a précisé, dernièrement : « osez être rien, osez être tout ». Que suppose « osez » ?
C'est le même principe que pour l'Absolu. Si je te dis : « ose être ce que tu Es, l'Absolu », bien évidemment, c'est oser. Oser, c'est se dépasser, se transcender soi-même, dépasser le « Je », dépasser le Soi, pour accéder à autre chose. En sachant que cet accès n'est pas un passage (à proprement parler), que la Porte est imaginaire. C'est l'Ego qui a construit la Porte. C'est le Soi qui a construit la Porte. Si tu oses être rien : c'est la réfutation. Alors, tu oses être tout : c'est l'Absolu. Oser être rien, c'est oser être tout : le point de vue a simplement changé. Oser n'est pas un effort. Oser n'est pas un travail. Oser est un dépassement et une transcendance qui te fait dépasser le dépassement et la transcendance. Tant que vous n'osez pas (quel que soit le qualificatif que l'on y mette derrière), qu'est-ce que ça veut dire ? Que la peur empêche d'oser. Oser c'est être affranchi de la peur. C'est ne plus être retenu par rien, ni ne rien projeter. C'est la Vie et la Vérité.

Question : avoir conscience de la peur du néant suffit à la dépasser ?
Oui. Parce que la peur du néant va déclencher quoi ? Une angoisse. Où naît l'angoisse ? Certainement pas dans l'Absolu. Certainement pas dans le Soi. Mais, justement, dans les résistances de la personne. Le néant peut conduire (comme je l'ai dit, comme la souffrance), beaucoup plus facilement, à être Absolu, que la méditation parce que la méditation est un repère et un cadre (fût-il le plus agréable). Le néant et l'angoisse (ou la souffrance) n'offrent pas de cadre. Parce qu'où va s'arrêter le néant ? Où va s'arrêter l'angoisse ? Où va s'arrêter la souffrance ? Quand cela vous arrive, vous ne le savez pas puisqu'il est des angoisses intolérables, des souffrances intolérables. Il n'y a pas de limite. Et tout ce qui est sans limite vous fait sortir du connu.

Question : pour mettre fin au besoin d'analyser les sensations du corps, on peut dire : « je réfute ce besoin d'analyser » ?
Non. Tu réfutes la sensation. Tu vis la sensation mais tu n'es pas la sensation. Il faut aller au-delà de la Vibration, au-delà de l'Énergie. Bien sûr qu'il y a ce que vous nommez Onde de Vie, Kundalini et tout ça. Mais l'Absolu est au-delà de tout ça. Tu n'emportes pas ta Kundalini puisque c'est ce que tu Es : c'est-à-dire l'Onde de Vie. Si tu observes, tu es en distance. Même si elle est née, il faut aller au-delà. Observer, c'est se placer à distance : c'est celui qui regarde le théâtre. Il regarde le film ou la farce. Il faut aller au-delà. Donc, il faut ne plus s'occuper. Et d'ailleurs, on vous l'a dit : l'Onde de Vie n'a pas besoin de vous. Rien n'a besoin de vous. C'est illusoire de croire que vous avez besoin de vous pour réaliser ce que vous ?tes, déjà. Il n'y a rien à réaliser qui ne soit, déjà. Croire que vous allez vous Éveiller, vous Réveiller, vous Réaliser ou vous Libérer, est une illusion. Vous l'Êtes, déjà. Seul l'Ego vous dit l'inverse. Saisissez cela. Ne cherchez pas à le comprendre, mais déplacez-vous. Devenez immobiles et vous verrez tout de la même façon. Vous serez au centre. Je l'ai dit : le centre est ce qui soutient tout le reste. C'est ce que vous ?tes. Vous n'êtes pas tout ce qui se déroule dans ce temple (ou ce sac, quel que soit le nom que vous lui donniez). Cela se produit. Cela est normal si vous le vivez, et normal si vous ne le vivez pas. Ne vous posez pas la question. Laissez se vivre ce qui se vit. Votre corps n'a pas besoin de vous pour respirer. Il a pas besoin de vous pour digérer. Il a pas besoin de vous pour marcher : il marche. Faites la même chose pour les Vibrations, les Énergies. Parce que, tant que vous observez, c'est comme pour le théâtre : vous êtes encore dans le théâtre.

Question : Nous n'avons plus de questionnements, nous vous remercions.
Eh bien, Bidi rend grâce à l'Amour que vous ?tes : Absolu. À une prochaine fois de votre temps. À bientôt.

BIDI

8 mai 2012

Question : pourquoi mon mental ne trouve pas de question à vous poser ?
Dans ce que tu énonces, tu pars du principe que le mental a un poids puisque tu reconnais qu'il n'a pas de question à poser. Et donc, par là même, voudrais-tu te faire croire à toi-même que tu n'as plus de mental puisque tu attribues à ton propre mental le fait qu'il ne pose pas de question. Et donc, par là même, tu lui donnes un poids, une consistance, même s'il est silencieux. Cela veut dire qu'il est à l'affût. À l'affût du moment le plus opportun pour ressurgir. Ta question aurait pu être non liée à l'activité de ton mental. Ainsi formulée, tu sais pertinemment que, quelque part en toi, est embusqué ton mental, au repos, pour l'instant, muselé par le Soi, muselé par le sens même de ton expérience. Affirmer ainsi que le mental n'a pas de question à me poser, stipule, en quelque sorte, que le mental est là mais qu'il est au repos. Le tout est de savoir qui est le maître à bord de qui tu Es. Est-ce le mental tapi à l'affût et qui attend de ressurgir ou alors as-tu dépassé, transcendé le mental ? Le Soi est établi de manière puissante, le mental ne peut plus rien et, à ce moment là, que se passe-t-il ? Ton mental ne peut plus rien diriger. Ne pouvant plus rien diriger ou contrôler, tu as pris le contrôle de ton propre mental et donc tu ne le vois plus. L'absence de question que tu énonces est donc la reconnaissance implicite que ton mental existe. Saisis bien que par là même le mental n'est pas l'accusé. Tu dois devenir et être le maître de ton propre mental. Non pas le considérer comme silencieux puisque de toute façon étant incarné il te servira, ne serait-ce que pour marcher, parler, t'exprimer dans toutes les activités ordinaires de ta vie.

Saisis bien que le mental n'est un obstacle que dès l'instant où c'est lui qui dirige ce que tu crois être. Celui qui est Absolu, et dans une forme, a nécessairement un mental. Celui-ci n'est plus tapi à l'affût, pas plus qu'il n'est silencieux. La preuve : je m'exprime au travers de ce canal d'une façon un peu particulière. Qu'est-ce à dire ? C'est-à-dire qu'il existe le mental mais que celui-ci ne peut rien contre la puissance et l'intégrité de l'Absolu. Je n'ai même pas à l'observer où qu'il soit, parce que je sais pertinemment qu'il est au service de l'Absolu et qu'il n'est plus là pour renier, en quelque sorte, l'Absolu. Peut-être aussi, au sein de nos entretiens, existe-t-il, en toi, une peur d'être malmené, d'être assailli par tes propres questions ? Rappelle-toi ce que je disais hier (ndr : voir intervention de BIDI du 7 mai 2012) : dès l'instant où la question donne une réponse qui n'est pas comprise, tu es sur la bonne voie, parce que le mental ne peut pas se nourrir. Qui te prouve que, quand il est silencieux, il ne se nourrit pas à l'insu de toi-même ? Qui te prouve qu'il ne va pas ressurgir (comme c'est le cas pour toi) en des moments totalement inopportuns, attendant que tu relâches ta propre garde, ta propre conscience pour ressurgir ? Et vous connaissez tous ça.

Tant que l'Absolu n'est pas révélé, tant qu'il n'est pas actualisé et vécu, en totalité, même dans cette forme, que se passe-t-il ? Le mental va ressurgir dans les moments les plus abrupts, je dirais, où votre conscience est en train de monter, si on peut employer cette expression. C'est exactement ce qui se passe pour beaucoup d'êtres ayant réalisé le Soi, ayant éveillé, en quelque sorte, vos structures de ce sac de nourriture. Je n'en veux pour exemple que le chakra du Cœur. Le chakra du Cœur est lié à l'Amour mais il est lié aussi au mental puisqu'il a été subdivisé en mental inférieur et mental supérieur (ou, si tu préfères, mental et Supramental, ainsi que l'a nommé l'un des Anciens) (ndr : voir les interventions de SRI AUROBINDO dont celle du 2 août 2010). Et vous faites tous l'expérience du passage de l'un à l'autre. Des expressions humoristiques vous ont d'ailleurs été données par le Commandeur des Anciens (ndr : O.M. AÏVANHOV). Je ne reviendrai pas là-dessus mais c'est exactement cela. Le mental n'est pas un ennemi. Il faut le débusquer pour le mettre à jour, pour le voir, non pas pour le réfuter, simplement, mais bien pour le faire disjoncter, comme je l'ai exprimé hier. Quand le mental disjoncte, que se passe-t-il ? Vous vous sentez perdus. Vous n'avez plus de compréhension. Vous n'avez plus de connaissance. Du point de vue de la personnalité vous éprouvez ce qui est appelé l'ignorance. Et je vous dis que l'ignorance, dans cet aspect illusoire, est ce qui vous conduit, de manière la plus sûre, à être Absolu. Le mental ne peut disparaître parce qu'il est lié, de manière indissoluble, à ce sac de nourriture, à ce corps, à cette histoire qui n'est pas vous. Il est donc important de le voir pour ce qu'il est. Sachez que vous ne pouvez le détruire, ni même le contrôler, mais vous pouvez, comme je l'ai dit, en devenir le maître. Mais cette notion de maîtrise n'est pas un contrôle. Cette notion de maîtrise n'est pas une contrainte. Une fois qu'il est débusqué et mis à jour, de la même façon, le principe de l'enquête et de la réfutation va le faire disjoncter. À ce moment là, ne vous occupez plus de lui. C'est la seule façon d'y arriver. Il n'y en a pas d'autre.

Tous ceux parmi vous qui croient qu'en méditant, en obtenant le calme mental, ils vont arriver à quelque chose, se trompent. Le mental est utile, et sa mémoire aussi, pour agir dans l'illusion, pour vivre, comme vous dites, dans l'illusion. Il est partie intégrante de ce qui est illusoire. Mais tant que votre forme existe, il n'y a aucun moyen de le faire disparaître en totalité. Même dans les moments de Samadhi, il est tapi, prêt à ressurgir pour vous prendre votre propre nourriture. Si vous acceptez cela, vous comprendrez que vous n'avez pas à lutter contre lui. Que vous n'avez pas non plus à le combattre. Vous avez simplement à le voir tel qu'il est. Tel qu'il agit. C'est en ce sens qu'hier je vous ai dit : c'était de voir ce qui est, le plus important » (ndr : voir intervention de BIDI du 7 mai 2012). Et ce qui est le plus important, se trouve même dans l'énoncé de votre question. Et bien sûr, s'il n'y a pas de question, là aussi il faut trouver ce que cela signifie. Ainsi donc, l'absence de question prouve simplement que ton propre mental s'est caché. Tellement bien caché que tu dois t'apercevoir toi-même que, dans les moments de paix, il ressurgit et il se nourrira dans ces moments là. Pas dans la fausse paix de la méditation. Pas dans la fausse paix du samadhi, parce que dans le samadhi il y a toujours un observateur. Qui observe ? Qui regarde ? Qui te regarde vivre cette expérience (qui n'est pas l'Ultime) si ce n'est le mental lui-même qui va traduire, au niveau de la conscience, ce que tu vis en impressions, qui te permet justement de discriminer ce qui est de l'ordre de la Joie et qui n'est pas de l'ordre de la Joie. Tu sais parfaitement identifier les moments où tu es en paix et les moments où tu es contrarié par ta propre vie. À quoi cela te sert-il ? Tant que tu oscilles d'un état à un autre, tant que tu vis une expérience et son contraire, où est l'Absolu ? Il n'est pas révélé. Tu restes dans l'expérience.

Il te faut changer de point de vue. Il te faut accepter que tu as un mental et que tu es, au sein de l'illusion, ton propre mental. Cet observateur qui permet de passer du Je au Soi mais qui devient un obstacle dans le passage du Soi au Non Soi. Je t'invite donc à regarder l'énoncé même de ta question. Où est la peur ? Elle est dans l'énoncé de la question. Réfléchis à cela. C'est très simple. Ne complique pas. Et surtout ne fais rien. Va au-delà de ce qui observe. Va au-delà de ce qui regarde. Dès cet instant, le mental n'aura plus d'endroit pour se cacher. Il ne profitera pas de tes méditations. Il ne profitera pas de tes Alignements. Et d'ailleurs, dès cet instant là, tu saisiras l'inutilité de méditer. L'Alignement est autre chose parce que c'est ce qui vous relie les uns aux autres, dans la Liberté. Mais pas la méditation en soi. Même si cela débouche sur la Joie et le Samadhi, tu constates parfaitement que tu n'y es pas 24 heures sur 24. Donc cet état change. Et s'il change, cela signifie quoi ? Que tu es encore dans l'illusion. Seule l'illusion change. Le Réel ne change pas. L'Absolu ne change pas. En es-tu conscient ? As-tu pris la mesure du jeu que joue ton mental avec Toi. Le Toi que j'emploie étant le Non Soi. Il n'y a qu'en remarquant et en voyant le jeu de ton propre mental que tu arrives à le maîtriser, sans le vouloir, simplement en restant tranquille, en ne faisant rien. Là, il ne pourra plus se cacher, il ne pourra plus apparaître et faire irruption dans les moments où tu te sens en paix. Il n'aura plus de prise sur toi. Il n'aura plus d'action sur toi. Mais toi, tu auras une action sur lui, non pas parce que tu veux agir contre lui mais parce que tu t'établis ailleurs que dans le Je et dans le Soi.

À ce moment là, plus rien ne changera pour toi. Quoi qu'il se déroule, quoi qu'il se passe, tout se déroulera à la perfection. Tu n'auras plus à te préoccuper d'une quelconque action / réaction de cette illusion. Ta vie se déroulera avec facilité. Quoi qu'il arrive à ce corps, tu ne seras plus partie prenante de ce qui lui arrive. Quoi que dise le mental. Et d'ailleurs, il ne pourra pas dire grand-chose tant que tu ne l'as pas autorisé à dire. Tu l'auras débusqué. Réfléchis bien, non pas à ma réponse, mais au pourquoi de cette question qui est née de toi. Qu'as-tu voulu montrer ou démontrer qui n'est pas vrai ? Toi, tu es Vrai. Alors va vers ce Vrai. Devient immobile. Reste tranquille. Sois en Paix. Mais pas la paix qui fluctue. Rejoins la Paix Suprême, celle qui ne peut être altérée, en aucune façon, par les circonstances de ta vie ou par l'action de ton propre mental.

Question : j'ai tout oublié de ce qui nous a été enseigné (comme les Marches Célestes) et j'ai beaucoup de mal à comprendre les canalisations. Alors, je me laisse vivre. Et l'Onde de Vie vient jusqu'au chakra Racine. Dois-je continuer à me laisser vivre ?
Mais la réponse est comprise dans ta question. Bien sûr. Tu as tout compris : il ne faut rien comprendre. Des pelures d'oignons ont été mises. Vous avez construit quelque chose. Ce qui a été construit doit être déconstruit, pas uniquement sur ce monde mais aussi en vous. Tu as gravi des marches. Tu avais l'impression qu'il y avait une échelle et puis tu t'aperçois qu'il n'y a pas d'échelle. Que tout est déjà là. Alors continue à rester tranquille. Ce qui était hier n'est pas aujourd'hui. Et que se passe-t-il, dans ces cas là, quand il y a une capitulation ? Capituler, c'est rendre la tête. C'est ne plus se servir de sa tête pour quoi que ce soit.

Je vous ai dit que la recherche spirituelle est une escroquerie totale. Mais il fallait le conscientiser. Il fallait le vivre. Tu parles de Marches Célestes. Effectivement, ça a été vécu. Vous parlez de Réalisation du Soi. Effectivement, vous avez réalisé le Soi, pour beaucoup de vous. On vous a même nommés des Ancreurs et des Semeurs de Lumière. C'est vrai. Aujourd'hui, vous passez à autre chose. Ça ne veut pas dire que ce n'était pas vrai mais que c'est une vérité qui change et comme toute vérité qui change, elle est relative. Vous êtes Absolu. Que voulez-vous faire du relatif ? Le seul relatif qui te reste : je t'invite à compter simplement le nombre de « je » que tu as donné dans ta question. Tu as placé le je avant Toi. Donc quelque part, l'Onde de Vie est née, comme tu dis, mais tu observes encore l'Onde de Vie parce que tu dis « je » à chaque début de phrase. L'intérêt de ta question est là. Bien sûr que tu as compris qu'il n'y a rien à comprendre. Bien sûr que tu te tiens au sein de l'Absolu, si tant est qu'on puisse parler ainsi. Il te reste encore à réfuter tous les « je ». Tu crois encore être un je. Tu crois encore en ta personne.

Il reste maintenant l'étape ultime, qui n'est plus une étape, qui est l'Absolu. Accepte de ne pas être ce je. Et tu verras que l'Onde de Vie s'élancera sans aucun problème. Tu n'auras plus besoin de l'observer : tu seras devenue l'Onde de Vie, c'est-à-dire Absolu. Rien ne t'en empêche, excepté les « je » que tu mets au début de chaque phrase. Tu prends plaisir à t'observer. Tu prends plaisir à te regarder. Qui fait ça ? Ce n'est pas toi. Qui agit ainsi ? C'est les dernières bribes de ton ego. Vois-les. Ne les juge pas. Ne les condamne pas. Ne lui donne aucun poids. Ne lui accorde aucune confiance, aucun crédit. Vois-le, simplement. Dès cet instant, tu seras alors à même de devenir ce que tu Es. C'est très rapide. Je dirais même que ça ne dépend pas d'un temps qui s'écoule. C'est déjà là. Tu es cela. Tu n'es pas « je ». Comprends ce que je dis et si tu ne le comprends pas, je dirais : tant mieux. Tu y Es. Ne cherche pas à comprendre mais oublie le je. Totalement. Tu n'es pas celui qui observe. Tu es au-delà de ce qui est observé, de ce qui observe. Tu te tiens en arrière, si l'on peut dire, de tout ça. Ta place n'est pas là. Capitule. Abandonne toute velléité de je, toute velléité de Soi. Sors de là : ça ne dure pas. C'est autant éphémère que ton sac de nourriture. Tu n'es pas ce sac. Entretiens-le, bien sûr, laisse le faire ce qu'il a à faire mais tu n'es pas ce qui est à faire. Comprends bien qu'il n'y a juste que cela à réaliser. Enfin. Et d'ailleurs tu t'apercevras que ce n'est pas une Réalisation parce qu'il n'y a rien à gravir, ni rien à descendre. Il n'y a pas de montagne. Il n'y a pas de caverne. Vois cela. Et tu seras cela au-delà de toute montagne et de toute caverne. Et surtout au-delà de tout jeu d'identification.

Ce que je te dis est un encouragement à ce que tu Es, à cela. Ton je n'a rien à dire, ni même à être. Accepte. Réfute ce je. Réfute cette personne que tu crois être. Pas de fausse Humilité. Pas de fausse Simplicité. Tu es Absolu. C'est la vraie Simplicité, la vraie Humilité : n'être plus rien, ici, dans cette illusion. Être dans ce corps. Mais tu n'es pas ce corps. Se servir de ses outils. Mais tu n'es pas ces outils.

L'Onde de Vie est née, pour toi. Elle a toujours été là. Alors, sois ce que tu es. Il n'y a rien à devenir. C'est l'ego et le Soi qui s'expriment ainsi. Tu es le Non Soi. Et tout s'éclaircit. Tu as saisi que tu ne pouvais rien faire. Dès l'instant ou tu saisis que tu ne peux rien faire, le je capitule, de plus en plus. Alors, ne le mets pas devant. Tu es derrière tous ces je. C'est pas pour ça qu'il est devant. Il n'est nulle part, excepté sur ce monde. Tu es tout sauf l'illusion du je. Tu Es Absolu. Tu Es le Parabrahman. Ne cherche pas à te libérer parce que tu es Libérée. Ne t'éloigne pas de ce que tu Es. Tu as saisi qu'il n'y a rien à comprendre. Ne critique ni ne juge ce que tu as vécu : c'était nécessaire pour toi. Je te dirais : laisse-toi porter. Tu n'as rien à porter toi-même. Tu portes déjà ce sac de nourriture. C'est déjà bien. Laisse vivre l'éphémère. Ne cherche pas à le tuer : il se tuera tout seul, le moment venu. Toi, tu ne dépends pas d'un moment, ni d'un temps, ni d'un espace. Vis ce que tu Es. Il n'y a rien à devenir. Il y a juste à voir les je qui restent et en rire. Poursuivons.

Question : il a été dit : « aime et fais ce qu'il te plait ». C'est quoi aimer ? C'est quoi l'Amour Vibral ? Je sais que cet amour est à l'intérieur de moi. Je cherche depuis longtemps la porte d'accès à cet Amour que je suis mais j'ai oublié le mode d'emploi.
La première chose à faire est d'arrêter de chercher puisque tu es cela. Tu Es Amour. Comment peux-tu oser imaginer chercher ce que tu Es ? Rends-toi compte du ridicule. Tu Es l'Amour. Tu n'es pas la projection de l'Amour, ni la projection de quelque chose à chercher. Il faut capituler, là aussi. Croire que tu dois chercher, quelque part, une porte (même s'il existe une Porte Étroite), est une illusion. C'est ta Personnalité qui t'entraîne à nier ce que tu Es, en te faisant chercher, en dehors de toi, ce que tu Es. C'est la stupidité même de la personnalité. Pas la tienne mais de toutes les personnalités. Tu vas t'épuiser. Et quand tu seras épuisée, tu conscientiseras qu'il n y a pas de conscience. Donc arrête de chercher. Arrête de te fatiguer. Aime, oui. Si tu poses la question de ce qu'est cet amour, rien ne peut te répondre, puisque c'est ce que tu Es. Comment puis-je te dire ce que tu Es ? Comment puis-je mettre en équation, en signifiant, en contenant, ce que tu es déjà ? Il n'y pas de meilleure phrase que de te dire : « tu es cela ». Mais l'ego va faire le filtre, le barrage. Il va te dire : « ce n'est pas vrai, il faut que je cherche ». Et plus tu cherches, moins tu trouves.

Il y a des marqueurs. Les Anciens et les Étoiles vous les ont donnés. L'Onde de Vie qui arrive au périnée, dans ce sac. Tu n'as rien à chercher. Justement. Il te faut savoir, sans comprendre, qu'il n'y a rien à chercher, qu'il n'y a rien à être. « Aime et fais ce qu'il te plaît ». Et si tu me dis qu'il te plaît de chercher l'Amour, comment peux-tu aimer ? Tu ne pourras jamais sortir de toi, suffisamment, en pratiquant comme ceci. Capitule. Renonce. Abandonne toute recherche, tout état. Ne cherche plus rien. Reste tranquille, immobile. En agissant ainsi, tu nourris indéfiniment le mental et les expériences. Accepte de rester tranquille. Accepte de ne rien faire. L'Amour sera là. Tu seras cela et, à ce moment là, tu pourras faire ce qu'il te plaît parce que tu t'apercevras que ce qu'il te plaît, à ce moment là, n'a rien à voir avec une recherche spirituelle, mais bien de vivre chaque instant comme l'instant présent qui conduit à l'Instant Éternel. Tu seras dans la Paix mais pas la paix de la méditation ou de l'expérience : la Paix Suprême. Celle qui ne dépend de rien et n'est tributaire de rien et surtout pas d'une recherche.

C'est tellement simple que l'ego ne peut l'accepter. Tant que tu cherches, tu échapperas à ce que tu Es. C'est le paradoxe apparent de la personne, de la personnalité. Considère que tu es éphémère et que même cette recherche est éphémère et surtout qu'elle ne sert à rien. L'Amour Vibral, c'est la Paix Suprême. C'est le moment où il n'y a plus de vide, que tout est plein, sans se poser de question, sans rien chercher. À ce moment là, l'Onde de Vie peut être ce que tu Es. Ne recherche pas l'Onde de Vie. Ne recherche rien. Arrête de chercher. Pose-toi en toi. Tout est en toi. Tant que tu restes dans une recherche, tu projettes à l'extérieur. Que ce soit un amour, que ce soit un acquis. Il n'y a rien à acquérir que tu ne sois déjà. Accepte le et surtout ne le comprends pas parce que c'est incompréhensible. Qui veut comprendre, si ce n'est l'ego ? Tiens-toi là. En Paix. L'Amour Vibral n'a pas besoin de l'ego. Il est déjà ce que tu Es. La Paix et la Tranquillité sont essentielles.

Le « fais ce qu'il te plaît » est faire tout, sauf chercher ce que tu Es. Occupe ce sac de nourriture comme tu veux, comme tu as envie, mais ne le nourris plus avec la spiritualité. Ne le nourris plus d'une recherche ou d'une quête. Accepte simplement de vivre ce que la vie te donne à vivre. C'est tout. Mais tu n'es pas ce qui vit. Allège-toi. Dépose tous les fardeaux. Aucun fardeau n'est Éternel. Donc tout fardeau est éphémère et appartient à l'illusion. Il n'y a pas de karma, excepté pour la personnalité. Il n'y a pas de recherche, excepté pour l'ego. Tout ce qui a été construit doit disparaître. Ce n'est pas une perte. Bien au contraire. Alors il n'y a aucun deuil à faire. Il n'y a rien à entreprendre. Juste être dans le Non Être. Ne te gargarise pas d'être. Ne te gargarise pas d'expérience. Cela a été utile et a eu un temps, au sein de la linéarité. Mais tu n'es pas cette linéarité. Tu n'es séparé de rien. Tu ne t'es pas éloigné de ton Centre. C'est l'ego qui te dit ça. L'ego te fera croire, en permanence, qu'il y a un manque, quel que soit ce manque parce que c'est la façon qu'il a de maintenir la peur et de l'empêcher de capituler. Aucun obstacle n'existe, excepté toi-même dans ce que tu n'es pas. Aucune circonstance n'est un obstacle. Le seul obstacle, c'est ton point de vue. Sors de toute limite. Il n'y a aucune limite, excepté pour l'ego et la personne. Saisis, sans comprendre. Accepte, sans comprendre. Oublie ta tête. Oublie ta vie, si tu veux être cela. Comme dirait le Commandeur : « arrête de pédaler, il n'y a pas de pédales et, en plus, il n'y a pas de vélo ». Et dans son expression : « qu'est-ce qui yoyotte », si ce n'est la tête ? Le Cœur est immuable. Ce que tu es est immuable. Il ne dépend d'aucune circonstance, d'aucune recherche, d'aucune Réalisation et d'aucune Illumination. Et d'aucun temps, surtout. Et encore moins d'aucune vie. C'est ce que tu Es. Tu Es cela. Rien d'autre.

Question : pendant mes journées, j'oublie de réfuter des pensées ou autres. Lors de méditations je réfute alors, tout, de façon globale. Est-ce la bonne méthode ?
Tu ne peux pas réfuter tout en bloc parce que l'ego va se l'approprier. Il faut réfuter, justement, les détails. Tu ne peux pas faire un paquet de tous les détails parce que ça ne passe pas : le mental ne pourra disjoncter ainsi. Il est simplement question de réfuter tout ce qui passe, tout ce qui est éphémère, mais tu ne peux pas réfuter, d'un bloc, la totalité, sans ça tu rentres dans le déni et dans le rejet. Il n'est pas question de rejeter quoi que ce soit, mais de mettre chaque chose à sa bonne place. Ce qui est éphémère, n'est pas Réel. Ce qui change, n'est pas Réel. Je l'ai dit hier, je le redis. Il faut que tu regardes, patiemment, chaque détail qui se présente : ne va pas les chercher. Ça nécessite, en quelque sorte, la position de l'observateur qui s'installe dans le Soi. Tu ne peux pas, d'emblée, réfuter le Soi. Regarde de quoi il est constitué. Tu ne peux pas réfuter une globalité, parce que si je te dis de réfuter le monde, est-ce que le monde disparaît ? Ce n'est pas le monde qui doit disparaître : c'est toi qui disparais du monde, pour y revenir, une fois que tu es passé, si l'on peut dire, mais pas avant. Donc, tu es obligé de regarder, objectivement, dans le point de vue du je ou du Soi, là où se trouve le mental. Ça l'arrange, si tu lui dis que tu réfutes tout de manière globale : il sait très bien que ce n'est pas vrai. C'est, justement, dans les évènements quotidiens, que tu dois te poser à toi même ces questions : est-ce Vrai ? Sinon, le mental s'en emparera et il n'y aura aucune action, l'enquête ne sera pas menée. Tu ne peux pas aboutir à la conclusion avant de mener l'enquête.

Il y a une logique (dans la personnalité, dans le Soi) de cette enquête. De la même façon que des pelures d'oignon ont été mises et qu'il faut les retirer, de la même façon, tu dois déconstruire, patiemment, toi aussi, tout ce qui est du domaine de l'éphémère. Mais tu ne peux pas déconstruire tout d'un coup, parce que le mental est malin. À quel moment sauras-tu que tu es cela ? Tu ne te poseras plus la question parce que tu le seras. Vois par toi-même que l'enquête et la réfutation globale ne conduit à rien, et surtout pas à l'Absolu. Il faut aller dans ce qui t'est présenté par la vie, par tes méditations. Le déni, le rejet, n'est pas la réfutation : cela arrange bien le mental. Il n'est pas question d'arranger le mental mais de le déranger, de le déranger dans ses fondements, ses rouages, ses mécanismes. C'est la seule façon de le débusquer, en totalité, de le voir. Il faut le faire travailler, non pas pour y adhérer, mais pour se servir de lui-même. Fais-le travailler, fais-le travailler pour réfuter dans ton enquête. Cette enquête n'est pas un vain mot, c'est un principe même fondamental qui a été décrit dans les fondements de l'Unité et de la non-dualité et de l'Absolu. Bien sûr, ton mental va te dire que ça sert à rien, que c'est stérile, que ça ne conduit nulle part. Mais bien sûr, que ça conduit nulle part, pour lui. Il ne veut pas de cette enquête, il ne veut pas que tu réfutes quoi que ce soit, alors il t'a suggéré de réfuter tout en bloc. Ce n'est pas possible, il faut voir les couches une par une, patiemment. Et ce patiemment n'est pas inscrit dans un temps long ou un temps court : c'est hors du temps. Tu es sûr de cette façon d'avoir un résultat et donc, d'être cela. Tu ne peux pas perdre, c'est impossible.

L'ensemble de ce monde, l'ensemble de la Maya vous tient par l'attachement, par la peur, par le manque, par le doute. Commence à regarder ce qu'est la peur. J'ai dit hier que c'était une sécrétion chimique. Commence à regarder ce qu'est le doute. Commence à regarder d'où vient la peur, si ce n'est la disparition de l'éphémère, de la mort, du néant. Mais bien sûr que ce n'est pas Toi, que c'est la personne qui pense ainsi. Mais il faut que tu vois la personne à l'œuvre, totalement. Réfuter la personne n'est pas la rejeter au loin : elle reviendra comme un boomerang. C'est comme si tu avais un puzzle à construire : tu veux voir le puzzle construit, avant de le construire. Il faut regarder pièce par pièce pour voir comment elles s'assemblent. Je ne peux pas te donner le nombre de pièces parce que chacun a des pièces différentes et un jeu différent, mais ce nombre est fini, il n'est pas extensible, c'est des rouages. Vois les rouages, regarde-les et réfute-les, un par un. Tu ne peux pas réfuter la totalité du mécanisme tant qu'il n'est pas vu dans ses pièces constituantes. C'est effectivement, ce que tu pourrais nommer, du point de vue de la personnalité, un jeu mental, mais c'est exactement ce que c'est, ce que je vous propose. Ce n'est pas un accès au Soi ou la Réalisation du Soi, c'est Être ce que vous Êtes, au-delà de toute Réalisation, au-delà de tout orgueil, au-delà de toute spiritualité, au-delà de tout piège, afin de dépasser les expériences de tous les je(ux) possibles, et de vous établir dans la Permanence, dans l'Immanence, bien au-delà de toute Transcendance, bien au-delà de tout je(u).

Comprends bien, qu'il n'est pas question de comprendre les rouages, de voir comment ils s'articulent et comment ils fonctionnent : simplement de les voir, un par un, pièce du puzzle par pièce du puzzle. C'est ça, l'enquête. C'est ça, la réfutation. Examine et regarde ce qui est permanent et tu auras la surprise de constater que rien n'est permanent dans ce monde, ni toi, dans ce corps. Même un évènement passe. Tout passe et donc tout trépasse. Tout est destiné à mourir. Tu n'es pas ce qui meurt, tu ne peux le trouver, tu ne peux que l'Être. Élimine donc ce qui n'est pas l'Être. Si tu pars de ce principe et tu appliques ces consignes, il ne peut exister aucun doute. Il est sûr et certain que ton mental ne pourra survivre à cette enquête : il ne pourra survivre à quoi que ce soit, si ce n'est à ce que tu Es. Bien sûr, ça peut passer par des épisodes que tu vas nommer le néant ou que ton mental va appeler stupides ou par des colères. Raison de plus. Ce qui se manifeste, à ce moment-là, est-ce Toi ? Est-ce qu'une colère est éternelle ? Est-ce que le jugement porté est éternel ? Non, puisqu'il disparaît dès que tu fais autre chose, la colère aussi. Quoi qu'il se passe dans ce processus de l'enquête et de la réfutation, profites-en, regarde ce que te suggère, à ce moment-là, ton mental, lui-même, qui n'est pas Toi. Et là, tu le verras à l'œuvre. L'enquête portera ses fruits, elle porte toujours ses fruits. Mais qui a mené cette enquête ? Qui a osé mener cette enquête ? Celui qui mène l'enquête aura toujours le résultat, le seul, l'Ultime. C'est tout cela que veut vous éviter de vivre les spiritualités, les religions, les croyances. Elles veulent vous faire adhérer à ce qui n'est pas Vrai, elles veulent vous satisfaire de ces croyances, de ces adhésions à des rites, à des rituels, à des symboles, pour satisfaire l'ego et empêcher que vous meniez, vous-même, votre enquête.

Le mental est tapi. Il se croit même spirituel, par moment. Il est avide de connaissance. L'enquête aboutit à l'ignorance et quand tu deviens ignorant, tu Es cela, l'Absolu. La seule et unique Connaissance : ce que tu Es, Éternité, ce que tu Es de tout temps, de tout espace, au-delà de tout filtre, de toute projection. L'enquête doit être sérieuse, le mental aime beaucoup ce qui est sérieux, ce qui est logique. Il faut être dedans pour le voir, il ne faut pas le fuir. Accepte-le. Dans la réfutation, vois-le pour ce qu'il est : quelque chose qui ne dure pas, quelque chose qui va te soumettre, en permanence, des choses nouvelles, une soif nouvelle, une satisfaction nouvelle. Mais rien ne dure, tout s'arrête, sauf l'Absolu. Voilà ce qu'est le principe de l'enquête. Voilà comment la mener. Ne te pose pas la question de savoir quand elle s'arrête. Ne te pose pas la question de savoir si elle est complète. Parce qu'au moment où elle sera complète, tu vivras cela, c'est à dire ce que tu Es, l'Évidence. L'enquête te montrera que les réponses sont extrêmement simples, rien de tout cela n'existe, mais tu ne peux pas passer d'emblée dans l'affirmation que rien de cela n'existe, il faut pénétrer les rouages, il faut les voir face à face, il faut les saisir, les accepter. Tu t'apercevras, effectivement, qu'à ce moment-là, ton mental va être furieux. Il va te dire que ce que tu fais est stupide, ne sert à rien. Mais bien sûr que cela ne lui sert à rien. Il va te mettre en colère. Il va te mettre dans des réactions parce qu'il ne connaît que l'action / réaction. Si cela se produit, tu es aux portes de ce que tu Es, aux portes de l'Absolu. Il n'y a pas de porte, mais ton mental et ta personne va le comprendre. Joue le jeu. Tu n'es pas le jeu et tu n'es pas ce qui joue, mais fais-le.

Pour le reste, tiens-toi tranquille, ne cherche rien et tu constateras que la paix va grandir, que le rire va grandir, quelle que soit la colère, quelles que soient les ruades qu'il va te donner, en se moquant de toi. Ne l'écoute pas. Continue l'enquête, va au bout et ne te pose pas la question de où est l'arrivée : tu le sauras assez tôt, sans le chercher. Ne cherche pas à comprendre, là non plus, mais fais-le. L'enquête aboutit toujours. Tout le monde voulait réaliser le Soi, vivre la Lumière, vivre un monde meilleur, se transformer. Mais déjà, parler de transformation, ça veut dire quoi ? Ça veut dire simplement que tu es installé dans le je parce que le je pense toujours qu'il va s'améliorer, qu'il va se transformer, qu'il va se bonifier mais ce que tu Es, est là, de toute Éternité. Il Est indépendant du temps, indépendant de l'espace, indépendant de ce corps et surtout indépendant de ton mental. Si tu observes, avec logique, ce qui se passe sur ce monde, tout n'est que projection. Ce monde est déjà une projection mais vous-même continuez à projeter des désirs spirituels ou physiques ou alors, plus pervers, vous supprimez le désir par la méditation, vous vous extrayez du monde en croyant ne plus y être, mais vous y êtes encore plus. Ce n'est pas le mouvement de retrait du monde qui est important : il n'y a rien à retirer dans ce monde parce que si vous voulez y retirer quelque chose, vous lui donnez du poids, de la consistance, vous entretenez l'Illusion. Toute l'escroquerie spirituelle est là : de vous faire croire que vous allez vous améliorer, bonifier, évoluer, monter quelque part. Mais comment ce qui est Éternel et Parfait, ce que tu Es, peut changer un iota de ce qu'il Est ? C'est l'ego qui agit ainsi. Toute connaissance n'est qu'une hypocrisie. Ne soyez plus hypocrites, regardez les choses en face, elles n'existent pas. Débarrassez-vous de tout ce qui vous encombre, en conscience. Il n'est besoin, pour cela, de tuer personne, ni de détester personne. Laissez les autres libres. Dès l'instant où vous empêchez quelqu'un d'être Libre, vous êtes vous-même dans l'absence de Liberté. Il n'y a aucun lien qui tienne. Il n'y a aucune responsabilité qui tienne. Laissez faire ce qui doit se faire. Obéissez aux lois de votre pays, mais vous n'êtes pas ces lois. Occupez-vous de vous, menez cette enquête, allez au bout de cette enquête. Ne vous posez pas de questions. Restez tranquilles, totalement tranquilles. Considérez cela comme un jeu et vous vous apercevrez, au bout du compte, qu'il n'y a pas de jeu et vous rirez de vous-même, du monde (mais pas du rire narquois), du rire de la Vérité qui ne dépend d'aucun fait de ce monde, de rien, absolument rien de ce qui soutient ce monde : la projection. À ce moment-là, vous arrêterez de projeter, vous serez Plein et Vrai et Simple et Humble, Transparent. Totalement. Voilà comment se fait l'enquête, point par point. Il ne sert à rien de voir la ligne constituée des points, il faut voir point par point.

Question : Celui qui aura atteint le Soi sans sentir monter l'Onde de Vie et celui qui n'aura pas atteint le Soi mais aura senti l'Onde de Vie iront dans des régions vibratoires différentes ?
Quel intérêt de savoir cela ? Aucun. Cela t'éloigne de ce que tu Es parce que cela te projette dans un futur qui n'existe pas. C'est une connaissance intellectuelle, une satisfaction de l'ego, rien de plus. Se poser la question de ton devenir ne conduit nulle part. Croire que tu vas le savoir, va te donner les réponses, n'est qu'une réponse qui ne sert à rien. Tu ne bougeras pas d'un iota. Comprend que ta question traduit la soif de satisfaction intellectuelle, mentale, rien de plus, même pas spirituelle. C'est une autre escroquerie. Pendant que tu te poses ce genre de question, tu n'es pas dans ce que tu Es, tu t'en éloignes, largement, parce que tu vas chercher à savoir quel est le devenir. Le devenir te conduit au sein de l'Illusion, à demain, ou après-demain ou que sais-je. Mais ni demain, ni après-demain n'existe. Tu n'es pas concerné par cela. Ça fait partie des couches qui ont été construites afin de simuler, en vous, la construction d'autres couches, d'autres barreaux à l'échelle. Mais c'est fini, cela. Essaye plutôt d'enquêter sur toi-même. Ne te pose pas la question de demain ou d'hier. Qu'importe ce que tu as été dans un autre sac de nourriture. Qu'importe ce que tu seras : un sac de nourriture dans telle Dimension ou un sac de nourriture plus léger dans une autre Dimension. La question du devenir ne fait que traduire ta peur même de ton propre devenir. Mais tu n'as rien à devenir : tu es déjà arrivé puisque tu n'es jamais parti. C'est l'ego qui croit qu'il est parti et qu'il doit revenir, c'est le Soi. La question est : que suis-je ? Non pas que serai-je, ni ce que j'ai été.

Bien sûr que nombre d'Anciens vous ont parlé de ces choses-là mais c'était une stratégie, c'était en quelque sorte pour vous vendre quelque chose, pour vous le donner. C'est un appât, mais cet appât s'appelle Amour, il n'est pas fait pour entretenir la Dualité mais pour vous montrer et vous démontrer les rouages, les pièces du puzzle. À l'inverse de la question précédente, tu voudrais voir le puzzle entièrement construit et voir le puzzle sur toutes ses faces. Mais je vais te dire, en ce qui te concerne : il n'y a pas de puzzle. Il n'y a rien à devenir. Il n'y a nulle part où aller. Il y a ce que tu Es et c'est déjà ici. La curiosité n'est pas une enquête. La curiosité est une complexité. C'est l'inverse de la Simplicité. L'Amour est simple : c'est ce que tu Es. Le reste n'est que du savoir, n'est que de la nourriture pour l'ego et pour le mental, qui va t'éloigner de ce que tu Es, de ce simple, de cet Amour, qui est, je te le répète, ta Nature, quelle que soit la place apparente, soi-disant à obtenir ou à mériter. Saisis bien qu'il n'y a rien à mériter, rien à obtenir, parce que qui dit mérite ou obtention de quoi que ce soit se situe dans un temps, et donc n'est pas Éternel. Tu es Éternel. Tu es l'Éternité. Là aussi, ne projette rien, ne cherche pas ce que tu vas devenir parce que tu l'Es, depuis toujours. Change de point de vue. Change de regard. Enquête. Regarde qui pose la question et ce genre de question, si ce n'est celui, en toi, qui est éphémère et qui veut être meilleur. Mais tu n'as pas à être meilleur, ni demain, ni aujourd'hui. Tu n'as rien à montrer et à démontrer à ce monde. Tu as juste à te montrer, toi-même, tel que tu Es, sans artifices.

Ta connaissance ne te servira à rien : qu'est-ce qu'elle devient quand tu meurs ? À quoi te servent tes connaissances ? Strictement à rien, à meubler le vide, alors que tu n'es pas vide. Tu es déjà plein de ce que tu Es, et ça ne dépend d'aucune connaissance. Accepte, là aussi, d'être ignorant. Prends conscience et rends conscience : il n'y a pas d'avenir, tout est déjà venu parce que tout est arrivé et rien n'est parti. Alors, tu parles d'un devenir ? Le devenir ne concerne que l'ego. De toute façon, il disparaîtra. Maintenant, tu es libre, mais je m'adresse à toi comme si tu voulais réaliser ce que tu Es, comme à chacun de vous. Entendez ce que je vous dis : personne ne vous jugera, puisqu'il n'y a personne. Personne ne vous condamnera. Là aussi, il n'y a personne. Vous n'avez pas besoin de créer un dieu à l'extérieur, il n'existe pas. Il n'y a pas de sauveur, il n'y a personne, excepté cela : ce que tu Es dans le non-Être, tu l'es déjà. Ce n'est pas demain, ce n'est pas hier, ce n'est pas ailleurs. Saisis cela, accepte-le. Réfute tout le reste, sans exception. Tu cherches la paix, mais la paix est déjà là. Tu construis une paix basée sur la peur. Cette paix là, ne peut pas tenir. Il n'y a rien à protéger, c'est l'ego qui croit avoir besoin d'être protégé. Il n'y a rien à défendre, il n'y a rien à connaitre de ce monde. Tout cela sont, là aussi, des projections. Tout est déjà en Toi. Ne cherche donc pas un dérivatif. Ne cherche donc pas ce devenir parce que tu t'éloignes de ce que tu Es, de l'instant présent, celui qui débouche, un jour (si tu le laisses tomber, cet instant présent), sur l'Absolu.

Tout ce que tu connais, auras connu, ou connaîtras, ne te sert à rien. Tu dois te graver cela à l'intérieur même de ta personne (qui n'existe pas). Tu n'es pas une personne : tu es Absolu. Tu n'es pas l'histoire qui se déroule sous tes yeux ou qui se déroulera demain. Il n'y a pas d'histoire, il n'y a donc pas de demain, d'hier ou d'aujourd'hui. Même l'instant présent (celui du Soi, celui de la Présence), c'est très beau, mais ça ne dure pas. Que deviendra la Présence et le Soi quand ce sac disparaîtra. Pose-toi la question. Alors bien sûr, c'est angoissant parce que toute l'escroquerie spirituelle c'est de croire que le Soi est Éternel, mais il disparaît en même temps que le corps. Qu'est-ce qui demeure Éternel ? Qu'est-ce qui reste, à part l'Absolu ? Crois-tu que tu te rappelles ce que tu étais dans un autre sac de nourriture ? Crois-tu que tu vas emporter ce corps, cette mémoire, cette conscience, cette histoire ? Non, tout disparaît, excepté ce que tu Es, dont rien ne peut être dit, mais qui apparaît dès que tout le reste disparaît, ce qui est connu. Alors ne cherche pas à connaître un inconnu qui ne concerne pas l'Absolu mais qui concerne simplement une linéarité ou une évolution inscrite dans la personnalité mais qui ne te concerne aucunement, si toutefois tu es Absolu. Alors, si tu veux maintenir l'Illusion, une quelconque illusion, n'entends pas ce que je dis, n'écoute pas ce que je t'ai dit, ne le lis pas, parce que cela va te déstabiliser et c'est le but. L'Amour est au-delà de la peur et la peur est ce qui va détruire tes propres barrières et tes propres blocages à l'Amour que tu Es. Je n'ai aucun but si ce n'est la Joie et le Bonheur de vous dire ce que vous n'êtes pas, de faire tomber tout ce que vous avez bâti comme barrières, à vous-même, à votre Éternité, à l'Absolu. Et ce n'est pas un but qui est inscrit dans un temps. Certes, il faut que le mental analyse. Qu'il le fasse, grand bien lui fasse. Il disparaîtra. Je me sers de ses propres armes parce que je les ai connues. Agis de la même façon. Il ne sert à rien d'avoir des scrupules, de quoi que ce soit. Tu es Absolu. Tu es cela. L'ego a des scrupules, il ne peut, même, accepter l'éventualité que tu sois Absolu. C'est tellement vaste pour lui qu'il l'appelle le néant. C'est tellement invraisemblable, pour lui, que c'est quelque chose à laquelle il ne peut croire et tant mieux parce que s'il en faisait une croyance, il se maintiendrait, cet ego. Pose-toi la question : quel est ton but ? Si tu me réponds qu'il y a un but, tu n'es pas Absolu. L'Absolu est déjà là. Arrête tout le reste.

Question : L'identification au corps / Esprit reste présente de façon intermittente, pourquoi ?
La question n'est pas pourquoi mais pour qui ? Parce qu'il s'agit bien de toi. Il n'y a pas de raison extérieure ou un mécanisme extérieur. L'Absolu, quand il est vécu, crée un pont. Ce pont permet le passage et l'intégration des différents Passages : de l'Absolu au Soi, à la Présence et parfois aussi, au je. L'important n'est pas que cette identification demeure. Ou pas. Ou le pourquoi. Mais bien : pour qui ? C'est-à-dire, que l'Absolu, en tant que vécu total (même dans cette forme), ne peut plus être affecté par ce corps et cet Esprit. Donc la question est de savoir si tu es affecté par ce corps / Esprit, ou pas. Et si tu en es affecté, de poursuivre une enquête : qu'est-ce qui résiste ? Qui résiste ? Le pourquoi sera toujours la peur et le doute, rien d'autre. La peur de perdre, définitivement, une personnalité. Et, bien sûr, tu ne peux pas la perdre, tant que le sac est là. Tu es dans le sac mais tu peux aussi en sortir. Et cela dépend de qui ? De toi et non pas d'un pourquoi. Ne regarde plus le mécanisme : il n'existe pas. Il ne tient qu'à toi et à toi seulement, de te placer dans ton Éternité, dans ta Vérité, où le corps / Esprit est là. Il sera là jusqu'à la fin du sac. Mais il ne peut affecter, en aucune manière, ce que tu Es. Si quelque chose est affecté, c'est que l'Absolu n'est pas révélé. C'est le Soi qui est révélé dans ses derniers retranchements. Parce que l'Absolu laisse tranquille le corps et l'Esprit : ils ont à vivre ce qu'ils ont à vivre. Mais ce n'est pas toi. Tout vient du fait que tu cherches, encore (pour te rassurer, pour avoir le sentiment d'exister), de te placer toi-même, par moment, dans ce corps et dans cet Esprit et de jouer à l'être. Il y a souvent derrière cela des obligations, considérées comme telles (morales, sociales, affectives, professionnelles) mais tu n'es rien du moral, rien du social, rien de l'affectif, rien du professionnel. Fais-le sans t'y attacher, si c'est ce que te demande ta vie. Tu ne dois pas en être affecté parce que l'Absolu que tu Es ne peut être affecté, en aucune manière. Le Soi, oui. Va donc au-delà. Regarde ce corps / Esprit. Accepte qu'il soit là. Mais n'y sois plus aucunement identifié, ni partie prenante. Vis ce que la vie te demande, avec le même enthousiasme mais sans t'y impliquer. L'enthousiasme n'est pas l'implication parce que l'implication est lourdeur et responsabilité, engagement. L'enthousiasme ne se trouve pas dans l'engagement mais dans l'Absolu, dans le Soi. Sers-toi de cet enthousiasme là. Apporte alors ce que tu Es, dans ce qui se fait, sans être tributaire du résultat, ni de l'action elle-même. L'action se déroule, par la personnalité elle-même, par le corps / Esprit. Le Soi le regarde. L'Absolu n'en a que faire. D'ailleurs, il ne fait rien : il Est, dans le non-être.

Tout procède et découle du non-être, aussi bien la Source que toi, que tes actions ou tes inactions. Sois enthousiaste mais ne t'engage pas, ne t'alourdis pas. Et tu verras que tout deviendra léger parce que ça l'est, pour l'Absolu, comme pour le Soi. Tu n'es pas ce qui agit. Tu n'es pas ce qui fait. Tu n'es pas tes engagements mais respecte-les. S'ils sont là, ils ont leur raison, pour la personnalité. Tu devrais faire de la même façon, quoi que ce soit que la vie te donne à faire, dans le même enthousiasme parce que s'il n'y a pas d'enthousiasme égal, pour les actions que mènent la personnalité, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que tu t'installes dans le corps / Esprit et dans la personnalité. Cela ne sert à rien. Parce que la personnalité sera toujours lourde, c'est son rôle : celui de vous alourdir, de vous faire croire qu'il faut vous enraciner toujours plus. Mais vous êtes enracinés puisque vous êtes dans ce sac. Tant que le sac existe, vous êtes enracinés. C'est l'ego qui va vous suggérer de vous incarner encore plus. Vous ne pouvez réfuter que vous êtes incarnés puisque vous avez un sac dans lequel vous êtes. Donc ne cherchez pas à vous alourdir encore plus mais allégez-vous. Laissez l'enthousiasme du Soi, l'enthousiasme de l'Absolu, œuvrer. Laissez faire. Si tu te plains du corps / Esprit qui est encore là, c'est que tu lui donnes encore trop de poids, trop de pesanteur. Place-toi dans l'enthousiasme, qui ne dépend pas de la personnalité mais qui déteindra sur ta personnalité, sur ce corps / Esprit (qui te gêne). Tu ne seras plus concerné, ni impliqué, mais tout se fera comme si tu étais impliqué. Et tout se fera beaucoup mieux que quand tu es impliqué. Parce que la vie sait ce qu'elle fait, pas toi. Tu crois le savoir mais tu ne le sauras jamais. Ne t'occupe pas de ça. Fais ce qui est à faire et laisse faire. Que ton point de vue soit celui de l'Absolu que tu Es. Lui ne bouge pas. Alors s'il te semble que quelque chose bouge en toi (une humeur ou autre), c'est que le corps / Esprit est sur le devant de ta scène. Quand tu as vu cela, il n'y a plus rien à comprendre. Comme toujours. Dès que le mental est débusqué, il va se cacher ailleurs. Et quand il n'a plus où se cacher, il capitule.

Donc pourquoi le corps / Esprit est présent par intermittence ? Parce qu'il vit sa vie. Il ne sert à rien de vouloir mettre fin au corps / Esprit. Il disparaîtra en son temps, quand il aura fait ce qu'il avait à faire. Cela ne te concerne pas. Ne le rejette pas mais accepte-le comme cela. Tu n'es pas concerné. Le mouvement n'est possible que parce qu'il y a un centre qui permet le mouvement. Il y a un moyeu à la roue. S'il n'y avait pas de moyeu, la roue ne servirait à rien. Rien n'avancerait. Rien ne tournerait. Mais je te rappelle que le moyeu ne bouge pas, il n'avance pas. C'est ce que tu Es. Laisse venir les informations (qu'elles soient du Soi, de la personnalité, du corps, de l'Esprit) mais ne t'y implique pas. Laisse se dérouler ce qui se déroule : tu n'es pas concerné. Ainsi est l'Absolu. Ça ne veut pas dire tout arrêter, bien au contraire : tu ne peux rien arrêter. Celui qui veut arrêter, c'est la personnalité, c'est le corps, c'est l'Esprit, le mental, parce qu'il en a marre. Le point de vue n'est pas bon, il est limité. Tu sors de l'Illimité que tu Es. Amuse-toi avec cela. Dis-toi que tu le fais pour qui ? Pour la personnalité. Ce que tu Es n'a besoin de rien. Ce que tu Es ne dépend pas de ce que vit ta vie. Accepte-le et tu verras que tout ira bien parce que tout est bien. Parce que rien ne peut aller mal, si ton point de vue est l'Absolu. Si tu Es Absolu, tu n'es concerné par plus rien. Tu n'es affecté par plus rien. L'illusion n'a plus de poids. Tu as inscrit quelque chose dans l'Illusion mais tu n'y es pas soumis, en aucune manière. La légèreté, elle est là. La Liberté et la Libération, elle est là (pas ailleurs), dans ce que tu Es, exclusivement. Alors, le pourquoi importe peu. Parce que le mental veut t'emmener dans la compréhension, dans l'insatisfaction pour, en quelque sorte, te dresser contre l'Absolu (qui ne tient pas ses promesses). Mais il n'y a aucune promesse dans l'Absolu. L'Absolu Est. Il est la Paix Suprême. Il ne dépend d'aucune circonstance, d'aucun état, d'aucune perte, d'aucun acquis. Si tu arrives à voir cela, il n'y aura plus de problème parce que le problème n'existe pas. Il n'existe que pour la personne. Va au-delà de la conscience (quelle qu'elle soit) et tu seras stable, parce que au centre.

L'Absolu confère une forme d'immunité. Cette immunité n'est pas quelque chose à rechercher, là non plus : c'est quelque chose de naturelle, totalement naturelle, qui fait partie de l'Absolu. L'Absolu se traduit par la Paix Suprême. Quelle que soit l'action du corps / Esprit, quelle que soit l'action de l'environnement, cette Paix Suprême ne peut être altérée, en aucune manière, en aucune façon. Le corps / Esprit va sa vie. Tu peux y être, comme ne pas y être. Tout se déroule parce que toi tu Es Absolu et tu ne bouges pas. Vois cela. Et si tu le vois, alors vis-le. Ne t'attache pas au fruit des actions du corps / Esprit (ou de ses non-actions). Ne te sens pas concerné mais fais-le. Ce qui le fait n'est pas l'Absolu. C'est la partie de toi qui est inscrit, encore, dans ce corps, dans cet Esprit. Vois cela ainsi, parce que c'est ainsi. L'Abandon du Soi est l'Absolu. Tu n'es plus impliqué. Tu n'es plus responsable, encore moins coupable, de quoi que ce soit. Ce monde cherchera toujours (d'une manière ou d'une autre) à te rendre coupable ou responsable, à être une cause ou une causalité, pour entretenir l'action / réaction. Mais tu Es la Grâce. Tu n'es pas concerné. Vois la Grâce et tout sera Grâce, même le corps / Esprit. Les obstacles sont tous en toi. Il n'y a aucun obstacle extérieur : c'est une croyance (puisque rien n'existe). Il n'y a pas d'extérieur, il n'y a que des projections, des illusions. Occupe-toi seulement de ce que tu es. Tout ce qui doit se dérouler et se faire appartient au corps / Esprit. Mais ce qui se déroule et se fait dans le corps / Esprit, ne peut affecter ce que tu es. Si tu es affecté, alors pose-toi la question : qui es-tu ? Où es-tu ? Parce que, nécessairement, tu es quelque chose et quelqu'un et tu es quelque part. Ça veut dire que tu es limité et que tu t'inscris dans le corps / Esprit et non pas dans l'Absolu. Si tu saisis cela, alors tu verras clairement ce qui se passe. Voilà le pourquoi, qui est surtout un pour qui. Tu reliras attentivement ce que je t'ai dit et cela t'apparaîtra on ne peut plus clair. Poursuivons.

Question : si je lis des textes ou vois des images concernant Christ et sa famille, ainsi que des personnages de l'Ancienne Egypte, des résonances m'apaisent. Suis-je en train d'alimenter mon mental et mon émotionnel ou suis-je en train de guérir une part de ma conscience ?
Tu entretiens l'illusion. Quand tu arrêtes de penser à cela, quand tu arrêtes de lire sur cela, quand tu arrêtes de voir des images sur cela, que devient ta paix, ton apaisement ? Il disparaît. Donc réfute cela. C'est de l'éphémère. C'est du passé. Tu ne peux aucunement trouver une paix durable et aucunement trouver ce que tu Es. Tu entretiens des mémoires, des souvenirs, agréables, certes, mais qui t'éloignent de toi. Il n'y a rien à guérir. Que veux-tu guérir puisque cela n'existe pas (excepté en tant que souvenir ou mémoire) ? Tu entretiens le passé. Et entretenir le passé, t'empêche d'être ce que tu Es. Bien sûr que tu nourris ton propre émotionnel, ton propre mental, ta propre personnalité, parce que la réminiscence (réelle, supposée ou fausse) te conduit à ce que tu nommes un apaisement. Etre apaisé n'est pas être en Paix. C'est un état qui vient, qui arrive et qui part. La Paix Suprême n'est pas un apaisement. Tu maintiens artificiellement ce qui n'existe pas. Tu cherches à recréer une émotion, une satisfaction qui (comme tu le vis, bien sûr) est éphémère, ne peut durer, ne peut s'installer, puisque tu es obligé de relire ou de revoir des images. Quelle valeur accorder à cela, excepté celle que lui accorde ton propre ego, ta propre personne ? Rappelle-toi que tout dans ce monde illusoire et Maya, est fait pour que vous commémoriez, pour que vous vous rappeliez, pour maintenir, en quelque sorte, quelque chose de vivant qui n'existe pas.

Toutes les commémorations, quelles qu'elles soient (cycliques, annuelles) n'ont que ce seul but : vous éloigner de la Vérité. Quelle que soit cette commémoration, que l'évènement soit douloureux ou heureux ne change rien. Il n'existe pas. Vous entretenez le rêve, la projection, l'Illusion, Maya. Et vous en oubliez, vous-mêmes, ce que vous êtes. Mais tu as la Liberté de déterminer si tu préfères vivre l'apaisement et la fin de l'apaisement, ou alors si tu préfères être en Paix, en permanence, dans l'Éternité. Le résultat n'est pas le même. Dans le premier cas, il y aura toujours un manque. Et bien sûr qu'il n'y aura toujours qu'un manque parce que cela n'existe pas. Comment ce qui n'existe pas pourrait te remplir, autrement que d'illusion, d'espoir ? Te faisant oublier l'essentiel : ce que tu Es. Alors que si tu réfutes cela, quelle que soit la douleur, elle ne durera pas. Tu laisseras apparaître la Paix Absolue, la Paix Suprême. Mais il est vrai que la personnalité aime bien ce qui alterne, ce qui bouge. La personnalité ne peut vivre l'immuable parce que l'immuable traduit sa mort. Et la personnalité ne veut pas mourir. Elle se pense et se croit éternelle, à travers des souvenirs, à travers des commémorations, à travers des mémoires, à travers d'autres sacs de nourriture (qui ont vécu autre chose), auxquels l'ego s'identifie. Il faut voir cela. Et à toi de déterminer où tu te situes par rapport à cela. Est-ce que tu te contentes de l'apaisement ou est-ce que tu es dans l'apaisement le plus absolu c'est-à-dire la Paix Suprême ? C'est toi qui décides. Personne ne peut décider à ta place. Tu es maître de tes propres illusions, de tes propres constructions, de tes propres projections : elles t'appartiennent (même si ce n'est que du vent). Et ce n'est que du vent : ça passe. Qu'est-ce que tu vises ? Qu'est-ce que tu cherches ? As-tu besoin de chercher ? Ressens-tu un manque, te poussant à reproduire l'expérience, comme tu le dis ? Ces expériences t'éloignent du vécu de l'instant présent et de l'Absolu.

L'Absolu n'est pas une expérience, ni un état : c'est l'Ultime. Et l'Ultime fera toujours peur à l'ego, à la personne, au mental, aux émotions. Es-tu tes émotions ? Es-tu tes plaisirs ? Ils disparaissent toujours, les plaisirs, quels qu'ils soient. Regarde attentivement. Aujourd'hui, c'est cela. Hier, c'était autre chose. Demain, cela sera encore autre chose. Ainsi est la personnalité. Elle se satisfait de l'éphémère et, à travers cet éphémère, prétend trouver l'Absolu ou l'évolution. Cela n'existe pas. Parce que tu seras apaisé mais cela ne dure jamais, à moins de continuer à lire 24 heures sur 24 de ton temps ou à contempler des images, les mêmes. Mais tu t'apercevras que la paix s'émoussera, elle aussi. Il n'y aura plus d'apaisement. Il y aura un ennui. Tu te détourneras de cela. Est-ce que c'est Absolu ? Absolument pas. C'est un mensonge. Que dis-je ? Un cauchemar. Toute vie humaine qui est basée sur la répétition, la reproduction, sur le besoin de satisfaire, de combler, est une erreur, n'existe pas. Il n'y a pas cinquante façons d'être heureux et d'être en Paix. Il n'y en a qu'une : l'Absolu. Il y en a un qui a dit : « cherchez le Royaume des Cieux et tout le reste vous sera donné de surcroît ». Est-ce que le Royaume des Cieux est dans une histoire, fût-elle la plus prestigieuse ? Toute histoire est fausse, elle n'existe pas. Elle n'est que le moyen d'essayer de faire revivre quelque chose, que cela soit un conte de fée ou une religion, c'est la même chose. Il n'y a pas de différence : c'est un cauchemar, (vous appelant à vous projeter, de plus en plus, à rechercher une satisfaction). C'est une drogue, rien de plus et rien de moins. Tu n'as pas besoin de drogue : tu es Absolu. La drogue sert à endormir et pas à réveiller. Parce que même une drogue qui réveille, endort, au bout d'un certain temps. Saisis cela. Dépouille-toi de tout le superflu. Tu n'as pas besoin de cela. Tu n'as besoin d'aucune histoire, d'aucun modèle. Tu ne dois rien entretenir. Parce que tout ce qui est entretenu, appartient à l'éphémère.

Ce corps a besoin d'être entretenu, de le nourrir, de le laver : il est éphémère. Ce qui est Absolu, ne nécessite aucun entretien : il est indépendant de ce monde. Et tu Es cela. À toi de voir, là aussi, ce que tu veux faire vivre, ce que tu veux ressusciter. Es-tu cela ? Non. Il n'y a pas de oui possible. Chaque sac de nourriture a son poison et sa drogue. J'en ai eu, quand j'étais sur Terre. Mais je savais pertinemment que cela n'avait aucune importance pour ce que j'étais : le Parabrahman. Alors, vois les drogues pour ce qu'elles sont : une distraction. Mais tu n'es pas cela. Ce qui a besoin de se distraire, c'est l'ego, la personne. Parce qu'elle a besoin d'oublier qu'elle a oublié. Il y a, derrière, une culpabilité énorme. Cette peur. La peur est chimique. Cette personne est chimique. L'Absolu n'a rien de chimique. L'Absolu n'est pas une forme, où qu'elle soit. La Demeure de Paix Suprême n'a besoin d'aucun emplacement. On l'appelle Demeure parce qu'elle demeure. Mais ce n'est pas une demeure. Vous êtes comme hypnotisés, par les souvenirs, par les histoires, par les mémoires, qui sidèrent ce que vous êtes. Vous n'êtes rien de tout cela. Il n'y a rien à faire vivre ou revivre. Il n'y a rien à commémorer : c'est un piège. Même l'Amour n'a pas besoin de se souvenir puisqu'il est, de toute Éternité. On a voulu commémorer le retour de l'Amour, de Christ ou Krishna ou Bouddha. Quel intérêt ? C'est du spectacle, de la comédie ou un drame, selon. Sortez de tout drame, de toute comédie, de tout spectacle. Soyez, vous-mêmes, ce que vous Êtes. Vous n'êtes rien de tout cela. Tous les apaisements que vous trouvez sont des distractions.

Vous êtes Absolu. Le corps / Esprit se portera d'autant mieux que vous le laissez faire, que vous ne vous en occupez pas. Ça ne veut pas dire, ne pas se laver ou ne pas manger. Ça veut dire le laisser évoluer dans ce qu'il est, par lui-même. Ne vous impliquez pas. Et surtout pas dans un passé, surtout pas dans une histoire, la vôtre ou une autre, c'est la même chose. Oubliez tout cela. Allez à l'Essence : ce qui ne bouge pas. Abandonnez, même le Soi. Ne cherchez plus rien. Ne faîtes pas le vide car vous êtes le vide, pour l'Absolu que vous Êtes. Saisissez cela, prenez-en conscience et passez au-delà. C'est très simple. Affreusement simple. Détournez-vous de ce qui est éphémère, de ce qui appelle une reproduction, de ce qui appelle une satisfaction, parce que tout cela appartient à l'éphémère.

BIDI

7 mai 2012

Question : quand je pose une question, les 3/4 du temps je ne comprends pas la réponse.
Bien. Si donc il existe trois quarts du temps une absence de compréhension, il te reste donc un quart du temps où il y a compréhension. Je te répondrais que, à quoi te sert la compréhension ? La compréhension est systématiquement un acte du mental qui s'empare d'une réponse, quelle qu'elle soit, et s'en satisfait parce qu'elle nourrit ce-dit mental. Nous pouvons donc dire que dans les trois quarts du temps il y a impossibilité de nourrir ton mental. Et donc que tu ne perds que le quart de ton temps.

Les questions sont infinies. Les réponses le sont tout autant. Que cela soit dans le cadre que je vous ai proposé ou dans le cadre de tout intervenant, une question appelle une réponse, cette réponse appelle une autre question. Ainsi va la vie de l'être humain au sein de l'illusion. L'illusion a besoin de se rassurer et elle se rassure en comprenant. Comprendre ne te permettra jamais de vivre quoi que ce soit ailleurs que dans le mental, ailleurs que dans l'illusion. Il faut justement dépasser et transcender toute compréhension : aller au-delà de la compréhension. C'est-à-dire que la question appelle une réponse, qu'au-delà des mots qui sont prononcés, au-delà de ce qui est compris ou incompris, le but n'est jamais de nourrir le mental, même si cela en donne l'impression, et vous en donne la saveur. L'important se situe Ailleurs, bien au-delà de l'illusion. Bien au-delà aussi de ce que vous pouvez percevoir ou ressentir dans la présence d'un intervenant ou d'un autre. L'important est exactement Ailleurs. Parce que cet Ailleurs est ce qui va te permettre de nourrir l'Essentiel et non pas le mental. Nourrir le mental ne nourrira jamais l'Essentiel, parce que l'Essentiel n'est jamais mental et il ne peut être nourri par la même nourriture. L'Essentiel se nourrit de rires et de joie. Il ne peut aucunement se satisfaire d'une explication logique venant de l'illusion et servant l'illusion. L'Essentiel n'est donc pas accessible à une quelconque compréhension, et je dirais qu'il est préférable de s'endormir dans ce que nous disons, plutôt que de faire fonctionner, marcher, le mental pour en tirer quelque chose qui va, finalement et en définitive, exclusivement nourrir le mental.

Bien sûr, la compréhension va satisfaire l'ego et la personnalité. Parce que cet ego et cette personnalité vont, sans juste raison, s'approprier la réponse et avoir un élément de nourriture qui va renforcer, de manière permanente, l'ego. La compréhension va renforcer les croyances, quelles que soient celles-ci. Les réponses aux questions et les questions que vous vous posez vont nourrir le mental, nourrir les croyances, vous renforcer ou vous invalider dans vos propres croyances. Bien évidemment, là n'est pas le but de nos entretiens, ni d'aucun entretien concernant là où vous êtes et là où nous sommes. Bien sûr, les mots sont souvent un support (et vous le savez) pour vivre une Vibration, une conscience différente, nouvelle. Mais là aussi, il vous faut aller bien au-delà. Là aussi, je vous invite à ne pas vous satisfaire aussi bien d'une compréhension que d'une Vibration mais de transcender tout cela. Ainsi, je te dirais : fais taire la compréhension, fais taire la Vibration, car tu n'es ni ce que tu comprends, ni ce que tu Vibres. Va au-delà. Endors-toi. C'est là où tu es la plus efficace, la plus active : pas ici, mais Ailleurs. Or je te rappelle que tu n'es rien de ce qui est connu dans l'illusion. Tu es Ailleurs, à condition d'être pleinement présente, Ici et Maintenant, à cet Ailleurs. Il faut chasser toute culpabilité, il faut cesser tout jugement sur le fait de non comprendre ou de comprendre, parce qu'aucune satisfaction n'est réelle. Elle ne nourrit, encore une fois, que l'ego, que la personnalité. Ne pas avoir de questions ou ne plus avoir de questions, c'est déjà se retourner vers cet Ailleurs. C'est déjà entreprendre, en quelque sorte, un retour vers Ailleurs. Dès l'instant où tu ne nourris plus (par des interrogations ou par des réponses) ton propre mental, dès l'instant où tu ne t'en sers plus pour nourrir la Vibration du Soi, alors, les espaces Absolus, en quelque sorte, sont prêts à se dévoiler, à se révéler, pour toi.

Dans le principe de l'enquête que je vous ai proposée, de la réfutation, c'est justement le déni, si l'on peut dire, de tout ce qui avait été compris et assimilé jusqu'à présent qui va permettre, justement, en quelque sorte, de faire disparaître la machine infernale que représente le cerveau. Laissant place nette, place libre, pour ce qui n'est pas éphémère. Je t'invite donc à dormir, parce que, quand tu dors, tu n'es jamais aussi près de la Vérité et du Centre. Parce que, quand tu dors, tu es, Ici et Maintenant, dans l'Absolu, mais non pas ici et maintenant de l'ego ou du Soi. Cela prouve, de manière irréfutable, que dans les instants où tu es capable de dépasser la compréhension parce que, comme tu le dis, tu n'as pas compris (c'est-à-dire dans les moments où tu te trouves en incompréhension), c'est très exactement ces moments-là où tu es (je dirais, de manière imagée) au plus proche de l'Absolu. Contrairement à ce que vont te susurrer l'ego et la personnalité qui veulent te faire croire qu'en comprenant les choses, tu t'appropries un état ou une conscience nouvelle. Rien n'est plus faux. Rien n'est plus distordu. Rien n'est plus illusoire. Je t'invite donc à rentrer dans les quatre quarts des fois, dans cette fameuse incompréhension.

Bien sûr, le mental et l'ego, la personnalité, vont tourner la réponse dans tous les sens pour essayer de la comprendre, de l'assimiler. Heureux celui pour qui il ne peut y avoir la moindre assimilation, parce qu'à ce moment-là il n'y a plus de nourriture pour l'ego et pour le mental. Et cette nourriture, pourtant, est là. Elle a, en quelque sorte, été créée. Ce sont des mots, ce sont des Vibrations qui ne peuvent se perdre. Ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas compris, ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas écoutés, qu'ils ne sont pas entendus. Ce qui était entendu nourrira, un jour ou l'autre, autre chose que ce que tu connais. Et bénis ce moment où, justement, cette autre chose t'apparaîtra. Elle a toujours été là. Elle est au Centre de Toi. Elle est immobile, elle est l'absence de mouvements. Elle est permanente, éternelle, ne connaît aucunement la compréhension, aucunement l'ego, aucunement la personnalité. Elle est justement ce que tu prétends chercher et que tu ne peux chercher et donc que tu ne peux trouver. Parce que ce qui cherche est toujours l'ego, toujours la personnalité ou l'illusion du Soi. Dès l'instant où tu acceptes qu'il n'y a rien à chercher et donc rien à trouver, je peux te dire qu'à ce moment-là, le fruit est mûr. Bien souvent, la personnalité, l'ego va se rétracter et va appeler cela le néant, le vide, dans une angoisse totale.

Jamais tu n'as été aussi proche de ce que tu Es, au-delà de l'être. Je te conseille donc de te servir de tes trois quarts de ton temps où tu ne comprends pas pour laisser entendre ce qui, en toi, comprend (au-delà des mots, au-delà de la Vibration), parce que, à cet instant, tu sors de l'instant et tu rentres, réellement, dans l'Ici et Maintenant. L'Ici et Maintenant est nécessaire pour se rapprocher de l'instant présent. Mais l'instant présent n'est pas l'instant éternel. L'instant présent est un arrêt du temps, une sortie de la linéarité du temps qui est le propre et la spécificité de l'ego et du mental, action/réaction. L'instant présent te fait découvrir Ici et Maintenant. La puissance de l'instant présent ne doit pas être non plus une quête ou une finalité parce que l'instant présent doit déboucher sur l'instant éternel qui ne dépend d'aucun instant présent. Le néant, le vide, l'angoisse la plus totale de la personnalité et de l'ego, est certainement le signe majeur que l'Absolu se révèle. Cette angoisse de la personnalité, ce vide, ce néant, cette perte dramatique, cette non compréhension, cette violence même qui peut exister dans ces moments-là, est certainement l'instant présent qui va céder sa place à l'instant éternel dans l'abandon du Soi lui-même au non-Soi, au non-être, à l'Absolu qui a toujours été là.

Saisis et accepte que le fait de chercher, et pire, le fait de trouver, ne fait que t'éloigner de l'Absolu. Si tu acceptes cela (et il n'y a pas grand chose à comprendre, je te l'accorde), tu auras fait un pas immense vers l'immobilité, vers ce qui est au-delà du vide, au-delà du plein, au-delà du moi, au-delà du Soi, donc dans le non-Soi et le non-être. Et un jour, tu riras de toi-même, tu riras de ton Soi, parce que tu les auras débusqués, non pas dans une quelconque volonté, non pas dans une quelconque compréhension. Mais ce qui aura été entendu aura œuvré. À l'insu de ton conscient, puisque l'Absolu n'a rien de conscient. À l'insu de ton Soi, puisque le non-Soi n'a rien à voir avec le Soi. En définitive, je te remercie donc pour ta non question parce que, justement, il y a là un moteur qui te met en route, du moins, le crois-tu, vers un Absolu. Parce que, bien sûr, tu l'as compris, il n'y a ni route, ni chemin, ni compréhension, ni interrogation. La réponse que je formule n'est qu'un moyen d'être dans le bonheur avec vous, d'exprimer sur ce que rien ne peut être exprimé, c'est-à-dire l'Absolu. Saisissez bien qu'à travers cette phrase il n'y a pas d'erreur de langage, mais bien une Vérité immobile, éternelle et absolue.

Il te faut arrêter de chercher et de croire que tu vas trouver et pire même, de trouver. Il n'y a que dès l'instant que tu arrêtes la quête, dès l'instant où tu arrêtes de trouver, dès l'instant où tu ne comprends plus rien, que peut se faire jour ce qui a toujours été là. Pas avant. Parce que la compréhension, comme le chemin, comme la route, ne sont, en définitive, que des obstacles qui t'empêchent de vivre, de pénétrer ce qui t'a toujours pénétré : l'Absolu. Comme nous l'avons dit : l'Absolu n'est pas un état, encore moins une expérience, encore moins une conscientisation, il est là. Il a toujours été là. Quoi que tu fasses, quoi que tu vives (que tu sois vivante ou morte, que ton corps soit là ou pas, que le monde soit là ou pas), ce qui est derrière celui qui observe, c'est Toi. Mais pas toi dans un nom, pas toi dans une identité, pas toi dans des connaissances, pas toi dans ton intellect, pas toi dans une histoire, quelle qu'elle soit, pas toi dans une relation, quelle qu'elle soit. Si tu entends ce que je dis, et bien, selon où tu te places, soit tu as tout compris, soit tu n'as rien compris. Je te laisse deviner ce qui est, en quelque sorte, préférable pour toi. Sachant que je ne m'adresse jamais à ce qui ne fait que passer (c'est-à-dire ta personne, c'est-à-dire ce Soi si chèrement acquis). Accepte que tu ne peux rien acquérir qui ne soit déjà. Je ne te demande pas de comprendre, mais d'entendre, ce qui n'a strictement rien à voir. Si tu entends qu'il n'y a rien à acquérir, tu ne peux donc rien mettre en mouvement, tu ne peux que rester tranquille, laisser faire. Si tu entends cela, alors il y a le néant. Mais qui voit le néant ? Va au-delà de celui qui voit le néant. Tu n'es pas Toi, dans celui qui voit le néant. Va, non pas plus loin, parce qu'il n'y a rien à dépasser, mais va plus dans les profondeurs, sans descendre et sans monter. Laisse simplement disparaître ce qui est compris. Laisse apparaître ce qui est incompris. Et tu seras, si je peux dire, très proche. Nous pouvons avancer. En restant immobiles.

Question : quelle est la différence entre transcendance et réfutation ?
Faut-il déjà que ces deux termes s'appliquent à quelque chose de commun, pour parler de différence. On parle de différence de couleur de peau quand on parle d'une peau qui est blanche ou d'une autre de couleur. Quel est l'élément commun qui existe entre la réfutation et la transcendance ? Si ce n'est, je pense, dans ta tête, qu'il te faut passer de l'un à l'autre. La réfutation est une gymnastique qui vise à faire dérailler le mental, à le sidérer, en quelque sorte, à le noyer dans ses propres certitudes, dans ses propres croyances pour lui démontrer et lui montrer qu'elles n'ont aucun sens. La transcendance évoque, le plus souvent, un passage d'un état à un autre, d'un moment à un autre, passage d'un état ou d'un moment qui évoque, en quelque sorte, une transformation, une possibilité de pont de l'un à l'autre. La réfutation est tout sauf un pont parce que la réfutation est une action inscrite au sein de l'illusion, brisant l'illusion. La transcendance est posée comme condition qu'il y a un état qui doit donner un autre état. La réfutation ne permet pas de passer d'un état à un autre état. La réfutation va supprimer tous les états. Ayant fait disparaître tous les états, ce qui a toujours été là peut enfin apparaître à celui qui, si l'on peut dire, regarde. Et celui qui regarde va, en définitive, devenir cet Absolu. La transcendance est une dynamique : il y a un mouvement, apparent, supposé ou réel. La réfutation vise à détruire tout mouvement, sans effort, simplement en jouant le jeu, en quelque sorte, du mental illusoire et le jeu de la personnalité. La transcendance, c'est déjà envisager qu'il y a un passage et déjà, le plus souvent, ce passage est celui du Je, de la personnalité, au Soi. Mais il n'y a aucune transcendance entre le Soi et le non-Soi. Ce n'est pas possible. On ne passe pas d'un état à l'autre. Il n'y a pas de pont. Simplement, quand le non-Soi est établi, à ce moment-là vous pouvez repasser dans le Soi et dans le Je. Et cela devient, pour vous qui êtes dans la forme, un jeu, mais c'est valable dans ce sens. On peut dire que le pont existe dans ce sens et que réellement, là, oui, il y a transcendance : du non-Soi vers le Soi. Éventuellement, du Soi vers le Je. Il y a transcendance du Je vers le Soi, mais il ne peut y avoir transcendance du Soi au non-Soi. Il n'y a pas de pont. Le pont ne se construit que dans l'autre sens. C'est un pont à sens unique, mais qui permet le double sens, après.

La transcendance ne peut donc concerner l'Absolu. La transcendance ne concerne que le passage du Je au Soi. Le problème du Soi, soit-il le plus vaste, est toujours un enfermement. Avant d'être le Soi, avant que ce corps n'existe, avant que ce sac de nourriture apparaisse, est-ce que le Soi était là ? Est-ce qu'il y avait une conscience pour l'observer ? L'Absolu est tout sauf la conscience, tout sauf le Soi, tout sauf le Je, parce que le Soi comme le Je sont éphémères. Il ne peut exister de transcendance, dans ce sens-là. La transcendance est utile pour celui qui veut passer du Je au Soi. Mais cette transcendance ne peut être mise en avant, en aucune manière, dans le passage du Soi au non-Soi, puisqu'il n'y a pas de passage. Cela rejoint la problématique de la question et de la réponse. Tant que vous cherchez un passage (qui n'existe pas), tant que vous envisagez une transcendance, il y a (sous-entendu, en vous) le besoin de persistance au sein d'une identité, qu'elle soit limitée comme le Je, ou vaste comme le Soi. Mais vous n'êtes pas une identité, encore moins une histoire, quelle que soit l'histoire, parce que l'histoire se déroule dans l'illusion. Vous êtes bien au-delà de toute histoire ou de toute transcendance. Vous ne pouvez y arriver en adoptant de tels points de vue. Parce que vous ne savez pas, vous n'avez aucune conscience de ce qui était avant ce sac de nourriture, et même si vous connaissez d'autres sacs de nourriture qui étaient supposément vous, avant, dans d'autres vies, où étiez-vous entre les deux sacs de nourriture ? Que faisiez-vous ? Si vous avez la réponse à cela, alors la réponse est vraie. Mais tout ce que vous supposez avant est faux.

La réfutation est d'accepter de se servir de l'outil qui croit toujours avoir raison pour lui montrer qu'il n'est pas la raison, qu'il n'y a aucune logique dans la raison, que cette logique ne peut que servir dans l'illusion pour maintenir l'illusion, pour entretenir l'illusion, pour nourrir l'ego ou nourrir le Soi. Mais l'Absolu ne peut être nourri par cela. Je dirais qu'il l'étouffe un peu plus, qu'il le noie un peu plus. Rappelez-vous : le Je, le Soi, feront tout ce qui est en leur pouvoir pour que jamais vous ne soyez immobiles, pour que jamais l'Absolu soit vécu. Il n'y a que la réfutation. Il n'y a aucune méditation, aucune spiritualité, aucune Vibration, qui peut vous conduire au non-Être. Certes, cette transcendance du Je au Soi, dans les premiers temps, est utile (voire même indispensable parce qu'elle va rassurer le Je, le Soi), démontre que le Je est illusoire. Mais qui va démontrer que le Soi est illusoire ? Personne, parce que le Je n'est plus là quand le Soi est là. Il vous faut donc non pas transcender mais faire taire tout ce qui est le Soi. Mais ce faire taire ne peut se réaliser de là où vous envisagez d'être. Aucunement. Cette transcendance, ainsi nommée, n'est en fait que la réfutation qui permet de saper les fondements du Je et du Soi, créant (et le terme est exact) un court-circuit. Qu'est-ce que c'est qu'un court-circuit ? C'est justement ce qui ne va pas emprunter le circuit naturel et qui fait donc disjoncter ce qui ne sert à rien.

La réfutation est se servir (en quelque sorte, dans l'exemple que j'ai pris) du courant existant, de cette vitalité éphémère soutenue par le corps de nourriture (quels que soient les noms savants que vous employez : chakra, Kundalini, Êtreté), pour le faire disjoncter. À ce moment-là, la réfutation va vous faire déboucher sur ce qui est réel parce que comprenez que le réel ne peut pas changer, parce que s'il change, il n'est pas le réel. Le réel est immobile. Il n'a que faire du monde, il n'a que faire de vous, de votre histoire, de toute histoire. Et vous êtes cela. Rien d'autre. Et donc si tu poses calmement cette réfutation, tu comprendras qu'il n'y a rien à chercher ni à trouver parce que tout a toujours été là.

Mais il faut cesser tous les Je, tous les Soi, toutes les parodies de spiritualité. Même la Joie, qui a tant été utile dans votre chemin, doit être transcendée mais ne peut être transcendée. C'est, en fait, le rire de l'Absolu qui fait le passage, mais pas dans l'autre sens. Dans ce sens là et seulement dans celui-là. Alors, si tu ris de toi, si tu ris de ton Soi, si tu te ris de tout, d'abord cela va t'angoisser, parce que la spiritualité, c'est sérieux, n'est-ce pas ? On parle d'éternité, on parle de permanence, d'immanence, de transcendance. Mais il faut rire de tout cela. Parce que cela change, et tant que quelque chose change, ce n'est pas réel. Et toi-même tu changes tous les matins, donc ce n'est pas réel. C'est l'ego qui va te faire croire ça, qui va apporter une substance à ce qui est irréel. Le réel ne peut changer. Il est Absolu. Tout ce que tu manifestes change : ton humeur, ton physique, celui qui observe.

Si je peux m'exprimer ainsi, va vers le vide, va vers ce que ton ego appelle le néant. Et tu trouveras ce qui est plein, ce qui ne bouge pas, ce qui ne change pas. Cela a toujours été là et tu Es cela. Tu découvriras alors que tu n'as pas à te gargariser d'Amour ou de Lumière parce que c'est très exactement ce que tu Es, et tu N'es rien d'autre. Si tu envisages la Lumière et l'Amour comme extérieurs à toi, comme une quête, comme une recherche, tu ne pourras jamais les trouver. Tu ne pourras que les voir, parce que tu t'es distancié et séparé de ce que tu Es, dans le réel. Tu as juste à Être cela, dans le non-Être, dans le non-Soi. Tu veux être heureux ? Il n'y a pas d'autre chose pour être heureux. Tout le reste ne fait que passer. Même la Joie. Même la Kundalini. Même les chakras. Que deviennent tes chakras quand tu meurs ? Que devient ta Kundalini quand tu meurs ? Peux-tu emporter ta Kundalini de l'autre côté ? Qu'est-ce que tu emportes ? Vas-tu emporter tes souvenirs ? Vas-tu emporter ton histoire ? Tout cela change. Ce n'est pas réel. Et tu Es réel.

Réfute et tu verras ce qui se passe et qui a toujours été là. Transcende si tu veux, mais surtout réfute. Transcender ne suffit pas. Réfuter suffit, totalement. Reste tranquille. Apprends à rester tranquille. Ce que vous nommez la spiritualité vous fatigue plus qu'autre chose. Remerciez, même, de ne pas comprendre. Remerciez, même pour ceux qui n'ont pas vécu le Soi, parce que le champ est libre pour le réel et pour le non-Soi. On n'accède pas au non-Soi à partir du Soi, même si c'est une étape qui semble réelle. Le non-Soi n'a que faire du Soi et encore moins du Je. La Source sort de l'Absolu. L'Absolu contient la Source. La Source ne contient pas l'Absolu, même si l'Absolu est présent dans la Source. Il ne peut en être autrement. De même que ton Je est rendu possible par l'Absolu. Et il ne le sait pas. Si tu réfutes ainsi, de cette manière, tes progrès (si tant est que l'on puisse parler de progrès) seront foudroyants. Mais rappelle-toi que l'ego va tout faire pour te dire que c'est stupide, alors que c'est lui qui est stupide. N'attache aucune importance à ce qui passe. Et toi d'ailleurs tu ne fais que passer. Rends-toi compte de cette absurdité. Ce que tu Es est Absolu. L'erreur est de croire que ce corps, cette histoire, ce chemin, sont l'Absolu. L'Absolu permet cela. S'il n'y avait pas d'Absolu, il n'y aurait pas de Je, pas d'histoire, rien. Or il n'y a pas rien. Tout au plus la perception du néant, de l'angoisse, mais même cette angoisse est sous-tendue par l'Absolu. Sans Absolu, pas d'angoisse. Mais tout cela est à réfuter. Parce que si je te demande de transcender une angoisse, comment vas-tu faire ?

Question : La compassion du cœur (par opposition à la compassion de la tête et la volonté de Bien) peut-elle tendre à l'Abandon ?
Jamais. C'est impossible. Parce que la compassion dépend toujours de la personnalité ou du Soi. La compassion est exercée envers quelque chose qui est considéré comme extérieur. L'objet de la compassion est une projection. La compassion conduit au Soi, mais jamais au non-Soi. Parce que la compassion, action du Cœur ou de la tête, ne change rien. De la même façon que manifester l'Amour, donner de l'Amour, n'est pas Être l'Amour. Vous ne projetez que ce qui manque. L'Absolu ne manque de rien. Et donc, vous Êtes Absolu. Manifester ou exercer une compassion de Cœur vous place, de manière permanente, dans l'illusion, parce que vous entretenez quelque chose d'extérieur : il y a vous, il y a l'autre. Et vous manifestez une compassion, envers une situation, envers un être. C'est justifié tant que vous êtes tributaire de la Dualité, de l'Action / Réaction. La volonté de Bien, comme la compassion, ne sont que des pis-aller de la Dualité, vous faisant croire que vous êtes dans un juste chemin, mais maintient, en permanence, la distance entre vous et l'autre. Il n'y a pas de vous. Il n'y a pas plus d'autre. C'est une illusion. Comment est-ce que quelque chose qui est manifesté au sein de l'illusion pourrait conduire à un quelconque Abandon ? Qui vous l'a dit ? Qui en a rendu témoignage ? Vous Êtes l'Amour. Vous Êtes la compassion. Mais si vous exercez une compassion, vous mettez une distance : vous n'êtes plus au Centre, vous n'êtes pas Absolu. Bien sûr qu'il est préférable d'exercer la compassion que de tuer. Mais dans ce préférable, il y a toujours une situation au sein de l'illusion. Une illusion plus agréable, mais toujours une illusion. Aucune illusion ne peut vous faire accéder au Vrai, au Réel. Tant que vous agissez dans l'illusion (et je dirais, même, surtout si vous êtes persuadé d'agir pour le Bien, même sans volonté de Bien), si vous êtes persuadé que vous êtes un être compatissant, aimant, charitable, vous ne bougerez pas d'un iota de l'illusion et vous serez très loin de l'Absolu.

Le non-Être n'a que faire l'Être, quel que soit l'Être, quoi que manifeste l'Être. Un Être qui est passé sur Terre vous a dit : « vous n'êtes pas de ce monde». Donc, ce que vous exercez, au sein de ce monde, en y mettant votre Conscience, vous maintient dans le monde. Même cela est à réfuter. Le monde n'a pas plus de légitimité que toi, que ton histoire, qu'une quelconque compassion. La compassion est une manifestation altérée de ce que tu Es, qui te fait considérer l'autre comme sujet à compassion. Laisse tomber tout cela. Tu n'as pas besoin de cela. Il n'existe pas de solution de continuité. Croire ou faire croire que, parce que tu es compatissant, tu vas sortir de ce monde, est faux. Ou alors il faudrait que l'ensemble de ta vie ne soit que compassion et que tu sois en compassion devant la fourmi, comme devant l'éléphant, comme devant l'ennemi. Parce que tu montrerais, à ce moment-là, que ta compassion n'est pas dépendante des circonstances ou de l'objet de la compassion. Cela n'est jamais le cas, bien sûr. Rappelle-toi ce que j'ai répondu juste avant : il n'y a pas de pont, il n'y a pas de continuité, dans ce sens-là. Mais si tu es Absolu, bien sûr que tu pourras compatir. Mais tu n'interfèreras plus dans le monde, dans ce qui croit encore être un autre, séparé, divisé. Comment veux-tu voir l'engrenage tant que tu as un doigt dans l'engrenage, tant que tu en es un rouage, même ? La compassion est louable, mais louable au sens de la morale. Au sens spirituel, ce n'est pas Absolu. Il te faut dépasser cela, en le réfutant, là aussi. Je ne te demande pas d'être méchant, non plus. Je te demande simplement de voir que tu n'es ni l'un, ni l'autre. C'est le propre de l'ego de croire qu'il va persister. C'est le propre de l'éphémère de te faire croire qu'il est éternel. C'est le propre du faux de te faire croire qu'il est vrai. Il n'existe aucune satisfaction t'ouvrant les portes du Ciel, parce qu'il n'y a pas de Ciel. Il n'y a pas plus d'Enfer. Il y a juste une projection, en dehors de l'Absolu, qui se croit autonome et qui croit qu'il est possible de maintenir l'éphémère tout en retournant à l'Absolu. Il n'y a pas de continuité. Tu Es l'Amour.

Exprimer la compassion est une projection de l'Amour. Encore une fois, il est plus agréable de vivre et ressentir la compassion qu'autre chose. Mais même ressentir cela ne te conduira jamais à l'Absolu. Il est plus agréable d'avoir à faire à une personnalité compatissante qu'à une personnalité paranoïaque. Mais c'est toujours une personnalité. C'est toujours de l'éphémère qui accompagne un sac de nourriture. Contrairement à ce qu'on peut imaginer, ce n'est pas parce que ton sac de nourriture voit une compassion à exprimer en face d'un autre sac de nourriture, en affirmant que tu vois au-delà du sac de nourriture, que tu vas réellement croire que cela peut être vrai. C'est une illusion. L'autre n'a pas plus de substance que toi. C'est la personnalité qui veut se transformer qui parle de compassion. C'est le Soi qui va parler de compassion et d'identification aux modèles spirituels : le Christ, Bouddha, Krishna, j'en passe et des meilleurs. Mais peux-tu me dire où sont ces prophètes aujourd'hui ? Peux-tu me dire où je suis, sans venir à moi ? Non. Tu ne peux que projeter un idéal, une conduite. Mais tu n'es pas l'idéal. Tu n'es pas la conduite. Oublie tout ça. Réfute tout ça. Tu Es Absolu. Si tu étais capable, à chaque souffle, de te remplir de ce Réel, tu deviendrais ce que tu Es, extrêmement rapidement. Au lieu de cela, tu parcours, de vie en vie, de sac de nourriture en sac de nourriture, en courant après quelque chose que tu ne peux jamais rattraper. C'est comme l'âne devant qui on a mis une carotte au bout d'un bâton. Est-ce que tu comprends l'image ? Il n'y a pas d'âne. Il n'y a pas de carotte. C'est une projection. Ça n'a pas d'existence, pas de substance. C'est inscrit dans un temps qui est limité par la naissance et par la mort. Qu'est-ce que tu vas faire de ta compassion de l'autre côté ? Un passeport ? Il ne sera pas reconnu.

Question : L'Absolu, c'est donc le Tout, sans forme, sans identité, sans Conscience : le néant ?
Non. Ce qui dit ça, c'est la personnalité. La personnalité va te faire croire que l'Absolu est le néant et tant mieux. Mais ce n'est pas le néant. C'est le néant pour la personnalité, pour l'ego. C'est l'ego qui est attaché à cette notion de néant. Le néant est la dernière marche (si je peux m'exprimer ainsi) qui précède l'Absolu. Pour l'Absolu, c'est toi, le néant. Parce que tu es un sac de nourriture, rien de plus. Ce corps meurt, quoi que tu fasses et quoi que tu dises. C'est une certitude. Donc tu retournes au néant. Ce qui disparaît, c'est ce corps, cette Conscience. Donc, de ton point de vue, l'Absolu c'est le néant. Je te réponds que, du point de vue de l'Absolu, c'est toi, le néant. Tu n'as aucune consistance. C'est l'ego qui te fait croire que tu es quelque chose et qu'il faut réaliser le Soi. Rappelle-toi : l'Absolu t'est inconnu. Inconnu ne veut pas dire néant. Par contre, oui, toi, tu es le néant parce que tu n'es pas Absolu. Tu ne peux parler de ce que tu ne connais pas. Tu ne peux t'en saisir. Tu ne peux le comprendre. Tu ne peux que le vivre. Mais les garde-fous sont nombreux. L'ego va te dire c'est le néant. L'ego va te dire : « ce n'est pas vrai ». Parce que tu tiens à ton histoire, parce que tu tiens à ta spiritualité, parce que tu tiens à ce qui est faux et tu crois que c'est vrai.

Tu n'es qu'un être de croyances. Tu t'appuies sur des croyances, tu t'appuies sur des sables mouvants qui disparaîtront en même temps que toi. Ce que je te propose c'est de réfuter cela. Ne te pose pas la question de ce qu'il y a derrière. Tu ne peux le savoir, tu ne peux le vivre, tant que tu n'as pas réfuté. Alors tu peux porter tous les jugements sur l'Absolu, dire : « c'est le néant, c'est le rien, c'est le vide ». Mais tu n'en as, pour autant, aucune expérience. Sinon jamais tu ne pourrais dire cela. Les mots, même, que tu emploies, montrent bien que tu es dans l'illusion et que ta supposition est fausse. L'Absolu n'est pas le vide : il est, aussi, le vide. L'Absolu n'est pas le néant : il est, aussi, le néant. La personnalité ne sera jamais Absolue parce qu'elle est éphémère et elle change. La personnalité ne connaît pas la Joie, parce que la Joie alterne toujours avec la souffrance. Parce qu'il y a des besoins, des désirs (spirituels, comme physiques, comme physiologiques). L'Absolu n'a pas de désirs, pas de besoins. Il est le Réel. Tu es irréel. Et l'irréel prétend connaître le Réel. C'est impossible. Il s'en fait une représentation à partir d'un point de vue qui est faux. La représentation ne peut être que fausse. Rappelle-toi : l'Inconnu ne peut être connu par toi. Parce que toi (au-delà de ce sac, au-delà de tes revendications), tu Es cela. Il faut cesser toute projection. Il faut cesser toute supposition, toute croyance. L'Absolu n'est pas une croyance. N'en fais pas une croyance. Il n'est pas, non plus, une supposition. Il est le Réel, ce qui ne change jamais, ce qui était avant que tu sois ou que tu apparaisses sur ce monde.

Ce monde n'est pas Absolu : il change. Pour l'Absolu, il n'existe pas. Le monde n'est qu'un défaut dans la pureté du non-Être, dans la Transparence du non-Être, de l'Absolu. Tant que tu penses l'inverse, tu te condamnes toi-même à rester limité et prétends chercher l'Illimité. Si tu cherches quoi que ce soit, c'est que tu admets et penses que tu es vide. Sinon, pourquoi chercher à remplir quoi que ce soit de Joie ou de spiritualité ? L'Absolu ne cherche rien. Il ne peut pas chercher. Il ne peut rien trouver. C'est toi qui espère trouver. C'est toi qui cherche. Mais tu ne peux pas trouver, ni chercher, ce que tu Es. Parce que tu l'Es. Réalise la stupidité de la proposition : tu Es l'Amour et tu cherches l'Amour. Tu ne peux pas chercher ce que tu Es. Et si tu ne sens pas l'Amour, cela prouve bien que c'est toi qui te considère, même si tu ne le veux pas, comme vide. Le néant est l'éphémère. Ce corps est éphémère. Le néant, c'est donc toi, dans cette apparence, mais pas toi dans ce que tu Es, au-delà de tout être, de toute histoire. Réfléchis : qui pose la question, même si la personnalité en est le relais ? Qui suppose ? Qui croit ? Qui espère ? Qui se projette ? Qui imagine ? Certainement pas le Réel. Mais, justement, ce qui est vide et qui a besoin de se remplir ou qui croit devoir se remplir, parce qu'il ne s'est pas reconnu. Tu ne sais pas qui tu Es, tant que tu crois savoir qui tu Es. Parce que les éléments que tu appelles la connaissance, même de toi, ne sont fonction que de jugements et de croyances. Tu ne t'appuies sur rien d'éternel, rien de réel, tant que tu restes tributaire, d'une manière comme d'une autre, des circonstances de ce monde. Quand tu dors, le monde n'existe plus, pour toi. Et pourtant tu es sûr de te lever le matin et de retrouver le monde. Qui te l'a dit ? C'est un certain nombre d'expériences liées à tes années et tes jours qui te fait supposer que c'est vrai. C'est vrai jusqu'au moment où cela ne sera plus vrai. Imagine que tu meures durant ton sommeil. Est-ce que le monde existera le lendemain ? Non. Donc tu t'endors avec une certitude issue d'une croyance, mais pas de la Vérité. Le Réel n'a que faire du monde. C'est le monde qui est vide. C'est le monde qui est le néant. Il est Maya. Et tout ce qui est dedans est Maya. Sauf toi. Mais pas toi dans ce qui est limité, non pas toi dans cette histoire, de ce corps, de cette vie. Mais je m'adresse à toi, le Réel. Tant que tu crois que l'Absolu est le néant, tu peux être sûr et certain que ce qui susurre cela est ton mental et rien d'autre. Vas-tu croire ce que te dit ton mental ? Il te dit que le jour va se lever demain. En es-tu sûr ? Ce n'est pas la répétition du jour et du nombre de jours de tes années qui t'en donne la certitude. C'est une croyance. Toute croyance cesse un jour. Même les scientifiques disent que ce monde cessera dans des milliards d'années. Il n'est donc pas permanent, même s'il te donne, à l'échelle de ta vie, éphémère, une impression de permanence. Rien n'est permanent dans l'illusion. Rien n'est réel. L'Absolu est le seul Réel. Réfute le monde, mais ne projette pas le néant sur l'Absolu, parce que c'est le monde qui est le néant. Il s'annihile, d'ailleurs, dès que tu fermes les yeux et que tu dors. Seule la croyance en sa persistance te fait dormir sans angoisse, sans peur.

Question : si je ressens une peur dont je ne connais pas forcément la cause, l'attitude juste est-elle de réfuter la personne qui éprouve cette peur, la personne qui adhère à son histoire et ensuite laisser être cette sensation de peur sans y prêter attention ?
La peur, déjà, c'est une sécrétion de molécules. Elle n'a pas plus de consistance, cette peur, que le poids que tu y donnes. Vouloir connaître la cause ne sert à rien parce que même si la cause est identifiée, tu peux croire que la peur va disparaître. Le plus souvent, ce n'est jamais le cas. La peur n'est issue que de l'ignorance, non pas d'une cause, mais de ce que tu Es. Ce qui éprouve la peur, c'est l'éphémère de la personne. Ça veut dire quoi ? Que si tu exprimes que ta personne ressent la peur, ça veut dire simplement que la personne existe et qu'elle a du poids, puisqu'elle arrive à te perturber. Est-ce que le fait de nier la peur va suffire ? Non. Est-ce que le fait de réfuter la peur va suffire. Non plus. Est-ce que le fait de réfuter la personne qui ressent la peur, suffit ? Non plus. Alors, considère que la peur n'a pas plus d'existence que la personne, qu'une peur (si tu as bien observé, et tu le dis toi-même) ne fait que passer ou apparaître et disparaître. Même si elle est intense, aucune émotion ne peut durer. Elle peut se reproduire, mais elle s'épuise d'elle-même. Il ne faut donc pas nourrir la peur. Ça ne veut pas dire la dénier, ne pas la voir, j'ai bien dit : ne pas la nourrir. Or, dès que tu observes la peur, tu la nourris. De la même façon que le mental : donner de l'attention à la peur lui donne du poids. Alors bien sûr, il existe des moyens, dans le mental, d'éviter la peur, de la combattre, de l'identifier quant à sa cause. Mais inéluctablement, même si ça fait du bien, ça renforce la personne. Cela perpétue l'illusion, cela perpétue les croyances. La première étape, si étape il y a, c'est de sortir du je, établir la Conscience à un autre point de vue, celui du Soi et peut-être aussi du non-Soi, dès que tu acceptes de voir la peur (non pas de la dénier ou de la réfuter) pour ce qu'elle est, c'est-à-dire une sécrétion chimique. Tu ne vas pas me dire que tu es une sécrétion chimique. La peur est une émotion. Elle est toujours une réaction, à une supposition, à une histoire.

Tout le principe de ce monde, c'est de vous faire adhérer à vos histoires, à vos émotions, à vos suppositions, à vos croyances. Mais tu n'es rien de tout cela. Bien sûr, ce n'est pas parce que, quand tu vis la peur, que tu vas dire : « je ne suis pas la peur», qu'elle va disparaître. Mais profite des moments où la peur te laisse tranquille pour Vivre que tu n'es pas cette histoire et cette personne et que ce sac de nourriture, que tu habites, n'a pas besoin de toi pour vivre. Il a besoin juste d'aliments, d'être nourri. Mais ne le nourris pas autrement. La peur n'est qu'une sécrétion de ce sac, comme la tristesse, comme l'angoisse. Ce sont des suppositions, des constructions, éphémères, qui n'ont aucune Réalité, aucune Vérité. Là aussi, quand la peur est là, si tu arrives à te tenir tranquille (cette fois-ci, au-delà de la réfutation, au-delà de l'identification), si tu te places dans celui qui observe ce qui se déroule, tu constateras que la peur a moins de prise sur toi, dans ce que tu es. Et, très rapidement, une émotion, comme une maladie, pourra concerner ce corps, cette personnalité, mais toi, tu ne seras pas concerné. Le problème c'est que, quand le corps va bien, vous n'avez aucun problème à ne pas être ce corps et même à vous en échapper par d'autres croyances. Et le jour où ce corps ne va pas, qu'est-ce que vous faites : vous êtes malade. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que vous êtes identifié à ce corps, à tel point que vous avez peur de le perdre. La peur de la mort, toutes les peurs, découlent de là. Parce que vous avez peur de l'Inconnu, du néant, parce que vous ne connaissez pas l'Absolu. Être Absolu, c'est ne pas se soucier de ce corps. De le nourrir, de l'entretenir, mais de ne pas y être identifié, en aucune manière. Qu'il soit en bonne santé ou à l'article de la mort, ce n'est pas vous. Si la peur se manifeste, c'est que vous êtes attaché à ce corps, à ce sac. Vous croyez être ce sac. Toute peur vient de là. Même si vous parlez des croyances en l'au-delà, même si vous parlez d'expérience mystique, vous n'êtes pas décroché de l'illusion, de l'éphémère. Vous n'acceptez pas l'éphémère parce que la personnalité se croit éternelle, elle se croit Réelle. Mais la maladie vient démontrer le contraire, la mort aussi, de manière encore plus forte.

Alors, vous allez me dire : et la souffrance ? Mais la souffrance n'est que la concrétion de la peur. La peur de perdre, la peur de manquer, la peur de mourir, la peur de souffrir, même. Et ça fait une boucle. Et vous croyez être cela. Vous vous êtes identifié à ce que vous craignez : la mort, la souffrance et la peur elle-même. Comment voulez-vous sortir de là ? Simplement en admettant que vous n'êtes pas cela. D'ailleurs, que se passe-t-il dans les souffrances les plus intenses : vous voulez disparaître, vous voulez rejoindre le néant, pour ne plus voir la souffrance, la peur, la maladie et la mort. Mais le jour où la mort arrive vraiment, qu'est-ce que vous dites ? : « je veux vivre ». Vous étiez dans la Maya de vos croyances spirituelles. L'Absolu ne peut rentrer dans ce jeu-là. Il sait qu'il n'est pas le corps, non pas comme une croyance, mais comme un vécu, Réel. Tant qu'il y a la croyance en une personne, il y a la peur, il y a la souffrance et il y a la peur de la mort. Vous n'êtes pas cette personne. Il n'y a rien à trouver. Il y a juste à s'établir dans le non-Être, dans le non-Soi, dans le Réel et tout le reste ne fera que passer. Et tout ce qui passe n'est pas réel et n'a aucun poids. Si cela a du poids pour vous, c'est que vous n'êtes pas Libéré. Qu'attendez-vous pour vous libérer ? Ce n'est pas un objectif qui est dans le temps. Tant que vous croyez que vous êtes inscrit dans le temps pour vous Libérer, c'est la personnalité qui s'exprime. L'Absolu n'a que faire du temps. Il a toujours été là. Il sera toujours là, quoi que vous deveniez. La peur ne fait qu'exprimer un attachement à la personne c'est-à-dire que, quelque part, vous avez donné du poids à la personne, de la consistance et vous vous sentez piégé, tributaire d'une personne qui n'existe pas.

Changez de point de vue. Sortez du théâtre. Il n'y a pas de théâtre. Il n'y a pas plus de personne que de peur. Il n'y a pas de monde. Vous Êtes l'Amour. Vous Êtes l'Absolu, de toute éternité. Vous êtes (comme disent certains peuples) un rêve, ou un cauchemar, pour d'autres. Mais ni le rêve ni le cauchemar ne durent. Ne le nourrissez pas. Vous êtes l'Amour et l'Absolu. C'est simple. Tellement simple que l'ego va vous dire que c'est pas vrai. De son point de vue, ce n'est pas vrai. De quel point de vue vous placez-vous, vous ? Celui de l'Amour ou celui de la personne ? Celui de l'émotion ou celui de l'Amour ? Prenez conscience de cela et dépassez cela. Ne soyez attaché à rien. Vous Êtes Absolu. Ne dépendez de rien. L'Absolu ne dépend de rien. Occupez-vous de ce que demande ce corps, mais vous n'êtes pas lui. Occupez-vous de ce que vous demande cette vie, faites-le, mais vous n'êtes pas cette vie. Qui vous dit que vous êtes obligé d'être pleinement dans ce que vous faites ? La seule façon d'être pleinement dans ce que vous faites, c'est de comprendre que vous n'êtes pas ce que vous faites. Tout le reste n'est qu'une implication de la personnalité et de l'ego. Toujours. Et c'est permanent, donnant une impression que c'est réel. Mais vous savez très bien que toute tâche s'arrête, que toute relation s'arrête ou, en tout cas, est arrêté par la mort, au plus tard. Donc, ça n'a aucun sens. Prétendre vouloir bien faire les choses n'est qu'un attachement de plus à la personnalité et, bien sûr, quand il y a cet attachement, il y a la peur : peur de mal faire, peur d'oublier, peur de se tromper. Vous n'êtes pas la peur. La peur est une sécrétion de ce corps de nourriture. Vous y croyez, simplement parce que vous vous êtes assujetti à ses dictats, à ses désirs à ses croyances, à ses illusions. Et c'est comme ça que naît l'attachement à l'illusoire. Dépassez cela, vous n'êtes rien de cela.

Question : La réfutation suffit-elle à créer le vide nécessaire à l'émergence de l'Onde de Vie dans une structure dysfonctionnelle ?
Tu as donc fait un lien entre l'Onde de Vie et l'Absolu, entre la réfutation et l'Onde de Vie. Je précise que l'Onde de Vie naît au pied du gourou : le gourou, c'est toi. L'Onde de Vie arrive dans les zones où sont inscrits les doutes et les peurs, celles de la personnalité attachée à elle-même, à sa persistance, à sa subsistance. C'est à ce niveau que se situe la réfutation et non pas à proprement parler dans l'Onde de Vie elle-même, mais bien au dessus, dans ce qui est appelé les chakras qui appartiennent à l'illusoire, à l'éphémère, à ce corps. C'est donc à ce niveau là que se situent les obstacles inscrits effectivement dans les peurs. Maintenant, la question qui se pose, est de savoir si quelqu'un qui aurait été amputé des deux jambes pourrait voir naître l'Onde de Vie, puisqu'il n'y a plus de pied. La réponse est oui. L'Onde de Vie n'a que faire des structures existantes (fonctionnelles ou non fonctionnelles) ou non existantes. L'Onde de Vie naîtra simplement de l'endroit où commence le corps, le plus bas. S'il n'y a plus de jambe, il reste les cuisses et cela naîtra à ce niveau là. Le principe de réfutation ne permet pas à l'Onde de Vie de naître, mais permet de lever les obstacles illusoires, appelés attachements à la personne, au corps, aux structures éphémères, au temps. C'est cela qui lève les obstacles existants à ce niveau là. La réfutation ne peut aucunement faire naître l'Onde de Vie. L'Onde de Vie apparaît d'elle-même, puisque c'est quelque chose qui n'a que faire de votre volonté, de votre personne, de votre corps, même si cela naît au niveau des pieds (qui est une partie du corps). L'Onde de Vie naît simplement au point le plus bas situé, présent, puisque dans la Terre cela vient du plus profond de la Terre. La réfutation ne concerne que ce qui est inscrit dans la personnalité et sa construction : son aspect illusoire qui est de vous faire croire à nombre de choses, à un ensemble de choses qui n'ont pas de substance, qui ne sont pas réelles. L'Onde de Vie s'arrête, simplement, en fonction des obstacles rencontrés. S'il n'y a plus d'obstacle, l'Onde de Vie s'élance. Elle parcourt ce corps illusoire. Et c'est l'Onde de Vie, elle-même, qui, effectivement, met fin à l'illusoire. Parce que, c'est elle, qui permet l'accès à l'Absolu. Ce sont les obstacles placés sur sa route qui, en quelque sorte, doivent être levés par la réfutation. Il n'existe aucune structure dysfonctionnelle qui soit une cause à la non montée de l'Onde de Vie. La seule chose dysfonctionnelle, c'est l'ensemble des croyances et des attachements à ce corps. Fût-il intact ou estropié ne change rien. Voilà le complément de réponse que je pouvais te donner. Il n'y a rien de plus que je puisse dire puisque le reste a été dit.

Question : le passage de la Porte Étroite (point OD de la poitrine) est toujours douloureux ?
Le fait qu'il y ait une douleur, à ce niveau là, veut dire que ta conscience est portée sur le corps. Bien sûr que ces Portes vous ont été communiquées. Le Manteau Bleu de la Grâce, l'Onde de Vie, le Passage des Portes et le basculement de cette Porte ne se réalisent, en définitive, que si vous lâchez prise par rapport à votre propre corps. C'est-à-dire, comme je l'ai dit, si vous oubliez la Vibration, si vous oubliez le corps, non pas comme un déni, mais bien comme une conscience réelle que vous n'êtes pas ce corps, que vous n'êtes pas ce qui s'y déroule et que même les marqueurs, douloureux ou pas, qui sont le plus souvent constants, ne doivent pas vous affecter, parce que si vous portez votre conscience sur la douleur, vous lui donnez du poids. Comme il a été dit pour l'Onde de Vie : ne vous en occupez pas. Le Manteau Bleu de la Grâce agit plus haut, mais en totale synchronicité parce que le point OD représente ce qui est appelé l'élément Terre, inscrit au niveau de vos pieds. La Terre est douleur. Ce corps est douleur parce qu'il est bâti sur le principe de résistance, sur la dualité, sur ce que vous nommez physiologie, avec des besoins. Tout ce qui exprime un besoin est douloureux, sur ce monde. Ici, la douleur traduit le Passage : ce Passage (qui n'en est pas un), la Porte Étroite, où il n'y a pas de solution de continuité, dans ce sens là. Ainsi donc, ce que je peux te conseiller c'est de ne pas accorder de crédit à ce que te dis ton corps. Amuse-toi, ris, ne t'occupe pas de ce corps. Vous n'êtes plus dans les étapes préalables, qu'ont construites les anciens, qui étaient de réaliser le Soi. Aujourd'hui, vous avez à vous défaire de cela.

Abandonnez le Soi pour être le non Soi, donc. Vous ne devez plus accorder d'importance à ce qui se passe dans le Soi. Ca ne veut pas dire renier, cette fois-ci, mais dépasser. Ne pas rester figé sur de l'éphémère. La Joie du Cœur, le Samadhi, la Kundalini, les chakras, sont, pour l'Absolu, une illusion. Ça ne veut pas dire qu'ils n'existent pas, sur un certain plan, bien plus subtil que le corps grossier. Mais il faut, aussi, dépasser cela. La seule façon de dépasser cela, pour cela, c'est de ne pas s'en occuper. La seule chose dont vous ayez à vous occuper, en les réfutant, c'est les doutes et les peurs. Le point OD, comme vous le nommez, la Porte OD, est sensible. Elle représente les restes d'attachements à la personne, les restes d'attachements au spirituel, à la matière, aux liens, aux attachements, qui font partie de toute vie. Plus l'Onde de Vie monte, plus l'Onde de Vie ne rencontre pas d'obstacle (au niveau de ce que vous nommez les deux premiers chakras), au plus l'Onde de Vie ne va pas s'arrêter sur les chakras au dessous. L'Onde de Vie va gagner le cœur, de là, gagner les membres, ensuite gagner la tête et l'Onde va parcourir l'ensemble du corps. À ce moment là, vous savez que quelque chose parcourt le corps mais vous n'êtes pas l'Onde de Vie puisque vous l'observez. À un moment donné, vous cessez d'observer. À un moment donné, vous devenez cette Onde de Vie, vous n'êtes plus le corps. Il n'y a plus de point de vue dans le corps, il y a un point de vue dans l'Onde de Vie. Et là, à ce moment là, vous êtes Absolu, pas avant. Tout point douloureux, n'exprime pas nécessairement un doute ou une peur, au sens des deux premiers chakras, mais bien plus un attachement global à la personne, à votre personne, à votre histoire. Nous ne sommes plus dans le doute et la peur, mais dans un problème d'attachement, ce qui est différent. Mais la problématique, finalement, dans son solutionnement, est la même chose : dépassez cela, vous n'êtes pas cela.

Au fur et à mesure que les résistances (issues aussi bien des doutes que des peurs ou encore, comme dans cet exemple, des attachements à la personne) deviennent moins présentes, l'Onde de Vie gagne en puissance. Vous êtes encore observateur et, à un moment, vous n'observez plus : vous êtes devenus l'Onde de Vie. À ce moment là, l'Absolu est là. Plus rien ne peut le limiter, plus rien ne peut le contraindre. Vous n'êtes plus attachés, vous n'êtes plus le doute, vous n'êtes plus la peur. Vous êtes Absolus. Vous êtes l'Amour et l'essence de l'Amour. Le monde est en vous parce que le monde n'existe pas. Vous êtes le monde et au-delà du monde. Vous êtes, bien sûr, au-delà du Soi. Il n'y a plus de sens de l'histoire. Vous jouez le rôle, mais vous savez que vous jouez un rôle. Vous savez que vous n'êtes pas ce rôle, non pas comme une croyance, mais bien comme un vécu total et réel. À ce moment là, vous êtes Libérés vivants, et à ce moment là, vous pouvez jouer : vous pouvez être la personne, vous pouvez être le Soi, vous pouvez être le non Soi. Vous parcourez librement l'ensemble de la gamme possible sur ce monde, puisque vous êtes dans une forme. Vous n'êtes pas cette forme, mais vous jouez dans cette forme. Ce n'est pas pareil que d'être identifié, formellement et totalement, à cette forme. Ce n'est pas, uniquement, une question de point de vue, encore moins de croyance, mais bien de vécu, au-delà de l'expérience même si vous menez des expériences. Celui qui n'est pas Libéré, a peur. Celui qui n'est pas Libéré, est dans le doute. Il exprimera, à un moment ou à un autre, une dualité, sous une forme ou sous une autre. Le Libéré n'a pas de doute, n'a pas de peur, parce qu'il sait qu'il est dans une personne, mais qu'il n'est pas cette personne. Il le sait parce qu'il le vit et non pas parce qu'il le croit. Il est devenu, à un moment donné, l'Onde de Vie. Il est la Béatitude au-delà du Samadhi. Il est la Joie au-delà de la Joie, ce que nous avons tendance à appeler le rire, mais non pas le rire sardonique ou narquois, mais le rire de l'Absolu, qui lui, est vrai, contrairement au rire qui se moque. Ainsi, vivre l'Onde de Vie, onduler dans l'Onde de Vie, effectivement, confère Absolu. Une fois Absolu, le pont est établi, l'inconnu est devenu connu, parce que vécu, et là, vous passez de l'un à l'autre sans aucun problème. Si la peur apparaît, vous vous retirez de la peur. Vous n'êtes tributaire de rien, vous voyez clair, vous êtes sortis de l'illusion, même si le corps d'illusion est encore là. Vous n'êtes plus affectés par quoiqu'il arrive à ce corps, à ce monde, comme à cette Vie. Vous êtes légers parce que Libérés. À ce moment là, même s'il existe une souffrance, qui se manifeste à un moment donné, même sur une Porte, cela ne signifie pas un retour en arrière, puisque vous n'êtes plus non plus identifiés à cette Porte ou à ce chakra, de la même façon que vous n'êtes plus le doute et la peur. Ainsi donc, sers toi du point d'appui que représente la manifestation de la brûlure ou de la douleur, pour concevoir et vivre que tu n'es pas non plus cette douleur et tout se passera bien.

Question : L'Absolu peut-il s'actualiser dans ce corps alors que le Soi n'a pas été réalisé ?
Oui. Ainsi que je l'ai dit, c'est même, aujourd'hui, plus facile. Le principe de l'Unité, le principe de l'Absolu, se construit par des réfutations successives, d'illusions successives bâties dans le temps. Et donc, le Soi a pu être considéré, à juste titre, comme une étape. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Pourquoi ? Parce que la Terre est Libérée et que l'Onde de Vie est Libérée. Elle peut vous parcourir à nouveau. Que le Soi soit là ou pas, n'a aucune importance. La seule importance résulte, en définitive, de l'existence, ou non, des doutes et des peurs. Parce que quoique dise le Soi, il s'y est inscrit, aussi, des doutes et des peurs, qui n'ont pas la même valeur, ni la même densité que dans le je mais qui sont, néanmoins, parfois présentes. Rares sont ceux qui ont réalisé le Soi, qui sont capables d'accepter leur mort de ce corps, ce qui prouve bien qu'il existe encore des doutes et des peurs : peur de perdre les cadres, les limites, c'est-à-dire l'incarnation. L'Onde de Vie ne rend pas plus facile ou plus difficile, selon que vous ayez réalisé ou non le Soi. C'est, simplement, les obstacles rencontrés par l'Onde de Vie (au niveau qui ce qui vous a été nommé les doutes et les peurs) qui peuvent freiner, en quelque sorte, l'Onde de Vie. Il n'y a rien d'autre. Que vous soyez dans le Soi ou dans le je, ne change rien. Le Soi est l'Éveil du Cœur. Vous pouvez avoir le Cœur ouvert et avoir des chakras, comme vous dites, qui sont encore bloqués, encore non Libérés. C'est la Libération de ces chakras qui permet à l'Onde de Vie de monter, d'observer l'Onde de Vie et de devenir l'Onde de Vie. Cela n'a rien à voir avec le je ou avec le Soi. Le Soi peut, parfois, être un obstacle majeur à l'établissement du non Soi. Il existe des je et des personnalités qui ne sont pas habités par le doute et la peur, sans pour autant avoir réalisé le Soi. Pour ces personnalités là, l'Onde de Vie rencontrera moins d'obstacles et rencontrant moins d'obstacles, alors, il y aura une facilité plus grande de vivre Absolu et de devenir Onde de Vie. Dans un principe dit évolutif (qui est faux, comme vous le savez) il est logique de considérer qu'il y a des strates et des étapes. L'étape la plus logique consiste à reconnaître les lois de l'âme, le karma, la réincarnation, ensuite de transcender les lois du karma et la loi de causalité (parce qu'appartenant, elles aussi, à la personnalité et à ce monde et donc inscrites dans l'illusion), accéder à un autre niveau ou une nouvelle couche de vérités, la parcourir, jusqu'à la réfuter, elle aussi. Le principe de la réfutation est une réfutation qui se produit en pelures d'oignon ou en couches d'oignon. Une couche est vécue, on se débarrasse d'une couche, et on vit une autre couche. C'était souvent ce qui était réalisé avant que l'Onde de Vie ne naisse.

Aujourd'hui, c'est différent. Vous êtes Absolus. Je serais tenté, même, de vous dire, même par rapport à l'Onde de Vie, de ne pas vous y intéresser, de ne pas porter votre conscience dessus, de continuer à vivre votre Vie (qui n'est pas ce que vous êtes), à faire ce que vous avez à faire, non pas parce que vous l'avez décidé mais parce que la Vie vous le donne à faire, sans y attacher la moindre importance (en le faisant mais sans y être attaché), de vivre détaché (ce qui ne veut pas dire inactif ou oisif). Faites ce que la vie vous demande de faire, mais vous n'êtes pas ce faire. Mais ce qui se fait doit se faire. Ce qui est à faire, est à faire : c'est tout. L'Onde de Vie naîtra, que vous le vouliez ou non, que vous le réfutiez ou non, parce que c'est inéluctable, que vous l'acceptiez ou non. Alors, pourquoi vous occuper de ce qui est inéluctable ? De la même façon, pourquoi vous occuper de ce corps qui va disparaître, si ce n'est pour l'entretenir ? Se poser la question de la survivance de quoique ce soit, c'est déjà s'éloigner de l'Absolu, parce que l'Absolu ne survit pas, il a toujours été là, c'est vous qui vous en êtes éloignés, peu importe la façon, peu importent les causes. Bien sûr, il est très satisfaisant de retrouver des causes et des raisons comme des interventions extérieures. Bien sûr que cela est vrai : la falsification a existé, elle a été réelle, mais ne lui accordez pas de poids. L'histoire est passée et vous n'êtes pas l'histoire. Vous n'êtes pas les corps que vous avez empruntés. Vous n'êtes pas l'âme qui a parcouru ce monde. Vous n'êtes pas plus l'esprit qui a pris naissance, à un moment donné. Tout cela n'est que du transitoire, de l'éphémère. Seul est Réel, l'Absolu, parce qu'il ne change pas. On pourrait dire (parce que l'image est séduisante) que vous avez parcouru la périphérie de la roue et que, petit à petit, vous vous êtes rapprochés du centre, et qu'à un moment donné, vous devenez le moyeu de la roue, c'est-à-dire ce qui est immobile, ce qui n'a jamais bougé. Vous n'êtes plus la roue. Et le stade ultime, vous n'êtes plus, non plus, le moyeu, vous êtes au-delà. Les différentes réfutations successives du corps, des émotions, de l'âme, de l'esprit sont des étapes, qui, aujourd'hui, sont transcendées par le rétablissement de l'Onde de Vie. À vous de voir. Qu'est ce que vous préférez ? Est-ce que vous avez besoin de temps ? Qui a besoin de temps ? La personnalité parce qu'elle est inscrite dans le temps. L'Absolu ne connaît pas le temps, ni l'histoire, il n'a que faire de votre temps, de vos histoires. Il est tout, sauf l'histoire. À vous de voir, à vous de décider. L'Absolu est simple, le relatif est compliqué. La vérité relative vous emmène sur les chemins de l'âme, sur les chemins de la connaissance illusoires, dans les projections qui vous vont croire que vous arriverez un jour, mais il n'y a pas de jour, parce que tout est déjà là. Que voulez-vous être ou que voulez vous non Être ? Où vous placez vous ? Dans une place relative ou dans une place Absolue ? Réfléchissez.

Je vous engage à vous poser les bonnes questions parce que la question n'appelle pas, nécessairement, une bonne ou une mauvaise réponse, mais va vous montrer, de manière implicite, là où vous vous situez. Si je reprends l'une des questions précédentes quand la personnalité dit : l'absolu c'est le néant, il est facile de voir où se situe la personne qui pose cette question. Ce n'est pas un jugement, mais c'est une constatation du point de vue de la personne. Si vous regardez votre question, vous savez où vous êtes. La première question qui disait : je ne comprends pas les trois quarts de ce qui m'est dit, montre le point de vue de cette personne. L'Absolu ne peut être compris, il ne peut être que vécu. La personnalité va lui poser un certain nombre de qualificatifs qui n'ont aucune réalité, ni aucune vérité, parce qu'issus de suppositions et de croyances et non de l'expérience. Il en est de même pour toute question. La seule question qui vous conduira, peut être, le plus facilement, à l'Absolu est celle-ci : qu'est-ce que vous étiez avant d'être ce corps et cette histoire ? Et ne me répondez pas : j'étais une autre Vie. Savez-vous qui vous étiez avant d'être ici ? En avez-vous la préscience ? En avez-vous l'intime conviction ? En avez-vous l'expérience ? Si oui, alors vous êtes Absolu. Parce qu'avant d'être ce corps, avant d'être tout corps, avant d'être présent dans tout monde, dans tout Univers, c'est ce que vous étiez et ce que vous n'avez jamais cessé d'Être. Rappelez-vous : il n'y a pas de passage du connu vers l'inconnu. Il faut réfuter tout le connu et l'inconnu sera là. Après, vous pourrez repasser de l'inconnu au connu parce que vous avez tracé un passage qui n'existait pas dans le premier sens, mais qui existe dans le deuxième sens. Le fait d'avoir une forme ne sera plus gênant pour passer de l'un à l'autre parce qu'il existe un Absolu sans forme et un Absolu avec forme. Mais l'Absolu avec forme est pertinemment conscient que la forme est transitoire. L'Absolu avec forme n'est pas identifié à la forme. Il est dans cette forme mais il n'en est pas prisonnier, contrairement à celui qui n'est pas Absolu. Ce n'est pas une question de Vibration. Ce n'est pas une question de Soi, ou de ne pas vivre le Soi, mais bien de s'établir dans le non Soi, qui est justement l'Abandon du Soi. Êtes-vous prêts à tout perdre ? Êtes-vous prêts à affronter votre néant ? Si oui, vous êtes Absolu, si non, vous ne l'êtes pas, du moins vous le croyez. Parce que l'Absolu est toujours là, que vous le viviez ou pas, que vous l'acceptiez ou pas, il est là. Il ne dépend d'aucune de vos cogitations, d'aucune de vos expériences, au sein du Soi ou au sein du karma. Il ne dépend d'aucune de vos connaissances qui ne sont que des fatras qui nourrissent l'ego. Vous aurez beau connaître tous les mystères de l'univers, vous ne serez pas, pour autant, Absolu. Réfléchissez à cela. Que voulez-vous ? Qu'est-ce qui se dévoile au travers de votre question, indépendamment de ma réponse ?

 


B
IDI

13 avril 2012 - 3

Question : le rire est-il une émotion ? Faut-il le réfuter ?
Le rire peut être émotion. De la même façon, il peut être cynique. Il peut être, aussi, la traduction de la Joie. Il n'y a pas un rire mais l'Absolu Est rire. Mais le rire du Je n'est pas le rire du Soi et, encore moins, le rire de l'Absolu. Tout dépend de quoi ris-tu ou de qui ris-tu ? Si ton rire est une cause ou une conséquence, ce n'est pas la même chose que le rire de l'Absolu. Il n'y a donc pas un rire.

Question : les vibrations que j'ai senties en me posant la question « qui suis-je », persistent encore aujourd'hui, c'est à la fois agréable et désagréable. Cela va-t-il durer ?
Ça durera jusqu'au moment où tu décideras de ne plus être ni ce corps ni cette Vibration et, encore moins, un corps parcouru d'une Vibration. Cela ne s'arrêtera jamais mais disparaîtra quand tu deviendras ce qui est après (ou derrière) le corps et la Vibration. Cela s'appelle Absolu. La Vibration est appelée à devenir très intense, au sein de ce corps, comme vous l'a dit l'une des Étoiles, voilà peu de temps. Jusqu'au moment où l'ego (ou le Soi) capituleront, rendront les armes. À ce moment-là, tu ne seras plus ce corps mais tous les corps, sans aucune exception. Tu ne seras plus cette Vibration mais toutes les Vibrations, sans exception. Autre nom : Délocalisation, multi localisation, Dissolution et donc, Absolu. L'Absolu naîtra à ce moment-là. Là aussi, on peut dire : « reste tranquille et laisse faire, tu n'es pas cela ».

Question : est-il plus juste de dire : « je ne suis pas cela » ou « je ne suis pas ce corps » ?
Je parlai de cela dans le relatif, c'est-à-dire de ce corps ou de ses manifestations. Vous êtes juste cela : l'Absolu. Mais vous n'êtes pas cela : ces manifestations, ce corps ou ces Vibrations. Mais juste, la Vibration (si l'on peut dire) juste, qui concoure à t'affranchir de la Vibration elle-même.

Question : arriver à l'Absolu indique-t-il qu'il nous reste peu de temps à vivre dans cette vie ?
Tu ne peux arriver à l'Absolu : c'est l'Absolu qui arrive à toi. Ce n'est pas la même chose. Tant que tu considères que tu dois arriver à l'Absolu, l'Absolu n'arrivera jamais. Se poser la question de la persistance de ce corps, de cette personne, lorsque l'Absolu arrive, n'a aucun sens, parce que cette question disparait d'elle-même. Seul l'ego ou la personne peut poser cette question mais tu ne peux te saisir de l'Absolu et, encore moins, arriver jusqu'à lui. Cela traduit simplement la volonté de persistance de l'ego qui, pourtant, est mortel, un jour ou l'autre. Quelle est la persistance de cette question, une fois que ce sac de nourriture n'est plus là ? Tu ne peux concevoir l'Absolu, ou même te le représenter, comme un but ou comme quelque chose où tu dois arriver, ou un état que tu dois établir. Il est déjà là. Il est déjà établi. C'est simplement l'ego qui l'empêche d'être là, alors qu'il est déjà là. La question de la subsistance de l'éphémère ne traduit que la peur et le doute, comme toujours. Ose dire : « je suis Absolu ». Ose Être. Mais ne te pose pas la question d'y arriver, parce que tu construis un mur infranchissable.

Question : l'Absolu est-il contenu dans notre ADN ?
L'Absolu n'est contenu dans aucune forme. La forme éphémère, que tu es, peut vivre les manifestations de l'Absolu. Tu peux Vivre et Être Absolu. Mais vouloir parler d'ADN, c'est te raccrocher à une forme. Est-ce que la Terre a un ADN ? Elle a une signature. L'ADN n'est rien d'autre qu'une signature, un codage, si tu préfères, électromagnétique. L'Absolu est tout sauf un codage électromagnétique. Tu cherches, encore une fois, à te raccrocher à une connaissance (que tu crois posséder) mais qui n'est qu'une croyance. Connais-tu la structure de l'ADN ? Donc, tu mets en avant un mot, un concept, une idée, dont tu n'as aucune notion et tu en fais une connaissance au sein de l'ignorance, qui ne sert strictement à rien et qui ne fait que nourrir l'ego. Oubliez tout cela. Oubliez tout ce qui vous est connu ou qui vous donne l'impression d'être connu, ce qui est pire. De la même façon, si je te demande ce qu'est une couleur, la réponse scientifique sera de définir une longueur d'onde, la réponse de l'artiste sera de définir des émotions, etc, etc. Mais est-ce que quelqu'un sait réellement ce qu'est une couleur ? Une fois de plus, ce n'est qu'une projection. Il y a un besoin viscéral, dans l'ego (ce même besoin, coloré différemment, existe dans le Soi) : de vouloir tout ramener à un connu. L'Absolu n'est pas connu et ne peut être connu. Il ne peut que être vécu. C'est le moment où cesse toute projection, c'est le moment où cesse toute volonté d'identification à un corps, à une histoire, à une vie passée et à un monde. Osez et vous verrez. La seule chose qui soit à accomplir, le seul accomplissement, est celui qui vous donne à voir qu'il n'y a rien à accomplir. La Libération est cela.

Question : si j'ose dire : "Je suis Absolu", qu'est-ce que je fais à ce moment-là ?
À toi de le faire mais supprime le "si". L'ego va toujours supposer et va toujours mettre un "si", parce qu'il cherche à anticiper, à comprendre. Tu ne peux comprendre et tu ne peux anticiper et tu peux encore moins supposer.

Question : S'il n'y a rien à faire, pourquoi l'Absolu n'arrive pas de façon plus « automatique » ?
Parce que la Source (comme l'Absolu) respecte ce que tu crois, ce que tu penses et ne peut interférer. L'Absolu est toujours présent. Mais il devient présent à toi, dès l'instant où tu es vide de toi, et pas avant. L'Absolu (si l'on peut supposer, ce qui est aberrant) qui voudrait s'établir, coûte que coûte, pour restaurer Sa Vérité Absolue, se heurterait au déni. Tous ceux (toutes les Consciences enfermées) qui adhèrent au libre-arbitre, sont Libres de le vivre. Tant qu'elles veulent rester dans l'expérience, dans la projection, elles sont Libres. Le problème, lié à l'enfermement, c'est que l'ensemble de ces croyances et de ces volontés d'expérience, a construit un mur, de plus en plus imperméable, que vous avez, en partie, fait écrouler. L'Absolu est déjà là, bien sûr, au-delà de toute falsification et de toute altération. Aucune vie ne pourrait être manifestée sans ce principe de respect. Mais c'est la Conscience qui s'est elle-même distanciée, ensuite, de l'Absolu, en jouant le jeu de la falsification. Devenir Autonome et être Libéré, c'est dépasser à la fois la notion de culpabilité (en soi comme pour la Terre ou qu'en l'autre) et aussi, Transcender toute notion de responsabilité. L'Absolu n'est pas une Conscience, quelle qu'elle soit.

Question : est-ce la même chose de dire : "Je suis l'Absolu" et "Je suis Un" ?
Non. "Je suis Un" conduit au Soi, à l'expérience de l'Éveil et à la Réalisation. Mais l'Absolu, comme nous l'avons vu, n'a strictement rien à voir, de près ou de loin, avec l'Éveil, avec la Réalisation, ou avec le Soi, puisque l'Absolu est, si l'on peut dire, le non-Soi. C'est la perte du sentiment de toute individualité, de toute personnalité, de toute localisation dans un corps, dans un temps, dans un espace. Chose que l'ego ne peut même imaginer, ni même le Soi. Donc, jamais le "Je suis Un" ne conduira à l'Absolu. Jamais le Soi ne conduira à l'Absolu. Saisissez bien que les mots que vous employez (comme lors d'une question précédente où il était question d'arriver à l'Absolu) sont une hérésie et ne font que traduire l'erreur de vision, l'erreur de compréhension, puisque, de toute façon, il ne peut exister la moindre compréhension en ce qui concerne l'Absolu.

Question : si l'Absolu vient à nous, la seule chose à « faire » c'est d'oser s'Abandonner à Lui ?
Il n'a jamais été dit ça. Oser être Absolu, n'est pas oser s'Abandonner à l'Absolu. C'est l'Abandon du Soi. Ne mélangeons pas les mots. Ne rajoutons pas d'autres mots. Oser être Absolu, n'est pas oser s'Abandonner à l'Absolu. Comment pourrait-on s'Abandonner à l'Absolu ? On ne peut qu'Abandonner le Soi lui-même. On s'Abandonne à la Lumière, à l'Intelligence de la Lumière, qui créée l'Éveil, qui construit le Soi, le Corps d'Êtreté, à travers les processus que vous avez vécus ou lus. L'Absolu est, en quelque sorte, une déconstruction finale de tout ce qui a été construit. Oser être Absolu, n'a rien à voir avec oser s'Abandonner. L'Abandon du Soi n'a rien à voir avec cela.

Question : est-il correct de penser : "je réfute la Vibration" ?
De quelle Vibration parle-t-on ? Vous n'êtes pas la Kundalini. L'Onde de Vie monte, elle déclenche une Vibration extrêmement intense (parfois gênante ou douloureuse) de ce corps. Vous n'êtes ni ce corps, ni cette Vibration. Nous ne sommes plus, cette fois-ci, dans une réfutation mais bien dans l'apparition de la Transcendance. Ce n'est que quand (en quelque sorte et de façon imagée) vous dépassez cela, qu'effectivement, vous passez la Porte. Et vous vous apercevez après, seulement après, qu'il n'y a pas de Porte. Mais pas avant. Nier la Porte, avant de l'avoir passée, ne veut rien dire.

Question : rire de la peur de l'ego à poser une question, est-ce s'approcher de l'Absolu ?
De la même façon qu'on n'arrive pas à l'Absolu, on ne s'en approche pas. C'est lui qui approche, dès l'instant où l'ego, ou le Soi, a fait le tour, si l'on peut dire, de sa propre question, sur sa propre existence. En ce sens, oui, de votre point de vue, vous approchez de l'Absolu. Les perceptions, même Vibratoires (intenses, actuelles pour certains d'entre vous), sont, en quelque sorte, une prémonition, une anticipation, l'antichambre (bien que cela n'existe pas vraiment) de l'Absolu. C'est un encouragement.

Question : serait-il possible d'avoir une synthèse de ce qu'il faut faire ou ne pas faire ?
La synthèse vous a été donnée et exprimée par votre grand Ami (ndr : intervention de UN AMI du 12 avril 2012). L'important ne sera jamais la synthèse, ni l'analyse, mais bien l'intégration, qui est, en fait, une désintégration.

Question : qu'est-ce qu'il ne faut jamais réfuter ?
Tout ce qui est connu doit être réfuté. La seule chose qui ne peut être réfutée, est l'Absolu. Justement : la seule chose que réfute l'ego. Rappelez-vous que réfuter n'est pas le déni, ni la négation, mais percevoir clairement que ce n'est qu'une vérité relative n'ayant aucune consistance, ni aucune durée. C'est une désidentification, une non-implication et une cessation, en quelque sorte, de toute projection.

Question : y-a-t'il une différence entre la réfutation et le « ne pas » ?
La réfutation présente un aspect plus profond, parce que vous pouvez nier quelque chose sans le comprendre. La réfutation n'est pas nécessairement une compréhension, mais est, avant tout, une logique élémentaire. Ce qui est à réfuter, c'est ce qui est connu, parce que limité. L'Absolu n'étant ni connu, ni limité, il convient donc d'éliminer ce qui est connu et limité. Alors, restera seulement l'Absolu. C'est le principe de l'enquête, tel qu'il vous a été expliqué. Ne vous posez pas la question de l'Absolu. N'espérez pas, même en vous posant ces questions, comprendre l'Absolu. Ne vous occupez pas de l'Absolu, non plus : il est là. Contentez-vous de réfuter ce qu'il n'est pas, c'est-à-dire ce que vous connaissez. Et laissez faire ce que ce corps veut vivre. Quelles que soient ses activités, elles ne vous concernent pas.

Question : dire « je suis absolue », a le même effet sur l'ego qu'une réfutation ?
C'est différent. Réfuter est une démarche active. « Je suis absolue » n'est ni une démarche, ni une affirmation. D'ailleurs, si tu prononces cette phrase : « je suis absolue », sans l'être, tu constateras très vite le mensonge. Oser être Absolue, c'est l'Être. Si cela est vrai, il n'y a aucun mensonge. Il n'y a, non plus, de même, aucun ego et aucun Soi qui est présent pour le contester. L'ego refusera toujours de prononcer cette simple phrase. Essaye et tu verras. L'ego acceptera toujours la réfutation parce que c'est d'ailleurs son seul cadre d'action : oui / non, bien / mal, vrai ou faux. Tu ne fais que déplacer, en quelque sorte, la conscience, de façon à ce que l'ego arrive, lui-même, tout seul, à un non-sens. Lui permettant de se nier lui-même, ce qui, pour lui, est intolérable. À ce moment-là, le « je suis » apparaît. Fais la même chose, le « je suis » le vivra, lui aussi, comme intolérable. Alors, le non-Soi apparaitra. Il a toujours été là, mais le principe même de la réfutation va conduire à l'Absolu de façon naturelle. Quand je dis conduire, c'est le fait d'éliminer tout le reste qui permet à l'Absolu qui a toujours été là, d'être là. Il n'y a pas de mouvement, il n'y a pas de déplacement, il n'y a pas de chemin, il n'y a pas de but. C'est cela que vous fait découvrir la réfutation, aussi bien de ce que constitue le connu de l'ego, que le connu de la réalisation.

Question : c'est plus puissant de réfuter ce que je suis ?
Dans la mesure où tu n'es pas ce que tu crois, ce que tu vois, ce que tu sens, ce que tu perçois, et encore moins cette histoire présente dans ce corps. Que veux-tu faire de plus ? Il y a, comme cela a été dit, une impérieuse désidentification préalable.

Question : pendant l'alignement la vibration était extrêmement forte dans la poitrine, un son suraigu enveloppait tout le corps, un trou béant est apparu sur le point Ki-Ris-Ti. Qu'était-ce ?
L'Absolu frappe à la porte. Le vide a été créé. Les conditions initiales (si je peux les nommer ainsi) se sont accomplies. Le vide est suffisamment vide, presque entièrement vide. Même cela doit être oublié. Ne vous concentrez pas sur la Vibration. Vivez-le, mais vous n'êtes pas non plus cela. Ne la niez pas parce qu'elle est là. Et vous aurez beau la réfuter, elle ne disparaitra pas, quand vous arrivez (si je puis dire) à ce stade. Quand la Vibration devient intense, voire violente, comme décrite par l'Étoile GEMMA, vous installez, en vous, un mécanisme particulier d'Extase et d'Intase, de même que de stase qui est, comme vous le savez, le témoin de l'Absolu. Bien sûr, même au sein de l'Extase, quelle qu'en soit la durée, la permanence ou l'irrégularité, cela ne vous donne pas un blanc-seing, pour vous établir, de façon définitive, dans le non-Soi. C'est-à-dire que l'Absolu est là. Parce que cela prend, là aussi, apparemment, un certain temps pour toucher le point d'inflexion, le point de basculement, c'est-à-dire établir totalement la transcendance. Dès cet instant là, ne vous occupez plus de cela. De la même façon que l'intelligence de la Lumière a agi, l'Onde de Vie fait son œuvre, jusqu'au moment où vous devenez l'Onde de Vie, c'est-à-dire l'Absolu. L'Absolu ne peut être connu, il ne peut être que vécu. Vous ne pouvez pas donc, de manière logique, dire que l'Onde de Vie est l'Absolu. Mais l'Onde de Vie en est la traduction, là où vous êtes.

Question : mon corps s'est alors contracté. Pourquoi ?
Est-ce que ton pourquoi te permettra d'avancer vers quoi que ce soit ? Il te fera reculer. C'est le mental et l'ego qui veulent inlassablement comprendre. Tant qu'il y aura la moindre velléité de vouloir comprendre, tu ne peux être Absolu, simplement parce qu'il y a cette question. Rester tranquille et être en Paix, c'est accepter l'Abandon du Soi, oser être Absolu. L'Absolu ne s'installe que si rien de toi ne demeure. Étant Absolu, que peut signifier ce qui se passe dans ce corps ? C'est un spectacle. Le corps est une marionnette. Donc, qu'il y ait un fil qui se tende, qui se casse ou qui lâche, n'a aucune incidence sur l'Absolu. Témoigner de l'Onde de Vie vous a été signifié comme important, non pas pour vous, mais pour l'Onde de Vie elle-même. Par contre, vouloir en traduire quoi que ce soit d'autre (dans ses trajets et ses effets) ne rime à rien. Comme les Anciens vous l'ont dit, les trajets sont réels. Et si vous vous interrogez les uns les autres, vous allez vous conforter dans ces trajets, mais vous allez vous éloigner de l'Absolu. Ne vous occupez pas de cela. Est-ce que vous vous occupez de savoir où sont les uretères, pour aller au petit coin ? Est-ce que vous vous occupez de savoir comment fonctionne la marche, une fois que l'apprentissage est réalisé ? Non, vous marchez. Il en est de même pour l'Onde de Vie. Ne confondez pas l'analyse des mécanismes, avec le vécu des mécanismes. D'ailleurs, pour analyser un corps, comme cela a été fait par l'anatomie, il a bien fallu que ce corps soit mort. Ce n'est pas le but de l'Onde de Vie, n'est-ce pas ? Donc cessez de faire mourir ce qui est.

Question : quand on sent des vibrations, on peut dire : « je ne suis pas cette vibration » ?
Vous pouvez l'affirmer autant de fois que vous voulez, elle ne disparaîtra jamais. Il est question de l'Abandon du Soi, à ce moment là. Le mieux est, effectivement, comme cela a été dit, de rester tranquille. Ne vous occupez de rien, le Double est là. Ne vous occupez pas du Double. Ne vous occupez de rien. Faites ce que vous avez à faire, sans vous impliquer, mais faites-le. Je parle des activités ordinaires ou celles qui sont impulsées par l'âme. Elles ne vous concernent pas plus que ce qui se passe au niveau de la Vibration. Nous ne sommes plus, si l'on peut dire, à ce stade là, ultime, qui précède la disparition de tout stade, dans un processus de réfutation ou de déni, ou d'acceptation. C'est dans ces moments là que le plus important est, effectivement, le yoga de l'Eternité, qui peut se résumer ainsi : ne faites rien, restez tranquille, soyez en Paix. Et c'est tout. Vous êtes Absolu.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les
diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source :
www.autresdimensions.com.

BIDI

13 avril 2012 - 2

Question : Laisser faire permet-il d'atteindre le dépouillement de soi-même, ce que vous avez appelé "se laisser nettoyer et lessiver " ?
Oui, tant que tu crois et joue le jeu d'améliorer quoique ce soit, tu t'éloignes de l'Absolu ou, du moins, il s'éloigne de toi. Parce que tant que tu es pris à jouer avec toi-même, tant que tu es pris à jouer avec une pseudo évolution, une pseudo compréhension, tu ne fais que rester dans l'ignorance. "Laisser faire" est très exactement cela. Tant que tu es persuadé, ou que tu te persuades, que tu dois faire ceci ou cela, pour être mieux, pour être bien, pour être quelqu'un de plus valable, tu demeureras quelqu'un. Comment peut-il en être autrement ? L'Absolu n'a rien à voir avec un quelqu'un et surtout pas toi. Rappelle-toi : l'Absolu est plaisir total, totalement à l'inverse de ce qui se passe quand tu t'occupes de toi parce que la satisfaction ne sera toujours qu'éphémère. L'ego te demandera toujours autre chose, toujours plus, ou selon, toujours moins.

Question : Lors d'un protocole, j'ai senti mon cœur s'emballer. J'ai réfuté cette manifestation en disant que ça ne n'appartenait pas. Ça s'est arrêté mais alors mon mental s'est activé. Aurais-je mieux fait de laisser aller cette manifestation complètement ?
Qu'est ce qui s'est manifesté ? Une modification de ton cœur, organe. Plutôt que de réfuter la manifestation ou la modification de l'organe, réfute l'organe. C'est toute la différence. C'est cela qui a permis la manifestation ou l'intervention de ton propre mental. Tu ne peux être une manifestation quelconque de ce qui n'existe pas, donc réfuter une manifestation de quelque chose qui n'existe pas, renforce ce qui n'existe pas. Ne te trompe pas de cible. La manifestation est un phénomène agréable ou désagréable qui prend naissance, comme tu l'as dit, quelque part dans ton cœur. Tu as donc réfuté la manifestation de cette anomalie et elle a disparu. Le mental s'est appuyé là-dessus, c'est-à-dire sur le cœur, pour se mettre en branle. Ce type de réfutation a, en quelque sorte, renforcé l'illusion d'être ce cœur qui bat. Tu l'as fait revenir à une normalité, donc à une existence : il n'a pas disparu, ce qui fut une joie pour le mental. Mais cela fait partie de l'expérience. Et tant que tu constates que l'expérience (quelle qu'elle soit) ne fait que renforcer ce qui est expérimenté, même si ce type d'expérience s'arrête, à un moment donné, tu seras lasse des expériences et l'Absolu pourra être. Si le cœur accélère, tu considères donc bien qu'il y a un cœur. Il est difficile de concevoir une accélération de quelque chose qui n'existe pas. L'émotion n'est que la conséquence, c'est pour ça que nous parlons du mental, avant de parler de l'émotion. Parce que le mental s'appuie sur quoi ? Sur l'expérience passée. Le mental n'a pas, a priori, de manifestation corporelle, excepté quand il devient trop lourd, où il cristallise. L'émotion fait participer le corps, d'une façon ou d'une autre. Tu ne peux réfuter une émotion. Tu peux réfuter ce qui a une traduction de cette émotion, dans le mental, parce que tu t'adresses, dans ce cas là, à une conséquence (dans le cas de l'émotion) mais pas à la cause. Il y a une espèce de basculement, de passage de l'un à l'autre, entre l'émotion et le mental. Souvent, l'émotion met en branle le mental. Ou le mental, lui-même, quand il est suffisamment persuasif, peut déclencher une émotion. Je m'explique : le souvenir d'une souffrance passée, comme un deuil, est donc bien un processus mental puisqu'il fait appel à un souvenir, à une mémoire et à une histoire. Le souvenir peut suffire à déclencher l'émotion. Réfuter l'émotion ne réfutera pas le souvenir et renforcera même le souvenir. C'est exactement ce qui s'est passé.

Question : avoir la tête vide et l'impression de ne plus savoir à quoi se raccrocher est une manifestation de l'ego qui lâche ?
C'est plutôt une manifestation de l'Absolu qui approche parce que, si tu considères que c'est l'ego qui lâche, tu considères que l'ego existe. Et donc, tu t'observes. Maintenant (sur le plan de l'enchaînement ou des étapes ou des états qui conduisent à ne plus vivre d'étape), le sommeil, le vide, l'impression de ne plus avoir de logique, participent indéniablement à une espèce de mise en marche (mais vue de l'extérieur) vers l'Absolu. Au mieux, tu te vides de toi-même, au mieux, l'Absolu peut prendre la place. Tant qu'il existe la moindre partie de toi, l'Absolu ne peut pas être. Il n'y a aucune raison que le spectateur regarde la scène, s'il y a un rideau et que rien ne se joue. C'est une première étape.

Question : pourquoi, pour certains, le sommeil s'inscrit dans une certaine futilité et pour d'autres apporte une qualité d'Abandon à l'Absolu ?
Parce que, pour chacun, je peux vous donner une réponse qui est diamétralement opposée parce que je m'adresse à votre relatif. Et, pour chaque relatif, effectivement, une proposition, pour l'un, peut être une proposition strictement à l'opposé, pour l'autre. Parce que, dès qu'il y des mots, dès qu'il y a question et réponse, effectivement, la réponse peut vous convenir ou ne pas vous convenir. Ce qui est vrai dans ton relatif, n'est pas vrai dans le relatif de l'autre, parce qu'il y a effectivement, de votre point de vue, l'un et l'autre. Mais même ce questionnement, que tu te poses, est important. Car il te permet de voir la non compréhension, ou la non logique apparente, d'une réponse qui peut être à l'opposé pour la même question. Mais la même question ne concerne pas la même personne : il y a encore deux personnes. Pour certaines personnes, ne rien faire, peut s'illustrer par la qualité d'un sommeil et donc de la Libération qui survient à ce moment là. Est-ce que, pendant le sommeil, on se pose la question du monde ? Est-ce que, pendant le sommeil, on se pose la question de la personne ? Est-ce que, pendant le sommeil, on se pose la question d'une quelconque Réalisation ? Donc, le sommeil est Absolu. Simplement, le je n'en a aucun souvenir, sinon le je resterait à dormir éternellement et l'Absolu prendrait tout la place. Le mot futilité ne s'applique pas au sommeil, mais à ton sommeil, dans ce cadre précis, et uniquement dans ce cadre puisque c'est ce cadre que je cherche à te montrer. Comme les Anciens et les Étoiles vous l'ont dit longuement : personne ne peut passer la porte à votre place. Prendre conscience qu'il existe un théâtre et tout son contenu est essentiel, comme si, en quelque sorte, du point de vue de l'ego, il fallait créer encore plus d'ego, plus de je, pour se détourner, finalement, du je. L'expérience conduit à l'expérience. Mais l'excès d'expérience va finir par tuer l'expérience. Demande à un enfant de construire une maison avec des pièces de bois, si tu ne lui donnes pas suffisamment de pièces pour construire, il va dire qu'il ne peut pas construire la maison. Donne-lui le nombre juste de pièces, il va construire la maison. Donne-lui, maintenant, trois fois plus de pièces que nécessaire, que va-t-il se passer ? Il fera une maison, soit deux maisons, soit trois maisons. Mais donne lui, maintenant, dix fois plus de pièces. Va-t-il construire dix fois la même maison ? Non. Il va se lasser. C'est exactement le même principe pour l'ego et pour le Soi. Le contenant, le corps (le corps de nourriture comme le corps de désir), ne peut pas contenir plus que lui-même. Regardez même l'existence du désir, quel qu'il soit : il est comblé à un moment donné et il a besoin d'être reproduit, et le sentiment de satisfaction s'éloigne de plus en plus. Ainsi en est-il de tout je. Quand tu ne réponds plus au désir mais que tu te poses la question de "d'où vient ce désir", c'est déjà un premier pas. Les nourritures de l'ego, quelles qu'elles soient, surtout sur un cheminement spirituel, vont nourrir l'ego, c'est leur but. Mais viendra un moment où, trop nourri, l'ego constatera, avec pertes et fracas, qu'il n'a pas avancé d'un pouce, parce qu'il ne peut avancer, il ne peut que s'effacer. C'est le propre du corps de désir. Il se remplit mais il y a des limites et donc il se re-vide, et il se re-remplit, et il se re-vide. Après, il va chercher à se remplir d'autres choses. Il se remplit et il se re-revide et vient un moment où la stupidité de cette conduite apparaît crûment, plus ou moins rapidement, selon votre temps. Mais tout désir est fait pour être rassasié mais quand il est rassasié, naît un autre désir. Voilà donc la stupidité de toute quête spirituelle. Il n'y a rien à chercher. Il n'y a rien à trouver. Saisissez cela. Vous rajoutez du sens (ou vous essayez de trouver du sens) à ce qui n'a aucun sens, puisqu'éphémère. C'est le propre de l'ego et du jeu de la personnalité.

Question : Est-ce normal d'avoir envie d'activités comme peindre un mur, jardiner, etc ... ?
Le je a besoin d'être occupé. Il n'y a ni normalité ni anormalité. Il y a juste à changer de regard. Tu n'es pas ce qui peint. Tu n'es pas ce qui jardine. Laisse faire cela. Fais-le, si cela t'occupe, s'il y a une impulsion. Ne juge pas l'impulsion. C'est comme pour l'émotion : ton corps réclame de la nourriture, tu lui donnes. Ton corps réclame d'évacuer des liquides, tu vas aux toilettes. Tu ne te poses pas la question de savoir si c'est normal ou pas. Fais-en de même pour tout ce qui te tient à cœur, si l'on peut dire, de ce corps ou de ces émotions ou de ce mental. Mais tu n'es pas cela. Change de point de vue. Si jardiner ou peindre impliquait une Libération, cela se saurait. Par contre, cela est aussi une dérivation du mental. Il n'y a donc pas ni à culpabiliser, ni à trouver ça normal ou anormal, ni même à se poser la question du pourquoi. Simplement, essaye de te placer, dans un premier temps, dans l'observateur : qu'est ce que tu en retires ? Et ensuite, accepte que ce qui en est retiré (d'agréable ou de satisfaction) n'est pas plus toi qu'autre chose. Ce qui se joue, là, est toujours du théâtre. Aucune activité de ce monde (sociale, spirituelle, affective) ne te Libèrera. Le plus souvent d'ailleurs, c'est même l'inverse, à travers le désir et la reproduction, ou le sens du devoir ou de l'honneur, ou ce qui est encore pire : la volonté de bien, au niveau spirituel, avec le sens d'une mission, avec le sens de quelque chose à accomplir qui entretient l'ego ou le Soi. Mais quoiqu'il se fasse, ou ne se fasse pas, le plus important est de saisir que tu n'es rien de ce qui s'accomplit. Soit consciente que tu joues. Soit conscience que tu te fais plaisir. Mais que cela n'est, en rien, une quelconque Libération, ni même une quelconque Réalisation. Bien sûr, dans d'autres registres, l'acteur, l'artiste, va être persuadé de mener à bien un sacerdoce, une mission, un service. L'Absolu n'a que faire de tout ça. Il se rit même de tout ça parce que, tant que vous êtes pleins de cela, vous n'êtes pas Absolu. Il n'est pas question d'arrêter mais, comme cela a été dit, de laisser faire, tout en étant lucide. Et, dès que tu es lucide, tu constateras par toi-même que bien des choses changeront. En résumé, ce n'est ni normal, ni anormal.

Question : si je me pose la question « qui suis-je ? » j'ai le ressenti de devenir vide, mon corps se met à vibrer et c'est comme si je flottais. Qu'est ce qui provoque ça ?
Je qualifierais cela, si on peut le nommer ainsi, de base à l'Absolu, mais même cela doit disparaître. C'est, l'on peut dire, la dernière construction. Parce qu'effectivement, te poser la question du : « qui suis-je ? » débouche, inévitablement, non pas sur le Soi mais sur le non soi, ce que le Soi ou l'ego va traduire par le vide, le néant, le vertige qui est le préalable à ce que l'Absolu se révèle à toi. Tu n'es pas ce vide. Tu n'es pas, non plus, ce que tu perçois dans ce moment là. Passe de l'autre côté ou, comme cela a été dit, derrière. L'Absolu est là.

Question : qu'entendez-vous par « l'Absolu est là, derrière » ?
Si tu veux une précision sur l'Absolu, c'est impossible. Derrière, c'est-à-dire dit autrement : il n'y a pas de théâtre. Derrière est la notion d'être comme en embuscade. L'Absolu attend que tu passes. Il attend que tu sois vide pour Être, mais il a toujours été là, sauf pour toi. Aucun relatif ne pourrait exister sans l'Absolu. Le relatif disparaît, dès l'instant où il se sait relatif et s'accepte relatif. Ce n'est pas une volonté, ni l'expression d'un désir, mais c'est la perspicacité de l'illusion, du décor de théâtre, de l'acteur et du spectateur et du théâtre. À ce moment là, l'éclat de rire arrive, tu es prête. Ce qui était derrière est devant. C'est-à-dire qu'il ne peut plus être ignoré. Tu es Absolu.

Question : Existe-t-il des affinités entre les consciences, dans l'Absolu ?
Oui, en fonction peut-être, parfois, de lignées d'origine, si l'on peut dire de quelque chose qui n'a pas d'origine mais qui, néanmoins, est passé par un endroit (qui n'est pas une mémoire) mais une coloration. Mais rappelle-toi que l'Absolu n'est pas une conscience. La conscience est déjà une projection. Et toute projection retrouve une affinité à travers une autre projection, c'est-à-dire une autre conscience. Comme pour la personnalité, là aussi, au sein de la conscience, il faut laisser faire. Ne pas donner plus de poids que cela n'a, qui est lié à cette fameuse coloration. L'Absolu ne peut être affecté par quelque jeu de la conscience. Il le voit, mais n'y participe pas. De la même façon qu'il te faut voir ton ego, non pas pour le juger, mais pour le réfuter. Tu ne peux réfuter ce que tu ne vois pas. Tu ne peux réfuter que ce que tu vois. L'inconnu ne peut être connu. C'est la seule chose que tu ne peux pas réfuter, et c'est en ce sens que c'est la seule enquête et la seule possibilité de vivre Absolu. L'ego pourra toujours te dire que ce n'est pas vrai. Je répondrais alors : comment peux-tu le savoir puisque tu ne l'as pas vécu ? C'est une projection et ce n'est pas un vécu. L'ego n'existe que par supposition, ou par passé (expériences passées).

Question : Quelle place peut avoir la foi dans le processus d'accès à l'Absolu ?
La pire des places, parce que la foi est issue de la croyance. Il n'existe qu'une certaine forme de foi qui vous a été ébauchée par certaines Étoiles (ndr : en particulier, dans les interventions de HILDEGARDE DE BINGEN des 31 mars 2012, 25 octobre 2010). Mais il existe, il faut le dire, très peu de consciences capables d'une telle foi. Le plus souvent, la foi n'est qu'un alibi pour une bonne conduite. Tant que la foi n'est pas une expérience, elle demeure une croyance. La foi peut aboutir, pour certaines consciences, à se transformer en cette fameuse Tension vers l'Abandon et donc dans l'Abandon du Soi qui est, je vous le rappelle, là aussi, une réfutation de l'ego. Donc, si la foi te conduit à la réfutation de l'ego, c'est parfait. Mais, le plus souvent, elle ne fait que renforcer l'ego, le plaçant dans une fausse humilité et dans une fausse simplicité parce que c'est exclusivement au sein de ce monde et ne permettant aucunement l'accès à l'Absolu. Cela reste linéaire, cela s'appelle la volonté de bien, cela s'appelle les bonnes actions. La foi, le plus souvent, vous éloigne de l'autonomie, et encore plus de la liberté, parce qu'elle vous contraint dans des règles. L'Absolu ne peut être limité par aucune règle, surtout spirituelle. C'est un leurre de l'ego. Je dirais : une escroquerie camouflée. Il me semble d'ailleurs que, dans votre tradition occidentale, il a été dit que celui qui avait la foi à soulever les montagnes, s'il n'avait pas l'Amour, n'y gagnait rien. Le problème, c'est que l'ego parle toujours d'amour, il en fait une revendication. Mais vous savez peut-être, pour l'avoir vécu, que l'amour humain est conditionné et conditionnant, alors que l'Amour Vibral est inconditionné et inconditionnant. Cela a été dit hier par UN grand AMI (ndr : canalisation de un AMI du 12 avril 2012). Donc, l'amour humain est une projection dans l'être aimé, dans une recherche, mais il n'est pas vécu, en soi, pour soi : sans ça, cela s'appellerait la Réalisation. La Libération est toute autre chose. Elle est, en quelque sorte, le vécu de l'Amour total, au-delà de tout Soi, par l'Onde de Vie, par le Manteau Bleu et s'accompagne, bien sûr, d'une absence de focalisation, de projection ou d'une quelconque localisation, même, dans une forme limitée existante. Il y a, en quelque sorte, dans cet Amour Absolu, inconditionné et inconditionnant, ce que je nommerais une permutabilité. Vous êtes vous, mais vous êtes chacun d'entre vous. Ce n'est pas un idéal, mais c'est la stricte vérité de ce qui est vécu. La foi va vous donner la compassion. La foi va développer le sens du service, du dévouement, qui est une première étape, mais qui est relative. Mais ne faites pas de la foi un objectif. Elle est un élément qui peut servir ou desservir.

Question : Est-ce la foi qui me donne parfois le sentiment d'être reliée à l'Éternité, à quelque chose qui a à voir avec l'Absolu ?
Absolument pas. La foi, tout au plus, peut être ce que je viens d'exprimer : cette fameuse Tension vers l'Abandon. Mais la Tension vers l'Abandon n'est pas l'Absolu. C'est une impression, comme tu l'as dit. C'est quelque chose qui te donne le sentiment de. Mais l'Absolu ne sera jamais une impression ou un sentiment. Considérer cela, c'est considérer qu'il existe un mouvement. L'Absolu n'est pas un mouvement. Le mouvement perçu par l'Onde de Vie en action n'est que, en quelque sorte, l'ajustement ou le ré-ajustement de l'ego, ou du Soi, à l'Absolu. Si je peux employer cette expression, l'Absolu Est, et il est donc immobile. La traduction, au niveau de ce qui est éphémère, est le mouvement. Le sentiment de l'Éternité n'est pas l'Éternité : c'est une émotion. Tant qu'il existe émotion, l'Absolu ne peut être : il reste un idéal placé ailleurs qu'en toi. Il va se traduire, toujours, par la mise en action et en mouvement de quelque chose visant, là aussi, à reproduire cela. Cela s'appelle le corps de désir.

Question : comment l'Onde de Vie et le Manteau de la Grâce peuvent dissoudre ce que l'on n'est pas si l'Absolu est au-delà de l'Onde de Vie et du Manteau de la Grâce ?
Il n'a jamais été dit que le Manteau Bleu de la Grâce était l'Absolu, bien évidemment. L'Onde de Vie, vous la percevez. Qu'est ce qui perçoit, si ce n'est ce corps, cet ego ou ce Soi ? L'Absolu n'est aucune perception. Par contre, ils en sont (comme cela a été dit) des formes de témoignages traduisant, si l'on peut dire, une forme d'action (ou plutôt d'interaction) entre l'Absolu et le reste. Mais rappelez-vous qu'il n'y a pas de possibilité de passage de l'un à l'autre, même s'il existe, effectivement, cette interaction. À un moment donné, il faut ne plus exister, il faut donc disparaître, ce qui veut bien dire sortir du paraître et même sortir de l'Être. L'Absolu est toujours là, mais il vient à vous dès l'instant où vous êtes vide. Mais, pour aller vers ce vide, il faut bien construire quelque chose parce qu'il est très difficile, pour l'ego qui n'a pas construit ces maisons (un certain nombre), de se lâcher totalement, si l'on peut dire, à l'Absolu. Il passe par des espèces d'étapes, des espèces de conscientisation, où la conscience semble de plus en plus large, amenant à la non séparativité du Soi, à la transformation de l'ego vers le Soi. Et puis, à un moment donné, tout cela aussi doit être lâché. Mais l'Absolu ne sera jamais le Manteau Bleu de la Grâce, ni même le Soleil, ni même vous. Et pourtant, la conscience de l'humain, même enfermée dans un relatif qui est ce corps et ce corps de désir, peut vivre l'expérience de l'Absolu, parce que ce n'est pas une expérience : c'est la Vie. Le témoignage en est l'opposé même du témoignage de l'ego. L'ego, vous le savez, calcule, réfléchit, en termes de dualité bien / mal, plaisir / déplaisir, positif / négatif. L'Absolu n'est rien de tout ça. Il est permanence. Rien ne peut affecter l'Absolu. Si vous êtes affectés, vous n'êtes pas Absolu. À un moment donné, tout cela doit être aussi lâché, et tout cela doit apparaître et puis, disparaître. Apparaître, comme la scène de théâtre : avec une scène plus éclairée, des décors plus affinés, un acteur plus perspicace et la prise de conscience du spectateur, voire même du théâtre. Ce qui permettra d'être Absolu, quand le théâtre n'existera plus. L'éclairage (qui est porté par la perception et la Vibration) permet une espèce de mouvement qui va, en quelque sorte, s'éloigner de l'ego, pour aller vers le Soi. Il y a, réellement, un changement au sein du linéaire. Ce changement du linéaire est une impulsion qui conduira, à un moment donné, à ne plus être tout cela. Tant que vous demeurez persuadés (parce que vous l'avez vécu, ou pensez le vivre) que les Vibrations vont faire autre chose que vous conduire au Soi, vous ne vivrez pas l'Absolu. Il vous faut donc aussi, comme cela a été dit, renoncer à tout pouvoir spirituel, à toute manifestation dite spirituelle. Il faut aller, de la même façon, au-delà du son, comme cela a été dit par UN grand AMI dans le Yoga de l'Éternité. Ce yoga n'est pas un yoga : il est simplement le bon sens, la logique. Rappelez-vous que la logique de l'ego ne s'inscrit toujours que dans l'action / réaction. Le Soi vous permet de vivre l'Action de Grâce, la Fluidité, la Synchronicité, l'Unité. Allez au-delà. Acceptez de perdre ce qui jamais n'a été conquis, finalement, puisque, de toute façon, cela sera éphémère. Qui peut dire ce que va devenir sa kundalini, quand ce corps disparaîtra ? Que va devenir la Couronne Radiante du cœur, quand il n'y aura plus de corps ? Est-ce que vous saisissez ?

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les
diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source :
www.autresdimensions.com.


B
IDI

13 avril 2012 - 1

BIDI est donc, de nouveau, avec vous. Après nos entretiens, après vos questions et ce que je vous ai rendu comme réponses, je me doute qu'il doit exister, en vous, d'autres questions. Alors, j'aurai d'autres réponses. Saisissez qu'au-delà de cet échange, au-delà de vos questions et de mes réponses, l'Absolu demeure. Bien évidemment, vous l'avez compris, l'ensemble de mes réponses n'est destiné qu'à vous faire interroger sur l'Absolu. Absolu que vous ne pouvez, ni définir, ni même comprendre, ni même approcher (comme je l'ai dit). Par contre, je pourrais, tout à fait, vous vendre, en quelque sorte, les avantages à être, avant tout, Absolu, et les inconvénients à demeurer dans le Je ou dans le Soi.

Le premier avantage, c'est que, quoi que vous disiez, quoi que vous pensiez et quoi que vous expérimentiez, le Je et le Soi finiront avec votre départ de ce corps et donc, ni le Je, ni le Soi, ne pourront vous satisfaire, aucunement, au-delà de la durée éphémère de ce que vous appelez cette vie. L'Absolu confère, en quelque sorte, très exactement l'inverse et l'opposé de cela. C'est la fin de la mort. C'est la fin de l'oubli.

Le deuxième avantage (qui est, certainement, pour cette vie éphémère et ce Je / Jeu éphémère) qui laisse l'Absolu ?tre, c'est que, bien évidemment, au sein de l'Absolu, il ne peut exister aucune des fluctuations que vous vivez chaque jour de votre vie : un jour, vous êtes heureux ; un jour, vous êtes malheureux ; un jour, vous vivez le Soi ; un jour, le Soi s'éloigne de vous. Et cela est impossible dans l'Absolu. L'Absolu vous confère donc une forme de pérennité et je dirais même plus, une sécurité totale, bien au-delà du Soi. Du point de vue de l'Absolu, on peut même se poser la question de pourquoi doutez-vous ? Pourquoi n'osez-vous pas ? J'irais même plus loin : le Je a tendance à vouloir rechercher l'Éveil, l'Illumination, la Réalisation. Il s'y emploie, je dirais (pour ceux qui sont en démarche dite spirituelle), à plein temps. Mais c'est ridicule dans la mesure où l'Absolu (qui est vous-mêmes) vous ouvre ses portes et, instantanément, dès que vous supposez et proposez la possibilité de l'Absolu, et bien, Il est là. Mais, l'Ego ne vous permettra jamais de supposer cela parce qu'il est bâti, justement, sur la négation de l'Absolu. Et le Soi est, je dirais, tellement narcissique, tellement imbu de lui-même, que, lui non plus, ne permettra, jamais, à l'Absolu de s'immiscer dans cette espèce d'auto satisfaction de celui qui se croit Éveillé (ou Réveillé) à quoi que ce soit.

Nous sommes dans des temps, sur cette Terre (que vous vivez), particuliers et intenses. Toute la question est de savoir combien de temps vous allez, en quelque sorte, résister à l'évidence, résister à la pérennité et préférer, en quelque sorte, les allées et venues entre la joie et la tristesse, l'auto satisfaction et, en quelque sorte, le déni de l'évidence de l'Ultime et de l'Absolu. Si vous vous posez, sincèrement, la question (et je vous engage à vous la poser et non pas à me la poser), vous constaterez, par vous-mêmes, qu'il est, à ce niveau là, une espèce de stupidité de l'intelligence humaine qui est très éloignée de la Vérité de l'expérience et de cet état Ultime (qui n'est pas un état). Vous passez votre temps à aller d'un état à l'autre, d'un centre d'intérêt à un autre. Et, si je vous dis que l'Absolu répond, en bloc et d'un seul coup, à l'ensemble de toutes vos interrogations, l'Ego va penser que c'est ennuyeux et que c'est ennuyant. Alors, bien sûr, il va passer son temps (au lieu de se réfuter lui-même) à réfuter l'Absolu et à s'en éloigner, à travers une recherche, hypothétique, d'une quelconque Réalisation, d'une quelconque évolution ou d'une quelconque transformation, au sein d'une linéarité qui, de toute façon, ne laisse aucune évidence à l'Infini.

En résumé, vous êtes dans un corps limité, vous êtes dans des pensées limitées, vous rêvez de l'Illimité. Vous êtes finis, vous rêvez d'Infini mais dès que l'Infini arrive, vous rebroussez chemin. Parce que, bien évidemment, il n'y a pas de solution de continuité (comme cela a été dit) et donc, pour vous, c'est tout à fait déplorable, tout à fait illusoire, tant que vous demeurez au sein de cet Ego (cette petite personne qui est née un jour et qui mourra, de toute façon, quoi que vous fassiez, quoi que vous réalisiez). Et vous recommencez à chaque fois.

Hier, UN excellent AMI (qui est votre Ami) vous a délivré des phrases (ndr : voir intervention de UN AMI du 12 avril 2012). Ces phrases sont des résonances importantes pour vous permettre d'oser et de vous poser la question de pourquoi vous n'osez pas. Quelle est cette peur ? Quel est ce doute qui est inscrit dans ce corps (qui n'est qu'un sac de nourriture, qui est destiné à nourrir autre chose, bien sûr, à sa mort) ?. Et vous persistez à vous imaginer être ce corps et tout ce qui ne dure pas (qui n'a qu'un temps au sein de ce monde), qui est inscrit entre votre venue dans ce monde et votre départ de ce monde. Et vous rêvez d'Illimité à travers une relation avec un être aimé. Et vous rêvez de permanence de quelque chose qui serait Éternel mais en prenant bien garde de vous installer dans l'éphémère. Est-ce que vous vous rendez compte de ce ridicule, de ce qui est pensé, de ce qui est imaginé et de ce qui est projeté ? Voulez-vous sortir du ridicule ? Voulez-vous, enfin, être cette Joie Éternelle, cette Extase permanente ? Seriez-vous autant effrayés par votre propre plaisir ? Seriez-vous autant effarés de n'être que cette Source de plaisir, indicible, permanent, Éternel ?

Voilà où se situe le cadre, entre nous, aujourd'hui. Je vous dis donc : bonjour et bienvenus dans l'Éternité. Nous allons donc échanger, à bâtons rompus, sur les questions que vous m'avez posées et les réponses que j'y ai apportées. Là aussi, je vous demande de ne pas chercher à comprendre mais à vous imprégner de nos échanges. Les questions sont infinies. Les réponses le sont tout autant. De la même façon que vous vous cachez derrière vous-mêmes, de la même façon qu'au-delà de l'observateur et du témoin, il y a quelque chose qui est là et qui n'a jamais bougé, de la même façon (au-delà de vos questions et des réponses), il y a, aussi, cet Absolu. C'est cela que nous allons essayer de laisser s'installer, en déroutant, en quelque sorte, votre Ego, votre personnalité et votre Soi, de son état, afin d'abandonner cet état au profit de quelque chose dont rien ne peut être dit. Mais qui, dès l'instant où il s'installera, vous montrera la vanité et la superficialité de tout ce que vous aviez entrepris auparavant et qui, pourtant, était (dans certains cas, vous le savez) nécessaire. Mais, même ce nécessaire ne doit pas être une finalité. Il vous faut lâcher les béquilles, lâcher tout ce que vous tenez, tout ce à quoi vous pensez être arrivés. Vous n'êtes arrivés nulle part. Parce qu'il y a nulle part où arriver. Arriver quelque part signifie qu'il faut être parti. Mais, parti de quoi ? Et parti d'où ? Ceci étant posé, je vous écoute.

Question : comment se maintenir dans l'Éternel Présent ?
En réfutant ton propre mental. Il est là. Tu ne peux le nier. Ne l'écoute pas. À quoi donnes-tu du crédit ? Est-ce que tu vas donner du crédit, éternellement, à ce qui te susurre des tas de choses qui sont fausses ? Le mental ne sert qu'à évoluer sur ce monde. À donc, entrer en réaction permanente et à s'ajuster à ce que te propose la vie. Mais il ne t'est d'aucune utilité pour aller au-delà de cela. Alors, ne crois pas ce qu'il te dit. Crois-le quand il s'agit d'être logique, dans le faire de la vie ordinaire. Est-ce pour autant qu'il faut le croire quand il intervient dans les moments où tu ne l'as pas sollicité ? Qui est le maître ? Qui décide ? Ne t'oppose pas à ton propre mental : tu le renforceras de plus en plus et c'est ce à quoi tu as joué depuis de très nombreuses dizaines d'années. Le Je /Jeu est terminé. Ne t'oppose pas à lui. Il sera toujours plus fort que toi, au sein de ton Ego. Alors, ne l'écoute pas. Ne lui réponds pas. Ne lui accorde aucune validité. Tu constateras, par toi-même, qu'alors, petit à petit, il lâchera prise. Réfute-le, sans t'y opposer. Le mental se sert même de la méditation et, même, de ta propre observation au-delà du mental. Il va vouloir être, en quelque sorte, le propriétaire de tout ce que peut émettre, à l'Intérieur de toi, ce qui a dépassé ce mental et te renvoie, en permanence, à toi-même. Et, en permanence, en quelque sorte, à une certaine forme d'inutilité de toi-même. Il y a donc, simplement, à ne plus lui accorder le moindre crédit. Il finira bien par se taire. Mais, surtout, ne lui demande pas de se taire parce que, pour lui, tout est prétexte à interagir et à réagir. Le but est, justement, de ne pas interagir et de ne pas réagir. Ne l'écoute pas. Tout ce qu'il peut te dire concernant ce que tu Es, est faux. Il n'y a pas d'autre moyen. Vous avez tous remarqué (dans la vie qui est vécue sur ce monde) que dès l'instant où on accorde du crédit à quoi que ce soit, il y a toutes les chances pour que ce à quoi la conscience est dirigée se manifeste, d'une façon ou d'une autre. Et vous constatez, d'ailleurs, que se manifeste, beaucoup plus facilement, ce qui a tendance à être négatif que ce qui a tendance à être positif. Beaucoup voudraient être riches : beaucoup sont pauvres. Beaucoup voudraient être en bonne santé : et beaucoup sont malades. Cela devra (et devrait, déjà) attirer votre attention sur la stupidité de croire à ce genre de choses. Le Je (l'Ego, la personnalité) va chercher, en permanence, à se prémunir, à prévoir et le mental y excelle. Il va, même, vous parler de Lumière. Il va, même, vous parler de bien-être. Il va, même, vous parler de Réalisation. Mais il vous ment. Et, surtout, vous n'êtes pas lui. Quand vous dites : « je mange », qui mange ? Vous ou ce corps ? Quand vous dites : « je conduis », qui conduit ? Quand vous dites : « j'ai un mari », quel est ce « je » qui a un mari ? Est-ce que ce mari est en vous ? Ou est-ce que ce mari est à l'extérieur de vous ? Comprenez que « je » ne peut rien avoir, ni ne rien être. Il n'est juste qu'un intermédiaire et vous donnez tout le poids à cet intermédiaire. Il en est ainsi pour tout ce qui se manifeste dans la pensée, dans les idées, dans les concepts et je vais, même, plus loin : dans tout ce qui est perçu. Le principe même de l'identification vous amène à la projection. Et la projection est une extériorisation et est donc, par nature (et par manifestation même), éphémère. Ne vous occupez pas de ça.

Question : qui est-ce qui réfute ?
L'Ego lui-même. Parce que la réfutation, pour lui, semble ne pas présenter de danger. Il va considérer cela comme un jeu. Mais, très vite, il va devoir déchanter parce qu'à force d'avoir réfuté tout ce qui, jusqu'à présent, constituait son univers, et bien, il va disjoncter. Il va capituler. Et c'est à ce moment là que vous apparaîtra derrière ce « Je », le Soi. Continuez à réfuter. L'Onde de Vie apparaîtra (ou pas). Laissez faire ce qui se fait. Vous ne pouvez connaître l'Absolu. À aucun moment. Vous ne pouvez que le vivre. Il est déjà là. Rappelez-vous que l'Absolu n'a pas besoin de réfuter quoi que ce soit. Il n'a pas besoin de nier quoi que ce soit puisqu'il est largement plus vaste (puisqu'Infini) que l'Ego, que la personne, que le mental, que ce qui est perçu ou que ce qui est conçu. Donc, ne vous posez pas la question de savoir si c'est l'Absolu qui réfute. L'Absolu ne réfute rien. Il n'est absolument pas concerné par votre scène de théâtre, ni même par le régisseur, ni même par l'éclairagiste, ni même par l'acteur, ni même par celui qui regarde. Il n'a que faire du théâtre, en vérité. Quand vous aurez pris, en quelque sorte, conscience que vous n'êtes, ni le décor, ni la scène, ni l'acteur, ni le spectateur, ni le théâtre, il restera quoi ? Ce que vous ?tes, au-delà de toute escroquerie. Mais, il n'y a pas d'autre façon (ni d'autre possibilité) de mettre fin à l'Illusion du théâtre. Tant que vous êtes dans le théâtre, vous souffrez, que vous le vouliez ou non : à propos de ce corps, à propos de vos affects, à propos de votre fatigue ou de votre bien-être. Si le théâtre n'est plus, qu'est-ce qui pourrait souffrir ? Il n'y a plus de contenant. L'Absolu est, en quelque sorte, la Guérison Ultime. Et vous refusez cette Guérison Ultime. Quelque part, le « Je » et le Soi sont des masochistes. Et vous savez très bien que, dans ce monde, de masochisme à masochisme apparaît le sadisme, le bien et le mal. Vous n'êtes, ni le bien, ni le mal. Si vous êtes ici, c'est que vous adhérez au bien : le vôtre ou celui de l'autre mais le bien n'est que construit à partir de l'expérience de ce monde. Aucune expérience de ce monde n'est l'expérience de l'Absolu. Parce que l'Absolu ne sera, jamais, une expérience. Il ne peut l'être. Vient un moment où il faut vous poser la question de vos propres expériences. Bien sûr, le « Je » (et le Soi) ne veut absolument pas entendre parler d'expérience. Il veut bien les vivre. Mais si cette expérience devient la Vie et met fin à toute expérience, cela va terroriser l'Ego et le Soi (qui se croit arrivé). Qu'est-ce que vous voulez croire ? Qu'est-ce que vous voulez vivre ? Mais tant que vous croyez, vous ne vivez pas.

Question : l'observateur serait-il l'Ego qui évalue et qui juge ? Puis-je le réfuter ?
Non. L'observateur n'est, en aucun cas, l'Ego. Il est le Soi, le « Je suis ». Prendre conscience de l'observateur c'est, déjà, ne plus être acteur sur la scène de théâtre (dans un décor) mais être assis, confortablement, dans le fauteuil et regarder. Mais, même ça, effectivement, est à réfuter. Mais, n'appelle pas l'observateur : l'Ego. Tu lui attribues un rôle qu'il n'a pas. L'Ego cherche à se transférer dans le Soi. De toute façon, c'est très simple : l'Absolu n'est, en rien, de ce que tu connais. La meilleure des réfutations est celle qui ne cherche pas à identifier, à discriminer le décor, de l'acteur, du spectateur, ou du théâtre. Alors, bien sûr, il y a une forme de dynamique. Il est plus facile de réfuter le décor. Ensuite l'acteur. Ensuite le spectateur. Et, à la fin, le théâtre. Parce qu'il est beaucoup plus difficile de réfuter, en totalité, le théâtre, dès le départ. Parce que l'Ego (le Soi) considère qu'il y a un départ, et donc un chemin, et donc une arrivée. Il y a donc un certain nombre d'actes et de scènes à jouer. Et cela est très plaisant, même pour l'observateur. La plus grande des angoisses survient quand on s'aperçoit que l'on est, ni l'acteur, ni le décor, ni le spectateur, ni même le théâtre dans lequel se déroulerait cette hypothétique pièce de théâtre. C'est une tragédie. Mais, si vous vivez l'Absolu, cela ne sera plus une tragédie mais, bien, une comédie. Veux-tu être le drame ou veux-tu être la comédie ? Tout se résume à ça.

Question : faut-il commencer par réfuter les manifestations du passé ou celles du présent ?
Mais, réfuter le passé veut dire que tu accordes encore un poids au passé. Le passé n'a aucun poids. Il n'est même pas à réfuter : il n'existe pas. Par contre, sa supposée action dans le présent existe, si tu le poses ainsi. Donc, qu'est-ce qui est à réfuter, dans ce cas là ? C'est tout ce que tu connais. Ce que tu connais n'est pas ce que tu as connu (qui n'est qu'un poids mort). Ce qui est actif, dans le « Je » et dans le Soi, c'est uniquement ce qui est connu dans le présent. La Présence, le « Je suis » ou le « Je suis Un », le Soi, n'est pas, simplement, le présent. Il est, justement, ce qui dépasse et transforme, largement, ce présent. Tant que tu es dans le « Je », tu es dans ce que l'on appelle un présent mince, c'est-à-dire que ce présent est tellement mince qu'il serait rempli de pseudos certitudes (venant de ton passé, de ton éducation, de tes vies passées), te donnant l'impression de maîtriser ce présent mince. La méditation ouvre au sein d'un présent large, c'est-à-dire que les pensées ne sont plus aussi rapides. Il y a comme une possibilité d'observer ses propres pensées, ses propres idées, permettant de s'en défaire très facilement (ou, en tout cas, beaucoup plus facilement). Le présent large débouche sur la Présence, sur le « Je suis ». Ne t'occupe pas de ce qui est mort. Hier est mort. La seconde d'avant est morte. Quoi que viennent te dire tes pensées, quoi que viennent te dire tes peurs ou tes souffrances, quelle que soit la causalité de ce que tu vis aujourd'hui, tu n'es, aucunement, une causalité. N'accorde pas de poids à ce qui n'en a plus véritablement. La réfutation concerne la totalité de ce qui a été nommé l'éphémère ou le limité. Un instant passé est éphémère et est mort. Pourquoi veux-tu le faire vivre ? Ce qui est à réfuter est, essentiellement, ce qui se situe, d'abord, dans ce présent mince et, ensuite, dans un présent large. Cela va t'installer dans l'Éternel Présent qui est la Présence. Mais, tant que tu donnes crédit à quoi que ce soit de ton passé, tu te places, toi-même, dans la loi d'action / réaction et dans ce qui est nommé le karma. Le karma concerne la personnalité (mortelle et éphémère). Jamais le Soi. Quant à l'Absolu, il ne peut même pas envisager une quelconque véracité à cela.

Question : dans mes moments d'Alignement, quand je lâche ce que je crois, ce que je connais, il me semble être comme en suspension et ce qui vient à moi est néant. Dans la vie de tous les jours, je ressens le néant, de façon fugitive, comme la sensation que tout m'est égal et de ne pas avoir à m'en faire. Si je lâche l'attachement à la Joie, je ne sais même pas si ce qui affleure à ma Conscience m'est connu ou pas et cela m'est égal. Qu'en est-il ?
Merci pour ton témoignage mais ce n'est pas une question. C'est un constat. Maintenant, qui veut constater ? Encore une fois, l'Ego et la personnalité qui cherchent à s'emparer (comme une espèce d'autosatisfaction) d'être arrivée à créer cela. Là aussi, va au-delà de ça. Ne te contente pas d'observer un quelconque résultat, une quelconque progression. Va au bout. Tant que tu te mires et te regardes toi-même, l'Absolu ne peut naître. Il est déjà là. C'est toi qui attends qu'il naisse. Mais rien ne peut naître. Ne te regarde pas jouer. Même ce jeu là doit cesser. Oublie même ça. Totalement. L'Absolu y est. Le Soi va, toujours, se gargariser de la merveilleuse distance existant entre ce qu'il était avant (dans le « Je ») et ce qu'il est devenu. Mais l'Absolu ne peut être, ni avant, ni devenu. Il Est. Tu n'es rien de ce qui joue. Tu n'es rien de ce qui est arrivé. Et pour cause. Dès qu'il y a autosatisfaction (de quoi que ce soit), tu peux être sûre que ce n'est pas l'Absolu. Donc, en quelque sorte : laisse tomber tout cela. Ne constate même pas cela.

Question : comment se fait le choix de l'accès à la 5ème Dimension à celui à l'Absolu ?
Pourquoi ? Tu as un choix à faire ? Qu'est-ce qui pose cette question, si ce n'est le mental qui cherche à se saisir d'une compréhension, pour mieux choisir ? Mais le mental ne peut choisir. Cela vous a été développé, largement, par les Structures qui se sont exprimées (ndr : les différents intervenants de l'Assemblée des Anciens, des Etoiles, le Conclave Archangélique, ...) : par la Vibration. Mais l'Absolu est au-delà de toute Vibration. Tant que tu te poses la question du choix, il y a mental, bien sûr, puisque le mental est, en permanence, une question de choix. Et l'Absolu ne peut t'apparaître. L'Absolu n'est pas un choix. Il Est. Ce qui est le choix, c'est celui qui croit avoir le choix : le mental, la personnalité ou le Soi. Il n'y a aucun choix pour l'Absolu. Le choix est l'iIllusion du libre arbitre. L'absence de choix est la Liberté. Dans la Liberté, il y a la Grâce, l'Extase, le Plaisir (dans son sens le plus exacerbé, le plus intense, le plus Intérieur). Dans le libre arbitre, il y a la gravité, la lourdeur, le sentiment de connaître quelque chose. Mais tout ce qui est connu (de ce point de vue limité) n'est qu'une ignorance. Là aussi, c'est un théâtre. Se poser la question du choix te renvoie à l'activité du mental. Systématiquement. Logiquement. Tant que tu te poses la question (ou que tu me la poses), tu ne peux pas laisser émerger, en quelque sorte, la réponse. Elle reste enfouie et l'Absolu semble disparaître ou, en tout cas, s'éloigne. Si ce n'est que ce n'est pas lui qui s'éloigne mais c'est toi qui t'éloignes.

Question : l'Onde de Vie m'a chauffée une partie de la nuit. Je me suis approchée de l'Absolu ?
L'Onde de Vie est, en quelque sorte, le témoin et le marqueur de quelque chose qui se fait jour (qui a toujours été là), qui est, effectivement, l'Absolu. C'est l'Onde de Vie qui procure (si l'on peut dire) l'état d'Extase, la fin du questionnement. Et, effectivement, du point de vue du Soi, l'installation dans le « Non-Je suis », dans le « Non-Soi », dans l'Absolu. Il y a donc, juste, à laisser agir, à laisser faire, ne rien diriger et, à un moment donné, spontanément, au sein du Soi, tout naturellement, l'Onde de Vie deviendra ce que tu Es. À ce moment là, aucun limité et aucun fini (inscrits dans ce corps, dans cette personne et dans ces pensées) ne sera vécu comme réel. Tu seras Absolu. Le plus redoutable (mais qui est, en même temps, le plus simple), dans cette phase là (cette ultime phase avant l'absence de phase), c'est justement d'accepter de ne plus rien faire, d'accepter de ne plus regarder, afin que l'Onde de Vie (si l'on peut l'exprimer ainsi) prenne possession de toi. Parce que c'est toi qui réagis à l'Onde de Vie. Elle, elle a été toujours là. Sans ça, il n'y aurait aucune vie. Il faut donc inverser la notion du sens du mouvement : ce n'est pas toi qui vis l'Onde de Vie mais l'Onde de Vie qui te vit. Ça changera tout. Comme vous l'ont dit les Anciens : reste tranquille et en Paix. Si tu te places, un petit peu, dans le fauteuil du spectateur, tu vas constater que ce qui se déroule, sur la scène, change l'acteur. Et tu vas constater aussi que le spectateur commence à voir s'effacer la scène, le décor et l'acteur jusqu'à se demander, même, s'il est assis et s'il existe un théâtre. Quand cette ultime question cesse, le théâtre disparaît. On pourrait dire, en quelque sorte : quand l'Onde de Vie travaille, ne travaille pas, ne t'en occupe pas. Ne la réfute pas, bien sûr, mais va au-delà.

Question : y'a-t-il un inconvénient, pour le « Je », à entretenir encore le mental dans une activité professionnelle, même réduite ?
Absolument pas. Il n'existe aucun obstacle à l'Absolu. Se servir du mental dans une activité mentale me semble logique et normal. Ce qui est illogique et anormal, c'est quand le mental intervient dans ce qui ne le concerne pas. Le mental ne peut être un obstacle à l'Absolu. Quoi qu'il fasse, dans l'ordinaire de ce qui est à faire de ce corps et des occupations de ce Je, aucune gêne ne peut naître. La seule gêne qui soit conçue, est celle qu'élabore le « Je », lui-même, pour se justifier. Ceci n'est qu'une justification qui n'a aucun sens. L'Absolu n'a que faire du mental et de ses activités. Donc, croire que le mental va être un obstacle à l'Absolu est, là aussi, un jeu du mental.

Question : pourriez-vous développer sur la phrase : « tu ne peux t'approprier ce que tu Es » ?
Effectivement, tout ce qui est projeté (donc le « Je » et, a fortiori, le Soi) ne peut se contempler lui-même. Peux-tu te voir sans faire appel à un miroir ? Les yeux ne sont pas tournés vers l'intérieur. Donc, tu ne peux te voir, excepté à l'aide d'un miroir. L'ensemble des autres « Je », l'ensemble des décors et l'ensemble des théâtres, ne sont que des décors et des miroirs. Tu ne peux te voir à travers autre chose qu'un miroir. Mais aucun miroir n'est réel. Du point de vue où tu es, tu ne peux t'approprier quoi que ce soit. L'Absolu est naturel. Il est cet Ultime. Tant que le limité croit qu'il peut s'approprier quoi que ce soit, il est dans le leurre. Si je peux employer cette image : tu ne peux que te translater, en transcendant, de l'image au Vrai (ou à l'Absolu). Mais tu ne peux te voir toi-même parce que tout ce qui est vu demeurera circonscrit à un cadre de références donné, à des suppositions données, à des référencements donnés, par rapport à l'expérience passée qui est morte. L'Inconnu ne peut être connu à partir du connu. Le connu sera, toujours, un miroir : un miroir aux alouettes. C'est-à-dire qu'il y a, toujours, la nécessité de se mirer et de s'admirer. C'est le jeu de l'Ego et du Soi. C'est quand cesse ce jeu de projections (c'est-à-dire quand il n'y a rien à voir, rien à mirer ou à admirer), quand il n'y a plus aucune place pour le « Je » et pour le Soi, que l'Absolu te trouvera. En résumé, tu ne peux trouver l'Absolu. Tu ne peux, même, le chercher, ni le comprendre. Tant que l'Ego ne l'a pas compris, il peut se voir répéter cette phrase des milliers de fois (si ce n'est des millions de fois), il ne le voit pas, il ne l'entend pas. Parce qu'il a besoin de comprendre. Parce qu'il a besoin de se référer à un connu. En résumé : le connu ne veut pas lâcher le connu. C'est tout le drame de l'Ego. C'est tout le drame de la personne qui se croit une personne. Aucun résultat n'est possible dans ce cadre là. Et, pourtant, c'est dans ce cadre là que tu t'enfermes, que le monde t'enferme.

Question : existe-t-il des préférences ou affinités dans l'Absolu ?
Tant qu'il demeure un Absolu, au sein d'un relatif (c'est-à-dire tant que ce corps est présent, quelle que soit sa vie), les préférences vont demeurer. Tu préfères telle saveur plutôt qu'une autre. Mais ce n'est pas toi qui préfères, c'est ce corps. Alors, laisse ces préférences évoluer comme elles évoluent. Elles ne font que traduire l'action du principe vital en toi. Cela concerne aussi bien les aliments que les préférences, quelles qu'elles soient, d'amitié ou d'amour, même personnelles. Mais ne t'occupe pas de ça. Il n'y a que quand la forme se termine, que l'Absolu retrouve, je dirais, son équanimité et sa permanence en toute chose. Le regard, tant que tu es encore dans un limité, sera toujours coloré par ce limité. Mais tu sais que ce n'est qu'une coloration et que celle-ci n'a pas plus de sens que de préférer le chou-fleur à la carotte. Ce n'est qu'une forme différente, un agencement différent, de couleurs, de saveurs, de molécules et d'atomes mais ce n'est que quelque chose qui rentre dans ta forme. C'est une différence d'appréciation (comme tu l'as dit) mais qui ne change absolument rien à l'Absolu. Ce corps de nourriture a besoin de nourriture, quelle que soit la nourriture. En définitive, quelle importance ?

Question : qu'en est-il des émotions ?
Une émotion appartient à l'action / réaction. Elle est inscrite dans le karma et donc (quelle que soit l'émotion, même la plus élevée) ne restera, en définitive, qu'au sein de ce qui est nommé l'astral, c'est-à-dire du corps de désir. Le corps de désir est éphémère. Aucune émotion ne peut te conduire à l'Absolu, même si tu le penses et le crois. Tout sépare ces 2 mondes. Absolument tout. L'émotion va créer une aspiration vers le beau, vers la volonté d'améliorer quelque chose. Une musique qui t'émeut n'est que la traduction de l'existence d'une personnalité. Il faut en être conscient. Ce qui ne veut pas dire qu'il faille supprimer ces émotions car, comme pour le mental, elles sont là. Il est plus agréable de voir quelque chose de beau que quelque chose de laid (selon les critères de la personne). Les émotions ne sont pas les mêmes. Mais cela ne concerne, en rien, l'Absolu. Faire de l'émotion un appui à une quelconque évolution (ou à une quelconque transcendance) est un mensonge. Aucune émotion ne peut conduire à l'Absolu. Jamais. De la même façon que le mental ne doit plus être un obstacle, l'émotion est un obstacle à l'Absolu. L'émotion est un ersatz de Lumière. L'émotion est une copie, mal copiée, de l'Amour. L'émotion peut créer un frisson mais qui n'est, en rien, le frisson de l'Extase. Encore une fois, c'est une imitation. C'est ce principe même d'imitation qui a été mis en avant par les religions, par les spiritualités. L'Absolu ne sera, jamais, une émotion.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les
diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source :
www.autresdimensions.com.


B
IDI

9 avril 2012

Eh bien, BIDI est de retour parmi vous. Je me réjouis de vous retrouver pour nos entre tien et mien. Alors, dans un temps premier, nous allons, si vous le voulez bien, continuer à examiner, à peser et à soupeser vos questions, dans les mêmes circonstances et conditions que le jour précédent. Je demande donc, votre écoute et le fait d'entendre et de laisser venir ce qui vient à vous, sans interférer en aucune manière, sans vous opposer. Simplement, en accueillant comme je vous accueille. Nous pouvons envisager la première question.

Question : à notre arrivée dans cette Dimension, structure parfaite et Illimitée, comment est-il possible d'être arrivés si bas, dans cette Dimension, en Vibration et en Conscience. Pourquoi ?
Ce mécanisme est appelé la descente. Cette descente est liée à un point de vue, de plus en plus étroit et limité, engageant, en quelque sorte, la Conscience dans sa propre limitation (dans une auto limitation) qui va, progressivement (sur des temps extrêmement longs) amener celle-ci à s'isoler et se séparer de plus en plus. Cela a été décrit dans de nombreux textes très anciens, parlant d'ères et d'époques se succédant et amenant, progressivement, la Conscience à descendre, en quelque sorte, dans les bas-fonds de l'oubli. Mais ceci n'a qu'un temps. Dès l'instant où même le mental est capable de se regarder, en toute honnêteté, en toute lucidité, et de manière logique, il en vient, effectivement, à considérer cela comme un processus absurde, inique. La problématique étant de ne pas tenter de répondre à ce genre de question parce que, bien sûr, elle va vous emmener, non pas seulement à constater l'état de la Conscience mais, bien plus, à en trouver des causes. Or, je vous le rappelle, l'Absolu n'a pas de cause. Vouloir rechercher une cause (une explication) te renverra, systématiquement, à cette causalité et donc, à cette Dualité. Pose-toi la question de pourquoi il y a cette question. Qu'y a-t-il besoin d'expliquer ou de regretter ? Quel est cet éloignement de ce que tu Es, qui permet de s'interroger sur ce que tu considères comme triste ou comme anormal ? Ne considère pas ce qui est anormal mais ne vois que ce qui est normal. De la même façon que la Dualité consiste à voir le bien et le mal, l'Unité ne consiste qu'à voir l'Unité et à ne pas se laisser entraîner, en aucune manière et d'aucune façon, à disserter, à se poser des questions sur le bien et le mal parce que l'équation du bien et du mal, par nature même, est insoluble. Quels que soient les aspects importants, menés par une vie au sein du service, du dévouement, quelles que soient les conceptions philosophiques ou même, spirituelles (concernant le bien et le mal), elles ne déboucheront jamais sur une solution parce que la solution n'est pas de ce monde. Parce que la solution n'est pas dans la Dualité et qu'aucune solution ne peut exister tant qu'il existe un antagonisme. Je parlais, hier, des 2 extrémités d'une limite. Ce n'est pas parce que vous arrivez à une extrémité d'une limite que vous connaissez l'ensemble des limites, l'autre extrémité mais, surtout, que vous êtes aptes à dépasser cette limite. Il vous faut, littéralement, vous extraire de cette notion de causalité. Cette causalité permet d'expliquer ce monde et seulement ce monde. La causalité permet d'exprimer les lois de l'action / réaction, les lois de l'Âme mais, jamais, la loi de l'Absolu. Car l'Absolu ne connaît qu'une seule loi qui est celle de l'Unité Abandonnée elle-même, c'est-à-dire le principe même de l'Unité. Le facteur causal, quel qu'il soit (dans votre vie, dans l'histoire de la vie sur cette planète) renvoie nécessairement, là aussi, à un début et à une fin. La causalité, en elle-même, ne peut donc être inscrite au sein de l'Absolu et ne peut tirer, même, sa logique à partir de l'Absolu. La causalité (action / réaction, début et fin) s'inscrit dans une histoire et non pas dans la Vérité. Car toute histoire est inscrite dans un temps linéaire, au sein de certaines limites qui sont, aussi, les tiennes mais qui ne correspondent pas à la Vérité. L'histoire est, en quelque sorte, le squelette de ce qui reste de la vie. Les chairs sont parties. Il reste quelque chose qui est figé. Il reste quelque chose qui ne participe pas à la Vie. Aujourd'hui, il t'est demandé d'être la Vie. L'Appel de la Lumière fait résonner, en toi, non plus la causalité mais bien la soif d'Absolu. Même si ces mots te sont inconnus, même s'ils te semblent en dehors de toute causalité, et donc de toute possibilité, il n'en demeure pas moins vrai que c'est la seule et unique Vérité. Se poser en tant qu'Absolu (oser se poser en tant que cela) va mettre fin, de manière extrêmement rapide (de par l'enquête même sur ce qu'est le Soi, sur ce qu'est l'ego et donc, sur ce que n'est pas l'Absolu), va vous conduire aux portes de ce que l'ego appelle le néant et donc à expérimenter et à vivre l'expérience qui est Absolue. Certes, à des moments charnières, il a été opportun qu'on vous donne (ou qu'il vous soit donné puisque je ne n'y participais pas) un certain nombre d'éléments concernant l'histoire. Simplement pour vous montrer et vous démontrer à quel point l'histoire peut-être déformée, arrangée, détournée et être agencée de telle manière qu'elle vous détournera, toujours, de la Vérité. Parce qu'elles vous entraînent (ces histoires) à croire à des histoires et non pas à vous. L'être humain a besoin d'histoires tant qu'il inscrit sa conscience au sein de la causalité. Dès qu'il inscrit sa conscience au sein des sphères de l'Absolu (et même au sein du Soi), l'histoire n'a plus de sens. Elle n'a plus de direction. Elle n'a plus de logique et elle n'a plus de justification. L'histoire n'est que l'alibi qui est fourni à la vie qui refuse de se connaître. L'histoire n'est qu'un pis-aller voulant donner, au mental, la certitude qu'il peut expliquer son présent par un passé.
Or, aucun présent n'est explicable par le passé. Tout ce qui croit être expliqué, par une conséquence d'un passé, vous inscrit, encore plus, dans une Illusion. Bien sûr, ceux qui ont tendance à vouloir que l'histoire se répète et n'aboutisse pas à la fin de l'histoire, vont créer, en quelque sorte, des cérémonies, des commémorations, des principes d'anniversaires, qui vont donc maintenir, en quelque sorte, le poids du passé dans votre propre présent. Vous ne faites, d'ailleurs, pas mieux quand vous fêtez une nouvelle année, un anniversaire ou une fête (quelle qu'elle soit), à date fixe. Parce qu'à ce moment là, vous commémorez le passé. Vous faites vivre et revivre le passé dans votre présent où il n'a rien à faire. Parce que tant que le présent (que vous vivez) est coloré d'un quelconque passé, vous ne pouvez prétendre à l'Unité, vous ne pouvez prétendre à l'Absolu et ne pouvez vivre cet Absolu. Il faut donc, effectivement, déconditionner, dépoussiérer, éliminer, réfuter tout ce qui n'est pas l'Instant. L'Absolu n'est présent que dans l'Instant. La seule façon de le trouver (la seule façon de le manifester) est de vivre, en totalité, l'Instant. Il n'y a pas de passé. Il n'y a pas de futur. Il y a juste l'Instant où s'épanouit l'Absolu. Il n'y a qu'en arrêtant le temps, en quelque sorte (votre temps linéaire), que vous pouvez, réellement et concrètement, toucher l'Absolu et le vivre. Quel que soit l'élément que vous ayez vécu, quel que soit l'affect qu'il implique dans votre présent, vous n'êtes pas cela. Tant que vous accordez du crédit à cela, vous ne pouvez vivre l'Absolu. Faites en l'expérience. Encore une fois, ne me croyez pas. Expérimentez et voyez, par vous-mêmes, si cette logique s'applique dans la vie. Sortez donc de l'histoire. Sortez donc de toute histoire car vous n'êtes pas une histoire, aucune des histoires. Entretenir l'histoire, entretenir une légende personnelle, vous éloigne, de manière importante, de l'Absolu et de la Vérité. Tout ce que vous faites revivre (en pensées, en émotions, en rites, en rituels, en commémorations, en dates) n'a aucun sens pour l'Absolu. À vous de voir.
Pose-toi, simplement, la seule et unique question qui vaille la peine : que Suis-je ? Et, quand tu verras, par toi-même, que tu ne peux définir le « que Suis-je » ou le « Je suis », tu abandonneras le « Je suis » pour le non-être. Quoi que dise l'ego. Parce que cette approche de l'Absolu est d'une logique implacable. Cette enquête (si elle est menée à son terme) vous conduira, comme la Vibration, au-delà de toute manifestation, au-delà de l'être et du non-être, pour vous établir, dans un premier temps, au sein du non-être dans lequel existe l'?tre et qui confère (si l'on peut dire) l'Absolu. Vous devez être, en quelque sorte, pleins. Pleins, non pas d'interrogations mais pleins de certitude de l'Absolu, non pas en tant que croyance mais en tant que réfutation de ce qui est relatif, réfutation de ce qui est éphémère, réfutation de ce qui est limité. À chaque minute de votre vie, retenez bien que ce n'est pas une dépersonnalisation ou un retrait de la vie mais, bien plus, une transcendance de la personnalité qui vous fait pénétrer dans la Vie. Pas celle que vos yeux vous donnent à voir. Pas celle que vos mots vous définissent. Pas celle que vous pouvez toucher mais, celle que vous êtes, au-delà de tout sens. Il faut donc se détourner de la causalité. Ce détourner de la causalité (exprimé autrement) peut être donc, de ne pas juger, même le principe de chute, même la causalité qui a créé cette conscience limitée. Le non jugement est le fait de non porter un regard séparé et divisé. Il n'y a pas de meilleure façon que de vivre l'Absolu. Je vous rappelle que, dans l'Absolu, il ne peut exister nulle limite, nulle séparation, nulle conscience autre que celle que vous êtes (regroupant l'ensemble des autres Consciences) et débouchant, de manière inéluctable, à la Conscience qui n'est pas l'inconscience. Sortez donc (et sors donc) de la causalité. La causalité correspond au corps. Il correspond aux lois de l'âme. Ce corps a faim : il faut le nourrir. L'âme a soif d'expériences : il faut lui fournir des expériences. L'âme aime aimer, au sens de la possession, au sens de l'expérimentation, dans la matrice (telle que vous la nommez). L'âme est donc inscrite dans la causalité. Vous n'êtes pas la causalité. Vous n'êtes, donc, ni ce corps, ni cette âme, ni cet esprit, ni cette vie, ni ce passé. Vous êtes la Vie. Si vous positionnez votre regard de cette façon, vous constaterez qu'il ne s'agit absolument pas d'un déni de la vie mais, bien plus, d'une rentrée dans la Vie et que, extrêmement rapidement, les processus en cours, actuellement, seront vôtres. Il n'y a pas d'autre solution. Il n'y a pas d'autre alternative. Il n'y a pas d'autre possibilité que celle d'être Absolu ou de réfuter l'Absolu (du point de vue de l'ego ou du point de vue du Soi). Réfléchissez, simplement (si tant est que vous puissiez le définir) : qu'existe-t-il au sein de la personnalité, qu'existe-t-il au sein de l'âme, comme objectif ? Regardez cet objectif et comprenez, dans un second temps, qu'il ne peut exister d'objectif futur. Parce que tout futur vous éloigne, encore une fois, de votre Présence et de l'Absolu. Bien sûr, la loi d'action / réaction va tout faire pour vous maintenir dans ses filets. Elle vous donne à comprendre (et à saisir) les lois : celles de l'incarnation, celles du karma, celles de l'astrologie, celles de l'énergie. Elle va vous donner un ensemble d'explications, directement reliées à la causalité, et tout fonctionne comme cela dans ce monde. Mais je finirai en te disant que tu es au-delà de toute causalité. Que veux-tu être ? Que veux-tu manifester ? Ce que tu Es, en Vérité, ou la causalité dans laquelle tu es affecté ? À toi de voir.

Question : pourquoi ce monde de la Dualité a-t-il été créé ? Est-ce parce que, dans le monde de l'Absolu, de l'Illimité, l'ennui existe ?
Je te répondrais que celui qui pose cette question s'ennuie vraiment. La Félicité, l'Extase et l'Intase de l'Absolu ne peut, en aucun cas, être un ennui. Le seul ennui est ici. Tout vous ennuie : les besoins physiologiques, le besoin de gagner sa vie, le besoin d'entretenir et de porter sa Conscience, en permanence, sur un corps, sur des relations, passant par des outils incomplets appelé le langage. D'un autre côté, le monde de l'Absolu ne peut exister. L'Absolu n'est pas un monde. Il n'est pas un univers ni même un multivers. Il est au-delà de tout ce qui est créé. Il est le support de toute création. Ce n'est pas l'ennui qui a causé quoi que ce soit. L'Absolu ne peut, en aucun cas, être un ennui d'aucune sorte puisqu'avec quelques mots, on peut le définir comme : Illimité, parfait, plein, vide, Éternel, Jouissance, Extase et Intase, sans temps et sans espace. En quoi l'ennui pourrait naître de cela ? Pas plus qu'il n'existe un besoin d'expérimenter. Parce que qui dit expérience, au sein du limité, conduit à introduire, systématiquement, une notion d'évolution ou d'involution et, donc, un principe même de causalité. Tant que vous pensez ainsi, effectivement, le monde de l'Absolu peut vous sembler ennuyeux. L'expérience, somme toute, n'est que la recherche de l'Absolu. Comment est-ce que ce qui est Absolu pourrait se limiter, lui-même, pour, après, revendiquer l'Absolu ? D'autant plus que la perfection est initiale et non pas finale. Quel intérêt y aurait-il, pour l'Absolu, à se rendre relatif ? Alors, bien sûr, du point de vue du relatif, il est très séduisant de parler d'expérience (de se connaître soi-même à travers l'observateur, à travers l'existence d'un sujet et d'un objet) mais c'est une vue fragmentaire. L'Absolu, étant hors de tout temps, hors de toute linéarité, tout simplement, pour lui, le monde n'existe pas. Tout simplement, pour lui, le limité n'a aucune substance. L'ennui est plutôt d'avoir l'ensemble de ses occupations, même en observant la beauté parce que observer la beauté vous obligera, dans le linéaire, un jour ou l'autre, un instant à l'autre, à vous occuper, ne serait-ce que de vos besoins physiologiques. À moins de rentrer en Samadhi (comme certains êtres l'ont réalisé), à moins de rentrer dans l'Absolu en maintenant une forme, je ne vois pas pour quelle raison il y aurait un quelconque ennui. Je peux vous assurer que c'est vous qui êtes l'ennui. Quel que soit votre enthousiasme, quelles que soient vos capacités de Joie, quelles que soient vos installations au sein du Samadhi, cela n'est pas Absolu. Il n'y a que la sortie du temps linéaire de l'espace, de l'espace-temps (non pas comme un déni mais bien comme une acception logique), il n'y a qu'à ce moment là, que vous dépassez et transcendez l'ennui de ce monde.
L'Absolu n'est pas un monde. Je dirais qu'il est la Transcendance du monde et, donc, même si les mondes semblent exister à l'intérieur de l'Absolu (présence du relatif au sein de l'Absolu), ceci n'est qu'une vue (encore une fois) parcellaire et limitée. L'Absolu n'a besoin d'aucune expérience, d'aucune mémoire. Il est, de toute Éternité, perfection et beauté, se suffisant à Lui-même, sans aucune projection, sans aucune expérience. L'expérience (sur ce monde comme en d'autres mondes) n'est, en définitive, qu'un éloignement (Vibratoire, spatial et temporel) vous faisant croire tout ce que vous pouvez croire (ou n'osez croire). Mais l'ensemble de ces croyances ne représente, en définitive, qu'un manque de Lumière, qu'un manque d'Amour. L'être humain passe son temps à projeter l'amour et il dit qu'il aime. Mais vous ne pouvez Aimer et vous ne pouvez le dire parce que votre nature (et votre Essence) est Amour. Et vous ne pouvez connaître ce que vous êtes, du point de vue limité. Vous ne pouvez que projeter (sur l'écran de la conscience) un objet. Devenir le témoin (ou l'observateur) de ce que vous avez projeté (d'une œuvre créée, d'un travail créé, d'une étude menée, d'une relation de couple, d'une relation de mère à enfant) mais vous ne pouvez connaître ce que vous Êtes. Vous ne pouvez que extérioriser, au sein de ce monde, une action et une réaction et essayer (au sein de cette action et de cette réaction) de trouver, en quelque sorte, un fil conducteur qui n'existe pas entre le limité et l'Illimité.
Le seul ennui, c'est d'être relatif. ?tre Absolu ne s'accompagne d'aucun ennui. Seule la conscience de l'ego pose cette question parce que l'ego est inscrit dans une réalité dite tridimensionnelle et donc dans un espace-temps donné, donnant l'impression qu'il y a des expériences à mener, une avidité (avidité qui permettrait de toucher l'Illimité) ce qui, bien évidemment, ne peut jamais arriver. Aucune expérience de ce monde, aucun travail de ce monde, aucune évolution illusoire de ce monde, ne vous amènera à vivre l'Absolu. Il n'y a que quand vous renoncez, il n'y a que quand vous abandonnez le Soi lui-même, que l'Absolu se dévoile et devient ce que vous ?tes. Rappelez-vous : il n'existe aucune solution de continuité. L'Absolu est un bouleversement, non pas seulement un changement de point de vue (comme je l'ai dit hier) mais, bien plus, un bouleversement où vous êtes obligés de faire cesser (d'une manière comme d'une autre), sans les dénier, l'ensemble des manifestations de causalité dont la première des causalités est ce corps. Vous êtes dans ce corps mais, en aucun cas, vous n'êtes ce corps, fût-il un Temple. Bien sûr, il faut nourrir le Temple, l'entretenir. Et là commence l'ennui, même si vous aimez vous laver. Parce que, bien évidemment, il y a reproduction. Alors, bien sûr, il est des consciences qui aiment la reproduction parce que cela donne une certitude de refaire les mêmes gestes, de reproduire les mêmes actes : manger à telle heure, se coucher à telle heure, se lever à telle heure (excepté le week-end). Tout cela vous amène, immanquablement, à une routine où rien n'est neuf. Si vous regardez bien, tout est ancien, tout est usé. Seul le monde est beau parce qu'il manifeste (dans ce qu'il vous donne à voir) les cycles, les saisons. Le soleil se lève, toujours, au même endroit. Il se couchera, le soir, au même endroit. C'est une certitude (du moins jusqu'à un certain point) et vous l'avez vécu jusque là. L'ennui est ici. Certainement pas dans l'Absolu. Et il n'existe pas de monde de l'Absolu.

Question : les résistances à vivre l'Absolu ont toujours été plus fortes alors que le choix premier est de vivre dans l'Absolu, ici, sur Terre. Pourquoi ?
Tu ne peux pas vivre l'Absolu. Tu ne peux vivre que la Vie. L'Absolu est au-delà de toute vie. Il est proposé de vivre l'Absolu au sein d'un relatif appelé cette forme, ce corps et cette vie, parce que les circonstances (les cycles de ce monde) touchent un palier, une Transcendance, là aussi. Quand l'éphémère de cette vie disparaît (puisqu'il est inscrit entre la naissance et la mort), ce qui subsiste, à ce moment là, reste enfermé. Avec d'autres règles, d'autres lois mais, c'est encore un enfermement. Aujourd'hui, c'est différent. Il y a donc une plus grande facilité à s'extraire, en quelque sorte, d'un point de vue dualitaire. Ce qui a été ouvert, au niveau de la Lumière (l'Éveil au Soi, la réalisation du Soi), n'a certainement pas été une erreur mais bien une étape majeure vers l'Absolu. Bien sûr, il est toujours possible de croire (et d'espérer) que le Soi va devenir Absolu. Le Soi ne peut, en aucun cas, devenir Absolu. Parce que le Soi, c'est mettre fin à la séparation de l'ego et inscrire la Conscience et la Vie dans la non séparativité, dans la non distanciation. Il y a, réellement, possibilité de Communion, de réunion, mais non de dissolution. L'Absolu vous donne à vivre toutes les vies de tous les mondes. L'accès à l'Absolu ou, plutôt, l'Éveil à l'Absolu (qui a toujours été là), est rendu beaucoup plus facile, aujourd'hui, par la disparition de ce qui avait été appelé, je crois, les franges d'interférences de l'astral qui vous occultaient, littéralement, la Vérité. Saisis bien qu'il n'est pas question de vivre l'Absolu, mais d'être l'Absolu. ?tre Absolu est au-delà de tout état d'être. C'est, aussi, pouvoir se placer de n'importe quel point de vue de cette forme occupée qui est le corps, comme tout autre corps. C'est donc la Liberté, la vraie. Non pas celle de penser, dans la prison, qu'on peut sortir de la prison. Non pas celle d'échafauder des hypothèses ou des justifications au fait d'être en vie, parce que tout cela tourne en rond. Il n'existe pas de sortie. L'ego et la notion d'évolution vont vous faire croire (et vous faire adhérer) au fait que cela sera meilleur demain. Mais il n'y a absolument rien de meilleur possible demain. D'ailleurs, demain n'existe pas, ni hier. Tant que vous considérez qu'il existe un demain, tant que vous considérez qu'il existe un hier, l'Absolu ne peut frapper à votre porte. Je parle là, bien sûr, de ce que vous nommeriez les Lois de l'Esprit parce que rien n'empêche le corps d'être inscrit dans un emploi du temps et que cet emploi du temps se déroule, tranquillement, sans rien faire dans le sens d'un investissement de la Conscience, tout en faisant parfaitement bien ce qui est à faire.
C'est un changement de regard, c'est un changement de point de vue. C'est un changement, intérieur, de positionnement où, justement, vous sortez de toute position. Où vous n'adoptez plus une position mais bien quelque chose au-delà de toute chose, dans l'Amour que vous Êtes et dans la Lumière que vous Êtes, sans avoir besoin de projeter un quelconque amour, une quelconque lumière. Rappelez-vous : vous êtes Amour Lumière. Vous n'êtes pas l'amour que vous projetez. Vous n'êtes pas la lumière que vous pouvez voir. Parce qu'en définitive, l'air ne peut voir l'air et l'eau ne peut voir l'eau. Vous êtes exactement dans la même situation : vous ne pouvez voir ce que vous Êtes. Vous ne pouvez que voir ce que vous n'êtes pas et donc réfuter tout ce que vous voyez au sein de ce que vous n'êtes pas. Et là, vous aurez la surprise de constater qu'il n'existe plus de frein à l'Absolu et que le traceur (ou le marqueur) de l'Absolu, l'Onde de Vie, partira à l'assaut de ce Temple Illusoire (qu'est le corps), de ses corps inférieurs, vous donnant à vivre l'Onde, de l'Intérieur, et non plus de l'extérieur, dans un corps. Vous êtes, je dirais (si l'on peut dire), en pleine phase de vérification, de validation de l'Absolu. Personne ne vous demande de croire à ce qui est incroyable. Personne ne vous demande d'adhérer à ce à quoi vous ne pouvez adhérer. Il n'y a que vous qui pouvez rendre témoignage à vous-mêmes, au-delà du témoin de l'objet, au-delà de l'observateur et de l'observé et au-delà de toute projection dans n'importe quel mot. .

Question : quelle est la croyance qui me freine à m'abandonner à l'Absolu ?
La plus irrésistible des croyances : toi-même. Tant que tu crois à la moindre parcelle de ce corps, tant que tu crois au moindre élément de l'histoire, tu es inscrit dans l'éphémère. Aucun éphémère ne te permettra d'accéder à l'Absolu. Bien sûr, il existe des conditions préalables, liées à la structure même de la vie sur ce monde, inscrites, bien sûr, dans la personnalité (dans l'ego) et aussi dans le Soi. Sans rentrer dans des détails trop complexes, ce qui freine est la négation de l'Absolu parce que l'ego a, toujours, pour objet (pour fonction), pour appréhender quelque chose qui lui est inconnu, de le faire sien dans la description, dans un vécu, dans une expérience. L'Absolu ne peut pas être ramené à l'ego, à la personne ni même au Soi, puisque l'Absolu Est, baigne tout, incorpore tout. Vouloir s'en saisir, vouloir le connaître, est impossible. La plus grande des résistances se situe, bien sûr, à ce niveau et nulle part ailleurs. La croyance en toi-même est le frein le plus puissant. Mais tu n'es pas, non plus, ce frein. D'ailleurs, qui freine si ce n'est ce que toi-même a construit, ce que toi-même a envisagé ? J'ai envie de te dire qu'il ne faut plus rien envisager, dans aucun futur et dans aucun passé, pour vivre l'Absolu et donc être Absolu. La croyance au fait de vivre l'Absolu conduit à l'?tre Absolu. Il y a, en quelque sorte, un signal porteur (marqueur ou témoin) de l'instauration de quelque chose d'inconnu : c'est l'Onde de Vie et la Transcendance des centres d'énergies inférieurs. Mais ne donnez pas, non plus, de poids à tout cela parce que si vous y accordez plus de poids que nécessaire, cela va aussi se cristalliser. Cela va aussi vous limiter et concourir à maintenir les limites de l'enfermement. La meilleure attitude, bien sûr, est la spontanéité de l'enfant. C'est celui qui est totalement immergé dans l'expérience. Sans jugement, sans point de repère, sans projection. Tant qu'il existe un jugement, un repère, une projection, tu n'es pas l'enfant. Et, donc, l'Absolu ne peut venir frapper à ce que tu Es. C'est à toi qu'il appartient de créer les circonstances préalables à l'Absolu. Ceci est, en partie, ce dont j'ai parlé : l'enquête sur tout ce que tu n'es pas parce que cela est éphémère. Cela consiste à éliminer tout ce qui constitue ta vie et ce monde. Non pas pour le fuir, j'insiste. Mais bien pour le réfuter en tant que supposition invalide (et invalidée) par la logique elle-même, au-delà de tout mental. Le sommeil, l'enquête, la compréhension de ce que représente le témoin, le témoignage, le sujet, l'objet, l'expérimentateur et ce qui est expérimenté, s'inscrivent, en définitive, dans une futilité. Accepter cette futilité, c'est déjà un grand pas. Non pas de vous mais de l'Absolu vers vous.

Question : quelque chose s'installe en moi que je ne connais pas, et je me sens étrange, ou même étrangère. Je vis à la fois la conscience du rien et une plénitude. Je me sens portée par la vie et je laisse faire. Il y a comme un effacement de moi-même et une distance par rapport à ce monde. Je n'ai pas de peur, pas de mots, pas d'attente. Pourriez-vous m'éclairer sur ce que je ne vois pas en moi ?
Accepte que moins tu verras en toi, plus tu seras Absolue. Ce qui ne peut être perçu, ce qui est donc a-perçu, ce qui ne peut être mis en mots, ni même en Vibration, cette étrangeté, ainsi que tu le nommes, est la mort de l'ego. Il faut vider, il faut se laisser nettoyer et lessiver. Cette phase est plus ou moins longue. Elle appelle, ainsi que tu le dis, une certaine forme de neutralité. La Maison est propre, tu peux donc Épouser ton Double. Ce Mariage qui, est une approche, peut se dérouler sur un temps, illusoire, mais qui est vécu comme tel. C'est l'état où il n'y a plus rien à observer, où rien n'est observable, où rien n'est vu, où rien n'est perçu. Cela pourrait sembler vide, mais ce n'est pas vide. C'est très exactement, lorsque cela donne l'impression de durer, la préparation, en quelque sorte, à tes propres Noces, et donc à l'Absolu. Si je peux l'exprimer ainsi, profite de cela, parce que profiter de cela, c'est ne rien faire, ne rien redouter, ce qui met fin à tout doute, à tout espoir, et aussi à toute impatience. Dans cet état de vacuité (que certains mouvements ont recherché, que certaines philosophies ont recherché) s'installe l'Absolu. Tu as donc saisi, et vécu, et accepté, qu'il n'y a rien à chercher, rien à trouver. Ce néant, qui n'en est pas un, est irrémédiablement la fin de l'ego.
Le vase est prêt à être rempli. L'Époux et l'Épousé se tient à la porte, il n'en est jamais parti. Profite, si je peux m'exprimer ainsi, de cette vacuité, qui est, en quelque sorte, une antichambre de l'Absolu. Parce que si tu es vide de toi-même, tu peux donc être plein de ce que tu Es. Se vider de soi-même est, très exactement, ce qui est nommé l'Abandon du Soi. C'est transcender le « je suis », c'est le moment où la conscience constate qu'il n'y a rien à observer, que rien n'est observable, et que le fait même d'observer est une gêne. Il y a donc mécanisme de Noces Mystiques, en progression. Accepter et vivre de ne plus être plein de pensées (c'est-à-dire d'Illusion), de ne plus être plein d'espoir (qui est projection dans le futur), t'installe, en quelque sorte, dans un état au-delà de l'espoir, qui pourrait être nommé l'Espérance mais qui est, avant tout, plénitude. C'est, en quelque sorte, les derniers jeux de l'Illusion. Ce qui permet de saisir que rien ne peut être vide, et que rien ne peut être plein, et que cela ne se situe pas entre les deux. Cette phase ne peut pas être appelée un état parce que, justement, aucun état n'est installé. La vacuité est la plénitude, la plénitude est vacuité. Ces deux mots, au-delà de tout signifiant, sont ceux qui représentent le mieux cette phase préalable à l'Ultime.
Surtout ne fait rien, surtout n'entreprend rien. Ceci dit, ne t'empêche pas de faire ce qui est à faire, dans la vie de ce corps, de ses obligations. Mais simplement, ne t'implique pas, fait du mieux que tu peux. Ce que tu vis n'est pas une attente, ce que tu vis n'est pas un vide ou un plein, c'est les deux. C'est dans cette phase que l'Onde de Vie peut créer ta Vérité, car tu Es l'Onde de Vie. Il y a donc un processus de désidentification, une mort, sur le plan symbolique, de tout ce qui n'est pas Vrai. C'est cette phase-là que tu vis. Surtout, ne juge rien. Contente-toi, encore pour peu de temps, d'être celui qui observe ce qui vit cela. Très bientôt, tu iras au-delà. Ce « très bientôt » n'est pas inscrit dans un linéaire, temporel, ni dans un autre espace, mais bien dans une forme d'acuité de toi-même. Certaines expériences intermédiaires sont possibles, dans cet état, dans cette phase, venant, si l'on peut dire, te conforter dans le fait que tu ne sois pas ce corps, et encore moins cette personne. Alors, profite et jouis de cette phase, car elle est prélude au Mariage Mystique. Laisse faire, totalement.

Question : l'Absolu est au-delà donc des hiérarchies de Dimensions (5ème, 11ème, 18ème, etc), ce serait comme le retour à LA SOURCE ? Donc, si l'on va vers l'Absolu, quelle est l'intérêt de la 5ème Dimension ?
Tu présupposes, à tort, que l'Absolu est assimilable à LA SOURCE. LA SOURCE, de par ce mot même, te signifie une origine et une fin. L'Absolu est au-delà de l'origine et de la fin. La Dimension, quel que soit son numéro, n'est qu'une représentation, une gamme de Vibrations, une gamme d'exploration de la conscience. L'Absolu et LA SOURCE se rappellent à toi, mais rappelle-toi, toi, que tu es totalement libre de t'établir où bon te semble. Simplement, il doit t'être rappelé l'existence de LA SOURCE, par l'expérience de LA SOURCE, par l'accès à l'Absolu. Si tu Es l'Absolu, tu as toute latitude et Liberté pour y demeurer, ou te manifester dans quelque Dimension que ce soit. Si ta gamme de fréquences, ta gamme de vie, la partition que tu joues, est incomplète, et toutefois, te permettant de voir la complétude existant dans l'Absolu, tu es libre de croire qu'il existe des expériences à mener en d'autres mondes, en d'autres Dimensions, en d'autres états. Cela fait partie de ta liberté, mais je te l'accorde, cela n'a strictement aucun intérêt du point de vue de l'Absolu. Alors, qu'est-ce qui t'empêche d'être l'Absolu, puisque, bien évidemment, il y a un empêchement ? L'empêchement est directement relié au doute et à la peur. Tu ne peux connaître l'Absolu du point de vue où tu es. Le point de vue d'où tu es doit disparaître, il doit s'annihiler. Rappelle-toi qu'il n'est pas possible d'envisager une quelconque continuité entre le connu et l'Inconnu. Tu ne peux rester dans le connu et vivre l'Inconnu. Il te faut laisser l'Inconnu te prendre, et tu t'apercevras ensuite, que le limité est encore présent. Mais avant, cela n'est qu'une supposition, cela n'est qu'une croyance, parce que tu ne l'as pas vécu. Simplement, nombre de structures vous ont dit qu'il vous sera fait selon votre Vibration, si tu préfères, selon votre partition. La partition que tu joues est tributaire d'un instrument, et pas d'un autre instrument. Veux-tu être tel instrument, ou veux-tu être, dans le même temps, le même espace, et dans toutes les Dimensions, l'ensemble des instruments ? Mettant fin à toute barrière, à toute limite. Aucune expérience ne sera jamais utile à l'Absolu, mais elle demeure et reste utile à celui qui joue sa propre partition, Illusoire ou reliée. L'Absolu est la Liberté totale, mais la Liberté fait peur parce que la Liberté est, justement, ce qui est Inconnu. Tant que tu revendiques la Liberté au sein d'un quelconque enfermement, tu te mens à toi-même. Et tant qu'il y a mensonge, la Vérité ne peut être.
Tu ne peux donc prétendre à supposer, ou imaginer, que l'Absolu est LA SOURCE. L'Absolu est LA SOURCE, mais est bien plus que LA SOURCE. Parce que l'Absolu n'a ni origine, ni fin, ni localisation, ni non localisation. La Vibration, la Conscience est Vibration, cela vous a été dit. Permettant de vivre, de conscientiser, les roues d'énergie (les lampes), l'éveil de la Kundalini, et même la perception de l'Onde de Vie. Mais tant que tu perçois, tu n'es pas ce qui est perçu. L'Absolu est l'installation au sein du perçu, et non pas de la perception. C'est le moment où il n'y a plus aucune distance, aucune supposition sur l'Absolu parce que le limité, l'ego comme le Soi, ne peut que se représenter la Vérité. Mais toute représentation ne sera jamais qu'un spectacle, une projection, une Illusion de plus, plus ou moins palpable, plus ou moins approchante. Donnant un sentiment plus ou moins réel, mais ce n'est pas l'Absolu. Indépendamment du témoin et du marqueur de l'Absolu, c'est-à-dire l'Onde de Vie, et ses effets sur l'extase ou l'intase, il y a aussi un autre marqueur, qui lui, se situe dans la Conscience qui débouche sur la non-Conscience. C'est, justement, le moment où il n'y a plus de question. Parce que la question elle-même est conçue comme illusoire, tout autant que ma réponse. Tant que vous prononcez des mots et que je prononce des mots, il y a Illusion. Mais ces Illusions seront, en définitive, moins tenaces que celles qui étaient là avant nos entre tiens et miens (ndr : néologisme à partir du mot entretien). Ce n'est donc pas un jeu stérile, mais c'est bien une pratique, au sens le plus noble. Cette pratique, pouvant être jugée par l'ego comme intellectuelle, va vous amener, à votre vitesse, à réaliser l'état qui a été décrit lors de la question précédente. Ne suppose rien de l'Absolu, parce que tout ce que tu supposeras ne pourra qu'être établi à travers ton expérience et ton connu. Ne projette rien sur l'Absolu, parce qu'en projeter quoi que ce soit est déjà s'en éloigner. L'Absolu ne peut être connu, il ne peut être formulé, il ne peut être Vibré, il ne peut être mis en mots. Par contre, il est possible d'utiliser Vibration et mots pour saisir ce qu'il n'est pas. À ce moment-là, il y a une espèce de rapprochement qui s'effectue, c'est cette phase ultime.
Ne rien supposer, c'est aussi ne rien faire, ne rien entreprendre. Parce que tout ce qui sera fait, ou entrepris, vous mettra en distance de l'Absolu qui, je vous le rappelle, est toujours là. S'il y a des résistances ou des freins, regardez-les, et c'est tout : laissez-les passer, ne faites rien. Bien sûr, vous pouvez toujours faciliter les conditions initiales (si l'on peut dire), par tout ce qui vous est agréable. Mais ne vous perdez pas dans ce qui est agréable, n'en faites pas un but. Pratiquer un yoga pour simplement être bien, ne vous mènera jamais à l'Absolu. Mais soyez conscients que être bien vous permet de vous installer dans une réceptivité, si l'on peut dire, plus grande. Ne faites pas des mots, non plus, une finalité. Ne faites pas des Vibrations, non plus, une finalité mais bien, plutôt, des moyens et des outils, de vous approcher de ce que vous ne connaissez pas, et qui, pourtant, bien sûr, est votre nature. Cela exige de votre part, et cela exige de ta part, une honnêteté, une intégrité, une Humilité, une Simplicité, cela vous le savez, mais surtout, une Transparence, parce qu'il ne peut y avoir de transcendance sans Transparence. La Transparence est créée par Ki-Ris-Ti, par le Double, par l'Union Mystique. Un opaque, résistant : le corps, l'identité, l'ego, le Soi, rencontre la Transparence du Feu. De cette rencontre résulte la Transparence. La Transparence, c'est ne rien arrêter, ne rien retenir de ce qui peut passer (que cela soit une pensée, que cela soit une émotion, que cela soit un symptôme du corps, que cela soit une relation) : ne figez rien, restez fluides. Observez, si vous le voulez, mais vous n'êtes pas l'émotion, vous n'êtes pas la pensée, vous n'êtes pas la relation, vous n'êtes pas le corps. Laissez faire. C'est que je peux te dire. Sans rien rejeter : ce n'est pas parce que tu rejettes une pensée qu'elle va disparaître. Par contre, si tu la regardes passer, sans t'y attacher, elle disparaîtra, c'est toute la différence.

Question : à partir du moment où j'accepte que je ne suis pas tout ce que je connais du moi-je et du Soi, de quelle ouverture, au-delà de ma conscience actuelle, ai-je besoin (à part de laisser agir l'Onde de Vie et le Manteau Bleu de la Grâce) pour basculer dans l'Absolu (au-delà du « je suis ») ?
Rien de plus, et une seule chose par rapport à ce que tu as dit : accepter que tu n'Es rien de tout ce que tu connais, est une première étape. Mais as-tu pensé à le réfuter ? Ce n'est pas parce que tu dis seulement : « je ne suis pas ce corps », que tu vis l'Absolu. Réfuter le « je ne suis pas ce corps » est au-delà de l'acceptation. Ce n'est pas un jeu de mots, c'est une réalité de la conscience. La conscience qui te conduit, si l'on peut dire, à laisser s'exprimer et s'imprimer l'Absolu, est une réfutation de tout ce que tu connais et non pas, simplement, accepter la négation de ce que tu connais. Dans l'acte d'acceptation de ce que tu n'Es pas, il n'y a pas réfutation, il y a donc encore une distance. La réfutation, par contre, de ce que tu n'es pas, est au-delà de l'acceptation. La réfutation est un acte actif, l'acceptation est un acte que je pourrais qualifier de passif. Il y a donc une phase préalable active, cette phase est conduite par la conscience elle-même, de l'ego ou du Soi. La réfutation est donc une dynamique. Comme je l'ai dit, c'est une enquête. Cette enquête n'est pas un jeu du mental, mais bien un exercice (je n'aime pas ce mot) spirituel.
Dès l'instant où l'enquête est réalisée, elle débouche sur quoi ? Sur une identification. La désidentification par la réfutation va donc te conduire, sans effort, sans rien faire, à être Absolu. La spontanéité accompagne la Transparence. La spontanéité est l'absence de réflexion, ce qui ne veut pas dire faire n'importe quoi mais faire, ou être, ce qui est indépendant de toute référence à un passé, et donc à une expérience passée. C'est la Voie du Cœur. Parce que le Cœur ne trompe jamais, contrairement au mental. Je ne parle pas de l'intuition, parce que l'intuition fait toujours référence à ce qui est bon ou mauvais, pour toi. Nous sommes au-delà, de ce qui est bon et de ce qui est mauvais. Le bon et le mauvais, pour toi, cette intuition et ce discernement, dont se gargarisent des êtres dits spirituels, est une Illusion de plus. La spontanéité résulte de la Transparence. Il y a donc, à ce moment-là, en quelque sorte, une espèce de transpercement du Cœur, de l'arrière vers l'avant, et de l'avant vers l'arrière. Le fait d'être transpercé met en résonance, bien au-delà de ce qui est perçu dans le corps, Transparence et spontanéité. Shuntant littéralement l'expérience passée, et donc le mental. Cela s'appelle aussi le Don de Soi, ou l'Abandon du Soi. Cela fera, je crois, l'objet d'un développement par une conscience, si l'on peut dire, plus qualifiée que moi (ndr : voir sur notre site l'intervention d'ANAËL du 9 avril). Là aussi, il n'y a donc rien à faire, mais bien à laisser faire.
Même s'il y a un côté actif dans la réfutation, après, il convient de laisser faire. Parce que tu ne peux rien faire, rien entreprendre, pour connaître ce qui t'es Inconnu. Tu ne peux que passer de l'un à l'autre, mais ce passage n'est pas illustré par quelque chose qui te permettrait de passer : c'est donc bien une transcendance, et non pas une transformation. Il y a donc, effectivement, cette enquête à réaliser. Une fois l'enquête réalisée, laissez être, et laissez faire. L'enquête débouche, systématiquement, sur ce qui pourrait être nommé un paradoxe, entre néant et plénitude. Sur une interrogation, que je qualifierais d'ultime, interrogation ultime mettant fin à toute interrogation et à toute question. C'est à ce moment-là qu'est réalisée l'absurdité totale de l'ego et du Soi, pas avant.

Question : j'aimerais stabiliser l'état de non observation plus qu'un tout petit instant. Comment ?
Simplement en cessant de vouloir observer, de manière incessante, toute chose. Fixe-toi sur le mécanisme même de l'observation, et non pas sur ce qui est observé. Qu'est-ce qui observe ? Où est l'observateur ? Est-ce ces yeux qui voient ? Est-ce cette réflexion ? Où est situé l'observateur ? C'est passer de la perspective de ce qui est observé, à une autre perspective. Tant qu'il y a observation, de quoi que ce soit ou de qui que ce soit, le temps se déroule. Et donc, il y a un rappel, au travers de ta question, à vouloir figer ce qui n'est pas figeable : le temps s'écoule. C'est donc à toi, par cette question de « qui observe ? » (et non pas : qu'est-ce qui est observé ?) que naîtra l'immobilité. Parce que tu vas rechercher l'observateur, et tu t'apercevras qu'il n'y a pas plus d'observateur que de choses observées. Et que l'observateur n'est qu'une projection, d'autre chose, qui est derrière l'observateur. À ce moment-là, tu pourras basculer. Pas avant. Le Soi est l'observation la plus parfaite de la Lumière, où des mécanismes de Conscience et de Vibrations sont présents, concourant à établir la Joie, concourant à établir une satisfaction. Permettant de croire qu'il y a une quête qui a été accomplie, achevée et réalisée. Il faut dépasser cela, et aller au-delà de cela. La meilleure façon, effectivement, est de ne rien faire, de laisser faire. Et de sortir, même, de la dynamique apparente de l'observation, de ce qui est observé, de l'observateur lui-même. Car qui est derrière tout ça ? Ou plutôt : qu'est-ce qui est derrière tout ça ? Tant que tu observes, tu n'es pas l'observateur. Tant que tu es l'observateur, tu n'es pas ce qui est derrière l'observateur. Enquêter sur cela est une pratique, majeure. De cette enquête, réalisée honnêtement, découlera la phase ultime, découlera aussi l'Onde de Vie, et la perméabilité des roues (des chakras) à l'Onde de Vie.
Ne t'occupe pas de l'Onde de Vie, tu ne peux ni la maîtriser, ni la contrôler, ni la diriger. Tu vas donc l'observer. Et tu vas te placer, donc, du point de vue de l'observateur, qui va se poser la question : est-ce bien, est-ce mal ? Tant que tu joues ce jeu, l'extase ne peut naître. Vient un moment où tu saisis que tu ne peux influer aucunement sur l'Onde de Vie, mais tu es toujours observateur. Pose-toi alors la question de « qu'est ce qui est observé ? », de « qui est l'observateur ? » et tu deviendras l'Onde de Vie. Laissant naître, alors, l'extase, marqueur indicible de l'Absolu. Ce qui est à stabiliser, c'est ce qui est déjà stabilisé, et qui n'a jamais bougé, qui n'a jamais disparu. C'est, très exactement, l'Absolu : là, où il n'y a plus d'observateur, là, où il n'y a plus d'observé, et là, où il n'y a plus, non plus, ce qui se tient derrière l'observateur. Parce que l'Absolu est à la fois l'observé, l'observateur, et ce qui est derrière l'observateur. Là aussi, il n'y a plus de distance, ni de différence.

Nous n'avons plus de questionnement, nous vous remercions.
Alors, je nous propose de mettre, de manière tran, un terme à nos entre tiens et miens. Je laisserai plus qualifié que moi exprimer ce que représentent ce Don de Soi et cet Abandon du Soi. J'interviendrai dans un autre moment, dans votre route vers cet accomplissement. Il vous reste à lire ce que je vous ai dit. N'en faites pas une parole de certitude ou d'évangile. Essayez de voir ce qui est juste, ce qui n'est pas juste. Non pas dans un aspect discriminant mais, de la même façon que je l'ai exprimé, en forme d'enquête. Je donnerai les instructions, dans peu de jours, qui nous permettront d'achever cet entre tien et mien afin d'aller dans le Principe et l'Essence même, de ce qui a été dit. C'est-à-dire, d'aller au-delà du dialogue, au-delà du diabole et au-delà du symbole, pour, en quelque sorte, réunir les trois éléments dans la même indicible Vérité de l'Absolu. Je rends Grâce à votre écoute. Et je vous rends Grâce d'avoir supporté, et porté, les mots que j'avais à vous donner. Puisqu'il me faut bien me nommer, BIDI vous salue, et vous dit, dans votre temps, à bientôt.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les
diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source :
www.autresdimensions.com.
 


B
IDI

8 avril 2012 - 2

Question : qu'est-ce qui freine, pour passer simplement du Soi à l'Absolu ?
Le Soi lui-même. Qu'est-ce qui peut freiner, si ce n'est le Soi ou l'ego, eux-mêmes ? L'ego ne peut connaître l'Inconnu. Il ne peut le vivre, il ne peut le conceptualiser, il ne peut le percevoir, il ne peut l'envisager. Quant au Soi, il est une contemplation. Et cet état de contemplation a souvent été vécu comme une finalité, comme un achèvement. Concevoir le Soi comme un achèvement et une finalité, est le frein. La résistance à l'Ultime n'est, en définitive, que cela. Et cela est, bien évidemment, sous-tendu par la peur : peur de l'Inconnu, peur de ce qui n'existe pas, pour celui qui est dans le fini et dans l'expérience du Soi. Cette peur ne peut être combattue et, le plus souvent, elle ne peut même être vue, ni intégrée. Il n'y a que dans un acte de reddition total, de capitulation totale, que la transcendance se fait. Le fait qu'il n'existe pas de pont, d'un état à l'Ultime, est certainement l'élément le plus traumatisant, et le plus insatisfaisant, pour l'ego comme pour le Soi. Le paradoxe de l'ego et du Soi, tout en étant limités et éphémères, est de se considérer, tous deux, comme éternels. Il y a une recherche de permanence, une recherche d'Éternité, qui ne pourra, bien sûr, jamais aboutir au sein du je, comme au sein du Soi. L'Absolu et l'Ultime ne peuvent coexister, en aucune manière, avec cela puisque cela est la négation même de l'Absolu. Il faut, en quelque sorte, reconsidérer et replacer l'ego lui-même, ou le Soi lui-même, dans ce qu'ils sont, et dans ce qu'ils ne seront jamais. Cet exercice n'est pas une pratique (ni mentale, ni spirituelle) mais bien une évidence qu'il faut éclairer, de manière logique et totale. Je le répète aussi, pour cette question : rien de ce qui t'es connu, ou connaissable, ne te conduira à l'Absolu, ni ne relève de l'Absolu. L'acceptation, pour l'ego ou le Soi, du néant, de la disparition, est le préalable indispensable à l'Onde de Vie, témoin de l'Absolu. Il y a donc un ensemble de procédures, situées dans le fini, qui consiste, justement, à voir ce qui est fini, et finissable. Afin de ne pas y adhérer, en aucune manière, à ne pas rendre pesant ce qui est déjà une pesanteur, à ne pas, en quelque sorte, l'alimenter. Le plus souvent, par cette forme d'enquête extrêmement logique (où vous définissez, par vous-mêmes, ce qui vous est connaissable ou ce qui vous est connu), cette enquête aboutira, nécessairement et fort logiquement, au point de basculement. Et donc l'Absolu se révèlera à vous. Bien sûr, cela ne va pas se passer sans quelques manifestations de colère, de tristesse, de joie, de troubles (Intérieurs ou extérieurs) mais reconnaissez que ce qui se manifeste, à ce moment-là, est là aussi limité et connu.
Rappelez-vous (et rappelle-toi) qu'il n'y a pas de but, qu'il n'y a même pas de chemin. Il y a juste la Vérité, nue, sans support, sans accroche, sans autre chose que soi-même : la Vérité, inconditionnée, inconditionnante. L'Absolu (du point de vue de l'image que peut s'en donner l'ego ou le Soi) est Amour et Lumière, et Vibration. Amour, Lumière et Vibration, sont ce qui apparaît au sein de l'ego, déployant le Soi. Mais tout ceci deviendra superflu, même s'il est vécu, et devra être considéré comme tel. Même les processus les plus violents de la Conscience elle-même (comme l'éveil du Canal de l'Éther ou Kundalini), en définitive et en Ultime, ne représentent qu'un spectacle, qu'une représentation, qu'une illusion de plus. Il vous restera alors à rencontrer, à vous rencontrer, dans le non-être, dans la non-conscience, dans ce que vous pouvez nommer, du point de vue de l'ego : le néant, qui se révèlera Absolu et Ultime. Mais il n'y a aucun chemin, aucun but. Seul le Soi croit cela, seul le Soi a structuré un certain nombre d'enseignements. L'Absolu ne connaît aucun enseignement, aucun enfermement, aucune limite, et aucune possibilité de structure. Même la forme de ce corps est vécue pour ce qu'il est : une illusion éphémère et pourtant acceptée. Mais vue tel qu'elle est.
La Liberté n'a pas de prix, et n'est pas un prix. La Liberté n'est pas non plus un état. L'Absolu est la seule Liberté, au-delà d'un état, au-delà d'une étape. Examinez tout ce qui est limitant, tout ce qui est condition. Examinez tout ce qui est relation, et même communication. Examinez ce que vous nommez Amour et Lumière, du côté de la personne ou du Soi, et réfutez tout cela. L'Absolu n'y est pas. Mais l'Amour et la Lumière sont, bien sûr et bien évidemment, la traduction de l'Absolu, ici et ailleurs, mais non pas l'Amour et la Lumière vus depuis la personne, ou vus depuis le Soi, mais bien, dans l'Essence et la nature même de ce qu'Est l'Absolu. Il n'y a rien à comprendre, il n'y a rien à saisir, rien qui puisse tenir parce que, par essence, éphémère. Sortez de toute idée, de tout bagage spirituel, laissez-les où ils sont : dans le Soi ou dans la personnalité. Vous avez à Être le non être, ailleurs que dans cela. À ce moment-là, à cet instant-là, le basculement se fera, sans aucune participation de votre part. Parce que c'est le temps.

Question : j'ai conscience que le mental maintient l'ego en perfusion, et lorsque ce mental se retire, c'est le sommeil qui s'installe ou un état de semi-conscience. Le Mariage Mystique est-il facilité par cet état de sommeil ?
Oui. Dès l'instant où il te semble sombrer ou partir dans ce que tu nommes sommeil, tu n'as jamais été aussi proche de l'Absolu. Parce que le sommeil est, en quelque sorte, en limité, la disparition du monde et la disparition du conscient. Mais un sommeil où n'existerait pas de rêve. Le sommeil est donc la manifestation, au sein du limité, d'une forme proche du sans forme de l'Absolu. Tout ce qui ralentit le mental, tout ce qui ne lutte pas contre lui, mais lui fait voir sa propre fatuité, est utile. Mais ne faites pas de cela une finalité. La méditation est juste destinée à être l'observateur de votre propre mental, vous faisant prendre une forme de distance par rapport à lui. Cela, bien évidemment, ne suffit pas à l'Absolu, mais pourrait faire partie des conditions préalables à ce que l'Absolu se révèle à vous. Si le mental disparaît, sans sommeil, totalement et entièrement, alors, l'Onde de Vie naît. La peur, les doutes, qui sont inscrits dans le complexe émotionnel et mental, se manifesteront mais, du fait même de l'endormissement du mental et de la Conscience, cela pourra se vivre beaucoup plus facilement et aisément.
Il est important que les questions que vous vous posez, ou que vous m'avez posées, aient une réponse. Non pas, encore une fois, pour satisfaire un quelconque ego, mais bien pour vous rendre à la lucidité, et à la stupidité, de vous-mêmes. Car il n'y a rien de plus stupide que quelque chose, ou une conscience, qui se croit aboutie au sein du limité. La conscience a besoin de limites. La Conscience même dite Illimitée, non séparative, de la Réalisation, connaît sa propre limite par sa propre disparition et sa propre inscription dans le corps. L'Absolu vous désinscrit du corps, et vous inscrit dans n'importe quelle réalité. Vous n'êtes plus tributaire d'une quelconque forme. Vous n'êtes plus assimilés, et assimilables, à une personne, ou à un Soi. Qu'y a-t-il de mieux, pour se le représenter, que l'état d'endormissement ou de sommeil ? Le sommeil (qui est représenté, par l'ego, comme l'ignorance) est, pour l'Absolu, l'approche de la vraie Connaissance, qui met fin à l'ignorance. Ces mots que j'emploie peuvent, pour le moment, se présenter sans sens, sans logique, mais ils impriment, en vous, leur absolue Vérité, et l'Ultime.

Question : j'ai toujours beaucoup de questions en moi, aujourd'hui, il ne m'en vient aucune, et pourtant, je suis sûre que j'ai toujours attendu ce moment. Est-ce la peur ? Pouvez-vous m'aider ?
En quoi aurais-tu besoin d'une quelconque aide ? Il n'existe nul sauveur et nulle aide. L'Absolu peut apparaître (en quelque sorte, réapparaître, puisqu'il n'a jamais disparu) dès l'instant où cesse toute question, toute activité. Si vous étiez capables d'arrêter l'ego (si tant est que je puisse employer cette expression) pendant dix secondes, l'Absolu serait là. Ce qui sous-entend, bien évidemment, que jamais vous n'avez pu arrêter l'ego. Vous pouvez le transformer, et vivre le Soi. Le Soi qui peut représenter, en quelque sorte, un achèvement de l'ego, mais qui, comme je l'ai dit dans mon préambule, ne vous permettra jamais d'être Absolu. L'Abandon du Soi lui-même est l'ultime possibilité, et l'unique possibilité. Dans l'Abandon du Soi lui-même, il y a le basculement, il y a l'Absolu qui vous trouve. Il faut donc passer du « je suis » , ou du Soi, au non « je suis » et au non Soi.
S'il n'y a pas de question, c'est qu'il reste en toi l'unique question : ai-je peur ? L'absence de question, bien sûr, au sein de l'ego et de la personne, n'est pas la fin du questionnement, mais bien plus, la difficulté de se poser l'ultime question, qui est celle de sa propre disparition, en tant qu'ego ou en tant que Soi. Et cela se réalise tout seul, rejoignant la Crucifixion et la Résurrection. Il faut, là aussi, acquiescer, de la même façon que, quand la forme prend fin, et que cela est annoncé, il vous faut aussi passer par certaines étapes. Il n'y a que lors de l'ultime étape, qui est l'acceptation, qu'il y a, réellement, capitulation et reddition de l'ego et du Soi. Et c'est à ce moment-là que la Liberté apparaît, et que la Libération réapparaît. Il n'y a pas d'autre alternative, il n'y a pas d'autre possibilité que cela. Réaliser l'Absolu est, donc, au-delà de toute Réalisation, au-delà de toute conscientisation. C'est donc transcender, de l'éphémère à l'Éternel, de la forme au sans forme, du limité à l'Illimité. Ce n'est pas simplement une révolution, ce n'est pas seulement une transformation, ce n'est pas, non plus, une finalité, mais l'Ultime. L'Ultime ne se révèle que quand tout le reste, tout ce qui est connu, tout ce qui vous est connu, en tant qu'expérience, en tant que, même, connaissance ou croyance, se résout de lui-même, dans ce que l'ego appelle le néant. Ce quelque chose ne peut être cherché, parce que dès qu'il est cherché, il fuit. Il ne peut être que trouvé dans l'évidence d'une non recherche, mettant fin à la quête, absurde, de ce qui Est, au-delà de toute projection, de toute conscience, de tout monde, de toute histoire. Il y a, pour ce qui est conscient, la possibilité de vivre cela comme un gouffre, sans fin, ce qui a été nommé le moment où l'Onde de Vie vient mettre fin aux doutes et aux peurs, inscrits dans ce qui est nommé chakras. Mais ce n'est pas vous qui le réalisez, ce n'est pas vous qui œuvrez : c'est l'Onde de Vie qui œuvre, témoin de l'Absolu et marqueur de l'Absolu. C'est dès l'instant où vous acceptez de ne plus contrôler, de ne plus maîtriser, de ne plus diriger, que l'Onde de Vie et l'Absolu prennent, en quelque sorte, le contrôle, la direction, de la Vie. Vous ne pouvez faire autrement. Vous ne pouvez prétendre connaître quoi que ce soit de cela. Il y a, à travers cela, une invitation à le vivre. Cette invitation à la transcendance est, très exactement, ce qui se produit en vous. Il est nécessaire de bannir de votre vocabulaire, comme de toute action, la culpabilité, les limites, les conditions, et bien sûr, les questions. Et c'est là où je veux en venir, pour toi : « heureux, les simples d'esprit », car l'absence de questions conduit à cela.

Question : Pourquoi je n'ai aucune question à poser ?
Alors, écoute ton propre silence et dans l'espace de ce silence, où n'est nulle question et nulle réponse, s'établit la résonance de ce qui est nommé « de cœur à cœur », bien au-delà de la localisation de ton cœur et de mon cœur, qui est le cœur en tant que Centre : espace et temps où s'établit la Vérité, au-delà de l'ego et de la personne, au-delà du Soi. Espace de Silence où n'existent nulle revendication et nulle justification. Dans ce moment, peut arriver ce qui doit arriver. Maintenant ou après, dans la perspective temporelle de l'ego, s'inscrit, en ton cœur et en mon Centre, le Silence, l'absence de question et l'embrasement de tes sens te conduisant à ton essence et à ta nature.Silence. La question peut être considérée comme absence de Silence. Toute question, comme toute réponse, dans nos entretiens que je nommerais (si vous le voulez bien) entre tien et mien. Parce qu'il n'y a rien, entre, nulle distance, il n'y a rien qui ne tienne. Les questions, comme les réponses, entretiennent un espace. Cet espace, en lui-même, n'est rien, mais il est aussi Ondes qui, au-delà de ce monde, sont un signal. Le Silence est, en quelque sorte, le signal de la résolution. Il est préparation, comme le sommeil, dès l'instant où il n'est comblé par rien d'autre, ni désir, ni projection. Alors oui, il est préparation, lui aussi.

Question : On a quand même une personnalité, donc on est quand même sujet à la maladie, à la tristesse. Dans ce cas là, peut-on se programmer et rentrer dans l'Absolu, ou ceci n'est-il pas possible ?
Qui est sujet ? La personne. Tant qu'il y a considération, de cette façon, en la croyance en une maladie, qui est malade ? L'Absolu ne connaît rien de tout cela. Tant que la conscience accorde crédit à une quelconque perturbation de la personne (nommée maladie, joie ou peine), vous considérez donc (et cette personne considère) qu'elle est inscrite dans une linéarité. Rien ne peut représenter un obstacle à l'Absolu, si ce n'est soi-même. Cette question dénote un comportement, de nature illusoire, d'adhésion à ses propres limites, à ses propres conditionnements. Comment peut-on adhérer à ses propres conditionnements, effectivement, et concevoir même que l'Absolu puisse exister ? Les propositions de cette question dénotent une volonté de comprendre l'incompréhensible, de s'approprier l'Absolu. Cela ne sera jamais, jamais, réalisable. Tant qu'il n'y a pas reddition, tant que l'ego veut comprendre, tant que l'ego croit qu'il est malade, qu'il existe une naissance, qu'il existe une mort, il s'inscrit lui-même, de manière formelle et forte, dans ses propres limites, dans ses propres conditionnements et dans sa propre stupidité. On ne peut pas envisager une réalité quelconque à la naissance et à la mort. On ne peut pas envisager une quelconque densité à la maladie et à la souffrance, si ce n'est en se plaçant soi-même au sein de ses propres limites et en les renforçant soi-même, c'est à dire en fermant la porte à double tour. Il n'y a aucune place pour l'Absolu, dans cela. La prison est fermée. Croire que ce qui est éphémère, comme une personne (dans ses joies comme dans ses peines, dans la maladie comme dans la mort), va pouvoir s'affranchir de cela, est la stupidité la plus totale. Seul l'ego est stupide. Vouloir résoudre, vouloir sortir de prison en restant en prison, est vraiment illogique. Vous n'êtes ni cette prison, ni ce corps, ni cette maladie, ni cette naissance, ni cette mort. Tant que vous posez cette équation, vous tournez en rond et vous n'en sortirez jamais. Voulez-vous, d'ailleurs, en sortir ? Là est la question. Assurément non. Quoi que vous disiez, quoi que vous déclamiez, quoi que vous revendiquiez, vous vous inscrivez, à travers cette question, dans l'ego et dans la persistance de l'ego, ce qui est tout aussi illusoire puisque l'ego n'a aucune persistance. Mais il n'est pas à un paradoxe près.
L'Absolu n'est en aucun cas une réflexion, n'est en aucun cas une compréhension, par l'ego ou par le soi. L'Absolu Est. Vous ne pouvez avoir une quelconque prétention à l'Absolu parce qu'il Est. Mais tant que vous ne faites pas taire l'ego (sans le contraindre mais simplement en le réfutant), vous n'êtes pas dans la logique de la Vie mais vous êtes dans la logique de la négation de la Vie. Vous êtes présents au sein d'une illusion appelée le corps, vous êtes présents au sein d'une succession de vies que vous appelez réincarnation. Vous y êtes depuis des temps immémoriaux. En êtes-vous jamais sortis ? Voulez-vous en sortir ? Réfléchissez : où est la logique ? Vous voulez vous saisir de l'Insaisissable. Vous voulez vous approprier ce que vous Êtes. Cela est absurde, totalement absurde. Vous donnez du poids et de la densité à votre propre éphémère en revendiquant l'Éternité. Cela ne peut fonctionner de cette façon. Que recherchez-vous ? Il n'y a rien à rechercher. Que poursuivez-vous ? Il n'y a rien à poursuivre, ni à suivre. Arrêtez, arrêtez-vous, posez-vous et déposez. Le miracle de la vie est là. Indépendamment de vous, et heureusement. Au delà de toute histoire et de toute condition. L'ego représente un ensemble de revendications et veut poser ses conditions. Ce qui est impossible.

Question : J'ai extrêmement peur de la notion de néant et l'idée de disparaître me terrorise. Comment puis-je me débarrasser de cette peur, car en même temps je suis très attirée par la notion d'Absolu, mais c'est encore très intellectuel. Comment me défaire de ce rejet de ce que je Suis vraiment ?
Il n'y a rien à rejeter. Il y a une incompréhension. Réfuter n'est rien rejeter, mais justement tout accepter. Il y a une incompréhension intellectuelle et mentale, totale. L'ego joue à ne pas comprendre, parce qu'il veut s'emparer de cette notion de néant. Il n'y a rien qui disparaît. Il y a bien plutôt ce qui apparaît. Seul l'ego croit à cela. Cette peur est sécrétée et tu donnes poids à cette peur. Tu te complais donc, en quelque sorte, dans ton propre jeu, revendiquant la séduction de l'Absolu, mais entretenant, par là même, ton déni de l'Absolu. Dis-toi bien que tu disparaitras un jour, que tu le veuilles ou non. Tu es faillible et tu es éphémère. Si tu te places dans l'ego, il ne peut apparaître que la peur. L'ego, qui se croit infaillible et immortel, est faillible et mortel. N'est-ce pas risible et à la fois pathétique ? Il n'y a rien de permanent dans ce que tu crois : il n'y a que de l'éphémère, il n'y a que de l'illogisme. Et tu voudrais t'appuyer sur cela pour dépasser quelque chose ? C'est strictement impossible. Meurs à toi-même. Considère ton aspect éphémère, accepte-le, en totalité. Accepter la condition éphémère de l'ego est la seule façon d'y arriver. L'Unité, et a fortiori l'Absolu et Ultime, ne peuvent exister tant que l'ego joue à ce genre de jeu. Car tu n'existes pas avant ta naissance et tu n'existes pas après ta mort. Comment peux-tu même penser qu'au sein de cela tu peux envisager de vivre l'Absolu puisque tu t'inscris toi-même dans ta propre disparition et dans ta propre peur de disparaître ? Alors que j'ai bien parlé d'apparition et non de disparition. L'ego inverse et retourne tout. Là est son problème. Mais tu ne peux lutter contre ça : tu ne peux qu'en rire. C'est-à-dire mettre une distance et non pas un rejet, parce que cela est et fait partie de ce que tu vis. Mais ce n'est pas la vie. Accepter cela, c'est déjà rire de soi et rire de son ego. Ne pas lui donner plus de poids qu'il n'en a, ne pas lui accorder de crédit et surtout ne pas le croire. Surtout quand il t'affirme que tu vas trouver ou que tu es attiré par l'Absolu. On ne peut être attiré par ce que l'on Est : ce n'est que l'ego qui fait croire ça. Il convient donc de changer de regard, de changer de stratégie et de ne pas croire tout ce que te dis ton ego, parce qu'il fera tout ce qui est en ses moyens (et il sait qu'il a toute la puissance pour le faire) pour t'éloigner de ce que tu Es. Il ne te sera d'aucun recours, ni d'aucune utilité, pour l'Absolu. Tu ne peux donc envisager, d'aucune manière, trouver une quelconque solution, tant que tu restes là où tu es. Il n'y a que toi qui peux accepter et agréer à la stupidité de ton ego, sans pour autant le rejeter. Le voir, le montrer, n'est pas le rejeter. Simplement le comprendre, et peut-être l'apprivoiser et surtout pas le contraindre, parce qu'il te re-proposera toujours la peur de l'Absolu, considéré, pour lui, comme néant.

Question : Pourquoi être Tout et Rien est-il si difficile et si facile à la fois ?
Si cela est le cas, réellement, dans ton vécu, alors ne me pose pas la question et ne te la pose pas. Parce que si cette question émerge, si cela est à la fois aussi simple et si cela n'est pas seulement une affirmation mentale, alors il n'y aurait pas cette question. Donc cette question ne fait que traduire le jeu de ton propre mental entre le Tout et le Rien. Tu peux discourir de l'Absolu jusqu'à plus soif, tu pourrais écrire une encyclopédie, ce n'est pas pour autant que tu le vivrais parce que tu ne peux rendre témoignage mental de l'Absolu. Tu ne peux qu'en décrire les effets, les symptômes, si tu préfères, qu'il procure au sein de cette forme. Tous ceux qui ont vécu l'Absolu ont employé le même langage : le langage de l'Amour, de la Liberté, le langage de l'Onde de Vie. Poser la question du Tout et du Rien qui est si simple et si difficile, n'est qu'une forme d'acceptation ou d'acception mentale d'une interrogation qui reste à ce niveau-là. Cela est simple, mais cela devient extrêmement compliqué dès que le mental s'en mêle, parce qu'il s'emmêlera nécessairement dans ses propres raisonnements et ne pourra jamais en sortir parce que l'Absolu n'est aucun raisonnement, il est juste logique et simple. Il est logique et simple que ce qui te permet même de t'exprimer est bien ce corps, cette langue, cette bouche. A-t-elle une quelconque existence au delà de la naissance et de ta mort ? Réfléchis à cela. Est-ce que tu pourrais poser cette question en étant morte ? Quelle question pourrait émerger du sommeil ou de la mort ? Le Tout et le Rien restent un concept mental qui sont les deux extrémités de ta propre limite. Le Tout n'est pas l'Absolu, sans ça, il s'appellerait le Tout. Tu assimiles, de façon hasardeuse, le Tout et le Rien, à l'Absolu, parce que cela agrée à ton mental qui se fournit ainsi un alibi et un prétexte d'interrogation au niveau mental. Mais tant que tu restes dans cette limite du Tout et du Rien, c'est comme si tu restais dans la limite du bien et du mal. Cette équation est insoluble dans le monde de l'action et de la réaction. Tu ne peux résoudre cette équation au niveau où tu es située. Le bien et le mal, le Tout et le Rien, peuvent être exprimés à travers des notions philosophiques, morales ou autres, mais elles restent à l'intérieur du cadre. La personnalité ne peut connaître que la personnalité. Elle peut en décrire tous les rouages, tous les mécanismes mais connaître les mécanismes et les rouages ne permettra jamais de t'échapper du mécanisme et du rouage. Réfléchis à cela. L'intitulé même de ta question renforce tes propres limites et tes propres freins. Tu te places, en quelque sorte et en définitive, dans une limite que j'appellerais mentale, inscrite dans sa logique de bien et de mal, de Tout et de Rien. Ce mental là espère maîtriser, contrôler, réduire, en quelque sorte, l'Absolu, à sa propre portée. Mais encore une fois, ce n'est pas ton mental qui va trouver l'Absolu, c'est l'Absolu qui va dissoudre ton mental, dès l'instant où tu accepteras de capituler, c'est-à-dire de perdre la tête. Celui qui a peur de la folie ne fait que refléter sa propre folie. Celui qui a peur du vide ne fait que refléter son propre vide. C'est une affaire de projection, ou si tu préfères, de fantasme, qui n'a de réalité qu'au sein de la personnalité, qui vient renforcer la personnalité. Et c'est sans fin. Réfléchis à cela.

Question : Il m'arrive encore d'être déstabilisée après avoir été spontanée ou dans la simplicité, en constatant que la personne ne m'a pas comprise ou a compris exactement l'inverse de ce que je pensais avoir exprimé. Je perds alors tous mes moyens, je suis de moins en moins clair dans mes explications, prise par la peur de passer pour incrédible. Je continue malgré tout à me laisser aller à la spontanéité et à la simplicité et depuis quelques temps, je fais en sorte de ne plus me justifier sur le moment, mais après. Comment trouver ce qui ne va pas dans ma façon d'être spontanée ?
Qui a besoin d'être justifié, à l'extérieur de soi ? Qui veut être compris tel qu'il s'est exprimé ? Tu es responsable de ce que tu exprimes, mais tu n'es aucunement responsable de ce qui est compris. Tant que tu attaches une importance à ce qui est compris, tu es dans une projection et donc dans un besoin d'approbation ou un besoin de récompense. Qu'est-ce qui, en toi, a besoin de récompense, d'approbation et de reconnaissance ? Qu'est-ce qui, en toi, est blessé par l'absence de reconnaissance, si ce n'est l'ego ? L'ego qui a besoin d'être reconnu comme valide. Mais est-ce qu'un ego peut valider un autre ego, qu'il l'ait compris ou pas ? Tant que tu te mireras dans le regard de l'autre, au travers d'une compréhension (l'autre n'est qu'un ego comme toi), aucun ego ne peut te rassurer, le tien comme celui d'un autre. Cette équation là ne peut être résolue, parce que l'ego sera toujours insatisfait. Là aussi, il te fait croire que tu peux arriver à une perfection. C'est impossible. Et quand bien même il y aurait le sentiment d'une perfection, cette perfection là ne te ferait aucunement sortir de ton propre ego. Cela le renforcerait parce qu'à ce moment là il y aurait reconnaissance, il y aurait récompense et il y aurait éloignement de l'Absolu. Donc le comment faire pour arriver à cela n'est certainement pas un conseil que je pourrais te donner. Mais bien, si je peux te donner un conseil, c'est : ne t'attache plus à cela. Parce que tu t'enfermes toi-même dans une relation et cette relation est une relation de distance. Il y a, à travers ce que tu poses, le besoin de reconnaissance, mais au-delà, le besoin d'être reconnue, et encore au-delà, le besoin d'empathie, qui ne sera jamais la fusion de l'Absolu, et encore moins l'Union Mystique. Tant que tu n'auras pas rejeté (et là je parle de rejet et non pas de réfutation) ce mécanisme de fonctionnement, ni le Soi, ni l'Absolu, ne pourront apparaître. Tu envisages la perfection au sein du connu. Aucun connu ne peut être parfait parce qu'il est éphémère. Et la perfection ne peut appartenir aucunement à un éphémère. Il peut donner un sentiment, le sentiment de quelque chose qui a été accompli parfaitement, comme dans une relation, comme le fait d'être compris dans ce qui a été exprimé. Je te répète : tu es responsable de ce que tu exprimes, mais tu n'es pas responsable de ce qui est compris. Ainsi, tu crées toi-même les propres circonstances de ta propre blessure et au lieu de fermer la plaie, tu la rouvres à chaque fois. Je précise toutefois que l'Absolu n'a que faire de ce jeu. Mais tant que tu joues à cela, à travers ce besoin de reconnaissance, ce besoin d'être reconnue, tu te places inlassablement sous la sphère de l'ego parce que l'Absolu n'a pas besoin d'être reconnu. À toi de savoir quel jeu et quelle partition tu entends jouer. Mais tu ne peux prétendre aux deux partitions.
Il ne peut exister aucun Absolu dans une relation verbale, dans une relation affective. Par contre, celui qui est Absolu peut envisager d'établir une relation Absolue, mais qui ne sera plus une communication, ni un affectif. Mais entre ces deux consciences alors s'établira, là aussi, une transcendance qui s'établit de cœur à cœur, de tête à tête, de petit bassin à petit bassin, de jambe à jambe, de corps à corps, jusqu'au point où l'autre devient soi. Ce n'est plus une relation, ce n'est plus une communication, c'est une Union Mystique qui ne s'accorde avec aucun jugement, avec aucun besoin de reconnaissance, ou d'être reconnu et surtout avec aucun besoin de justification. Il est donc urgent de saisir qu'il n'y a rien à prouver à l'extérieur de soi, de la même façon qu'il n'y a rien à trouver en soi, comme à l'extérieur de soi. Que toute recherche de preuves ou d'acquiescement n'est (comme je te l'ai dit) que le reflet de tes propres peurs d'être toi-même, indépendamment du regard de l'autre, indépendamment de la compréhension de l'autre. Il existe donc une forme de dépendance à l'autre. Parce que tu espères te trouver dans le regard de l'autre, ou dans l'assentiment de l'autre, ce qui est strictement impossible et t'éloigne de toi-même. Il n'y a donc rien à vouloir résoudre dans cette question que tu poses. Il y a juste à voir clair dans ce que tu poses, et ce qu'il y a donc à déposer, pour être Libre et envisager la Liberté.

Nous n'avons plus de questionnement nous vous remercions.
Je vous remercie donc pour nos entre tien et mien. Certainement à très bientôt, selon la formule consacrée.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les
diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source :
www.autresdimensions.com.


B
IDI

8 avril 2012 - 1

Et bien, Bidi est en votre compagnie. Nous allons nous tenir compagnie et nous allons échanger. Vous avez eu l'occasion de lire ce que je me propose de vous apporter. Je vous redemande instamment d'écouter et d'entendre. Ma compagnie n'est pas un dialogue ni un jeu mental mais bien une occasion, pour vous, de laisser, en quelque sorte, Être au-delà de votre Soi, au-delà de votre présence. Cet espace, ce temps, vous concerne tous. Au travers d'une question qui vous est personnelle, d'autres peuvent être en résonnance, en affinité et donc trouver, derrière les mots que je vais employer, un point particulier sur lequel s'appuyer. Ce qui vous intéressera, dans cette suite d'entretiens, est directement relié, au-delà du nom que je vous ai donné, à l'action de la Lumière, à l'action de l'Absolu. Ma Présence n'est pas une présence mais bien plus que cela parce qu'elle est aussi vous-mêmes. Nous avons tout votre temps pour cheminer dans la vie. Soyez neutres. Soyez paisibles. La neutralité et votre paix sont les conditions (indispensables, suffisantes et nécessaires) pour installer, si l'on peut dire, ce qui doit être installé, en vous et au-delà de vous, au-delà même de cet espace et de ce temps. S'il n'existe pas de questions préalables et techniques, nous allons donc pouvoir commencer.

Question : comment être libérée de la peur et avoir confiance ?
La peur, comme la confiance, dépendent uniquement de l'ego. La confiance ne permettra jamais, au même titre que la peur, de traverser. Il faut reconsidérer la peur et la confiance parce que l'une comme l'autre ne sont que les deux extrémités d'une barrière infranchissable, située, comme toujours, dans l'ego et la personne : parce qu'aucune confiance comme aucune peur ne peut permettre de transcender une limite. Il faut donc que tu acceptes de déposer tes peurs, comme tu déposerais ta confiance. Il y a donc une invitation à te positionner au-delà de la peur car si tu te situes dans l'instant, paisible, sans question, la peur ne peut apparaître. La peur est synonyme d'inconnu, pour la personne. La peur représente, en quelque sorte, l'élément de résistance, le cadre même où s'inscrit toute personne, tout ego, tout individu. La peur traverse. En tant qu'émotion, en tant que pensée, elle ne fait que résulter, en définitive, de ton propre passé. Réfléchis : il n'y a aucun substrat, aucune cause, dans l'instant présent, à la peur. De même qu'il n'y a aucune raison et aucune logique à établir une quelconque confiance, dès l'instant où tu es là, et non pas dans un instant d'avant et encore moins dans un instant d'après. Rester tranquille, c'est cela. Ce n'est ni se poser la question des peurs, ni se poser la question de la confiance. C'est s'installer dans l'éternité parce que la peur comme la confiance s'inscrivent, de manière définitive, dans ce qui est linéaire. L'Absolu ne connaît pas le linéaire. Il est justement transcendance totale de l'espace temps (tel qu'il est connu).
La peur est une limite. Tu ne peux franchir la limite en te considérant inscrite au sein d'une limite. Dès l'instant où ton attention va être attirée par tes propres peurs, tu vas, en quelque sorte, les cristalliser, les densifier, les rendre vivantes, dans l'instant, dans le présent. Dès l'instant où tu es en paix et paisible, aucune peur ne peut surgir. Et quand bien même cette peur surgirait, le fait même d'être en paix t'apporterait, immanquablement et presque immédiatement, la logique que cette peur n'a aucune consistance, aucune vérité mais qu'elle n'est qu'un signal venant de ce qui est mort (dans ce que tu as vécu ou dans ce que tu as redouté) mais ne peut aucunement être présent dans l'instant que tu vis. La dualité consistant dans une extrémité ou dans l'autre, en ce qui te concerne, la peur devant être remplacée par la confiance, t'inscrit dans la limite de la peur et de la confiance. Vouloir remplacer la peur par la confiance t'installe dans ta propre dualité et donc renforce ta propre personne. Quand j'emploie le mot paix, l'autre extrémité est la guerre. La méditation comme l'attention sont des états qui s'approchent de la paix. Bien évidemment, la guerre serait l'activité incessante du mental venant troubler ta paix. Si tu écoutes et es attentive, non pas à ce que te dit ce qui est mort, non pas dans une projection voulant supprimer cette peur mais bien dans l'acceptation, la compréhension et la logique que tu n'es aucune de tes peurs et qu'il n'y a à appliquer là-dessus, aucune confiance. Simplement, te déplacer dans ta paix. Simplement, ne plus être ce qui émerge de ce qui est passé, ce qui émerge de ce qui est mort, et encore moins ce qui émerge de ce qui ne peut être né (et donc ne peut être présent).
À partir de là, tu poseras en toi le fondement même de l'entente et de l'écoute. Non pas de ce que tu crois être, non pas d'un quelconque passé, non pas d'un quelconque devenir, mais bien dans la vérité de l'instant que tu vis, le seul qui soit capable de te faire franchir tes propres limites et donc d'être illimitée. Rappelle-toi que l'illimité a toujours été là, toujours présent, toujours inscrit au-delà de la conscience. Seuls les freins et les résistances issus de ce que tu n'es pas (et auxquels tu as donné poids, auxquels tu as accordé du crédit) t'empêchent de le vivre. Tu n'es donc pas tes peurs car comment ce qui n'est pas une personne pourrait porter une quelconque peur ? Comment pourrait-il exister, au sein de ce qui n'existe pas (c'est-à-dire cette personne), un quelconque demain ? La prévoyance, l'anticipation et la peur ne résulteront toujours que de l'activité du mental et seulement du mental. Or ce mental prend naissance avec ta venue en ce monde lors de ta construction au sein de l'illusion et est un élément, un attribut, absolument réel, dans la dualité. Il te permet d'adapter ce qui a été vécu à ce que se vit et à ce qui sera à vivre. Mais tu n'es ni ce qui a vécu, ni ce qui se vit, ni ce qui est à vivre.
Tu es la vie. Il y a donc, en toi, à voir (sans s'attacher) les peurs comme ce qui n'est pas la vie mais bien ce que tu as cru de ta vie. La peur est un poids mort qui résulte de la terreur même de l'ego et de la personne, de ses propres limites inscrites entre la naissance et la mort. Tu n'es ni ce qui est né, ni ce qui va mourir (contrairement à ce que veut te faire croire ton mental et tu n'es pas ton mental). Le crédit que tu apportes à ta personne se traduit par un crédit plus ou moins grand que tu donnes à ta propre histoire, qui est morte et qui t'éloigne de l'expérience de l'Absolu. Comprends bien qu'il ne s'agit pas de rejeter, comme un acte de déni, ce que tu as traversé dans ton histoire. Mais ton histoire ne sera jamais ce que tu es dans le Soi et encore moins l'Absolu. Change de regard. Je ne parle pas du regard des yeux, je ne parle pas du regard des émotions de ton propre passé. Mais change de regard sur toi, là, dans ce présent car tu n'es rien de cette histoire, rien de cet avenir et rien de cette confiance que tu voudrais acquérir parce qu'il n'y a rien à acquérir qui ne soit déjà. Il n'y a rien qui soit à combattre car tout ce qui résiste se renforce. Considère tout ceci comme n'ayant aucune existence propre car tu n'es ni cette histoire, ni cette confiance, ni même cette personne, ni même l'espoir car tout est déjà là, dans la paix au-delà de toute confiance, dans l'instant de ta question et de la réponse.

Question : Le plus souvent le mental me détourne vers des pensées pour combattre l'injustice ou voir le côté négatif des évènements. Parfois j'ai l'impression que rien ne bouge même si le ressenti Vibratoire est certain. Comment transcender ces processus ou ces résistances ?
Le jugement est inscrit dans le mental. Le mental est fait pour discriminer, pour peser et soupeser le bien et le mal. Il est fait pour agir dans ce monde. Tant que tu te considéreras comme dans ce monde (et non pas seulement sur ce monde), ton mental sera partie prenante de tes expériences. La culture, l'éducation, l'enseignement, ont toujours été échafaudés autour de cette dualité. La morale elle-même, l'affectif lui-même, et l'ensemble des lois observables et utilisables dans ce monde, ne viennent que de là. Il y a une part de toi qui est la totalité mais que ton ego ne peut reconnaître. Cette part de toi qui t'es inconnue, nommée Absolu ou Ultime, ne peut t'apparaître (car elle est déjà là) si l'aspect discursif de ton mental est présent. Il est, en quelque sorte, celui qui voile, de manière opaque, la vérité, la vérité au-delà de l'aspect discursif. Cela tient, en toi, à un besoin de sécurité, à un besoin d'être rassuré mais qui dicte cela si ce n'est l'ego ou la personne ? Il n'y a pas à travailler, à proprement parler, sur la cause ou le pourquoi de ce besoin d'être rassuré parce que ce que tu Es est bien au-delà du fait d'être rassuré ou de comprendre. La connaissance n'est, en définitive, qu'une ignorance de ce que tu Es.
Accepte d'être ignorant, accepte de ne pas avoir besoin d'être rassuré ni de comprendre et là, tu passeras immanquablement de l'ignorance à la connaissance réelle qui n'a besoin d'aucun aspect discursif, qui n'a aucun besoin d'être rassurée ni même comprise. Le regard, celui des yeux, t'emmène toujours à cette volonté de comprendre et met donc en action le mental et donc le jugement. En définitive, si tu vois clairement, aucun jugement ne pourra t'apporter la paix car tout jugement appelle immanquablement un autre jugement : tout regard porté, discriminant, appelle à la poursuite de ce qui est discriminant et donc dualitaire. Accepte de regarder cela, non pas de trouver une origine ou une compensation car ni l'origine, ni la compensation ne te donneront à transcender, ni même à dépasser, ce principe. Le mental doit servir à vivre et à agir dans les activités normales de ce monde. Mais dès l'instant où il ne s'agit plus de ce monde mais de l'Absolu que tu Es, il ne t'est plus d'aucun secours, d'aucun recours, d'aucune utilité. La difficulté réside, apparemment, de passer de l'un à l'autre. Il te faut alors considérer et reconsidérer que, dans la vie ordinaire, le mental agit de lui-même par rapport à tes expériences passées, à ton histoire. Alors, là aussi, on peut dire que ton propre mental agit de lui-même, aussi dans ses actes quotidiens. Il n'a pas besoin, à proprement parler, de toi. Laisse-le agir, laisse-le, en quelque sorte, s'exprimer dans les moments ordinaires.
Ainsi si tu lui lâches la bride, si tu te contentes de l'observer et de le laisser œuvrer, il te sera beaucoup plus facile, dans les moments Unitaires, de ne pas le laisser interférer avec ce que tu Es. Sers-toi donc de cet aspect discursif, comparatif et habituel, du mental en l'observant dans les moments ordinaires de la vie et non pas, bien sûr, en voulant le chasser dans les moments Intérieurs car tu ne pourras jamais le chasser. Tu ne peux que, simplement et facilement, prendre conscience de son activité (qui n'est pas la tienne, là non plus) dans les moments les plus ordinaires de la vie. Parce que ces moments ordinaires ne concernent effectivement que le mental et n'ont absolument pas besoin de toi pour être efficaces et efficients. Adopte cela, vérifies-en la véracité et surtout l'efficacité et tu verras alors très rapidement que, dans les moments Intérieurs ou définis comme tels, la pensée et le jugement ne peuvent altérer, en aucune manière et en aucune façon, ce à quoi tu accèdes dans ton expérience, à ce moment là. Là aussi tu ne peux t'opposer sans renforcer (et surtout dans ces moments dits Intérieurs) ton propre mental. Il est ce qu'il est. Ton histoire est ce qu'elle est. Mais tu n'Es ni l'un ni l'autre.
En résumé, laisse le mental à ce qu'il est, à ses fonctions, à ses utilités, regarde-le, dans ces moments là : il te sera alors extrêmement facile de le voir agir et donc de saisir, au sein de ces moments ordinaires que tu n'es pas, ce qui agit. Mais si tu fais à l'inverse (c'est-à-dire attendre les moments dits Intérieurs pour t'opposer frontalement à ton propre mental), tu perdras toujours la bataille parce que c'est une bataille et la paix ne peut s'accommoder d'aucune bataille. Place-toi ainsi et tu constateras alors que le mental reste à sa place et dans ses fonctions.

Question : Qu'est-ce que la partie de moi que je ne connais pas a à me dire, dans l'instant présent, pour m'aider à aller vers cet Absolu ?
Comprends qu'il n'y a pas à aller vers. Parce que, dès l'instant où tu demandes à aller vers, tu mets déjà une distance qui n'existe pas. Cette partie que tu ne connais pas n'a rien à te dire dans ce que tu connais sinon elle ne te serait pas inconnue, sinon tu serais Absolue. Il faut donc accepter que ce qui t'es inconnu n'a strictement rien à te dire dans ton connu. Et qu'il ne peut t'apparaître, se dévoiler, non pas comme quelque chose où il faut aller, non pas comme un effort, mais bien dès l'instant où tu fais taire tout ce que tu connais. Élimine tout ce que tu connais. Réfute tout ce qui est éphémère. Et, en premier lieu, qu'est ce qui est éphémère ? Ta propre vie, le passé quel qu'il soit, tes émotions quelles qu'elles soient parce qu'elles s'inscrivent systématiquement dans la loi de la dualité (action / réaction, sans fin), sans pour autant être éternelles puisque, par définition, ces émotions changent en fonction de ce qui t'es donné à vivre, à voir et à sentir. Ce qui t'es inconnu ne peut être ni vécu, ni senti, au sein de ton connu. Il n'y a donc pas de possibilité de faire rentrer l'inconnu au sein du connu. Il te faut donc sortir de ton connu, non pas comme un rejet, non pas comme un déni, mais simplement en acceptant que tu n'es strictement rien de ce que tu connais. La vraie connaissance est indépendante du connu.
Ce que l'ego interprète comme connaissance est une escroquerie parce que cela n'est jamais durable, parce que cela est le plus souvent issu de croyances, véhiculées par d'autres histoires et d'autres expériences qui n'ont strictement rien à voir avec toi et auxquelles pourtant tu as accordé du crédit. Ce n'est pas parce que Bouddha a existé que tu vis Bouddha. Tu auras beau tout lire, tu auras beau tout comprendre, tout assimiler, tu ne peux reproduire quoique ce soit parce que cela est issu de croyances. Il te faut donc, réellement et objectivement, tuer toutes tes croyances parce que tu n'es pas ces croyances. Tu ne peux donc, en aucune manière, aller vers l'inconnu avec une quelconque croyance, avec une quelconque connaissance, avec une quelconque histoire. Et cela ne peut effectivement pas se produire parce qu'il n'y a nulle part où aller, il n'y a pas de déplacement. Tant que tu crois chercher l'Absolu, il ne te trouvera jamais, parce qu'il a toujours été là. Et donc croire que tu vas aller quelque part est une escroquerie de ton propre mental. Même le Soi n'est pas toi, dans l'Absolu. Du point de vue de l'Absolu, l'ego, la personne, ce monde lui-même, son histoire elle-même, n'existent pas. Là aussi, c'est une supercherie, une simple projection, une Illusion, un jeu stupide et stérile. Il n'y a pas d'évolution : seul l'ego le croit, seul le Soi peut l'envisager. L'Absolu ne se pose pas ce genre de question. Il est impossible qu'il y ait une quelconque évolution. Il peut y avoir, certes, des transformations. Il peut y avoir, certes, des améliorations. Et l'ego s'en délecte. Parce qu'il était mal la veille, il est mieux le lendemain, parce qu'il a compris la cause et l'origine d'une souffrance, la cause et l'origine d'une maladie, la cause et l'origine d'un déséquilibre, il donne donc l'impression d'avancer. Il donne donc l'impression de s'améliorer mais c'est un piège parce qu'à aucun moment il ne te permettra de sortir de ce à quoi il te fait croire. C'est impossible. L'Inconnu, l'Ultime, n'est rien de connu, n'est aucun temps, aucun espace. De ton point de vue, cela est le néant. Mais du point de vue de l'Absolu, le néant c'est toi et rien d'autre. Quand tu fermes les yeux, le monde disparaît. Quand tu dors, le monde dans lequel tu vis disparaît aussi. Seule la croyance, par expérience, de croire que tu vas te réveiller le lendemain fait que tu t'endors sans inquiétude. Et pourtant qui peut t'assurer que tu vas en sortir ? Et pourtant te poses-tu la moindre question ? Il n'y a rien à déplacer si ce n'est ton regard. Il n'y a nulle part où aller parce que tu y es déjà. Il n'y a aucun effort à fournir, bien au contraire. L'ego, la personne est un effort permanent, au travers des sens, au travers des émotions, au travers de ton histoire et de ton mental, qui agit en permanence, de manière plus ou moins forte, pour que tu ne prennes jamais conscience de sa mesure. Et que, ne prenant jamais conscience de sa mesure et de ses limites, tu demeures dans la prison et ne trouves jamais l'Absolu qui n'est pas à trouver parce que ce n'est pas toi qui le cherches mais c'est lui qui te trouve, dès l'instant où tu sors de tout connu, de toute référence et toute illusoire connaissance qui n'est qu'une escroquerie.

Question : Comment vivre davantage dans la joie et la simplicité ?
La joie et la simplicité font partie de ton Essence et de ta nature. Là non plus il n'y a pas à la cultiver parce que cette joie est présente. Seule la distance que tu mets, et l'ignorance que tu y mets, peuvent représenter ce qui est vécu comme une absence de joie. Il n'y a rien de plus simple que l'Absolu. Ce qui est compliqué est le mental et l'ego parce qu'ils bâtissent, en permanence, des stratégies, ils bâtissent, en permanence, des conduites, des règles à observer, des cadres et des limites (quels que soient ces cadres et ces limites). Ils essayent de se construire une simplicité, en se préservant de la complexité de ce monde, en croyant le connaître, en croyant l'éprouver. Mais absolument rien de ce monde n'est absolu et pourtant tu es Absolu. La joie découle de l'Extase. La joie est la manifestation du Soi, du Samadhi. La simplicité est aussi présente dans le Samadhi. Cela te permet d'approcher et de vivre, par expérience et par moments, la non séparation. Mais tu restes inscrit dans la séparation et donc la simplicité semble partir, comme la joie semble partir. Ce n'est ni la joie ni la simplicité qui partent mais c'est bien toi qui pars de toi-même. La joie et la simplicité ont toujours été là.Le seul mouvement est celui de l'ego, le seul mouvement est celui du mental et des émotions qui se déroulent et se succèdent dans un temps linéaire. Il n'y a donc rien à cultiver, il n'y a donc rien à rechercher qui ne soit déjà, parce que, si tu parles de la joie à cultiver, tu considères donc déjà la non joie et donc l'autre extrémité est présente en toi. Il n'y a pas d'extrémité. Considère que la joie ne peut être une expérience située entre deux périodes de non joie mais que c'est un état qui découle directement de ce que tu Es et tout changera pour toi.
Quant à la simplicité, elle consiste simplement à être en paix, à ne pas donner corps à quoi que ce soit d'autre, à ne pas nourrir quoi que ce soit d'autre. Le Soi et l'Absolu sont une transcendance totale, là aussi, de ce que tu nommes joie et simplicité parce que l'Absolu ne peut se référencer (même s'il est simple) à quelque chose qui serait compliqué et à une joie qui impliquerait une non joie. Cette joie est donc au-delà de toute joie : c'est pour cela qu'il est plus sage de la nommer extase ou intase. L'ego te retiendra toujours dans cette dualité de concept et d'expérience. Il maintient donc la linéarité. L'Absolu est la sortie de la linéarité. L'Absolu est ta nature, ton essence. Il n'y a donc pas à rechercher ou à cultiver une quelconque joie, une quelconque simplicité car si tu arrives à rester totalement en écoute et à entendre, au-delà de tout temps, dès ce moment, l'Absolu est là parce qu'il vient à toi. Vouloir la joie, vouloir la simplicité, c'est déjà considérer qu'elle n'est pas présente. Or tu es la joie et tu es la simplicité. La distance découle simplement de ton histoire et de tes expériences passées où le regret et le désir se disputent en toi pour occuper le devant de ta scène. Mais ce n'est qu'une scène, ce n'est qu'une représentation, une projection, qui n'a aucune substance ni même la moindre réalité. Ceci est à découvrir par toi-même parce que nul ne peut te le dire, nul ne peut te le faire vivre : il n'y a que toi et toi seule qui peut l'actualiser. En définitive, laisse ce corps vivre, laisse tes pensées vivre, laisse les œuvrer. Est-ce que tu te poses la question quand tu manges un aliment de savoir s'il va bien faire ce qu'il a à faire ? Non : cela se fait. Agis de la même façon pour ce que tu considères avoir à faire dans cette vie. Ne t'y implique pas mais fais-le. Regarde-toi agir et après pose-toi la question de qui regarde. Est-ce que tu es ce corps qui absorbe un aliment ? Est-ce que tu es ce mental qui se pose la question de l'effet de l'aliment ? Ou est-ce que tu Es autre chose ? Élimine aussi ce qui est de l'ordre d'une dynamique éphémère (comme manger, comme dormir). Élimine aussi ce qui est de l'ordre de l'habitude (se laver le matin, même s'il faut le faire) : tu n'es rien de tout cela. Alors t'apparaîtra, de manière foudroyante ou progressive, ce que tu Es. Être le non être. L'Absolu n'est ni un vouloir, ni un but, ni un chemin. Il n'y a ni vouloir, ni but, ni chemin. Il y a juste la vie qui coule, que tu y participes ou pas, que tu y sois ou pas. Deviens donc la Vie, et l'Absolu t'apparaîtra parce que lui, a toujours été.

Question : Des relations ou des comportements empreints de dualité sur ce plan peuvent-ils constituer un frein à la réalisation de l'Absolu ?
Tout d'abord, il ne peut exister une quelconque Réalisation à l'Absolu. La Réalisation concerne l'ego et le Soi, mais en aucun cas l'Absolu. Aucune manifestation dualitaire ne peut contrarier, freiner ou bloquer, l'Absolu. Tu manges. Toute la physiologie de ce corps est basée sur la dualité. Toute la physiologie des émotions et du mental est basée sur la dualité. Aucun élément de ce corps ou de ses enveloppes subtiles ne peut altérer, en aucune manière, ce qui Est. Penser et concevoir qu'il y a une tâche à accomplir, un chemin à mener, un yoga à pratiquer, est du ressort de la personnalité et de l'ego, jamais de l'Absolu. Les yogas, quels qu'ils soient, vous conduisent au Soi qui est éventuellement à Réaliser. Mais l'Absolu ne sera jamais une Réalisation mais bien la Libération de tout yoga et de toute dualité. Ce qui ne consiste pas à dénier la dualité tant que cette forme (ce corps), cette personne, est présente dans cette illusion. Il s'agit donc bien d'une transcendance et en aucune manière il ne peut s'agir d'une transformation. Le croire est une escroquerie de l'ego.
Tu ne peux transformer ce qui est limité et croire que l'imperfection va devenir parfaite. La perfection n'est pas de ce corps, ni de ce mental, ni de ta propre vie. Elle est l'Absolu. Envisager que quelque chose peut altérer ou empêcher l'Absolu est une mascarade. C'est l'ego qui joue lui-même à croire qu'il va être meilleur demain. Il le sera peut-être, il le sera certainement, mais que va-t-il gagner ? En améliorant la santé, en améliorant la respiration, en améliorant les angoisses, il y a une quête éperdue d'un mieux être ou d'un bien-être mais aucune mieux être et aucun bien-être ne te fera découvrir le non Être. Il t'en éloignera aussi sûrement que le mal être. Ce sont des stratégies, élaborées par l'ego, pour te faire croire qu'il y a quelque chose à rechercher, quelque chose à améliorer, quelque chose à pratiquer qui va te faire approcher mais, en définitive, tu t'en éloignes. Bien sûr, la personne (l'ego) va se satisfaire de moins souffrir, d'être moins angoissée, de vivre mieux et plus longtemps ou différemment mais cela ne sert strictement à rien. Ce qui ne veut pas dire par là qu'il faille mettre fin à l'illusion mais bien être conscient et lucide de ce que c'est : juste une occupation, juste une dérivation. Alors là aussi, occupe, si tu veux, ton mental et ton corps mais accepte le principe de supercherie et d'illusion. Nourris ce corps quand il a faim, donne-lui à boire quand il a soif. Il ne te viendrait pas à l'idée de réfuter la faim et la soif et pour autant, est-ce que satisfaire la faim et la soif laisse l'Absolu apparaître ? Il en est de même au niveau du mental. Tu peux le nourrir de toutes les façons, tu peux lui donner à lire et donc t'abreuver de toute connaissance, tu ne feras que renforcer ta propre ignorance de l'Absolu. Ce n'est que le jeu de l'ego et du mental qui, de manière sempiternelle et incessante, veut faire croire que tu vas y arriver. Mais tu ne peux y arriver puisqu'il n'y a nulle part où arriver. Et quand bien même il y aurait une destination à arriver, et bien cela signifierait simplement la fin de l'ego. Connais-tu un ego qui veuille mourir de lui-même, si ce n'est par la porte de la mort ? L'Absolu ne s'occupe absolument pas de ce corps, absolument pas de ce que tu recherches, absolument pas de ce que tu crois ou espères. Il n'a que faire, en quelque sorte, de tes propres gesticulations. Ce ne sont que des mouvements qui n'apportent rien à la paix et à l'immobilité. Ce sont donc, réellement, des gesticulations qui vont simplement attirer la conscience. L'Absolu n'a que faire de tout cela : il est installé en amont, en aval, partout, au-delà de tout espace, de toute éternité.
Il n'y a rien de pire que croire que tu vas être Libéré parce que tu cherches la Libération. Parce qu'en définitive, tu es Libéré, de toute éternité, mais simplement tu ne le sais pas. Il n'y a donc pas, là non plus, à rejeter quoique ce soit mais bien à transcender tous ces aspects qui ne sont que des voiles et des masques placés sur l'Absolu. Il faut donc cesser toute projection de quoi que ce soit. Dès cet instant, alors l'Absolu t'apparaîtra. Mais il faut cesser la vanité de croire qu'il y a quelque chose à chercher, quelque chose à Réaliser et même quelque chose à Libérer. Si tu faisais taire toutes ces vanités, alors le non Être serait la seule possibilité. Rappelle-toi que tu es éphémère dans ce que tu crois, que cela soit des pensées qui passent, ou même ce corps qui est né et qui retournera à la terre. Est-ce que tu es ce corps? Est-ce que tu es ce qui est éphémère? Est-ce que tu es ta recherche? Est-ce que tu es tes pratiques? En définitive, qu'est ce que tu es? Si tu es capable de vivre ce que tu étais avant d'être ce corps (au-delà de tout corps d'une quelconque vie passée qui appartient à la personnalité, de manière irrémédiable), et bien, instantanément, l'Absolu serait là parce qu'il y a toujours été. Tu ne peux t'approprier quoique ce soit parce que tu Es cela. Tu ne peux posséder ce que tu Es. C'est juste l'ego qui te fait croire cela.

Question : j'ai souvent souhaité qu'après la mort il y ait le néant. Y a-t-il une différence entre le néant et l'Absolu ?
Ce qui souhaite, après la mort, est bien évidemment l'ego. La meilleure image et la meilleure représentation que puisse suggérer l'ego, de l'Absolu, est, bien sûr, le néant. L'Absolu n'est, bien sûr, aucun néant mais il est, aussi, le Néant. L'Absolu, après la fin de cette forme, est le retour au sans forme, au-delà de toute mémoire, au-delà de toute expérience, dans toute forme, même s'il peut persister une forme, n'ayant plus rien à voir avec une forme de ce monde. L'Absolu est le Tout et le Néant. Le sans forme (ou la fin de la vie, ici) met fin, en quelque sorte, au complexe inférieur ego / personnalité (enveloppe physique et enveloppes subtiles) mais place (et plaçait, jusqu'à présent) l'Être, de l'autre côté de la pièce. Mais c'était la même pièce et en aucun cas le néant. Et donc, en aucun cas, l'Absolu. La forme disparaît parce qu'elle est éphémère. La personnalité disparaît parce qu'elle est éphémère. Mais si quelque chose revient, ce quelque chose n'est inscrit dans aucune forme et aucune personnalité.
Aujourd'hui, dans le sens de votre temps, il n'y a rien qui ne doive revenir ou s'éloigner de l'Absolu. En définitive, le néant (qu'il soit souhaité, désiré ou repoussé avec effroi et peur) est effectivement l'Absolu, pour l'ego, pour la personne, pour le mental. Envisager sa propre fin, en tant qu'éphémère, peut remplir de terreur ou de paix mais, dans un cas comme dans l'autre, se représenter la mort comme un néant ne permet aucunement de vivre l'Absolu, que cela soit en maintenant cette forme ou pas, parce que le néant demeure, dans ce cas-là (et demeurera toujours), une croyance. Une croyance n'a aucun poids. Une croyance est une justification de l'absence, elle-même, de l'expérience. Aucune croyance ne peut remplacer l'expérience. Aucune histoire ne peut s'écrire dans l'instant. La croyance vous fait croire à l'instant ou à l'instant suivant ou à l'instant passé mais elle n'est pas le présent. L'ego n'est pas fait pour connaître le néant puisqu'il disparaît, encore moins l'Absolu parce qu'il ne peut s'y reconnaître ni s'y connaître. L'Absolu ne peut être, comme le néant, un désir, puisque vous ne pouvez désirer, en définitive, ce que vous Êtes vraiment et qui est déjà là. C'est l'ego qui va croire qu'il y a à désirer. À un moment ultérieur, appelé la mort, le néant est déjà là, pour l'ego. Refuser de le voir, c'est refuser l'Absolu. Le placer en demain, ou lui dire qu'il est impossible, est une forme de déni de l'Absolu. L'ego cherche, lui aussi, à sa manière, à réfuter ce qui lui est inconnu, à le nier, et je dirais que cela est de bonne guerre.
Si vous restez tranquille et en paix, si vous êtes au-delà de celui qui observe, si vous êtes au-delà du témoin, au-delà de tout concept, au-delà de tout percept, au-delà de tout conscient ou inconscient, si vous sortez de toute référence, de toute projection, de tout sens de l'anticipation, alors vous laissez la place à la Vérité, à l'Absolu. Vous ne pouvez réfléchir sur l'Absolu. Tu ne peux te poser la question du néant, simplement en éprouver le vertige ou la plénitude (c'est selon) mais ce que tu éprouves, à ce moment-là, ne peut être validé ni même être une preuve. La seule preuve de l'Absolu est l'Extase et, en préalable, son témoin : l'Onde de Vie. Rien ne peut être de plus. Et rien ne peut être de moins. Il n'y a pas de mystère dans l'Absolu, seul l'ego le croit et a tendance à le faire vivre parce que l'ego ne peut se représenter ce qui, effectivement, n'a aucune représentation. Alors, le mot néant peut apparaître comme un pis-aller, séduisant ou redoutable. Mais cela demeure un pis-aller.

Question : est-ce que cette latence, à laquelle vous faites allusion, comme support de l'Absolu, peut être vécue comme une sensation de ne pas avoir à s'en faire, quoi que vive encore la personnalité ? Et que la Joie profonde et la Beauté qui animent alors, sont une Vérité à laquelle on peut s'accrocher ?
L'Absolu ne peut être accroché nulle part : il faut donc t'en décrocher. Tant que tu es accrochée à ta propre Joie, tu poses ta propre limite à l'Absolu et donc, tu ne peux le vivre. Tu ne peux donc rester attachée ou accrochée à quoi que ce soit. Toute accroche est un frein. Même s'il existe des couches successives permettant et donnant l'Illusion de gravir quoi que ce soit, il est un moment où même cela est à abandonner. Comment peux-tu vivre l'Absolu tant que tu n'abandonnes pas le Soi et sa Joie ? Il est effectivement beaucoup plus facile et séduisant de vivre la Joie, et nombre de structures qui se sont exprimées, vous y ont conviés (ndr : Le Conclave Archangélique, l'Assemblée des Anciens, des Étoiles ...) parce que la Joie est un allègement et que l'allègement peut être considéré comme bénéfique. Et cela l'est, contrairement à la pesanteur et à la densité. Mais s'alléger ne suffit pas à faire disparaître la projection, au sein de l'Illusion. Il est donc un instant (ou un temps, si tu préfères) pour, là aussi, accepter de ne plus être accrochée. Il ne peut être concevable, ni acceptable, que le fait de vivre la Joie, de manière continue, puisse te permettre, un jour, d'être Absolue. Comme les structures qui se sont exprimées vous l'ont dit : vous êtes Libérés. Mais être Libéré n'est pas nécessairement et implicitement vivre la Libération. La problématique de l'Absolu, contrairement à la Réalisation, c'est que cela ne peut être aucunement une Conscience nouvelle ou même un saut de Conscience. Il n'y a pas de possibilité parce qu'il n'y a pas de pont entre la Réalisation et l'Absolu. L'Absolu est (justement et bien au contraire) la disparition en la croyance de tout pont, ou de toute possibilité, ou de toute Vérité à laquelle rester accrochée. Il faut réellement ne plus être accrochée. Accepter, en quelque sorte, de s'Abandonner à la Source de soi-même, sans la connaître. Abandonner le Soi, qui est connu, au travers de la Joie et de la Beauté.
L'Absolu et l'Ultime n'a jamais été, ne sera jamais, autre chose que ce qui est Vrai et que ce qui Est, de toute Éternité parce que non éphémère. La Joie à laquelle tu prétends être accrochée disparaîtra dès que la forme disparaîtra. Cela ne peut être donc éternel ni être durable, même si cela est installé de manière qui vous semble durable. Il y a donc, en Vérité, à se décrocher de tout connu, sans aucune exception. Dès l'instant où quelque chose vous apparaît comme connu, il ne peut être Absolu. Les limites représentantes des peurs, des obstacles, ne vous sont d'aucune utilité ni d'aucune assistance (et en aucune manière) pour que l'Absolu vous trouve.En définitive, le mécanisme de latence est ce qui donne à percevoir l'existence d'un temps et ce qui donne à percevoir l'existence d'un futur. Or l'Absolu n'a ni passé, ni présent, ni futur. Il Est, au-delà de l'Être. Il est Cela. Et tu es Cela. Il n'y a aucun effort à fournir. Il n'y a aucune volonté à démontrer. Tu ne peux donc rester accrochée ni donc être tributaire d'une Vérité relative parce que toute Vérité, même relative, n'est pas le Vrai, n'est qu'une étape. Et l'Absolu n'est pas une étape. Si tu réfutes cela, si tu en acceptes l'incidence, alors l'Absolu te trouvera. Rappelle-toi que tu ne peux t'accrocher ni chercher.

Question : si un projet a été fait avant le Passage dans l'Absolu, ce projet peut-il se maintenir ou disparaît-il ?
Est-ce que l'Absolu ferait disparaître le projet d'une forme qui est en vie ? Aucunement. Mais même si ce projet venait à disparaître, ce n'est pas une action de la personnalité et, bien évidemment, encore moins une action de l'Absolu. L'Absolu n'interfère pas et ne modifie pas les circonstances de ce monde. Toutefois, la Libération par l'Absolu fait bouger l'ensemble de l'Univers, l'ensemble des Mondes. Le relatif d'un projet, quel qu'il soit (que cela soit un projet de vie, un projet d'affaire), se déroulera ou ne se déroulera pas. L'Absolu n'y est pour rien. Le changement de regard sur le projet et sur la forme n'appelle pas obligatoirement la disparition du projet ou de votre forme. Mais cela n'a aucune importance puisque vous n'êtes plus ce projet, que vous n'êtes plus cette forme. Que vous continuiez à supporter le projet, comme à porter cette forme (car c'est un poids), cela ne change en rien le Vrai. L'Absolu n'est pas concerné par le limité mais il englobe le limité. Le limité n'a aucun pont ni aucune continuité avec l'Absolu. L'Absolu l'englobe. Il n'y a pas à se poser la question de ce corps, comme de toute relation. Il n'y a aucune raison valable et objective ou logique, pour que l'Absolu décide ou veuille quoi que ce soit. Par contre, le relatif inscrit dans une forme (ego, personne) peut être amené à se repositionner parce que l'Absolu fait effectivement changer de regard. Mais cela n'est pas ni obligatoire ni une obligation, même si cela peut se produire.
L'Absolu, vécu et inscrit dans une forme, continue à faire vivre cette forme. Il n'y a pas d'opposition ou d'antagonisme. Il y a juste l'évidence de l'Absolu, la fin du questionnement sur le sens et le pourquoi. Mais cette forme relative continue à évoluer ou toujours est-il qu'elle le croit. L'Absolu peut mettre fin aux illusions mais pas à l'illusion de ce corps, pas toujours, mais cela n'a plus aucune espèce d'importance parce que celui qui est Libéré Vivant ne peut plus être emmené vers la mort, vers une quelconque illusion, vers un quelconque jeu. Tout cela est transcendé, vérifié et vérifiable, à chaque minute, à chaque souffle. Que ce corps demeure ou que ce corps disparaisse, la désidentification est totale avec le corps, sans pour autant qu'il y ait un désengagement de ce corps. Tout peut sembler pareil et pourtant, tout est différent, non pas simplement transformé mais bien, réellement, transcendé. Il y a un avant et un après le point de basculement en l'Absolu, pour la personne. Cet avant et cet après peuvent être identiques ou radicalement différents. Cela n'a aucune incidence et aucune répercussion. Être Libéré Vivant, c'est agir Librement et en Liberté, c'est ne plus être tributaire d'une quelconque morale, d'une quelconque société, d'une quelconque relation. Vous en êtes affranchis, tout en pouvant largement continuer à être dans ce monde mais, simplement, vous savez que vous n'y êtes pas. Vous le considérez comme un jeu et c'est un jeu. Vous avez découvert la mascarade. Vous avez découvert l'escroquerie. Vous êtes Libéré Vivant et vous ne pouvez être, d'ailleurs, que Vivant. Ce qui change et qui doit changer n'est pas fonction d'un désir de la personnalité ni d'une quelconque transgression mais bien l'effet direct de la transcendance. Les relations, le positionnement par rapport à l'autre, par rapport au monde, par rapport à la société et à la morale, ne seront plus jamais les mêmes, parce que vous êtes devenu le témoignage vivant de l'Absolu et que vous êtes déconditionnés, même en étant présent dans certaines conditions. Là est le Vrai.

Question : pouvez-vous indiquer ce qui permet, de là où j'en suis, le point de basculement que vous avez évoqué ?
Ne sois plus nulle part. Ne cherche plus de repères. Accepte. Il n'y a rien à chercher, il n'y a aucune place meilleure qu'une autre. Croire et espérer qu'une place soit meilleure, te place dans la perspective linéaire de la personne et de la personnalité. Tu ne peux te rapprocher aucunement de ce que tu es déjà, parce que cela est déjà là. Donc ce point de basculement ne dépend de rien d'autre que de toi. Mais non pas toi au sein d'une action ou d'un désir mais toi dans l'absence totale d'idéal, dans l'absence totale de quête. Il s'agit d'une capitulation et d'une reddition totale de tout ce que tu crois être, de tout ce que tu manifestes. Cela a été nommé, par ceux qui interviennent dans certaines structures, la Crucifixion. De la même façon qu'il ne faut pas s'accrocher à une vérité quelconque, il n'y a pas de point de vue ou de point de basculement meilleur qu'un autre. Il y a juste à réfuter tout ce que tu crois être. Tant qu'il y a, en toi, un attachement à ta propre personne, forme ou enveloppe subtile, cet attachement t'attaches (aussi sûrement qu'une corde) à la personne, à la personnalité ou au Soi. Il n'y a aucun trophée de chasse ou de guerre qui soit à afficher. Justement, il faut décrocher tout ce qui est affiché, faire le vide sans se poser de questions : une forme d'acceptation du néant, une forme d'acceptation qu'il n'y a rien et surtout pas de médaille ou de récompense. Et encore moins un esprit à conquérir ou à Libérer. Il te faut donc être Présent, entièrement et en totalité, à la Vie, sans activité, sans action, sans revendication. Juste se placer là où tu as toujours été : dans le non-Être. Faire cesser le Je d'une personne, d'une forme, d'une volonté ou d'une médaille. Il n'y a rien à gagner. Il n'y a rien à conquérir. Le fait de gagner et de conquérir appartient à la personnalité qui veut posséder et avoir. L'Absolu est une restitution de tous tes avoirs, de toutes tes médailles, de toutes tes volontés, même les plus affinées ou les plus spirituelles. Parce qu'en définitive, tout cela ne représente qu'une fraude qui n'a aucune consistance, ni aucune substance. Jouer Vrai est accepter de ne plus jouer. Simplement se placer, recevoir, écouter ce qui vient alors, qui n'est jamais parti. Ainsi Est l'Absolu. Faire le Silence (et pas seulement extérieurement) des activités, quelles qu'elles soient, d'expressions (corporelles, visuelles, sexuelles ou verbales), mais bien plus, le Silence Intérieur de l'immobilité, de la non volonté et de la non volition. Laissant toute la place, parce qu'il n'y a pas de place définie. Laissant tout l'espace parce qu'il n'y a pas d'espace à l'Illimité. Accepte et accueille ce qui Est et non pas ce que tu veux. Le Soi est encore un désir, comblé par la Réalisation. L'Absolu est non-désir, par la Libération. Il n'y a rien à manifester, rien à créer et rien à entreprendre, puisque cela Est déjà.

Question : au-delà du point de basculement, la conscience de soi devient-elle la Conscience d'être le Tout ou bien la conscience disparaît-elle ?
La conscience disparaît, en totalité. Les quatre états de la conscience n'ont aucun sens, ni aucune légitimité, dans l'Absolu. Il ne peut exister une solution, là non plus, de continuité, entre la conscience et la non-conscience. La conscience est irrémédiablement liée à l'observation, à la projection (que cette projection soit séparée ou non séparée, c'est à dire dans l'ego ou dans le Soi). L'absence de séparation n'est pas l'Absolu, puisque l'Absolu ne peut être appréhendé, en aucune manière, par la conscience elle-même. Le seul témoin que la Conscience peut en avoir est ce qui vous a été appelé l'Onde de Vie. Mais, même là, à un moment donné, il doit exister une forme de prise de distance de cela. Cette prise de distance n'est pas une distance, au sens éloignement, mais bien une prise de distance du témoin lui-même par rapport à ce qui est vécu et observé. L'annihilation de la personne, de la forme, des perceptions de cette forme, va inscrire la conscience dans ce point de basculement, qui débouchera sur le néant (pour la personnalité) et (du point de vue non personnel) sur l'Absolu. L'Onde de Vie, vécue alors comme expérience (avec ses conséquences et ses implications), fera de vous une Onde de Vie, supprimant la distance et vous mettant en distance. Là est l'Absolu. Il ne peut exister d'autres témoins ou d'autres marqueurs que celui-ci. L'Onde de Vie vous parcourt jusqu'au moment où vous parcourez l'Onde de Vie, vous faisant irrémédiablement sortir de toute projection, à tel point que vous expérimentez (non pas par projection) toute autre forme, toute autre conscience, quelle qu'elle soit, dans quelque règne que ce soit. Cela ne veut pas dire que vous allez le vivre en permanence mais bien que cela fait partie du possible, démontrant le Vrai et la Vérité de l'Absolu. Passer dans l'Illimité vous rend, effectivement et concrètement, Illimité. Et encore plus Illimité et sans limite d'aucune forme, fût-elle la vôtre (dans laquelle vous êtes, de manière éphémère). L'Onde de Vie, en tant que témoin et marqueur, appelle aussi, à un moment donné, de votre part, une forme d'identification et de renoncement à vous-même, vous donnant à vivre la Vie, au-delà de toute forme et dans n'importe quelle forme, même s'il est plus facile, dans un temps premier, de vivre cela avec une forme qui vous a été connue ou qui vous est connue, sur ce monde ou ailleurs, mettant fin à la séparation, mettant fin à l'ignorance, faisant de vous un Libéré Vivant. Ce Libéré Vivant n'aura rien à revendiquer, il n'aura rien à expliquer, il n'aura rien à justifier, parce qu'il Est. Il aura juste à témoigner, sans le vouloir, sans volonté délibérée mais parce que cela Est et fait partie de la Vie. Il en est le témoin, il en est le messager, au-delà de tout rôle, de toute fonction.

Nous n'avons plus de questionnement nous vous remercions.
Je vous remercie donc pour nos entre tien et mien. Certainement à très bientôt, selon la formule consacrée.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les
diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source :
www.autresdimensions.com.

_____________________________________________________________________________

NDR :

  • Dans son intervention du 29 mars 2012 BIDI présente ses modalités d'intervention.
  • L'écoute de cette intervention, en audio, est en cours de préparation.
 


B
IDI

29 mars 2012

NDR : Depuis le 29 mars, ce nouvel intervenant intervient en réponse à des questions afin de nous accompagner à vivre l'Absolu, l'Ultime. BIDI nous présente ici les modalités de ses interventions à venir. Sachant qu'il répond uniquement en présence de la personne qui questionne (pour des raisons Vibratoires), ces échanges ont donc lieu uniquement lors des stages. Nous vous remercions donc de ne pas nous faire suivre de questions par écrit.
À la demande de BIDI :
- Nous diffusons ces réponses d'une part car elles concernent chacun d'entre nous et d'autre part parce qu'elles contiennent des pratiques essentielles sur l'accès à cet Absolu.
- Les réponses sont diffusées également en audio, afin de partager les aspects transformants Vibratoires de ses interventions.

____________________________________________________________________________

Eh bien, je vous dis bonjour. Puisqu'il faut bien appeler ce qui se présente par un nom, il s'agit de BIDI. Mais quel que soit le nom que vous me donnez, aujourd'hui, dans votre espace / temps, la façon dont je me présente n'a strictement rien à voir avec ce que j'ai pu être et est bien plus un espace de présentation, bien au-delà de toute forme, de tout nom, de toute appellation. Je représente, en quelque sorte, un achèvement. Cet achèvement est la nature même de ce que vous êtes, au-delà de toute apparence, de tout corps, de tout discours. Ceci, bien sûr, ne pourra jamais être traduit, au-delà de l'éventuelle perception de ma présence, par des mots. Toutefois, il est aisé de vous permettre de faire une sorte de Clarté, à l'intérieur même de ce que vous croyez être, dans cette personne, dans ce Soi, afin de donner des éléments. Ces éléments ne sont, en aucun cas, de nature intellectuelle. Ils découlent, en totalité, d'une somme d'évidences. Cette somme d'évidences est strictement la même pour chaque personne, chaque Soi. La fonction, si l'on peut dire, de cette somme d'évidences, n'est que de vous permettre (de manière que j'appellerais rapide, dans ce temps particulier de ce monde) de dépasser certains stades, certaines étapes. Non pas pour en faire un stade ou une étape finale ou terminale mais bien plus pour, dans un premier temps, vous rendre conscient et, dans un second temps, vous faire, en quelque sorte, pénétrer ou sortir, selon le sens dans lequel vous le prenez, de l'ensemble de circonstances qui ont été nommées, d'ailleurs, éphémères, limitées, temporaires.

Nos échanges, au-delà de tout mot, passent, bien sûr, au-delà de la Vibration, par ce que je nommerais quintessence de la Vie, quintessence de toute vie. Ici comme ailleurs. En ce temps comme en tout temps. Le support, au-delà des mots, en est, bien sûr, ce que vous avez nommé, à défaut d'autre terme, Onde de Vie, Don de la grâce. Quelles que soient les appellations et quelles que soient les traductions de ce qu'il est possible de vivre, ce que je nommerais, au-delà de toute considération appartenant à une culture, cet Absolu ou, si vous préférez, cet Ultime, qui est le principe, l'essence, le début et la fin de tous les possibles, au-delà même de votre personne ou de votre Soi. Je ne reviendrai donc jamais sur la forme que j'ai pu avoir mais je reviendrai exclusivement sur l'ensemble des éléments de ce que je nommerais une logique imparable, toute scientifique et donc reproductible, avec laquelle toute conscience, toute forme de Vie, peut dorénavant évoluer sans réelle grande difficulté. Si ce n'est des a priori ou des limites pouvant encore gêner cet Ultime, cet Absolu.

La difficulté réside dans le fait que, toujours, pour la personne ou pour le Soi, il y a une fragilisation. Cette fragilisation tient même à la nature de ce qu'est la personne ou de ce qu'est le Soi et qui met face (cette personne ou ce Soi), pour chacun d'entre vous, à une perspective que je nommerais le néant ou le rien. Il est, en effet, difficile, pour une forme ayant un contenu, de considérer que ce contenu puisse être présent au-delà même de la forme et donc au-delà même de votre contenant. Il est, en effet, difficile, pour la personne comme pour le Soi, de considérer que, au-delà de cette forme, fût-elle la plus vaste, il est possible que le contenu persiste et demeure dans ce que vous nommeriez néant ou rien.

Les mots qui seront employés ne sont pas destinés, en aucune manière, à vous flatter mais bien à vous questionner. À vous questionner sur vous-même, sur ce que je nommerais votre rôle, votre place. Car en définitive il n'existe, ici comme ailleurs, et en résumé, que 3 places possibles et seulement 3 places. Au-delà des 4 consciences que vous connaissez, exprimables et manifestables dans cette forme que vous habitez, ces places sont donc : une personne, un Soi, l'Absolu (ou Ultime). Entre les 2 premiers (nommés personne et Soi) et le dernier (nommé Absolu ou Ultime), il ne peut exister d'appréhension, ni même de compréhension, menant des 2 premiers au 3ème.

L'habitude de la forme que vous habitez est une habitude de séparation. Le Soi est une séparation plus vaste mais il demeurera toujours une séparation. L'Absolu, l'Ultime, est très précisément l'absence de toute représentation et de toute séparation vous rendant, en quelque sorte, inintelligible à toute possibilité d'observation, de description. Bien sûr, témoigner ou rendre témoignage est possible mais le témoignage ne vous permettra, là non plus, jamais, d'être l'Ultime, l'Absolu. Des intervenants appartenant à des structures précises (ndr : le Conclave Archangéliques, l'Assemblée des Anciens, des Étoiles ...) ont évoqué des moyens et surtout, vous ont donné une injonction qui, même si elle est difficilement compréhensible, est vraiment l'injonction la plus importante, qui est de ne rien faire et d'être tranquille. Ce « ne rien faire » et « être tranquille » n'est pas, et ne sera jamais, un divertissement mais bien une forme de lucidité de la personne ou du Soi, quant à ce qui est de l'ordre du réel, de l'irréel, ou (pour employer une autre terminologie) ce qui est de l'ordre du relatif ou de l'absolu.

Ma seule présence est donc destinée, si cela vous agrée, à vous orienter sur ce que vous n'êtes pas et ne serez jamais, afin de laisser, si tel est votre souhait, la place, au-delà de la personne et du Soi, à la Vérité Ultime, à l'Absolu. Certains de mes propos entraîneront en vous ce que vous nommez des résistances, et je dirais que c'est justement ce qui sera recherché. Parce que la confrontation avec vous-même, dans ce que je pourrais nommer l'absurdité totale de cette forme, devra vous apparaître comme une logique parfaite, car comme je l'ai dit, cela est une logique parfaite et d'une précision, si l'on peut dire, toute mathématique, toute physique. Retenez que j'interviens depuis un espace / temps qui n'est pas linéaire qui peut, au mieux, traduire votre questionnement en une juste question sur vous-même. Voici donc ainsi définies les règles de nos entretiens à venir.

Le sens de ma présence même rend compte de la possibilité, pour ce qui a été dissout dans l'Absolu, dans LA SOURCE et au-delà, de pouvoir aborder et revenir, bien que ce mot et cette expression ne soit pas la plus conforme, sur un mode, pour vous relatif, vous amenant, si tel est ce que vous Êtes, à vous approcher de l'indicible. Là aussi, nombre de mots ont pu être exprimés, donnés. Ils ne font que traduire la même Vérité en d'autres mots : vous êtes l'Absolu, vous êtes l'Ultime. Au-delà même de tout sens d'être dans une forme. Au-delà même du sens d'être un contenu ou un contenant. Les circonstances mêmes de ma venue inscriront, dans ce contenant et ce contenu, une forme de dynamique bien au-delà de l'aspect nommé énergétique ou Vibratoire, parce que les questions que nous échangerons seront à même de faire, en quelque sorte, éclore ce qui doit éclore. Retenez que cela ne sera jamais une gymnastique intellectuelle mais bien une logique imparable de la nature et l'essence de ce qu'est la Vie, dans son acception la plus large, depuis la vie la plus élémentaire à la vie la plus complexe, si l'on peut l'appeler ainsi. Puisque le même principe, le même Absolu, y est, bien sûr, non seulement présent mais efficient, en totalité, car aucune vie ne pourrait être, sans cela.

Cet espace particulier de ces rencontres particulières représente certainement le moyen le plus abouti, le plus parfait et le plus logique, de définir et de faire prendre conscience ce que vous n'êtes pas, laissant place, alors, à ce qui doit Être, au-delà de tout être. Je le répète pour la dernière fois : cela fait appel à une logique élémentaire, principielle et imparable. Les temps d'absence de mots sont déjà aussi, à leur façon, inscrits dans la logique et l'évidence de ce que j'appelle nos rencontres. Qui ne seront, en fait, que la rencontre avec votre vérité

Au-delà des mots et de leur sens, il y a cette fameuse logique pour laquelle vous serez parfois, et souvent, dans un premier temps, en réaction, voire en opposition. Cela est normal et fait partie de cette forme de logique. Plus la réaction sera forte, voire violente, à l'Intérieur de vous-même, plus vous constaterez des effets. Au-delà d'une simple compréhension s'inscrivant dans la pensée, dans l'énergie, dans la Vibration et en définitive, au-delà. Ne vous jugez pas. Ne me jugez pas. Je peux alors vous garantir, si l'on peut dire, que très vite un mécanisme de transcendance se mettra en route dans votre connu. Vous êtes Ultime. Vous êtes l'essence et le principe même de l'Amour, de la Lumière mais non pas de celle que peut concevoir la personnalité ou le Soi. Vous êtes strictement cela. Tout cela. Rien que cela.

Nous partageons ces informations en toute transparence. Merci de faire de même, si vous les
diffusez, en reproduisant l'intégralité du texte et en citant sa source :
www.autresdimensions.com.



 

www.aventureceleste.com




 

Afficher la suite de cette page
 
25 septembre 2017

Compteur de visite
 
             
 

Prière à soi même en le Coeur du Coeur donnée par Marie
le 28 mai 2017


Je te salue, Marie qui est grâce.

Tu es bénie comme toutes les femmes,

Et Jésus le fruit de ton cœur nous bénit.

Sainte marie, Cœur de la Source,

Prions ensemble maintenant et toujours en l’Éternité.

 
 

Eau Elfique
ou
Eau Christique

Eau de 5ème dimensions éEn savoir plus...e
 


Vous appréciez mon site et vous voulez  soutenir mon travail,
vous pouvez m'aider  en me faisant un don libre par Chèque ou avec PayPal ou en achetant une de mes créations.
Avec tout mon Amour...
Merci !


 
 
      

Le Salut d'Orion

Ces gestes constituent un signe de reconnaissance des  forces de la Lumière.

Comme l'a précisé ORIONIS : "le salut des 24 Vieillards, appelé Salut d'Orion, vous permettra, au sein de cette Assemblée, comme au sein de toute Assemblée, de vous reconnaître et de vous reconnecter les uns aux autres... Ce salut n'est physiologiquement réalisable que par les êtres appartenant à la Lumière Authentique".

1. Tendre le bras gauche devant soi, la main formant un angle droit avec le bras.

2. Ramener cette main sur le Coeur.

3. Tendre le bras droit devant soi, la main formant un angle droit avec le bras.

4. Ramener la main droite sur le Coeur, par dessus l'autre main.

  
 


Quand vous voyez la Lumière,
c'est une vision.
Quand vous sentez que la Lumière
descend en vous,
c'est une expérience,
Quand la Lumière s'établit en vous
et vous apporte l'illumination
et la connaissance, c'est une réalisation
Sri Aurobindo
 
        

 

 


 

 
Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors servez-vous en!